L'emploi salarié marchand au troisième trimestre 2008

De
Publié par

INFORMATIONS RAPIDESINFORMATIONS RAPIDES REUNION RÉUNION N° 106 - FÉVRIER 2009 L’EMPLOI SALARIÉ MARCHAND %%% AU TROISIÈME TRIMESTRE 2008% % %%% L’emploi marchand recule de 0,6 %%%% % %% Au troisième trimestre 2008, l’emploi salarié diminue agroalimentaires (+ 5,5 %) qui bénéficient de la reprise de la cam- % de 0,6 %, après une hausse au deuxième trimestre (+ 0,6 %). Tous pagne sucrière. Cette hausse fait suite à une légère baisse% les secteurs sont marqués par cette baisse, à l’exception de l’in- saisonnière de 0,3 % au premier trimestre et une hausse de 0,7 %%%% dustrie et plus modérément de la construction, dont les effectifs au deuxième. % restent stables.% Pour les services enfin, le recul de 1,5 % au troisième trimestre % Sur un an, la croissance de l’emploi reste positive (+ 0,7 %). Elle s’explique par l’importante baisse de l’emploi dans les services%% est néanmoins très en recul par rapport à l’année antérieure, où aux entreprises (- 2,2 %) conjuguée à un léger recul des autres %%% elle dépassait les 5 %. activités (hormis les transports qui progressent de 0,2 %). Sur un an, l’évolution de l’emploi dans les services est légèrement néga-%% L’emploi dans le BTP qui avait connu une croissance non négli-% tive (- 0,2 %). geable au second trimestre (+ 4,5 %) se stabilise au troisième tri- mestre.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 27
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

INFORMATIONS RAPIDESINFORMATIONS RAPIDES
REUNION RÉUNION
N° 106 - FÉVRIER 2009
L’EMPLOI SALARIÉ MARCHAND
%%%
AU TROISIÈME TRIMESTRE 2008% %
%%%
L’emploi marchand recule de 0,6 %%%%
% %% Au troisième trimestre 2008, l’emploi salarié diminue agroalimentaires (+ 5,5 %) qui bénéficient de la reprise de la cam-
% de 0,6 %, après une hausse au deuxième trimestre (+ 0,6 %). Tous pagne sucrière. Cette hausse fait suite à une légère baisse%
les secteurs sont marqués par cette baisse, à l’exception de l’in- saisonnière de 0,3 % au premier trimestre et une hausse de 0,7 %%%% dustrie et plus modérément de la construction, dont les effectifs au deuxième.
% restent stables.% Pour les services enfin, le recul de 1,5 % au troisième trimestre
% Sur un an, la croissance de l’emploi reste positive (+ 0,7 %). Elle s’explique par l’importante baisse de l’emploi dans les services%%
est néanmoins très en recul par rapport à l’année antérieure, où aux entreprises (- 2,2 %) conjuguée à un léger recul des autres
%%% elle dépassait les 5 %. activités (hormis les transports qui progressent de 0,2 %). Sur un
an, l’évolution de l’emploi dans les services est légèrement néga-%% L’emploi dans le BTP qui avait connu une croissance non négli-% tive (- 0,2 %).
geable au second trimestre (+ 4,5 %) se stabilise au troisième tri-
mestre. Sur un an, l’emploi dans le secteur de la construction a Sur un an la croissance de l’emploi dans les services aux entrepri-
progressé de 3,5 % marquant une rupture avec la croissance des ses reste positive, mais on est loin des taux de croissance de 2007
dernières années (+ 10,9 % en 2007 et + 11 % en 2006). et 2006, respectivement de 7 % et 7,9 % sur la même période.
Dans le secteur du commerce, les évolutions sont très saisonnières. Le secteur de l’immobilier semble plus touché par la crise au troi-
Au troisième trimestre, l'emploi diminue de 0,4 % (- 0,2 % en sième trimestre avec une baisse des effectifs de 0,5 %, soit 3,3 %
2007). Il avait auparavant diminué au premier trimestre de sur un an faisant suite à une croissance forte en 2007 (+ 6,8 %) et
manière saisonnière sans pour autant se reprendre de manière en 2006 (+ 8,7 %). Les services aux particuliers connaissent une
significative au deuxième (+ 0,3 %). Les difficultés économiques légère baisse mais les évolutions sont plus erratiques.
ne semblent pas avoir affecté significativement l'emploi dans le
La hausse des emplois dans les services de transports et les activi-commerce de détail au troisième trimestre 2008.
tés financières compensent en grande partie ces pertes (respecti-
L’industrie est le seul grand secteur dans lequel l’emploi pro- vement + 2,4 % et 2,9 %). Au troisième trimestre 2008, l’emploi
gresse au troisième trimestre (+ 2,5 %). Cette croissance trouve dans les activités financières subit l’impact de la crise internatio-
son origine dans la forte progression des effectifs des industries nale avec une baisse de 0,4 %.
Évolution de l’emploi salarié à La Réunion
220
% %
200
% %
Construction
180%%%
Services
%% 160%
Ensemble% % 140%
Commerce% %
120
% Industrie%%
100%
%
% %%
%%%
DIRECTION RÉGIONALE DE LA RÉUNION
Parc Technologique de Saint-Denis - 10, rue Demarne - B.P. 13 - 97408 SAINT-DENIS CEDEX 9
Tél:0262488900-Fax:0262488989
e
4 trim. 06
er
1 trim. 07
e
2 trim. 07
e
3 trim. 07
e
4 trim. 07
er
1 trim. 08
e
2 trim. 08
e
3 trim. 08
www.insee.fr/reunion
e
Indice - Base 100 au 4 trimestre 99Évolution de l’emploi salarié marchand (en %)
Glissement
Évolution trimestrielle
annuel Poids
Activité économique
e3 trim.T3 2008 T3 2007
er e e e er e e1 trim. 2 trim. 3 trim. 4 trim. 1 trim. 2 trim. 3 trim. 2008/ /
2007 2007 2007 2007 2008 2008 2008
T3 2007 T3 2006
ENSEMBLE 0,4 2,3 1,2 0,6 0,1 0,6 - 0,6 0,7 5,1 100,0
- 0,8 1,6 3,0 - 0,1 - 0,3 0,7 2,5 2,8 4,2 12,5INDUSTRIE
dont :
Industries agricoles et alimentaires - 4,9 0,8 6,6 - 1,7 - 2,7 - 0,2 5,5 0,7 2,3 4,1
CONSTRUCTION 4,4 6,2 2,4 - 2,8 1,8 4,5 0,0 3,5 10,9 15,7
COMMERCE - 1,8 1,1 - 0,2 1,9 - 1,3 0,3 - 0,4 0,5 1,2 21,3
dont :
Commerce de détail, réparations
d'articles domestiques - 2,9 1,4 - 0,8 3,0 - 1,6 0,3 - 0,4 1,3 0,7 12,2
SERVICES 0,5 1,8 1,0 1,4 0,4 - 0,5 - 1,5 - 0,2 5,3 48,7
dont :
Transports 0,2 1,7 2,3 1,1 0,7 0,4 0,2 2,4 5,4 6,5
Activités financières - 0,8 1,9 2,2 0,3 1,7 1,3 - 0,4 2,9 3,4 3,0 immobilières 0,5 0,2 4,4 - 3,1 - 0,4 0,6 - 0,5 - 3,3 6,8 2,0
Services aux entreprises 1,6 2,8 0,7 1,2 2,7 - 0,3 - 2,2 1,2 7,0 15,8 aux particuliers - 1,8 1,2 0,7 2,7 - 2,9 0,1 - 0,4 - 0,7 3,5 7,4
eSource : Bordereaux Urssaf – Traitement Insee Epure Données semi-définitives pour le 3 trimestre 2008
Méthodologie :
mesurer les évolutions trimestrielles de l’emploi salarié marchand
Les emplois salariés font l’objet de déclarations sous forme de Sont exclus du champ Epure :
Bordereaux de Recouvrement des Cotisations (BRC). Ces – les établissements non marchands ;
bordereaux sont adressés par les employeurs aux Unions de – l’agriculture ;
recouvrement de sécurité sociale et des allocations familiales – les caisses de congés payés ;
(Urssaf), puis transmis trimestriellement à l’Insee. – les établissements de vente à domicile ;
– les administrateurs d’immeubles ;Ils concernent les salariés soumis au régime général de sécurité
– l’AFPA.sociale, à l’exception :
– des apprentis dont les cotisations sont prises en charge par Finalement, le champ étudié “les établissements marchands de
l’État ; l’industrie, de la construction, du commerce et des services”
– des emplois domestiques ; représentait près de 57 % des 192 000 emplois salariés de La
– des fonctionnaires de l’État. Réunion à la fin 2004 (hors emplois domestiques et personnel
militaire dépendant du Ministère de la défense).
Sur les données issues des BRC, une chaîne de traitement dite
Epure (Extension du projet Urssaf sur les revenus et l’emploi) Les évolutions sont disponibles au niveau départemental. Les
est utilisée à La Réunion depuis 2000. Le champ est restreint données brutes ne sont pas désaisonnalisées. Les résultats
aux activités les mieux représentées. sont ici présentés selon la Nomenclature économique de
synthèse (Nes), regroupement de la Nomenclature d’activités
française (Naf) destinée à l’analyse économique.
Note aux lecteurs :
Les données présentées ici sont issues d’une nouvelle application visant à améliorer la qualité des résultats par un traitement plus ciblé des
établissements. La mise en place de celle-ci mi 2008 explique le retard pris, et la publication simultanée des évolutions d’emploi sur les trois
premiers trimestres 2008. Par la suite, la diffusion des résultats d’évolution d’emploi retrouvent leur calendrier normal, le cinquième mois environ
après le trimestre concerné.
Directeur de la publication : Pascal CHEVALIER ISSN : 1766-5590

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.