L'évolution des métiers en Nord-Pas-de-Calais

De
Publié par

En 1999, près de 1,4 million d'habitants du Nord-Pas-de-Calais occupent un emploi dans la région et se répartissent sur 84 familles professionnelles. Si le nombre des actifs augmente globalement de 4,5% entre 1990 et 1999, les évolutions sont plus contrastées d'une famille professionnelle à l'autre. Ainsi, les métiers manuels et de production diminuent-ils alors que les métiers des services aux particuliers sont ceux qui se développent le plus. Les informaticiens ou les cadres des transports, mais aussi des familles plus nombreuses telles les agents d'entretien, les assistants maternels et aides à domicile sont en forte croissance. Dans le même temps, la population active occupée vieillit dans la quasi-totalité des familles professionnelles. À l'heure des départs massifs en retraite, la réflexion doit aussi prendre en compte le poids des personnes de 50 ans et plus (désignées par le terme de seniors) au sein de chaque famille professionnelle.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 37
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

L’évolution des métiers
en Nord-Pas-de-Calais
En 1999, près de 1,4 million d’actifs ayant un
emploi résident dans la région. Ils sont plus
nombreux de 4,5% par rapport à 1990 et se
répartissent sur 84 familles professionnelles.En 1999, près de 1,4 million d’habitants du
L’analyse conduite ci-dessous dresse un état
des lieux des effectifs et des âges des actifsNord-Pas-de-Calais occupent un emploi dans la région et se
ayant un emploi dans le Nord-Pas-de-Calais
ainsi que de leur évolution depuis 1990.répartissent sur 84 familles professionnelles. Si le nombre des
L’examen des métiers en 84 familles permetactifs augmente globalement de 4,5% entre 1990 et 1999, les
d’éclairer les questions sur les perspectives de
recrutement et des besoins de formation
évolutions sont plus contrastées d’une famille professionnelle
dans la région. L’avantage de cette approche
est évident. Selon le classement en secteurs
à l’autre. Ainsi, les métiers manuels et de production
d’activité, un électricien travaillant au Centre
hospitalier de Lille se situe, dans le secteur de
diminuent-ils alors que les métiers des services aux la santé. Un autre électricien travaillant dans
une entreprise de fabrication de voitures se
particuliers sont ceux qui se développent le plus. Les trouvera, lui, dans le secteur de l’automobile,
donc dans l’industrie. Bien que classées dans
informaticiens ou les cadres des transports, mais aussi des des secteurs d’activité différents, ces deux
personnes exercent la même profession. Dans
familles plus nombreuses telles les agents d’entretien, les le souci d’adapter les formations aux besoins,
l’approche par familles professionnelles s’avère
assistants maternels et aides à domicile sont en forte plus pertinente. Cette construction en familles
professionnelles permet le rapprochement
croissance. Dans le même temps, la population active des données emploi, codées en professions et
catégories socioprofessionnelles (PCS), aux
données marché du travail codées par le réper-occupée vieillit dans la quasi-totalité des familles
toire opérationnel des métiers et emplois
(Rome). Ainsi, elle tient compte de la qualifi-professionnelles. À l’heure des départs massifs
cation requise et non du secteur d’activité.
Toutefois, une nomenclature très détailléeen retraite, la réflexion doit aussi prendre en
aboutit à une multitude de professions, qui
rendent difficile une vision globale. Les métierscompte le poids des personnes de 50 ans et
sont donc regroupés en familles, domaines
ou grands domaines (cf. encadré).plus (désignées par le terme de seniors) au
La force de l’approche « métiers » n’est passein de chaque famille professionnelle.
de rappeler que dans l’industrie régionale,
76% des emplois sont des métiers manuelsDans le cadre des travaux de l’Observatoire régional Emploi - Formation (Oref), la
et de production mais plutôt que le quart desdirection régionale du Travail, de l’Emploi et de la Formation professionnelle (DRTEFP)
et l’Insee ont engagé ensemble une analyse visant à éclairer les questions relatives aux actifs du commerce exercent un métier
perspectives de recrutement et aux besoins de formation dans la région. Ce document manuel, comme un cinquième de ceux des
dresse un état des lieux des effectifs et des âges des actifs ayant un emploi et résidant
services. Par exemple, l’ouvrier de la répara-dans la région en 1999, et son évolution depuis 1990.
tion automobile fait partie des métiers
manuels, tout comme le conducteur-livreur
d’une entreprise de vente à distance.
L’approche « métiers » révèle également queUne approche des métiers
le secteur des services apparaît le plus
équilibré dans sa répartition par grands
Catégories socioprofessionnelles Nature du travail
domaines professionnels.

224 sous-familles professionnelles (non présentées ici)1990-1999 : des évolutions
d’effectifs contrastées dans les
84 familles professionnelles
métiers manuels et de production

22 domaines professionnels
En 1999, les métiers manuels et de produc-
tion occupent 524 000 personnes et consti-
4 grands domaines :
tuent le plus grand domaine professionnel - les métiers manuels et de production ;
par ses effectifs. Avec 38% des actifs occu- - les de bureau ;
pés, la part de ce domaine est supérieure - les métiers de commerce et de services aux particuliers ;
- les de l’éducation, des soins et des services.de trois points en région comparativement à
la France. Sans doute en lien avec le recul
des industries de main-d’œuvre, ce grand
domaine est le seul à perdre des effectifs
Les familles professionnelles (FAP) sont issues d’un rapprochement du Répertoire opérationnel des Métiersentre 1990 et 1999 : 48 000 personnes de
et Emplois (Rome) utilisé par l’ANPE et de la nomenclature de Professions et Catégories
moins, soit un recul de 8% en dix ans dans socioprofessionnelles (PCS).
Les familles professionnelles sont ensuite rassemblées en domaines et en quatre grands domainesla région, alors que les effectifs nationaux
professionnels (GDP) où l’activité est propre aux individus et non à l’entreprise dans laquelle ils travaillent.du même domaine diminuent de 10% au
Une famille professionnelle particulière : les métiers de la politique et de la religioncours de la même période. Parmi les métiers
manuels et de production, les évolutions Une des 84 familles professionnelles est constituée des professionnels de la politique et du clergé. Ils sont
1 200 dans la région en 1999 et enregistrent un recul de leurs effectifs de moitié par rapport à 1990. En raisond’effectifs sont différentes d’un type de
de leur petit nombre et de leurs spécificités, ils ne sont pas cités dans l’étude. Étant de loin les plus âgés (56métier à l’autre.
ans et demi en moyenne), ils ressortiraient en effet systématiquement dans l’analyse des âges moyens ; avec
70% de personnes d’au moins 50 ans, leur structure par âge est également particulière.
La plus grosse perte d’effectifs des métiers
manuels et de production concerne les
métiers de l’industrie légère. Avec 19 000
Bien que leur variation soit à relativiser du fait 30 000 agents d’entretien etpersonnes de moins en 1999 qu’en 1990,
de leurs faibles effectifs (moins de 10 000 per-ils rassemblent 42 000 actifs en 1999. Au assistants maternels de plus
sonnes), certains domaines enregistrent dessein de ce sous-ensemble, le nombre entre 1990 et 1999
gains importants. C’est le cas, par exemple,d’ouvriers du textile et du cuir baisse de
des emplois de l’artisanat (hors métiers de l’arti-38% en dix ans, soit une perte de 16 500 Les métiers du commerce et des services
sanat de bouche) dont le nombre augmenteemplois, pour s’établir en 1999 à 27 000 aux particuliers constituent le deuxième grand
de 22%, alors que le Nord-Pas-de-Calaispersonnes. domaine professionnel. Avec 367 000 per-
semble être la région française où le nombre sonnes, ils regroupent plus du quart des
d’artisans par habitant est le plus faible [1]. DeMême en perdant 15% de leurs effectifs au actifs de 1999. Depuis 1990, le nombre d’actifs
même, les ingénieurs et cadres de l’industrie,cours de la décennie, les métiers du bâtiment exerçant l’une de ces professions en
qui font eux aussi partie des métiers manuelset des travaux publics relevant de ce grand Nord-Pas-de-Calais est en augmentation
et de production, voient leur nombre s’accroîtredomaine occupent encore 89 000 actifs en de 18%, soit deux points de plus qu’en France.
de 12% entre 1990 et 1999 (7 400 actifs en1999. Pour un tiers d’entre eux, il s’agit
1999 contre 6 500 en 1990), alors que leurd’ouvriers qualifiés du second œuvre, dont Au sein de ce grand domaine, la part des
progression n’est que de 4% en France.le nombre décroît à lui seul de 13% en dix métiers des services aux particuliers est de
ans, soit 4 200 emplois de moins. 49%, ces derniers rassemblant le plus de
D’une zone d’emploi à l’autre, la proportion
personnes, soit 180 000 actifs. La moitié d’entre
des métiers manuels et de production varieLa tendance à la baisse n’est pas une géné- eux sont des agents d’entretien (87 000), cette
beaucoup. Ainsi, dans la zone d’emploi deralité. En effet, les métiers manuels et de famille professionnelle étant celle dont les
Saint-Omer, caractérisée par l’importance deproduction du domaine professionnel tourisme effectifs sont les plus importants parmi les 84
l’industrie du verre, 48% des actifs occupéset transports croissent de 3% entre 1990 et familles existantes. Elle a par ailleurs généré
exercent un métier manuel et de production1999 ; ils occupent ainsi 122 000 habitants beaucoup d’emplois entre 1990 et 1999 :
contre 38% pour l’ensemble de la région. Àde la région en 1999. Parmi ces actifs, un +13 000 postes. Avec une hausse de 110%,
l’opposé, la part de ce type de métier n’esttiers sont conducteurs de véhicule, leur plus forte variation relative, les assistants
que de 27% dans la zone d’emploi de Lille.effectif progressant de 7% au cours de la maternels ont plus que doublé leurs effectifs
décennie. entre 1990 et 1999 ; ils passent ainsi de 15 000
à 32 000 emplois.
Tableau 1 : Répartition des actifs du Nord-Pas-de-Calais selon les grands domaines professionnels et les secteurs d'activité en 1999
Métiers manuels et Métiers de l’éducation, Métiers du commerce et
Métiers de bureau Totalde production des soins et des loisirs des services aux particuliers
Nombre % Nombre % Nombre % Nombre % Nombre %
Agriculture 33 122 95,2 725 2,1 123 0,4 804 2,3 34 774 100,0
Industrie 220 982 76,0 32 785 11,3 4 568 1,6 32 489 11,2 290 824 100,0
Construction 66 841 87,6 6 364 8,3 282 0,4 2 818 3,7 76 305 100,0
Commerce 50 035 26,6 27 000 14,3 8 665 4,6 102 712 54,5 188 412 100,0
Services 153 172 19,6 202 654 25,9 197 817 25,3 227 965 29,2 781 608 100,0
Total 524 152 38,2 269 528 19,6 211 455 15,4 366 788 26,7 1 371 923 100,0
Guide de lecture : la part des actifs exerçant des métiers de bureau (27 000 personnes) est de 14,3% dans le secteur du commerce contre 19,6% tous secteurs confondus.
Champ : actifs ayant un emploi et résidant dans la région en 1999.
Source : Insee - Recensement de la population 1999Les métiers du commerce concernent 10% desGraphique 1 : Les dix premiers métiers en nombre en 1999
actifs de la région, soit 135 000 personnes.
Entre 1990 et 1999, ces métiers augmentent plus
Unité : nombre rapidement dans la région qu’en France : +8%
contre +6%. À l’intérieur de ce groupe de métiers,
des contrastes marqués apparaissent selon les
familles professionnelles. Ainsi le nombre de
vendeurs (44 000 en 1999) diminue-t-il de 21%
entre 1990 et 1999 tandis que celui des caissiers
(24 500) augmente de 65%, traduisant le dyna-
misme de la grande distribution dans la région.
En occupant 52 000 actifs, les métiers de
l’hôtellerie, restauration, alimentation, représen-
tent 15% du grand domaine professionnel du
commerce et des services aux particuliers.
Dans l’ensemble, leur nombre augmente de 4%,
mais les familles évoluent différemment. Les
effectifs des employés et agents de maîtrise
de l’hôtellerie (19 500 en 1999) augmentent
de 37%, ceux des cuisiniers (9 000 en 1999),Guide de lecture : plus de 85 000 actifs de la région sont des agents d'entretien, premier métier en nombre en 1999.
de 15%. À l’inverse, le nombre de bouchers,Champ : actifs ayant un emploi et résidant dans la région en 1999.
Source : Insee - Recensement de la population 1999 charcutiers, boulangers diminue de 10% (soit
1 500 personnes de moins) et les patrons des
Graphique 2 : Les dix premières évolutions d'emploi en valeur absolue entre 1990 et 1999 hôtels, cafés, restaurants sont 24% de moins
en 1999 qu’en 1990 (soit -3 300 personnes).
Unité : nombre
La zone d’emploi de Berck-Montreuil enregistre
la plus forte proportion de métiers du commerce
et des services aux particuliers avec 32%, soit
5 points de plus que la moyenne régionale.
Cela est dû à l’hôtellerie, restauration,
alimentation : 7,1% des actifs dans la zone
de Berck-Montreuil contre 3,8% en région.
Au sein des métiers de bureau,
les métiers de la recherche et de
l’informatique, quoique peu nombreux,
se distinguent par de très fortes
progressions
Avec 270 000 personnes, les métiers de
bureau concernent près de 20% des actifs
Guide de lecture : entre 1990 et 1999, le nombre des agents d'entretien a augmenté de près de 13 000
occupés, soit 6% de plus qu’en 1990 contrepersonnes; après les assistants maternels et aides à domicile, il s'agit du métier dont les effectifs ont le plus
5% pour la France. Ces métiers constituentprogressé dans la région en valeur absolue.
Champ : actifs ayant un emploi et résidant dans la région en 1999. le troisième grand domaine professionnel.
Source : Insee - Recensements de la population 1990 et 1999
Les métiers de la gestion, administration
emploient près de la moitié des effectifs. EnGraphique 3 : Les dix premières évolutions d'emploi en pourcentage entre 1990 et 1999
perdant 1% de leurs effectifs en dix ans, ces
Unité : % métiers constituent le seul sous-ensemble des
métiers de bureau en diminution. Parmi eux figu-
rent en particulier 30 000 secrétaires en 1999 ;
leur effectif, en net repli, chute entre 1990 et 1999
de plus de 25% (soit 11 300 personnes de
moins). Figurent également 27 500 employés
administratifs en 1999, soit un effectif voisin qui
résulte en revanche d’une progression de 4 600
personnes au cours de la même période.
Les métiers de la fonction publique représentent
un tiers des métiers de bureau. En concernant
90 000 personnes en 1999, leurs effectifs crois-
sent de 8% sur l’ensemble de la décennie. Plus
de la moitié des métiers de la fonction publique
(54 000 emplois) sont occupés par des em-
ployés administratifs de catégorie C, profession
en recul de 4% en dix ans. Les effectifs de caté-
Guide de lecture : entre 1990 et 1999, le nombre des formateurs recruteurs a progressé de plus de 70%; gorie A de la fonction publique (16 500 emplois
après les assistants maternels et aides à domicile, il s'agit du métier dont les effectifs ont le plus progressé
en 1999) ont augmenté entre 1990 et 1999 dedans la région en valeur relative.
Champ : actifs ayant un emploi et résidant dans la région en 1999. 38% et ceux de catégorie B (21 500 emplois en
Source : Insee - Recensements de la population 1990 et 1999 1999) de 26%.Tableau 2 : Répartition des actifs du Nord-Pas-de-Calais selon leur domaine professionnel en 1999.
Ensemble des actifs ayant un emploi Âge moyen Les actifs de 50 ans ou plus
Évolution 1999 / 1990 Évolution Evolution
Effectif en Effectif enEn 1999 1999 / 1990 Part en % 1999 / 1990
1999 1999en volume en % en années en points
Ensemble des métiers 1 371 923 +59 334 +4,5 39,2 +1,8 257 389 18,8 +3,2
J - tourisme et transports 121 938 +3 652 +3,1 37,9 +1,7 17 537 14,4 +1,4
dont J2 - conducteurs d’engins de traction et de levage 2 770 -774 -21,8 41,5 +2,9 672 24,3 +11,9
dont J3 - de véhicule 41 901 +2 723 +6,5 39,1 +1,4 7 377 16,5 +1,0
dont J6 - cadres des transports et navigants de l’aviation 2 231 +863 +63,1 41,8 -0,5 2 231 22,4 +0,8
B - bâtiment, travaux publics 88 636 -15 650 -15,0 38,7 +1,9 15 165 17,1 +2,9
dont B4 - ouvriers qualifiés du second œuvre 28 428 -4 237 -13,0 39,5 +2,4 4 933 17,4 +3,8
D - mécanique, travail des métaux 85 620 -6 396 -7,0 39,0 +2,5 14 902 17,4 +5,8
E - industries de process 72 950 +710 +1,0 38,6 +1,7 12 311 16,9 +3,1
G - maintenance 43 190 -3 254 -7,0 40,4 +2,4 8 434 19,5 +5,7
F - industries légères (bois, industries graphiques, textile) 41 974 -18 886 -31,0 39,7 +3,4 7 682 18,3 +4,9
dont F0 - ouvriers non qualifiés du textile et du cuir 15 062 -13 522 -47,3 39,4 +4,2 2 492 16,5 +5,5
dont F1 - ouvriers qualifiés du textile et du cuir 12 014 -2 946 -19,7 40,9 +3,3 2 516 20,9 +5,5
A - agriculture, marine, pêche 40 216 -12 776 -24,1 40,9 -1,8 10 366 25,8 -10,8
dont A2 - techniciens et cadres de l’agriculture 1 947 +755 +63,3 38,5 +1,3 350 18,0 +0,2
C - électricité, électronique 13 144 +2 204 +20,1 38,0 +2,8 1 715 13,0 +3,8
K - artisanat 9 135 +1 659 +22,2 37,6 +3,9 1 135 12,4 +3,3
H - ingénieurs et cadres de l’industrie 7 349 +809 +12,4 42,1 -0,5 1 987 27,0 +1,2
Métiers manuels et de production 524 152 -47 928 -8,4 39,0 +1,8 111 805 17,4 +2,0
L - gestion, administration 119 254 -1 735 -1,4 39,2 +2,5 21 934 18,4 +5,2
dont L0 - secrétaires 29 763 -11 261 -27,4 37,7 +3,6 4 015 13,5 +5,6
dont L2 - employés administratifs 27 427 +4 578 +20,0 37,9 +2,6 4 225 15,4 +4,9
P - fonction publique et professions juridiques 94 127 +6 995 +8,0 41,3 +4,0 21 888 23,3 +9,5
dont P0 - fonction publique, catégorie c 53 966 -2 378 -4,2 40,1 +4,6 10 192 18,9 +8,3
dont P1 - fonction b 21 491 +4 367 +25,5 42,4 +2,3 5 599 26,1 +8,0
dont P2 - fonction publique, catégorie a 16 441 +4 473 +37,4 44,0 +2,5 5 465 33,2 +12,7
Q - banques et assurances 35 204 +1 268 +3,7 41,6 +3,5 7 774 22,1 +10,9
M - informatique 13 635 +4 515 +49,5 35,8 +1,9 1 249 9,2 +5,3
N - études et recherche 7 308 +2 260 +44,8 39,1 -0,1 1 624 22,2 +5,8
Métiers de bureau 269 528 +13 303 +5,2 40,1 +3,0 83 965 20,2 +7,4
T - services aux particuliers (emplois familiaux, sécurité, ...) 180 225 +42 608 +31,0 40,5 +2,1 40 570 22,5 +1,8
dont T1 -employés de maison 14 727 +5 022 +51,7 44,2 +1,5 4 635 31,5 -0,4
dont T2 - assistants maternels, aide à domicile 31 715 +16 623 +110,1 43,1 +1,2 8 501 26,8 +0,5
dont T3 - agents de gardiennage et de sécurité 9 624 +2 227 +30,1 37,3 -2,0 1 730 18,0 -5,6
dont T4 - agents d’entretien 86 864 +12 929 +17,5 40,7 +2,4 19 683 22,7 -0,1
dont T6 - employés des services divers 6 065 +1 889 +45,2 42,0 +2,6 1 630 26,9 +5,9
R - commerce 134 696 +10 365 +8,3 37,3 -0,5 21 700 16,1 -2,1
dont R0 - caissiers, employés de libre -service 24 470 +9 686 +65,5 33,3 +3,0 1 570 6,4 +1,6
dont R1 - vendeurs 43 788 -11 504 -20,8 37,6 -1,0 8 234 18,8 -2,9
dont R2 - représentants 31 853 +6 641 +26,3 37,9 +0,2 5 333 16,7 +1,4
dont R3 - intermédiaires de commerce 19 059 +5 233 +37,8 38,0 -1,8 3 163 16,6 -5,0
S - hôtellerie, restauration, alimentation 51 867 +1 734 +3,5 36,4 -0,1 8 900 17,2 -1,2
dont S0 - bouchers, charcutiers, boulangers 13 093 -1 471 -10,1 36,6 +1,6 2 382 18,2 +1,7
dont S1 - cuisiniers 9 090 +1 170 +14,8 35,6 +1,3 1 155 12,7 -0,5
dont S2 - employés et agents de maîtrise de l’hôtellerie 19 450 +5 261 +37,1 32,1 +0,7 1 597 8,2 -0,5
dont S3 - patrons hôtels, cafés, restaurant 10 234 -3 226 -24,0 44,9 +0,3 3 766 36,8 +3,4
Métiers du commerce et des services aux particuliers 366 788 +54 707 +17,5 38,7 +0,8 134 549 19,4 +0,1
V - santé, action sociale, culturelle et sportive 112 833 +26 660 +30,9 38,0 +2,0 16 341 14,5 +4,0
dont V0 - aides soignants 23 239 +5 463 +30,7 38,2 +3,2 2 897 12,5 +2,9
dont V1 - infirmiers, sage -femmes 24 883 +4 403 +21,5 38,8 +3,4 3 528 14,2 +6,5
dont V2 - médecins et asimilés 18 698 +1 282 +7,4 42,3 +2,7 4 398 23,5 +7,1
dont V4 - prof. de l’action sociale, culturelle et sportive 31 881 +12 468 +64,2 34,8 +0,4 3 462 10,9 +1,6
W - enseignement, formation 87 624 +11 310 +14,8 41,0 +1,9 21 963 25,1 +10,6
dont W0 - enseignants 79 809 +7 932 +11,0 41,2 +2,0 20 482 25,7 +11,2
dont W1 - formateurs, recruteurs 7 815 +3 378 +76,1 39,4 +1,5 1 481 19,0 +5,5
U - communication, information, spectacles 9 845 +2 389 +32,0 37,1 +1,2 1 396 14,2 +1,6
dont U1 - professionnels des arts et des spectacles 6 163 +1 919 +45,2 36,4 +1,3 733 11,9 -0,4
X - politique, religion 1 153 -1 107 -49,0 56,5 +1,0 816 70,8 -0,6
Métiers de l’éducation, des soins et des loisirs 211 455 +39 252 +22,8 39,3 +1,7 77 497 19,2 +6,0
Guidedelecture : en 1999, le nombre des actifs exerçant des métiers de bureau est de 269 528 personnes, soit 13 303 de plus qu'en 1990 et une progression de 5,2. L'âge
moyen de ces actifs progresse de 3 ans entre 1990 et 1999; il s'établit en 1999 à 40,1 ans. La part des personnes de 50 ans et plus est de 20,2% et gagne 7,4 points depuis
1990 ; leur nombre est en 1999 de 83 965 personnes.
Champ : actifs ayant un emploi et résidant dans la région en 1999.
Source : Insee - Recensements de la population 1990 et 1999.Parmi les métiers de bureau, les plus fortes
Graphique 4 : Part des 50 ans et plus par grand domainehausses d’effectifs entre 1990 et 1999 concer-
professionnel en 1990 et 1999nent ceux de l’informatique et des études et
recherche : respectivement +50% et +45%. Il
convient toutefois de relativiser l’ampleur de
ces évolutions eu égard aux plus faibles
effectifs de ces deux catégories de métiers en
1990. En effet, en 1999 et après avoir fortement
augmenté en nombre, ils occupent 13 500
personnes pour l’informatique et 7 500 pour
les études et la recherche.
Capitale régionale, la zone d’emploi de Lille
concentre près d’un tiers des métiers de
bureau de la région.
10 000 aides-soignants, infirmiers et
sages-femmes de plus en 1999 qu’en
1990
Guide de lecture : au sein des métiers de bureau, la part des seniors est en 1999 supérieure à 20 % alors
Les métiers de l’éducation, des soins et des que leur part était inférieure à 15% en 1990.
loisirs représentent 15% des actifs occupés, Champ : actifs ayant un emploi et résidant dans la région en 1999.
Source : Insee - Recensements de la population 1990 et 1999soit 211 000 personnes. Ce grand domaine
professionnel est celui dont l’effectif augmente
le plus : +23% entre 1990 et 1999, soit un point Tableau 3 : Les dix familles professionnelles à plus forte part de seniors en 1999
de plus qu’en France au cours de la même
Évolution de cettepériode. Part des 50 ans ou
part entre 1990 et
plus en 1999 en %
1999 en points
Plus de la moitié des actifs de l’éducation,
S3 Patrons HCR 36,8 +3,4des soins et des loisirs travaillent dans des
L6 Dirigeants d’entreprises 36,2 -0,6métiers de la santé, l’action sociale, culturelle
et sportive. Les effectifs de ce sous-ensemble P2 Fonction publique catégorie a 33,2 +12,8
progressent fortement : +31% entre 1990 et Q2 Cadres banques et assurances 33,0 +11,1
1999, soit 27 000 actifs supplémentaires. En
A0 Agriculteurs, sylviculteurs 32,4 -10,4
son sein, plus du quart des personnes (32 000
T1 Employés de maison 31,5 -0,4en 1999) sont des professionnels de l’action
P3 Professionnels du droit 28,4 -1,1sociale, profession en essor de 64% de 1990 à
1999. Vient ensuite la catégorie des infirmiers L5 Cadres administratifs 27,9 +5,2
et sages-femmes, dont l’évolution est également B7 BTP 27,4 +6,0
positive bien que plus mesurée avec +22%. Si
H0 Ingénieurs techniques de l’industrie 27,0 +1,2
tous les métiers de la santé, de l’action sociale,
Guide de lecture : en 1999, la part des 50 ans et plus est de 31,5% pour les employés de maison; elle était
culturelle et sportive ont gagné des emplois entre
de 31,9% en 1990, soit 0,4 point de moins.
1990 et 1999, les médecins et assimilés consti- Champ : actifs ayant un emploi et résidant dans la région en 1999.
Source : Insee - Recensements de la population 1990 et 1999.tuent au sein de cet ensemble la famille profes-
sionnelle qui progresse le moins (+7%).
Par ailleurs, 88 000 personnes exercent leur
activité dans les métiers de l’enseignement et Entre 1990 et 1999, l’âge moyen des actifsLes métiers de bureau, les plus âgés
la formation en 1999, soit 15% de plus qu’en nordistes a progressé d’un peu moins deen 1999, ont vieilli plus vite que
1990. Parmi elles, neuf personnes sur dix sont deux ans. Toutefois, la proportion des actifsla moyenneenseignants, l’effectif de ces derniers pro- de 50 ans et plus a davantage augmenté
gressant au cours de la dernière décennie de dans certaines professions que dans d’autres.Les actifs habitant le Nord-Pas-de-Calais11%. La part de cette famille professionnelle Ainsi la moyenne d’âge des fonctionnaires de
avaient 39 ans en moyenne lors du recense-apparaît relativement importante dans la région catégorie C ou des ouvriers non qualifiés dument de 1999. L’âge moyen varie peu d’unau regard des données nationales, ce qui tient textile et du cuir a augmenté de plus de
grand domaine professionnel à l’autre : un peusurtout à la relative jeunesse de la population quatre ans. À l’inverse, quelques professionsmoins de 39 ans dans les métiers du commercerégionale (28% de la population a moins de 20 rajeunissent. Les agents de gardiennage et
et des services aux particuliers et 40 ans dansans contre 24% en métropole). Beaucoup moins les intermédiaires du commerce sont, enles métiers de bureau. En revanche, l’écartnombreux, les formateurs, recruteurs voient moyenne, plus jeunes de deux ans en 1999
d’âge moyen atteint douze ans et demi entreleurs effectifs évoluer fortement (+76%) et leur qu’en début de décennie.la famille professionnelle la plus âgée et lapart au sein des métiers de l’enseignement et
plus jeune. Ainsi, les dirigeants d’entreprisede la formation approcher les 10%. L’âge moyen des actifs ne suffit pas à mettreet patrons d’hôtels, cafés, restaurants sont en
en évidence les professions qui verront
moyenne âgés de 45 ans alors que lesLa zone d’emploi de Lille regroupe plus du prochainement leurs effectifs se restreindrepersonnels de l’hôtellerie ou les caissiers etquart des emplois régionaux de l’éducation, du fait des proches départs en retraite. Pour
employés de libre-service ont un âge moyendes soins et des loisirs. Le poids de l’ensei- envisager le renouvellement des générationsde 32 et 33 ans.gnement y est important puisque la zone d’actifs quittant le monde professionnel, la part
rassemble plus du quart des professions des seniors s’avère déterminante.
d’enseignement.En 1999, 19% des actifs occupés du parmi les ouvriers qualifiés du textile ne Dès lors, la question du renouvellement ne
Nord-Pas-de-Calais ont au moins 50 ans, présage pas forcément de difficultés de peut légitimement pas être approchée par
contre 22% en France. Si cette part oscille recrutement à venir dans la mesure où le taux de seniors.
entre 17% et 20% selon les grands domai- l’activité textile semble en repli. Départs en
nes professionnels, son évolution est plus retraite et baisse d’activité convergeraient Une analyse de l’évolution récente des effectifs
contrastée d’un métier à l’autre. Pour les et la question du renouvellement pourrait se et de leur structure par âge ne saurait suffire
métiers du commerce et des services aux résoudre d’elle-même. dans une démarche prospective d’analyse
particuliers, la part des seniors est quasi des métiers. En effet, d’autres facteurs inter-
stable entre 1990 et 1999 (19%). En D’autres professions nécessitant un profes- viennent dans l’adéquation entre l’offre et la
revanche, dans les métiers de bureau, la sionnalisme acquis aussi par l’expérience demande de travail, dont notamment les ten-
proportion des seniors est en forte augmen- affichent une part importante mais néanmoins sions sur le marché du travail. Le recrutement
tation : en s’établissant à 20% en 1999, elle stable de seniors. Ainsi, parmi les dirigeants peut devenir difficile, faute de personnel dispo-
gagne 7 points par rapport à 1990. Les d’entreprise, les patrons d’hôtels, cafés, sant des qualifications requises (c’est le cas du
métiers de bureau sont les seuls à compter restaurants, les ingénieurs techniques de secteur du bâtiment qui éprouve de grandes
plus de personnes âgées de 50 ans ou plus l’industrie ou les cadres, plus d’un actif sur difficultés à trouver des ouvriers qualifiés, ou
que de jeunes de moins de 30 ans en 1999. quatre est âgé d’au moins 50 ans. La ques- encore du monde hospitalier pour le recrute-
tion du renouvellement des générations ment des infirmières), mais aussi faute de
sortantes peut légitimement se poser pour personnel dans la région d’activité. D’autresLa difficile question du
les ingénieurs techniques. S’ils doivent facteurs comme les évolutions futures des
renouvellement des actifs dans
étudier quelques années et acquérir de conditions de travail peuvent influencer non
un contexte de vieillissement l’expérience, ils prendront inéluctablement seulement les stratégies des actifs mais
de l’âge avant d’arriver sur le marché du aussi celles des employeurs, et complexifier
Le seul examen du des actifs travail, la question de leur remplacement davantage l’analyse prospective des métiers.
ou de la part des seniors ne permet pas de pouvant alors se poser. Pour les patrons et L’étude qui tentera de prendre simultanément
répondre à la question du renouvellement dirigeants d’entreprise, la part des seniors est en compte l’ensemble de ces facteurs constitue
des actifs. En effet, les conditions d’accès aux certainement un indicateur moins pertinent. la matière d’un prochain travail partenarial
métiers et les contextes d’évolution varient En effet, rares sont les patrons ou les diri- entre l’Insee et la DRTEFP dans le cadre
de l’un à l’autre et complexifient l’analyse. geants très jeunes, l’âge étant presque pour des travaux de l’Oref [2].
Par exemple, la part importante des seniors ces métiers une condition sine qua non.
Pour en savoir plus’
[1] L’artisanat dans le Nord-Pas-de-Calais - Insee - Les Dossiers de Profils n° 53, mai 1999.
[2] Analyse des métiers dans une optique prospective - Insee - Profils Nord-Pas-de-Calais n° 6, octobre 2004. Ce document est une
synthèse des travaux réalisés en partenariat avec la direction régionale du Travail, de l’Emploi et de la Formation professionnelle
(DRTEFP) dans le cadre des travaux de l’Observatoire régional Emploi - Formation (Oref).
Les salariés de 45 ans et plus dans le Nord-Pas-de-Calais : un état des lieux dans le secteur privé - Insee - Profils Nord-Pas-de-Calais n° 9,
octobre 2002.
Quelles ressources de main-d’œuvre à l’horizon 2015 - Insee - Profils Nord-Pas-de-Calais n° 8, octobre 2003. Ce document est la
synthèse d’une étude réalisée en partenariat avec l’Observatoire régional Emploi - Formation (Oref).
Les métiers en région dans les années 90 : redistribution des emplois, migrations et vieillissement - Dares - Premières informations
et Premières synthèses n° 28.1, juillet 2003.
Les demandeurs d’emploi de plus de cinquante ans dans le Nord-Pas-de-Calais - DRTEFP - Perspectives numéro spécial, octobre 2004.
Directeur de la publication : Jean-Jacques MALPOT - Service Administration des Ressources : Brigitte RABIN - Service Études
Diffusion : Anne FLIPO - Service statistique : Karim MOUSSALLAM - Rédacteur en chef : Jean-Luc VAN GHELUWE - Secrétaire
de fabrication : Christian DE RUYCK - Vente : Bureau de vente - 130, avenue J.F. Kennedy - BP 769 - 59034 LILLE CEDEX -
Tél : 03 20 62 86 66 - CPPAD en cours - ISSN 1269-0260 - Dépôt légal octobre 2004 - © Insee 2004 - Code Sage PRO040520 -
LA MONSOISE Tél : 03 20 61 98 44

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.