L'intérim en Haute-Normandie en 2003 : L'emploi intérimaire recule de 5 % en Haute-Normandie

De
Publié par

Au cours de l'année 2003, l'intérim haut-normand n'a toujours pas réussi à reprendre le mouvement de hausse qu'il avait connu de 1995 à la mi-2001. À partir du second semestre 2001, l'activité des agences régionales d'intérim à subi un brusque ralentissement. Globalement l'intérim est resté sur une pente décroissante tout au long des années 2002 et 2003.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 22
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

L’INTÉRIM EN HAUTE-NORMANDIE EN 2003
L’emploi intérimaire recule de 5% en Haute-Normandie
Damien BARTHÉLÉMY
Au cours de l’année 2003, ÉVOLUTION DU NOMBRE DE CONTRATS EN COURS EN HAUTE-NORMANDIE DE 2000 À 2003
l’intérim haut-normand n’a 33
toujours pas réussi à reprendre
31
le mouvement de hausse qu’il Données brutes
29avait connu de 1995 à la mi-
Tendance
2001 (1). A partir du second
27
semestre 2001, l’activité des
25agences régionales d’intérim a
subi un brusque ralentissement.
23
Globalement, l’intérim est resté
21sur une pente décroissante tout
Janv. Mai Sept. Janv. Mai Sept. Janv. Mai Sept. Janv. Mai Sept. Déc.
Mars Juil. Nov. Mars Juil . Nov. Mars Juil. Nov. Mars Juil. Nov.
au long des années 2002 et 2000 2001 2002 2003
Sources : DRTEFP - UNEDIC - DARES Unité : millier de contrats conclus2003.
ÉVOLUTION DU NOMBRE DE CONTRATS CONCLUS EN HAUTE-NORMANDIE DE 2000 À 2003n moyenne mensuelle, 51 350
Econtrats ont été conclus chaque 70
mois contre 52 350 en 2002, soit un recul
d’à peine 2%. La baisse a été plus forte 65
en Seine-Maritime (-3,4%) tandis que Données brutes
dans l’Eure, une légère croissance 60
(+0,5%) a fait suite à la forte baisse de
2002 (-8,6%). Cette baisse du nombre de
55
contrats signés n’a pas empêché le
Tendancenombre d’agences de travail temporaire
50
de croître : on en compte 228 en
moyenne dans la région en 2003 contre
45
223 un an auparavant. Le nombre d’éta-
blissements utilisateurs baisse plus net-
40
tement (-4,2%). Ainsi, chaque mois, plus Janv. Mai Sept. Janv. Mai Sept. Janv. Mai Sept. Janv. Mai Sept. Déc.
Mars Juil. Nov. Mars Juil . Nov. Mars Juil. Nov. Mars Juil. Nov.
de 9 600 établissements emploient au 2000 2001 2002 2003
moins un intérimaire. En période estivale, Sources : DRTEFP - UNEDIC - DARES Unité : millier de contrats conclus
ils sont plus de 11 000.
Le nombre de contrats en cours à la
moyenne annuelle (-5,5% en Seine-Mari-fin du mois, indicateur qui se rapproche CONTRAT CONCLU
time et -4% dans l’Eure). Cette baissele plus des estimations d’emploi (stocksT EN COURS
plus prononcée s’explique par le fait queen fin de mois), a connu une évolution Un contrat (ou une mission) conclu au cours
la durée moyenne des missions est du mois est une mission dont la date de débutplus défavorable que le nombre de con-
est comprise entre le premier et le dernier jourpassée de 1,93 semaine en 2002 à 1,85trats conclus ; le recul atteint les 5% en
du mois considéré.
semaine en 2003. En Seine-Maritime, les Un contrat en cours au dernier jour ouvré du
mois est un contrat dont la date de fin n’estmissions sont un peu plus longues (2 se-
(1) Pour de plus amples renseignements lire TEN INFO
pas remplie ou dont la date de fin (si elle estn° 20 (DRTEFP) et AVAL n° 11 - Janvier 2002 (INSEE maines en moyenne) que dans l’Eure
mentionnée) est postérieure au dernier jourHaute-Normandie).
Site internet de l’UNEDIC : www.unedic.fr (1,6 semaine). ouvré du mois.
8 CAHIER D’AVAL n° 67 - Juillet 2004
EMPLOI
CHÔMAGELES MISSIONS RÉALISÉES EN HAUTE-NORMANDIE PAR SEXE ET ÂGE DE L’INTÉRIMAIREEn 2003, le nombre d’intérimaires, à
2001 2002un moment donné, a été en moyenne de
Seine- Haute- Seine- Haute-
25 300, soit 3,9% de l’emploi salarié ou Eure Maritime Normandie Eure Maritime Normandie
Par sexe5,4% si l’on ne tient compte que de
Hommes 52,7 73,9 65,3 52,3 73,7 65,1
l’emploi du secteur concurrentiel (champ Femmes 46,9 25,8 34,3 47,3 26,1 34,6
Ensemble 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0ASSEDIC). Cela place la Haute-Nor-
Par ägemandie dans le trio de tête des régions 41,4 38,4 39,6 40,6 38,8 39,5Moinsde25ans
17,2 19,0 18,3 16,1 18,0 17,3De 25à29ansutilisatrices avec la Franche-Comté et la
De 30à39ans 21,9 23,5 22,9 22,8 23,7 23,4
Picardie. Et pourtant, en deux ans, l’inté- 40 ans et plus 18,6 18,3 18,4 19,6 18,7 19,1
Ensemble 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0rim haut-normand a perdu 10% de ses
Sources : UNEDIC - DARES Unité : %
«emplois».
l’industrie, en particulier la pharmacie, lade 2002 et 2001 : 23 260 équivalents
PART DES INTÉRIMAIRES
chimie, l’électricité et l’électronique. Or,temps plein (ETP) en 2003, contreDANS L’EMPLOI SALARIÉ EN 2003
dans ces secteurs, la main-d’œuvre fé-24 560 en 2002 et 26 880 en 2001. Cette
5
minine est souvent présente, en particu-diminution est plus mesurée dans l’Eure
lier sur les postes non qualifiés qui sont(-4,6%) qu’en Seine-Maritime (-5,6%).
4 plus fréquemment pourvus par des mis-Cela confirme la tendance à la baisse
sions d’intérim. En Seine-Maritime, lesconstatée pour les deux années
secteurs les plus utilisateurs ont uneprécédentes.
3
main-d’œuvre très masculine : construc-Au niveau national, après une année
tion, transports, industrie automobile. De2001 où la baisse a été soutenue et
ce fait, la part des femmes dans l’intérim2 continue, les statistiques de l’intérim ont
y est deux fois moindre.connu un rebond au début de 2002 puis
La structure par âge est comparableont évolué en dents de scie avant de re-
1
entre les deux départements avec prèspartir à la baisse fin 2002 et début 2003.
de 40% des intérimaires qui ont moins deLe deuxième semestre 2003 a connu un
25 ans et seulement 19% qui ont 40 ansléger rebond mais, en moyenne, l’emploi0
Haute- Seine- Eure France ou plus. L’intérim fait appel à une popula-dans l’intérim a baissé de 2,6% par rap-
Normandie Maritime métropolitaine
tion jeune d’où les conséquences de sonport à 2002.
Sources : UNEDIC - DARES Unité : % recul sur le chômage des moins de 25
ans. Pour de nombreux entrants dans la
vie active, il est souvent l’occasion d’ac-LES INTÉRIMAIRES ONT UN PROFILEnfin, dernier indicateur, pour se faire
quérir une première expérience profes-JEUNE ET PLUTÔT MASCULINune idée réelle de la quantité de travail
sionnelle et de connaître le monde deprestée, on peut ramener la quantité de
l’entrepriseEn Haute-Normandie, les deux tierstravail fournie à un nombre fictif d’em-
des intérimaires sont des hommes, maisplois à temps plein, dont le volume ho-
cette proportion frôle les 75% enraire (ou journalier) de travail serait
Seine-Maritime tandis qu’elle dépasseéquivalent (2). Cet indicateur nous (2) A raison de 45 semaines de 39 heures par an. Par sou-
ci de continuité des séries statistiques, le calcul des équi-de peu les 50% dans l’Eure. Dans ce dé-montre que le volume de travail fourni en
valents temps plein reste sur une base hebdomadaire de
39 heures et non pas de 35 heures.partement, l’intérim est très orienté vers2003 est sensiblement inférieur à celui
CAHIER D’AVAL n° 67 - Juillet 2004 9

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.