La baisse des prix du pétrole limite l'inflation en 2001

De
Publié par

En 2001, les prix à la consommation progressent de 1,4 % après + 1,6 % en 2000. Avant le passage définitif à l'euro, l'inflation se maintient en dessous de 2 %. Le net repli des prix des produits pétroliers (-13,7 %), après deux années de hausses, compense partiellement la poursuite de l'accélération des prix de l'alimentation, liée en partie aux crises alimentaires, et les augmentations de certains produits manufacturés domestiques et de services intensifs en main-d'oeuvre. Ces hausses de biens et services de consommation courante ont pu accentuer, chez les ménages, les craintes inflationnistes liées à l'euro. L'inflation sous-jacente, qui reflète les tendances de fond des évolutions de prix en éliminant notamment les composantes énergétiques, produits frais et de santé, s'est établie à + 2,0 % (+ 1,3 % en 2000).
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 38
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N°837 - MARS 2002
PRIX : 2,20€
La baisse des prix du pétrole
limite l’inflation en 2001
Germaine Brudieu et André Viguier, division Prix à la consommation, Insee
n 2001, les prix à la consommation Tout au long de l’année 2001, l’inflation sous-
jacente poursuit sa remontée amorcée auprogressent de 1,4 % après + 1,6 %
premier semestre 2000 : elle continue àEen 2000. Avant le passage définitif
intégrer la hausse des coûts de production, les
à l’euro, l’inflation se maintient en des-
augmentations des produits alimentaires trans-
sous de 2 %. formés, de certains produits manufacturés
Le net repli des prix des produits pétroliers courants et de certains services. En septembre,
(-13,7 %), après deux années de hausses, elle est « passée » au-dessus de l’indice
d’ensemble pour se fixer à + 2,0%àlafin decompense partiellement la poursuite de
l’année.l’accélération des prix de l’alimentation,
liée en partie aux crises alimentaires, et
les augmentations de certains produits Repli des prix des produits
manufacturés domestiques et de services pétroliers, hausse du gaz et de
intensifs en main-d’œuvre. Ces hausses l’électricité
de biens et services de consommation cou-
rante ont pu accentuer, chez les ménages, Sur l’année 2001, les prix de l’énergie reculent
de 7,5 % (tableau 1), contribuant presqueles craintes inflationnistes liées à l’euro.
exclusivement au repli de l’inflation (graphique 1).L’inflation sous-jacente, qui reflète les
Face au ralentissement de l’économie mon-
tendances de fond des évolutions de prix
diale, les cours du brent se tassent : 20,9 euros
en éliminant notamment les composantes par baril en décembre 2001 contre 28,4 euros
énergétiques, produits frais et de santé, par baril en 2000. Les prix des
s’est établie à + 2,0 % (+ 1,3 % en 2000).
Contribution* des grands secteurs à
l’indice des prix à la consommation
Entre le début et la fin de l’année 2001, les prix
1,4
augmentent au même rythme qu’entre le début Ensemble 1,6
et la fin 2000. Toutefois, la similitude de ces
0,1Produits fraisglissements annuels recouvre des évolutions 0,1
Alimentation hors 0,8mensuelles différentes (cf. Définitions). En produits frais 0,4
Habillement et 02000, le glissement annuel, +1,6 %, est limité
0chaussures
- 0,1par la baisse des cours du baril de pétrole au Produits de santé 0
Autres produits 0,2mois de décembre, après un second semestre
0,1manufacturés
- 0,6d’augmentation de l’indice d’ensemble ; cette Energie 0,6
0,1modération se prolonge en janvier 2001 Tabac
0,1
1 0,1(+ 1,2 % en variation annuelle). Dès février, Loyers, eau...
0
l’inflation remonte, traduisant le rebond des - 0,1Services de santé
0
prix de l’énergie, l’accélération des prix des Transports et 0,1
- 0,1-communications 2001produits alimentaires et la fin des effets de la 0,8 2000Autres services 0,4
baisse du taux normal de TVA d’avril 2000. En - 1 - 0,5 0 0,5 1 1,5 2
1
... et enlèvement des ordures ménagères En %mai, l’inflation atteint 2,3 %. Elle décroît ensuite
pour revenir à + 1,4 % en décembre, malgré la *La contribution d'un secteur permet d'évaluer sa part dans l'évolution
d'ensemble, en tenant compte de son évolution propre et de sa pondé-fermeté des prix dans les services : les prix des
ration dans l'indice. La somme des contributions des secteurs donne
produits pétroliers baissent (-11,8 % de juin à l'évolution générale de l'indice (+1,4% en 2001, +1,6% en 2000).
décembre 2001), ceux de l’alimentation hors Ainsi, sur les 1,4% de hausse de prix en 2001, l’alimentation hors
produits frais a pesé à la hausse pour 0,8 point comme le secteur desproduits frais ralentissent dès le mois de
autres services. A l’inverse, l’énergie « tire»àlabaisse l’indice
septembre et ceux des prix des produits d’ensemble pour 0,6 point.
manufacturés restent modérés. Source : Insee
INSEE
PREMIEREproduits pétroliers reculent de 13,7 % Évolutions des prix en 2000 et 2001 par grands secteurs d’analyse conjoncturelle
sur un an, les combustibles liquides de
Poids dans l’indice Taux de variation en %
26,0 % et les carburants de 12,1 %. Le
de déc. 1999 à de déc. 2000 à
mécanisme de la « TIPP flottante » mis en 2001
déc. 2000 déc. 2001
en place à l’automne 2000 renchérit
Ensemble 10 000 1,6 1,4
pour la première fois les carburants
Alimentation 1 741 2,8 4,9
et le fioul domestique à compter du Produits frais 224 3,6 5,4
21 mars 2001 ; mais il n’est plus mis en Alimentation hors produits frais 1 517 2,8 4,7
Tabac 190 4,5 5,3œuvre, ensuite, lors des baisses ulté-
Produits manufacturés 3 047 0,4 0,7rieures du brent.
Habillement et chaussures 510 0,3 0,9
À l’inverse, les tarifs des autres sources
Produits de santé 387 -0,4 -1,6
d’énergie sont relevés. Le gaz de ville aug- Autres produits manufacturés 2 150 0,5 1,2
mente de 9,0 % en mai 2001 répercutant Energie 807 7,8 -7,5
Produits pétroliers 510 10,6 -13,7les hausses passées du pétrole ; les prix de
Services 4 215 0,8 1,9l’électricité progressent de 1,0 % en
Loyers,eau, enlèvement des ordures ménagères 742 0,2 0,9
novembre 2001, interrompant les baisses
Services de santé 492 0,4 -1,7
des années précédentes dans le cadre du Transports et de communications 483 -2,8 1,4
contrat de plan d’EDF avec l’État. Autres services 2 498 1,8 2,9
Source : Insee
Alimentation : la répercussion
Quelques hausses et baisses entre décembre 2000 et décembre 2001 (%)
des crises des viandes de bœuf
Déc 2001 Déc 2001et de mouton
Hausses Baisses
/Déc 2000 /Déc 2000
Les prix de l’alimentation continuent à
Viande de mouton, de cheval 14,7 Alimen- Cafés -1,9
accélérer : + 4,9 % en 2001 contre + 2,8 % Volaille 11,5 tation Poissons et crustacés frais -1,8
en 2000 (tableau 1). Sous l’effet de Viande de porc et charcuteries 9,1
Fruits frais 7,8conditions climatiques de printemps
Légumes frais 7,1défavorables, les prix des légumes frais
Lait et crème 5,7
et ensuite des fruits frais sont plus élevés
Condiments et assaisonnements 5,6
que les années antérieures (tableau 2). Œufs 5,4
Hors produits frais, l’accélération des prix Produits chocolatés 5,1
Viande de veau 5,0de l’alimentation reflète pour une large
Yaourts et desserts lactés 5,0part celle des prix des viandes (+ 8,1 % ;
Produits à base de sucre 4,8
graphique 2). Pour la viande de bœuf, la
Fromages 4,6
hausse du premier semestre tient au Viande de bœuf 4,0
coût du dépistage de l’ESB, aux nouvel-
Tabac 5,3 Tabac
les règles sanitaires et au report des
Produits de l’hygiène corporelle 8,6 Produits Matériels de traitement de -21,4
consommateurs sur des viandes de meil-
manu- l’information y.c. micro-ordinateurs
leure qualité ; le fléchissement des prix ne Parfumerie et produits de beauté 6,3 facturés Equipement téléphone et télécopie -7,4
s’est amorcé qu’en août. Les prix des produits Articles à base de papier 5,0 Equipements photo et cinéma -5,1
Savons de ménage et produits 4,6 Equipements audio-visuels -4,7« viande de mouton, de cheval » s’envolent
d’entretien(+ 14,7 %), la nouvelle crise de l’épizootie
Petits articles pour l’entretien du logt. 3,9 Produits pharmaceutiques -1,9
de fièvre aphteuse en Grande Bretagne
Verrerie, faïence et porcelaine 3,7 Appareils de lavage -1,4
Appareils et autres articles de toilette 3,4 Supports enregistrement image et son -0,7
Accélération des prix de Journaux 3,2 Jeux et jouets -0,6
l’alimentation hors produits frais Gaz de ville 9,0 Energie Combustibles liquides -26,0
Indices base 100 en 1998
Combustibles solides 3,1 Carburants -12,1114
Electricité 1,0 Gaz liquéfiés -5,2
Viande
112
Transports aériens de voyageurs 7,9 Services Service de télécommunications -1,8
Voyages touristiques tout compris 6,3 Enlèvement des ordures ménagères -0,5110
Réparation de véhicules personnels 5,8Lait, fromage et oeufs
108 Hôtellerie y.c. pension 5,1
Pose de revêtements de sols et murs 4,7
106 Transports ferroviaires de voyageurs 4,0Pain et
céréales Hébergements de vacances 4,0
104
Loyers des résidences de vacances 3,9
Alimentation hors
Coiffure 3,8102 produits frais
Consommation dans les cafés 3,8
Autres services d’entretien du logt. 3,5100
Services funéraires 3,5
Restauration 3,5
Source : Insee Source : Insee
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
mars-00
janv-00
mai-00
juil-00
sept-00
nov-00
janv-01
mars-01
mai-01
juil-01
sept-01
dec-01
INSEE
PREMIEREer
et ensuite en France au premier trimestre allant du 1 novembre 2001 au 31 mars L’accélération de la hausse de l’indice
ayant réduit l’offre de mouton. Enfin le 2002 contribue à la modération des prix du coût de la construction renchérit les
report des ménages sur les viandes au dernier trimestre. Les prix de l’alimen- loyers du secteur libre alors que dans le
blanches a pesé fortement sur les prix tation hors produits frais restent même secteur HLM, le gel des loyers est maintenu ;
de la volaille (+ 11,5 %) et du porc et des stables en décembre 2001 et janvier 2002. la hausse des loyers des résidences
charcuteries (+ 9,1 % ; tableau 2). principales est limitée à 0,8 % (-0,3 %
Le renchérissement du lait, en 2001, en tant l’année précédente) grâce au deuxième
Hausses généralesque matière première conduit à la hausse volet de la suppression du droit de bail,
du fromage. Les prix des produits « pain et pour les loyers annuels de plus de 5 488,16dans les services
céréales » progressent de 3,6 %, en partie euros (36 000 francs) en janvier 2001.
à cause de coûts de production plus élevés. Les prix des services rendus aux ména- Dans tous les types de transports les
Le passage du secteur alimentaire à des ges augmentent davantage en 2001 prix augmentent : SNCF, transports
prix déterminés en euro dès l’année 2001 (+ 1,9 %) qu’en 2000 (+ 0,8 % ; tableau 1): combinés (métro, car…) et routiers de
a pu accentuer ces augmentations de les loyers, les transports, les communi- voyageurs et transports aériens. Ces
prix. Cependant, l’accord de neutralisation cations, les services liés à la personne, derniers ont dû répercuter les prix élevés
des hausses de prix conclu entre four- l’automobile ou l’habitation participent du brent des mois passés et les coûts
nisseurs et distributeurs pour la période de cette augmentation. supplémentaires entraînés par les atten-
Les prix ronds, en francs et en euros
Le basculement des prix du franc vers euros par les commerçants. Un frémisse- « ronds»:64%de prix ronds en janvier
l’euro s’est progressivement réalisé au ment est apparu à partir de septembre 2002 contre 38 % en décembre 2001
cours de l’année 2001. Il s’est accéléré au dans l’habillement et les services, deux (tableau). Ont été concernés surtout la
e du 2 semestre, surtout pour les pro- secteurs où les prix « psychologiques » restauration, les consommations dans les
duits alimentaires, hors produits frais, et jouent un rôle fondamental : fin 2001, 31 % cafés et tous les services où le paiement
les produits manufacturés, hors habille- des produits de l’habillement et 38 % des par monnayeur est utilisé. Les arrondis à
ment et biens durables (tableau). La part services étaient ronds en euros. la hausse effectués dans ces services
des prix qui tombaient « ronds » en francs Pour les prix tarifés, la plupart des grands d’usage courant ont entraîné des hausses
a diminué, une large proportion d’entre facturiers ont déterminé assez tôt leurs prix relatives plus marquées que pour des
eux étant désormais déterminée en euros. en euros : janvier 2001 pour EDF ; mai 2001 produits plus chers.
Ces nouveaux prix ne correspondaient pour GDF et juin 2001 pour France Télécom. En février 2002, les prix ronds en euros
d’ailleurs que marginalement à des prix Ce sont les formes de vente les plus continuent leur percée dans les services
« ronds » en euros. Le basculement s’est concentrées (grande distribution), puis les (68 %). Dans l’habillement le mouvement
donc opéré principalement sur des produits commerces non indépendants (chaînes, se poursuit (47 %), après la poussée de
peu concernés par des grilles de prix réseaux) qui ont été les plus avancées janvier 2002 (41 %). En revanche il y a
« psychologiques »*. dans le passage à l’euro. Les petits commer- peu de changements dans l’alimentaire et
Les produits alimentaires et manufacturés, çants indépendants, les points de vente de les produits manufacturés hors habille-
hors habillement et biens durables, sont service ont quant à eux largement conser- ment et biens durables. L’adaptation des
de consommation courante et les « petits vé des grilles de prix en francs. grilles de prix en euros va donc probable-
prix » y sont nombreux : ceci rend les mé- ment se poursuivre encore pendant plu-
Janvier 2002, passage à l’euro « concret » ;
nages réactifs et attentifs à leur variation. sieurs mois : seuls 50 % des prix sont
février 2002, fin du cours légal du franc
Les hausses de prix sensibles sur la plupart ronds en euros en février 2002, loin des
de ces articles ont donc pu accentuer les L’impact de l’effet euro peut être estimé à 87 % des prix ronds en francs en février 2001.
craintes des ménages que le passage à environ 0,1 point de la hausse mensuelle
l’euro ne pousse l’inflation. Mais ces haus- de janvier 2002 (+ 0,5 %) en raison de son *Ces prix se situent en dessous d’une valeur
ses de prix circonscrites à quelques sec- effet massif et circonscrit aux services ce arrondie afin de les minimiser aux yeux du
teurs n’ont pas entraîné de dérapage de mois. Le passage à l’euro fiduciaire a consommateur (par exemple 990 au lieu de
l’indice d’ensemble. conduit à des mouvements d’étiquettes 1000 francs) : il peut également s’agir de prix
L’habillement, les biens durables et les très nombreux, essentiellement chez les très ronds (en francs, à la dizaine ou à la cen-
services sont peu passés au cours de prestataires de services qui ont déterminé taine de francs) afin de les rendre plus sugges-
l’année 2001 vers des prix déterminés en leurs prix en euros en cherchant des prix tifs ou d’en faciliter le paiement en liquide.
En %
2001 2002
Janvier Juillet Décembre Janvier Février
Basculement des prix
Proportion de Proportion de Proportion de Proportion de Proportion de Proportion de Proportion de Proportion deen euros
prix ronds en prix ronds en prix ronds en prix ronds en prix ronds en prix ronds en prix ronds en prix ronds en
francs (1) euros (2) francs (1) euros (2) francs (1) euros (2) euros (2) euros (2)
Alimentaire 98,7 31,7 86,5 31,7 50,7 33,9 35,8 35,7
Habillement 99,0 26,1 98,9 25,6 89,5 30,7 40,9 47,0
Prod. manuf. hors biens
durables et habillement 97,9 33,6 88,8 34,4 53,9 36,5 37,8 39,4
Services 87,4 26,9 87,5 29,1 79,1 37,7 63,7 68,4
Ensemble 87,2 29,6 82,6 30,2 64,2 34,6 47,0 49,5
1. Proportion de prix relevés qui tombent « ronds » en francs (prix qui en centimes de francs se terminent par 0 ou 5).
2. Proportion de prix relevés qui sont « ronds » en euros (prix qui en centimes d’euros se terminent par 0, 5 ou 9).
Source : Insee
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
INSEE
PREMIEREtats du 11 septembre ; renchérissement nologique se poursuit et s’accentue : Décélération de l’inflation
des assurances et coût des mesures de -5,1 % pour les produits «bruns » (télévi- de la zone euro
sécurité des voyageurs. sion, hi-fi...) et une nouvelle chute des Dans l’ensemble de la zone euro, les im-
Pour les NTIC, 2001 est moins propice prix des micro-ordinateurs (-21,4 % ; portations moins coûteuses des produits
pétroliers contribuent à la décélérationaux baisses de prix ; en particulier, les tableau 2).
de l’inflation : + 2,1 % en 2001 aprèstarifs des services de télécommuni- Dans le cadre du « plan médicament »
+ 2,6 % en 2000, selon les indices des
cations reculent moins souvent que l’an annoncé par le gouvernement le 7 juin
prix à la consommation harmonisés
dernier (-1,8 % contre -7,8 % en 2000). 2001 et dont l’objectif est de baisser un (IPCH) destinés aux comparaisons in-
Le relèvement du salaire minimum de certain nombre de médicaments « peu ternationales. Le Luxembourg (+ 0,9 %)
er
ravit la première place à la France,4%au1 juillet pèse sur les prix de efficaces, coûteux et parmi les plus
deuxième (+ 1,4%;+1,7% l’an dernier)l’hôtellerie,dela restauration et des prescrits », les prix des produits phar-
devant l’Allemagne avec + 1,5 %. Les
cafés, des salons de coiffure et de maceutiques reculent de 1,9%:la
Pays-Bas sont en bas du classement
l’esthétique corporelle, services à forte hausse des prix des médicaments non (+ 5,1 %) en raison de la hausse du taux
proportion de bas salaires. Pour les acti- remboursables (+ 2,5 %) limite cepen- normal de TVA décidée en janvier 2001.
Hors zone euro, le Royaume-Uni a unevités de la restauration, les cafés et la dant la baisse (administrée) des prix des
inflation de 1,0 %, la moins élevée decoiffure, la suppression de l’exonération médicaments remboursables (-2,2 %).
l’Union européenne.
de la TVA sur « le service » du service, à
er
compter du 1 octobre 2001, constitue
Des hausses de prix
un surcoût souvent répercuté sur les Définitions
parfois vives pour certainsprix à la consommation. Ceux de
produits manufacturésl’entretien et de la réparation de véhi-
Sauf mention contraire, les évolutions de
cules personnels s’accroissent : les de consommation courante prix sont mesurées en glissement annuel :
professionnels l’attribuent au renchéris- décembre 2001 par rapport à décembre
2000. En outre, la référence est l’IPCsement de la main-d’œuvre, en partie Pour d’autres produits manufacturés
(Indice des prix à la consommation), à l’ex-liée à la préparation du passage aux de consommation courante, les aug-
ception des comparaisons européenneser
trente cinq heures au 1 janvier 2002. mentations sont parfois élevées en
qui s’appuient sur l’IPCH (Indice des prix à
La bonne tenue de l’activité du bâtiment 2001. Les plus fortes touchent les produits la consommation harmonisé) des États
contribue à raffermir le montant des de l’hygiène corporelle,dela parfu- membres. Pour la France, l’IPC et l’IPCH
sont très proches ; ils diffèrent essentielle-prestations de l’entretien et de la répara- merie et produits de beauté. Ces haus-
ment sur la façon de mesurer les prix danstion courante du logement (+ 3,5 %). ses permettent aux producteurs et
les secteurs de la santé, de l’éducation et
Au total, les prix de ces « autres servi- distributeurs de reconstituer leurs mar-
de la protection sociale.
ces » augmentent de 2,9 % (tableau 1). ges sur ces articles où la concurrence L’inflation sous-jacente corrige l’IPC des
est traditionnellement vive. variations saisonnières, élimine l’impact
des mesures fiscales et ne prend en compteDes hausses successives jalonnent
ni les produits à prix volatils ou sensiblesBaisse de prix sur les produits l’année pour les journaux et périodi-
aux aléas climatiques (produits pétroliers
ques (+ 2,3 %) : la baisse des recettes« bruns » et des médicaments notamment) ni les tarifs publics. Elle mesure
publicitaires et le surcoût de la pâte à une tendance qui reflète l’évolution pro-
La consommation des ménages en pro- papier peuvent les expliquer ainsi que fonde des coûts de production et la confron-
tation de l’offre et de la demande. Ceciduits manufacturés est soutenue en l’anticipation de chiffres ronds en euro.
permet d’aider à la prévision économique à2001. Cependant, leurs prix progressent De façon cohérente, les articles à base
plus long terme.
peu (+ 0,7 % ; tableau 1). L’habillement de papier (+ 5,0 %) comme les articles
et les chaussures contribuent comme de papeterie augmentent.
Bibliographie
l’an dernier à modérer l’inflation (+ 0,9 %). Les prix des produits de ménage pour la
Les prix des automobiles neuves se maison accélèrent : + 3,9 % pour les
replient (-0,3 %) malgré un nombre petits articles pour l’entretien du « Évolution des prix et passage définitif à
l’euro », G. Brudieu, M-C Ernoult, T. Lacroix,d’immatriculations record : les campa- logement et + 4,6 % pour les savons de
P. Gallot, S. Heck, F. Toutlemonde, Note degnes de promotion sont nombreuses, ménage et les produits d’entretien;la
Conjoncture, décembre 2001, pp. 16 à 29,
chez les constructeurs français notam- taxe générale sur les activités polluantes
Insee.
er
ment. La tendance à la baisse des prix (TGAP), instaurée le 1 janvier 2000, Informations Rapides - Indice des prix à la
des biens durables à fort contenu tech- continue de peser sur les prix des lessives. Consommation de janvier 2002, Insee.
INSEE PREMIÈRE figure dès sa parution sur le site Internet de l'Insee : www.insee.fr
Direction Générale :BULLETIN D'ABONNEMENT A INSEE PREMIERE
18, Bd Adolphe-Pinard
75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :
Paul Champsaur
OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE - Tarif 2002 Rédacteur en chef :
Daniel TemamAbonnement annuel = 70€ (France) 87€ (Étranger)
Rédacteurs : J.-W. Angel,
R. Baktavatsalou, C. Dulon,Nom ou raison sociale : ________________________ Activité : ____________________________
A.-C. Morin, B. Ouvré
Adresse : ___________________________________________________________________
Maquette : C.Kohler
______________________________________ Tél : _______________________________
Code Sage IP02837
Ci-joint mon règlement en Euros par chèque à l’ordre de l’INSEE : __________________________________€. ISSN 0997 - 3192
© INSEE 2002Date : __________________________________ Signature
INSEE
PREMIERE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.