La conjoncture francilienne à la mi-juillet 2002

De
Publié par

Dans un contexte international mieux orienté, la croissance française redémarre au début 2002. En Ile-de-France, cette amélioration semble arriver avec retard. Alors que la production était toujours en repli au premier trimestre 2002, les industriels prévoient cependant une reprise de l'activité. Le nombre de créations d'entreprises baisse toujours. Les professionnels du tourisme retrouvent le sourire. L'emploi continue de stagner dans la région alors qu'il augmente encore légèrement en province. Enfin la hausse du chômage se modère.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 37
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

INSEE
ILE DE FRANCE
La conjoncture francilienne
à la mi-juillet 2002
n fin de premier trimestre, l’environnement international béné-
ficie du redémarrage économique des Etats-Unis. La croissanceEaméricaine, stimulée par un soutien budgétaire important en dé-
but d’année, devrait se poursuivre, mais en se modérant. Dans la zone
euro, la croissance a retrouvé une évolution positive grâce au redresse-
ment du commerce international. Avec l’arrêt du déstockage, l’industrie
est en nette reprise. Toutefois, la demande intérieure ne repart que pro-
gressivement. L’inflation enregistre une accalmie, que la remontée de
l’euro pourrait contribuer à conforter. Une meilleure orientation du mar-
ché de l’emploi favorisée par le retour de la croissance, permettrait un
Dans un contexte
raffermissement de la consommation, sans doute indispensable au dégel
international mieux de l’investissement (Insee).
orienté, la croissance
française redémarre au a croissance française redémarre,Ldébut 2002. En mais l'investissement reste atone
Ile-de-France, cette
amélioration semble Après le net ralentissement de la croissance enregistré en 2001, l'éco-
arriver avec retard. Alors nomie française a retrouvé quelques couleurs depuis le début de l'année.
que la production était Le PIB a progressé de 0,4 % au premier trimestre 2002, alors qu'il avait
toujours en repli au fléchi de 0,4 % au dernier trimestre 2001. On constate dès maintenant un
premier trimestre 2002, redressement des anticipations des entrepreneurs, une interruption des
comportements de déstockage et une reprise des exportations. Cepen-les industriels prévoient
dant l'investissement reste atone (figure 1).cependant une reprise
de l’activité. Le nombre
La consommation des ménages, quant à elle, continue de progresserde créations d’entreprisesINSTITUT modérément même si son rythme s'est ralenti. Celle-ci, plus dynamiquebaisse toujours. Les
NATIONAL DE LA en France que chez ses partenaires sur le passé récent en raison d'une
professionnels du
STATISTIQUE progression plus forte des revenus, demeurera un soutien à la crois-
tourisme retrouvent le
ET DES ETUDES sance. Une hausse significative des revenus et un retour progressif de
sourire. L’emploiECONOMIQUES l'inflation sous-jacente en dessous de 2 % constituerait un contexte
continue de stagner dans propice. Elle pourrait ainsi atteindre au cours du dernier semestre un
la région alors qu’il rythme annuel de 2 %.
augmente encore
La croissance, profitant simultanément d'un effet de rebond lié à l'inver-légèrement en province.
sion du comportement de stockage, devrait déjà être nettement supérieureEnfin la hausse du
au deuxième trimestre. Cette amélioration de l'activité se répercuterait gra-chômage se modère.
ILE-DE-FRANCE
MENSUEL N° 2 1 1 - JUILLET 2002 - 2,2 €
àlapage
Economieduellement sur l'emploi, même si les entreprises risquent à Figure 2 : Opinion des industriels sur l’évolution
de leur production (France et Ile-de-France)court terme de se montrer prudentes en matière d'embauche,
en raison de la nécessité de restaurer des comptes très dégradés
en 2001. Ainsi, le chômage, qui progresse très lentement, ne se
50stabiliserait que dans le courant du second semestre.
40
Sous l'hypothèse d'un redémarrage progressif de l'investisse- 30
ment, la croissance s'installerait au second semestre sur une
20
tendance un peu supérieure à 2,5 % (en rythme annuel).
10
0En conséquence, sur l'année, le PIB progresserait de 1,4 % (en
moyenne annuelle), alors que dans l'ensemble de la zone euro -10
sa croissance n'atteindrait que 1 % (Insee).
-20
-30
Figure 1 : Evolution du PIB et contributions -40
-50
% 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002
1,5
France - cvs Ile-de-France
1
Source : Insee - enquêtes de conjoncture
l'augmentation des échanges inter-industriels. Le courant
0,5
d'affaires vers l'Union européenne a peu varié et il se dégrade
légèrement à la grande exportation. Le niveau des stocks est
0 jugé satisfaisant, les carnets de commande globalement nor-
maux. Si une reprise se fait attendre, les prévisions restent
nuancées mais plutôt confiantes dans l'ensemble (Banque de
-0,5
France).
Prévisions Dans le commerce de gros, le volume des ventes est toujours-1
T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 bas depuis le début de l'année. Celles-ci continuent de dimi-
2000 2001 2002 nuer en mars et avril. Les intentions de commande restent
Demande intérieure hors stocks Variations de stocks
également faibles. Cependant, les perspectives générales d'ac-Echanges de biens et services PIB
tivité s'améliorent.
Source : Insee - comptes trimestriels
De même, dans le commerce de détail, le volume des ventes
est toujours en baisse en mai. Les intentions de commandeignes positifsS
pour l'industrie francilienne
Figure 3 : Production passée, production prévue (Ile-de-France)
Cette amélioration au niveau national semble toucher
l'Ile-de-France avec un léger retard. Selon les industriels de la 50
région, la production est toujours en repli au premier trimestre
40
2002 (figures 2 et 3). Néanmoins leurs carnets de commande
30ont cessé de baisser et leurs anticipations s'orientent vers une
reprise de l'activité au deuxième trimestre 2002 dans les diffé- 20
rents secteurs. Le niveau des stocks est en légère baisse (Insee).
10
0Ainsi, après un mois de mai affecté par le nombre élevé de
-10jours fériés et de congé, l'activité en Ile-de-France a été mieux
orientée en juin. La production industrielle est en progrès, -20
plus particulièrement dans les branches précédemment en re-
-30
cul comme celles liées aux technologies de l'information et de
-40la communication.
-50
1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002La demande globale a légèrement progressé, excepté pour la
construction automobile, l'aéronautique et les composants. perspectives générales du volume des affaires
ventes passéesMais cette embellie se situe principalement sur le marché inté-
rieur, grâce, non pas à la consommation des ménages, mais à
Source : Insee - enquêtes de conjonctureFigure 4 : Créations d’entreprises (données CVS)restent en dessous de la normale, mais les perspectives généra-
les demeurent toujours à un niveau bas (Insee).
20 000
oins de créations d'entreprises,M
plus de défaillances 18 000
Le nombre total de créations d'entreprises en Ile-de-France 16 000
est en nette diminution depuis le milieu de l'année 2000, inter-
rompant la reprise observée durant les deux années précéden- 14 000
tes. Cette baisse est plus importante qu'en province et, de ce
12 000fait, la part de l'Ile-de-France dans l'ensemble des créations
nationales marque un recul : 21,8 % au premier trimestre 2002
10 000contre 23,4 % au premier trimestre 2001 (figure 4).
8 000La diminution des créations au premier trimestre 2002 est tou-
jours sensible dans les services aux entreprises et dans le com-
6 000
merce et la réparation automobile, secteurs qui regroupent la 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002
moitié des créations. En revanche, dans le secteur des trans-
Ensemble des créations Créations puresports elles sont en augmentation. Mais, dans l'industrie et la
construction, après avoir été stables en 2001, les créations di-
Source : Insee - Sireneminuent à leur tour au premier trimestre 2002.
Dans les travaux publics, les entreprises subissent un fort
Parallèlement, les défaillances d'entreprises augmentent pour le
creux de commandes au deuxième trimestre et des prix anor-
deuxième trimestre consécutif.
malement bas. Cependant, des secteurs restent solides (gran-
des opérations, génie civil) et l'activité devrait reprendre au
second semestre 2002 (Cerc IdF).ignes de repriseS
dans le tourisme
près avoir baissé,A
l'emploi salarié se stabiliseL'activité touristique redémarre progressivement. Après une
amélioration au premier trimestre 2002, le taux d'occupation
Depuis le début de l'année 2001, l'emploi salarié du secteur
(figure 5) était à nouveau en baisse en avril 2002 par rapport à
privé cesse d'augmenter en Ile-de-France, continuant toujoursavril 2001 (Insee). Cependant, le mois de juin enregistre un ni-
de stagner au premier trimestre 2002. Cet arrêt de la crois-veau de satisfaction élevé chez les professionnels du tourisme
sance dans la région contraste avec la légère progression qui seet les hôteliers se déclarent très confiants pour les mois à venir
maintient dans le reste de la France où l'emploi a encore pro-
(Ortif).
gressé de 1,4 % en un an (figure 6).
ises en chantier : le bureau progresse,M
le logement neuf est hésitant
Figure 5 : Taux d’occupation des hôtels de 0 à 4 étoiles-luxe
en Ile-de-France en 2000, 2001, 2002La conjoncture dans le BTP est relativement contrastée. Le
bâtiment non résidentiel commence l'année mieux que prévu,
grâce notamment au marché du bureau, principal moteur ac- 100
tuel du secteur, qui continue de progresser avec6%de mises
en chantier supplémentaires au premier trimestre 2002. Le 90
chiffre d'affaires ne devrait donc pas fléchir.
80
Pour les logements neufs, les ventes du secteur privé en 2001
ont baissé et les logements sociaux financés par le plan de re-
70
lance ne se sont pas encore concrétisés, ce qui pourrait faire
craindre un léger ralentissement des mises en chantier. Cepen-
60
dant, la commercialisation des logements neufs s'est encore
bien comportée début 2002 (Cerc IdF). Selon les promoteurs la
50
demande de logements s'est redressée en avril 2002 (Insee).
40Après les années de suractivité de 2000 et 2001, le secteur de
janv. févr. mars avril mai juin juillet aout sept. oct. nov. déc.l'entretien-rénovation marque le pas début 2002. Avec une TVA
à 5,5 %, cette activité devrait cependant rester dynamique jus- 2000 2001 2002
qu'à l'éventuelle remise en cause du taux en 2003 ou 2004.
Source : Insee - Direction du tourisme - Observatoire régional du tourisme d’Ile-de-FranceFigure 6 : Evolution de l’emploi salarié du secteur privé Figure 7 : Taux de chômage depuis 1992 (CVS)
115 14
13
110
12
11
105
10
100
9
8
95
7
690
1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 20021999 2000 2001 2002
industrie construction tertiaire ensemble des secteurs Province Ile-de-France France métropolitaine
Source : Unedic, données cvs, base 100 =1er trimestre 1999 Source : Insee
L'industrie francilienne a perdu 0,7 % de ses emplois au pre- Quant aux offres d'emploi, elles se dégradent au mois de juin,
mier trimestre et 5,2 % en un an. Seuls les effectifs de la cons- baissant de 18 % par rapport à leur niveau de juin 2001. Les
truction automobile, des autres matériels de transport et de la déclarations d'embauche ont diminué de 7 % (ANPE).
chimie ont progressé. La dégradation est particulièrement
sensible dans les biens de consommation et dans l'industrie En progressant de 0,2 point en trois mois, le taux de chômage
des biens intermédiaires. Appareils électriques, industries ali- s'établit à la fin du premier trimestre 2002 à 8,2 % de la popula-
mentaires et équipement audio-visuel ont pâti d'une moindre tion active francilienne (figure 7). Il reste inférieur de 0,9 point
dépense des ménages. au taux national. Il augmente de 0,4 point en Seine-Saint-De-
nis et de 0,3 point à Paris, dans les Hauts-de-Seine, le
Les emplois dans la construction ont augmenté de 0,6 % au Val-de-Marne, les Yvelines et l'Essonne (Insee).
premier trimestre 2002. Le tertiaire est relativement stable Rédaction achevée le 22 juillet.
(+0,1 %) après de fortes croissances en 1999 et 2000.
Geneviève Ano, Marcel Perrot,
Anciens moteurs de cette croissance, les services informati- service statistique
Thomas Le Jeannic,ques et la téléphonie ont réduit leurs effectifs de3%aupre-
Chargé de mission Inseemier trimestre 2002.
Préfecture Ile-de-France
En revanche, le commerce et la réparation automobile re-
Tous nos remerciements aux organismes ayant contribué à ce numéronouent avec la croissance (4 % en trois mois) après un très
aux côtés de la direction régionale de l'Insee : Agence nationale pour
mauvais second semestre 2001.
l'emploi, Cellule économique régionale pour la construction
Ile-de-France, Chambre de commerce et d'industrie de Paris -Le travail temporaire, en fort retrait au cours du dernier tri- Direction régionale de la Banque de France, Direction ré-mestre 2001, recrute de nouveau : 4 750 emplois. Cette em-
gionale du Travail, de l'Emploi et de la Formation Professionnelle, Garpbellie, difficile à interpréter pour l'instant, se retrouve aussi
(Assedic), Groupe des industries métallurgiques, Observatoire régionalbien dans le secteur secondaire que dans le tertiaire (Garp).
du tourisme Ile-de-France.
hômage :C
la hausse se modère
Directeur de la publication : Alain Charraud - Comitééditorial : OdileAprès le retour à la hausse du chômage depuis mi-2001, un lé- Bovar - Rédacteurs en chef : Corinne Benveniste - Jean-FrançoisINSTITUT
Moreaux - Secrétaire de rédaction : Josette Siriostis - Conceptionger ralentissement se fait sentir en mai 2002. La hausse du NATIONAL DE LA graphique : Muriel Granet - Maquette : Vincent Bocquet - Crédit
photo : Photodisc - Impression : Comelli.STATISTIQUE ETnombre de demandeurs d'emploi en fin de mois (catégorie 1)
Vente par correspondance : Direction régionale d’Ile-de-France -
DES ETUDES ECONOMIQUES Information-Commercialisation - 7, rue Stephenson - Montigny-le-est de 0,8 % contre 2,5 % en avril. Mais, en un an, cette hausse Bretonneux - 78188 Saint-Quentin-en-Yvelines cedex - tél. 01 30 96 90 99
Direction régionale d’Ile-de-France - Fax 01 30 96 90 27 -
aura été de 15,8 %. Les jeunes en ont le plus souffert puisqu'ils 7, rue Stephenson - Montigny-le-Bretonneux INSEE Info Service - Tour Gamma A - 195, rue de Bercy - 75582 Paris
78188 Saint-Quentin-en-Yvelines cedex Cedex12-Tél0141176611-Fax0153178809-représentent 9,6 % des inscrits contre 8,8 % en mai 2001. La
Abonnement : Françoise Charbonnier - 12 numéros par an, France :
22€€- Etranger :27 - Le numéro :2,2€.part des chômeurs de longue durée, plus faible qu'ilyaunan,
N° ISSN 0984-4724 - Dépôt légal : 2ème semestre 2002 - Code SAGE :
I0221152 - Commission paritaire n° 2133 ADfinit par remonter (DRTEFP).
© INSEE 2002
Insee - Ile-de-France à la page figure dès sa parution sur le site internet de l’Insee : www.insee.fr/ile-de-france
N° 211

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.