La démographie aggrave le chômage

De
Publié par

Tous les DOM ont des taux de chômage supérieur à 30%. Les taux ont augmenté depuis 1990, surtout en Guyane et à la Réunion. Ces deux départements ont du faire face à l'arrivée de nombreux actifs sur le marché du travail. En dépit d'une forte création d'emploi, le chômage n'a cessé de croître. Aux Antilles et surtout en Martinique, départements à plus faible croissance démographique, cette aggravation est plus limitée.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 61
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

ici et ail leurs
L’em ploi dans les DOM
La dé mo graphie
Tous les DOM ont des taux de chô mage su pé rieurs à 30 %. Les
taux ont aug men té de puis 1990, sur tout en Guyane et à La
Réu nion. Ces deux dé par te ments ont du faire face à l’ar rivée de
nom breux ac tifs sur le mar ché du tra vail. En dépit d’une forte
création d’emploi, le chômage n’a cessé de croître. Aux Antilles,
et surtout en Martinique, départements à plus faible croissance
démographique, cette aggravation est plus limitée.
Dé fi ni tions
es quatre dé par te ments d’outre-
Les dé par te ments d’outre-mer (DOM) mer connais sent tous de gra ves
com pren nent deux îles des Ca raï bes, L pro blè mes de chô mage. Pour cha -
la Gua de loupe et la Mar ti nique, l’île cun d’eux le taux de chô mage est su pé -de La Réu nion, située dans l’océan
rieur à 30 % au sens du re cen se ment,Indien, ain si que la Guyane, vaste
alors qu’il est de 12,8 % en France mé -ter ri toire d’Amé rique du sud.
L’en semble des trois dé par te ments de tro po li taine. En outre, le chô mage de
Guyane, Gua de loupe et Mar ti nique est longue durée y est lar ge ment ré pan du.
sou vent dé si gné sous le nom de Entre 73 % et 80 % des chô meurs le sont
dé par te ments fran çais d’Amé rique de puis plus d’un an, contre seu le ment
(DFA). 54 % en France mé tro po li taine. Tous les
Po pu la tion ac tive : com prend les DOM ont connu une ag gra va tion de la
per son nes qui dé cla rent avoir un si tua tion de l’em ploi de puis le re cen se -
em ploi, les chô meurs, et de puis le -ment de 1990. De puis cette date la si tua L’ef fec tif de la po pu la tion en âgere cen se ment de 1990, les mi li tai res du tion pri vi légiée de la Guyane a dis pa ru. de tra vail ler a for te ment aug men -contin gent. Dé sor mais, le taux de chô mage guya nais té en Guyane, ain si qu’à La Réu -
nion.Taux d’ac ti vi té : pour cen tage de la est très proche de ce lui des Antil les.
po pu la tion ac tive dans la po pu la tion D’autre part, La Réu nion, qui connais -
La Réu nion se dis tingue aus si par uneto tale âgée de 15 ans ou plus. Dans le -sait déjà un chô mage su pé rieur aux au part élevée de l’em ploi aidé. Alors quecas de taux d’ac ti vi té d’une classe tres DOM a vu l’écart se creu ser.
d’âge, il s’agit du pour cen tage des les em plois de type CES, CEC, ou em -
per son nes ac ti ves dans cette classe Si l’en semble des DOM connait un ni - plois-jeu nes re pré sen tent entre 3,3 % et
d’âge. 3,6 % de l’em ploi to tal dans les DFA , ce veau de chô mage très éle vé, La Réu nion
pour cen tage s’élève à 7,7 % à La Réu -se dis tingue par un taux par ti cu liè re ment Chô meurs au sens du recensement :
sont consi dé rées comme chô meurs les fort : il at tei gnait 41,6 % en mars 1999. nion. Il est clair que La Réu nion a pro fi -
per son nes qui se sont dé cla rées A la même date, les dé par te ments fran - té plei ne ment des me su res d’ai des à
«chô meurs (ins crits ou non à l’ANPE)» l’em ploi. Sans cela le taux de chô mage,çais d’Amé rique avaient des taux de
sauf si el les ont dé cla ré par ail leurs ne chô mage com pris entre 30 % et 34,2 %. déjà très éle vé, y se rait en core plus fort.
pas re cher cher du tra vail. Le nombre
de chô meurs, au sens du re cen se ment,
re pose donc sur la dé cla ra tion Plus faible pres sion
spontanée des in di vi dus. Il est dif fé rent dé mo gra phique aux Antil les
de ce lui pu blié à par tir d’au tres
sour ces sta tis ti ques.
La pres sion qui s’exerce sur les mar chésTaux de chô mage : pour cen tage de
de l’em ploi des DOM est très dif fé rente.
chô meurs dans la po pu la tion ac tive.
Ain si, alors que la po pu la tion ac tiveLe taux de chô mage par classe d’âge
s’est accrue de plus de 28 % entre 1990cor res pond au pour cen tage de
chô meurs dans la po pu la tion ac tive de et 1999 à La Réu nion et en Guyane elle
cette classe. ne s’est accrue que de 6 % et 11 % en
Mar ti nique et en Gua de loupe. Ceci est
bien évi dem ment à mettre en pa ral lèle
avec l’évo lu tion de la py ra mide des âges L’au teur
dans ces dif fé rents dé par te ments. EnLe taux de chô mage a aug men té
Ja mel MEKKAOUI est char gé d’étu des dans tous les DOM. La hausse Guyane et à La Réu nion la crois sance de
à la di rec tion ré gio nale de l’INSEE. est lé gère en Mar ti nique mais la po pu la tion en âge de tra vail ler (20-59
par ti cu liè re ment forte en ans) est bien plus im por tante qu’aux
Guyane et à La Réu nion. Antil les.
28ici et ail leurs
aggrave le chô mage
-nion nai ses de 20 à 39 ans sont main te
nant ac ti ves à 71 % au lieu de 64 % en
1990. Entre 40 et 59 ans l’ac ti vi té fé mi -
nine a en core plus aug men té (de 46 à
60 %). Cette forte crois sance de l’ac ti vi té
fé mi nine pour rait se pour suivre dans les
an nées à ve nir.
Forte créa tion d’em ploi à La
Réu nion et en Guyane
La pres sion plus forte sur les mar chés du
tra vail réu nion nais et guya nais a un im -
pact di rect sur l’évo lu tion du chô mage.
Ces dé par te ments sont ceux qui ont Les dé par te ments qui ont le plus
Les fem mes sont moins sou vent créé d’em plois sont aus si ceux où connu la plus forte ag gra va tion de leurac ti ves en Guyane et à La Réu - le nombre de chô meurs a le plustaux de chô mage. Pour tant, ce sont aus si nion. L’ac ti vi té fé mi nine est tou - aug men té.
te fois en fort ac crois se ment à La ceux qui ont le plus créé d’em plois au
Réu nion. cours de la dé cennie : le nombre d’em -
plois y a aug men té de 19 % au lieu de En dé pit d’une si tua tion de l’em ploi re -
res pec ti ve ment 5 % et 7 % en Mar ti - la ti ve ment plus clé mente aux Antil les,La pres sion sur le mar ché de l’em ploi
nique et en Gua de loupe. Cette forte les jeu nes sem blent y être dans une si -s’est aus si accrue du fait de la crois sance
crois sance de l’em ploi n’a pas suf fi àdu taux d’ac ti vi té de la po pu la tion. Ce tua tion lar ge ment dé fa vo rable. Aux
com pen ser l’ar rivée mas sive de nou - Antil les comme à La Réu nion, le chô -taux est pas sé de 71,1 % à 75,4 % alors
veaux ac tifs sur le mar ché du tra vail. Lequ’il est de meu ré stable dans les DFA. mage frappe près d’un jeune de moins
nombre de chô meurs et le taux de chô de trente ans sur deux. Cette si mi li tudeCela tient en ma jeure partie au po si tion - -
du taux de chô mage des jeu nes se re -mage ont ain si aug men té. Ain si à Lane ment des fem mes sur le mar ché du
trouve dans les au tres tran ches d’âge.tra vail. Réu nion, le nombre de chô meurs s’est
Lors qu’on ana lyse la si tua tion par-ac cru de 44 %. L’am pleur de la dé gra da -Alors qu’en Mar ti nique et en Gua de tranche d’âge quin quen nal, les écartstion du mar ché de l’em ploi est en coreloupe plus de 75 % des fem mes de 20 à entre les taux an til lais et réu nion naisplus si gni fi ca tive en Guyane où le59 ans sont ac ti ves, ce taux n’est que de sont moins pro non cés qu’on ne pour raitnombre de chô meurs a aug men té de65 % à La Réu nion et en Guyane. La s’y at tendre. En fait, la pro por tion plus59 %.-forte ac ti vi té des fem mes est un fait an im por tante de jeu nes sur le mar ché de
cien aux Antil les où près de 80 % des A con tra rio, la po pu la tion ac tive aug - l’em ploi réu nion nais ex plique en grande
fem mes de 20 à 39 ans était déjà ac ti ves mente peu en Mar ti nique qui est aus si le partie le sur croît de chô mage me su ré sur
en 1990. La lé gère crois sance du taux seul dé par te ment à ne pas connaître une l’en semble de la po pu la tion.
d’ac ti vi té fé mi nin cons tatée au cours de aug men ta tion si gni fi ca tive du chô mage.
Aux Antil les et en Guyane, comme enla der nière pé riode ne concerne que la Dans ce contexte as sez dé fa vo rable, elle
France mé tro po li taine, le nombre declasse d’âge des 40-59 ans. A La Réu - fait fi gure d’El do ra do puisque l’ac crois -
fem mes au chô mage est su pé rieur aunion, les taux d’ac ti vi té fé mi nins de meu - se ment du nombre de chô meurs n’y a été
nombre d’hom mes. Ce n’est pas le cas àrent re la ti ve ment fai bles pour tou tes les que de 8 %. En Gua de loupe le nombre
La Réu nion à cause de la fai blesse destran ches d’âge, même s’ils ont beau coup de chô meurs a aug men té de 22 %, ce qui
taux d’ac ti vi té fé mi nin. Cela n’em pêche-aug men té de puis 1990. Ain si, les Réu de meure tout de même re la ti ve ment éle vé.
-pas les fem mes réu nion nai ses qui se por
tent sur le mar ché de l’em ploi de de meu -
rer lar ge ment dé fa vo ri sées avec un tauxStruc ture du chô mage dans les dé par te ments d’outre-mer en 1999
de chô mage de 45,4 % contre 38,5 %
pour les hom mes. n
Gua de loupe Mar ti nique Guyane Réu nion
Ja mel MEKKAOUI
Taux de chô mage 34,2 32,8 30,0 41,6
Part des fem mes 54,4 55,6 51,6 48,9 mage des 30 ans et plus 28,3 27,7 25,2 35,5
Taux de chô mage des moins de 52,6 50,9 43,2 55,9
30 ans
source : re cen se ment de 1999.
29

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.