La dynamique des métiers en Languedoc-Roussillon Document de synthèse de 16 fiches publiées dans la collection Repères Chiffres en décembre 2003.

Publié par

Selon les différents scénarios de projection démographique à l'horizon 2015, le Languedoc-Roussillon ne sera pas contraint par une baisse de sa population active quand interviendront les nombreux départs à la retraite des générations issues du baby-boom. Partant de là, le défi majeur de la région consiste à assurer l'adéquation entre les qualifications des actifs et celles des postes libérés. Alors que certains métiers ne rencontreront pas de problèmes de recrutement, d'autres seront confrontés à un faible potentiel de relève. En l'absence de régulation, le déficit toucherait d'une part des métiers à faible pouvoir d'attraction (ouvriers du bâtiment, agents d'entretien...) et d'autre part des métiers très qualifiés dont, en particulier, des métiers du secteur sanitaire (médecins, sages-femmes, infirmières).
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 32
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

Janvier 2004N° 2 -
LA DYNAMIQUE DES MÉTIERS EN LANGUEDOC-ROUSSILLON
Synthèse rédigée à partir d'une analyse effectuée par le groupement de la statistique publique du Languedoc-Roussillon
(GSTAT - voir encadré page 2)
Selon les différents scénarios de projection démographique à l'horizon 2015, le Languedoc-Roussillon ne
sera pas contraint par une baisse de sa population active quand interviendront les nombreux départs à la
retraite des générations issues du baby-boom. Partant de là, le défi majeur de la région consiste à assurer
l’adéquation entre les qualifications des actifs et celles des postes libérés.
Alors que certains métiers ne rencontreront pas de problèmes de recrutement, d'autres seront confrontés à
un faible potentiel de relève. En l'absence de régulation, le déficit toucherait d'une part des métiers à faible
pouvoir d'attraction (ouvriers du bâtiment, agents d'entretien...) et d'autre part des métiers très qualifiés
dont, en particulier, des métiers du secteur sanitaire (médecins, sages-femmes, infirmières...).
Accompagnant les mutations économiques d’une société, les Ces métiers ont fait l’objet d’une analyse en évolution entre 1990
métiers évoluent. Des emplois se créent dans un secteur d’acti- et 1999 pour le Languedoc-Roussillon (cf. Repères pour l’écono-
vité quand d’autres disparaissent à côté. Si les changements se mie du Languedoc-Roussillon - " L’espace des métiers en
font le plus souvent sans à-coups, l’arrivée prochaine à l’âge de Languedoc-Roussillon " - Synthèse N° 7 juin 2002) et d’une ana-
la retraite des générations du baby-boom laisse entrevoir des dif- lyse nationale pour ce qui concerne l’avenir (cf. - DARES -
ficultés de recrutement pour certains métiers. L’objet de cette "L’emploi par métier en 2010" - Premières synthèses - octo-
(2)étude est d’identifier, parmi les familles professionnelles les bre 2001).
plus représentées dans la région, celles qui sont exposées à ce
risque dans la région, compte tenu des évolutions démogra-
Moins de départs à la retraitephiques attendues à l’horizon 2010-2015.
pour les métiers " jeunes "
En Languedoc-Roussillon, la moitié des emplois d’aujourd’hui
font partie de seulement 16 " familles professionnelles " sur un Pour certains métiers, le nombre de départs à la retraite sera
total de 84. La plupart d’entre eux est appelée à perdurer et/ou réduit du fait de la plus grande part de jeunes occupant actuel-
à se développer même si, ici comme ailleurs, de nouveaux lement les postes. C’est le cas des professions de l’action cul-
métiers émergent. Pour ces derniers, la faiblesse des effectifs turelle et sportive. Elles recouvrent un ensemble hétérogène
actuels à l’échelon régional n’autorise pas de projections fiables. de métiers dont la particularité est la mobilité des personnes qui
Contexte et enjeux de l’étude
(1)Suite au travail de prospective démographique et économique déjà effectué par le GSTAT à la demande du Préfet de Région,
l'analyse a été prolongée par une investigation plus spécifique sur les métiers en Languedoc-Roussillon. Un groupe de travail, com-
(2)prenant la DRTEFP, l’INSEE et le Rectorat, s’est saisi du projet et a présenté, sous forme de fiches , un panorama prospectif des
métiers les plus représentés en Languedoc-Roussillon.
A partir de l’analyse des effectifs actuels de l’emploi et des pyramides des âges, il s’est agi de déceler les métiers les plus expo-
sés à d’éventuelles difficultés de recrutement dans les dix ou quinze années à venir. La mise en parallèle, pour chaque métier, des
éléments essentiels de la formation initiale et des anticipations de mutation permet d'éclairer les besoins des métiers les plus expo-
sés.
(1) Le rapport est consultable sur le site Internet de la Préfecture à l’adresse: www.languedoc-roussillon.pref.gouv.fr/grandsdossiers/prospective/index.shtm
Il a fait l’objet d’un résumé publié sous le titre " Le Languedoc-Roussillon à l’horizon 2015 : des besoins accrus par une croissance démographique soutenue ", publié dans "
L’année économique et sociale 2002 " et consultable sur le site Internet de l’INSEE: www.insee.fr/lr, rubrique Région en Faits et Chiffres
(2) L’ensemble des 16 fiches est publié dans la collection Repères — Chiffres de l’INSEE Languedoc-Roussillon (numéros 2 à 17- décembre 2003). Elles sont consultables sur le
site Internet de l’INSEE et sont disponibles auprès de la Direction régionale du Travail, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle. Elles décrivent les caractéristiques de cha-
cune des familles professionnelles: données de cadrage, effectifs des différentes professions et catégories socio-professionnelles, pyramide des âges des personnes en emploi,
évolution des effectifs de 1982 à 1999, répartition des diplômes, évolution des demandes et offres d’emploi.les occupent, du fait du rapprochement des fonctions exercées
(éducateurs spécialisés, conseillers d’éducation, moniteurs-édu- A l’horizon 2010,
cateurs sportifs, assistantes sociales, animateurs sociocultu- la population active augmentera
rels…).
Sur la période 1999-2010, sous réserve de la poursuite des
tendances observées sur les taux d’activité, la populationLes emplois de conducteurs de véhicules et de représen-
active de la région devrait continuer à croître sensiblement,tants sont eux aussi des emplois pour lesquels les départs à la
entre 10,3 % et 11,8 % selon le scénario démographiqueretraite qui interviendront dans les dix ou quinze prochaines
retenu (reconduction des tendances migratoires 1990-1999années ne devraient pas engendrer de déficit du point de vue des
ou 1982-1999). Cette croissance jusqu’en 2010 serait laeffectifs. La part des jeunes y est, en effet, relativement plus
plus importante de toutes les régions françaises et résulte-importante.
rait pour une très large partie d’un dynamisme démogra-
phique très marqué dans la région. Elle serait plus sensible
en début de période, marquant un ralentissement dès 2007Pas ou peu de difficultés de recrutement
consécutif aux départs en retraite des premières généra-
pour des métiers en perte de vitesse tions du baby-boom. Au niveau national, la population acti-
ve augmenterait globalement de 3,3 % sur la même pério-
La profession de vendeur perd des effectifs depuis une dizaine de mais marquerait un retournement dès 2007 suivi d’une
d’années. Cette diminution est imputable au phénomène de res- diminution assez régulière.
tructuration des entreprises de commerce. En effet, les effectifs
du petit commerce chutent considérablement pendant que la
grande distribution se développe. devraient se situer autour de 15000 dans chacune de ces deux
familles professionnelles. Et il est même probable que ces esti-
Dans une moindre mesure, le métier de secrétaire est égale- mations soient dépassées, compte tenu de la nécessité de déve-
ment en perte de vitesse. Sous l’effet conjugué de la progression loppement de l’offre de logement liée à l’accroissement de la
de la bureautique et des changements d’organisation des entre- population régionale.
prises (télétraitement, sous-traitance de services), le secrétariat
au sens classique du terme s’amenuise. La marge de manœuvre des branches professionnelles est étroi-
te pour éviter des difficultés de recrutement dans un secteur qui
Ainsi, pour ces deux types d’emplois, les départs à la retraite souffre d’un déficit d’image et qui est soumis à la concurrence de
d’une part, et la baisse des effectifs attendus d’autre part, métiers plus attractifs pour les jeunes. L’offre de formation et de
convergeront vers l’équilibre. Le nombre de jeunes arrivant sur qualification devrait être multipliée afin de réduire le nombre
ces métiers compensera, tout ou partie, du nombre des partants. d’ouvriers qualifiés exerçant sans aucun diplôme; en 1999, plus
de 40 % des ouvriers qualifiés du gros oeuvre étaient dans ce
cas.
Des problèmes de recrutement
Entre 1990 et 1999, le nombre d’agents d’entretien a forte-pour des métiers peu attrayants
ment augmenté dans la région. Mais, avec une personne sur
quatre âgée de plus de 50 ans, les départs à la retraite qui auront
D’ici 2010, les départs à la retraite vont concerner plus du quart
lieu d’ici 2010 auront du mal à être compensés par l’arrivée de
des effectifs actuels travaillant dans le gros œuvre du bâti-
personnes d’autres régions. Compte tenu des besoins estimés
ment et un peu plus d’une personne sur cinq travaillant dans le
pour 2010 (entre 57000 et 65000 emplois selon les hypothèses
second œuvre. A ce même horizon, les emplois nécessaires
retenues), c’est 1500 à 2000 personnes qu’il faudrait recruter
chaque année pour satisfaire la relève.
Le groupement de la statistique publique du
La réponse à ces besoins se fera, en partie, par l’embauche de
Languedoc-Roussillon
personnes non qualifiées ou qualifiées dans d’autres domaines
Réunissant les services statistiques des principales direc- professionnels ou par de la formation professionnelle continue.
tions régionales de l'administration française, la mission du En effet, comme pour les ouvriers qualifiés du bâtiment, le
GSTAT est de développer une démarche conjuguant, à la manque de formations initiales (scolaires et apprentissages) fait
fois, l’expertise technique de chaque institution et l’appro- que plus d’un emploi sur deux est occupé par une personne sans
che complémentaire des différents domaines de compéten- diplôme professionnel.
ce.
Il est composé des services statistiques suivants: Direction Assistant(e) maternel (le) et travailleur (se)
régionale de l’agriculture, de la forêt et de la pêche, familial(e): le défi de la professionnalisation
Direction régionale de l’environnement, Direction régionale
de l’équipement, Direction régionale de l’industrie, de la
Sur la lancée de la forte hausse des effectifs observée entre 1990
recherche et de l’environnement, Direction régionale du tra-
et 1999 (+ 76 %), le nombre d’assistants (es) maternels (les) et
vail, de l’emploi et de la formation professionnelle, Direction
de travailleurs (euses) familiaux (ales) devrait continuer à aug-
régionale de l’INSEE, Direction régionale des affaires sani-
menter à un rythme soutenu. La structuration et la profession-
taires et sociales et Rectorat de l’Académie de Montpellier.
nalisation du secteur devraient permettre, avec la résorption du
temps partiel, que l’augmentation du volume de travail n’induise
Sont également associées aux travaux du G-STAT la Banque
pas une augmentation équivalente du nombre d’emplois.
de France, la Trésorerie générale de région, la Direction des
services fiscaux de l’Hérault et l’Agence régionale de l’hospi-
talisation.
2 La dynamique des métiers en Languedoc-Roussillon © INSEE 2004Du côté des exploitants agricoles et éleveurs, famille com-Des métiers très qualifiés pour lesquels le
posée aux deux-tiers de non-salariés, l’emploi a diminué de moi-numerus clausus régulera les recrutements
tié au cours des vingt dernières années. Le déclin se fait moins
rapide depuis trois ou quatre ans et, compte tenu des 4500
Pour les médecins et assimilés et, dans une moindre mesure,
départs à la retraite prévisibles d’ici 2010, l’ajustement entre
pour les infirmières et sages-femmes, seule une forte aug-
offre et demande d’emploi pourrait se faire mécaniquement par
mentation du nombre de postes ouverts aux différents concours
le non-remplacement de certains. Mais, les emplois restants
semble en mesure de couvrir les besoins. En effet, même si le
seront plus qualifiés et nécessiteront des compétences plus lar-
Languedoc-Roussillon est aujourd’hui la troisième région de
ges. De ce fait, le secteur n’est pas à l’abri d’un déficit de per-
France la plus médicalisée, les projections dans le temps pré-
sonnes qualifiées et motivées, et ce d’autant plus qu’il souffre au
voient une forte baisse du nombre de médecins à partir de 2005.
regard des jeunes de la concurrence de secteurs aux revenus
Ce scénario est basé sur l’hypothèse d’un maintien du numerus
plus élevés et aux conditions de travail moins pénibles.
clausus actuel et le prolongement des comportements de choix
de filières, d’installation et de mode de pratiques en vigueur
aujourd’hui. Parmi ces facteurs, l’augmentation du numerus clau-
sus est le seul levier direct dont disposent les pouvoirs publics Les effectifs de la fonction publique soumis
pour enrayer la baisse prévue des effectifs. aux contraintes budgétaires de l’Etat
Pour les métiers composés, en grande majorité, de fonctionnai-
Malgré le déclin de ses effectifs, res (enseignants, armée, pompiers, police, employés de la fonc-
l’agriculture ne serait pas épargnée tion publique), l’attirance pour la sûreté de l’emploi devrait per-
mettre aux institutions de continuer à pourvoir les postes, dans
le respect bien sûr des contraintes budgétaires de leurs ministè-Reflet des mutations économiques, l’agriculture perd des emplois
res de tutelle. Un bémol cependant: durant les périodes où l’of-dans la région, comme en France, depuis plusieurs décennies.
fre globale d’emploi est dynamique, l’attrait pour le service publicAvec la poursuite du processus de restructuration des exploita-
peut s’estomper au profit du secteur privé, et plus particulière-tions et de mécanisation des tâches, la famille professionnelle
ment pour les métiers dont l’image s’est détériorée (cf. crise chezcomposée d’arboriculteurs, viticulteurs, maraîchers, jardi-
les enseignants, les policiers). niers devrait encore perdre entre 3000 et 3300 emplois à l’ho-
rizon 2010.
Le tertiaire : moteur de la croissance en Languedoc-Roussillon
Un emploi à dominante tertiaire
Taux annuel moyen de croissance
de la valeur ajoutée entre 1990 et 2000
En Languedoc-Roussillon, plus de 75 % des emplois sont
concentrés dans le secteur tertiaire, contre un peu plus de Unité : %
7,00
70 % au niveau national. A l’inverse, l’industrie y est sous
représentée et ne concentre que 10 % des emplois. Languedoc-Roussillon France métropolitaine
6,00
De plus, en réponse à l’augmentation de la demande des 5,00
ménages sous-tendue par la forte croissance démographique,
4,00les activités de services se développent en Languedoc-
Roussillon plus que dans les autres régions françaises.
3,00
2,00
Evolution de l'emploi total dans le tertiaire 1,00
Unité : % 0
Total valeur ajoutée Services aux particuliers Education, santé, 130
action sociale, administration
Source: INSEE Languedoc-Roussillon - estimations d'emploi
125
Languedoc-Roussillon
120
Les activités du tertiaire restent le moteur principal de la
115 croissance du PIB régional. En effet, même si le secteur non
marchand et le secteur associatif sont fortement représen-
110
tés, ils sont à faible valeur ajoutée.
France
105
Au cours de la période 1990-2000, la valeur ajoutée créée
100 par l’ensemble des activités de services aux particuliers et de
1989 1991 1993 1995 1997 1999 2001
l’éducation, la santé, l’action sociale et l’administration a1990 1992 1994 1996 1998 2000
augmenté à un taux annuel moyen de 5,3 % dans la régionSource: INSEE Languedoc-Roussillon - estimations d'emploi
(4,3 % au niveau national).
© INSEE 2004 La dynamique des métiers en Languedoc-Roussillon 3Les familles professionnelles
Les Familles professionnelles sont une passerelle permettant de rapprocher deux logiques différentes: le Répertoire Opérationnel
des Métiers et des Emplois (ROME), utilisé par l 'ANPE pour codifier le métier demandé par les demandeurs et les offreurs d’em-
ploi, et la nomenclature des Professions et Catégories Socioprofessionnelles (PCS), utilisée dans la codification du recensement de
la population et de l’enquête emploi.
Le ROME est fondé sur une définition des métiers en termes de compétence, sa logique opérationnelle est de faciliter le place-
ment des demandeurs d’emploi.
La PCS repose sur la différenciation du statut et de la catégorie socioprofessionnelle, il s’agit d’apprécier la profession des per-
sonnes à des fins d’études économiques et sociales.
Reposant sur des compromis pragmatiques entre ces deux logiques, la nomenclature des familles professionnelles (FAP) permet
de comparer et d’analyser les données par métier des personnes aussi bien en emploi qu’au chômage. C’est pourquoi, cet outil a
été privilégié dans cette étude pour dresser le profil des métiers en Languedoc-Roussillon.
Le champ retenu pour cette étude est celui des 16 plus importantes familles professionnelles dans le classement des FAP en 84
postes. Elles représentent, à elles seules, un emploi régional sur deux en 1999.
Pour en savoir plus
os Les familles professionnellles en Languedoc-Roussillon - INSEE Repères chiffres n 2 à 17 - décembre 2003
Agents d'entretien - n° 2
Enseignants - n° 3
Employés Fonction Publique (Cat. C) - n° 4
Vendeurs - n° 5
Arboriculteurs, viticulteurs, maraîchers, jardiniers - n° 6
Conducteurs de véhicules - n° 7
Secrétaires - n° 8
Professionnels de l'action socio-culturelle et sportive - n° 9
Infirmiers, sages-femmes - n° 10
Assistants maternels et travailleurs familiaux - n° 11
Agriculteurs, éleveurs - n° 12
Représentants - n° 13
Armée, pompiers, police - n° 14
Ouvriers qualifiés du bâtiment second œuvre - n° 15
Ouvriers qualifiés du gros œuvre du bâtiment - n° 16
Médecins et assimilés - n° 17
Avenir des métiers: rapport du groupe "Prospective des métiers et des qualifications"
Commissariat Général du Plan - La Documentation Française
L’espace des métiers en Languedoc-Roussillon en 1999
INSEE Repères synthèse n° 7 juin 2002
L’espace des métiers par département du Languedoc-Roussillon en 1999
INSEE Repères chiffres n° 1, 2 - mars 2002, n° 3, 4, 5 - avril 2002
L’emploi par métier en 2010
DARES - Premières synthèses - octobre 2001
Le retournement de conjoncture en 2001-2002 - que sont devenues les difficultés de recrutement?
DARES - Premières synthèses n° 19.2 - mai 2003
Politique publique de l’emploi - le défi des seniors 40.2 - octobre 2003
Les métiers en région dans les années 90 28.1er juillet 2003
Les établissements à main d’œuvre qualifiée plus attentifs à la gestion prévisionnelle des effectifs selon l’âge
DARES - Premières synthèses n° 29.1 - juillet 2003
Démographie médicale de la région Languedoc-Roussillon - projections 2001-2020
Direction régionale des affaires sanitaires et sociales du Languedoc-Roussillon - avril 2003
Les personnels de l’académie de Montpellier au 1er janvier 2003
Rectorat de l’Académie de Montpellier - note d’information n° 02-02 - février 2003
4 points de la Cellule Economique Régionale du BTP
Direction régionale de l’équipement du Languedoc-Roussillon - n° 35 - juillet 2003 (trimestriel)
www.insee.fr
Directeur de la publication: Henri THERON Prix: 4 F
ISSN n° 1286-4218INSEE Languedoc-Roussillon - 274, allée Henri II de Montmorency - 34064 Montpellier CEDEX 2
(*) Sage: SYN040236Téléphone: 0467157000 - Télécopie: 0467157171 - Information du public : 08 25 88 94 52
© INSEE 2004(*)Mél: renseignements@insee.fr 0,15 F la minute

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.