La fonction publique d'Etat : un emploi salarié sur dix

De
Publié par

En Picardie, 61 900 personnes travaillaient dans la fonction publique d'Etat à la fin de l'année 2003. Ces agents occupent 10% des emplois salariés de la région. Le ministère de l'Education, avec plus de 60% des agents de l'Etat, est le premier employeur. Il est suivi par le ministère de la Défense, qui regroupe 10 000 personnes. Plus de la moitié des agents de l'Etat sont des femmes. Elles sont largement majoritaires au ministère du Travail et de la Santé et très minoritaires à la Défense. Un agent de l'Etat sur dix travaille à temps partiel. En 2003, les effectifs de la Justice ont augmenté de 4,2%. Ceux de l'Economie et des finances ont baissé de 2,6%.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 32
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
La fonction publique d’État: un emploi salarié sur dix
N°141  2005
En Picardie, 61 900 personnes travaillaient dans la fonction publique d’État à la fin de l’année 2003. Ces agents occupent 10% des emplois salariés de la région. Le ministère de l’Éducation, avec plus de 60% des agents de l’État, est le premier employeur. Il est suivi par le ministère de la Défense, qui regroupe 10 000 personnes. Plus de la moitié des agents de l’État sont des femmes. Elles sont largement majoritaires au ministère du Travail et de la Santé et très minoritaires à la Défense. Un agent de l’État sur dix travaille à temps partiel. En 2003, les effectifs de la Justice ont augmenté de 4,2%. Ceux de l’Économie et des Finances ont baissé de 2,6%.
n Picardie, 61900 personnes 20E03. Le nombre de ces agents repré travaillaient dans la fonction pu blique d’État à la fin de l’année sente 10% des emplois salariés de la région. Avec 28 agents des ministères civils pour 1 000 habitants, le taux d’ad 1 ministration publiquede la Picardie est légèrement inférieur à la moyenne de la France métropolitaine. Parmi les trois départements picards, c’est la Somme qui a le taux le plus élevé : 32 pour mille. Cela est principalement dû à la présence de la capitale régionale dans ce dépar tement. Le taux d’administration publi que n’est que de 27 pour mille dans l’Aisne et 25 pour mille dans l’Oise. L’Éducation : premier employeur de l’État Le ministère de l’Éducation natio nale, de l’enseignement supérieur et de
1 Le taux d’administration publique est défini ici comme étant le rapport entre les effectifs employés dans les différents ministères civils et la population totale. Les sources des don nées de population sont :  au niveau départemental: Insee, Recense ment de la population 1999, population légale.  au niveau régional et national : Insee, estima tions localisées de population au 01/01/2003, données provisoires.
la recherche, associé au ministère de la Jeunesse et des sports, regroupe 38 000 personnes, ce qui représente plus de 60% des agents de l’État en
Picardie. Cette proportion n’est que de 53 % en moyenne en France métropo litaine. Pour la Somme, le taux avoi sine les deux tiers. Les enseignants du
                                            !!"       "!       ! "#     $ % #    # $# "!# #  &   ' ! %%  &   ( "" "# " %& '()*+()   $"  )  ## #$ #%   ,    $ $  - #  #"  & *# ##% #"! & $ $"# #$ ) *   *%! $!  ., !!$ !$  + %$$ %# %"# /&   0*$$$ $"! $"  &  ,   !" !# !$# 1 "$" "$ '& !$! !"$ !$  - #$ $! $!        
secteur public qui travaillent dans lesdustrie. Par rapport à la Effectifs des agents de l’État en Picardie écoles, collèges et lycées, constituentmoyenne régionale, ce Ministères…………………………………………………………. 61 900 les trois quarts des agents du ministèreministère est Enseignement privé sous contrat……………………………….... 3 363 de l’ Éducation en Picardie. Au niveau nareprésent Établissements publics et groupements d’intérêt public………... 7 696 tional, ce rapport est seulement de deuxSomme (1Exploitants publics (La Poste)…………………………………..... 7 139 Total des agents de l’État………………………………………… 80 098 tiers. Les quelque 2 320 écoles publiquesagents de de l’Académie d’Amiens mobilisentplus faible 11 200instituteurs ou professeurs desl’Oise (5,         ! écoles. 8 200 professeurs interviennentagents de l’ 2&  ,        dans les 172 collèges publics de PicarAvec 3 2 die. L’effectif pédagogique des 90 lycéesle ministère            ! publics d’enseignement général ou propement, du fessionnel est d’environ 8 750.des transpo3  45 6 La Défense est le deuxième emmer est le   ployeur de l’État en Picardie. Près deemployeur!8  , 10 000 personnes travaillent pour ce miPicardie. Pr&7  8 nistère, ce qui représente près de 16% agentssur des agents de l’État dans la région. Cetteministère, #8 0& proportion est légèrement inférieure à laployés dan   moyenne de la France métropolitaine, quices déconc est de 18%. Dans l’Oise, ce taux dél’Équipeme passe 24 %, alors qu’il est inférieur à 6 %gement. Vi 8 dans la Somme. Le ministère de la Déle ministère fense regroupe plus de 2 600 gendarmesrieur, avec en en Picardie, soit 27 % des effectifs. Cetteagents de l proportion est nettement supérieure aupersonnels taux moyen de la France métropolitainenationale co) hors ÎledeFrance, qui s’établit à un peucontingent l moins de 20%. Cet écart s’explique parportant, ave un nombre moins important de grandesfectifs totau agglomérations en Picardie.pend princi Les attributions du ministère de l’Écosouspréfec nomie, des finances et de l’industrie sonttionale empl vastes et diverses : administrations duqu’emploisjeunes en Picardie. Le minisnombre de personnes employées par le Trésor public, des Impôts, de l’Insee, detère de l’Intérieur est, en proportion deministère de la Culture au nombre d’a la Concurrence, consommation et répresl’ensemble des ministères, davantage regents de l’ensemble des ministères, on sion des fraudes, des Douanes et droitsprésenté dans l’Aisne (5,7%) que dansobtient, selon les régions, des taux très indirects, du Commerce extérieur, de l’Inles deux autres départements picardsvariables : de 1,8‰ pour le Nord  Pas dustrie et de la recherche, de la Cham(4,8 %pour la Somme et 3,5% pourdeCalais à 18,2 ‰ pour l’ÎledeFrance. bre régionale des comptes. Au total, prèsl’Oise). Letaux de la Picardie (4,1‰) est le de 4 500 personnes travaillent pour ce miDans ce classement, on trouve endeuxième plus important des régions de nistère en Picardie ; cela représente 7 %suite le ministère de la Justice, avecprovince, derrière celui du Limousin. des agents de l’État, ce qui est légère1 850 agents en Picardie. Les services Plus d’un agent de l’État ment endeçà de la moyenne nationale.pénitentiaires représentent près de 40 % Les services déconcentrés du Trésor etdes personnels employés par ce minissur deux est une femme des Impôts représentent, à eux seuls,tère. Viennent ensuite les 950 agents du En Picardie, les femmes représentent près de neuf agents sur dix du ministèreministère de l’Agriculture, dont plus de la 53 %des agents de l’État. Ce taux est de l’Économie, des finances et de l’inmoitié relève de l’enseignement. 650 per légèrement supérieur à celui de la France métropolitaine, qui est de 50 %. C’est au ministère de la Santé et du Travail que le " #  "$% $  !  %%%   personnel féminin est le plus important           &  en Picardie : trois agents sur quatre. Vien   .           !nent ensuite le ministère de l’Éducation nationale et celui de l’Économie, des fi  .( / nances et de l’industrie dans lesquels sont employées deux fois plus de fem      $# $" $$$ mes que d’hommes. En revanche, au mi     $!"" ! nistère de l’Équipement, un agent sur %& '()*+()#" "" # quatre est une femme, et ce rapport n’est   ,   " $# "$ que d’un sur huit au ministère de la -  "" Défense. Ce ministère n’emploie que ., ""  3,8 %des femmes agents de l’État en /&   0* ! $ Picardie ; le taux correspondant pour la 1 # "" '& "## #"$%. L’écart est trèsmétropole atteint 6,2 important par rapport au personnel mas
culin, puisque, en Picardie com     ! %   % ! & métropole, ce sont environ 30             0 hommes agents de l’État qui trav   .             ! pour le ministère de la Défense. L’i  lité hommes/femmes est encor marquée dans la gendarmerie : c! emploie 8,6 % du personnel mascul  ministères en Picardie, alors que l !#  "!  analogue pour les femmes n’est q " 0,4 %.La parité n’est pas non pl$ 9 "  mise dans les services pénitentiai: " la Police nationale : en Picardie, l # des hommes agents de l’État em dans ces services est quatre fois rieur à celui des femmes. !$" !!$  #  Un agent de l’État sur di ! exerce à temps partiel+ + + +  4& 4&  En Picardie, 10% des agen  *6 *6 l’État travaillent à temps partiel. C est de 12% pour toute la métr 16 %du personnel féminin est em à temps partiel en Picardie. C’es rieur à la moyenne nationale, q de 20%. La proportion d’hommes çant à temps partiel est quatre fois plus faible que celle des fe en Picardie comme en métropole. au ministère de l’Économie, des ces et de l’industrie que le recours aumeture de treize recettes des finances temps partiel est le plus importantLe nombre d’agents employés dansd’arrondissement du Trésor public en en Picardie : il concerne 38% des feml’ensemble des ministères en Picardie a2003 explique en partie ces diminutions mes, plus de 70% des nontitulaires etaugmenté de 1 % en 2002, puis a baisséde personnels. En Picardie, ce sont les au total plus d’un agent sur quatre. Lede 0,6% en 2003. Ces tendances sontrecettes des finances de SaintQuentin, temps partiel est souvent imposé pourglobalement conformes à celles de lade Senlis et d’Abbeville qui ont été fer les nontitulaires, alors qu’il est glement choisi par les titulaires. En die, 5 400 agents de l’État ne so titulaires, soit 8,8 % du personnel. C est un peu inférieur à celui métropole, qui s’établit à 10,6 %. D 2001, la part des nontitulaires d en Picardie ; la région suit ainsi l dance nationale. En Picardie,'$    (   %$$ 2&          les agents de l’État  3    sont relativement jeunes   .           ! et peu souvent natifs de l’O /&   0* Avec 40 ans d’âge moyen, la   die est la troisième région la plus     en ce qui concerne les agents de     À l’inverse, les agents qui trav dans les régions du SudOuest so., moyenne, les plus âgés de la F - métropolitaine. 1 En rapportant l’effectif des a de l’État natifs d’un département %& '()*+() semble des Français d’âge correspo   ,    nés dans ce même département, tient des taux très variables: de '& pour la Vendée à 92‰ pour l’A 9  # $  En ce qui concerne les départeme :    cards, la Somme et l’Aisne ont u
nombre d’agents du ministère de l’Agri culture a augmenté de 1,5% en 2002 en Picardie ; la même année, en mé tropole, ce nombre a diminué de 1,8 %. Les effectifs des services de l’action sanitaire et sociale ont diminué de 1,6 % en 2002 en Picardie alors qu’ils ont augmenté de 3,8% la même an née au niveau national. Le nombre d’agents du ministère de la Culture a légèrement augmenté (+1 %) en Picar die en 2003 ; la même année, en mé tropole, ce nombre a baissé de 6%. Les effectifs du personnel enseignant du premier degré ont été stables en 2003. En revanche, ceux du second degré ont baissé de 2 %. Cela est prin cipalement dû à la diminution de 350 enseignants dans les collèges et 2 EREA ,ce qui représente une baisse de 4%. De 1999 à 2003, le ministère dont les effectifs ont le plus augmenté en Picardie est celui de la Justice: +17,3 %. Vient ensuite le ministère de la Défense, avec une hausse d’environ 10 %. Sur la même période, les effec tifs du ministère de l’Économie, des finances et de l’industrie ont baissé de 5,1 %. À terme rapproché, les effectifs de ce ministère devraient continuer de baisser, dans le cadre d’un programme pluriannuel de fermeture des plus peti tes installations. Dans les prochaines années, le nonremplacement de tous les départs à la retraite devrait entraî ner une diminution des effectifs de la fonction publique d’État.
Bruno Ghirardi
2 EREA = Établissement régional d’enseigne ment adapté.
Prépondérance des cadres A au niveau national En 2002, les personnels de catégorie A sont majoritaires (52 %) parmi les titulaires civils ; ils ne représentaient qu’un peu plus du tiers de ces agents en 1990. Les enseignants du ministère de l’Éducation nationale constituent la plus grande partie (87 %) des cadres A de la Fonction publique de l’État ; la disparition progressive du corps des instituteurs de catégorie B, remplacé par celui des professeurs des écoles, de catégorie A, contribue à l’essentiel de l’évolution de la structure hiérarchique. Hors Éducation nationale, la part des titulaires de catégorie A connaît une croissance beaucoup plus modérée sur la période 19902002 ; elle représente 18,5% des agents titulaires en 2002, contre 15,5% en 1990. Au ministère de l’Éducation nationale, les agents de catégorie C constituent 15 % des titulaires ; cette proportion est de 58 % pour l’ensem ble des autres ministères. Parmi les titulaires civils de l’État, le personnel féminin représente 58 % des agents de catégorie A, 65% des agents de catégorie B et 52% des agents de catégorie C. Source : Fonction publique : faits et chiffres 2003  ministère de la Fonction publique et de la réforme de l’État. Le champ est constitué des personnes employées par les ministères au 31 décembre 2002. Les personnes recrutées dans le cadre de la politique d’aide à l’emploi ne sont pas comprises dans le champ.
Les sources Pour le paragraphe qui concerne l’âge des agents de l’État: «Fonction publique : faits et chiffres 2003 »  ministère de la Fonction publique et de la réforme de l’État. Le champ est constitué des personnes employées par les ministères au 31 décem bre 2002. Les personnes recrutées dans le cadre de la politique d’aide à l’emploi ne sont pas comprises dans le champ. Pour le paragraphe qui concerne le département de naissance des agents : «L’origine géographique des agents de l’État », Point Stat n°2  2003 ; mi nistère de la Fonction publique, de la réforme de l’État et de l’aménagement du territoire  Bureau des statistiques, des études et de l’évaluation. Pour le reste de l’article (à l’excep tion des encadrés):Les agents de la Fonction publique d’État  appelés pour sim plifier « agents de l’État »  sont recensés par l’Insee à partir des fichiers de paie des principales administrations. Ces agents sont pris en compte quel que soit leur statut per sonnel : fonctionnaires titulaires ou stagiai res, militaires, nontitulaires sur contrat à durée déterminée ou non, personnes em bauchées dans le cadre d’un contrat emploi solidarité ou d’un emploijeune. Les person nels en congé de longue durée rémunérés sont également pris en compte, mais non ceux en fin d’activité. Les emplois secondai res sont exclus du champ de l’analyse. Les personnels comptabilisés sont ceux en fonc tion au 31 décembre de l’année considérée. Les données de l’année 2003 sont provisoi res, celles des autres années sont considé rées comme définitives. Seuls sont pris en compte les agents de l’État employés par les ministères en France métropolitaine ; sauf mention différente, les résultats sont relatifs à l’année 2003 et à la Picardie.
Salaire brut moyen d’un agent de l’État : 2 404 euros par mois en 2002
En 2002, un agent de l’État perçoit en moyenne un salaire brut de 2 404 euros par mois, dont 13,8 % sous forme de primes et de rémunérations annexes. Déduction faite des prélèvements sociaux, le salaire net moyen est de 2 026 euros par mois. La moi tié des agents titulaires gagne moins de 1 923 euros par mois. En bas de l’échelle, 10 %des titulaires perçoivent moins de 1 305 euros, alors qu’à l’autre extrémité, 10 %dispose de plus de 3083 euros. En 2002, les salaires masculins sont en moyenne supérieurs de 16,5 % aux salaires féminins. Source :Les salaires des agents de l’État en 2002, Insee Première n°977 Juillet 2004. Le champ est constitué des agents des ministères civils de l’État, titulaires et non titulaires, en poste en métropole. Sont in clus les enseignants des établissements d’enseignement privé sous contrat ainsi que les emploisjeunes de la Police nationale et de la Justice. Sont exclus les agents en congé de fin d’activité, les salariés des éta blissements publics (notamment les em ploisjeunes en poste dans les établisse ments d’enseignement) ainsi que les fonc tionnaires de la Poste et de France Télécom.
Pour en savoir plus
« Les agents de l’État au 31 décembre 2002 », Insee Première n°987 septembre 2004
Institut National de la Statistique et des Études Économiques Insee Picardie Téléphone : 03 22 97 32 00 Télécopie : 03 22 97 32 01 Directeur de la Publication :Pascal SEGUINRédacteur en chef :Catherine LEPIN Maquette Insee Picardie  Impression YVERT Dépôt légal : février 2005  ISSN : 03963128  Code SAGE : IPR14162  N°141 février 2005 Prix : 2,20Conditions d'abonnement : INSEE PICARDIE Relais (11 numéros) + INSEE PICARDIE Première (11 numéros minimum) 38Insee Picardie 1, rue Vincent Auriol 80040 AMIENS CEDEX 1Courriel : ventespicardie@insee.fr Renseignements statistiques:Téléphone 0 825 889 452 (0,15 euro/mn) Courriel inseecontact@insee.fr
© Insee 2005
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.