La hausse du recours à l'intérim amplifie le recul du chômage

De
Publié par

Malgré le dynamisme de la demande étrangère, l’activité industrielle reste contrastée. À la bonne tenue de l’activité dans les biens d’équipements répond un repli de celle-ci dans l’automobile et les biens de consommation. La forte hausse des prix agricoles nourrit l’inflation. L’activité s’accélère dans le BTP et reste soutenue dans le tertiaire. L’emploi salarié hors intérim augmente de 0,5% sur un an. Le recul de l’emploi industriel ralentit, tandis que la croissance des effectifs salariés reste soutenue dans la construction et le tertiaire. La vigueur de l’intérim entraîne une nette amélioration du marché du travail dans la région. La baisse du nombre de demandeurs d’emploi est la plus forte des régions de métropole.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 39
Nombre de pages : 7
Voir plus Voir moins
1
Nº 42 - Février 2008
Tendance envisagée
40
Tassement de l'activité dans l'industrie Solde d’opinion (%) 50
Au 3e 2007, les trimestre exportations ont progressé de
dune forte demande en alimentaires (IAA) sont éga-biens déquipements (+40%). lement bien orientées. angeu pqCrueéassretdntederenntieperlxussprodeu-éhcsrseuDespmroatitnosamgententauiseL m tationscosmtoisesr.-étirxeyndsueiqamêmermhtyuqeertpoioatns l e s e x Les exportations de biens pour représenter 1,19 milliard intermédiaires et de produits deuros au 3etrimestre 2007. des industries agricoles et Elles ont surtout progressé dans les biens déquipement (+21%). Lexcédent des échanges exté-rieurs saccentue pour attein-dre 1,08 milliard deuros.
Après un deuxième trimestre déjà en demi-teinte, lopinion des industriels sur lactivité de leurs entreprises se tasse légè-rement au troisième trimestre. Les industriels anticipent une accélération de leur activité au 4etrimestre 2007.
tertiaire. Lemploi salarié hors intérim augmente de 0,5% sur un an. Le recul de lemploi industriel ralentit, tandis que la croissance des effectifs salariés reste soutenue dans la construction et le tertiaire. La vigueur de lintérim entraîne une nette amélioration du marché du travail dans la région. La baisse du nombre de demandeurs demploi est la plus forte des régions de métropole.
Malgré le dynamisme de la demande étrangère, lactivité industrielle reste contrastée. À la bonne tenue de lactivité dans les biens déquipements répond un repli de celle-ci dans lautomobile et les biens de consommation. La forte hausse des prix agricoles nourrit linflation. Lactivité saccélère dans le BTP et reste soutenue dans le
– 20enTonecncdaeétsta – 30 97 98 99 00 01 02 03 04 05 06 07 Source : INSEE, Enquête trimestrielle de conjoncture nationale pondérée par la structure régionale - Données CVS
10% sur un an, pour attein-dre 2,27 milliards deuros. Elles bénéficient notamment
Lactivité reste bien orientée dans les biens déquipements. Le niveau des carnets de commande est élevé. Cest notamment le cas pour les deux grands groupes du sec-teur GE Energy et Alstom qui ont un carnet de commandes de plusieurs années.
10 0 – 10
20
30
France : onde de choc amortie
info web
Léconomie mondiale aura plutôt bien résisté face aux différents chocs auxquels elle a été confrontée en 2007 : hausse des cours du pétrole, des matières premières, crise financière et chute du marché immobilier aux États-Unis. Mais leurs effets devraient se faire davantage ressentir en 2008. La consommation des ménages devrait être freinée par laugmentation du prix des matières premières agricoles et énergétiques. Ce sont cependant les économies américaine et britannique qui seraient les plus touchées. La croissance devrait par contre rester soutenue en Asie, portée par un commerce extérieur en net excédent. En zone euro, le commerce extérieur devrait contribuer négativement à la croissance en raison de lappréciation de leuro par rapport au dollar. Au premier semestre 2008 la croissance du PIB en zone euro serait ainsi de 0,4% par trimestre, après avoir été de +2,6% sur lensemble de lannée 2007. En France, le PIB devrait croître de 0,5% au 4etrimestre, après +0,8% au 3eatteindre une croissance de 1,9% sur lannée 2007.trimestre, pour La contribution du commerce extérieur serait négative au 1ersemestre 2008, suite à un ralentissement des exportations de produits manufacturés. Linvestissement des entreprises, après avoir été dynamique au 2ndsemestre 2007, ralentirait début 2008. La consommation des ménages resterait soutenue, malgré une progression du pouvoir dachat qui serait limitée par laccélération de linflation. Les ménages devraient en effet puiser dans leur épargne pour maintenir leur niveau de consommation. Les créations demploi seraient très dynamiques en 2007 (348 000 emplois créés), et devraient lêtre encore en 2008, favorisant donc une nouvelle baisse du chômage. Le taux de chômage au sens du BIT sétablirait ainsi à 7,7% au 2ePIB, il devrait croître de 0,5% au 1trimestre 2008. Quant au ertrimestre, puis de 0,4% au 2etrimestre 2008. Le principal aléa sur cette prévision concerne limpact de la crise du système financier sur léconomie mondiale.
2006 2007 2008 2006 2007 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 +0,7 +0,9  0,1 +0,5 +0,6 +0,3 +0,7 +0,5 +0,5 +0,4 +2,2 +1,9 Produit Intérieur Brut +0,9 +3,0  0,8 +1,1 +0,9 +1,8 +1,4 +1,2 +1,3 +1,1 +7,1 +4,5 Importations +0,9 +0,5 +0,3 +0,3 +0,5 +0,6 +0,8 +0,4 +0,6 +0,6 +2,3 +2,0 Dépenses de consommation des ménages +0,5 +0,5 +0,3 +0,4 +0,3 +0,4 +0,3 +0,4 +0,4 +0,4 +1,4 +1,4 Dépenses de consommation des administrations* +0,5 +1,9 +0,6 +1,3 +1,2 +0,4 +0,6 +1,2 +0,7 +0,6 +4,1 +3,9 FBCF totale  dont : +0,2 +2,7 +0,8 +1,9 +1,4 +0,5 +1,0 +1,2 +0,8 +0,7 +4,6 +5,1 ENF +1,4 +1,0 +0,9  0,4 +0,3 +0,4 +0,1 +1,0 +0,8 +0,7 +4,5 +1,3 Ménages +3,2 +1,2  1,3 +1,0 +1,5 +0,7 +1,7 +1,1 +0,8 +0,7 +6,3 +3,6 Exportations  Contributions : +0,7 +0,8 +0,3 +0,5 +0,6 +0,5 +0,6 +0,5 +0,6 +0,6 +2,4 +2,2 Demande intérieure hors stocks  0,6 +0,7  0,3 0,0  0,2 +0,1 0,0 0,0 +0,1 0,0 0,0 0,0 Variations de stocks** +0,6  0,5  0,1 0,0 +0,1  0,3 +0,1  0,1  0,2  0,1  0,3  0,3 Commerce extérieur Prévision * Dépenses de consommation des APU et des ISBLSM ** Les variations de stocks sont y compris acquisitions nettes dobjet en valeur Source : INSEE
De juin à novembre 2007, linflation totale a augmenté sur un an en France de 1,2 % à 2,4 % dans le sillage des prix de lénergie et de lalimentaire. Linflation sous-jacente, qui exclut tarifs publics, produits à prix volatils (énergie et produits frais) et effets des mesures fiscales, ne sest accrue sur un an que très légèrement (+0,2 point), bien que le prix des produits manufacturés ait progressé plus vite que lannée passée.
Daprès la note de conjoncture de décembre 2007
2
Nº 42 - Février 2008
Lac tivité dans le sec teur Selon lopinion des indus-automobile recule pour le triels, la production de biens deuxième trimestre consé- de consommation enregistre cutif. La production du site un léger fléchissement au Peugeot à Sochaux baisse troisième trimestre. La situa-de 2,4% au troisième tri- tion est plus favorable dans le mestre 2007 par rapport au meuble que dans lhorlogerie même trimes tre et la lunetterie où iActivité ddeel2a00p6r.oLdeucrteioplncontrastée dansueir-étnftseere.blailademandei lindustrie de 307 et de 607 Les industriels anti-est encore incomplètement cipent un nouveau tassement compensé par la montée en de leur activité au quatrième puissance de la 308. Outre trimestre. un e d e m an d e int é r ie ure Lactivité reste bien orientée peu dynamique, les équipe- dans les industries agroali-mentiers automobiles ont, mentaires, tandis que les prix pour leur par t, enregistré des matières premières pour-un recul de la demande suivent leur progression. étrangère. Les perspectives La flambée du prix des céréa-de production redeviennent les se maintient. Fin septembre, plus f a vorabl e s d ans c e le prix payé aux producteurs secteur pour le quatrième de blé francs-comtois est su-trimestre. périeur de plus de 60% à son
Dans les biens intermédiai-res, lactivité reste soutenue dans le travail des métaux, la chimie et la plasturgie. Les industriels ne prévoient pas de for te accélération pour la fin 2007.
niveau de 2006 et a augmenté de 46% en un trimestre. Cette tension sur les prix est en partie due à une récolte mondiale plutôt moyenne en 2007 et qui peine à couvrir une demande en constante hausse.
Dans la continuité des mois de 7% par rappor t au 3e précédents, le prix moyen trimestre 2006. payé lors du 3e Les trimestre cours de la vache de aux producteurs de la région réforme se sont redressés pour du lait standard, toutes au cours de ce 3e trimestre q u a li t é s c o n f o n - pour approcher à dues, a progresséDes prixnouveau la barre de 5,5% par rapportagricoles endes 3/kg. Durant au même trimes-forte hausselété, la propaga-tre 2006, pour sétablir en tion de lépidémie de fièvre moyenne à 33,45 ovine (FCO) dans catarrhale/hl. La hausse du prix du lait devrait le Nord-Est de la France se poursuivre au moins jus- a entraîné des mesures de quau 1ertrimestre 2008. restriction des mouvements La baisse de la collecte de danimaux, ce qui a pénalisé lait, liée à une météo capri- lactivité des éleveurs de la cieuse cet été, a pesé sur la région. production de fromage, à En viticulture, lanné e a lexception de celle de Mont- été atypique en raison des dor. Celle de comté diminue conditions météorologiques
info web
particulières. Après une flo-raison précoce, le faible en-soleillement de lété a nui à la maturation du raisin. Linsola-tion en septembre a permis néanmoins de gagner les degrés nécessaires. Daprès les premières estimations, les volumes récoltés pour lensemble des AOC sont en hausse de 10% par rapport à 2006 pour se situer autour de 90 000 hectolitres. Dans le bâtiment, 7 656 loge-ments ont été mis en chantier de décembre 2006 à no-vembre 2007, en hausse de 7,3% sur un an. Cette hausse concerne plus la construc-tion pavillonnaire (+8,9%)
Bâtiment : hausse des mises en chantier, hormis en Haute-Saône
Individuels
Logements commencés de décembre 2006 à novembre 2007
Collectifs
Nombre de Évolution Nombre de logements 12 mois logements mis en chantier (%) mis en chantier Doubs 2 223 263+10,1 1 Jura 1 457 +18,7 549 Haute-Saône 1 132  1,6 136Territoire de Belfort 489+3,4 407Franche-Comté 5 301+8,9 2 355Source : direction régionale de lÉquipement - SITADEL
Évolution 12 mois (%) +0,6  41,9 54,1 +24,1 +3,9
Ensemble
Nombre de logements mis en chantier 3 486 2 006 1 268896 7 656
Évolution 12 mois (%) +6,4 +24,3  12,3 +11,9 +7,3
3
Nº 42 - Février 2008
que celle dappar tements sations de construire dans le dynamisme de la demande (+3,9%). Les mises en chan- collectif, celles de pavillons de pavillons. tier progressent dans tous les progressant de 4,3%. Le repli 935 500 m² de bâtiments à départements comtois hor- dans le collectif est lié notam- usage professionnel ont été mis en Haute-Saône ment à lattentisme mis en chantier de décembre où elles reculent deaHsuneesismesdse 2006qui prévaut en pé- à novembre 2007, en 12,3%. Cest le Jura riode préélectorale. hausse de 8,8% sur un an. qui enregistre la pluschantierLinvestissement des Cette hausse se concentre forte croissance des mises ménages, plus orienté dans dans lagriculture et le ter-en chantiers (+24,3%), tirée lindividuel, devrait rester sou- tiaire, alors que les mises en notamment par le secteur tenu au 1er chantiers restent stables danssemestre 2008. collectif (+41,9%) . Le Jura est le seul départe- lindustrie-construction. En revanche, les autorisations ment comtois où les auto- S u r l a m ê m e p é r i o d e , de construire sont moins bien risations sont en baisse. Le 1 017 000 m² ont été auto-orientées. 9 076 permis de recul est plus fort dans le risés (+3,9%), les mises en construire ont été acceptés collectif ( 46,2%) que dans chantier devraient donc rester sur cette période, en baisse lindividuel ( 4,5%). La plus bien orientées au 1ersemes-de 1,9% sur un an. Le recul forte augmentation est en- tre 2008. est exclusivement lié à une registrée dans le Territoire Par ailleurs, lactivité est tou-baisse de 11,5% des autori- de Belfort (+6,0%), grâce au jours dynamique dans les
Bâtiment : recul des autorisations de construire dans le collectif
Individuels
Logements autorisés de décembre 2006 à novembre 2007
Collectifs
Nombre de Évolution Nombre de logements 12 mois logements autorisés (%) autorisés Doubs 2 507+4,1 1 862Jura 1 434 477 4,5Haute-Saône 1 350+8,3 318Territoire de Belfort 543+25,4 585Franche-Comté 5 834+4,3 3 242Source : direction régionale de lÉquipement - SITADEL
Évolution 12 mois (%) +5,0  46,2  14,3  7,3  11,5
Ensemble
Nombre de logements autorisés 4 3691 911
1 6681 1289 076
Évolution 12 mois (%) +4,4  20,0 +3,1 +6,0  1,9
info web
Lenvolée des prix des produits alimentaires nourrit linflation
Les cours des matières premières alimentaires (la poudre de lait, les céréales, le cacao, les huiles, etc.) aug-mentent depuis la mi-2006, mais ils se sont réellement envolés depuis le début de 2007, pour des raisons à la fois conjoncturelles et structurelles (cf. tableau). Pour les céréales, les conditions climatiques de ces derniers mois nont pas été favorables aux récoltes. La pluie, en France et aux États-Unis, la sécheresse en Russie et en Ukraine, ont endommagé les récoltes. LUkraine, réputée comme le « grenier de lEurope », a même suspendu ses exportations pour satisfaire en priorité sa demande intérieure. Autre producteur céréalier important, lAustralie souffre dune sécheresse, qui devient endémique. Enfin, la progression de la demande de biocarburants entraîne une mutation radicale des marchés agricoles, diminuant les surfaces destinées à lalimentation. Loffre de céréales nest donc pas arrivée à suivre la progression de la demande. Concernant la production laitière, plusieurs causes expliquent la carence de loffre. La sécheresse en Australie et en Nouvelle-Zélande entraîne une diminution de la production dans ces pays. De façon structurelle, en Europe, la filière laitière a souffert dune désaffection par les éleveurs au profit de la production de viande. Le Brésil et les États-Unis ont utilisé des milliers dhectares de terre pour produire des biocarburants au détriment de lélevage de vaches laitières. En regard de cette offre amoindrie, la demande mondiale explose : la Chine, la Russie et les pays émergents se mettent à consommer du lait, mais nen produisent pas.
Ces progressions pourraient entraîner une hausse de 6% des prix à la production dans lindustrie agroa-limentaire entre juillet 2007 et juin 2008. En conséquence, depuis le mois de juillet, le consommateur doit payer plus cher les produits alimentaires, et cette hausse devrait se poursuivre début 2008. Entre juillet 2007 et juin 2008, lenvolée des cours des matières premières alimentaires serait responsable dune élévation de 0,4 point de linflation totale, toutes choses égales par ailleurs.
Quelques exemples de hausse de cours Matière première Hausse (fin octobre 2007) Raison des hausses de prix depuis le dernier Situation politi Cacaot+ri1m5e%stre2006mauvaisesrécoqluteeseennCAôfrtieq-dueIveotirdee,mpaernsdpeecmtivoensdidaeledeplus en plus forte Poudre de lait +90% depuis le dernier Hausse de la demande en Chine et en Russie, quotas trimestre 2006 européens, sécheresse dans les pays producteurs Sécheresse en Australie et Ukraine. Lengouement pour les Maïs +40% depuis janvier 2006 biocarburants détourne de plus en plus de maïs vers la production déthanol Blé+70%depuisledernierdCaonnsdiltiaolinmseclnitmataitoiqnuaensiemtasluebstitutiondemaïsparleblétrimestre 2006 TourteaudeSoja+150%depuisledernieraAuuggmmeennttaattiioonndduelnaivdeeaumadnedveiepdoeusrlCehibniooidsieesteldeetstrimestre 2006 Indiens, devenus très friands de viande bovine nourrie Orge +90% en deux a Sécheresse en Australie intem nshaussedelademande,enAsiepeétriEeusreonpeEuorrioepnetaelteforte
Daprès la note de conjoncture de décembre 2007
4
Nº 42 - Février 2008
travaux publics, grâce aux comtois est restée stable sur daffaires, tandis que celle de nombreux chantiers en cours un an avec 617 600 nuitées la clientèle de loisirs diminue dans la région (Ligne à Gran- vendues. En France métropo- de 6,0% sur la même pé-de Vitesse, élargissement de litaine, la fréquentation est en riode. Parmi les départements lautoroute A36 et contour- hausse de 4,4%. comtois, seul le Territoire de nement de Besançon). La La fréquentation Belfort enregistre concurrence est néanmoins des mois de juilletitélactivatcneedenrsésionBune hausse de forte entre les entreprises et de septembrehôtelièresa fréquentation régionales et celles qui in- a compensé le (+11% au 3etri-terviennent sur les grands recul observé en août. Lhô- mestre 2007 par rapport au chantiers pour lattribution tellerie régionale a ainsi plu- 3etrimestre 2006). Le Jura et des marchés publics. tôt bien résisté à une météo la Haute-Saône connaissent D ans le trans-por t routier deorsptelantrceAunisvniatdsétetuoeeCttté.etéolneticorabvafédsèrtvitcepser(essiabneuneatéruqaLf)%.34ettemen m arc h a n dis e s, bonne tenue de reste stable dans le Doubs. lactivité est en hausse au lactivité hôtelière sexplique 1 029 entreprises ont été troisième trimestre, après un par une hausse de 6,5% de la créées au troisième trimestre bon deuxième trimestre. Les fréquentation de la clientèle 2007, en hausse de 29,4% prévisions sont bien orientées dans ce secteur. Toutefois, leUne clientèle d'affaires plus présente renchérissement des coûts liésdans les hôtels de la région au prix du gasoil fragilise la300 000 trésorerie des entreprises.250 000Total nuitées Les services marchands en-200 000 registrent globalement unedont progression de leur activité150 000loisirs depuis le début de lannée,100 000 et les perspectives sont fa-50 000dont vorables.affaires Au 3etrimestre 2007, la fré-02005 2006 2007 quentation des hôtels francs-Source : INSEE - CRT - DRT Enquête hôtellerie homologuée - Données brutes
par rapport au même trimes- pectivement de 44% et 58%. tre en 2006. La hausse atteint La hausse est plus modérée 16,5% au niveau national. dans le Jura (+12%) et en Tous les secteurs bénéficient Haute-Saône (+8%). de cette progression, notam- Au troisième trimestre 2007, ment lindustrie où les créa- 1 6 4 p r o c é d u r e s d e d é -tions dentreprises ont pres- faillance dentreprises ont que doublé. Au sein des dépar-oitasnseDércrpertneulpsesisété publiées par ttoeims,elnetsDcomb-aduurgoviqusseeusrtelauxibunarédellE.noiggorpseltenssrede ou sniveau national et le Territoire 28% par rap-de Belfort se démarquent port au même trimestre de avec des augmentations re- lannée précédente. Au ni-lativement importantes, res- veau national, la hausse des
Indice base 100 4etrimestre 2002
180
160
140
120
100
80
Le dynamisme de la création d'entreprises plus fort en Franche-Comté qu'en France
Franche-Comté
France
2003 2004 2005 Source : INSEE - Sirene (données CVS)
2006
2007
info web
5
Nº 42 - Février 2008
défaillances est plus modérée du nombre de défaillances ne progressent que de 1%. 2% au niveau national. Sept (+15%). La situation régio- dentreprises tend néanmoins Laugmentation du prix des véhicules neufs sur dix vendus nale est due au département à se réduire. carburants est un des dé- en Franche-Comté entre jan-du Doubs qui est le seul à Le s i m m a t r i c u l a t i o n s d e terminants dans la décision vier et novembre 2007 sont enregistrer une augmentation janvier à novembre 2007 dachat dun véhicule diesel. de marque française, contre du nombre des défaillan- en Franche-Comté sont en La part du diesel représente à peine plus dun sur deux en ces (+116%). En Franche- hausse de 9% par rapport à les trois quarts des ventes moyenne en métropole. Tous Comté, à lexception de la la même période sDes véhicul départements comtois lesréalisées entre jan-construction, tous les secteurs en 2006. Ce sonte enregistrent une progressionvier et novembre dactivité enregistrent une les ventes de véhi-diesel très immatriculations. Elle at-2007 en Franche- des hausse des défaillances. Elles cules diesel qui ti-demandés teint +14% dans le Doubs.Comté. Les ven-ont notamment plus que dou- rent les immatriculations vers tes de véhicules de marque Au deuxième trimestre 2007, blé dans le commerce. Après le haut : elles augmentent française dans la région sont 15 459 intérimaires en équi-un point haut atteint au 4etri- en effet de 12%, alors que en hausse de 7% sur cette temps plein ont été valents mestre 2006, la progression celles de moteurs essence période, mais diminuent de embauchés dans les entre-
Indice base 100 4etrimestre 2002 180
160
140
120
100
Les défaillances d'entreprises restent nombreuses
Franche-Comté
France 80 2003 2004 2005 Source INSEE - Sirene (données brutes)
2006
2007
Des campeurs à la recherche de confort
1 120 000 nuitées ont été vendues, de mai à septembre 2007, dans les campings de la région, en baisse de 2,5% sur un an. La clientèle étrangère a été plus présente en 2007 (+2,1%), tandis que la fréquentation de la clientèle française se repliait de 9,5%. Les campeurs sont toujours à la recherche de plus de confort. La fréquentation des 4 étoiles a progressé de 13,8%. 38,7% des emplacements équipés (mobil-homes, chalets) ont été occupés en moyenne sur la saison, contre 19,8% des emplacements nus. Lécart entre les taux doccupation des emplacements équipés et des emplacements nus atteint 18,9 points, contre 11,7 points en 2005. Les premiers offrent une plus grande sécurité vis-à-vis des conditions météorologiques. Ils correspondent à une nouvellle conception du camping et à la recherche de plus de confort.
info web
prises de la région, en hausse augmente de 17% dans ce (+24%). Lindustrie des biens de +0,3% dans le Doubs à de 15% par rapport au même secteur sur un an. La progres- de consommation (+12%) et +0,9% dans le Territoire de trimestre de lannée pré- sion des effectifs intérimaires celle des biens intermédiaires Belfort. cédente. Tous les départe- atteint 38% dans le secteur (+7%) bénéficient égale- Le recul du nombre de deman-ments comtois etHa sse d deurs de cette hausse. Par ment  a u t o m o - ld e demploi de catégorie tous les secteursmétirlnisàreuurcou 1 (demandeurs demploi im- ailleurs, les effectifs intérimai-bile. Les pers-dactivité béné-dans lautomobile respectives dans augmententLes effectifs salariésm é d i a t e m e n t ficient de cette ce secteur sont aussi dans la disponibles et augmentation. La progres- bien orientées, afin de répon- c o n s t r u c t i o nprogressent danscherchant un sion des effectifs intérimaires dre à la montée en charge (+15%) et lesstnemetrapédslesoutCDI à temps sexplique notamment par la de la 308. Dans le secteur services (+10%) plein) se pour-demande en provenance du des biens déquipements, le et, dans une moindre mesure, suit en Franche-Comté. À la secteur industriel. En effet, recours au personnel intéri- dans le commerce (+6%). fin novembre 2007, il atteint le nombre dintérimaires maire continue à sintensifier Fin septembre 2007, lem- 14,2% au niveau régional, ploi salarié privé (hors agri- soit 31 855 personnes. Il I4netrimestebase100cider0220ploiEmsnrtalocir:éasaljtoontiucnoissergorpculture, intérim et énergie) de la plus forte baisse sagit u ours en régions de métropole, desprogresse de 0,5% sur un an 115 devant la Basse-Normandieen Franche-Comté. Le recul
110
105
100
95
90
85
Construction Tertiaire
Ensemble
Industrie
80 02 03 04 05 06 07 Champs : secteur concurrentiel hors agriculture et énergie Source : INSEE - URSSAF (données provisoires pour le dernier trimestre) - Données CVS
6
Nº 42 - Février 2008
pole. Lamélioration concerne dun an continue sa dé-plus les hommes que les crue en Franche-Comté. Le femmes. Elle bénéficie éga- Territoire de Belfort reste le lement au moins de 25 ans. département comtois où la Ces évolutions sont liées au proportion de chômeurs de rebond marqué de lemploi longue durée est la plus forte intérimaire dans la région. (29,9%), alors que le Jura Au niveau départemental, le compte la proportion la plus recul du nombre de deman- faible (20,8%). deurs demploi atteint  18,0% Si on ajoute les demandeurs dans le Territoire de Belfort. Il demploi immédiatement nibles et ceux est également impor-Forte baissedispo t(an1t4,d9a%n)selteenDoHuabus-du nombre deederchrechlaàuntravailtempoarri,edemandeurs tEen-Sraeôvannec(he,1le5,r7e%p)li.demploidounutrlaietàspm-rapdunDCD av est inférieur à la moyenne régio- tiel (catégories 2 et 3), le recul nale dans le Jura ( 7,1%). du nombre de demandeurs Le part des demandeurs demploi atteint 14,3% dans demploi inscrits depuis plus la région, contre une baisse
demandeurs demploi saccélère
de lemploi industriel reste ( 13,5%). En moyenne, le important ( 1,9%), bien que recul atteint 9,7% en métro-moins prononcé que sur la période octobre 2005-La baisse du nombre de septembre 2006 ( 3,1%).Demandeurs demploi En revanche lemploi est sur ÉvolutionNb total au nam dy ique dans le secteurDoubs31/1141/27040721a1n4(,%9)tceortnisatirruec(ti+on1,(5+%3)e3t%s)u.rtToouuttelaJura 6 009 7,1 , sHaute-Saône 6 250 15,7 activités confondues, les ef- 4Territoire de Belfort 854 18,0 Franche-Comté 31 855 14,2 fectifs salariés augmentent dans tous les départements : 961 939France 1 9,7 Source : ANPE
Champ : DEFM de catégorie 1 (données brutes)
Femmes
48,4 52,4 52,5 47,3 49,8 49,1
Part dans les demandeurs demploi (%)
Moins de 25 ans 20,7 21,1 23,1 20,3 21,2 20,3
50 ans et plus 13,6 15,2 14,7 15,3 14,4 13,8
Ancienneté sup. à 1 an 24,8 20,8 26,4 29,9 25,1 25,6
Le marché du travail dans les départements comtois
info web
Fin juin 2007, le dynamisme du marché du travail repose en partie sur Hors intérim, les effectifs salariés augmentent de 0,5% sur un an en Fran-lemploi intérimaire. Avec 15 500 emplois équivalents temps plein, lem- che-Comté. La hausse atteint 0,7% dans le Jura, grâce au dynamisme du ploi intérimaire progresse de 15,2% sur un an. Elle concerne lensemble secteur des services. En revanche, lemploi salarié recule fortement dans des secteurs dactivité. Le secteur automobile, en raison du lancement ce département dans les équipements du foyer. Cest également le cas en de la 308, et les biens déquipements, pour faire face à une demande Haute-Saône où la progression des effectifs salariés est la plus faible des soutenue, enregistrent les plus fortes hausses avec respectivement +37,5 quatre départements comtois (+0,2%). Le dynamisme de lemploi dans le et +23,9%. Le recours à lintérim augmente dans les quatre départements. commerce et, dans une moindre mesure, dans les services est limité par le La hausse la plus forte concerne le Doubs (+18,5%) qui concentre une recul de lemploi industriel. La croissance de lemploi salarié dans le Doubs part importante des établissements de lindustrie automobile. Le Jura, où (+0,5%) repose essentiellement sur le secteur des services. Le recul de lem-lemploi intérimaire est le moins dynamique, enregistre néanmoins une ploi dans le secteur automobile reste important. Le Territoire de Belfort se progression de 7,3% des effectifs intérimaires. distingue par une croissance des effectifs industriels, en raison du dynamisme en %de lactivité dans les industries de biens Évolutiur1anàlafinjuin2007DoubsJuraHSaaôutnee-dTeerBrietlofiorretFranche-afsarovelbéveutolnioinmo.tsenemipquédrunepai-télimetssueseaheCtt on s Comté Emploi salarié (1)que dans les autres départements dans Industries agricoles et alimentaires  2,1  0,8  2,1 NS  1,3le secteur des services. Au total, les Industries des équipements du foyer  1,5  8,5 10,8 NS  6,4effectifs salariés progressent de 0,4% Industrie automobile  4,2 NS /// NS  4,3dans ce département. Industries des équipements mécaniques +0,4 +0,1 +0,3 +3,7 +1,3Le dynamisme de lemploi se traduit Industries des équipements électriques et électroniques +1,3 NS NS +2,3  0,3par une forte baisse du nombre de Métallurgie et transformation des métaux  2,0 +1,0  3,1  4,4  1,8demandeurs demploi recherchant un Commerce et réparation automobile  0,8  1,9 +2,4 NS  0,8contrat à durée indéterminée, à temps Commerce de gros  0,1 +1,0 +1,9  2,4 +0,3plein et immédiatement disponible Commerce de détail +1,9  0,7 +4,9 +1,5 +1,8(catégorie 1). Celle-ci atteint 13,7% Transports  0,2 +1,5 +2,0  1,5 +0,4an à la fin juin. Le recul est plussur un Conseils et assistance aux entreprises +2,1 +3,7 +1,6 +2,5 +2,4marqué dans le Territoire de Belfort Services opérationnels aux entreprises (hors intérim) +5,6 +2,6 NS  4,3 +3,3( 15,3%) et le Doubs ( 14,8%), quen Hôtels et restaurants +0,7 0,0 +8,7  0,2 +1,6Haute-Saône ( 11,5%) et dans le Jura Santé, action sociale (y compris hôpitaux publics) +3,7 +2,1 +1,4 +2,1 +2,8( 11,7%). Dans les quatre départe-Total +0,5 +0,7 +0,2 +0,4 +0,5ments comtois, la baisse du nombre de Intérim (équivalents temps plein) (2) +18,5 +7,3 +17,6 +13,8 +15,2demandeurs demploi est supérieure à Demandeurs demploi (3)la moyenne métropolitaine ( 10,5%). Catégorie 1  14,9  11,7  11,6  15,5  13,8Le constat est le même si on sintéresse Catégories 1+2+3  14,8  14,2  13,5  13,9  14,3à lensemble des demandeurs dem-/// : indisponible ou couvert par le secret statistiqueploi immédiatement disponibles, quel NS : non significatif statistiquementque soit le contrat recherché.
(1) Source : URSSAF - INSEE (données brutes) emploi salarié dans le secteur marchand non agricole hors intérim (2) Source : DARES (données brutes) (3) Source : Ministère du Travail - ANPE (données CVS)
de 10,6% au niveau national sur un an. Au total, on dé-nombre, en Franche-Comté, 41 925 demandeurs dem-ploi appartenant à une de ces trois catégories. Sur la même période (novem-bre 2006 à 2007), le nombre de demandeurs demploi non immédiatement disponibles (catégories 6, 7 et 8) est quasiment stable au niveau régional ( 0,9%) comme au niveau national ( 0,3%). La Haute-Saône est le seul département comtois où les demandeurs demploi de catégorie 6, 7 et 8 sont en hausse (+3,6%), alors que le Jura enregistre le recul le plus important ( 5,7%).„
Catherine PERRIN
7
Nº 42 - Février 2008
INSEE Franche-Comté 8 rue Louis Garnier - BP 1997 25020 BESANÇON Cedex Tél : 03 81 41 61 61 Fax : 03 81 41 61 99
Directeur de la publication : Didier Blaizeau Rédacteur en chef : Patrice Perron Mise en page :Maurice Boguet, Yves Naulin
© INSEE 2008 dépôt légal : Janvier 2008
www.insee.fr insee-contact@insee.fr 0 825 889 452 (0,15/mn)
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.