La pauvreté en Slovaquie et en France : quelques éléments de comparaison

De
Publié par

Tout en tenant compte des spécificités socioéconomiques, la comparaison de la France et de la Slovaquie, au regard de différentes mesures de la pauvreté relative à chaque pays, met en évidence de grandes ressemblances à côté de quelques différences. En Slovaquie, la population, plus jeune et plus rurale, perçoit des revenus, en moyenne, moins élevés. Cependant les ressources sont plus uniformément réparties qu'en France. Si les conforts de base sont assurés dans les deux pays, les familles slovaques sont moins équipées, se sentent moins à l'aise que les ménages français et sont plus inquiets quant à leur avenir. La Slovaquie vient de passer d'une économie socialiste administrée par l'État à une économie de marché et les perturbations liées à cette transition peuvent expliquer, en partie, cette insatisfaction. En France comme en Slovaquie, le risque de pauvreté est plus grand pour les familles monoparentales. Dans les deux pays, les personnes les plus démunies ont plus souvent un faible niveau de formation ou une mauvaise santé. Être locataire ou ne pouvoir compter sur un proche (ami ou famille) en cas de difficultés sont aussi des situations plus fréquentes parmi les pauvres. Les ménages considérés pauvres, simultanément selon les trois approches de cette notion (à partir de questions d'opinion, des conditions de vie ou d'une évaluation monétaire), sont aussi peu nombreux dans les deux pays.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 8
Nombre de pages : 19
Voir plus Voir moins