La précarisation de l'emploi salarié en Bretagne (Octant n° 98)

De
Publié par

Entre 1990 et 1999, le nombre de contrats à durée déterminée (CDD), d'intérimaires et d'emplois aidés a fortement augmenté. La forme la plus traditionnelle d'emploi, le contrat à durée indéterminée et à temps complet, a perdu du terrain au profit de ces emplois à durée limitée, plus précaires. Le développement du temps partiel accompagne cette instabilité de l'emploi. C'est dans les services aux particuliers, la communication, l'information-spectacles, la santé, l'action sociale, culturelle et sportive que les CDD et les emplois aidés ont le plus progressé. Cette fragilisation de l'emploi touche davantage les actifs les moins qualifiés ; les postes précaires sont aussi occupés par une population plus féminine et plus jeune.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 22
Nombre de pages : 7
Voir plus Voir moins

Emploi
La précarisation de l’emploi
salarié en Bretagne
Entre 1990 et 1999, le nombre de contrats à durée déterminée (CDD),
d’intérimaires et d’emplois aidés a fortement augmenté. La forme
la plus traditionnelle d’emploi, le contrat à durée indéterminée
et à temps complet, a perdu du terrain au profit de ces emplois
à durée limitée, plus précaires. Le développement du temps partiel
accompagne cette instabilité de l’emploi.
C’est dans les services aux particuliers, la communication,
l’information-spectacles, la santé, l’action sociale, culturelle
et sportive que les CDD et les emplois aidés ont le plus progressé.
Cette fragilisation de l’emploi touche davantage les actifs les moins
qualifiés ; les postes précaires sont aussi occupés par une population
plus féminine et plus jeune.
ntre 1990 et 1999, le nombre sillon, région également très dyna- on affine la notion de précarisation deEd’actifs salariés a fortement aug- mique en terme de création d’em- l’emploi.
menté en Bretagne et toutes les for- plois.
mes d’emploi ont contribué à cette L’augmentation du nombre d’emplois
progression (+ 128 000 personnes, La précarisation de l’emploi peut s’ap- combinant les deux aspects peut témoigner
soit une croissance de 15 %). En préhender au travers de deux faits de la fragilisation de l’emploi : en Bretagne,
1999, 68 % des actifs travaillaient à principaux : la progression de l’emploi près de 50 000 personnes occupaient un
durée indéterminée et à temps plein. à durée limitée, regroupant les con- emploi à durée limitée et à temps partiel en
Ce type de contrat reste majoritaire trats à durée déterminée, l’emploi aidé 1999, contre 17 000 en 1990. Le phéno-
mais sa part a diminué de 10 points et l’intérim, constitue un premier indi- mène n’est pas propre à la région. Ces con-
sur la décennie, et la Bretagne détient cateur ; si l’on ajoute le développe- trats se sont fortement développés dans
le taux de CDI à temps complet le ment du temps partiel dans la mesure les années 90 et expliquent l’essentiel de
plus faible après le Languedoc- Rous- où le plus souvent il n’a pas été choisi, la croissance de l’emploi en France.
14 Octant n° 98 - juillet 2004Emploi
Répartition des actifs salariés bretons par type de contrat de travail, selon le domaine professionnel
Type de contrat de travail (en %)
Actifs
Durée ApprentisDomaine professionnel salariés Emploi
indéter- CDD Intérim et Totalen 1999 aidé
minée stagiaires
Services aux particuliers 136 461 77,5 15,1 0,5 5,4 1,5 100
Commerce 84 258 86,5 8,6 0,6 1,3 3,0 100
Fonction publique, professions juridiques 79 176 88,3 7,9 0,2 3,0 0,6 100
Santé, action sociale, culturelle et sportive 78 306 81,0 13,6 0,3 3,2 1,9 100
Gestion, administration 77 991 88,5 6,8 1,5 2,2 1,0 100
Tourisme et transports 76 360 84,0 8,6 5,5 1,1 0,8 100
Bâtiment, travaux publics 67 577 80,3 7,1 5,1 2,1 5,4 100
Industrie de process 63 726 81,1 9,0 8,3 0,7 0,9 100
Enseignement, formation 60 129 88,6 8,9 0,1 0,9 1,5 100
Mécanique, travail des métaux 47 840 84,5 6,0 5,0 0,5 4,0 100
Hôtellerie, restauration, alimentation 37 843 71,4 15,0 1,0 2,4 10,2 100
Agriculture, marine, pêche 32 528 77,1 15,8 1,0 2,8 3,3 100
Maintenance 27 315 90,1 4,3 3,2 1,1 1,3 100
Banques et assurances 25 627 94,1 4,1 0,4 0,6 0,8 100
Industries légères 15 757 87,6 6,8 2,0 0,9 2,7 100
Electricité, électronique 15 015 83,8 6,7 7,7 0,3 1,5 100
Informatique 9 551 91,8 5,2 1,0 0,9 1,1 100
Etudes et recherche 6 603 89,8 8,6 0,3 0,1 1,2 100
Communication, information, spectacles 6 363 65,5 29,1 1,0 3,1 1,3 100
Artisanat 6 055 80,1 7,6 2,3 6,6 3,4 100
Ingénieurs et cadres de l’industrie 3 730 96,8 2,3 0,5 0,1 0,3 100
Politique, religion 1 070 88,5 6,4 3,2 1,5 0,4 100
Ensemble 959 281 83,3 9,8 2,3 2,3 2,3 100
Source : Insee - recensement de la population 1999
L’emploi à durée limitée Bretagne : répartition de l'emploi en 1990 et 1999 (en %)
a fortement progressé 80
70
Le dynamisme de la création d’emplois
rime le plus souvent avec précarisation 60
de l’emploi : la progression de l’emploi
50salarié entre 1990 et 1999 s’est accom-
pagnée d’une multiplication des em-
40plois à durée limitée. En 1999, 137 500
salariés avaient un contrat de ce type,
30
deux fois plus qu’en 1990. Ces formes
d’emplois représentent ainsi 14,4 % des 20
emplois salariés en 1999 contre 8,2 %
en 1990. Dans toutes les régions, la 10
création d’emplois à durée limitée a
contribué massivement à la croissance 0
de l’emploi salarié et la progression a
été un peu plus forte en Bretagne que
sur l’ensemble de la province. Celle-ci
1990 1999compte en moyenne 13,7 % d’emplois
Source : Insee, recensements de la populationà durée limitée en 1999 contre 8,4 % en
1990.
10 % des salariés bretons, contre 5,7 % mation-spectacles, et environ 15 %
dans quatre autres domaines : l’agricul-en 1990. La création d’emplois en CDDLe CDD se généralise
explique plus du tiers de la croissance ture-pêche, l’hôtellerie-restauration-ali-
mentation, la santé-action sociale et lesde l’emploi salarié en Bretagne sur la
e
décennie. La région se situe ainsi au 2 services aux particuliers. Entre 1990 etLe contrat à durée déterminée reste la
1999, les services aux particuliers ontforme la plus répandue d’emploi à rang des régions françaises après la
Corse pour le dynamisme de la création assuré à eux seuls 14 000 créationsdurée limitée, loin devant l’intérim et
d’emplois en CDD, sur les 47 000 créa-l’emploi aidé. En 1999, 94 000 salariés d’emplois à durée déterminée. En 1999,
les CDD représentent près de 30 % des tions nettes de CDD de l’économietravaillaient en CDD, ils étaient deux
régionale.fois moins nombreux en 1990 ; c’est emplois dans la communication-infor-
Octant n° 98 - juillet 2004 15
CDI
temps complet
CDI
temps partiel
CDD
temps complet
CDD
temps partiel
Intérim
Emploi
aidé
Apprentis
et stagiairesEmploi
Part des contrats à durée déterminée dans l’emploi salarié en 1990 et 1999 qualifiés des industries de process, du
tourisme, du transport et du BTP.Part des CDD en 1999 (%)
30
5,7 En 1999, la part de l’intérim en Bretagne
Communication, information, spectacles
est égale à la moyenne de province,
quels que soient les domaines profes-
sionnels et les niveaux de qualification.
25
Repli de l’intérim
en 2002 et 2003
20
Le nombre de missions d’intérim a conti-
nué de croître en Bretagne jusqu’en 2001
puis s’est replié en 2002 et 2003. Ce repli
Agriculture, marine, pêche est accentué par la diminution de la durée
Hôtellerie, restauration, alimentation
des missions : sur la période 1998-2001,15
Services aux particuliers
sur un mois les missions duraient 1,9 se-
Santé, action sociale, culturelle et sportive maine en moyenne contre 1,7 semaine
en 2003. En 1995, l’emploi intérimaireEnseignement
formation représentait ainsi 13 000 équivalents-Études et recherche
Fonction temps-complet dans la région. Son déve-10 9,8
publique, Industrie de process loppement connexe à la reprise écono-
professions
Tourisme et transportsCommercejuridiques mique a porté ce volume à 22 200 en
Artisanat Gestion, administration
BTP Industries légères 1998, et à près de 30 000 en 2000 et
Politique,
Électricité, électronique
religion 2001. Le ralentissement économique l’a
Mécanique, travail des métauxInformatique
5 ensuite ramenéà 27 000 équivalents-
Maintenance Banques et assurances temps-complet en 2002 et 2003.
Ingénieurs et cadres de l’industrie
L’emploi aidé :
0 forte proportion dans0 5 10 15 20 25
Part des CDD les services aux particuliers
en 1990 (%)
Source : Insee, recensements de la population
Lecture : en 1990, dans l’hôtellerie, restauration, alimentation, la part des CDD dans l’emploi salarié était de
En 1999 en Bretagne, prèsde2200010 % ; en 1999, cette part est passée à 15 %. Sur l’ensemble des domaines, la proportion de CDD est passée
de 5,7 % à 9,8 %. personnes travaillaient en contrat aidé
(contrat emploi-solidarité, contrat ini-
CDD : employés, tiative emploi, emploi-jeune…) contre25 ans sont en CDD en 1999, contre
13 000 en 1990. Cette augmentation afemmes et jeunes 17 % en 1990. Aux autres âges de la
apporté un point à la croissance devie, cette forme d’emploi est moins fré-
l’emploi salarié en Bretagne, mais elle aquente mais elle s’est déployée au cours
Les employés sont les plus concernés été moins forte dans la région que surde la décennie, représentant 6 % des
par le développement des CDD, un sur l’ensemble de la province et ce dans laemplois en 1999 chez les actifs de plus
huit travaille avec ce type de contrat en plupart des domaines professionnels.30 ans contre moins de 3 % en 1990.
1999, c’est deux fois plus qu’en 1990.
Parmi les ouvriers non qualifiésetles Les emplois aidés sont concentrés dans
manœuvres, un sur dix travaille en un nombre limité de domaines. Les ser-Trois fois plus d’intérimaires
CDD, contre un sur douze chez les ou- vices aux particuliers en regroupent undepuis 1990
vriers qualifiés. Le CDD s’est toutefois tiers. Ils sont également nombreux
davantage développé pour les emplois dans la santé,l’action sociale, cultu-
d’ouvriers qualifiés que pour les em- En 1999, 22 000 personnes occupaient relle et sportive, et la fonction pu-
plois d’ouvriers non qualifiés. Dans les un emploi intérimaire, soit 2,3 % des blique. D’autres secteurs, plus petits et
professions intermédiaires, chez les ca- actifs bretons. Les emplois de ce type moins représentés, ont pourtant plus
dres et ingénieurs, les CDD sont deux sont ceux qui ont le plus augmenté:leur recours qu’en moyenne à ce type
fois plus fréquents qu’au début de la dé- nombre a pratiquement triplé depuis d’emplois : la communication-infor-
cennie et représentent respectivement 1990. Cette croissance de l’intérim a mation-spectacles (3 % des actifs sont
7,6 et 8,9 % des emplois en 1999. Les contribué pour 1,7 point à la progres- en contrat aidé) et le domaine de l’agri-
femmes sont traditionnellement plus sion du nombre de salariésdanslaré- culture-marine-pêche (2,8 %).
souvent en contrat à duréedéterminée gion. La reprise économique à l’œuvre
que les hommes et l’écart s’est creusé à la fin des années 90 explique en partie
depuis 90, 12 % des femmes sont en le développement de l’intérim à cette Des emplois plutôt féminins
CDD contre 8 % des hommes. période dans l’industrie, et le pic de l’in- et à mi-temps
térim dans l’électronique bretonne.
Le CDD devient de plus en plus souvent Indépendamment de cette reprise, le re-
un passage obligé au début de la vie ac- cours à l’intérim s’est fortement déve- Les femmes ont été les principales desti-
tive, plus du quart des salariésde20 à nataires des emplois aidéscréésauloppé dans les emplois les moins
16 Octant n° 98 - juillet 2004Emploi
Part des emplois à temps partiel dans l’emploi salarié en 1990 et 1999cours de la décennie ; ainsi prèsdes
Part du temps partiel en 1999 (%)deux tiers de ces postes sont occupés
45
par des femmes en 1999. Neuf emplois
14,8
aidés sur dix créés sont à temps partiel,
Services aux particuliersce qui porte à plus de 60 % la part de
40temps partiel dans l’emploi aidé.La
moitié des femmes et prèsd’un tiers des
hommes bénéficiaires d’un emploi aidé
travaillent à mi-temps ou moins. 35
Santé, action sociale, culturelle et sportive
Plus de la moitié des emplois supplé-
mentaires ont été créés dans les servi-
30
ces aux particuliers, et un sur cinq Hôtellerie, restauration, alimentation
Gestion, administrationdans la santé, action sociale, cultu-
Communication, information, spectaclesrelle et sportive. En revanche le Commerce
25
Fonction publique,nombre d’emplois aidés a diminué
professions juridiques
dans les domaines industriels, le com-
merce et le tourisme-transport, domai- 20,9
20nes où ils étaient déjà peu nombreux
Agriculture, marine, pêche
en 1990. Artisanat
Banques et assurances
15
Enseignement, formationPlus de temps partiel
Tourisme et transportsen Bretagne
10
Industries légères
Politique, religion
Industrie de processInformatiqueParmi les 959 000 salariésdelarégion,
Électricité, électronique200 000 travaillent à temps partiel. En BTP
5
Études et rechercheBretagne, la part de l’emploi à temps
Mécanique, travail des métaux
Maintenancepartiel est passée de 15 % en 1990 à
Ingénieurs et cadres de l’industrie
21 % en 1999, et de 13 à 20 % sur l’en-
0semble des régions, hors Ile-de-France.
0 10 20 30 40
Part du tempsLes exonérations de charges, mises en
partiel en 1990 (%)Source : Insee, recensements de la populationplace en 1992-1993, en faveur des en-
Lecture : dans les services aux particuliers, la part des emplois à temps partiel était de 33 % en 1990 et detreprises qui recrutaient à temps partiel
41 % en 1999 ; sur l’ensemble des domaines, la proportion est passée de 14,8 % à 20,9 %.
expliquent largement cette hausse.
Travailler à temps partiel n’est pas for- Les emplois aidés
cément un signe de précarité, notam-
ment quand cela relève d’un choix.
La progression des emplois aidés est liée sur l’ensemble du pays. Les contrats em-
Mais lorsque cette condition d’emploi au développement des politiques d’aide à plois solidarité sont de moins en moins
est imposée, on peut l’assimiler à une la formation et à l’insertion des jeunes, nombreux : 9 500 ont été signés en 2003
forme de précarité. France entière, plus des chômeurs et des personnes en diffi- contre 16 800 en 1999. Les contrats em-
de la moitié des personnes employées à cultés. Si les SIVP (stages d’insertion dans plois consolidés sont aussi en repli :
duréeindéterminée travaillent à temps la vie professionnelle), TUC (travaux 4 400 contrats en 2003 pour 5 200 en
partiel parce qu‘elles l’ont choisi, d’utilité collective), contrats de retour à 1999. Les signatures de contrats em-
contre moins d’une sur cinq des titulai- l’emploi se sont éteints au cours des an- ploi-jeunes ont fortement diminué,
res de CDD à temps partiel. Autre diffé- nées 90, d’autres mesures ont été mises 1 200 en 2003, 3 000 en 1999.
en œuvre pour faciliter l’insertion dans lerence importante, les actifs en CDI à
monde du travail d’un plus grand nombre En revanche, le nombre de contrats detemps partiel travaillent de 25 à 30 heu-
de personnes. qualification et d’apprentissage a peures par semaine en moyenne et font un
varié : entre 3 500 et 5 000 contrats decertain nombre d’heures supplémentai-
Les contrats d’adaptation et de qualifica- et environ 110 000 con-res ; les durées hebdomadaires des
tion, les emplois jeunes ont été mis en trats d’apprentissage sont signés chaqueCDD à temps partiel sont plus courtes
place pour favoriser l’intégration des jeu- annéesur la période. Les dispositifs
(autour de 20 heures), avec moins
nes dans la vie active. Les contrats em- Accre (aide aux chômeurs créateurs1d’heures supplémentaires .
ploi-solidarité créésaudébut de la dé- d’entreprise) et Trace (trajet d’accès à
cennie 90, le contrat emploi consolidé, l’emploi) se sont déployés : 2 800 aides à
En Bretagne, un peu plus du tiers des le contrat emploi ville et le contrat initia- la création d’entreprises ont été attri-
personnes occupant un emploi à durée tive emploi ciblaient eux les demandeurs buées en 2003, 600 de plus qu’en 1999
limitée travaillaient à temps partiel en d’ les plus en difficultés. et le nombre de dossiers Trace est passé
1999, contre seulement 18 % des per- de 1 350 en 1999 à 3 750 en 2003.
sonnes sous contrat à durée De moins en moins de CES, CEC et
indéterminée. d’emplois jeunes mais plus de TRACE et
d’ACCRE
Les politiques d’aides à l’emploi ont évo-
lué depuis 1999 dans la région comme
1. Source : Enquête Emploi du temps 1999.
Octant n° 98 - juillet 2004 17Emploi
La répartition des emplois bretons selon le sexe, l'âge et le type d'emploi
millier millierHommes 1990 Hommes 1999
18 18
16 16
14 14
12 12
10 10
8 8
6 6
4 4
2 2
0 0
15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 65 15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 65
âge âge
millier Femmes 1990 Femmes 1999 millier
16 16
14 14
12 12
10 10
8 8
6 6
4 4
2 2
0 0
15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 65 15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 65
âge âge
Apprentis et stagiaires Durée limitée à temps partiel Durée limitée à temps complet CDI à temps partiel CDI à temps complet
Source : Insee, recensements de la population
La part des différentes formes d’emploi dans l’emploi salarié selon la qualification et le sexe
en % de l’emploi salarié
EnsembleApprentis
Forme d’emploi CDI CDD Emploi aidé Intérim de l’emploi àet stagiaires
durée limitée
1990 1999 1990 1999 1990 1999 1990 1999 1990 1999 1990 1999
Ingénieurs et cadres 95,4 90,9 0,6 0,9 3,8 7,6 0,2 0,4 0,0 0,2 4,0 8,2
Agent de maîtrise 94,1 90,0 1,1 1,7 3,4 6,0 0,9 0,8 0,5 1,5 4,8 8,3
Techniciens et professions intermédiaires 93,5 87,3 0,9 1,2 4,5 8,9 0,9 2,2 0,2 0,4 5,6 11,5
Employés 88,2 80,6 2,4 2,2 6,4 12,5 2,7 3,9 0,3 0,8 9,4 17,2
Ouvriers qualifiés et hautement qualifiés 91,8 85,2 1,2 1,8 4,9 8,1 1,1 1,3 1,0 3,6 7,0 13,0
Manœuvres et ouvriers non qualifiés 78,4 69,7 6,1 7,1 9,5 10,6 2,0 2,1 4,0 10,5 15,5 23,2
Hommes 90,5 84,9 2,2 2,8 5,0 7,9 1,2 1,5 1,1 2,9 7,3 12,3
Femmes 88,8 81,7 2,0 1,7 6,5 11,9 2,1 3,1 0,6 1,6 9,2 16,6
Ensemble 89,7 83,3 2,1 2,3 5,7 9,8 1,6 2,3 0,9 2,3 8,2 14,4
Source : Insee - recensements de la population
La moitié des femmes travaillant à l’hôtellerie-restauration, la gestion-ad-Forte hausse
temps partiel occupent un emploi dans ministration et la santé-action sociale. Ildu temps partiel
les services aux particuliers, l’hôtellerie, est à l’inverse moins fréquent et a peu
chez les femmes la restauration et l’alimentation, et 50 % progressé dans les domaines industriels,
de ces temps partiels sont des mi-temps les banques-assurances et l’enseigne-
Les femmes sont les plus concernées par ou moins. Elles sont également très ment-formation, tant pour les hommes
le travail à temps partiel et son augmen- nombreuses dans le commerce, la san- que pour les femmes. Enfin ce sont les
tation, 37 % d’entre elles sont à temps té,l’action sociale, la communication, domaines de la communication, l’infor-
partiel en Bretagne soit 9 points de plus l’information-spectacle ; le mi-temps y mation-spectacle, la santé,l’action so-
qu’en 1990. La part du temps partiel a est cependant moins développé. ciale, culturelle et sportive, et l’agricul-
augmenté de 2,4 points chez les hom- ture qui emploient le plus d’hommes à
mes sur la même période et s’établit à La part du temps partiel féminin a beau- temps partiel.
6,3 % en 1999. coup augmenté dans le commerce et
18 Octant n° 98 - juillet 2004Emploi
Forte progression de l’emploi salarié entre 1990 et 1999
En 1999, 959 000 personnes occupaient un emploi salarié dans
Décomposition de la variation d'emploi entre 1990la région, soit 128 000 de plus qu’en 1990. L’emploi salarié a
et 1999 selon les différentes formesainsi progressé de 15,4% sur la décennie contre 8,9% sur l’en-
semble des régions de province.
CDI temps partiel
Le dynamisme de la croissance de l’emploi salarié tient au dé-
CDD temps complet
veloppement conjoint de toutes les formes d’emploi : CDI,
CDD temps partielCDD, intérim, emploi aidé, apprentissage. Dans la majorité des
Intérim temps completrégions françaises, la croissance de la dernière décennie repose
essentiellement sur la création d’emplois à durée limitée (CDD, Emploi aidé temps partiel
emploi aidé et intérim).
CDI temps complet
Apprentis et stagiairesEn Bretagne, la moitié des créations d’emploi
sont à durée indéterminée Intérim temps partiel
Emploi aidé temps complet
La Bretagne, comme les Pays de la Loire et l’Alsace, se distingue
0 10 000 20 000 30 000 40 000 50 000par le dynamisme de la création d’emplois à durée indéterminée.
Source : Insee, recensements de la populationDans ces trois régions, près de la moitié des créations nettes
Lecture : Parmi les 128 000 emplois salariés supplémentaires créés dans la région entre 1990d’emplois salariés relève de ce type de contrat. Le nombre de
et 1999, 46 000 sont des emplois en contrat à durée indéterminée à temps partiel, ce qui
CDI a augmenté de plus de 7 % dans les deux régions de l’ouest représente plus d'un tiers du total de la croissance d'emplois salariés qui s'établit à 15,4 %
sur la période.et de 5 % en Alsace. Cette forme d’emploi a nettement moins
progressé dans les autres régions et six d’entre elles enregistrent
une nette diminution du nombre d’actifs en CDI.
Cette bonne tenue de l’emploi breton à duréeindéterminéeest bretonne observée entre 1990 et 1999, soit 8 000 emplois sur
due au développement de l’emploi, notamment dans les indus- les 128 000 supplémentaires créés. Ce constat n’est pas si mau-
tries de process et la gestion administration ainsi qu’à la meil- vais puisque les CDI à temps plein ont augmenté dans seule-
leure résistance des CDI dans le BTP, les autres domaines indus- ment deux régions, Pays de la Loire et Bretagne. Dans les vingt
triels et la maintenance. Les services aux particuliers se autres régions cette forme d’emploi à diminué ; pour cinq
singularisent en revanche par des créations d’emplois en CDI d’entre elles (Ile-de-France, Champagne-Ardenne, Haute-Nor-
nettement moins nombreuses en Bretagne que dans les autres mandie, Provence-Alpes-Côte d’Azur et Limousin), le nombre
régions. de CDI à temps plein perdus correspond à 5 % ou plus de l’em-
ploi salarié de 1990.
Le dynamisme de l’économie régionale a ainsi permis de pré-
server des emplois à duréeindéterminéed’ouvriers qualifiésou Plusieurs domaines ont créé en Bretagne un nombre notable
hautement qualifiés et dans une moindre mesure des emplois de d’emplois salariés à duréeindéterminéeet à temps complet : les
manœuvres et ouvriers non qualifiés. Les emplois de techni- industries de process (IAA, plastique, métallurgie), le com-
ciens et professions intermédiaires, ceux de cadres supérieurs et merce, l’enseignement-formation, les études et la recherche,
ingénieurs à duréeindéterminée ont augmenté plus vite dans la l’informatique et l’artisanat.
région que dans la moyenne des régions françaises.
Al’inverse, la forte croissance du nombre de salariés dans les ser-
Plus de créations de CDI à temps complet vices aux particuliers repose majoritairement sur la création
que dans d’autres régions d’emplois précaires ; la moitié des emplois créés sont à la fois à
duréedéterminéeet à temps partiel, l’autre moitiéétant soit à
La création de CDI à temps complet, forme la plus traditionnelle temps partiel soit à durée limitée ; ainsi, aucun emploi supplé-
de l’emploi, n’explique qu’un point sur les 15 % de croissance mentaire n’a été créé en CDI à temps complet.
Pour en savoir plus
Évolution de l’emploi salarié en Bretagne entre 1992 et 2002 Trajectoires passées par un emploi à bas salaire : une étude à
/ ASSEDIC de Bretagne - Rennes : ASSEDIC 2003 partir du panel européen des ménages / par Bertrand Lhom-
meau ; Ministère des affaires sociales, du travail et de la soli-
L’hôtellerie, la restauration et les cafés en Bretagne : une cer-
darité, Direction de l’animation de la recherche, des études
taine précarité de l’emploi salarié / Valérie Brohan ;
et des statistiques - 2003 - Document d’études [DARES]
Marie-Hélène Kérouanton ; Insee Bretagne - Octant n° 95
n° 78
(2003, nov.)
Regards croisés sur les emplois flexibles / Ministère de l’em-
Le contrat précaire, un passage obligé avant le CDI ? : re-
ploi et de la solidarité, Direction de l’animation de la re-
cherche statistique sur le contrat à duréedéterminée dans la
cherche, des études et des statistiques (DARES) - Travail et
région Pays de la Loire / Direction régionale du travail, de
emploi n° 89 (2002, janv.)
l’emploi et de la formation professionnelle des Pays de la
Loire ; Emploi-travail : supplément n° 70 (2000, juin) Intérim et CDD : parcours, usages, enjeux / Insee ; Liaisons
sociales ; DARES - Paris : Liaisons, 2001 - Dossiers thémati-
Deux fois plus d’emplois précaires entre 1990 et 1999 / Serge
ques (Insee, Liaisons Sociales, DARES)
Fraboul, Marie-Jo Moulin ; Insee, Pays de la Loire - Référence
Pays de la Loire n° 33 (2001, mars) Site de la DARES : http://www.travail.gouv.fr/
Chômage et précarité de l’emploi par région / Magalie Di-
naucourt ; Insee Languedoc-Roussillon - La Société fran-
çaise : données sociales (2002, nov.)
Octant n° 98 - juillet 2004 19Emploi
La probabilité d’occuper un emploi à temps partiel et à durée limitée
L’étude du profil des personnes qui cu-
0 5 10 15 20 25
mulent un emploi à durée limitéeet à
Homme
temps partiel a permis d’isoler les effets
Femme
de chacun des facteurs sur le risque d’oc-
Agriculture, marine, pêchecuper ce type d’emploi indépendam-
Bâtiment, travaux publicsment des autres caractéristiques de l’em-
Électricité, électroniqueploi ou de la personne qui occupe cet
Mécanique, travail des métaux
emploi. Les différentes caractéristiques Industrie de process
sont ainsi étudiées « toutes choses égales Industries légères
par ailleurs ». Les modalités sont posi- Maintenance
Ingénieurs et cadres de l’industrietionnées par rapport à une personne de
Tourisme et transportsréférence représentée ici par l’axe verti-
Artisanatcal. Dans ce modèle le profil retenu est
Gestion, administration
un homme, ouvrier qualifié, âgé de 30 à Informatique
44 ans et travaillant dans le domaine de Études et recherche
la mécanique et du travail des métaux. Fonction publique, professions juridiques
Banques et assurancesD’autres facteurs comme l’ancienneté
Commercedans l’entreprise, qui jouent un rôle dé-
Hôtellerie, restauration, alimentation
terminant sur le risque de précarité n’ont
Services aux particuliers
pas été intégrés car ces données ne sont Communication, information, spectacles
Santé, action sociale, culturelle et sportivepas recueillies au recensement de la
Enseignement, formationpopulation.
Poltique, religion
Les individus sont inégaux devant la pré-
Moins de 30 ans
carité,lefaitd’être une femme, d’être
30 à 44 ans
jeune, d’être employée et plus encore ce-
45 ans et plus
lui de travailler dans le domaine de la
Indépendantscommunication de l’information et des
Manœuvres et ouvriers non qualifiésspectacles augmentent les risques d’oc-
Ouvriers qualifiés et hautement qualifiés
cuper un emploi précaire. A l’inverse,
Employés
travailler dans la banque-assurance,
Agent de maîtrise
l’électricité ou l’électronique, être agent Techniciens et professions intermédiaires
de maîtrise ou avoir plus de 45 ans dimi- Ingénieurs et cadres
0 5 10 15 20 25nuent le risque d’occuper un emploi à %
Source : Insee, recensement de la population 1999caractère précaire.
Lecture : un homme a 2,1 % de chances d'occuper un emploi à durée limitée et à temps partiel. Le seul fait
d'être une femme fait monter le risque à 3,6 %. Le fait d'être salarié de l'agriculture-pêche fait grimper la
probabilité à 5,9 %.
1
dans la région que sur l’ensemble de la et 2001, chez les actifs salariés , cetteMoins de mi-temps
province. En Bretagne, les hommes sont diminution se faisant au profit d’em-qu’ailleurs en province
également moins souvent à temps partiel plois à temps partiels inférieurs à 80% et
et à mi-temps qu’en moyenne toutes ré- d’emplois intermittents.
Les emplois féminins à mi-temps ou gions confondues. Ce constat se vérifie
moins sont moins nombreux en Bretagne dans presque tous les domaines à l’ex-
qu’au niveau national hors Ile-de-France. ception du tourisme-transport.
Dans de nombreux métiers du tertiaire Irène HOUSSAIS
en effet (services aux particuliers, Le développement de l’emploi à temps
commerce, fonction publique, gestion- partiel s’est poursuivi au début des an-
administration…), la part des femmes oc- nées 2000, l’emploi à temps complet (y
cupant un emploi à temps partiel supé- compris les actifs travaillant à 80 % ou 1 : hors agriculture, fonction publique et emplois
rieur au mi-temps est plus importante plus) a diminué de 1,4 point entre 1999 domestiques.
20 Octant n° 98 - juillet 2004
n

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.