La reprise de l'économie francilienne se confirme en 2006

De
Publié par

Début 2006, la France profite d'un environnement international porteur et affiche une croissance économique plus robuste. En Ile-de-France, l'ensemble des secteurs prévoit une activité soutenue, malgré des difficultés de recrutement attendues, notamment dans la construction. Les créations d'emplois sont plus nombreuses et l'Ile-de-France a retrouvé un taux de chômage nettement inférieur à celui de la province.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 42
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

ILE-DE-FRANCE à la page
N° 270 - Juillet 2006
La reprise de l’économie francilienne
se confirme en 2006
Début 2006, la France profite d’un environnement international porteur et affiche une
croissance économique plus robuste. En Ile-de-France, l’ensemble des secteurs prévoit
une activité soutenue, malgré des difficultés de recrutement attendues, notamment dans
la construction. Les créations d’emplois sont plus nombreuses et l’Ile-de-France a retrouvé
un taux de chômage nettement inférieur à celui de la province.
Nathalie GUILLON DESHAYES, Insee Ile-de-France
Bernard SIMONIN, DRTEFP Ile-de-France
Sophie DELVAL, ANPE - DR Ile-de-France
Frédéric SAVALLE, GARP
’activité économique internatio- du pouvoir d’achat et la baisse du taux de concurrentiel) et le taux de chômage
nale a été très dynamique au pre- chômage. Cette dernière provient à la fois continue à diminuer (- 1 point en un an).L mier trimestre 2006, tant aux de l’augmentation moins rapide de la po-
L’activité industrielle bien orientéeEtats-Unis, qu’en Asie, et même en zone pulation active et des créations d’emplois
euro. Ce dynamisme a généré une accé- plus nombreuses. En 2006, 196 000 em- Depuis le début 2006, les chefs d’entre-
lération des échanges mondiaux en dé- plois salariés devraient être créés. Le taux prise de l’industrie francilienne ont une
but d’année, et ces flux d’échanges de chômage s’établirait alors autour de opinion favorable sur leur activité
mondiaux devraient rester très élevés en 9 % en fin d’année.
raison de la poursuite de l’expansion Autres contributeurs du
Le commerce extérieur a égalementmondiale. Dans ce contexte, la pour- diagnostic conjoncturel
contribué positivement à la croissance,suite de la croissance des prix du pétrole
ARD : Fouad Belmanaala vigueur des exportations, notammenta favorisé l’augmentation de l’inflation.
vers l’Allemagne, ayant plus que com- Banque de France : Béatrice BrousseLes banques centrales ont donc été ame-
pensé les importations toujours élevées.nées à relever leurs taux d’intérêt. Ce res- CERC Ile-de-France : Hervé Vibert
Cependant, la production industrielleserrement monétaire pourrait limiter la CRT : Sandrine Chausson
française n’a que partiellement bénéficiécroissance de la zone euro autour de son Crocis-CCIP : Isabelle Savelli
de ce rebond, l’industrie automobile etniveau de longue période.
DGDDI DR PARIS : Sonia Delaunaydes biens intermédiaires voyant toujours
leurs parts de marchés s’effriter. DGDDI Ile-de-France : Sophie Benoit
L’économie française se redresse
DREIF : Jérémy Comet
Au total, la croissance 2006 devrait s’é-
DRIRE Ile-de-France : Anne-Marie PoinsotDepuis l’été 2005, la situation écono- tablir à 2 %.
mique de la France s’améliore. Cette ten- GIM : Isabelle Chaptal
dance s’est confirmée au premier En Ile-de-France, la situation s’améliore OFEM : Patrice Avakian
trimestre 2006, avec une croissance de également. L’activité est bien orientée
OREF Ile-de-France : Nathalie Roy
0,5 %. Le principal moteur de cette crois- dans la plupart des secteurs, les créations
PRIF : Christophe Centonzed’emplois progressent (+ 30 000 postessance reste la consommation des ména-
RGF : Marie-Cécile Bachellerieges, entraînée par la meilleure orientation au premier trimestre dans le secteur
ConjonctureMilliers
Production passée, carnets de commande et stocks dans l’industrie en Ile-de-France enregistré des taux d’occupation particu-
% de solde d'opinion lièrement bas en avril 2005.
60
Parallèlement, le trafic aérien internatio-
40
nal a fortement progressé sur les quatre
premiers mois de l’année (+ 6,6 %).
20
Des difficultés d’embauche
0
pourraient ralentir
-20 l’activité de la construction
Après une bonne année 2005 pour la-40
construction (+ 2 % de croissance du
-60 chiffre d’affaires en volume), les indica-
teurs restent bien orientés début 2006. Les
-80 autorisations de construire de logements
1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006
continuent à progresser. Les carnets de
Production passée Stocks Carnets de commande
commande des entrepreneurs sont bien
Source : Insee, enquête mensuelle pour l'industrie
garnis pour les prochains mois. Néan-
passée et à venir, malgré la légère pause professionnels. En mai, deux tiers d’entre
moins, ces signaux positifs pourraient ne
du mois d’avril✎❶. Les carnets de com- eux considèrent leur activité « bonne ».
pas se répercuter intégralement sur l’acti-
mande sont bien orientés. Toutes les L’évolution de la fréquentation des prin-
vité, en raison des difficultés de recrute-
branches bénéficient de cette reprise cipaux sites culturels est très variable (de
ment du secteur. Le recours à l’intérim a
d’activité, à l’exception de l’industrie au- - 4 %, sur les quatre premiers mois de
augmenté, mais ne couvre pas les besoins
tomobile pour laquelle les prévisions l’année par rapport aux mêmes mois de
en main-d’œuvre nécessaire pour réaliser
sont plus prudentes. L’augmentation des 2005, pour l’Arc de Triomphe à + 7 %
dans l’année tous les chantiers potentiels.
prix des matières premières, notamment pour le château de Vincennes) et très liée
Ces tensions sur le marché du travail pour-
des métaux, se répercute difficilement à la mise en place d’événements ou d’ex-
raient provoquer un étalement de l’activité
sur les prix de vente ; l’ajustement s’o- positions temporaires.
sur plusieurs années.
père au détriment des marges.
La bonne tenue de l’activité touristique se
En 2006, d’importants travaux routiers et
retrouve dans la fréquentation des hôtels,Des prévisions optimistes un taux de réalisation du contrat de plan
dont les taux d’occupation depuis le dé-
dans les services marchands fort sur l’année devraient permettre de sou-
but de l’année sont supérieurs à ceux de
tenir l’activité dans les travaux publics.
L’activité dans les services marchands 2005✎❷. Le léger repli du mois de mars
est bien orientée, la demande est sou- s’explique par un effet de calendrier et est Un nombre de créations
tenue dans la quasi-totalité des marchés. compensé en avril. Ainsi, le taux d’occu-
d’entreprises toujours élevéEn particulier, l’ingénierie informatique, pation des hôtels est de 75,3 % en avril
l’ingénierie technique et le conseil pour Depuis début 2004 le volume de créa-2006, contre 68,5 % en avril 2005. Tou-
les affaires et la gestion, secteurs prépon- tes les catégories d’hôtels ont bénéficié tions d’entreprises fluctue à un niveau im-
dérants en Ile-de-France, ont vu leur ac- de cette reprise, et plus particulièrement portant, autour de 18 000 par trimestre.
tivité nettement progresser. Malgré des les deux, trois et quatre étoiles qui avaient 18 200 entreprises nouvelles ont été
difficultés de recrutement de personnel
Evolution de la fréquentation hôtelière
qualifié, les prévisions pour les pro-
%
chains mois sont optimistes. 6 000 80
Dans le commerce de gros, la conjonc-
75ture est moins dynamique, et le volume 5 500
des ventes se dégrade depuis le début de
70l’année. Cependant, les carnets de com-
5 000mande se renforcent légèrement.
65
Dans le commerce de détail, les ventes sont
4 500restées stables en début d’année, mais les
60perspectives s’améliorent progressivement.
4 000Un début de saison touristique 55
satisfaisant
3 500 50
Depuis le début 2006, l’activité touris-
Janv. Fév. Mars Avril Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc.tique est jugée « bonne » ou « moyenne »
Nuitées 2005 Nuitées 2006 Taux d'occupation 2005 Taux d'occupation 2006(en janvier et février, mois traditionnelle-
ment peu favorables au secteur) par les Source : Insee - Direction du Tourisme - Comité régional du tourismeer Estimations trimestrielles de l'emploi salarié dans le secteur privé non agricolecréées, au cours du 1 trimestre 2006, soit
Données CVS en fin de trimestre0,8 % de plus qu’au trimestre précédent.
4 000 000C’est dans les services aux entreprises,
secteur où les créations d’entreprises sont
3 980 000
les plus nombreuses, que celles-ci ont le
plus progressé (+ 6,5 %).
3 960 000
Ce mouvement de naissance de nombreu-
3 940 000
ses entreprises s’est accompagné d’une di-
minution du nombre des faillites (- 4,6 %
3 920 000
sur une année glissante au premier tri-
mestre 2006). Seules, les entreprises de 3 900 000
services aux particuliers ont rencontré plus
de difficultés sur cette période. 3 880 000
Hausse de l’emploi salarié
er Source : Garp/Unedicau 1 trimestre 2006
(+ 0,8 %) plus sensible qu’au cours des nettement inférieure à la moyenne régio-
L’Ile-de-France a bénéficié d’une nette
trimestres précédents. nale (+ 0,6 %). Par contre, la croissance
reprise de l’emploi au premier trimestre
est forte à Paris (+ 1,8 %) et dans les dé-
2006 d’après les estimations de Une croissance concentrée partements de la petite couronne
l’Unedic. Avec 3,97 millions de salariés,
(+ 1,9 %). Seul, le département dusur Paris et la petite couronnel’emploi dans le secteur privé non agri-
Val-de-Marne fait exception, avec des
cole progresse de 30 000 en un trimestre En un an, l’emploi salarié dans le secteur
effectifs en baisse (- 0,9 %).
(+ 0,8 %), soit l’augmentation la plus privé non agricole s’accroît de + 1,4 % en
er
forte depuis celle du 1 trimestre 2001. Ile-de-France, contre + 0,9 % pour l’en-
Des mouvements sur le marché duCette croissance est particulièrement semble du territoire national. Ce bon ré-
élevée en comparaison des deux trimes- travail un peu moins nombreuxsultat fait suite à une période de cinq
tres précédents : la hausse n’avait été années durant lesquelles les évolutions de
L’augmentation du recours à l’intérim
que de 0,2 % au cours du second se- l’emploi en Ile-de-France sont apparues
observée depuis un peu plus d’un an
mestre 2005✎❸. moins favorables que dans la plupart des
s’est poursuivie au dernier trimestre
autres régions de France métropolitaine. Il
2005, avec un nombre de missions enLe niveau des effectifs dans l’industrie
est principalement dû au dynamisme du
hausse de 9,4 % par rapport au dernieraugmente (+ 0,6 %), après cinq ans de
tertiaire (+ 56 000 emplois en un an). Au
trimestre de 2004. Cette croissance estbaisse ininterrompue. Ce résultat doit sein de ces activités, les deux secteurs du
principalement due à un recours à l’inté-toutefois être relativisé, car il peut s’ex-
conseil et assistance et des services opéra-
rim plus fréquent dans quatre secteurspliquer par des transferts conséquents de
tionnels sont à l’origine de plus de la moi-
d’activité : les services opérationnels, lesalariés entre les divers établissements
tié des emplois nets créés.
commerce de gros, les transports etd’une même entreprise classés dans des
l’industrie automobile.secteurs différents. Les effectifs dans la Contrairement aux tendances passées, la
construction poursuivent leur progres- reprise de l’emploi salarié ne bénéficie
Toutefois, les entrées à l’ANPE, très nom-
sion (+ 0,7 %), après une année 2005 pas principalement aux départements de
breuses depuis 2003, ont eu tendance à se
déjà favorable (+ 2,0 %). Le tertiaire bé- la grande couronne francilienne : l’aug-
ralentir depuis la fin de l’année 2005. Sur
néficie d’une hausse de l’emploi mentation des effectifs sur un an y est
les cinq premiers mois de cette année, les
inscriptions à l’ANPE sont en baisse deTaux de chômage par département
% 3 % par rapport à la même période de l’an
16
passé. Les entrées à l’ANPE à la suite d’un
14,0
14 licenciement ou d’une fin de contrat à
12,7
12 durée déterminée sont en recul. En re-11,4
10,4 10,1 vanche, les inscriptions consécutives à10,0 10,010 9,69,5 9,59,4 9,0 une reprise d’activité continuent à pro-8,68,4 8,4 8,07,88 7,6
7,1 gresser. Les premières entrées, quant à6,9
elles, diminuent légèrement.6
4
Des offres d’emploi durables plus
2
fréquentes déposées à l’ANPE
0
Paris Hauts- Seine- Val- Seine- Yvelines Essonne Val- Ile- France Le nombre des offres d’emploi enregis-
de- Saint- de- et- d'Oise de- métro.
trées par l’ANPE a atteint au premier tri-Seine Denis Marne FranceMarne
er er mestre 2006 un niveau inégalé au cours1 trimestre 2005 1 trimestre 2006
Source : Insee, données CVS en fin de trimestre de ces dernières années. Toutefois, en
Déc. 00
Mars 01
Juin 01
Sept. 01
Déc. 01
Mars 02
Juin 02
Sept. 02
Déc. 02
Mars 03
Juin 03
Sept. 03
Déc. 03
Mars 04
Juin 04
Sept. 04
Déc. 04
Mars 05
Juin 05
Sept. 05
Déc. 05
Mars 06avril et en mai, les entreprises francilien- Evolution du nombre de demandeurs d'emploi selon l'ancienneté de l'inscription
Base 100 en janvier 1998nes ont confié à l’ANPE moins d’offres
110d’emploi qu’un an auparavant. Cette di-
minution rompt avec le mouvement
100continu de hausse qui s’était poursuivi
sans relâche depuis début 2004.
90
Le ralentissement se focalise sur les con-
80trats de courte durée : CDD de trois mois
ou moins. Les offres d’emploi pour ce type
70
de contrat ont diminué de 14 % depuis le
début de l’année et de 21 % en avril-mai.
60
Les principaux secteurs à l’origine de cette
baisse sont les services aux entreprises et
50
les activités récréatives et culturelles.
En revanche, la hausse des offres d’emploi
Inscrits depuis moins de 1 an Inscrits depuis1à2ans Inscrits depuis 2 ans ou plus
durable (CDI ou CDD de plus de 6 mois) Champ : demandeurs d'emploi de catégorie 1 (CVS) en fin de mois.
se poursuit. Près de 168 000 offres ont été
Sources : ANPE et Dares
proposées entre janvier et mai 2006, soit
+ 14 % de plus que sur les cinq premiers 6,1 % en données corrigées des varia- changements. Malgré les très fortes
mois de 2005. Le recours accrû aux con- tions saisonnières. La baisse atteint hausses du chômage observées fin 2002
15,3 % par rapport à fin mars 2005. De- et en 2003, la demande d’emploi des ca-trats durables a été particulièrement sen-
sible dans les services aux entreprises, la puis quelques mois, l’amélioration est dres et professions intermédiaires est re-
construction et le commerce de gros. également sensible pour les demandeurs venue à un niveau légèrement inférieur à
d’emploi à la recherche d’un emploi à celui d’il y a quatre ans : le nombre des
L’essor des contrats aidés dans le cadre
temps partiel ou d’un emploi de courte ouvriers inscrits à l’ANPE, qu’ils soient
du Plan de cohésion sociale contribue à durée (catégories 2 et 3 de l’ANPE)✎❺. qualifiés ou non, est en baisse sensible
cette hausse des offres d’emploi durable. Au total, la situation de l’emploi plus fa- (- 29 %) ; à l’inverse, le nombre des
S’y ajoute le développement des con-
vorable semble bénéficier aujourd’hui à personnes à la recherche d’un poste
trats nouvelles embauches (CNE). On
toutes les catégories de demandeurs d’employé reste élevé (+ 12 %).
observe cependant une diminution du
d’emploi, à l’exception des chômeurs de
nombre de CNE déposés à l’ANPE de- Rédaction achevée le 4 juillet 2006très longue durée, inscrits depuis au
puis avril. Hors contrats aidés et CNE, les moins trois ans à l’ANPE.
1offres d’emploi durable ont progressé de Demandeursd’emploiimmédiatementdisponibles
à la recherche d’un emploi à temps plein et à durée3,2 % depuis le début de l’année. Depuis mi-2002, la structure de la de-
indéterminée, n’ayant pas travaillé plus de 78
mande d’emploi a subi d’importants heures dans le mois.
La baisse du chômage se poursuit
L’Ile-de-France est, avec Languedoc-
Pour en savoir plus :
Roussillon, la région qui a connu la baisse
« Note de conjoncture », Insee Conjoncture, juin 2006.
la plus forte de son taux de chômage
« L’activité intérimaire en 2005 », Bref Ile-de-France n° 25, DRTEFP Ile-de-France, juin 2006.entre fin mars 2005 et fin mars 2006
(- 1,0 point contre - 0,6 point en moyenne
« Les recrutements confiés à l’ANPE en mai 2006 », Marché du travail en Ile-de-France, Direction
nationale). Avec un taux de 9,0 %, la ré- régionale de l’ANPE, juin 2006.
gion revient à son niveau de juin 2002 et
« Regards sur…l’année économique et sociale 2005 », Insee Ile-de-France, juin 2006, disponible
connaît, à nouveau, une situation nette-
sur internet.
ment plus favorable que la province✎❹.
« Les tensions sur le marché du travail et dans le secteur de la construction », Bref Ile-de-France
Depuis le début de l’année, le nombre n° 24, DRTEFP Ile-de-France, mai 2006.
des demandeurs d’emploi inscrits à
1 « Besoins en main-d’œuvre – Synthèse Ile-de-France pour 2006 », Garp-Assedic, avril 2006.
l’ANPE en catégorie 1 a diminué de
Directeur de la publication : Alain Charraud
Comité de rédaction : Brigitte Belloc Gestion des abonnements : Agnès VavasseurINSTITUT NATIONAL
Rédactrice en chef : Corinne Martinez Tél. : 01 30 96 90 75 - Fax : 01 30 96 90 67
Secrétaire de rédaction : Françoise BeaufilsDE LA STATISTIQUE Vente par correspondance : Tél. :0130969056- Fax :0130969027
Conception graphique : PAO Insee Ile-de-France Internet : www.insee.fr/ile-de-franceET DES ETUDES ECONOMIQUES Maquette : Nathalie Lebraud - Laure Omont Vente sur place : Insee Info Service - Tour Gamma A - 195, rue de Bercy - 75582 Paris cedex 12
Impression :S.N.Rafal Tél. : 01 53 17 89 39 - Fax : 01 53 17 88 09Direction régionale d’Ile-de-France ISSN 0984-4724
7, rue Stephenson - Montigny-le-Bretonneux Commission paritaire n° 2133 AD
e78188 Saint-Quentin-en-Yvelines cedex © Insee 2006 Tarif : Le numéro : 2,2€€- Abonnement : - France : 30 - Etranger : 36€ Dépôt légal : 2 semestre 2006 Code Sage I0627052
Insee Ile-de-Fr@nce Infos : la Lettre d’information électronique vous informe tous les 2 mois de l'activité de l'Insee Ile-de-France
www.insee.fr/ile-de-france
Janv. 98
Juil. 98
Janv. 99
Juil. 99
Janv. 00
Juil. 00
Janv. 01
Juil. 01
Janv. 02
Juil. 02
Janv. 03
Juil.03
Janv. 04
Juil.04
Janv. 05
Juil.05
Janv. 06

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.