Le chômage en Haute-Normandie en 2002 : Une nouvelle année difficile pour les jeunes hommes

De
Publié par

Le chômage régional reste stable en 2002 en dépit d'une conjoncture morose. Le département de l'Eure est, semble-t-il, plus concerné par ce ralentissement conjoncturel que la Seine-Maritime dont le taux de chômage reste cependant plus élevé. L'année 2002 est essentiellement marquée par une baisse du chômage féminin et une remontée du chômage des jeunes hommes qui éprouvent de plus en plus de difficultés à trouver un emploi, notamment en Seine-Maritime. Au contraire, le chômage de longue durée, qui touche souvent les chômeurs âgés, a tendance à baisser. Cela étant, la situation de l'emploi reste difficile, particulièrement dans le secteur secondaire, et les licenciements économiques sont par ailleurs en forte progression. Ce contexte n'a pourtant pas empêché un nombre croissant de personnes ayant un emploi à en chercher un autre.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 36
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins

LE CHÔMAGE EN HAUTE-NORMANDIE EN 2002
Une nouvelle année difficile pour les jeunes hommes
Christian CAMESELLA
sont encore bien inférieurs à ceux dutrouvé réduit de moitié jusqu’à cette pé-Le chômage régional reste
début de la décennie 1990 : -2,5 pointsriode. Le ralentissement de l’année 2001stable en 2002 en dépit d’une
pour la région et la Seine-Maritime,s’est traduit pour notre région par une
conjoncture morose. Le -2 points pour l’Eure ou la France.légère remontée du chômage (jusqu’à
10% au 3e trimestre) qui s’est ensuitedépartement de l’Eure est,
stabilisé à ce niveau jusqu’à la fin desemble-t-il, plus concerné par ce
l’année 2002. La croissance morose DES DIFFICULTÉS
ralentissement conjoncturel que 2002 (+1,2%) n’a donc pas eu d’impact POUR LES JEUNES HOMMES
majeur sur le niveau de chômage enla Seine-Maritime dont le taux
Cette stabilité du chômage régionalHaute-Normandie.de chômage reste cependant
au cours de l’année 2002 masque desAvec un taux de 10% de la population
plus élevé. L’année 2002 est évolutions différenciées selon les caté-active, la région se situe au cinquième
gories de chômeurs et les départements.rang des régions françaises les plus tou-essentiellement marquée par
Cette année est marquée par la baissechées. Les taux de chômage les plus basune baisse du chômage féminin
du chômage féminin de longue durée etsont de trois points inférieurs (6,7% en
et une remontée du chômage la hausse du chômage masculin à tousLimousin, 6,8% en Alsace). Au niveau
les âges. Le recul du chômage desdes départements, l’Eure a été plusdes jeunes hommes qui
femmes s’observe seulement dans le dé-marqué par le ralentissement conjonctu-éprouvent de plus en plus de
partement de la Seine-Maritime. Ilrel que la Seine-Maritime. Depuis deux
difficultés à trouver un emploi, concerne principalement les femmesans, le taux de chômage de l’Eure a pro-
d’âge médian (25 à 49 ans) inscrites,gressé de 1,2 point, passant de 7,7%,notamment en Seine-Maritime.
pour les deux tiers d’entre elles, depuisson niveau le plus bas au premier tri-Au contraire, le chômage de
plus d’un an. Dans l’Eure, les effectifsmestre 2001, à 8,9% en fin d’année
longue durée, qui touche sont en progression de 3,3%. Le dépar-2002. Cette remontée a été constante
tement compte ainsi 400 chômeuses desur cette période. En Seine-Maritime, lesouvent les chômeurs âgés, a
plus dont la moitié ont moins de 25 ans.taux reste toujours plus élevé mais il esttendance à baisser. Cela étant,
En revanche, le chômage masculinaussi relativement stable depuis deux
la situation de l’emploi reste est en augmentation dans les deux dé-ans (10,5% au premier trimestre 2001,
partements mais il progresse deux fois10,6% fin 2002). Il faut enfin noter que lesdifficile, particulièrement dans
plus vite dans l’Eure qu’en Seine-Mari-taux de chômage observés actuellementle secteur secondaire, et les
licenciements économiques sont
TAUX DE CHÔMAGE RÉGIONAUX AU 4e TRIMESTRE 2002par ailleurs en forte
Languedoc-Roussillonprogression. Ce contexte n’a
Nord-Pas-de-Calais
Provence-Alpes-Côte d’Azurpourtant pas empêché un
Corse
Haute-Normandienombre croissant de personnes
Picardie
ayant un emploi à en chercher Midi-Pyrénées
Champagne-Ardenne
un autre. Aquitaine
France métropolitaine
Basse-Normandie
Ile-de-France
Poitou-Charentes
urant quatre ans, le chômage ré-
LorraineDgional n’a cessé de décroître, Rhône-Alpes
Bourgognepassant de 14% au 2e trimestre 1997 à
Franche-Comté
9,6% au 2e trimestre 2001. La région a Auvergne
Bretagnepleinement profité de la reprise écono-
Pays de la Loire
mique dans la mesure où la baisse enre- Centre
Alsacegistrée a été plus forte qu’au niveau
Limousin
national (-3,6 points). L’écart de taux que
0 2 4 6 8 10 12 14
l’on observait depuis longtemps (1,8
Source : INSEE Unité : %point en défaveur de la région) s’en est
CAHIER D’AVAL n° 64 - Juillet 2003 13
EMPLOI
CHÔMAGELES DEMANDEURS D’EMPLOI INSCRITS À L’ANPE AU 31 DÉCEMBRE 2002
Catégorie 1 Catégories 1, 2 et 3 hors activité réduite
Seine- Haute- France Seine- Haute- France
Eure Maritime Normandie Métropolitaine Eure Maritime Normandie métropolitaine
Ensemble 21 799 55 634 77 433 2 373 142 23 724 59 926 83 650 2650 498
Évolution sur un an (%) +4,7 -0,7 +0,7 +4,8 +6,5 -0,4 +1,5 +4,5
Hommes 10 920 29 886 40 806 1 246 570 11 282 29 805 41 087 1 295 475 +8,6 +4,3 +5,4 +8,1 +10,3 +5,5 +6,7 +8,3
Femmes 10 879 25 748 36 627 1 126 572 12 442 30 121 42 563 1 355 023
Évolution sur un an (%) +1,0 -6 0 -4,0 +1,4 +3,3 -5,5 -3,1 +1,1
Moins de 25 ans 4 962 14 154 19 116 463 951 4 604 13 319 17 923 458 343 +8,8 +3,3 +2,6 +6,4 +10,7 +6,3 +7,4 +7,9
Inscrits depuis plus d’un an 6 605 18 025 24 630 685 029 7 685 20 282 27 967 804 944
Évolution sur un an (%) +5,5 -1,9 0,0 +3,6 +6,0 -4,4 -1,8 +1,9
dont
Inscrits depuis plus de trois ans 1 181 4 417 5 598 126 024 … … … …
Évolution sur un an (%) -19,0 -12,3 -13,8 -14,8 ... ... ... ...
Sources : ANPE - DRTEFP Unités : nombre brut, %
time (+10,3% contre +5,5%). Les pro-
LES DIFFÉRENTES CATÉGORIES DE CHÔMEURSgressions observées sont fortes à tous
les âges (de 10 à 11%) et particulière-
La région compte plus de 132 600 personnes à la recherche d’un emploi. 87% des inscrits
ment pour les jeunes et les chômeurs
au chômage sont des personnes disponibles sans emploi (catégories 1,2, 3 et 6), près de
âgés de plus de 50 ans.
5% sont sans emploi et non disponibles (catégorie 4), 8% ont un emploi et cherchent un
En Seine-Maritime, le chômage des
nouveau travail (catégories 5, 7 et 8). Globalement, le nombre de chômeurs est en légère
jeunes hommes progresse fortement baisse (-0,4%) essentiellement en raison d’une diminution du nombre de chômeurs sans
(+12%). Parmi les 1 500 nouveaux ins- emploi. En revanche, le nombre de personnes ayant un emploi et qui cherchent à en chan-
crits au chômage, ils représentent la ger est en très nette hausse (+12,4%). Cette hausse n’est pas imputable aux personnes qui
moitié des effectifs. En 2002, un chômeur ont eu une activité réduite dans le mois et qui cherchent à travailler plus ou un peu plus
(catégories 7 et 8) mais uniquement à la progression du nombre de personnes qui désirentsur quatre a moins de 25 ans contre un
changer d’emploi (catégorie 5), ce qui peut paraître étonnant compte tenu d’une conjonc-peu plus d’un sur cinq en 2001. Cette
ture assez défavorable.augmentation témoigne des réelles diffi-
cultés d’insertion des jeunes dans l’ap-
LES CHÔMEURS SELON LA CATÉGORIE EN HAUTE-NORMANDIE
pareil productif local.
Effectifs Effectifs Évolution ÉvolutionLe chômage de longue durée est, fin décembre fin décembre Répartition Répartition 2002/2001 Répartition 2001/2000
2001 2002 en 2002 (%) en 2001 (%) (%) en 2000 (%) (%)quant à lui, en baisse contrairement à la
Catégorie 1 76 861 77 433 58 58 +0,7 56 +2tendance nationale. Cette amélioration
Catégorie 2 14 400 13 740 10 11 -4,6 12 -10
est entièrement imputable à la Seine-Ma- Catégorie 3 6 271 7 105 5 5 +13,3 5 -10
Catégorie 4 6 620 6 358 5 5 -4,0 5 +5ritime qui comptabilise 900 demandeurs
Catégorie 5 3 395 4 897 4 3 +44,2 4 -39
d’emploi de longue durée en moins. Catégorie 6 19 300 17 120 13 14 -11,3 14 -1
Catégorie 7 3 299 2 848 2 2 -13,7 2 +5Dans l’Eure, en revanche, le nombre de
Catégorie 8 2 980 3 124 2 2 +4,8 2 +13
chômeurs inscrits depuis plus d’un an
Total 133 126 132 625 100 100 -0,4 100 -2
augmente de 400 personnes (+6%) et à Source : INSEE - DRTE Unités : nombre, %
tous les âges. Parmi eux, le chômage
LES DEMANDEURS D’EMPLOI : un demandeur d’emploi en fin de mois est une personnedes jeunes affiche les plus forts taux de
inscrite aux ASSEDIC. Les personnes à la recherche d’un emploi sont classées selon diffé-progression.
rentes catégories.
Les personnes inscrites en catégories 1 et 6 sont les plus souvent dénombrées. Ce sont
des per sans emploi, disponibles, à la recherche d’un emploi à durée indéterminée
LES LICENCIEMENTS ÉCONOMIQUES
(CDI) à temps plein (catégorie 1) ou ayant exercé une activité de plus de 78 heures au cours
PROGRESSENT FORTEMENT
du mois (catégorie 6).
Les autres catégories correspondent à :
Contrairement à la tendance natio- - des personnes sans emploi, disponibles, à la recherche d’un CDI à temps partiel (caté-
nale, les entrées au chômage progres- gorie 2) ou un emploi à durée déterminée (CDD) temporaire ou saisonnier (catégorie 3).
sent moins vite que les sorties, ce qui - des personnes non disponibles, sans emploi, à la recherche d’un emploi (catégorie 4) ou
ayant un emploi et cherchant un autre emploi (catégorie 5) même à temps partiel (catégoriepeut expliquer une augmentation relati-
7) ou un CDD temporaire ou saisonnier (catégorie 8).vement modérée du nombre de deman-
deurs d’emploi inscrits en catégorie 1
Au sens du BIT, le taux de chômage est calculé en dénombrant les chômeurs de catégories(+0,7% contre +4,8% en France).
1, 2 et 3 hors activité réduite (personnes ayant exercé une activité de plus de 78 heures
Les fins de contrat motivent une ins-
dans le mois). Les taux publiés dans cet article et les évolutions tiennent compte de ce
cription sur cinq, ce qui est beaucoup
nouveau mode de calcul ainsi que des révisions opérées sur les estimations de population
moins fréquent qu’au niveau national.
active.
Les fins de mission d’intérim sont à l’ori-
14 CAHIER D’AVAL n° 64 - Juillet 2003NOMBRE DE SORTIES DES DEMANDES D’EMPLOI DE CATÉGORIE 1 AU COURS DE L’ANNÉE 2002 SELON LE MOTIFgine d’une inscription sur huit (et même
une sur sept dans l’Eure). Cette propor- Eure Seine-Maritime Haute-Normandie France
tion, plus élevée qu’en moyenne natio- Évolution Évolution Évolution Évolution
2002/2001 2002/2001 2002/2001 2002/2001nale (une sur dix), est à relier au poids
Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%)
important de cette forme d’emploi dans
Reprise d’emploi 8 296 -4,1 21 245 +3,5 29 541 +1,2 1 032 041 -1,6
la région. Cela étant, l’augmentation des
Entrée en stage 3 488 +31,9 11 292 +2,1 14 780 +7,8 374 516 +20,6
inscriptions faisant suite à une mission Arrêt de recherche 3 512 +4,6 8 236 +0,2 11 748 +1,5 374 032 +1,2
d’intérim est comparable à celle ob- Radiation administrative 17 891 +19,6 47 486 +12,1 65 377 +14,0 1 880 586 +7,5
servée en France (+4%). Les licencie- Autre motif 4 381 +4,1 10 498 -6,3 14 879 -3,5 425 401 -0,2
ments économiques, un peu moins Total 37 568 +11,0 98 757 +5,7 136 325 +7,1 4 086 576 +4,6
fréquents dans la région que nationale- Source : ANPE - DRTEFP
ment, sont en très forte augmentation, en
particulier dans l’Eure. Cette
NOMBRE D’INSCRIPTIONS À L’ANPE EN CATÉGORIE 1 AU COURS DE L’ANNÉE 2002 SELON LE MOTIF
dégradation est à mettre en
Eure Seine-Maritime Haute-Normandie France
relation avec les difficultés du
Évolution Évolution Évolution Évolution
secteur secondaire. 2002/2001 2002/2001 2002/2001 2002/2001
Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%)Près de la moitié des sor-
Licenciement économique 2 555 +53,5 3 080 +7,5 5 635 +24,4 253 042 +24,1ties de chômage sont liées à
Fin de convention de conversion 220 -64,2 378 -66,8 598 -65,9 15 527 -61,7
des radiations administratives
Autre licenciement 4 056 +15,1 7 960 +9,7 12 016 +11,5 530 311 +14,2
(qui peuvent d’ailleurs corres- Démission 2 309 +0,4 4 513 +1,4 6 822 +1,1 267 958 +0,9
pondre à des reprises Fin de contrat 8 631 +0,4 21 409 -4,9 30 040 -3,5 1 191 878 +2,0
d’emploi). En Haute-Nor- Fin de mission d’intérim 5 939 -1,7 11 119 +7,1 17 058 +3,9 426 854 +4,0
Première entrée 2 152 +4,6 8 558 +1,1 10 710 +1,7 302 171 +3,0mandie, elles ont augmenté
Reprise d’activité 491 +52,0 1 535 +14,0 2 026 +21,3 122 176 +7,9deux fois plus vite qu’au
Autre 14 160 +16,4 41 655 +5,7 55 815 +8,2 1 255 384 +9,8
niveau national, ce qui ex-
Total 40 513 +8,7 100 207 +2,4 140 720 +4,2 4 365 301 +6,4
plique que les sorties progres-
Sources : ANPE - DRTEFP
sent beaucoup plus vite. Parmi
les autres motifs importants de
sortie du chômage, les reprises d’emploi Celles-ci évoluent favorablement (+1,2%) présentent une sortie sur neuf sont en
concernent une sortie sur cinq en région alors qu’elles sont en recul sur le territoire très nette progression, notamment dans
(contre une sur quatre en France). national. Enfin, les entrées en stage qui re- le département de l’Eure
www.industrie-hn.org @
le site de référence
sur un secteur-clé
de la région
les caractéristiques des différents secteurs d’activitéA portée de clic
et des territoires,
un éclairage thématique qui s’appuie sur des données chiffrées
et sur une analyse des enjeux.
Depuis juin 2003 version anglaise disponible
CAHIER D’AVAL n° 64 - Juillet 2003 15

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.