Le chômage sur longue période : Quand le chômage s'éternise

De
Publié par

En mars 1999, on recense 121 000 demandeurs d'emploi de catégorie 1 ou 6 en Haute-Normandie dont 41% de chômeurs de longue durée (plus d'un an). En France, on dénombre 3 448 000 chômeurs dont 38% de chômeurs de longue durée. L'âge, la qualification, le diplôme et le sexe sont des facteurs déterminants pour retrouver un emploi. Le constat est désormais alarmant. Toutes les catégories de la population active sont concernées. Longtemps protégés, les cadres sont à leur tour touchés. Certes, de profondes inégalités demeurent. Les jeunes et les personnes peu qualifiées sont toujours les principales victimes du chômage. L'allongement des périodes d'inactivité, caractérisé par le chômage de longue durée, a pris également un caractère préoccupant. Le constat est désormais alarmant. toutes les catégories de la population active sont concernées.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 105
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

CHÔMAGE
Le chômage sur longue période
Quand le chômage
14
s’éternise
la fin du mois de mars plôme ou en possèdent un de ni-En mars 1999, on recense
1999, le taux de chômage veau inférieur au baccalauréat con-121 000 demandeurs Arégional s’établissait à tre 64% au niveau national. Cepen-
d’emploi de catégorie 1* ou 6 **
13,5% de la population active, en dant, 48% sont titulaires d’un CAP
en Haute-Normandie dont recul de 0,7% sur un an. Il reste ou d’un BEP. Les jeunes deman-
41% de chômeurs de deux points au-dessus de la situa- deurs d’emploi sont plus diplômés
longue durée (plus d’un an). tion nationale dans cette région où que leurs aînés dans la même situa-
l’industrie décline et où le tertiaire tion. Les jeunes femmes au chô-En France, on dénombre
n’a pas encore pleinement pris son mage sont plus souvent titulaires3 448 000 chômeurs dont
essor. du baccalauréat que leurs homolo-
38% de chômeurs de
La proportion de jeunes chô- gues masculins.
longue durée. L’âge, la meurs a peu varié : les jeunes âgés de
qualification, le diplôme et moins de 25 ans représentent 25%
le sexe sont des facteurs des chômeurs contre 28% dix ans L’insertion durable
plus tôt. On en recense 29 800 contre des jeunes est difficiledéterminants pour retrouver
25 400 en 1990. Leur part dans les de-un emploi.
mandes d’emploi baisse peu malgré Depuis de nombreuses années,Le constat est désormais
l’allongement des études. Ils repré- les pouvoirs publics prennent des
alarmant. Toutes les
sentent 23% des demandeurs de ca- mesures destinées à favoriser l’em-
catégories de la population tégorie 1 mais 31% de ceux de caté- ploi des jeunes telles que les con-
active sont concernées. gorie 6 en 1999. L’insertion des trats de qualification, les contrats
Longtemps protégés, les jeunes dans le monde du travail se d’adaptation à l’emploi, les con-
réalise souvent pour les jeunes hom- trats d’orientation et, plus récem-cadres sont à leur tour
mes par le biais de l’intérim et pour ment, les emplois jeunes. Néan-touchés. Certes, de
les jeunes femmes sur des postes à moins, parmi les jeunes de 21 à 30
profondes inégalités
temps partiel, situation vécue ans, 18% sont au chômage quand
demeurent. Les jeunes et comme transitoire en attendant un cette proportion n’est que de 13%
les personnes peu qualifiées emploi à temps complet. pour leurs aînés (31 à 35 ans).
sont toujours les principales La prolongation de la durée des En 1999, on note une améliora-
études constitue une protection re- tion du chômage féminin. Elles re-victimes du chômage.
lative contre le chômage. D’une présentent aujourd’hui 48% desL’allongement des périodes
part, en retardant l’entrée dans lad’inactivité, caractérisé par
vie active quand la conjoncture éco-
* Catégorie 1 : personnes sans emploi, immédiate-le chômage de longue
nomique est défavorable. D’autre ment disponibles, à la recherche d’un emploi à
durée indéterminée à temps plein.durée, a pris également un part, le diplôme est un atout ma- ** Catégorie 6 : demandeurs d’emploi sans em-
caractère préoccupant. ploi, immédiatement disponibles, à la recherchejeur à l’embauche. Ainsi, en Haute-
d’un emploi à durée indéterminée à temps plein,
Normandie, 68% des chômeurs de mais ayant exercé une activité de plus de 78 heu-
res au cours du mois.moins de 25 ans n’ont pas de di-
AVAL 86 3e TRIMESTRE 1999CHÔMAGE
chômeurs contre 53% en 1990. La part des cadres au chômage reste peu élevée
Les employés représentent 52%
ÉVOLUTION DU NOMBRE DE DEMANDEURS D’EMPLOI
des demandeurs d’emploi en 1999 SELON LA CATÉGORIE SOCIOPROFESSIONNELLE DE 1990 À1999 EN HAUTE-NORMANDIE
contre 32% quinze ans plus tôt. La
part relative des cadres, techniciens 40
et agents de maîtrise a également Employés qualifiés
augmenté mais le chômage de-
meure peu fréquent pour ces caté-
30gories sociales. En fait, la structure
des chômeurs par catégorie socio-
Ouvriers qualifiésEmployés non qualifiésprofessionnelle évolue comme celle
15
des emplois. La part des employés
20au chômage augmente parce que
cette catégorie est en expansion. Il
Ouvriers spécialisésest probable que la création d’em-
plois dans le tertiaire attire davan-
10tage les demandeurs d’emploi dans Agents de maîtrise et techniciensManoeuvres
ce secteur. Les femmes sont plus
souvent employées que les hom-
mes ouvriers et quand les femmes Cadres
0sont ouvrières, elles sont le plus 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999
souvent non qualifiées.
Unité : millier de demandeurs d’emploi Sources : INSEE - DRTEFP
Un chômage qui dure atteint près de 40% et concerne un tion durable devient difficile. Les li-
demandeur de plus de 40 ans sur cenciements économiques consti-
41% des chômeurs sont à la re- deux. La proportion de chômeurs de tuent 6,1% des motifs d’inscription
cherche d’un emploi depuis plus plus d’un an a régulièrement aug- et les autres licenciements 8,2%. Les
d’un an et le chômage de plus de menté : elle est passée de 35 à 42% de hommes subissent plus fréquem-
trois ans en concerne près de 11%. 1990 à 1999. Le chômage de longue ment les licenciements que les fem-
Les chômeurs de longue durée sont durée a la particularité d’augmenter mes et bien plus encore les fins de
souvent moins qualifiés, notam- rapidement lorsque la conjoncture se missions d’intérim. Depuis 1996,
ment les femmes. Les techniciens dégrade et de reculer difficilement les licenciements économiques sont
sont moins touchés par ce type de lorsqu’elle s’améliore. En effet, dans en diminution sensible.
chômage. Les différentes mesures ces périodes d’embellie, le marché 82% des chômeurs haut-normands
prises en faveur des chômeurs de du travail se caractérise par une forte sont indemnisés contre 84% des chô-
longue durée n’ont pas permis sélectivité, l’amélioration profitant meurs français. 57% touchent l’allo-
d’obtenir des résultats très favora- dans un premier temps surtout aux cation unique dégressive, 23% l’allo-
bles. Le chômage de longue durée, jeunes et aux chômeurs nouvelle- cation spéciale de solidarité. Sous
quasiment inconnu chez les jeunes, ment inscrits. certaines conditions, le cumul d’une
touche déjà 7% des 26 à 30 ans et rémunération pour un emploi à
21,5% des personnes de 51 à 55 ans, temps partiel et une indemnité par-
la tranche d’âge la plus touchée. Statut précaire tielle de chômage est permise. Ce
C’est pour ces chômeurs les plus et chômage s’alternent dispositif incite à reprendre une
âgés que le risque de chômage de activité et facilite la réinsertion des
longue durée est le plus grand. De- En mars 1999, le motif d’inscrip- chômeurs
venir chômeur à 50 ans grève les tion à l’ANPE n’est pas connu dans
chances de retrouver rapidement 35% des cas. Pour un quart des de-
un emploi. De plus, l’ancienneté mandeurs, il est dû à une fin de
d’inscription du demandeur d’em- contrat à durée déterminée, et dans Marine LE ROUX
ploi est toujours un handicap sup- 7,7% des cas à une fin de mission
plémentaire. Dès 26 ans, la propor- d’intérim. Statut précaire rime donc
tion de chômeurs de plus d’un an avec périodes de chômage, l’inser-
AVAL 86 3e TRIMESTRE 1999

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.