Le coût de la main-d'oeuvre en 2000

De
Publié par

En 2000, un salarié à temps complet coûtait en moyenne près de 40 000 euros à son employeur, pour les entreprises de 10 salariés et plus du secteur privé et semi-public. Le coût horaire du travail par heure travaillée s'élevait à 25 euros de l'heure environ. Le coût du travail correspond, pour 65%, aux rémunérations perçues par le salarié (salaires, primes, avantages en nature), et pour 25% aux cotisations sociales payées par l'employeur. Le reste est composé de versements complémentaires (indemnités, épargne salariale) au bénéfice du salarié (5%) et de diverses charges (versement au comité d'entreprise) et taxes. Ces coûts varient néanmoins beaucoup selon le secteur d'activité (et la qualification de la main d'oeuvre) et la taille de l'entreprise.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 40
Nombre de pages : 22
Voir plus Voir moins

Insee Résultats Le coût de la main-d’œuvre en 2000
Société
n°36
Octobre 2004
Vincent Marcus
Cette édition corrigée
annule et remplace
l’Insee Résultats
Société
n°23
La source

Les enquêtes quadriennales sur le coût
de la main-d’œuvre et la structure des salaires................. 3

Méthodologie de l’enquête ................................................ 5

Le plan de sondage........................................................... 6


Les données essentielles

Quelques définitions.......................................................... 9

Les déterminants du coût salarial ................................... 10

Directeur
La structure du coût salarial ........................................... 12 de la publication
Jean-Michel Charpin

Comparaisons européennes ..........................................13 Institut national
de la statistique
et des études Quelques données de cadrage ....................................... 15 économiques


Bibliographie ................................................................... 19
Direction générale
18 boulevard
Adolphe Pinard
75675 Paris cedex 14 Le cédérom Téléphone : 01 41 17 50 50
Fax : 01 41 17 66 66
www.insee.fr
Présentation du cédérom ................................................ 21
Impression
JOUVE Liste des tableaux du cédérom........................................ 22
© Insee 2004


Le coût de la main-d’œuvre en 2000 1 2 Le coût de la main-d’œuvre en 2000 La source

Les enquêtes quadriennales sur le coût
de la main-d’œuvre et la structure des salaires
Depuis 1966, les enquêtes sur le « Coût de la envoyer à Eurostat, ainsi que le champ de
Main-d’Œuvre » sont réalisées dans les pays de l'enquête (taille d’entreprise, secteur d'activité et
la communauté européenne, et coordonnées par localisation). Les règlements européens fixent les
Eurostat. Elles se renouvellent tous les quatre variables qui sont imposées aux pays membres,
ans. mais chaque pays, selon le principe de
subsidiarité, est libre d'organiser comme il
En parallèle à cette enquête, se déroule une l'entend la collecte des informations, du moment
enquête sur la « Structure des Salaires », que les réponses respectent certaines normes de
également coordonnées par Eurostat et de même qualité. Ces variables sont toutes demandées au
périodicité, avec un décalage de deux ans par niveau national par la Communauté Européenne.
rapport à l’enquête « Coût ». Cette dernière Certaines doivent également être fournies au
enquête interroge un échantillon niveau régional, et par tranche de taille
d’établissements, comme l’enquête « Coût de la d'entreprise.
main-d’œuvre », mais également un éc
de salariés (appartenant aux établissements Le principe d’un tronc commun entre les
enquêtés). enquêtes coût et structure avec un volet
spécifique pour chaque enquête a également été
Dans les premières enquêtes, les établissements adopté à partir de l’enquête 2000. Les
interrogés relevaient seulement de l’industrie et informations demandées dans le tronc commun
du BTP (1966), puis du commerce, de la banque sont des informations individualisées au niveau
et de l’assurance (1970). Se sont rajoutés en du salarié. En effet, jusqu’à présent, l’enquête
1992 les secteurs des transports et des coût se déroulait exclusivement au niveau des
télécommunications et l’ensemble des services établissements et les informations concernant les
marchands (voir tableau 1 ci-après). salariés étaient collectées globalement pour cet
établissement. Le fait que l’information soit
Jusqu’à présent, ces enquêtes étaient marquées collectée de façon globale et non individuelle
par une variabilité importante tant dans les induisait une carence explicative dans l’enquête.
caractéristiques statistiques (taille des Comment expliquer la différence de coût horaire
échantillons, questionnaires) que des modes entre deux établissements si l’on ne connaît pas
d’organisation (type de questionnement, outils les caractéristiques de leurs salariés ?
informatiques). Elles ont été refondues pour On présente ici uniquement des résultats au
instaurer une pérennité de la méthodologie, une niveau de l’établissement. Aussi, seuls la taille de
réutilisation des outils, et une meilleure l’entreprise, le secteur d’activité et la localisation
comparabilité des résultats. peuvent être avancés comme éléments
Pour chaque enquête, un règlement de la d’explication de la différence du coût de la main-
Commission fournit la liste des variables à d’œuvre d’un établissement à l’autre.
Le coût de la main-d’œuvre en 2000 3 Tableau 1 : Caractéristiques des échantillons des enquêtes « coût-structure »

Taille de l’entreprise
ou de Nombre Nombre de
Enquête l’établissement
Champ sectoriel d’établissements salariés
(avant 1992)
interrogés interrogés Taille de l’entreprise
(après 1992)
Coût - Structure 1966 Industrie, BTP
Coût 1969 Industrie, BTP
Coût 1970 Commerce, Commerce, Banque-Assurance
Coût - Structure 1972 Industrie, BTP
Coût - Structure 1974 Commerce, Commerce, Banque-Assurance
Coût 1975 Industrie, BTP
Coût - Structure 1978 Industrie, BTP, Commerce, Banque-Assurance > 10 salariés 22 000 800 000
Coût 1981 Industrie, BTP, Commerce, Bsse > 10 salariés
Coût 1984 Industrie, BTP, Commerce, Banque-Assurance > 10 salariés 22 000
Structure 1986 Industrie, BTP, Commerce, Bsse > 10 salariés 23 500 700 000
Coût 1988 Industrie, BTP, Commerce, Banque-Assurance > 10 salariés
Industrie, BTP, Commerce, Banque-Assurance,
Coût et Structure 1992 Services marchands (dont transports et
> 10 salariés 26 000 250 000 communication)
Industrie, BTP, Commerce, Banque-Assurance,
2 à 9 salariés 12 000 23 000 Structure 1994 Services marchands (dont transports et
> 10 salariés 14 500 165 000
communications)
Industrie, BTP, Commerce, Banque-Assurance, Coût 1996
Services marchands (dont agences de voyages) > 10 salariés 19 500
Industrie, BTP, Commerce, Banque-Assurance, Coût 2000
Services marchands (dont agences de voyage) > 10 salariés 25 000 300 000
Industrie, BTP, Commerce, Banque-Assurance,
Structure 2002 Services marchands (dont transports et
> 10 salariés 19 000 180 000
communications)


4 Le coût de la main-d’œuvre en 2000
Méthodologie de l’enquête

Afin d’alléger la charge de réponse des De plus, les renseignements concernant les
établissements, l’Insee a utilisé pour le tirage de rémunérations sont, la plupart du temps, de
l'échantillon de l'enquête les Déclarations bonne qualité puisqu’ils servent de base à des
Annuelles de Données Sociales (DADS). Ces calculs fiscaux et sociaux et peuvent donc être
déclarations contiennent des informations sur les confrontés aux déclarations de revenus faites par
établissements employeurs, leurs salariés, leur les salariés eux-mêmes.
localisation, sur les caractéristiques des emplois
et sur les rémunérations correspondantes. Les DADS fournissent donc des informations au
Pour l’entreprise, ces déclarations concernent niveau de l’employeur et au niveau du salarié.
tout individu recevant un traitement ou un salaire, Les informations concernant l’établissement
quel que soit le montant ou la durée de l’emploi et utilisées pour l’enquête « Coût de la main-
sont destinées à l’administration fiscale et aux d’œuvre » sont les suivantes :
organismes de sécurité sociale. Elles permettent
• le nom et la raison sociale de l'employeur, à l’administration fiscale de déterminer l’assiette
l'adresse et le code APE de certaines taxes assises sur les salaires et de
• l’identifiant attribué par l’Insee à contrôler le montant des revenus déclarés par les
l'établissement (numéro Siret) et salariés. Par ailleurs, les organismes de sécurité
l'entreprise (numéro Sirene) sociale l’utilisent pour calculer certaines
cotisations dues par les employeurs, contrôler le • le nombre de salariés inscrits dans
versement de l’ensemble de leurs cotisations et l'établissement au 31 décembre de l'année
gérer les comptes individuels des salariés afin de • le montant total des rémunérations annuelles
déterminer leurs droits aux pensions de retraite et (avantages en nature inclus)
à la couverture par l’assurance maladie. L’Insee
est le troisième destinataire officiel de ces Les informations tirées des DADS ont ainsi
déclarations, à partir desquelles sont élaborées permis de poser moins de questions que lors de
des statistiques sur l’emploi et les salaires. la précédente enquête, pour éviter une charge de
L’avantage de cette source est son exhaustivité. travail supplémentaire aux entreprises.




Le coût de la main-d’œuvre en 2000 5
Le plan de sondage


er
de gestion de Sirène, mis à jour au 1 janvier La base de sondage
2000), mais dont on n’a pas retrouvé les DADS « établissements »
1999, et par environ 2 000 établissements de 200
salariés et plus qui étaient présents dans REPER
La base de sondage « établissements »
2001 (à jour au 1er janvier 2001), mais pas dans les
correspond aux établissements des entreprises DADS 1999.
de 10 salariés et plus, implantées en France
métropolitaine, des secteurs d’activité C à K de
L'échantillon tiré dans cette base de sondage est
la nomenclature européenne NACE et présents
constitué de 25 000 établissements. dans les fichiers résultant des Déclarations
Annuelles de Données Sociales (DADS) de
Les secteurs concernés sont les secteurs « EB » à 1999.
« EP » de la nomenclature NES16. Les secteurs Cette base a été complétée par environ 500
d’activité non pris en compte et les catégories établissements de 200 salariés et plus qui
juridiques exclues du champ de l’enquête sont étaient dans le fichier REPER 2000 (fichier
donnés respectivement dans les tableaux 2 et 3. annuel résultant du déchargement de la base



Secteurs d’activité NACE Rév. 1 Secteurs d’activité NES16
C - Industries Extractives EB - Industries agricoles et alimentaires
D -trie Manufacturière EC -tries des biens de consommation
E - Production et distribution d’électricité, de gaz, ED - Industrie automobile
et d’eau EE -tries des biens d’équipement
F - Construction EF - Industries des intermédiaires
G - Commerce ; réparation automobile et EG - Energie
d’articles domestiques EH - Construction
H - Hôtels et restaurants EJ - Commerce
I - Transports et communications EK - Transports
J - Activités financières EL - Activités financières
K - Immobilier, location et services aux EM - Ac immobilières
entreprises EN - Services aux entreprises
EP - Services aux particuliers
6 Le coût de la main-d’œuvre en 2000
Tableau 2 : les secteurs d’activité exclus

NAF 60 Transports terrestres
NAF 61 Transports par eau
NAF 62 Transports aériens
NAF 63.1 Manutention et entreposage
NAF 63.2 Gestion d'infrastructures de transports
NAF 63.4 Organisation du transport de fret
NAF 64 Postes et télécommunications
NAF 67 Auxiliaires financiers et d'assurance
NAF 73 Recherche et développement
NAF 90 Assainissement, voirie et gestion des déchets
NAF 91 Activités associatives
NAF 92 Activités récréatives, culturelles et sportives
NAF 93 Services personnels

Tableau 3 : les catégories juridiques exclues

1300 Artisans
7210 Commune
7220 Département
7325 Territoire d'outre-mer
7229 Collectivité territoriale
7320 Région
7312 Communes associées
7313 Section de commune
7314 Ensemble urbain
7321 Association syndicale autorisée
7322 Association foncière urbaine
7331 Établissement public d'enseignement
7341 Secteur de commune
7342 District urbain
7343 Communauté urbaine
7345 Syndicat intercommunal à vocation multiple
7349 Établissement public local de coopération non spécialisé
7351 Institution interdépartementale
7352 Instrégionale
7353 Syndicat intercommunal à vocation multiple
7354 Syndicat mixte communal
7355 Autre syndicat mixte
Commission syndicale pour la gestion des biens indivis des
7356
communes
7361 Centre communal d'action sociale
7362 Caisse des écoles
7363 Caisse de crédit municipal
7364 Établissement d'hospitalisation
7365 Syndicat inter hospitalier
7366 Établissement public local social et médico-social
7371 OPHLM
7379 Établissement public administratif local

Le coût de la main-d’œuvre en 2000 7 d’allocation de Neymann). Les poids moyens de Le plan de sondage
sondage par tranche de taille sont les suivants : « établissements »


P(de 1 à 9 salariés) = 0,091
Pour tenir compte de la forte variabilité entre
P(de 10 à 19 salariés) = 0,092
établissements au regard du thème de l’enquête,
P(de 20 à 49 salariés) = 0,105
on a interrogé les établissements avec une
P( de 50 à 199 salariés) = 0,125
probabilité différente selon les strates concernées
P( plus de 200 salariés) = 1
(une strate est un groupe d’établissements

relativement homogène dans la base de
En particulier, on a interrogé tous les
sondage).
établissements de plus de 200 salariés.
Les strates qui ont été constituées sont issues
Par ailleurs, le tirage de l’échantillon d’un croisement des trois caractéristiques
d’établissements a été réalisé de telle façon que suivantes : le secteur d’activité (13 secteurs,
les établissements déjà interrogés par d’autres repérés par leur NES 16), la taille de
enquêtes de l’Insee ou des Services Statistiques l’établissement du point de vue de l’effectif salarié
Ministériels ne le soient pas à nouveau pour (5 tranches : [1 ; 9] , [10 ; 19], [20 ; 49], [50 ;
l’enquête « Coût de la main-d’œuvre » (en 199], [200 ; taille maximum]), la région
particulier, tirage avec coordination négative vis-d’implantation de l’établissement (8 régions
à-vis de l’EMMO du Ministère des affaires européennes, repérées par la ZEAT : Zone
sociales, du travail et de la solidarité). En d’Etudes et d’Aménagement du Territoire).
revanche, cette coordination négative n’a pas été
La probabilité de tirage des établissements est possible avec les enquêtes auprès d’entreprises
différente selon la dispersion de la variable « coût (en particulier, les EAE ou l’enquête ACEMO du
horaire moyen de l’établissement » constatée Ministère des affaires sociales, du travail et de la
dans chaque strate (selon une méthode dite solidarité).


8 Le coût de la main-d’œuvre en 2000 Les données essentielles
Quelques définitions


Dans l’enquête « Coût de la main-d’œuvre », on On peut identifier, en complément, un ensemble
cherche d’une part à mesurer le coût moyen d’éléments librement choisis par l’employeur
annuel d’un salarié pour l’employeur et le coût par comme éléments d’une politique d’incitation
heure effectivement travaillée, et d’autre part à salariale en sus du salaire proprement dit :
évaluer les différentes composantes de ce coût. versements d’indemnités complémentaires non
obligatoires diverses (famille, compléments
On comptabilise tous les éléments de coûts liés à maladie ou chômage, indemnités retraite) pour
l’emploi d’un travailleur par un employeur. Ces attirer et fidéliser la main-d’œuvre, primes
éléments sont principalement les rémunérations (notamment primes variables selon les résultats)
assimilables à du salaire (rémunération de base, et distribution des bénéfices pour stimuler les
primes, commissions, avantages en nature), les salariés.
cotisations sociales et les charges assises sur ce
salaire (les cotisations de sécurité sociale, les Au sein des charges patronales obligatoires, qui,
cotisations retraite complémentaire et chômage), elles, ne sont pas une contrepartie directe du
et les différentes taxes (apprentissage, formation travail, on distinguera également plusieurs
professionnelle, contributions pour le logement et composantes.
la construction). S’y ajoutent également diverses Un premier ensemble est constitué des charges
indemnités (transport, complément familial…) et liées aux conditions d’exercice du travail,
contributions de l’employeur (au comité définies collectivement : la rémunération des
d’entreprise, aux œuvres sociales), ainsi que la jours de congés, les indemnités prévues en cas
distribution d’une partie des bénéfices en vue de de rupture de la relation employeur-employé
la constitution d’un patrimoine au profit du salarié. (départ volontaire, licenciement, retraite), et le
financement de structures représentatives
Pour obtenir un coût moyen au niveau de dédiées à l’amélioration des conditions de travail
l’établissement, on évalue les effectifs employés et de vie (comité d’entreprise, œuvres sociales,
sur l’année en tenant compte des périodes comité d’hygiène, de sécurité et des conditions
d’emploi et de la durée du travail (temps de travail).
partiel/temps complet), ce qui permet d’obtenir un
effectif de salariés en équivalent temps complet ; Viennent ensuite l’ensemble des cotisations
on évalue également finement les volumes d’assurance obligatoires (maladie, maternité,
d’heures travaillées en comptabilisant les heures invalidité, décès, vieillesse, accidents du travail et
supplémentaires, les jours d’absence, les jours maladie professionnelle, chômage). Ces
fériés chômés, les jours de congés… A partir de cotisations sont certes un coût pour l’employeur,
ces catégories, on peut donc calculer un coût mais résultent plutôt dans leur principe d’un
annuel moyen par salarié en équivalent temps partage du prix du risque, partage institué
complet (EQTC) et un coût horaire moyen par collectivement entre travailleur et employeur.
heure effectivement travaillée.
La dernière partie est constituée des
Pour calculer un coût global, on agrège différents contributions demandées par la collectivité aux
éléments de coût liés à l’emploi d’un travailleur. employeurs pour la formation et le logement de la
Mais pour une large part, ces éléments sont de main-d’œuvre salariée : taxe d’apprentissage et
nature différente. taxe pour la formation professionnelle, taxe pour
la construction et le logement.
On peut distinguer d’abord la rémunération du Enfin, la distribution d’une partie des bénéfices au
travail en tant que tel, y compris éventuellement titre de la participation est une obligation pour les
le remboursement des frais liés à l’exercice de entreprises de plus de 50 salariés, qui renvoie à
l’activité (dépenses de transport, frais une définition du partage des richesses et de la
professionnels). rémunération du travail.

Le coût de la main-d’œuvre en 2000 9 Les déterminants du coût salarial

A partir de ces définitions, on peut dire qu’en plusieurs raisons. D’un point de vue légal, les
2000, un salarié à temps complet du secteur entreprises de 50 salariés et plus ont des charges
privé et semi-public coûtait en moyenne près spécifiques. Elles doivent en particulier créer et
de 39 200 euros par an à son employeur (voir financer un comité d’entreprise (au moins 0.2% de
Quelques données de cadrage). Rapporté aux la masse salariale brute) ; elles doivent également
heures effectivement travaillées (hors assurer la participation des salariés aux résultats de
formation, congés, absences…), ce coût est l’entreprise, c’est-à-dire la répartition d’un montant
très légèrement supérieur à 25 euros de calculé à partir des bénéfices nets de l’entreprise.
l’heure (25,2 euros/heure). De fait, le poids de ces postes dans le coût total est
nettement croissant avec la taille, tous secteurs
On observe une variabilité significative des confondus.
coûts moyens selon le secteur d’activité. Les D’autre part, les grandes entreprises sont plus à
secteurs de l’industrie agroalimentaire, de la même de développer des politiques généreuses à
construction, et de la restauration enregistrent l’égard de leurs salariés (ces politiques pouvant
les coûts les plus faibles (moins de 34 000 aussi constituer autant de stratégies de fidélisation
euros par an) tandis que les secteurs des de la main-d’œuvre). Celles-ci prennent plusieurs
services aux entreprises et des biens formes. Elles peuvent concerner des éléments
d’équipement présentent les coûts les plus complémentaires à la rémunération : avantages en
élevés (plus de 42 000 euros par an), le coût nature, versement de l’employeur au titre de
maximal étant supporté par le domaine des l’épargne salariale, ou bien prestations sociales
activités financières (49 300 euros par an). versées en complément des indemnités légales
Cette disparité entre secteurs résulte en fait de pour les risques maladie, invalidité, chômage partiel
plusieurs éléments qui peuvent se combiner au (tableau 4)… Elles peuvent concerner également la
sein de chaque secteur. rémunération d’heures non travaillées
supplémentaires : congés et ponts, heures de
En premier lieu, le coût total du travail dépend formation… En augmentant la part des heures non
étroitement du niveau des salaires versés, qui travaillées dans le total des heures rémunérées, ces
dépendent eux-mêmes de la qualification du politiques conduisent mécaniquement à un
travail. Fort logiquement, les secteurs qui accroissement du coût par heure travaillée.
emploient une forte proportion de main-
d’œuvre peu qualifiée comme les industries du Tous ces effets se combinent pour expliquer une
textile, du cuir et de la chaussure ou le secteur partie de la dispersion des coûts par secteur car la
du commerce de détail présentent les coûts répartition des entreprises par taille n’est pas
moyens les plus faibles, proches de 30 000 identique entre les différents secteurs d’activité. On
vérifie bien que les secteurs les plus concentrés euros (respectivement 29 777 euros, 27 863
euros et 28 680 euros). (ceux dans lesquels les très grandes entreprises
A l’opposé, les secteurs à forte proportion de représentent la plus grosse partie de l’effectif
cadres et nécessitant davantage de travail employé) sont souvent les secteurs présentant les
qualifié comme la banque-assurance, les coûts les plus élevés. Les secteurs du commerce,
de la construction, des services aux particuliers activités de conseil aux entreprises et
l’informatique enregistrent les coûts les plus abritent beaucoup de petites entreprises et se
élevés, souvent supérieurs à 50 000 euros retrouvent en bas de la hiérarchie des coûts. Le
(respectivement 49 323 euros, 57 391 euros et secteur de la banque-assurance, celui de l’industrie
58 430 euros par an). Cette relation entre coût automobile et des biens d’équipement sont surtout
composés de grands établissements et se et qualification peut néanmoins être atténuée
par la différentiation des taux de cotisations retrouvent au contraire parmi les secteurs aux coûts
patronales selon la qualification et/ou le niveau les plus élevés (tableaux 5 et 6).
de rémunération : c’est le cas notamment des Enfin, il existe aussi un effet spécifique aux
dispositifs d’exonération de charges pour les secteurs, ou aux grandes branches d’activité. Les
conventions de branches auxquelles l’employeur bas salaires (du niveau SMIC à 1.5 SMIC
environ) et des mesures de déplafonnement de souscrit et les différences des grilles de qualification
l’assiette de certaines cotisations sociales. (et par suite, de rémunérations) établies au niveau
Le coût total de la main-d’œuvre dépend du secteur peuvent induire une différence
également de la taille de l’entreprise pour significative de coût global de la main-d’œuvre.
10 Le coût de la main-d’œuvre en 2000

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.