Le revenu des ménages dans les régions : la Champagne-Ardenne recule au classement

De
Publié par

92 400 francs, c'est ce dont a disposé un Champardennais en 1996 pour consommer et épargner une fois payés ses impôts et cotisations sociales. Ce chiffre, qui masque des disparités importantes entre les ménages les plus fortunés et les plus modestes, situe la Champagne-Ardenne au-dessus de la moyenne des régions de province. Si la Champagne-Ardenne occupe aujourd'hui la 5ème place au classement des régions métropolitaines, hors Ile-de-France, les aléas de la croissance ne lui ont pas été favorables. Classés au 2ème rang en 1982, juste derrière l'Alsace, elle s'est vue dépasser par les régions Aquitaine, Provence-Alpes-Côte-d'Azur et Bretagne.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 33
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

Nº 12 - Avril 2000 - Prix : 15F (2,29€)
Le revenu des ménages dans les régions
La Champagne-Ardenne recule au classement
de 2300 francs au RDB par habitant calculé surPrès de 125 milliards de francs, c’est ce dont ont dispo-
l’ensemble des régions de province.sé les Champardennais, en 1996, pour consommer et
épargner une fois payés leurs impôts et cotisations socia Ces montants sont bien entendu des moyennes, masquant-
dans la même région d’importantes disparités entre lesles. Ce Revenu Disponible Brut (RDB) a procuré à la popu-
plus fortunés et les plus modestes. De plus, ces moyenneslation de un niveau moyen de
ressources proche de 92 400 francs par personne. Infé sont elles-mêmes différenciées par la façon dont elles sont-
composées, les divers facteurs entrant en jeu (rémunérarieure de 8 400 francs à la valeur maximum, apanage de -
tions du travail, prestations sociales, impôts...) pouvantl’Île-de-France, cette somme est en revanche supérieure
avoir des contributions et effets variables selon les ré-
Revenu disponible brut après impôts par habitant en 1996 gions. Ainsi, pour un total disponible de 100 francs en
1996, un “Champardennais moyen” a reçu 59,70 francs
de revenus issus de l’activité professionnelle, 35,40
de prestations sociales, 13,70 francs d’autres ressources et
a versé 8,80 francs d’impôts. La même année, le “provin-
cial moyen” percevait respectivement 55,60 francs, 37,90
francs, 15,90 francs et déboursait 9,40 francs d’impôts.
S’agissant de la structure du RDB, certains écarts entre la
Champagne-Ardenne et la province sont aujourd’hui
Revenu disponible brut après impôts
Indice base 100 en 1982
150
140
130
120
110
100
En francs courants 90
110 900 80
Champagne-Ardenne : 92 358 F92 400 70
France de province : 90 061 F 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 199691 000
88 400 Champagne-Ardenne Province
France métropolitaine81 200
Source : INSEE, Comptes régionaux
© INSEE - IGN 2000 Source : INSEE, Comptes régionaux
INSEE Flash Champagne-ArdenneEvolution des grandes composantes moins prononcés que par le passé. Ce resserrement s’ex-
plique, au cours des dernières années, par des évolutionsdu revenu brut disponible
particulières, liées à des caractéristiques socio-économi(indice base 100 en 1982) -
ques propres à la région et parfois assez éloignées des ten-
dances nationales.
Excédent brut d’exploitation des entrepreneurs individuels Les aléas de la croissance n’ont pas été favorables à la
Champagne-Ardenne : deuxième en 1982 des régions de
150 province (l’Île-de-France étant hors-concours) classées
sur le revenu disponible brut par habitant, elle n’occupe140
plus en 1996 que le cinquième rang. Devancée seulement
130
par l’Alsace en début de période, elle s’est vue dépasser
120 par les régions Aquitaine, Provence-Alpes-Côte d’Azur et
Bretagne. En quatorze ans, l’évolution du pouvoir d’achat110
du RDB par habitant a été, en Champagne-Ardenne, plus
100
faible que partout ailleurs - 0,9% en moyenne annuelle
90 contre 1,3% pour l’ensemble de la province.
80
70 Les revenus du travail chahutés
1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996
par les problèmes agricoles
Salaires nets
150
Ce décalage résulte essentiellement de bilans contrastés
140 quant au pouvoir d’achat du revenu du travail : baisse de
0,4% par an dans la région, augmentation de 0,2% en pro-130
vince. Si la Champagne-Ardenne arrive en deuxième posi-
120
tion - derrière l’Alsace - pour le poids des ressources
110 provenant de l’activité professionnelle (salaires et excé-
dent brut d’exploitation des entrepreneurs individuels)100
dans le RDB, c’est pour des raisons tout à fait différentes.
90
En Alsace, cette forte contribution s’explique par le niveau
80 général élevé des salaires (en rapport avec celui des quali-
fications), la proximité des marchés du travail étrangers70
1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996 très rémunérateurs et un bas taux de chômage. Dans la ré-
gion, elle est plutôt due à la présence d’une importante
Prestations sociales agriculture céréalière et viticole procurant des revenus
150 conséquents. Avec un score supérieur de 4,3 points à la
140 moyenne provinciale, la Champagne-Ardenne détient,
devant trois autres grandes régions agricoles - Aquitaine,130
Poitou-Charentes et Bretagne -, le record en matière de
120 participation de l’excédent brut d’exploitation des entre-
110 preneurs individuels au revenu disponible.
Cette part s’est toutefois considérablement réduite entre100
1982 et 1996, passant de 25,8% à 19,2%. Plus accentuée
90
en Champagne-Ardenne qu’en province, la baisse s’ex-
80 plique en partie par la réduction progressive du nombre
de travailleurs indépendants dans les secteurs du com-70
1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996 merce traditionnel et de l’artisanat. En difficulté sur le
marché face à la concurrence des unités de plus grande
Impôts taille, ils ont cessé leur activité ou ont choisi de passer du150
statut d’indépendant à celui de salarié afin de bénéficier
140
d’avantages fiscaux ou d’une meilleure protection sociale
130 (l’entreprise étant alors organisée en société de capitaux).
120 Ainsi, la proportion de non-salariés dans la population ac-
tive occupée a diminué de 16,9% à 12,5% (de 18,8% à110
12,6% en province).100
Moins nombreux, les entrepreneurs individuels ont - mé-
90
caniquement - restreint leur contribution au RDB. Mais en
80 Champagne-Ardenne, l’évolution a été amplifiée par le
70 rôle particulier de l’agriculture. D’une part, le nombre
1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996
d’exploitations agricoles a baissé de près d’un quart
Champagne-Ardenne Province (37 200 en 1982, 28 100 en 1996), d’autre part le secteur a
été en proie à d’importantes difficultés au cours de la pé-France métropolitaine
riode.
Source : INSEE, Comptes régionaux Ainsi, de 1991 à 1993, la baisse du pouvoir d’achat de
INSEE Flash Champagne-Ardenne16% en moyenne à ceux de l’in-
La formation du revenu disponible brut des ménages en 1982 et 1996 dustrie.
Deuxième composante du reve-
nu disponible, les prestationsChampagne- France France
Unité : % sociales visent à redistribuer uneArdenne de province métropolitaine
partie des ressources provenant
1982 1996 1982 1996 1982 1996 du travail vers les retraités, les
chômeurs, les invalides, les famil-
Salaires nets (+) 45,1 40,5 45,3 40,7 49,8 43,9
les nombreuses ou monoparenta-
Exédent brut d’exploitation les, …25,8 19,5 17,019,2 14,9 13,4des entrepreneurs individuels (+) Même si, en 1996, un
Champardennais a perçu enPrestations sociales (+) 28,8 35,4 33,2 37,9 31,3 31,1
moyenne moins d’allocations di-
Autres (+) 7,4 13,7 9,6 15,9 10,6 17,3
verses qu’un habitant de pro-
Impôts (-) 7,1 8,8 7,6 9,4 8,7 10,7 vince, la région n’a pas échappé à
la forte augmentation des presta-Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,00
tions sociales, tant en niveau
Source : INSEE, Comptes régionaux qu’en contribution au revenu glo-
bal. Entre 1982 et 1996, le taux
national de redistribution, mesuré
l’excédent brut d’exploitation des entrepreneurs indivi par le rapport entre la masse des prestations sociales et le pro- -
duels, proche de 12% chaque année, doit beaucoup à duit intérieur brut est passé de 22,8% à 25,2%. Parallèlement,
le taux national de socialisation des revenus - part des prestacelle du résultat brut d’exploitation agricole en termes -
réels. Ce dernier (revenu agricole déflaté par l’indice du tions sociales dans le revenu disponible brut des ménages - a
prix du PIB et non des prix à la consommation) subit en ef augmenté de 4,8 points (de 31,3% à 36,1%).-
Plus sensible encore en Champagne-Ardenne (de 28,8% enfet, après de fortes hausses en 1989 et 1990, des chutes de
16,5% en 1991, 36% en 1992 et 11,7% en 1993. 1982 à 35,4% en 1996, soit 6,6 points), cette progression ré-
Ces problèmes ont pour origine les conséquences de la sulte de plusieurs facteurs. Alors qu’elle s’explique essentielle-
politique agricole commune, mais aussi la crise de la viti-
culture - activité pesant pour plus de 40% dans le revenu Décomposition du revenu disponible brut
agricole régional - au début des années quatre-vingt-dix.
En 1996, le revenu disponible brut par habitant en Champagne-ArdenneAmorcé en 1994 grâce à une vendange favorable et la
se situe 2 300 francs au-dessus de celui de la France de province.
mise en place d’un contrat interprofessionnel entre vi- Ce résultat masque des écarts importants, négatifs ou positifs, selon les
gnoble et négoce, régulant les volumes et les prix, le re- grandes composantes du revenu disponible brut.
dressement sera toutefois insuffisant. Au terme d’une
évolution heurtée, le pouvoir d’achat de l’excédent brut Champagne- France
d’exploitation des entrepreneurs individuels ne retrouve Ardenne de province
pas son niveau de 1982, le résultat en fin de période cor-
Salaires nets 37 423 36 688respondant à une baisse annuelle moyenne de 1,2%.
+
Excédent brut d’exploitationLes salaires à la traîne des entrepreneurs individuels
(agriculteurs, artisans, 17 757 13 426et la forte progression du chômage
membres de professions
libérales, ...)
Si la courbe des salaires nets apparaît plus conforme aux ten- +
dances nationales, la progression champardennaise (0,1% par
Prestations socialesan) est sensiblement inférieure à la croissance observée en pro-
(retraites et préretraites,
vince (0,5%). La moindre modernisation de l’appareil productif allocations chômage, 32 646 34 096 familiales,industriel, sa reconversion difficile dans des secteurs de pointe
remboursements maladie...)fournisseurs d’emplois plus qualifiés (comme l’aéronautique
en Midi-Pyrénées), le maintien de sa spécialisation dans des +
activités moins rémunératrices (textile et habillement par
Autres
exemple) sont autant de freins à la hausse du pouvoir d’achat (solde entre divers ressources
et prélèvements, commedes salaires versés en Champagne-Ardenne. En effet, ces han- 12 690 14 344
les intérêts reçus et versés,
dicaps traditionnels influencent la structure de l’emploi, et par
les indemnités et primes
là même des rémunérations. A la fin de 1997 encore, la région d’assurance)
se singularise par le plus faible taux de qualification ouvrière de
-
France (64,2% contre 66,7% en province) et une proportion de
Impôts 8 158 8 493cadres dans la population salariée parmi les plus basses (8,3%
=contre 9,9%). De même, la croissance du secteur des services
- en particulier ceux rendus principalement aux entreprises - Revenu disponible brut 92 358 90 061
est nettement moins forte en Champagne-Ardenne que sur
l’ensemble de la province. Or les salaires (de France métropoli-
Source : INSEE, Comptes régionaux 1996
taine) des activités de service aux entreprises sont supérieurs de
INSEE Flash Champagne-Ardennement par le nombre croissant de retraités dans les régions Le revenu des ménages dans les régions
comme Provence-Alpes-Côte d’Azur, Centre, Aquitaine, Comment l’estimer et comprendre son évolution
Corse, elle est aussi la conséquence, en Champagne-Ardenne
Au cours d’une année donnée, le revenu disponible brut (RDB) des mé-comme dans d’autres régions plus “jeunes” (Nord-Pas-de-Ca-
nages correspond au montant restant à la disposition des particuliers,
lais, Lorraine), de la dégradation de l’activité économique. Le
une fois payés impôts et cotisations sociales, pour consommer et épar-
nombre de chômeurs indemnisés (catégories 1 et 6) s’est forte- gner. Il représente de ce fait le solde du compte de revenu, établi dans le
cadre du système élargi de comptabilité nationale selon une décompo-ment accru (53 429 en 1982 , 61 387 en 1996), et avec lui la
sition en emplois et ressources.proportion de chômeurs de longue durée (de 28% à 45%).
Les résultats régionaux, calés sur les montants publiés dans les comptes
Corrélativement le RMI, créé à la fin de 1988, est attribué huit de la nation, sont présentés en cinq grandes composantes : salaires nets,
ans plus tard à 18 900 bénéficiaires (couvrant avec les excédent brut d’exploitation des entrepreneurs individuels, prestations
sociales, impôts (sur le revenu et le capital) et “autres”. Cette dernièreayant-droits plus de 40 000 personnes), soit près de deux fois
rubrique est le solde entre divers ressources (production de services do-plus qu’en 1989. Sur l’ensemble de la période, le pouvoir
mestiques et de services de logement par les “ménages purs”, intérêts
d’achat des prestations sociales progresse, en moyenne an- reçus, dividendes, indemnités d’assurance-dommages...) et prélève-
nuelle, de 2,3% (2,2% en province). ments (intérêts versés, cotisations sociales des non-salariés, primes
d’assurances...).Venant en déduction des ressources des ménages pour la dé-
Pour chaque région métropolitaine, les données relatives aux annéestermination du revenu disponible brut, les impôts ont fait un
1982 à 1994 ont été calculées, de façon détaillée, par une méthode uti-
bond sous l’effet de l’instauration de la Contribution Sociale
lisant de nombreuses sources. Parmi ces dernières, certaines donnent
Généralisée. En 1991, date de sa mise en application, le pou- des chiffres utilisables au niveau régional (prestations sociales du ré-
gime général, déclarations annuelles de données sociales, statistiquesvoir d’achat de l’impôt moyen versé par habitant a augmenté
de la direction générale des impôts...). D’autres ne fournissent qu’unde 16,8% (3,7% en 1990 et 0,7% en 1992). Une fois annulé
montant global, devant être réparti selon des critères choisis en fonction
cet effet, la progression suit celle des revenus du travail avec un de l’information elle-même (primes d’assurance-dommages, presta-
an de décalage, le taux d’imposition croissant de 7,1% en tions versées par les mutuelles ou les employeurs, indemnisation du
chômage partiel, revenus de la terre...).1982 à 8,8% en 1996.
Le RDB régional des années 1995 et 1996 a été estimé suivant la dé-L’impôt moyen des Champardennais reste toutefois inférieur à
composition en cinq postes. Il résulte d’une synthèse entre prolongation
celui de l’ensemble des provinciaux : 335 francs de moins en des tendances passées par méthodes économétriques - seul procédé
1996, ce qui peut sembler paradoxal au vu du niveau élevé des s’agissant des postes “autres”, “impôts” et “prestations” - et intégration
de données nouvelles pour l’évaluation des deux autres composantes.revenus du travail. Un élément d’explication pourrait être la
Des informations sur l’évolution de l’emploi salarié et des masses sala-différence de structure des revenus soumis à imposition entre la
riales ont été tirées des déclarations annuelles de données sociales (an-
région et la province. Parmi les habitants de Cham- nées 1994, 1995 et 1996). La variation de l’excédent brut d’exploitation
pagne-Ardenne percevant un revenu imposé, 53% sont des sa- des entrepreneurs individuels s’est appuyée sur les comptes de l’agri-
culture (exploitants agricoles) d’une part, les fichiers d’entreprises SUSElariés ou des entrepreneurs individuels, 36% des retraités et
(entrepreneurs non d’autre part.11% des chômeurs. Cette répartition diffère de celle de la pro-
Le revenu disponible brut par habitant est un indicateur qui, indépen-
vince, où l’on compte plus d’actifs occupés et moins de retrai- dant de la taille des régions, permet les comparaisons. L’évolution, au
tés (respectivement 55% et 34%), la proportion de chômeurs cours d’une période, d’une composante par habitant, résulte de deux
effets. Par exemple, le montant moyen de retraite par habitant (MMRH)étant identique. Or les retraites versées en Cham-
est égal à :pagne-Ardenne sont, compte tenu du moindre niveau des sa-
MMRH = montant moyen par habitant = montant total / nombre d’habi-
laires, inférieures à ce qu’elles sont en province. Ainsi, le tants
“bénéfice d’impôts” que pourrait afficher la région par rapport ou encore
MMRH = (montant total / nombre de retraités) x (nombre de retraités /à la province à partir des revenus du travail, en particulier ceux
nombre d’habitants)des entrepreneurs individuels, ne compenserait pas le déficit
Ainsi la variation des retraites par habitant entre deux dates résulte à la
des sommes collectées au titre de l’imposition sur les retraites.
fois des évolutions conjuguées du pouvoir d’achat des retraites et de la
La méthode et les sources utilisées ne permettent pas d’établir part des retraités dans la population.
un revenu disponible brut des ménages pour chaque départe-
ment de Champagne-Ardenne. En raison des différences exis-
tant sur le plan sociodémographique ainsi que sur la structure
de l’économie, il est certain qu’un tel indicateur mettrait en évi-
dence, d’une part des écarts en niveau, d’autre part des dispari- … NOUVEAUTÉ - MULTIMÉDIA …
tés touchant la répartition entre les composantes du revenu.
Le site Internet de l’INSEE entièrement rénové :
www.insee.fr
Sandrine Rigollot
INSEE, Direction Régionale de Champagne-Ardenne 10, rue Edouard Mignot 51079 Reims Cédex. Tél : 03.26.48.61.00
Directeur de la publication : Jean-Michel DURR, Directeur régional de l’INSEE - Chef du Service Etudes et Diffusion : Guy Bourgey
Rédacteur en chef : Martine Augiat - Secrétaire de rédaction : Marie-Paule Le Coadou - Secrétaire de fabrication : Pascale Breton
Communication externe : Charlette Depermentier - Abonnements : Sylviane Mulder
Création de l’image visuelle : Champagne-Création - Imprimeur : Groupe Technologies et Impression, 51100 Reims
Le numéro : 15F (2,29 euros) Abonnement : 11 numéros 130F (19,82 euros) (France), 162F (24,70 euros) (Europe), 175F (26,68 euros)
(reste du monde) ou 11 numéros + dossier “Bilan économique” : 160F (24,39 euros) (France), 200F (30,50 euros) (Europe), 216F (32,93
euros) (reste du monde).
© INSEE-2000 ISSN 1277-5649 Code SAGE : FLA001260 Dépot légal : Avril 2000
INSEE Flash Champagne-Ardenne

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.