Le salaire des bretons dans les entreprises en 2003 (Flash d'Octant n°112)

De
Publié par

En 2003, les Bretons salariés des entreprises ont touché en moyenne 10,3 euros nets de l'heure. La moitié d'entre eux ont perçu un salaire horaire net inférieur à 8,7 euros. La catégorie socioprofessionnelle, l'âge du salarié, puis l'activité économique de l'établissement employeur sont les principaux déterminants du niveau de rémunération. Le salaire breton est proche du salaire moyen des régions métropolitaines hors Ile-de-France.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 32
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

LE FLASH
Octant
Numéro 112 - Novembre 2005Salaires
Le salaire des Bretons
dans les entreprises en 2003
En 2003, les Bretons salariés des entreprises ont touché en
moyenne 10,3 euros nets de l’heure. La moitié d’entre eux
ont perçu un salaire horaire net inférieur à 8,7 euros.
La catégorie socioprofessionnelle, l’âge du salarié, puis
l’activité économique de l’établissement employeur sont
les principaux déterminants du niveau de rémunération.
Le salaire breton est proche du salaire moyen des régions
métropolitaines hors Ile-de-France.
Le salaire breton procheLeur rémunération horaire brute,n 2003, les salariés bretons
primes de participation etEtravaillant dans les entreprises de la moyenne Métropole
1 d’intéressement comprises,du secteur privé et semi-public , hors Ile-de-France
s’élevait à 13,5 euros.hors apprentis et stagiaires, et
La rémunération horaire nettetoutes conditions d’emploi
2 Entre 2002 et 2003, le salaire régionale est inférieure de 11 %confondues , ont perçu en moyen-
horaire net moyen des Bretons a à la moyenne France entièrene 10,3 euros nets de l’heure soit
augmenté de 3 % en euros (11,6 euros ) mais elle est prochel’équivalent de 2 fois le SMIC.
courants. En tenant compte de de la moyenne France métropo-
l’inflation (2,1 % en moyenne litaine hors Ile-de-France1- Les salariés travaillant dans les fonctions
publiques d'État, territoriale, et hospitalière annuelle) le pouvoir d’achat du (10,6 euros nets). En effet, le
sont exclus du champ de l'étude. salaire horaire régional augmente salaire moyen francilien est
2- La condition d'emploi permet de distin-
de 0,9 % sur la période contre nettement plus élevé (14,6 eurosguer les salariés travaillant à temps complet
des autres salariés. 0,2 % en France métropolitaine. nets).
ISSN 1276-972X - CODE SAGE : FLAS11264 - PRIX : 2,2€Cet écart salarial, plus pronon-La moitié des salariés ont salaire horaire net d’un ouvrier7,6 euros pour les
gagné moins de 8,7 euros nets non qualifié. cé parmi les cadres, est dûouvriers non qualifiés,
de l’heure, alors qu’à pour partie à la structure des
19,9 pour les cadres emplois féminins. Les femmesl’extrémité de l’échelle les
Le niveau de salaire10 % les mieux rémunérés ont accèdent moins fréquemment
En 2003, en Bretagne, un progresse avec l’âgeun salaire dé-passant 15,9 eu- aux fonctions d’encadrement
ouvrier non qualifié perçoit en (1 femme pour 3 hommes). Etros nets. Ces derniers gagnent
moyenne 7,6 euros nets deen moyenne 2,5 fois plus que Le salaire horaire des moins de la moitié d’entre elles sont des
l’heure, un employé 8 euros.les 10 % de salariés les moins employées.26 ans s’établit en moyenne à
Les ouvriers qualifiés, bien quepayés. Cette amplitude entre 7,5 euros nets tandis qu’il
davantage rémunérés, ont unhauts et bas salaires est compa- atteint 13,4 euros pour les plus
A temps partiel, unsalaire horaire inférieur aurable à celle observée en de 55 ans. moyen. Un cadre salaire horaire moindreFrance métropolitaine (2,6).
breton gagne en moyenne Le salaire augmente avec l’âge
19,9 euros nets, soit 2,6 fois le Avec 9 euros nets de l’heure enet ce phénomène est accentué
chez les hommes. La moindre moyenne, les salariés bretons
proportion de cadres parmi les travaillant à temps partiel
gagnent 15 % de moins quejeunes salariés explique enLes salaires horaires nets moyens selon la région
partie les écarts de rémunéra- ceux ayant un emploi à tempsde résidence en 2003
complet. Les salariés àtion entre générations. En effet,
partiel sont majoritairement13%des moinsde26ans
occupent des fonctions de des femmes (2 femmes pour
1 homme) et dans la moitié desmaîtrise ou d’encadrement
contre 41 % parmi les plus de cas des employés. Ceci
55 ans. explique pour partie l’écart de
rémunération.
Un salaire horaire
13,7 euros dansmoins élevé
En euros l’énergie, 13,4 eurospour les femmes
dans les activités11,3
10,8 En moyenne, en Bretagne la financières
10,3
rémunération nette horaire des
femmes (9 euros) est inférieure Les Bretons travaillant dans les
de 20 % à celle des hommes. secteurs de l’énergie et les
Source : Insee - DADS 2003
Les salaires horaires nets moyens bretons selon la catégorie socioprofessionnelle et le secteur d'activité en 2003 (en euros)
Ouvriers Nombre
Chefs OuvriersProfessions
Secteur économique Employés non de postesCadres Ensembled’entreprise qualifiésintermédiaires
qualifiés ( en %)
// 24,1 16,5 8,8 11,0 9,6 12,3 0,8Pêche
Industries agricoles et alimentaires 33,8 20,4 11,9 7,7 8,5 7,6 9,3 8,5
Industrie des biens de consommation 31,2 20,2 13,1 8,8 8,4 7,5 10,9 2,9
Industrie automobile // 21,2 12,8 9,7 10,3 9,0 11,4 1,1
Industrie des biens d'équipements 33,7 20,3 11,7 8,9 8,7 7,7 11,6 3,6
Industrie des biens intermédiaires 31,7 20,8 11,9 8,7 8,8 7,7 10,3 5,4
Énergie // 24,3 13,3 11,4 10,9 9,7 13,7 0,7
26,4 21,7 12,8 8,7 8,8 7,9 9,9 7,4Construction
Commerce 25,2 19,4 11,2 7,3 8,0 7,3 9,5 18,0
Transports 26,5 21,4 12,2 9,1 8,4 7,7 9,9 5,6
45,3 21,0 11,9 10,0 // 7,8 13,4 3,3Activités financières
26,6 20,8 11,7 8,1 8,3 7,1 10,9 1,2Activités immobilières
Services aux entreprises 36,2 19,2 11,5 8,8 8,6 7,6 11,3 20,0
Services aux particuliers 17,3 16,4 11,2 6,9 7,4 6,6 8,3 8,5
Éducation, santé, action sociale 25,2 20,6 11,4 7,8 8,2 4,9 9,6 9,7
// 19,0 11,4 9,7 8,4 6,9 11,8 3,2Administration
Ensemble 27,9 19,9 11,7 8,0 8,5 7,6 10,3 100,0
Nombre de postes (en %) 0,6 9,0 20,0 29,6 26,5 14,3 100,0
Source : Insee - DADS 2003
Il est à noter que le salaire horaire moyen observé pou les chefs d’entreprises - 27,9 euros nets - ne reflète pas la rémunération de l’ensemble des chefs d’entreprise bretons,
puisque les données mobilisées ne concernent que ceux qui ont le statut de salarié.
2 INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 112 - Novembre 2005
© IGN - Insee 2005activités financières ont un Ces disparités salariales sont Les salaires horaires nets bretons
salaire horaire net supérieur de liées à la structure locale de par tranches d’âge et sexe (en euros)
plus 60 % à celui des services l’activité économique. Le
aux particuliers, secteur le poids de secteurs d’activités 16
moins rémunérateur. aux taux d’encadrement Hommes14
élevés à Lannion (industrie des Femmes
12
Ces disparités salariales équipements électriques et
10s’expliquent par la différence électroniques ou télécomuni-
8de structure des emplois. En cations) et à Rennes (services
effet, plus un secteur emploie aux entreprises) explique que 6
des personnes peu qualifiées le salaire moyen de ces zones 4
ou des jeunes plus le salaire d’emploi soit plus élevé. A
2
moyen y est bas. C’est en contrario, dans les zones
0particulier le cas du secteur d’emploi de Carhaix,
25-35 ans 35-45 ans 45-55 ans18-25 ans 56 ans et plus
des industries agricoles et Fougères, Ploërmel et Pontivy-
Âgealimentaires ou des services Loudéac, de par la prépondé-
aux particuliers. rance de certaines industries Source : Insee - DADS 2003
(agricoles et alimentaires, des
biens de consommation ou des
Le salaire moyen biens intermédiaires) la pro-
portion d’ouvriers dépassedépend de la taille
50 % et tire le salaire moyende l’établissement Les salaires horaires nets moyensvers le bas.
par zone d’emploi en 2003
Plus la taille de l’établissement
employeur est importante et Toutes choses égales
plus la rémunération moyenne par ailleurs, les écarts
est élevée. Dans les établisse-
de salaires se resserrentments de moins de 10 salariés,
le salaire moyen est de 9 euros
de l’heure. Il atteint 11,9 euros Les caractéristiques socio-
dans ceux de plus de 250 démographiques, économi-
salariés. ques ou géographiques qui
expliquent le niveau du salaire
En eurosEn effet, les petites unités sont ne sont pas indépendantes les
plus répandues dans les unes des autres. D’où l’intérêt 10,8
10,3secteurs d’activités les moins d’étudier les écarts de rémuné-
9,8rémunérateurs : 18 % des ration entre des catégories de
établissements de moins de 10 salariés qui ont par ailleurs des
Source : Insee - DADS 2003
salariés appartiennent au caractéristiques identiques.
secteur des services aux
particuliers contre 8,5 % Ainsi, toutes choses égales par
toutes tailles d’entreprises ailleurs, les écarts salariaux se
confondues. réduisent : les femmes gagnent
9 % de moins que les hommes Les salaires régionaux par rapport au salaire moyen breton
(20 % en observation brute), en 2003 - Écarts toutes choses égales par ailleurs
Rémunérations les cadres ont une rémunéra-
tion supérieure de 140 % àmoyennes plus élevées
celle des ouvriers non qualifiésdans les zones d’emploi
(164 % en observation brute),
de Lannion et Rennes
les moins de 26 ans gagnent
22 % de moins que les plus de
Les salariés résidant dans les 55 ans (44 % en observation
zones d’emploi de Lannion et brute). Les écarts salariaux
Rennes ont les salaires moyens entre régions sont également
les plus élevés (respectivement moindres à caractéristiques
11,5 et 11,3 euros nets de égales par ailleurs : 15 des 21
l’heure). En revanche les régions ont un salaire moyen
salariés habitant les zones qui s’écarte de moins de 2 % En %
d’emploi de Fougères, du salaire moyen breton.
4
Pontivy-Loudéac, Carhaix et 2
Ploërmel ont une rémunéra- 0
tion moyenne inférieure de
Source : Insee - DADS 200310 % à 12 % au salaire breton.
INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 112 - Novembre 2005 3
© IGN - Insee 2005
© IGN - Insee 2005Pour en savoir plus
Le salaire des Bretons dans les entreprises en 2002 / Ludivine Neveu-Chéramy. - Dans : Le Flash d’Octant ; n° 103 (2004,
nov.) ; 4 p.
La structure de l'économie bretonne explique largement le faible niveau de salaire moyen / Laurence Luong. - Dans : Octant.
- N° 82 (2000, juin). - P. 20-27.
Les salaires en France : édition 2005 / INSEE ; avec la collaboration de la Dares et de la Drees. - Paris : INSEE, 2005. -
(Références). - 130 p.
Les salaires dans les entreprises en 2003 : une année difficile / Julien Pouget et Anne Skalitz. - Dans : INSEE première ;
n° 1007 (2005, mars). - 4 p.
Les salaires dans l'industrie, le commerce et les services en 2002 / Anne Skalitz. - Dans : INSEE résultats. Société ; n° 38
(2004, déc.). - 41 p. + 1 cédérom.
Des hausses de salaires modérées malgré la forte revalorisation des salaires minimaux / Julien Pouget, Fabrice Romans ;
INSEE. - Dans : France, portrait social 2004-2005. - (2004, oct.). - P. 31-39.
1 614 euros nets par mois pour les salariés à temps complet en 2003
En 2003, le salaire mensuel net moyen des Bretons travaillant à Le salaire mensuel moyen est obtenu en divisant la masse
temps complet est de 1 614 euros. La moitié d’entre eux ont salariale totale par le nombre total de jours rémunérés
perçu moins de 1 356 euros, tandis que 10 % ont gagné plus de dans l’année et en ramenant ce salaire journalier sur la
2 492 euros. base de 30 jours par mois, sans tenir compte du nombre
Pour les emplois à temps complet, entre 2002 et 2003, le salaire d’heures travaillées. Ce mode de calcul n’est utilisé que
a progressé de 2,4 % en euros courants, soit de 0,3 % en tenant pour les salariés travaillant à temps complet.
compte de l’inflation (contre - 0,3 % en France métropolitaine).
Pour comprendre ces résultats
La source DADS Postes à temps complet
Les données utilisées sont issues des fichiers DADS (Déclarations Un poste est dit à temps complet s'il correspond à au moins 80 %
Annuelles de Données Sociales). La DADS est un document de la durée moyenne hebdomadaire calculée au sein de son
administratif (commun aux services fiscaux et à certains secteur d'activité pour des établissements de la même taille. Ce
organismes sociaux) que doit remplir tout employeur ayant calcul est réactualisé tous les ans depuis 2002.
rémunéré au moins un salarié au cours de l'année. Pour chaque
salarié, elle contient des caractéristiques d'état civil, la catégorie Salaire brut
socioprofessionnelle, les périodes d'emploi et les rémunérations. Il correspond à l'intégralité des sommes perçues par le salarié au
titre de son contrat de travail, avant toute déduction de cotisations
Le champ de l'étude obligatoires. Il intègre les sommes versées au titre de la parti-
L'étude porte sur l'ensemble des salariés résidant en Bretagne et cipation ou de l'intéressement depuis 2002.
travaillant dans les entreprises, quelle que soit leur condition
d'emploi (temps complet ou temps partiel), et à l'exclusion des Salaire net
apprentis et stagiaires, et quel que soit le lieu de travail (Bretagne Il est calculé à partir du salaire net fiscal disponible dans la DADS.
ou régions voisines). Il est net de toutes cotisations sociales, y compris CSG et CRDS. Il
Les salariés des fonctions publiques d'État, territoriale et ne comprend pas les participations.
hospitalière ne font pas partie du champ de l'étude.
En revanche, les salariés des établissements publics administratifs Salaire horaire moyen
(chambres consulaires), à caractère industriel ou commercial Il est obtenu en divisant la masse salariale totale par le nombre
(EDF, La Poste…), ainsi que ceux employés par des personnes total d'heures salariées au cours de l'année. Ce mode de calcul
morales de droit privé ( Assédic, CPAM, Caf…) en font partie. permet d'élaborer une moyenne portant sur l'ensemble les
salariés quelle que soit leur condition d'emploi.
Postes
Dans les DADS, l'unité de mesure est le poste de travail. Il
correspond à un contrat de travail dans un établissement pour une
durée donnée. Un salarié ayant travaillé dans plusieurs
établissements au cours de l'année comptera pour
postes quelle que soit la durée des contrats. Par conséquent, le
nombre de postes ne correspond pas au nombre de salariés.
INSEE Bretagne
Directeur de la Publication : Bernard LE CALVEZ36, place du Colombier CS 94439 35044 RENNES Cedex
Tél. : 02 99 29 33 33 Fax : 02 99 29 33 90
Rédactrice en chef : Ludivine NEVEU-CHÉRAMY
Pour tout renseignement statistique
Composition : Jean-Paul MER0 825 889 452 (0,15 euro la minute)
Cette note a été rédigée par :e
© Insee 2005 Dépôt légal : 4 trimestre 2005
Nadine BLOT-GEOFFROY
Imprimerie : Imprimerie des Hauts de Vilaine - Châteaubourg
4 INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 112 - Novembre 2005
llllll

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.