Le taux de chômage rejoint la barre des 33%

De
Publié par

Le taux de chômage repart à la hausse en 2003, après une baisse continue depuis 1999. Les hommes sont plus affectés par cette aggravation du chômage. Le nombre d'emplois a diminué sous l'effet du ralentissement de l'économie et d'une baisse de l'emploi aidé. Cette récession, ainsi que les nouvelles règles du marché du travail, incitent certaines personnes à renoncer à l'activité.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 35
Tags :
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins

société
Chômage
Le taux de chômage
Le taux de chômage repart à la hausse en 2003, après une baisse
continue depuis 1999. Les hommes sont les plus affectés par
cette aggravation du chômage. Le nombre d’emplois a diminué
sous l’effet du ralentissement de l’économie et d’une baisse de
l’emploi aidé. Cette récession, ainsi que les nouvelles règles du
marché du travail, incitent certaines personnes à renoncer à
l’activité.
Suspension du suivi trimestriel
La Réunion, le taux de chômage Les femmes sont moins pénalisées quedu chômage
a sensiblement augmenté en un les hommes par la remontée du chô-Aan (+ 1,9 %), inversant la ten- mage. Leur taux de chômage n’est que
Une série trimestrielle de niveau et de
dance des années précédentes. C’est un faiblement orienté à la hausse et se rap-taux de chômage au sens du BIT a été
coup d’arrêt fort à la baisse régulière enre- proche de celui des hommes. Cependant
mise en place en 2003 pour les DOM.
gistrée au cours des quatre dernières le taux de chômage féminin reste encore
Pour calculer le taux trimestriel de
années. Malgré tout le taux reste légère- supérieur de 3 points à celui des hom-
chômage, on rapporte le nombre de
ment inférieur à celui constaté au mes.chômeurs au sens du BIT à la population
deuxième trimestre 2001.
active totale (emploi total, plus Le taux de chômage des jeunes de 15 à
chômeurs). La série est basée sur le 24 ans reste très élevé, au-dessus de
Aggravation du taux deniveau de chômage issu de l’enquête 50 %. Il augmente même de 2 points,
Emploi, réalisée dans les DOM au après deux années de forte baisse. Lachômage des hommes
deuxième trimestre de chaque année. plupart de ces jeunes n’ont pas terminé
Pour estimer le nombre de chômeurs leurs études, mais pour ceux qui se pré-La caractéristique principale de cette
chaque trimestre entre deux enquêtes sentent sur le marché du travail, ce tauxévolution du chômage est l’accroisse-
demeure préoccupant. Il atteint 58 %Emploi, on utilise la série des demandeurs ment du taux de des hommes,
d’emploi (DEFM) de catégories 1, 2 et 3 pour les jeunes de moins de 30 ans sansqui augmente de 3 points en un an. La
diplôme ou ne disposant que du CEP. Lehors activité réduite, dont la définition est hausse est plus marquée dans les classes
taux de chômage des filles demeureconceptuellement proche de celle du d’âges extrêmes : les jeunes de 15 à 24
supérieur à celui des garçons, mais a peuchômage au sens du BIT. ans (+ 3,4 points) et les 50 ans et plus
augmenté en un an au regard de celui
(+ 4,6 points).La série est révisée une fois par an, des garçons.
lorsque sont connus les résultats détaillés
de l’enquête Emploi. On recale la série
Effectifs des chômeurstrimestrielle provisoire du nombre de
chômeurs pour la période de juin n-2 à 2e trim. 2001 2e trim. 2002 2e trim. 2003
juin n.
Ensemble 98 434 92 761 99 504
La méthode a été validée sur les données Hommes 51 287 47 547 53 427
Femmes 47 147 45 214 46 077disponibles entre 1997 et 2002.
Cependant la première révision, celle de
Taux de chômage selon le sexe et l’âge (%)
novembre 2003, fait apparaître un écart
très important avec l’enquête-emploi. Ensemble 33,3 31,0 32,9
Alors que le taux de chômage trimestriel 15-24 ans 56,3 51,0 53,0
25-49 ans 31,6 30,1 31,4connu avant la révision baisse de 2,9
19,2 16,5 20,550 ans ou pluspoints entre le deuxième trimestre 2002 et
le deuxième trimestre 2003, il a en fait
Hommes 30,9 28,5 31,4
progressé de 1,9 point selon les enquêtes 15-24 ans 53,7 46,2 49,6
emploi correspondantes. Cette différence 29,3 27,9 30,025-49 ans
provient pour partie de l’évolution du 50 ans ou plus 15,8 15,2 19,8
marché du travail évoqué dans l’article.
Femmes 36,4 34,2 34,8
59,8 56,9 57,615-24 ansNous avons donc décidé de suspendre la
25-49 ans 34,4 32,8 33,0publication du ”trimestriel chômage” en
50 ans ou plus 24,0 18,4 21,4
attendant les résultats d’une expertise que
nous menons permettant de mieux cadrer
Source : enquête emploi - Insee - Réunion
avec la réalité.
La hausse du chômage est importante entre le 2e trimestre 2002 et le 2e trimestre 2003.
économie 4e trimestre 20038 DE LAREUNIONsociété
rejoint la barre des 33%
Fait aggravant, le chômage de longue croissance a fléchi, marquée par beau-
durée au sens du BIT ne se résorbe pas. coup de fermetures d’entreprises, une Définitions
Certes, la proportion des personnes ayant stagnation de la consommation et des
passé plus d’un an au chômage diminue investissements. La dégradation de la L’enquête Emploi permet de cerner le
de 2 points, ce qui est un signe d’amélio- demande des entreprises, pesant sur chômage au sens du Bureau
ration sur l’ensemble de cette catégorie. l’activité, contribue avec un certain International du Travail (BIT), cette
Cependant au-delà de deux années de retard au ralentissement de la création notion est différente de celle utilisée
dans le Recensement de la population,chômage la situation s’aggrave légère- d’emplois. Ce ralentissement, déjà cons-
qui correspond à la perception quement (+ 1/2 point pour les situations de taté sur l’année 2002, semble s’être
l’enquêté a de sa situation.chômage de deux ans ou plus, + 1 point aggravé puisque l’on constate d’après
pour les trois ans ou plus). Les person- l’enquête du deuxième trimestre 2003 Actif : un actif est une personne qui
nes qui connaissent trois années de chô- une baisse des emplois sur un an. Jus- soit a un emploi (y compris apprenti)
soit est en situation de chômage.mage consécutives ou plus représentent qu’au deuxième trimestre 2002, la situa-
plus du tiers des chômeurs. Les jeunes tion de l’emploi était florissante. Le Chômeur : au sens du BIT : un
sont également touchés par le chômage nombre d’actifs ayant un emploi aug- chômeur est une personne âgée de 15
de longue durée. Près d’un jeune chô- mentait fortement : + 7,5 % en un an au ans ou plus ( = en âge de travailler)
meur sur quatre est au chômage depuis 2e trimestre 2000 ; + 9,3 % l’année sui- qui est dans la situation définie par les
trois circonstances suivantes :trois ans ou plus, cette proportion ayant vante, et + 4,6 % au 2e trimestre 2002.
sans emploi, c’est-à-dire n’a pasaugmenté de 2 points. Le cap des 200 000 actifs occupés était
travaillé durant la semaine defranchi à cette date. Tout en restant au-
référence, ne serait-ce qu’une heuredessus de ce niveau, le nombre de per-Chômeurs par durée de chômage
sonnes ayant un emploi baisse de 1,6 % est disponible pour prendre un
emploi dans les quinze joursen un an. Cela fait 3 200 personnes de
moins au travail, alors que la population
cherche activement un emploi ou a
active s’est accrue de 3 500 personnes. trouvé un emploi qui commence
La baisse du nombre d’actifs ayant un ultérieurement.
emploi est plus sensible chez les hom-
Taux de chômage : proportion du
mes, pour qui elle atteint 2,2 %.
nombre de chômeurs par rapport au
nombre d’actifs (occupés + chômeurs).
Moins de non salariés et
Taux d’activité : dans une population
moins d’emplois aidés donnée, c’est le rapport entre le
nombre d’actifs et la population totale
correspondante.La baisse du nombre d’emplois affecte
surtout les non salariés. La diminution Ménages totalement au chômage :Le chômage de très longue durée
est de 9 % pour les emplois exercés à(plus de deux ans) se maintient en ménages dont tous les actifs sont
2003. titre principal, elle est similaire à celle chômeurs, par opposition aux
ménages partiellement au chômage auenregistrée dans les trois autres Dom en
sein desquels au moins un actif est2002 (-5à-10%). Cette diminution de
Cette amplification du chômage pèse for- occupé.l’effectif non salarié dans notre île est
tement sur certains ménages. Environ un
corroborée par le tassement constaté en
tiers des ménages réunionnais compren-
2002 du nombre d’inscriptions d’arti-
nent au moins une personne au chô-
sans à la Chambre de métiers et par un
mage, contre un quart dans l’ensemble L’auteurnet accroissement des radiations. Toute-
des Dom. Plus de la moitié de ces ména- fois les non salariés représentent encore
ges n’ont aucune personne au travail.
14 % des actifs occupés, contre 15 % en Bruno BALLY est chargé des études sur
Ces ménages totalement au chômage l’emploi à la direction régionale de2002 et 16 % en 2001. Les emplois
sont souvent (75 %) des ménages où la l’INSEE.familiaux sont en baisse depuis plusieurs
personne de référence est sans diplôme
années et concernent actuellement 4 800
ou n’a que le CEP.
personnes.
Environ 174 000 personnes exercent unUne économie ralentie
emploi salarié à titre principal. Leur
en 2002
nombre est globalement stable par rap-
port au niveau de l’année précédente. Le
Plusieurs circonstances viennent étayer niveau des effectifs est cependant en
les caractéristiques du chômage actuel. régression dans l’ensemble des secteurs
Rappelons que La Réunion a passé une public, associatif et éducatif. Ceci est dû
année 2002 mouvementée et que la
économie4e trimestre 2003 9DE LAREUNIONsociété
ne joue que très faiblement sur ce phé-Evolution du taux d’activité
nomène : en un an, la part des cinquante
Hommes Femmes ans ou plus dans la population en âge de
travailler n’augmente que d’un demi-
point. Le taux d’activité des femmes,
après avoir connu un maximum de 48 %
en 2000 se situe maintenant à 46 %.
L’activité féminine s’essouffle et l’écart
avec le taux métropolitain subsiste. Dans
la tranche d’âges 25-49 ans, l’écart est
d’environ 10 points, comme les années
précédentes. Le taux d’activité des hom-
mes se stabilise à 63 % après avoir
connu un maximum de 66 % en 2000.
Chez les 50-59 ans, il a baissé de 2
points en deux ans, conséquence pro-
bable de la mise en place du RSO ; cette
baisse est surtout marquée (4 points)
dans la tranche d’âges 55-59 ans.
Bruno BALLY
Les taux d’activité ont tendance à diminuer, pour les hommes comme pour les
femmes.
principalement à une baisse du nombre à une baisse des inscriptions, puisque les
de bénéficiaires des emplois aidés. Le bénéficiaires s’engagent à quitter volon-
nombre de contrats et avenants enregis- tairement le marché du travail. Ce reve-
trés au cours de l’année 2002 a d’ailleurs nu est proposé aux bénéficiaires du RMI
baissé de près de 4 % par rapport à âgés d’au moins cinquante ans. A cet
2001. L’impact des emplois aidés reste âge, le demandeur d’emploi sait qu’il a
fort à la date de l’enquête puisqu’ils peu de chances de trouver du travail,
représentent 11 % des actifs occupés, certains font alors le choix de se retirer
contre 12 % l’année précédente. du marché.
D’autres demandeurs d’emploi, réguliè-
Evolutions des rement inscrits à l’ANPE, sont dispensés
comportements d’effectuer des “actes de recherche
d’emploi” et ne sont plus comptabilisés
La réduction du nombre d’emplois, ainsi dans la DEFM ; lors de l’enquête, ces
que la modification de certaines règles personnes peuvent néanmoins, du fait de
du marché du travail s’accompagnent leur maintien sur la liste des demandeurs
d’évolutions dans les comportements. d’emploi, se déclarer “à la recherche
Certaines personnes se déclarant lors de d’une activité”. Il y a aussi des person-
l’enquête “à la recherche d’un emploi” ne nes à la recherche d’un emploi qui ne
s’inscrivent pas à l’ANPE ou ne rensei- s’inscrivent pas à l’ANPE mais utilisent
gnent plus leur situation après une d’autres types de démarches.
période d’inscription, ce qui conduit à
Enfin, le fait de ne pas trouver d’emploi Très bonne annéeleur radiation de la liste des demandeurs
peut entraîner chez certains une démoti-d’emploi. Ce cas de figure est fréquent
vation vis-à-vis du marché du travail. Illorsque la non-inscription à l’ANPE n’a
s’agit de personnes qui ont peu de chan-aucune incidence sur la situation finan-
ces d’être embauchées ou qui se retrou-cière du demandeur d’emploi. Par ail-
vent dans des systèmes de subsistance.leurs, un certain nombre de radiations
Au total, le nombre de chômeurs au senssont consécutives aux absences aux entre-
du BIT non inscrits à l’ANPE est detiens sur convocation, menés par l’ANPE, 200410 000 personnes, soit 10 % des chô-de l’ensemble des demandeurs d’emploi
meurs, contre 8 % et 7 % les années pré-bénéficiaires du Plan d’aide au retour à
cédentes.l’emploi (PARE). Ces entretiens ont lieu
tous les six mois. La part de la population qui se présente
sur le marché du travail est un peu plusParmi les personnes qui quittent leur
faible qu’auparavant. Le taux d’activité,emploi, certaines deviennent bénéficiai-
en baisse d’un demi-point sur un an,res du RMI sans obligation de s’inscrire à tous nos lecteurs
poursuit une lente descente amorcée enà l’ANPE. La mise en place du revenu
2001. Le vieillissement de la populationde solidarité (RSO) contribue également
économie 4e trimestre 200310 DE LAREUNION

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.