Le taux de chômage tombe à 5 %

De
Publié par

Le chômage touche en fin d'année 5,1 % de la population active en Alsace, soit le niveau le plus bas depuis 1990. Le nombre de demandeurs d'emploi a diminué de 15 % par rapport à 1999. Le recul du chômage est encore plus rapide pour les chômeurs de longue durée. Début 2001, la baisse du chômage ralentit.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 46
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins

CHÔMAGE
Le taux de chômage tombe à 5 %
mars 1997, alors à son niveau le chômage que le département duLe chômage touche
plus élevé, le taux de chômage at- Bas-Rhin (-12 %). En 1999, la situa-en fin d’année 5,1 %
teignait 8 % dans la région. tionavaitétéinverse.
de la population active
en Alsace, soit le niveau Le taux de chômage national s’éta- Au niveau national, le dynamisme
le plus bas depuis 1990. blit à 9,2 % à la fin de l’année, soit 1,4 exceptionnel de l’emploi au pre-
point de moins qu’un an plus tôt. mier semestre entraîne un recul duLe nombre des demandeurs
Cette diminution est plus rapide que nombre de chômeurs de 16,2 % end’emploi a diminué de 15 %
celle observée en Alsace où le niveau 2000, soit une baisse plus forte
par rapport à 1999.
dechômageareculéde1,0point. qu’en Alsace.
Le recul du chômage
est encore plus rapide 39 000 chômeurs en Alsace Toujours moins d’inscriptions
pour les chômeurs de la part des jeunesEn fin d’année, 39 000 personnes
de longue durée. sont inscrites comme demandeurs Le volume des mouvements enre-
Début 2001, la baisse d’emploi de catégorie 1 dans les fi-
gistrés sur le marché du travail sur
chiers de l’ANPE en Alsace. Ellesdu chômage ralentit. l’ensemble de l’année est égale-
sont 7 000 de moins qu’un an plus
ment en net repli. Les inscriptions à
tôt. Globalement sur l’année 2000, le
l’ANPE réalisées en cours d’année
recul est de 14,8 % ; il était de 16,8 %
diminuent de 12 %, et les sorties de
a croissance économique sou- en 1999. La baisse du nombre des
chômage de 9 %. Les premières en-Ltenue, créatrice d’emplois, en- demandeurs d’emploi est particuliè-
trées sur le marché du travail, éma-
traîne depuis 1997 un important rement forte sur les premiers mois,
nant le plus souvent de jeunes en fin
recul du chômage. Après la forte mais s’est arrêtée dès le mois de mai
de cursus de formation, diminuent
décrue enregistrée en 1999, le recul dans le Bas-Rhin et un peu plus tard
de 17 % : certains d’entre eux trou-
s’est un peu ralenti en 2000. À la fin dansleHaut-Rhin. vent un emploi sans même avoir à
de l’année, le taux de chômage
s’adresser à l’ANPE.
s’établit à 5,1 % en Alsace. Ce ni- Avec plus de 18 % de baisse sur
veau est comparable à celui obser- l’année, le Haut-Rhin bénéficie da-
Les enregistrements à la suite de
vé en 1990, ou encore, en 1981. En vantage de cette nouvelle décrue du
fin de mission d’intérim diminuent de
5 % seulement. En 2000, le recours
Nouvelle baisse des demandeurs d’emploi en 2000
à ce mode de gestion du travail reste
Demandeurs d’emploi Évolution 1999-2000 Évolution 1998-1999 soutenu et génère encore de nom-
de catégorie 1 * (en %) (en %) breux mouvements. Le travail intéri-
maire reste un vecteur importantAlsace Alsace
Alsace France Alsace France danslacroissancedel’emploi.1999 2000
22 970 19 253 -16,2 -16,7 -18,4 -12,5Hommes
Les inscriptions liées à une démis-moins de 25 ans 4 231 3 382 -20,1 -19,0 -25,7 -17,2
sion augmentent de 5 %, traduisant25à49ans 15 247 12 673 -16,9 -17,5 -16,7 -11,8
ainsi un regain de confiance des sa-50 ans et plus 3 492 3 198 -8,4 -10,6 -15,8 -9,6
lariés qui hésitent moins qu’avant à22 778 19 711 -13,5 -15,8 -15,1 -10,9Femmes
quitter un emploi pour en recherchermoins de 25 ans 5 305 4 359 -17,8 -18,1 -22,3 -16,5
un autre.25à49ans 15 146 13 150 -13,2 -16,1 -13,1 -10,2
50 ans et plus 2 327 2 202 -5,4 -10,3 -8,8 -5,0
45 748 38 964 -14,8 -16,2 -16,8 -11,7Ensemble
moins de 25 ans 9 536 7 741 -18,8 -18,6 -23,9 -16,8
25à49ans 30 393 25 823 -15,0 -16,8 -15,0 -11,0
50 ans et plus 5 819 5 400 -7,2 -10,5 -13,1 -7,6
31* au 31 décembre
Chiffres pour l'Alsace · dossier n° 2 · L'année économique et sociale 2000 · juillet 2001
Sources : ANPE-DaresCHÔMAGE
Recul du chômage à tous les âges
120
Demandeurs d’emploi (indice 100 en décembre 1999)
Au niveau national, les entrées
110
Plus de 50 anssur le marché du travail régressent
beaucoup moins (-4,3 %), et les 100
sorties restent stables.
90
Les jeunes continuent 25 à 49 ans
80
de bénéficier du recul
70
En fin d’année, 7 740 jeunes de Moins de 25 ans
moins de 25 ans étaient encore pri-
60
déc. janv. fév. mars avril mai juin juil. août sept. oct. nov. déc. janv. fév. marsvés d’emploi dans la région. Leur
1999 2000 2001nombre a une nouvelle fois forte-
ment diminué (-19 %), mais moins
qu’un an plus tôt (-25 %). Ce
rythme est équivalent à celui ob- sitifs d’emploi spécifiques ont un Nouveau repli du chômage
servé sur l’ensemble du pays. nouvel impact favorable sur le de longue durée
chômage des jeunes.
Sur les premiers mois de L’année 2000 se caractérise aussi
l’année, l’évolution favorable de La situation des demandeurs par un fort recul du chômage de
d’emploi adultes, moins sensiblesl’emploi a continué de bénéficier longue durée. En décembre, 8 500
que les plus jeunes aux variationsessentiellement aux jeunes. En chômeurs de longue durée sont ins-
revanche, le repli de l’emploi inté- conjoncturelles de l’activité et des crits à l’ANPE en Alsace, soit 2 300
rimaire à l’été explique la décélé- embauches, est restée très favo- de moins qu’un an plus tôt. Le recul
ration relative du recul du chô- rable en 2000. Comme en 1999, est ainsi de 21,5 %, rythme légère-
mage des jeunes. En fin d'année, leur nombre diminue de 15 %, ment en retrait par rapport à la dimi-
le redémarrage de l’intérim et le grâce à un recul de 21 % pour les nution nationale de 24,5 %.
dynamisme maintenu des dispo- hommes dans le Haut-Rhin.
Fait nouveau, cette réduction vaut
aussi pour le chômage de très
longue durée : elle concerne essen-Les catégories de demandeurs d’emploi
tiellement les chômeurs sans travail
L’analyse des statistiques du marché du travail repose sur les deman-
depuis plus de deux ans, voire plusdeurs d’emploi de catégorie 1 recensés par l’ANPE. Cette catégorie re-
de trois ans. Les demandes excé-groupe les chômeurs au sens strict, réputés immédiatement disponi-
bles pour occuper un emploi à durée indéterminée et à temps plein. dant trois ans ont en effet reculé de
Sont considérées comme telles, les personnes qui n’exercent aucune 27 % en 2000 alors qu’un an plus tôt
activité professionnelle, qui ne suivent aucune action de formation pro- le repli était de 2 % seulement. Pour
fessionnelle et dont la situation personnelle permet d’occuper un em-
le seul département du Haut-Rhin,
ploi sans délai, ainsi que les personnes qui ont exercé, au cours du
la diminution atteint 37 %. Les ac-mois précédent, une activité occasionnelle ou réduite n’excédant pas
tions spécifiques développées pour78 heures.
lutter contre l’exclusion, et notam-
Au total, toutes catégories de demandeurs d’emploi confondues, 69 400
ment la mise en œuvre de servicespersonnes étaient inscrites à l’ANPE fin décembre 2000. Les chômeurs
personnalisés, sont en partie à l’ori-de catégorie 1 représentent 56 % de l’ensemble. Les demandeurs d’em-
ploi de catégorie 6, c’est-à-dire, ceux qui exercent une activité réduite ou gine de cette amélioration de la si-
occasionnelle de plus de 78 heures dans le mois sont 7 300 (soit 10,5 % tuation des personnes les plus éloi-
de l'ensemble) à cette même date.
gnées du marché du travail.
32
Chiffres pour l'Alsace · dossier n° 2 · L'année économique et sociale 2000 · juillet 2001
Sources : ANPE-DaresCHÔMAGE
Moins de 3 % de chômeurs dans les zones d’emploi frontalières
du nord et du sud de l’Alsace
À la fin de l’année, 22 % des de-
Le taux de chômage varie de 2,3 % dans la zone d’emploi d’Altkirch à 6,1 % à
mandeurs d’emploi sont inscrits Strasbourg. L’écart entre ces extrêmes est relativement faible au regard des diffé-
depuis plus d’un an en Alsace et rences qui existent entre les régions françaises.
7 % depuis plus de 2 ans. Ces pro- Le chômage reste plus faible dans les zones où résident de nombreux travailleurs
frontaliers. Au contraire, il est plus élevé dans celles qui concentrent beaucoupportions sont nettement plus éle-
d’emplois.vées au niveau national : malgré un
La baisse du chômage se répercute plus fortement sur les territoires déjà les moins
net recul du chômage de longue touchés par le chômage. Dans la région de Wissembourg, le nombre des deman-
durée, un tiers des demandeurs deurs d’emploi a diminué d’un quart en 2000. Par contre, la baisse a été plus limitée
d’emploi sont inscrits depuis plus dans la zone d’emploi de Strasbourg qui concentre un demandeur d’emploi sur trois
de la région. Le nombre des demandeurs d’emploi y a baissé de 10 % en 2000.d’un an et 15 % depuis plus de
deux ans.
Taux de chômage et évolution des DEFM1 par zone d’emploi
-5
La baisse du chômage Évolution des demandes d’emploi en 2000 (en %)
ralentit début 2001
-10
StrasbourgSélestat-À l’issue du premier trimestre 2001,
Sainte-Marie-aux-Mines
Haguenau-37 500 demandeurs d’emploi sont
Niederbronn Moyenne Alsace :
inscrits à l’ANPE, soit 3,6 % de -15 -14,8 %Saverne-Saint-Louis
Sarre-UnionGuebwillermoins qu’au trimestre précédent et
Mulhouse
Molsheim- Thann-Cernay13 % de moins qu’en mars 2000. Ce
Schirmeck Colmar--20repli est fort dans la région que Neuf-Brisach
sur l’ensemble du pays (-15 %). Il est
Altkirch
également moins élevé que la dimi- Wissembourg
-25
nution régionale du premier trimestre
2000quiétaitde5,7%.
Taux de chômage (en %)
-30
2 2,5 3 3,5 4 4,5 5 5,5 6 6,5Sur un an, la baisse continue de
profiter essentiellement aux chô-
meurs de longue durée (-26 %) et,
dans une moindre mesure, aux jeu- par rapport aux inscriptions du pre- Point positif dans le contexte de ra-
nes de moins de 25 ans (-14 %). mier trimestre 2000. Cette hausse lentissement de la baisse du chô-
Les chômeurs de plus de 50 ans ne est le signe d’un moindre recours au mage, les offres d’emploi déposées
diminuent, pour leur part, que de travail temporaire et d’un ajustement dans les agences de l’ANPE aug-
6 % sur un an. des effectifs aux nouveaux besoins mentent légèrement, contrairement
de main-d’œuvre. Dans le même à ce qui se passe dans l’Hexagone.
Les inscriptions au chômage qui temps, les sorties de chômage ra- Pour les seules offres d’emplois du-
suivent la fin d’une mission d’intérim lentissent, notamment celles pour rables, l’augmentation atteint 13 %.
sont en nette augmentation : +20 % reprise d’emploi. Cette forte hausse témoigne des dif-
ficultés particulières d’embauche
Le chômage de longue durée a fortement décru qui persistent pour certaines profes-
sions sur des postes stables.
Chômage Évolution 1999-2000 Évolution 1998-1999
Durée du chômage
de longue durée * (en %) (en %)
1999 2000 Alsace France Alsace France
1 à 2 ans 7 206 5 771 -19,9 -23,2 -24,7 -17,5 Catherine FISCHER
2 à 3 ans 2 247 1 735 -22,8 -29,9 -28,3 -16,1
3 ans et plus 1 415 1 030 -27,2 -23,4 -2,1 -7,7
10 868 8 536 -21,5 -24,8 -23,2 -15Total
* au 31 décembre
33
Chiffres pour l'Alsace · dossier n° 2 · L'année économique et sociale 2000 · juillet 2001
Sources : ANPE-Dares
Moyenne Alsace :
5,1 %
Sources : Insee, ANPE-Dares

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.