Les bénéficiaires du RMI en Bretagne (Flash d'Octant n° 76)

De
Publié par

Fin 2001, les CAF de Bretagne versent le RMI à 28 000 personnes. En deux ans, le nombre de bénéficiaires a diminué de 13 %, essentiellement suite à l'amélioration de la situation sur le marché du travail : forte baisse du chômage des 25-29 ans et recul du chômage longue durée. Deux cantons bretons sur trois sont concernés par cette baisse. La population couverte par ce dispositif - bénéficiaires et personnes à charge - représente 1,7 % de la population bretonne, soit sensiblement moins qu'au plan national. Les bénéficiaires habitent surtout en zone urbaine, ils sont plutôt jeunes et vivent souvent sans conjoint ni enfant. Un millier d'allocataires perçoit le RMI sans interruption depuis douze ans.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 59
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

LE FLASH
Octant
Revenu
Numéro 76 - Septembre 2002Minimum
d’ Insertion Les bénéficiaires du RMI
en Bretagne
Fin 2001, les CAF de Bretagne versent le RMI à 28 000 personnes. En deux ans,
le nombre de bénéficiaires a diminué de 13 %, essentiellement suite
à l'amélioration de la situation sur le marché du travail : forte baisse du chô-
mage des 25-29 ans et recul du chômage longue durée. Deux cantons bretons
sur trois sont concernés par cette baisse.
La population couverte par ce dispositif - bénéficiaires et personnes à charge -
représente 1,7 % de la population bretonne, soit sensiblement moins
qu'au plan national.
Les bénéficiaires habitent surtout en zone urbaine, ils sont plutôt jeunes et
vivent souvent sans conjoint ni enfant. Un millier d'allocataires perçoit le RMI
sans interruption depuis douze ans.
u 31 décembre 2001, les deuxième année consécutive de l'AAH avaient perçu le RMI en
CAF de Bretagne versent baisse : en 2000, le nombre de 2000. Mais pour l'essentiel, laAle RMI à 28 071 alloca- bénéficiaires du RMI avait diminution du nombre
taires, soit 4 % de moins en un diminué de 9 % en Bretagne. Sur d'allocataires au titre du RMI est
an. Cette baisse est plus forte que les deux ans, la baisse dépasse directement liée à l'amélioration
celle relevée en France de ainsi 4 000 personnes. Une de la situation sur le marché du
métropole (-2,8 % source partie de ce recul résulte du travail, notamment pour les 25-
CNAF). La diminution est plus basculement de bénéficiaires du 29 ans et à la baisse du nombre
forte en Ille-et-Vilaine qu'ailleurs RMI vers d'autres minima de chômeurs de longue durée.
(-7,6 %) ; elle atteint 5,5% dans sociaux, notamment l'allocation Entre 1998 et 2001, le nombre de
les Côtes-d'Armor ; elle est plus aux adultes handicapés (AAH) : demandeurs d'emploi de
modérée dans le Morbihan et le à la fin 2001, plus de 500 catégorie 1 recherchant un
Finistère (environ - 2 %). C'est la nouveaux bénéficiaires de emploi depuis plus d'un an est en
ISSN 1276-972X - CODE SAGE : FLASH7664 - PRIX : 2,20€effet passé de 46 000 à 26 000, charge parmi les bénéficiaires.Évolution du nombre de bénéficiaires du RMI
soit 43 % de moins en trois ans. En Bretagne, la part de la12 000
Cette proportion varie selon les population couverte par leFINISTÈRE
départements : 50 % en Ille-et- dispositif du RMI varie de
10 000
Vilaine, 45 % dans les Côtes- 14,4 ‰ en Ille-et-Vilaine àILLE-ET-VILAINE
d’Armor, 42 % dans le 19,6 ‰ dans le Finistère.
8 000 Morbihan et 38 % dans le
MORBIHAN
Finistère. Ces baisses provo- Une place du RMI
6 000 quent une diminution quasi- plus importante
CÔTES-D'ARMOR mécanique du nombre de dans les centres urbains
4 000 chômeurs en fin de droits, donc
de personnes susceptibles de La localisation des bénéficiaires
bénéficier des dispositifs de2 000 du RMI suit globalement celle
solidarité prévus par le législa- de la population, avec une
teur, et notamment le RMI. concentration encore plus forte0
Sur l'ensemble de la Bretagne dans les centres urbains : 45 %1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002
4 385 allocataires au titre du des bénéficiaires habitent dans
Source : CAF
RMI bénéficiaient de mesures l'une des sept villes les plus
d'intéressement destinées à leur peuplées de Bretagne, qui
faciliter le retour à l'emploi. Ces regroupent 22 % de la popula-
mesures ont concerné près d'un tion régionale. Dans l’ensemble
allocataire sur six en 2001. de ces villes, 37 habitants surÉvolution du nombre de bénéficiaires du RMI
mille sont couverts par leBretagne-France (Indice 100 en 1990)
dispositif du RMI (bénéficiaires
Une baisse300 et personnes à charge), contre
très largement répartie
17 pour mille dans l'ensembleFRANCE
250 de la région. Cette proportion
En 2001, le nombre de bénéfi- varie de 52 ‰ à Saint-Brieuc à
29 ‰ à Vannes. Dans les autres200 ciaires du RMI a baissé dans les
BRETAGNE deux tiers des cantons bretons. grandes communes, la propor-
La diminution est particulière- tion est souvent beaucoup plus150
faible, à l'exception de Lanesterment forte à Rennes ( - 361
allocataires, soit - 9 % en un an) (44 pour mille habitants) et100
et Saint-Malo (66 allocataires surtout Morlaix (plus de 55 ‰)
et Guingamp (60 ‰). L'attraitau titre du RMI en moins, soit
50
- 7 %). A l'inverse, dans une de la ville-centre
cinquantaine de cantons, le d'agglomération pour les
0 bénéficiaires du RMI repose surnombre de bénéficiaires du RMI
1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002
a légèrement augmenté. La la conjonction de plusieurs
Source : CAF facteurs, comme la localisationhausse est maximale dans les
du parc HLM et du collectifcantons d'Auray et de Vannes
(17 bénéficiaires). privé locatif, la présence des
services sociaux… De plus, la
ville-centre est souvent le pôleÉvolution du nombre de chômeurs de catégorie 1* Davantage
d'emploi du territoire ; les
recherchant un emploi depuis plus d’un an par département de bénéficiaires du RMI personnes à la recherche d'un
16 000 dans le Finistère travail sont donc naturellement
amenées à s'en rapprocher.14 000
La population couverte par ce A l’inverse, le dispositif occupe
12 000 ILLE-ET-VILAINE dispositif, qui inclut les une place très marginale dans
FINISTÈRE bénéficiaires et les personnes à l'espace périurbain, et
10 000
charge, s'élève à 50 900 concerne souvent moins de 10
MORBIHAN8 000 personnes en Bretagne, soit habitants sur mille. C'est
17 pour mille habitants. Cette particulièrement net en
6 000 proportion est nettement périphérie de Rennes, Brest et
inférieure à la moyenne de Vannes, traduction notamment4 000
CÔTES-D'ARMOR métropole du fait notamment du dynamisme économique de
2 000 ces espaces. Cependant, dansd'un taux de chômage inférieur
à la moyenne nationale, d'une les cantons périurbains où le
0
part importante de la popula- parc social est assez développé,1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001
tion qui vit dans l'espace à la proportion d'habitants
Source : ANPE, DARES dominante rurale et d'une large percevant le RMI est plus forte ;
*Les chômeurs de catégorie 1 sont des personnes sans emploi immédiatement
prédominance des personnes c'est le cas autour de Lorient-
disponibles, tenues d’accomplir des actes positifs de recherche d’emploi,
sans conjoint ni enfants à Lanester (Hennebont...) età la recherche d’un emploi à durée indéterminée à temps plein.
2 INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 76 - septembre 2002
en nombre
en nombreDinan (Lehon, Lanvalay...). le leur permet, c'est à dire ans. Ce constat peut être pour les personnes de plus de
L'espace rural est partagé. A après 25 ans. Les moins de 25 rapproché de l'amélioration 50 ans. Par ailleurs, 64 % des
ans sont peu présents dans le moins favorable du marché du allocataires de plus de 50 ansl'est d'une ligne allant de
dispositif (près de 800), en travail des demandeurs disposent du RMI sansPaimpol à Quiberon, la
raison de la condition de d'emploi de longue durée interruption depuis plus de 3proportion de la population
couverte par le RMI est charge d'enfant posée pour entre 1998 et 2001 : baisse de ans, alors que la proportion est
l'ouverture des droits (nais- 29 %, contre 46 % pour les de 42 % pour les bénéficiairesmodeste, souvent proche des
sance attendue ou enfant à plus jeunes. Il est toujours plus plus jeunes. Or, les possibilitésmoyennes du périurbain. Par
contre, à l'ouest de la région, charge). difficile de trouver un emploi d'insertion professionnelle
cette proportion est plus forte. Parmi les allocataires au titre
Part de la population couverte par le dispositif
Elle dépasse 22 ‰ à Belle-Isle du RMI, 5 200 ont 50 ans ou
du RMI en décembre 2001 - niveau cantonal
en Terre, Carhaix-Plouguer, plus en 2001, soit 19 % de
Sizun et Gourin, et atteint l'ensemble des bénéficiaires.
presque 26 ‰ à Huelgoat. Le Les plus de 60 ans sont rares,
nombre de bénéficiaires du d'autres droits (retraites) ou
RMI s'est accru légèrement minima sociaux (minimum
1
dans les cantons situés à l'écart vieillesse) se substituant alors
des principales voies de souvent au RMI.
communication et qui ont Par ailleurs, le nombre de
connu un recul sensible de RMIstes de 50 ans ou plus a
l'activité économique au cours légèrement augmenté entre
Pour mille habitants
des vingt dernières années. 2000 et 2001, contrairement
30Dans ces espaces peu peuplés, aux autres tranches d'âge, et
20 Bretagne 17,2
les fortes proportions concer- notamment aux moins de 40 10 Source : CAF
nent cependant un nombre © IGN - INSEE 2000
limité de bénéficiaires du RMI,
par exemple 75 pour le canton
d'Huelgoat.
Enfin, la proportion d'habitants
Bénéficiaires du RMI et population couverte au 31 décembre 2001couverts par le dispositif du
RMI est plus élevée que la Bénéficiaires Population couverte Population Part de la population
moyenne régionale le long du du RMI par le dispositif estimée couverte par le RMI
littoral et notamment dans les (en ‰)
cantons les plus peuplés : elle
dépasse 20 pour mille à 17,4Côtes-d’Armor 5 172 9 600 547 694
Dinard, Paimpol, Lannion,
19,6Finistère 9 579 16 926 861 108Douarnenez, Quimperlé et
Concarneau.
7 094 12 998 894 282 14,4Ille-et-Vilaine
6 226 11 382 654 077 17,7Morbihan
Un bénéficiaire
sur quatre a entre Bretagne 17,228 071 50 906 2 957 161
25 et 30 ans
Source : CAF, INSEE
Sur les 28 000 bénéficiaires du
RMI gérés par les CAF au 31
décembre 2001, 56 % ont
Bénéficiaires du RMI et population couverte dans les sept villes les plus peuplées
moins de 40 ans. Les 25-30 ans
de Bretagne au 31 décembre 2001
sont particulièrement nom-
Part Évolution du nombreBénéficiaires Populationbreux, c'est la classe d'âge la
de la population de bénéficiaires du RMIdu RMI couverteplus représentée parmi
couverte par le RMI entre 2000 et 2001par le dispositifl'ensemble des allocataires au
(en ‰) (en %)titre du RMI (près d'un sur
quatre). Ce constat s'explique
Rennes 3 572 6 623 31,7 -9,2en partie par les difficultés
6 082 40,5rencontrées lors de l'entrée sur Brest 3 351 0,1
le marché du travail. N'arrivant Lorient 1 513 2 855 48,3 -3,1
pas à obtenir un premier
Saint-Brieuc 1 272 2 427 52,2 -0,6
emploi, ou subissant de
1 229 2 120 32,9 -1,5Quimperlongues périodes de non-
emploi, une partie des jeunes Vannes 836 1 567 29,2 2,1
ne perçoit pas d'allocation- Saint-Malo 810 1 529 29,7 -7,5
chômage. Ils se tournent donc
Source : CAF
vers le RMI dès que le dispositif
1: Le minimum vieillesse est versé à
partir de 65 ans sauf invalidité qui
ouvre le droit à 60 ans.
3 INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 76 - septembre 2002Nombre de bénéficiaires du RMI selon l’âgediminuent avec la durée de parmi les allocataires au titre
présence dans le dispositif. du RMI que dans l'ensemble 2100
Une étude nationale montre des ménages, traduction de la
que même si aucun phéno- fragilité économique et sociale 1800
1999mène de découragement n'a qui accompagne souvent cette
1500été mis en évidence, les situation familiale. 2000
chômeurs bénéficiant du RMI Enfin, les couples sans enfant
20011200
tendent à relâcher un peu leur sont peu nombreux.
effort de recherche avec Le dispositif du RMI couvre 900
l'ancienneté dans le dispositif. près de 51 000 personnes :
600Ces anciens allocataires 28 000 bénéficiaires et 23 000
utilisent moins de canaux pour membres de leur famille
300rechercher un emploi ; ils sont (enfants, conjoint et autres
notamment moins nombreux à personnes à charge au sens des 0
effectuer des démarches prestations sociales). Le ratio 15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 65 70
directes auprès des âgepopulation cou-
employeurs, ou à recourir aux verte/allocataires est de 1,81, Source : CAF
petites annonces. inférieur au niveau national
(1,94 en France de métropole
Beaucoup en juin 2001) : il y a en effet
de bénéficiaires du RMI plus de personnes seules et
vivent sans conjoint moins de familles en Bretagne
Nombre de bénéficiaires du RMI
ni enfants que dans la moyenne des
selon la situation familialeautres régions françaises. Ce
20 000Près de 63 % des bénéficiaires, ratio varie de 1,7 dans le
soit 18 000 personnes, vivent Finistère Sud, à 1,85 dans les 18 000
Côtes-d'Armor. Dans cesans conjoint ni enfant de 16 000
moins de 25 ans. Cette département, les familles avec
14 000
proportion, stable depuis enfants sont plus fréquentes et
12 000 20001999, est parmi les plus 34,7 % des allocataires font
2001
10 000élevées des régions françaises. partie d’une famille avec
Il ne faut pas pour autant enfant (monoparents ou 8 000
conclure que ces bénéficiaires couples), c'est deux points de 6 000
vivent seuls. En effet, au niveau plus que la moyenne régio-
4 000
national, la moitié des nale.
2 000
allocataires au titre du RMI
0considérés administrativement Un noyau dur Couples CouplesIsolés Monoparents Couples
sans enfantcomme « isolés » habitent en 1 ou 2 enfants 3 enfantsd'un millier d'allocataires
ou plusfait avec d'autres personnes,
Le nombre des bénéficiairessouvent des ascendants ou Source : CAF
descendants de plus de 25 ans. diminue fortement avec
Près de deux « isolés » sur trois l'ancienneté de l'ouverture des
droits. Ainsi, 7 300 perçoiventsont des hommes.
Les autres allocataires sont le RMI depuis moins d'un an,
surtout des familles avec 11 700 (soit 41 % des bénéfi-
ciaires) le perçoivent depuisenfants, notamment monopa- Nombre de bénéficiaires du RMI au 31 décembre 2001
rentales. Le RMI vient ici moins de 2 ans... et 1 000 selon l’ancienneté de l’ouverture des droits
souvent relayer l'allocation de bénéficiaires perçoivent le
moins d'un anRMI sans interruption depuisparent isolé (API), autre
1 à moins de 2minimum social qui s'adresse 1989, soit une ancienneté
2 à moins de 3aux familles monoparentales, supérieure à 12 ans. Ils
3 à moins de 4et dont les conditions représentent 3,7 % de
4 à moins de 5d'attribution sont limitées dans l'ensemble des bénéficiaires.
5 à moins de 6Cependant, les entrées et lesle temps (voir page 5). En 2000
6 à moins de 7et 2001 environ 800 nouveaux sorties du dispositif ne sont pas
7 à moins de 8allocataires du RMI perce- comptabilisées et un certain
8 à moins de 9nombre de bénéficiaires ont puvaient l'API l'année précé-
9 à moins de 10dente. A l'inverse près de 450 percevoir le RMI à une ou
10 à moins de 11allocataires passent chaque plusieurs reprises dans le
11 à moins de 12passé, la précarité étant parannée du RMI à l'API. Ces
12 ans et plusfamilles sont d'ailleurs définition une situation
beaucoup plus présentes instable. 0 1 000 2 000 3 000 4 000 5 000 6 000 7 000 8 000
Source : CAF
4 INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 76 - septembre 2002
en nombrePlus de 343 millions d'euros versés en 2001 par les CAF de Bretagne
au titre du RMI, de L'API et de L'AAH
Au 31 décembre 2001, 5 100 l'allocation aux adultes principales villes bretonnes, est bien entendu beaucoup plus
allocataires CAF perçoivent handicapés (AAH) en Bretagne, contre 45 % pour le RMI et l'API. forte ; plus de 100 pour mille à
l'allocation de parent isolé soit 1000 de plus en un an Dans ces villes, 16 700 Moncontour, 67 pour mille à
(API), soit presqu'autant qu'en personnes sont couvertes par le Plouguernevel et Minihy-(+ 3 %). Cette hausse concerne
1999 et 2000. Les bénéficiaires tous les départements, et surtout dispositif (allocataires et ayant Tréguier. Les allocataires au titre
sont en grande majorité des le Morbihan et le Finistère droits), soit 26 habitants sur de l'AAH sont relativement âgé :
jeunes femmes. 54 % ont entre (+ 4 % ). Les allocataires au titre 1000. Cette proportion varie 27 % ont entre 40 et 49 ans, et
25 et 39 ans, et 37 % ont moins assez peu, de 23 ‰ à Vannes et 31 % ont 50 ans ou plus. Cettede l'AAH sont moins regroupés
de 20 ans. Les mesures dans les centres urbains que Saint-Malo, à 32 ‰ à Quimper. allocation concerne surtout des
d’intéresse-ment ont concerné ceux des deux autres minima Par contre, dans les communes personnes qui vivent sans
seulement 374 allocataires sociaux gérés par les CAF : 32 % où sont localisés des conjoint ni enfant (71 % des
bretons (7,3 % des bénéficiai- établissements spécialisés, elle bénéficiaires).habitent dans une des sept
res). Au même titre que le RMI,
Bénéficiaires, population couverte et masses financières verséesla place de l'API est plus forte
par les CAF de Bretagne au titre du RMI, de l’API et de l’AAH au 31 décembre 2001dans les villes centre
d’agglomération : 45 % des MassesNombre Population
bénéficiaires résident dans une financièresde bénéficiaires couverte
des 7 communes les plus versées en 2001
peuplées de Bretagne qui (en euros)
regroupent 22 % de la popula-
Revenu Minimumtion régionale. 120 118 55028 071 50 906
d’InsertionEn prenant en compte les
allocataires, leurs conjoint et Allocation 22 158 3755 114 13 871
enfants à charge, près de 14 000 de Parent Isolé
personnes sont couvertes par Allocation
200 845 92036 284 53 926l'API en décembre 2001, soit un aux adultes handicapés
peu moins de cinq habitants en
Total des minima sociauxBretagne sur mille. 69 469 343 122 845118 703versés par les CAFA cette même date, 36 300
personnes perçoivent
Source : CAF
Bénéficiaires et population couverte par l’API et l’AAH au 31 décembre 2001
Population Population Part de la populationBénéficiaires Bénéficiaires
de l’API couverte de l’AAH couverte couverte par l’AAH
par l’API par l’AAH (en ‰)
19,8Côtes-d’Armor 1 002 2 746 7 447 10 866
19,5Finistère 1 502 3 975 11 056 16 812
16,4Ille-et-Vilaine 1 455 4 018 9 839 14 707
17,6Morbihan 1 155 3 132 7 942 11 541
Bretagne 18,25 114 13 871 36 284 53 926
Source : CAF, INSEE
L'allocation de parent isolé limitée : un an s'il n'y a pas minimum s'élevait à 502,32 incapacité permanente. Elle est
(API) a été instituée par la loi du d'enfant de moins de 3 ans, ou euros par mois pour une femme attribuée pour un an minimum
bien jusqu'au troisième enceinte et à 669,71 euros pour sur avis de la Commission9 juillet 1976. C'est une
anniversaire de l'enfant le plus une personne avec un enfant ; la technique d'orientation et deprestation destinée à assurer un
jeune. Un système majoration était de 167,39 euros reclassement professionnelrevenu minimum aux parents
isolés d'enfants de moins de 3 d'intéressement similaire à celui par enfant supplémentaire à (COTOREP), et versée par les
du RMI est appliqué à l'API en charge. CAF, les caisses de la MSA et duans (ou femmes enceintes) et aux
cas de reprise d'activité régime minier. L'AAH est uneparents en situation d'isolement
professionnelle. L'API est versée L'allocation aux adultes prestation individualisée dont lerécent (séparation, divorce,
décès du conjoint). par les caisses d'allocations handicapés (AAH) a été créée le montant est fixé pour un an. Elle
L'API est une allocation familiales et la mutualité sociale 30 juin 1975 par une des assure un minimum social et
agricole. Dans cet article, seuls peut se cumuler avec un revenudifférentielle qui complète les dispositions de la loi
les bénéficiaires de l'API versée du travail. Un couple peutrevenus (y compris les d'orientation en faveur des
prestations sociales) jusqu'à un par les CAF sont pris en compte handicapés. C'est une prestation recevoir deux aides pour
plafond considéré comme un (en 1999, en Bretagne, 99 % des sociale destinée à assurer un handicapés.
bénéficiaires de l'API). En 2001, En 2001, l'AAH s'élevait àrevenu familial minimum. Elle minimum de revenu aux
le montant du revenu familial 557,12 euros par mois.est accordée pour une durée personnes qui présentent une
5 INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 76 - septembre 2002Le revenu minimum d'insertion (RMI) a été créé par la loi du 1er pris en compte : ils représentaient en 2000, 96,6 % des
décembre 1988, complétée par la loi du 29 juillet 1992. Il a un bénéficiaires du RMI en Bretagne.
triple objectif : garantir un revenu minimum, permettre l'accès à
des droits sociaux et aider à l'insertion sociale et professionnelle.
Le RMI est versé par les caisses d'allocations familiales ou de
mutualité sociale agricole aux personnes - résidant en France -
dont le revenu n'excède pas un certain plafond. Ces bénéficiaires
doivent aussi avoir au moins 25 ans, ou assumer la charge d'un Nota : La protection sociale du risque emploi associe deux
enfant ou en attendre un. L'allocation est égale à la différence logiques en France. L'une assurantielle qui permet, sous certaines
entre le plafond calculé selon la composition familiale et conditions aux personnes qui ont travaillé et qui se retrouvent au
l'ensemble des ressources du foyer. En 2001, le RMI s'élevait à chômage de percevoir une allocation pendant un nombre de mois
397,66 euros par mois pour une personne seule et à 835,09 euros fonction du temps travaillé. L'autre basée sur la solidarité, permet
pour un couple avec 2 enfants. Il est ensuite majoré par enfant aux chômeurs arrivés en fin de droits de bénéficier de l'allocation
selon la composition de la famille. Pour faciliter la reprise de solidarité spécifique sous certaines conditions, notamment de
d'activité des allocataires, des mesures d'intéressement sont pouvoir justifier de 5 ans d'activité salariée dans les 10 ans
appliquées : elles permettent le cumul pendant une durée limitée précédant la perte d'emploi. Lorsque cette dernière condition
du RMI et des revenus d'une nouvelle activité professionnelle. n'est pas remplie, un chômeur arrivé en fin de droit à l'assurance
Dans cette étude, seuls les allocataires dépendant des CAF sont chômage entre souvent dans le dispositif du RMI.
Pour en savoir plus
-"Les moins de 30 ans bénéficiaires de minima sociaux", Isabelle AMROUNI, CNAF, Recherches et prévisions n° 60, Juin 2000 - p.125-129.
-"Les allocataires du RMI inscrits durablement dans le dispositif", Nathalie BLANPAIN, CNAF, recherches et prévisions n°61, Septembre
2000 - p.75-83.
-"Opinions sur la politique des prestations familiales et sur le RMI", Patricia CROUTTE & Georges HATCHUEL (CREDOC), CNAF, Dossier
d'études n°4, Janvier 2000.
-"La population allocataire à bas revenus", François BIHLER, Réseau PERSPICAF, CNAF, Dossiers d'études n° 23, Août 2001 - 69 p.
-"Les allocataires des minima sociaux en 2000", Dominique DEMAILLY avec la collaboration d’Elisabeth ALGAVA et Christelle GILLES,
DREES, Etudes et résultats n° 148, Décembre 2001 - 12 p.
-"Recherche d'emploi et insertion professionnelle des allocataires du RMI", Laurence Rioux, Economie et Statistiques n°346-347, 2001 -
p.13-32.
-"Les allocataires du RMI ; moins d'isolés au sens familial et social que dans la statistique administrative", Bertrand Lhommeau, Economie et
Statistiques n°346-347, juin-juillet 2001;- p.33-52.
-”Plus de la moitié des sorties du RMI se font grâce à l'emploi". Cédric AFSA et Daniel GUILLEMOT, Division condition de vie des ménages,
Insee Première n°632, février 1999 - 4 p.
INSEE Bretagne Directeur de la Publication :
36, place du Colombier CS 94439 Jean-Jacques MALPOT
35044 RENNES Cedex
Rédactrice en chef :
Tél. : 02 99 29 33 33 Fax : 02 99 29 30 90
Micheline TESSIER
Pour tout renseignement :
Composition :Bureau d’information - Tél. : 02 99 29 33 66
Éric MONTEIL
© INSEE 2002 Dépôt légal : 3ème trimestre 2002
Ont participé à la rédaction :Imprimerie : Média Graphic - Rennes
Laurent DI CARLO de l’INSEE,
Gérard BIDEAU, Andrée JOLY-PICARD, Catherine OGIER,
François LAURAS et Pierre LEDUC des CAF de Bretagne.
6 INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 76 - septembre 2002

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.