Les dispositifs de la politique de l'emploi en 2001 : Forte augmentation des contrats "emploi consolidé"

Publié par

Malgré l'amélioration de la situation économique, il apparait que certaines catégories de demandeurs d'emploi sont vulnérables sur le mar ché du travail et présentent de véritables difficultés d'insertion à moyen terme. Il s'agit notamment des demandeurs d'emploi de longue durée, des bénéficiaires de RMI,des femmes et des travailleurs handicapés.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 30
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins

LES DISPOSITIFS DE LA POLITIQUE DE L’EMPLOI EN 2001
Forte augmentation des contrats «emploi consolidé»
Damien BARTHÉLÉMY - Direction régionale du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle (DRTEFP)
(CEC), dont l’accès a été facilité par la loi nacées d’exclusion en raison d’uneMalgré l’amélioration de la
de lutte contre les exclusions, sont desti longue période de chômage.-
situation économique, il
nés à offrir une solution durable aux chô 2 886 personnes ont été embau- -
apparaît que certaines meurs de longue durée. C’est une chées grâce à ce dispositif en 2001, dont
mesure en constante augmentation : 45% étaient des demandeurs d’emploicatégories de demandeurs
+17% en 2000, +28% en 2001. de plus de 2 ans d’ancienneté, 19%
d’emploi sont vulnérables sur le Comme pour les CES, les femmes re étaient des Rmistes et 13% des travail- -
présentent presque les deux tiers des leurs handicapés.marché du travail et présentent
bénéficiaires des CEC, 62% sont des de Les stages d’accès à l’entreprise-de véritables difficultés
mandeurs d’emploi depuis plus de deux (SAE) ont pour objectif d’apporter aux
d’insertion à moyen terme. Il ans et 24% sont des Rmistes. demandeurs d’emploi les compétences
Le stage d’insertion et de formation à professionnelles leur permettant d’accé-s’agit notamment des
l’emploi (SIFE) sous la forme de stage der à une offre d’emploi déposée à
demandeurs d’emploi de longue
collectif ou individuel, est une mesure l’ANPE (l’employeur s’engageant à les
durée, des bénéficiaires de RMI, spécifiquement adaptée aux publics les embaucher à l’issue de leur formation)
plus éloignés de l’emploi âgés de plus de ou aux salariés, le complément de forma-des femmes et des travailleurs
25 ans, pour lesquels une composante tion nécessaire pour accéder à un autre
handicapés. formation est nécessaire pour qu’ils puis poste dans l’entreprise.-
sent accéder à un emploi. En 2001, 616 personnes ont bénéfi-
our remédier aux risques d’exclu- En 2001, 3 515 personnes ont bénéfi cié de ce dispositif, 48% d’entre elles-Psion qui pèsent sur certaines ca- cié d’un SIFE collectif, soit 32% de moins concernent des femmes et 10% des chô-
tégories de population, la politique de qu’en 2000 et 825 personnes d’un SIFE meurs de plus de 2 ans d’ancienneté.
l’emploi du gouvernement s’appuie sur individuel, soit 33% de moins qu’en 2000. Les formations en alternance pro-
six mesures principales, dont les crédits 58% des stagiaires des SIFE collectifs gressent globalement de 9,2% en 2001
sont globalisés, qui sont : sont des demandeurs d’emploi inscrits après une hausse de 10,9% en 2000.
- les contrats «initiative emploi» (CIE), depuis plus de deux ans à l’ANPE, contre Ainsi, le nombre de contrats de qualifica-
- les contrats «emploi solidarité» (CES) 46% en 2000. tion jeunes atteint 3 900 entrées en 2001
et leur prolongation, En 2001, comme en 2000, les bénéfi (+230 contrats en un an) et celui des-
- les contrats «emploi consolidé» (CEC), ciaires des SIFE collectifs sont majoritai contrats d’adaptation, 2 270 (+90 con- -
- les stages d’insertion et de formation à rement des femmes (57%). Quant aux trats en un an).
l’emploi (SIFE) collectifs ou individuels bénéficiaires du RMI et aux handicapés, Enfin, les contrats d’apprentissage,
auxquels il convient d’ajouter les stages ils représentent respectivement 26 et dont le nombre est en constante aug-
d’accès à l’entreprise. 21% des entrées. mentation (8 840 entrées en 2001), re-
Malgré une baisse du nombre des Mis en œuvre en 1995, le contrat ini présentent 57% des contrats en-
contrats «emploi solidarité» (CES), ce tiative emploi (CIE) est destiné à favori alternance et ont enregistré une nouvelle-
dispositif apparaît comme la princi- ser la réinsertion durable dans le monde augmentation en 2001 (+10%) atteignant
pale mesure de lutte contre le chô- du travail des personnes exclues ou me ainsi un niveau record-
mage et l’exclusion. En 2001, en
Haute-Normandie, près de 9 500 per-
LES MESURES DE LUTTE CONTRE LE CHÔMAGE DE LONGUE DURÉE EN 2001
sonnes ont bénéficié de ce type de con-
SIFE SIFE
trat de travail - à temps partiel et à durée collectif individuel SAE CIE CES* CEC* Total
déterminée - du secteur non marchand - Eure 526 186 147 798 2 861 1 260 5 778
soit moins qu’en 1999 (-3 500). La moitié Seine-Maritime 2 989 639 469 2 088 6 658 3 285 16 128
des entrées en CES concerne des chô Haute-Normandie 3 515 825 616 2 886 9 519 4 545 21 906-
meurs de longue durée de plus de deux Dont (en %) :
Chômeurs de deux ans et plus 58 21 10 45 52 62ans, deux entrées sur cinq concernent
Jeunes de moins de 26 ans 1 1 40 16 17 7
des bénéficiaires du RMI. En 2001, Femmes 57 44 48 41 63 64
Rmistes 26 20 4 19 43 24comme en 2000, les bénéficiaires des
Travailleurs handicapés 21 15 5 18 10 13
CES sont majoritairement des femmes.
Sources : CNASEA, DDTEFP, ANPE Unités : nombre brut, %
Les contrats «emploi consolidé» * Nouvelles entrées plus avenants
CAHIER D’AVAL n° 61 - Juillet 2002 13

EMPLOI
CHÔMAGE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.