Les écarts de salaires entre hommes et femmes : des differences notables, même à profil identique

De
Publié par

En 2004, avec un salaire horaire brut moyen de 12,33 euros, les femmes salariées dans les établissements champardennais perçoivent 15,4 % de moins que leurs homologues masculins. Cet écart s’explique en partie par des différences de structures entre l’emploi masculin et l’emploi féminin. Cependant, à âge, catégorie socioprofessionnelle, condition d’emploi, secteur d’activité, lieu de travail et taille d’établissement identiques, le salaire d’une femme reste inférieur de 9 % à celui d’un homme. Cet écart est un peu plus élevé que dans l’ensemble de la France de province. Sommaire Moins de femmes dans les professions et les secteurs les plus rémunérateurs L’âge : un autre facteur déterminant du niveau de rémunération Même à profil identique, les écarts de salaires subsistent Moins de femmes dans les professions et les secteurs les plus rémunérateurs L’âge : un autre facteur déterminant du niveau de rémunération Même à profil identique, les écarts de salaires subsistent
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 30
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

INSEE
FLASH
CHAMPAGNE-ARDENNE
Nº 76 - Mars 2007
es écarts de salaires entre hommes et femmesL
Des différences notables, même à profil identique
parheurecontreplusde22eurospourles10%deshommesEn 2004, avec un salaire horaire brut moyen de
les mieux rémunérés.12,33euros,lesfemmessalariéesdanslesétablis-
La différence de salaire entre les hommes et les femmes
sements champardennais perçoivent 15,4 % de
s’observedanschaquedépartement.LaMarneoffredessalaires
moinsqueleurshomologuesmasculins.Cetécart plusélevésenmoyenne(14,33eurosbrutdel’heure)queceux
s’explique en partie par des différences de struc- de la région et même supérieurs à ceux de la France de
province. Les rémunérations plus fortes dans le secteur de laturesentrel’emploimasculinetl’emploiféminin.
champagnisation n’expliquent pourtant pas cette situation.Cependant,àâge,catégoriesocioprofessionnelle,
conditiond’emploi,secteurd’activité,lieudetra-
Dispersion du salaire horaire brut en euros
vail et taille d’établissement identiques, le salaire
d’une femme reste inférieur de9%à celui d’un 25
homme. Cet écart est un peu plus élevé que dans
l’ensemble de la France de province.
20
1EnChampagne-Ardenne,lesfemmessalariées perçoivent
en moyenne un salaire horaire brut de 12,33 euros, soit
1515,4 % de moins que celui des hommes qui s’élève à 14,57
euros. L’écart de rémunération entre les femmes et les
hommes, constaté dans toutes les régions, est moins
important en Champagne-Ardenne qu’en moyenne France
10de province (16,4 %).
En raison principalement du plancher du SMIC, les bas
salairesdiffèrentpeuentreleshommesetlesfemmes.Les
10 % des Champardennaises les moins bien payées ont
5
perçuunsalairehoraireinférieurà8,15eurosetles10%
Ardennes Aube Marne Haute- Champagne- France de
d’hommesdanscettesituation,unsalaireinférieurà8,88 Marne Ardenne province
eeuros, soit un écart de 8,2 %. En revanche, pour les hauts 9 décile
Femmes Moyennesalaires,lesécartsderémunérationsentrelessexessontdeux
MédianeHommes
erfois plus importants, les postes à forte rémunération étant 1 décile
plussouventoccupéspardeshommes.Les10%desfemmes
les mieux rémunérées perçoivent plus de 18,12 euros brut Source : Insee - DADS 2004
Note de lecture : le salaire médian partage les salariés en deux ensembles de
même effectif. Dans la Marne, la moitié des femmes gagnent moins de 11,361 euros de l'heure et l'autre moitié plus de 11,36 euros.Dessecteursmarchands,delafonctionpubliquehospitalièreetdesasso-
Dans la Marne, 10% des femmes salariées les moins rémunérées gagnent moins
erde 8,25 euros de l'heure (1 décile) et les 10% des femmes les mieux rémunéréesciations (voir encadré sur le champ de l’étude).
egagnent plus de 19,02 euros (9 décile).
Insee Flash Champagne-Ardenne n° 76Horschampagnisation,lesalairemoyenestencoresupérieur
Le champ de l’étude
à la moyenne de province. Si les salariées marnaises ont la
L’étudeportesurlessalariésdessecteursmarchandsdel’industrie,de
rémunération moyenne la plus élevée des quatre
laconstruction,ducommerceetdesservices(champICS),ainsiquesur
départements(12,87euros),ellesgagnentenmoyenne16% les salariés de la fonction publique hospitalière, des entreprises
demoinsqueleurshomologuesmasculinsmarnais.Dansles
semi-publiques (établissements publics administratifs, établissements
Ardennes, l’Aube et la Haute-Marne, les salaires moyens, publics industriels et commerciaux, entreprises publiques, entreprises
hommesetfemmesconfondus,sont inférieursàlamoyenne à capitaux publics) et des associations.
régionale. Les écarts de salaires entre les sexes sont plus L’étude exclut :
faibles dans les Ardennes (14,6 %) et surtout dans la - les agents de l’État titulaires ou non ;
Haute-Marne (13,5 %). Ils sont un peu plus élevés dans - les collectivités territoriales ;
l’Aube (16,1 %). - les services domestiques ;
- les activités extra-territoriales ;
- les établissements implantés à l’étranger employant des salariés qui
Moins de femmes dans les professions relèventdelasécuritésocialefrançaise,maisexerçantleuractivitéhors
de France.et les secteurs les plus rémunérateurs
Enraisondeleursparticularités,lesapprentis,lesstagiaires,lesemplois
aidés et les chefs d’entreprise salariés ne sont pas pris en compte. En
Les écarts de rémunérations s’expliquent, en partie, par les
2004, l’étude porte, pour la Champagne-Ardenne, sur 458 707 postes
différencesdestructuresentrel’emploimasculinetl’emploi
de travail salarié.
féminin.Lacatégoriesocioprofessionnelleconstitueleprin-
cipal déterminant des écarts de salaires. Les femmes sont
s’écarte du salaire des femmes. Ainsi, les 10 % des hommesplus présentes dans les professions où les salaires sont plus
cadres les mieux rémunérés perçoivent plus de 44,90 eurosfaibles.Lestroisquartsdesemployéssontdesfemmes,mais
brutsparheure,contreseulement34,75eurospourlesfem-les salaires dans cette catégorie sont particulièrement peu
mes.élevés (10,85 euros bruts de l’heure). De même, la propor-
Le secteur d’activité explique aussi les écarts de salairestion de femmes est plus importante parmi les ouvriers non
entre les femmes et les hommes. Les secteurs les plus rému-qualifiés(35,5%)queparmilesouvriersqualifiés(10%).Le
nérateurs sont souvent moins féminisés. C’est le cas notam-salaire horaire brut moyen d’un ouvrier qualifié champar-
ment de l’énergie où le salaire brut horaire moyen atteintdennais atteint 11,99 euros contre seulement 10,30 euros
18,22 euros, mais où les femmes occupent moins de 18 %pour un ouvrier non qualifié.
des postes. La situation est semblable dans plusieurs autresEnrevanche,lesfemmessontmoinssouventprésentesdans
secteurs industriels : la champagnisation, l’industrie auto-les catégories les plus rémunératrices. Elles occupent 30 %
mobileet,dansunemoindremesure,lesindustriesdesbiensdes postes de cadres, mais 42 % de l’ensemble des emplois
d’équipement. A l’inverse, les femmes sont plus présenteschampardennais. En Champagne-Ardenne, une femme
cadreperçoitunsalairehorairebrutde21%inférieuràcelui
Taux de féminisation par secteur d’activitéd’un homme cadre. Par ailleurs, plus on monte dans
l’échelle des rémunérations, plus le salaire des hommes
Moyenne tous secteurs
ConstructionSalaire horaire brut moyen en euros
selon la catégorie socioprofessionnelle Industrie automobile
TransportsToutes professions confondues
Energie
30
tInd. des biens d'équip
25 Ind. des biens
Ouvriers intermédiaires
sesnon qualifiés 20 Cadres Services aux ent
intérimaires
15
Champagnisation
Autres ind. agric. et alim.
5 Commerce
0
Ind. des biens de consom.
Activités immobilières
sesServ. aux ent
hors intérimaires
Services aux particuliers
Ouvriers
qualifiés Activités financières
AdministrationProfessions
intermédiaires Éducation, santé,
action sociale
%
Femmes 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
Hommes Employés
Femmes Hommes
Source : Insee - DADS 2004 Source : Insee - DADS 2004
Insee Flash Champagne-Ardenne n° 76dansdessecteursoùlessalairessontrelativementfaibles.Le Letravailàtempspartielpénaliseaussilesfemmes.Unsala-
secteur des services aux particuliers qui est le moins rému- rié à temps complet est mieux rémunéré qu’un salarié à
nérateur (10,84 euros bruts de l’heure) emploie 58 % de temps partiel (13,95 euros bruts de l’heure contre 12,01 eu-
femmes. ros). Or, les deux tiers des postes à temps partiel sont occu-
Quand les femmes travaillent dans des secteurs plus rému- pés par des femmes contre seulement 35 % des postes à
nérateurs,ellessontpénaliséespardesécartsdesalairesplus tempscomplet.Ceteffetseconjugueaveclesautrescaracté-
importants.C’estlecasdesactivitésfinancièresetdel’admi- ristiques, les postes à haute responsabilité étant rarement à
nistration de la fonction publique hospitalière (regroupée temps partiel.
dans la nomenclature d’activités avec les associations). Latailledesétablissementsemployeursaégalementunein-
Alorsquelesfemmesoccupentplusde60%despostesdans cidence sur les niveaux de salaires. En Cham-
le secteur des activités financières, elles gagnent en pagne-Ardenne, les établissements de plus de 250 salariés
moyenne30%demoinsqueleshommes.Lesfemmesprofi- offrent un salaire horaire brut moyen de 20 % supérieur à
tent par conséquent assez peu de leur forte présence dans cellesdemoinsde10salariés.Or,lesfemmessontpluspré-
ces secteurs. sentesdanslesgrandesunitésquedanslespetites.L’effetde
la taille de l’établissement n’est donc pas déterminant pour
Salaire horaire brut moyen en euros l’analyse des écarts de salaires entre hommes et femmes.
selon le secteur d’activité
Moyenne tous secteurs
Même à profil identique, les écarts
Champagnisation
de salaires subsistent
Energie
Activités financières
De nombreux effets de structure influent donc sur les écartsIndustrie automobile
desalairesentreleshommesetlesfemmes.Cesdifférentsef-
Administration
fets ne sont néanmoins pas indépendants les uns des autres.
t
Ind. des biens d'équip
La forte proportion de femmes occupant des postes à temps
Ind. des biens de consomm° partiel, condition d’emploi peu compatible avec de hautes
sesServ. aux ent responsabilités, explique en partie la faible présence fémi-
hors intérimaires
nineparmilescadres.Demême,leniveauélevédessalaires
Éducation, santé, action sociale
danscertainssecteurspeutêtredûà unepartimportantedes
Ind. des biens intermédiaires cadres.
Activités immobilières Pour isoler l’influence respective de ces différents facteurs,
on réalise une analyse « toutes choses égales par ailleurs ».
Autres ind. agric. et alim.
Cetteanalysecalculel’écartquisubsisteraitentrelessalaires
Construction
masculins et féminins si les profils des salariés et des sala-
Commerce riées (âge, catégorie socioprofessionnelle, condition d’em-
ploi) et des établissements dans lesquels ils et ellesTransports
ses travaillent (secteur d’activité, taille, département d’implan-
Services aux ent - intérimaires
tation) étaient les mêmes.
Services aux particuliers
Ainsi en 2004, à profil identique, les femmes perçoivent un
0 5 10 15 20 25 salairehorairebrutmoyeninférieurde9%àceluideshom-
mescontre15,4%initialement.Cetécartestlégèrementsu-
Source : Insee - DADS 2004
périeur à celui de la France de province, « toutes choses
égales par ailleurs » (8,2 %).
D’autreseffets,nonprisencomptedanslemodèle,peuventL’âge : un autre facteur déterminant
expliquer cet écart. Dans cette analyse, l’ancienneté des sa-du niveau de rémunération
lariésestestiméeparl’âge.Aâgeidentique,lesfemmes,qui
connaissent des interruptions de carrière plus fréquentes et
Les rémunérations féminines et masculines varient avec pluslonguesqueleshommes,ontdoncsouventmoinsd’ex-
l’âge.Enraisondeleuranciennetéetdeleurexpérience,les périence professionnelle. Ceci peut expliquer en partie
salariésâgéssontenmoyennemieuxrémunérésquelesjeu- l’augmentation avec l’âge des écarts de salaires entre les
nes. En Champagne-Ardenne, un salarié âgé de 56 ans ou sexes.
plusperçoitenmoyenne17,24eurosbrutsdel’heurecontre
10,28 euros pour un jeune âgé de 18 à 25 ans, soit 68 % de
plus. Les structures par âge entre hommes et femmes se res-
La notion de salaire utilisée
semblent, mais les femmes sont moins présentes parmi les
LessalariésretenussontceuxdontlelieudetravailestsituéenCham-
plusde55ans.Ellesnesontque38,7%dessalariésdecette
pagne-Ardenne, qu’ils habitent ou non dans la région.
classe d’âge alors que 42 % de l’ensemble des salariés sont
Le salaire étudié est le salaire brut qui correspond à l’intégralité des
desfemmes.Elles bénéficientdefaitmoinsqueleshommes
sommes perçues par le salarié au titre de son contrat de travail, avant
des salaires élevés de fin de carrière.
toutedéductiondecotisationsobligatoires.Ilintègrelesparticipations
Si le salaire des Champardennaises croît avec l’âge, il aug-
et l’intéressement.
mentebeaucoupmoinsvitequeceluidesChampardennais.
Afindepouvoiranalyserlesécartsdesalairesoffertsenannulantl’im-
L’écart de salaires entre les sexes est ainsi trois fois plus im- pact que pourraient avoir des durées de rémunérations différentes
portant pour la classe d’âges des 56 ans ou plus que pour
(tempspartielettempscomplet),l’étudeutiliselesalairebruthoraire.
celle des 18 à 25 ans.
Insee Flash Champagne-Ardenne n° 76Ces écarts résiduels proviennent également des différences
pouvant exister au sein d’une même catégorie socioprofes-
sionnelle, du type de contrat de travail ou du niveau de di-
plôme détenu par le salarié.
Olivier Diel
Lesfacteursquidéterminentlesniveauxdesalairebruthoraire-lesexe,l’âge,lacatégoriesocioprofessionnelleetlaconditiond’emploi
(tempspartieloutempscomplet)dusalariéainsiquelesecteurd’activité,latailleetledépartementd’implantationdel’établissementquile
rémunère-nesontpasindépendantslesunsdesautres.Lemodèleéconométrique«touteschoseségalesparailleurs»tientcomptedesin-
teractions qui peuvent exister entre ces différents facteurs et isole l’effet spécifique de chacun sur le salaire.
L’expression«touteschoseségalesparailleurs»estcependantabusive.D’autrescaractéristiquesdessalariés,tellesl’ancienneté,lesinter-
ruptionsdecarrière,letypedecontrat(CDI,CDD...)ouleniveaudediplôme,interviennentsurleniveauderémunérationetnesontpas
prises en compte, car absentes des fichiers de données utilisés.
Parailleurs,pourgarantirlasignificativitédesrésultats,ilestnécessairedetravailler,pourchacundesfacteurs,àdesniveauxrelativement
agrégés des nomenclatures, afin que les effectifs restent en nombre suffisant à l’issue du croisement des différentes caractéristiques. Or,
pour un même facteur, les écarts de rémunérations peuvent s’avérer encore très importants à un niveau plus détaillé. C’est le cas, par
exemple,pourlefacteurcatégoriesocioprofessionnelleoùlesécartsderémunérationsentrelesdifférentescatégoriesdecadressonttrès
marqués.
Salaire horaire brut moyen en euros
pour les principales catégories de cadres
Par rapport à l’ensemble des emplois de cadres, les femmes sont
FemmesEnsemble des cadres fortementreprésentéesdanslafonctionpubliquehospitalière, les
Hommes
entreprisessemi-publiquesetlesprofessionsdel’information,des
30 artsetdesspectacles.Or,encomparaisonauxautrespostesdeca-
dres,cessecteurssontassezpeurémunérateurs(moinsde22eu-Professions de l'information, Professeurs, professions
des arts et des spectacles 25 scientifiques** rosbrutsdel’heure).Al’inverse,lespostesd’ingénieursetcadres
techniquesd’entreprisessonttrèspeuféminisés,alorsqueleursa-
20
laire brut horaire moyen (27,60 euros) est proche de celui de la
moyenne des cadres. Les postes de cadres administratifs et com-
15
merciaux d’entreprises et surtout de professeurs et professions
scientifiquescombinentlesplusfortesrémunérations(plusde30
10
euros bruts par heure) à une présence féminine relativement im-
portante. Pour les cadres administratifs, les femmes gagnent en
moyenne 25% de moins que les hommes.
Cadres de la fonction Cadres administratifs
publique hospitalière et et commerciaux
sesdes ent semi-publiques* d'entreprises
Ingénieurs et cadres techniques d'entreprises
Source : Insee - DADS 2004
* Cette catégorie comprend :
-le personnel administratif de catégorie A, le personnel de direction et les
ingénieurs de la fonction publique hospitalière
-les cadres des entreprises semi-publiques (établissements publics admi-
nistratifs, établissements publics industriels et commerciaux, entreprises
publiques, entreprises à capitaux publics)
** Hors cadres de la fonction publique d’État et de la fonction publique
territoriale (voir le champ de l’étude).
Les professions libérales (chirurgiens dentistes, vétérinaires, avocats, ainsi
que les psychologues, psychanalystes, psychothérapeutes non-médecins)
exercées sous statut de salarié en nombre trop faible dans la région ne
sont pas représentées sur ce graphique.
INSEE, direction régionale de Champagne-Ardenne 10, rue Edouard Mignot 51079 Reims Cédex. Tél : 03.26.48.60.00
Directeur de la publication : Dominique Perrin, directeur régional de l’INSEE
Chef du Service Etudes et Diffusion : Marie-Thérèse Tourneux
Rédacteur en chef - Communication externe : Jeanny Naulot - Secrétaire de fabrication : Jean-Louis Pagnoux
Création de l’image visuelle : Champagne-Création - Imprimeur : Le réveil de la Marne, 51204 Epernay
© INSEE-2007 ISSN 1277-5649 Code SAGE : FLA077660 Dépot légal : Mars 2007
Insee Flash Champagne-Ardenne n° 76

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.