Les groupes étrangers privilégient le tertiaire en Ile-de-France

De
Publié par

L'Ile-de-France est la première région d'accueil des groupes étrangers. Pourtant, ceux-ci ne contrôlent que 14 % des emplois franciliens. Trois quarts des emplois sous contrôle étranger relèvent du tertiaire, principalement le commerce de gros et le conseil et assistance. L'Union européenne à quinze et les Etats-Unis sont les principaux investisseurs.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 30
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

ILE-DE-FRANCE à la page
N° 262 - Janvier 2006
Les groupes étrangers privilégient
le tertiaire en Ile-de-France
L’Ile-de-France est la première région d’accueil des groupes étrangers. Pourtant, ceux-ci
ne contrôlent que 14 % des emplois franciliens. Trois quarts des emplois sous contrôle
étranger relèvent du tertiaire, principalement le commerce de gros et le conseil et
assistance. L’Union européenne à quinze et les Etats-Unis sont les principaux investisseurs.
Stéphane BOUCHER et Nathalie MORER
Service études et diffusion
énéficier des infrastructures France✎❶. Leur implantation est parti- et Picardie, ils contrôlent 30 % des em-
offertes dans un pays, accéder culièrement forte dans le Bassin parisien plois industriels, contre seulement 21 %B au marché local ou être plus et dans les régions frontalières ou à forte dans la région francilienne. Les entrepri-
compétitif sont quelques-unes des nom- tradition industrielle. En Alsace, Lorraine ses spécialisées dans le tertiaire choisissent
breuses raisons qui poussent les entrepri-
ses à investir en dehors de leur territoire Les groupes étrangers privilégient le tertiaire en Ile-de-France en 2004
% des effectifs contrôlésnational. Ainsi, en Ile-de-France, 11 200
établissements et 542 000 emplois dé- Corse
Languedoc-Roussillonpendaient d’un groupe étranger en 2004.
Bretagne
Cela représente 3,4 % des établissements
Poitou-Charentes
et 14,1 % des emplois franciliens. En Limousin
province, la pénétration est plus faible : 2,5 % Basse-Normandie
Aquitainedes établissements et 11,9 % des emplois
Auvergnesont sous contrôle étranger.
Provence-Alpes-Côte d'Azur
Pays de la LoireL’Ile-de-France en tête
Franche-Comté
des régions pour l’implantation Midi-Pyrénées
France métropolitainedes groupes étrangers
Rhône-Alpes
L’Ile-de-France arrive en tête des régions Nord-Pas-de-Calais
Bourgognefrançaises en matière d’accueil des inves-
Ile-de-France
tisseurs étrangers. Elle regroupe un quart
Centre
des établissements et 30 % des salariés con-
Champagne-Ardenne
trôlés par un groupe étranger alors qu’elle Haute-Normandie
n’héberge que 22 % des établissements et Lorraine
Picardie26 % des emplois salariés nationaux. Elle de-
Alsace
vance, par exemple, nettement la région
02 4 6 810 12 14 16 18 20lyonnaise (11 % des établissements et des
Industrie Construction Tertiaireemplois) et le Nord - Pas-de-Calais (6 %).
Lecture : en Ile-de-France, 14,1 % des emplois sont contrôlés par un groupe étranger : 10,4 % des emplois franciliens
sont des emplois tertiaires contrôlés par un groupe étranger.Les groupes étrangers privilégient les ré-
gions situées dans le quart nord-est de la Source : Insee, Répertoire des entreprises et des établissements - Enquête sur les Liaisons Financières
EconomieL'Europe, principal investisseur en Ile-de-France
Source : Insee, Répertoire des entreprises et des établissements - Enquête sur les Liaisons Financières
les secteurs tertiaires où la pénétrationemplois sont des emplois tertiaires. Cette
part est identique pour les emplois sous étrangère est la plus élevée (respective-
ment 27 %, 19 % et 18 % des emploiscontrôle étranger. Cette concentration dans
franciliens contrôlés). A l’opposé, lesle tertiaire des emplois étrangers est propre à
transports et les activités immobilièresl’Ile-de-France et, dans une moindre mesure,
sont plus indépendants de l’étranger.aux régions Provence-Alpes-Côte d’Azur et
Languedoc-Roussillon. En revanche, dans
L’industrie regroupe le dernier quart des
les autres régions, les groupes étrangers emplois étrangers franciliens, principa-
sont plus présents dans l’industrie. lement dans les biens intermédiaires, de
consommation et d’équipement. LaLe commerce de gros, les activités finan-
pharmacie-parfumerie-entretien (parcières et les services opérationnels sont
la région capitale. Celle-ci capte quatre
postes tertiaires étrangers sur dix. Ainsi, Méthodologie
13,6 % des salariés franciliens de ce secteur
Les établissements retenus dans cette étude d’euros, ou dont l’effectif salarié est supérieur à
travaillent pour un groupe étranger. Cette
sont des établissements employeurs (au 500 personnes, quel que soit le secteur d’acti-
part est la plus élevée de toutes les ré-
moins un salarié) contrôlés soit par une entre- vité. De plus, sont interrogées, les têtes de
gions métropolitaines.
prise étrangère, soit par une filiale de groupe groupe de l’année précédente, les entreprises
En effet, la région francilienne dispose étranger implantée en Ile-de-France. Plus pré- détenues directement par une entreprise
cisément, les « filiales de groupes étrangers » étrangère et les entreprises contrôlées majori-d’atouts majeurs pour attirer les établisse-
sont les entreprises contrôlées directement ou tairement par l’Etat.ments dépendant de groupes étrangers :
indirectement par une entreprise, qui n’est Les entreprises constituant de petits groupesinfrastructures de qualité, position cen-
elle-même contrôlée par aucune entreprise et peuvent ne pas être répertoriées.trale, renommée internationale et
a pour origine un pays étranger. Cette dernière Le comptage exhaustif des établissements ap-main-d’œuvre qualifiée, notamment
entreprise est appelée tête de groupe. partenant à un groupe étranger est néanmoinsdans les fonctions métropolitaines supé-
La détermination des entreprises étrangères et très délicat du fait de la dimension du groupe etrieures. Mais plus généralement,
de leurs établissements a été effectuée à partir de la difficulté à définir son caractère étrangerl’Ile-de-France joue un rôle international
de la fusion de deux fichiers : ou français (liaisons inter-entreprises et pro-
évident et permet, de par sa position
- Répertoire des entreprises et des établisse- blème des prises de participation directes ou
centrale sur le territoire, une ouverture
ments : répertoire administratif de tous les éta- indirectes).
sur les économies régionales.
blissements et entreprises localisés en France ; De plus, le champ de l’étude est limité aux sec-
- l’enquête Liaisons Financières : elle interroge teurs marchands de l’industrie, de la construc-Trois quarts des emplois
tous les ans les entreprises françaises du sec- tion, du commerce et des services et des
étrangers dans le tertiaire
teur privé dont le portefeuille de titres de par- activités financières. Sont donc exclues du
En Ile-de-France, le tissu productif est à ticipation est supérieur à 1,2 million d’euros, ou champ de l’étude l’agriculture, la sylviculture et
dominante tertiaire : les trois quarts des dont le chiffre d’affaires est supérieur à 30 millions la pêche.Principaux pays des groupes contrôlant des établissements de l'Ile-de-France en 2004
NombreNombre de Principaux secteurs d'activité des salariés de la région
Pays d'établissements Exemples d'établissementssalariés (part du secteur dans les emplois contrôlés par le pays)
contrôlés
Conseils et assistance (23 %) Accenture
ETATS-UNIS 140 700 2 170 Commerce de gros (19 %) Microsoft France
Conseils et assistance (16 %) Computacenter France
ROYAUME-UNI 79 100 2 470 Activités financières (13 %) Aviva Vie
Commerce de gros (22 %) Siemens SAS
ALLEMAGNE 75 200 1 390 Assurances Générales de France
Commerce de gros (16 %) Philips France
PAYS-BAS 72 900 1 410 Conseils et assistance (15 %) Oracle France
Services opérationnels (27 %) Adecco Travail Temporaire
SUISSE 37 200 740 Activités financières (12 %) Société suisse assurances Gles vie humaine
Commerce de détail et réparations (22 %) Cora
BELGIQUE 27 000 590 Activités financières (18 %) Dexia Crédit Local
Activités financières (32 %) GPA VIE
ITALIE 25 700 390 Industrie des équipements mécaniques (7,5 %) Filtrauto
Services opérationnels (23 %) Techniques d'environnement et propreté
LUXEMBOURG 25 000 1 060 Conseils et assistance (18 %) Polymont
Commerce de gros (54 %) Sony France SA
JAPON 12 800 170 Services opérationnels (6 %) Laboratoires Fujifilms
Commerce de gros (27 %) Atlas Copco Compresseurs
SUEDE 12 300 160 Services opérationnels (15 %) Securitas France SARL
Services opérationnels (56 %) Euroguard
DANEMARK 10 100 80 Commerce de gros (15 %) Lundbeck Sas
Lecture : les Etats-Unis contrôlent 2 170 établissements et 140 700 salariés, dont 23 % travaillent dans le secteur conseils et assistance et 19 % dans le commerce de gros.
Source : Insee, Répertoire des entreprises et des établissements - Enquête sur les Liaisons Financières
exemple, Lilly France) est le premier sec- matières premières jouent un rôle décisif salariés). La forte proportion parmi eux
teur industriel détenu par des entreprises dans ces secteurs très internationalisés. de sièges sociaux en Ile-de-France, qui
étrangères (47 % des emplois). La sont de gros établissements, en est la rai-
chimie-caoutchouc-plastiques (3M France), son principale. De façon plus générale,Une forte pénétration dans les
les industries des équipements mécani- les groupes étrangers investissent peu
établissements de taille moyenne
ques (Filtrauto) et celles de biens miné- dans les petites structures et davantage
raux (Sogerem) dépendent aussi Les franciliens contrôlés dans celles de taille intermédiaire. Un
fortement des groupes étrangers (entre par un groupe étranger sont plus grands emploi sur quatre des établissements de
30 et 42 %). Technologie et accès aux que ceux de province (48,2 contre 42,3 200 à moins de 500 salariés dépend de
l’étranger contre 3 % des emplois des
Altis Semiconductor, un projet exceptionnel pour l’Ile-de-France* établissements de moins de dix salariés.
En province, les groupes étrangers privi-
En 2003, l’Ile-de-France a accueilli 119 investissements, soit près de 4 000 emplois annoncés,
légient les grandes unités industrielles,dans le contexte d’une conjoncture économique difficile en Europe (observatoires AFII – ARD).
qui sont plutôt des établissements deMalgré le repli de leurs investissements en 2003, les Etats-Unis restent nettement en tête des
plus grande taille.pays investisseurs, suivis par l’Allemagne avec 13,5 % des projets, puis la Grande-Bretagne,
11 % des projets et le Japon avec 6,7 % des projets.
Sept emplois sur dix contrôlésParmi les projets les plus significatifs concrétisés en 2003 avec l’aide de l’ARD, nous pouvons citer
la création d’un centre de R&D par ALTIS Semiconductor sur son site de production à Corbeil- par un groupe européen
Essonnes. Ce centre sera dédié à la conception et au développement de nouvelles générations
En 2004, l’Europe est le premier investis-de composants. Il représente un investissement de 170 millions d’euros sur 3 ans qui permettra la
seur présent en Ile-de-France : l’Unioncréation de 150 nouveaux emplois directs et de 350 emplois indirects. La décision de localiser ce
européenne contrôle 62 % des emploisprojet, prise dans un contexte de forte concurrence mondiale, s’explique par la combinaison
réussie de plusieurs facteurs : la qualité des centres publics de recherche franciliens (comme celui étrangers, la Suisse 7 %. Les pays euro-
de l’Institut d’Electronique Fondamentale), la qualification de la main-d’œuvre disponible, ainsi péens les plus représentés sont les voi-
que la mobilisation des pouvoirs publics autour de ce projet structurant (Etat, Région et collectivi- sins et partenaires économiques de la
tés territoriales). France comme le Royaume-Uni (15 %
Cet investissement a également un effet d’entraînement économique fort dans son environnement des emplois), l’Allemagne (14 %) et les
local. Ils consolident le campus technologique plurientreprises de Corbeil-Le Coudray-Montceaux, Pays-Bas (13 %). Les 10 nouveaux pays
baptisé « Essonne Nanopole », et qui compte aujourd'hui 3 100 personnes. Il regroupe ALTIS et plu- de l’Union européenne sont absents du
sieurs de ses partenaires industriels de premier rang, tels que Toppan Photomasks ou Air Liquide. territoire francilien.
Preuve de son intérêt économique et stratégique pour l’Ile-de-France, Altis a reçu le Prix Spécial pour la
Recherche de l’Investisseur International de l’année 2003 par la CCIP. Les entreprises des Etats-Unis regroupent le
quart des emplois dépendant d’un groupe*Rédacteur : Vincent GOLLAIN, Directeur du pôle Prospective & Economie Régionale, ARD Paris
Ile-de-France. étranger, celles du Japon ou du CanadaConcentration étrangère à l'ouest francilien Pour en savoir plus
Morer N. : « Les entreprises étrangères con-
trôlent 13 % de l’emploi régional », Atlas des
Franciliens, tome 4 - Activité et emploi,
Insee-Iaurif, décembre 2003.
Deudon A., Morer N. : « Les groupes étran-
gers en Ile-de-France : un impact croissant
sur l’emploi régional », Crocis - Enjeux
Ile-de-France, n° 61, octobre 2003.
Morer N. : « La présence des groupes étran-
gers se renforce en Ile-de-France », Insee
Faits et chiffres, n° 43, octobre 2003.
Yvelines et Hauts-de-Seine,
départements les plus
« internationaux »
Les Hauts-de-Seine et les Yvelines sont
les départements franciliens dans les-
quels l’implantation étrangère est la plus
forte : 20 % des effectifs dans les
Hauts-de-Seine et 18 % dans les Yveli-
nes dépendent d’une entreprise à capi-
taux étrangers ✎❹. Le prestige de
certains sites, notamment La Défense,
Source : Insee, Répertoire des entreprises et des établissements - Enquête sur les Liaisons Financières
conduit les groupes étrangers à y établir
leurs sièges sociaux. De même, les Yveli-
2%✎❷. L’éloignement géographique in- joué un rôle important dans le choix nes ont constitué un pôle rassemblant les
cite les entreprises étrangères à s’installer d’implantation de ces groupes. De plus, activités technologiques avancées. Par
plutôt en Ile-de-France qu’en province. l’Union européenne a permis de créer, exemple, la communauté d’aggloméra-
voire de consolider les liens économi- tion de Saint-Quentin-en-Yvelines ac-Les investisseurs s’implantent dans les
ques déjà existants dans les métiers de la cueille sur son territoire un grandsecteurs qui constituent les points forts
banque et de l’assurance. nombre d’entreprises étrangères. En villede leur pays d’origine ou du territoire
nouvelle (ou ancienne ville nouvelle),d’accueil. Ainsi, les Etats-Unis sont très Chaque pays s’est positionné sur quel-
19 % des salariés travaillent dans un éta-présents dans les industries des équipe- ques activités✎❸. Ainsi, la Suisse a in-
blissement étranger.ments électriques et électroniques (Ge- vesti majoritairement dans les services
neral Electric Medical Systems). Dans ce opérationnels (Adecco Travail Tempo- Paris, qui attire le plus grand nombre
secteur, la moitié des salariés sous con- raire) et les activités financières (Swiss- d’établissements sous contrôle étranger,
trôle étranger travaillent dans un établis- Life Assurances). Nombre de pays dépend moins de l’étranger que les au-
sement américain. Les activités étrangers ont préféré le commerce de tres départements franciliens du point de
financières (Aviva vie, Assurances Géné- gros, tels que le Japon, l’Allemagne et les vue de l’emploi (11 %). La capitale ac-
rales de France) relèvent plutôt du Etats-Unis. Les services sont privilégiés cueille principalement des établisse-
Royaume-Uni (21 % des emplois étran- par les groupes luxembourgeois : 22 % ments tertiaires, de plus petite taille. Les
gers du secteur), de l’Allemagne (21 %), de leurs salariés travaillent dans les ser- sièges sociaux y sont nombreux. Un bon
de l’Italie (17 %) et de la Suisse (9 %). La vices opérationnels et 18 % dans le nombre de groupes conservent dans la
bourse des valeurs mobilières de Paris a conseil et l’assistance. capitale leurs fonctions stratégiques.
Directeur de la publication : Alain Charraud
Comité de rédaction : Brigitte Belloc Gestion des abonnements : Agnès VavasseurINSTITUT NATIONAL
Rédactrice en chef : Corinne Martinez Tél. : 01 30 96 90 75 - Fax : 01 30 96 90 67
Secrétaire de rédaction : Françoise BeaufilsDE LA STATISTIQUE Vente par correspondance : Tél. :0130969056- Fax :0130969027
Conception graphique : PAO Insee Ile-de-France Internet : www.insee.fr/ile-de-franceET DES ETUDES ECONOMIQUES Maquette : Nathalie Lebraud - Laure Omont Vente sur place : Insee Info Service - Tour Gamma A - 195, rue de Bercy - 75582 Paris cedex 12
Impression :S.N.Rafal Tél. : 01 53 17 89 39 - Fax : 01 53 17 88 09Direction régionale d’Ile-de-France ISSN 0984-4724
7, rue Stephenson - Montigny-le-Bretonneux Commission paritaire n° 2133 AD
er78188 Saint-Quentin-en-Yvelines cedex © Insee 2006 Tarif : Le numéro : 2,2€€- Abonnement : - France : 30 - Etranger : 36€ Dépôt légal : 1 semestre 2006 Code Sage I0626252
Insee Ile-de-Fr@nce Infos : la Lettre d’information électronique vous informe tous les 2 mois de l'activité de l'Insee Ile-de-France
www.insee.fr/ile-de-france

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.