Les métiers face aux départs en retraite : des besoins par milliers

De
Publié par

La Franche-Comté, comme toutes les régions françaises, devra faire face dans les années à venir à d'importants départs en retraite. La population active a déjà atteint son maximum et devrait commencer à décroître sensiblement vers 2006 ou 2007. Certains métiers - enseignants, agents d'entretien, assistants maternels - proposeront vraisemblablement de nombreux emplois d'ici 2015. Les besoins de renouvellement selon les métiers ne sont pas répartis uniformément sur le territoire mais en lien avec les spécialisations du tissu productif. Ainsi 90% des besoins en techniciens et agents de maîtrise des industries mécaniques seront concentrés dans le Nord Franche-Comté.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 21
Tags :
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins
La Franche-Comté, comme toutes les régions françaises, devra faire face dans les années à venir à dimportants départs en retraite. La population active a déjà atteint son maximum et devrait commencer à décroître sensiblement vers 2006 ou 2007. Certains métiers - enseignants, agents dentretien, assistants maternels - proposeront vraisemblablement de nombreux emplois dici 2015. Les besoins de renouvellement selon les métiers ne sont pas répartis uniformément sur le territoire mais en lien avec les spécialisations du tissu productif. Ainsi 90% des besoins en techniciens et agents de maîtrise des industries mécaniques seront concentrés dans le Nord Franche-Comté.
Nº 75 - OCTOBRE 2004
Emploi
n 1999, la populationprès de 20000 personnes active de la Franche-(2 000 de moins par an), soit C o m t é( p e r s o n n e sune baisse denviron 4% par ayant un emploi etrapport au point haut atteint chômeurs) sélevait à 502 000en 2004. personnes, soit une hausse deCe recul à venir de la popula-près de 4% depuis 1990. Si lestion active nest pas propre à tendances passées en matièrela Franche-Comté, même sil de mortalité, de migrations etest plus accentué quau niveau de comportementsn a t i o n a l .Entre Perte de 20 000 actifs dactivité se pour-1999 et 2015, la en 9 ans suivent, la régionF r a n c h e - C o m t é devra faire face à un impor-va subir une baisse de 2%, alors tant recul de ses ressources enque la France métropolitaine, main-d*uvre. malgréune baisse dès 2008, aura De 1999 à 2004, la popula-durant cette période augmenté t i o na c t i v ea au g m e n t é ,ses ressources en main-d*uvre daprès les projections dedenviron 2%. La région se e population, denviron 2%,classe au 5rang des régions qui pour se rapprocher de sonperdent le plus dactifs, derrière maximum. À partir de 2006-lAuvergne ( 7,5%), le Limou-2007, les effectifs devraientsin (6%), la Bourgogne (5%) sensiblement décroître. En-et la Lorraine ( 4%). tre 2006 et 2015, le nombreCette diminution de la popu-dactifs devrait diminuer delation active sexplique par le
INSEE Franche-Comté -L'ESSENTiEL75 Nº
INSEE Franche-Comté -L'ESSENTiEL75 Nº
poids des générations en âge de travailler. To u td  a b o r dà pa r t i rd e 2006, les générations plei-nes du baby-boom vont quit-ter la vie active. Le nombre de départs en retraite entre les années 2005 et 2010 sera près de 1,4 fois plus impor-tant que celui constaté entre 1999 et 2004.
2
À linverse, les générationsLes départs à la retraite prévus à qui entrent sur le marché ducourt terme, et la baisse prévue travail sont de moins en moinsde la population active, annon-nombreuses, à cause de lacent des problèmes deffectifs baisse de la natalité amorcéeet de recrutement pour certains dans les années soixante-dix.métiers. Ce déséquilibre au ni-L e sj e u n e sa r r i v e n ta u s s iveau générationnel aura des im-m o i n sn o m b r e u xpacts différents se-Un problème sur le marché dulon les domaines travail en raisonde renouvellementdactivités et les détudes plus lon-territoires. différent selon gues. Certainsmétiers les métiers En Franche-Comté,ou secteurs dac-malgré une hausse constantetivité vont être touchés plus de lactivité féminine (qui seou moins fortement par de stabilise), la diminution desnombreux départs à la retraite. générations en âge de tra-En estimant le nombre dem-vailler entraîne une baisse iné-plois nécessaires en fonction, luctable des ressources ensoit de lévolution de la popu-main-d*uvre. On peut noterlation (nombre denseignants que cest la hausse de lacti-par enfants, nombre de méde-vité féminine franc-comtoisecins>), soit des tendances ob-qui retarde légèrement laservées sur les secteurs éco-baisse du nombre dactifsnomiques, on peut - compte puisque celle-ci ne se mani-tenu des départs probables à festera quà partir de 2006-la retraite - chiffrer approxi-2007, alors que celle des hom-mativement, métier par mé-mes est en recul dès 2002.tier, le besoin de renouvelle-ment de la main-d*uvre. Ainsi, depuis quelques années déjà, les problèmes de renou-vellement des effectifs des mé-decins, des enseignants, des i n f i r m i e r se td e sa i d e s -soignants sont à lordre du jour.
La moitié des médecins renouvelés dici 2015
Dans les métiers de la santé et de lenseignement, le plus fort renouvellement des effectifs (49%) concerne les médecins et assimilés, soit un besoin de 2 700 nouveaux médecins. Le recul de lâge de départ en retraite change quelque peu la donne. En effet, avec un dé-part à 62 ans, le besoin en effectif diminue de 500, pour
représenter un renouvellement denviron 40%. Si aucune mesure nest mise en place à court terme, telle que par exemple laugmentation du nombre de postes ouverts lors des concours ou une réparti-tion plus favorable pour la ré-g i o nd e sp o s t e so f f e r t s nationalement, la région va connaître un manque inévitable en médecins et assimilés. Pour les enseignants, une dis-tinction a été faite entre les professeurs des écoles, ceux du secondaire et ceux du su-périeur. Dans chaque cas, les besoins sont estimés en fonc-tion du nombre délèves at-tendus dans chaque cycle. Dici 2015, les effectifs des professeurs du supérieur de-vront être renouvelés pour moitié, soit environ 600 nou-veaux arrivants en 16 ans. Les professeurs du secondaire et les professeurs des écoles auront eux, un renouvellement de près de 35% de leur effec-tif, soit respectivement un be-soin de 3 100 et de 2 200. Avec un remplacement du tiers des effectifs entre 1999 et 2015, les métiers dinfirmiers et de sages-femmes devraient connaître un renouvellement normal de leur population. Mais dans ce cas, une analyse en glissement des générations ne tient pas compte de la com-plexité du problème. La diffi-culté du métier, sa féminisa-tion, la proximité de la Suisse très attractive impliquent des pertes en effectif dans le temps, avec par exemple un changement de métier. Le re-crutement par concours doit donc tenir compte de tous ces critères pour éviter quun dé-ficit de main-d*uvre nap-
paraisse ces prochaines an-nées. Les départs à la retraite des employés de maison et des agents dentretien seront dif-ficilement compensés dici 2015. Avec un départ en re-traite à 60 ans, les effectifs des employés de maison de-vront être renouvelés de près des deux tiers, ce qui repré-sente environ 2000 emplois. P r è sd e1 00 0 0n o u v e a u x agents dentretiens devront être également recrutés durant cette période pour compenser le manque qui se profile. Après une hausse de leur ef-coiffeurs, les caissiers et les fectif total entre 1990 et 1999,cuisiniers, le problème du les assistants maternels de-vieillissement de la popula-vraient passer de 13000 ention active et des nombreux 1999 à 11300 en 2015, soitdéparts en retraite afférents une baisse de 13%. Malgréne se pose pas avec la même cette diminution (due à uneacuité étant donné la jeunesse baisse de la natalité), de nou-traditionnelle de leurs effec-veaux recrutements seronttifs. Cependant, le recrutement n é c e s s a i r e sdevra se faire pour compenser4 600 nouveaux postesc o n -d a n su n l e sn o m b r e u xtexte de généra-dassistants maternels départs en re-t i o n sm o i n s traite, soit 4600 nouveaux em-nombreuses qui entrent dans plois dassistants maternels,la vie active. dans lhypothèse du mêmeL e sc a d r e sa d m i n i s t r a t i f s ratio assistant maternel parcomptables et financiers, les enfant. ingénieurset cadres techni-Pour les autres métiers de ser-ques de lindustrie, ainsi que vice à la personne, tels que lesles Techniciens et Agents de
3
Maîtrise (TAM) des industries mécaniques sont des métiers qui devront renouveller plus de la moitié de leur effectif (retraite à 58 ans). Dans la fonction publique dÉtat, la moitié des employés administratifs de catégorie C vont partir en retraite, soit en-viron un besoin de 8 600 nou-veaux agents dici 2015. Ces forts départs en retraite concernent toutes les catégo-ries sociales, quil sagisse de métiers qualifiés (ingénieurs et cadres techniques, cadres administratifs comptables et financiers) ou de métiers peu ou pas qualifiés (ouvriers de la réparation automobile, em-
INSEE Franche-Comté -L'ESSENTiEL75 Nº
ployés de catégorie C de la fonction publique). Pour les secteurs marchands, les besoins de renouvellement sont à interpréter avec la plus grande prudence. Autant le nombre de départs en retraite est prévisible, autant il est dif-ficile danticiper lévolution à long terme de certains sec-teurs dactivité et des effec-tifs associés. La région étant assez déve-loppée au niveau des indus-tries mécaniques (présence de PSA PEUGEOT CITROËN et dALSTOM sur le territoire), le besoin va être assez impor-tant avec près de 5 000 agents à remplacer. Lallongement de la durée de cotisation devrait simplement décaler le pro-blème dans le temps. Sans grande surprise, les en-treprises devront renouveler un nombre important de leurs cadres et TAM dans les pro-chaines années. Il sagit dun problème souvent connu car ce sont des métiers dans les-quels la main-d*uvre est plus âgée. Les agriculteurs constituent un cas à part. Entre 1975 et 1999, leur nombre a diminué de moi-tié passant de près de 40 000 à moins de 20000. Cette ten-dance à la baisse devrait se poursuivre sans quil soit fa-cile de dire dans quelles pro-portions. En effet, la Franche-Comté se distingue par un grand nom-bre de petites ou très petites e x p l o i t a t i o n se tc o m m e ailleurs la moyenne dâge des agriculteurs est élevée. La re-prise dun grand nombre de ces exploitations nest pas as-surée étant donné la faible attractivité de la profession et
INSEE Franche-Comté -L'ESSENTiEL Nº75
les conditions difficiles pro-pres à la région (climat, relief, taille des exploitations), qui viennent sajouter aux déjà nombreuses difficultés du sec-teur.
Des besoins spécifiques selon les départements
Chaque département aura des besoins spécifiques en lien avec un tissu économique par-ticulier. Le Doubs avec Besançon et toutes les fonctions adminis-tratives attachées au statut de capitale régionale, devra faire
4
face à un renouvellement des cadres de la fonction publi-que. Dans lindustrie, les be-soins en ouvriers qualifiés (OQ), ouvriers non qualifiés (ONQ) et techniciens et agents de maîtrise de lélectricité et de lélectronique devraient également être important. Dans le Territoire de Belfort, les évolutions demploi sont liées en partie à la santé de lindustrie et notamment du géant local : ALSTOM. Dans une hypothèse de poursuite des tendances récentes et du maintien des activités sur place, les besoins pourraient
être importants dans les mé-tiers très spécialisés tels que les TAM des industries méca-n i q u e se tl e sp e r s o n n e l s détude et de recherche. Le Jura devra faire face à un important départ de ses em-ployés administratifs dentre-prise. Les personnels quali-fiés de lindustrie (OQ et TAM) serontégalement assez nombreux à partir en retraite. Il existe pour ces industries particulières un problème dencadrement intermédiaire et de transmission du savoir en lien avec une spécificité industrielle très marquée.
5
En Haute-Saône, les secteursFranche-Comté (zones dem-du transport et de la construc-ploi deMontbéliard et de tion (assez bien représentés)Belfort) devrait concentrer devraient connaître de nom-près de 90% de ces besoins. breux départs à la retraite deLa demande en main-d*uvre conducteurs de véhicules, etatteint près de 1 800 emplois douvriers (qualifiés ou non)pour la zone de Montbéliard de la manutention égalementet de près de 2500 emplois présents dans quelques sec-pour la zone de Belfort. Ces teurs industriels.besoins spécifiques pour les Enfin, même si chaque dépar-métiers de lindustrie méca-tement a sa spécificité pournique sont liés à la présence c e r t a i n se m -dAlstom sur la Belfort et Montbéliard : plois, des simi-zone de Belfort premiers bénéficiaires litudes existent.e tà ce l l ed e des emplois des Dans les 4 dé-PSA sur la zone industries mécaniques partements, lesde Montbéliard. besoins en employés adminis-Les autres zones de la région tratifs de la fonction publiqueont des besoins beaucoup plus ( c a tC )e te na r t i s a n se tlimités de TAM des industries ouvriers artisanaux seront im-mécaniques. Ainsi, même si portants. auniveau régional, ce métier e Cette spécificité des territoiresse classe en 3position des peut être analysée plus finementplus forts besoins en main-pour certains métiers.d*uvre ; au niveau des zones Ainsi, la région aura besoindemplois, la nécessité de re-denviron 5000 nouveauxnouvellement nest pas du tout techniciens et agents de maî-uniformément répartie.n trise (TAM) des industries mé-caniques dici 2015. Le NordCathy Leoni
INSEE Franche-Comté -L'ESSENTiEL Nº75
MÉTHODE
Nomenclature utilisée Pour décrire lunivers des métiers, la nomenclature utilisée est celle des fa-milles professionnelles en 84 postes (FAP). Les familles professionnelles dési-gnent des rapprochements entre les deux grandes nomenclatures dem-ploi :les « professions et catégories socioprofessionnelles » utilisées pour le recensement de la population et le Répertoire Opérationnel des Métiers et des Emplois (ROME) utilisé par lANPE pour codifier les demandes demploi.
Méthodes de calcul par métier Différentes méthodes ont été utilisées pour connaître les besoins en main-duvre de chaque famille profession-nelle en 2015 : l Pourles familles professionnelles qui relèvent dun service à la per-sonne : Lestimation du besoin en 2015 a été faite en gardant le nombre de person-nes travaillant dans la famille rapporté à la population globale de la région. Un détail plus particulier a été fait pour les enseignants (professeurs des éco-les, du secondaire et du supérieur) et les assistants maternels. Le ratio de leffectif du métier sur le nombre den-fants dont lâge corresponda été ap-pliqué. lPour les autres familles profession-nelles, les résultats sont issus de la c o m p a r a i s o nd ed e u xs c é n a r i i tendanciels. Le premier repose sur une évolu-t i o nt e n d a n c i e l l em é t i e rp a r métier (parFAP84) ; L es e c o n ds u ru n eé v o l u t i o n tendancielle des effectifs activité par activité (par Nomenclature des Activités Françaises en 36 pos-tes), en supposant constantes les répartitions par catégories socio-professionnelles.
INSEE Franche-Comté -L'ESSENTiEL Nº75
Différentes hypothèses dâge de départ à la retraite L'âge de départ à la retraite est un élé-ment déterminant pour connaître les besoins de renouvellement en main-duvre. On observe selon les métiers différents âges de sortie de la vie active, la réforme récente devrait accentuer ce phénomène. Les personnes qui sont entrées tôt dans la vie active (ouvriers par exemple) auront tendance à partir en retraite plus tôt (avant 60 ans). Inver-sement, les métiers qui nécessitent des études longues (médecins par exem-ple) verront des départs à la retraite plus tardifs (après 60 ans). Pour mesurer la sensibilité dâge de départ à la retraite, différentes hypo-thèses sont mentionnées dans ce do-cument :58-60 ans ou 60-62 ans se-lon les métiers.
Modèle de projection des actifs: Omphale Cest le scénario tendanciel qui a été utilisé. Hypothèses du scénario: lLes quotients de fécondité de 1999 sont maintenus pour toute la durée de la projection. lquotients de décès évoluent Les parallèlement à la tendance nationale. l Lesquotients migratoires de réfé-rence sont les quotients annuels moyens calculés sur la période 1990-1999 ;on maintient ces quotients par sexe et âge sur toute la période de projection. ltaux dactivité par âge et par Les sexe observés en 1999 évoluent selon des tendances dévolution observées au niveau national. Les taux dactivité féminins ont tendance à progresser tandis que les taux dactivité mascu-lins restent stables.
Estimations Les chiffres publiés dans cet article sont le résultat dun exercice pros-pectif. Ils doivent être compris comme la description dun scénario construit à partir dhypothèses, plutôt que comme une prévision précise.
6
www.insee.fr insee-contact@insee.fr 0 825 889 452 (0,15/mn)
INSEEFranche-Comté « le Major » 83, rue de Dole BP 1997 25020 BESANÇON Cedex Tél : 03 81 41 61 61Fax : 03 81 41 61 99
Directeur de la publication :Didier Blaizeau Rédacteur en chef :François-Xavier Dussud Rédacteur en chef adjoint :Patrice Perron Mise en page :Maurice Boguet Imprimerie :Camponono-Bouchard
Nº de CPPAP : 3 021 AD ISSN : 1248-2544 © INSEE 2004 dépôt légal : Octobre 2004
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.