Les mouvements de main-d'oeuvre dans les établissements de 10 salariés et plus - Un retour vers des emplois durables

De
Publié par

La création nette d'emplois dans les établissements de plus de 10 salariés est proche de 3 300 postes cette année, soit une progression de 22% par rapport aux trois premiers trimestres de 1997. Tous les secteurs ont procédé à plus d'embauches que de sorties. L'emploi continue à progresser dans le tertiaire mais aussi dans l'industrie; il se redresse nettement dans le BTP. Cette reprise s'accompagne d'un essor des emplois durables et d'un très net recul des licenciements économiques Elle profite aux jeunes femmes en premier lieu. L'emploi continue sa progression chez les employés et les ouvriers alors qu'il baisse chez les cadres et les profession intermédiaires, mais plus modérémment qu'en 1997.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 35
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins

EMPLOI CHÔMAGE
Les mouvements de main d’oeuvre
dans les établissements
de10 salariés et plus
Un retour vers
17des emplois durables
urant les trois premiers même période de 1997. Ces mouve La création nette d’emplois
trimestres de l’année ments se soldent par un tauxdans les établissements de D1998, 76 908 embauches d’évolution d’environ 1% de l’em-plus de 10 salariés est
et 73 621 départs ont eu lieu dans ploi salarié dans les établissementsproche de 3 300 postes
les établissements de 10 salariés et de plus de 10 salariés pour les trois
cette année, soit une
plus du secteur privé, contre respec- premiers trimestres de 1998. L’évo
progression de 22% par
tivement 72 075 et 69 383 sur lalution était de 0,9% pour les trois
rapport aux trois premiers
trimestres de 1997. Tous les
MOUVEMENTS DE MAIN D’OEUVRE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE 10 SALARIÉS ET PLUSsecteurs ont procédé à plus
EN HAUTE NORMANDIE
d’embauches que de Ensemble
Industrie Construction Commerce Services horssorties. L’emploi continue à
agriculture
progresser dans le tertiaire Effectif au 1er janvier 1998 134 858 26 296 41 156 112 194 314 504
mais aussi dans l’industrie ;
Entrées 1997 24 446 5 203 14 512 48 070 92 231
il se redresse nettement dont contrats à durée déterminée 18 985 3 500 11 227 36 922 70 634
dont contrats à durée indéterminée 3 973 1 365 2 347 8 389 16 074dans le BTP. Cette reprise
s’accompagne d’un essor 19 542 4 120 11 117 37 296 72 075Entrées de janvier à septembre 1997
dont contrats à durée déterminée 15 318 2 869 8 574 28 838 55 599des emplois durables et
dont contrats à durée indéterminée 2 989 1 002 1 733 6 425 12 149
d’un très net recul des
20 132 4 232 11 970 40 576 76 908Entrées de janvier à septembre 1998licenciements
dont contrats à durée déterminée 15 496 2 642 9 529 32 123 59 788
économiques. Elle profite dont contrats à durée indéterminée 3 686 1 187 1 928 7 102 13 903
aux jeunes femmes en
25 121 5 735 14 572 46 034 91 462Sorties 1997
premier lieu. L’emploi
dont fins de contrats
à durée déterminée 14 969 2 540 9 103 31 180 57 792continue sa progression
dont licenciements économiques 1 856 523 454 979 3 812
chez les employés et les
18 313 4 216 11 314 35 540 69 383Sorties de janvier à septembre 1997ouvriers alors qu’il baisse
dont fins de contrats
chez les cadres et les à durée déterminée 10 923 1 745 7 198 24 179 44 045
dont licenciements économiques 1 322 397 283 745 2 747professions intermédiaires,
mais plus modérément 19 209 3 750 11 878 38 785 73 621e 1998
dont fins de contrats qu’en 1997.
à durée déterminée 11 388 1 552 7 941 27 355 48 231
dont licenciements économiques 1 027 192 263 611 2 096
Unité : nombre Sources : INSEE DRTEFP DMMO EMMO
Champ : établissements du secteur privé de 10 salariés et plus
AVAL 85 2e TRIMESTRE 1999EMPLOI CHÔMAGE
premiers trimestres 1997 mais de LES EMBAUCHES EN HAUTE NORMANDIE SELON L’ÂGE ET LE SEXE
0,2% pour l’ensemble de l’année
de Janvier à septembre
19971997 compte tenu des sorties plus
1997 1998
nombreuses au quatrième trimes-
Hommes 49 178 38 701 40 573
tre. dont moins de 25 ans 19 789 15 726 16 100
En 1998, le taux de rotation (1) du Femmes 42 696 33 122 35 651
dont 17 373 13 571 14 725personnel est supérieur de plus d’un
Sexe non renseigné 597 448 733point à celui de 1997, sur la même dont moins de 25 ans 93 71 151
période de l’année précédente :
Unité : nombre Sources : INSEE DRTEFP DMMO EMMO23,9% contre 22,4%. La part des em
Champ : établissements du secteur privé de 10 salariés et plus
bauches sous contrats à durée déter
18
minée est particulièrement impor
tante dans le commerce et les
services ; le taux de rotation du LES MOUVEMENTS DE MAIN D’OEUVRE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE 10 SALARIÉS ET PLUS
PAR SECTEUR D’ACTIVITÉ EN HAUTE NORMANDIEpersonnel s’accroît dans le com-
merce de plus de deux points entre de Janvier à septembre
1997 et 1998.
1997 1998
Entrées Sorties Entrées Sorties
Agriculture, sylviculture et pêche 196 136 48 108Progression des embauches
Industries agricoles et alimentaires 4 362 3 541 3 492 3 404
à durée indéterminée (CDI)
Habillement, cuir 437 507 459 424
et net recul des licenciements Édition, imprimerie, reproduction 814 711 661 690
Pharmacie, parfumerie, entretien 1 102 912 1 599 1 143
Industrie des équipements du foyer 478 724 719 644En 1998 comme en 1997, la plu
Industrie automobile 725 738 948 1 223part des embauches (77%) s’effec-
Construction navale, aéronautique, ferroviaire 297 324 256 312
tuent sous contrats à durée déter-
Industrie des équipements mécaniques 2 707 2 196 2 385 2 230minée (CDD). La part des fins de
Ind. des équipements électriques et électroniques 869 1 074 817 914
CDD dans les sorties est également Industrie des produits minéraux 563 579 721 866
Industrie textile 334 305 335 282très importante. Au total, le stock
de CDD est stable. Les résultats po- Industrie du bois et du papier 824 663 808 757
Chimie, caoutchouc, plastiques 2 447 2 298 2 672 2 450sitifs dans l’évolution de l’emploi
Métallurgie, transformation des métaux 1 801 1 631 2 318 1 986
en 1998 proviennent davantage de Ind. des composants électriques et électroniques 1 138 1 347 1 264 1 140
la croissance des entrées sur con-
Production de combustibles et de carburants 164 194 341 324
trats à durée indéterminée (CDI). Eau, gaz, électricité 481 570 314 372
Construction 4 121 4 216 4 232 3 750Le stock de CDI, net des sorties, a
Commerce et réparations automobiles 1 003 1 072 1 342 1 364augmenté de 26% en glissement à
Commerce de gros 2 770 2 890 2 967 2 787la fin du troisième trimestre 1998.ce de détail, réparations 7 349 7 353 7 659 7 727Dans le secteur secondaire, on en
Transports 5 610 5 387 5 900 5 331
dénombre 60% de plus et 15% de Activités financières 1 237 1 281 1 329 1 133
plus dans le tertiaire. Cette forte
Activités immobilières 1 322 1 434 1 132 1 171
progression de la création nette Postes et télécommunications 123 88 108 137
Conseil et assistance 2 535 2 428 3 229 3 184d’emplois dans les entreprises de
Services opérationnels 10 571 9 690 10 259 9 568
plus de 10 salariés est aussi assor
Recherche et développement 189 173 192 192tie d’un recul des CDD dans le
Hôtels, cafés, restaurants 3 092 3 056 3 064 2 968
secteur secondaire. Seul le com- Activités récréatives, culturelles et sportives 1 431 1 335 1 411 1 400
Services personnels et domestiques 284 258 367 346merce enregistre une augmenta-
tion du nombre de CDD, similaire Éducation 960 817 793 718
Santé, action sociale 7 965 7 544 10 901 10 443à celle des CDI.
Administration publique 658 675 560 641
L’amélioration s’explique Activités associatives extra territoriales 1 328 1 370 1 330 1 554
Toutes activités 72 287 69 517 76 932 73 683
(1) taux de rotation du personnel : rapport entre
Unité : nombre Sources : INSEE DRTEFP DMMO EMMOle volume d’entrées et le volume de sorties rap
Champ : établissements du secteur privé de 10 salariés et plusporté aux emplois de début d’année.
AVAL 85 2e TRIMESTRE 1999EMPLOI CHÔMAGE
LES MOUVEMENTS DE MAIN D’OEUVRE EN HAUTE NORMANDIE
Les données sur les mouvements deSELON LA CATÉGORIE SOCIO PROFESSIONNELLE
main d’oeuvre dans les
de Janvier à septembre1997 établissements de 10 salariés ou plus1997 1998
sont issus de deux sources : laEntrées Sorties Entrées Sorties Entrées Sorties
déclaration mensuelle deChefs d’entreprises et cadres 4 331 4 560 3 229 3 389 3 091 3 137
mouvements de main d’oeuvreProfessions intermédiaires 10 575 11 041 8 098 8 481 8 187 8 214
établie chaque mois par lesEmployés 29 640 28 557 23 196 22 720 25 461 24 105
établissements de 50 salariés ou plusOuvriers qualifiés 16 441 16 653 13 296 12 513 14 424 13 209
Ouvriers non qualifiés 26 732 25 781 21 252 19 062 21 500 20 101 et l’enquête trimestrielle sur les
PCS non renseigné 4 752 5 126 3 200 3 355 4 294 4 963e
Total 92 471 91 718 72 271 69 520 76 957 73 729 interrogeant les établissements de 10
à 49 salariés par sondage. Les
Unité : nombre Sources : INSEE DRTEFP DMMO EMMO
administrations, les collectivitésChamp : établissements du secteur privé de 10 salariés et plus 19
territoriales, les principaux
établissements publics et les
également par une nette diminu taire à cause de la faiblesse des em établissements de travail temporaire
sont exclus de ces résultats. Iltion des licenciements économi- bauches au cours du 4e trimestre.
convient d’interpréter avecques ( 24%) qui ont été réduits de Les cadres et les professions in
précaution les résultats obtenus dans
50% dans la construction, de plus termédiaires sont un peu moins
les secteurs des services aux
de 20% dans l’industrie et de près mobiles que les autres catégories ; entreprises, dux
particuliers, de l’éducation, de lade 18% dans les services. ils sont aussi moins nombreux. Les
santé et de l’action sociale, demouvements d’embauches de cadres
l’administration et de l’agriculture. Ces
constatés en 1997 se sont ralentis en
secteurs, comptant pour 46% de
1998 (+3,6% en 1996, +4,5% en 1997Plus d’embauches féminines l’emploi salarié, ne représentent que
et +4% en 1998). L’excès de sorties 22% du champ étudié.mais tassement
des embauches de cadres sur les arrivées de cadres et de pro
fessions intermédiaires s’est poursui fumerie, la métallurgie, la chimie et
Les entreprises concluent 40% vi en 1998, mais de façon plus mo- dans une moindre mesure, les équi
des embauches avec des jeunes de dérée qu’en 1997. On note un fort pementiers mécaniques et l’indus-
moins de 25 ans dont 19% sont destaux de sorties d’emploi par démis trie des composants électriques.
femmes et 21% sont des hommes. sion pour les professions intermé- L’automobile, la construction na-
La nouveauté par rapport à l’année diaires (18% en 1997 et 21% sur lesvale, l’industrie des produits miné-
1997 est la progression des embau trois trimestres de 1998). raux et des équipements électri-
ches féminines (+7,6%), et surtout ques continuent en revanche à
de celles conclues en faveur de jeu perdre plus d’emplois qu’ils n’en
nes femmes (+8,5%). Toujours plus d’emplois créent. Dans le secteur du BTP, l’ex
Les employés et les ouvriers dans le tertiaire cédent des entrées est de près de
non qualifiés sont les plus mobiles :et une reprise dans le BTP 500 postes. Dans le secteur tertiaire
61% des embauches (et 60% des enfin, ce sont les transports, le com
Les établissements de plus de 10sorties) les concernent. Le solde merce de gros, les services opéra-
salariés ont été à l’origine, pour lesd’emplois est toujours largement tionnels, les services financiers ain
trois premiers trimestres 1998, depositif entre les embauches et les si que la santé et l’action sociale qui
4 800 embauches de plus que pourdéparts d’employés et d’ouvriers
ont été les plus porteurs. Les activi-
la même période de l’an dernier,qualifiés et non qualifiés. Il est en
tés immobilières, le commerce de
mais aussi 4 200 sorties supplémen forte progression sur les trois pre
détail et les activités associatives
miers trimestres de 1998 pour les taires. Au total, l’excédent des créa
sont pour leur part globalement
employés et les ouvriers qualifiés tions sur les sorties est de 3 300 em
déficitaires
alors que sa croissance se ralentit plois en 1998 contre 2 700 en 1997.
Les activités, en dehors des servi-pour les ouvriers non qualifiés. Sur
ces, qui ont le plus contribué à cesl’ensemble de l’année 1997, le solde
importants flux sont, pour les em entre entrées et sorties des ouvriers Anne Marie DAVID
Christian CAMESELLAplois industriels, la pharmacie par qualifiés a été légèrement défici-
AVAL 85 2e TRIMESTRE 1999

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.