Les mouvements de main d'oeuvre dans les établissements de 50 salariés ou plus en 2004

De
Publié par

En 2004, le taux de croissance de l'emploi dans les établissements de plus de cinquante salariés atteint 0,5 %, en baisse de 0,1 point par rapport à 2003. Cette évolution s'inscrit, dans une moindre mesure, dans la décroissance constatée depuis 2000 (-4.2 points en cinq ans). Pour la deuxième année consécutive, la croissance de l'emploi dans les grands établissements est négative. Les taux d'entrée et de sortie augmentent en raison de la forte progression des contrats à durée déterminée. Les évolutions sectorielles sont contrastées. Le tertiaire est le seul secteur qui bénéficie encore d'une croissance favorable malgré une légère baisse par rapport à 2003 (+0,4 % ). Les taux d'évolution des secteurs de la construction et de l'industrie sont négatifs, mais seul celui de l'industrie continue son repli. Les établissements de 500 salariés et plus se distinguent de ceux de 50 à 199 salariés et de 200 à 499 salariés par un taux de croissance de l'emploi en hausse de + 0,5 point par rapport à 2003. Néanmoins, l'évolution de l'emploi dans cette catégorie d'établissement, de même que ceux des autres catégories, est négatif. Cette publication présente des données mensuelles, trimestrielles ou annuelles, par motifs d'entrée et de sortie, par secteur d'activité, sexe, taille d'établissement et par régions.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 21
Nombre de pages : 19
Voir plus Voir moins
Insee RésultatsSociétéN°43Décembre 2005 
Les mouvements de main d œuvre dansles établissements de 50 salariés ou plusen 2004    Sylvie Grcic, Franck Hovaguimian     Analyse et Méthode  Analyse..................................................................................... 3  Graphiques............................................................................... 6  Méthodologie ............................................................................ 7 Bibliographie............................................................................. 9   Directeur de la publicationJean-Michel Charpin Les donnés essentiel ees Institut nationalde la statistique et des étudesListe des tableaux................................................................... 11économiques  Direction généraleTableaux ................................................................................. 1218 boulevard Adolphe Pinard75675 Paris cedex 14 Téléphone : 01 41 17 50 50 Fax : 01 41 17 66 66 www.insee.fr Le cédérom  Impression Jouve© Insee 2005 Présentation du cédérom........................................................ 18 
2 
 4002 sedemtnuoevsem L lns éesbltaseisiam d nrvuœad eriés ou plus en emtn sed5  0asal
Analyse et Méthode
  Cet ouvrage vous propose des tableaux de résultats détaillés surles mouvements de main-d’œuvre, selon le sexe, les secteursd’activité, la taille de l’établissement, la nature des entrées et lemotif de sorties, en données mensuelles, trimestrielles et annuellespar régions. En outre, une analyse sur l’année 2004 permet demieux appréhender ces phénomènes de mobilité de main-d’œuvre.    Analyse
En 2004, le taux d’évolution, défini par la depuis dix ans, une évolution négative àdifférence entre le taux d’entrée1 et le taux de - 0,1 %. Même si c’est pour cessortie2, est de - 0,5 % dans les établissements établissements que la chute est la plus faiblede 50 salariés et plus du secteur privé et semi- entre 2003 et 2004 (- 0,1 point), leur tauxpublic. Bien que d’une amplitude moindre d’évolution diminue de manière continuequ’en 2003, ce recul de - 0,1 point par rapport depuis 2000.à 2003 prolonge la baisse du taux d’évolution Dans les établissements de 200 à 499observée depuis 2001. De plus, pour la salariés, la baisse du taux d’évolution débutéedeuxième année consécutive, le taux en 2000 se maintient au même rythme (- 1,2 %d’évolution est négatif. en 2004, soit - 0,6 point entre 2003 et 2004La situation est contrastée selon le secteur pour - 0,5 points entre 2002 et 2003).d’activité. La situation la moins défavorable est Les établissements de 500 salariés et plus,celle du tertiaire malgré une baisse de 0,1 quant à eux, voient leur taux d’évolutionpoint et un taux d’évolution qui, bien que progresser de 0,5 point mais il restepositif, atteint son plus faible niveau depuis dix cependant toujours négatif à - 0,3%.ans (0,4 %).Le secteur de la construction est le seul Tous secteurs et toutes tailles confondus, lasecteur dont le taux d’évolution s’améliore en baisse du taux d’évolution de 0,1 point est2004 avec + 0,7 point. Ce taux demeure principalement due à une augmentation dumalgré tout négatif avec - 0,2 %. taux de sortie légèrement supérieure à celle Le taux d’évolution de l’industrie est négatif du taux d’entrée (+ 1,1 points contre +1 entredepuis trois ans et perd encore 0,3 point 2003 et 2004). C’est la première fois depuisatteignant son niveau le plus faible depuis dix 2001 que le taux d’entrée et le taux de sortieans avec - 1,8 %. augmentent, passant respectivement de 35,6 àEn 2004, les établissements de 50 à 199 36,6 % et de 36,0 à 37,1 % entre 2003 etsalariés présentent désormais, comme les 2004.autres catégories et pour la première fois                                                 1 Le taux d’entrée est égal au nombre des recrutementsrapportés aux effectifs de début de période.2 Le taux de sortie est égal au nombre des départs rapportésaux effectifs de début de période.
Les mouvements de main d’œuvre dans les établissements de 50 salariés ou plus en 2004 3 
La progression du taux d’entrée est due àl’augmentation du taux d’entrée en contrat àdurée déterminée qui progresse de 1,4 point.En revanche le taux d’entrée en contrat àdurée indéterminée stagne à 7,7 % et le tauxd’entrée en transfert progresse seulement de 0,1 point contre + 0,2 points l’an passé.+Si l’on rapporte le nombre d’entrées parcontrat à durée déterminée aux entrées totaleson obtient 70,8 %, soit une augmentation de 2points par rapport à 2003. La même opérationfaite sur les entrées par contrat à duréeindéterminée donne 21 % soit une perte de 0,6point en un an. L’augmentation du taux de sortie est liée à laprogression du taux de fin de contrat à duréedéterminée qui a progressé de 1,5 pointcontrairement aux autres taux motivant lasortie. En effet le taux de licenciementéconomique a baissé de 0,1 point, les autrestypes de licenciements de 0,1 point et lesdémissions de 0,2 point.La part des sorties en fin de contrat à duréedéterminée rapportée aux sorties totales est laseule à s’être accrue avec + 3,1 points,atteignant 62%. C’est la plus forteaugmentation depuis 1994. En revanche lapart des sorties par licenciement économique,par autres types de licenciement et pardémission diminuent respectivement de 0,3point, 0,4 point et 0,8 point. La part deslicenciements économiques évolue assez peudepuis 2000, alors que les autres types delicenciements sont en baisse après avoirconnu une forte augmentation de 2000 à 2003.La part des démissions quant à elle continuela chute amorcée en 2000. En 2004, le taux d’entrée dans l’industriegagne 0,2 point, soit une évolution positivepour la première fois depuis quatre ans. Ilreste stable depuis deux ans après avoirconnu une chute importante à partir de 2000.Les taux d’entrée par contrat à duréedéterminée et indéterminée évoluent demanière proche avec respectivement + 0,3point et + 0,2 point. Les entrées par contrat àdurée déterminée progresse de 1,1 point. Le taux de sortie dans l’industrie augmente de0,5 point entre 2003 et 2004, après troisannées en recul. Le taux de fin de contrat àdurée progresse légèrement + 0,1 point alorsque le taux de licenciement économiquebaisse de 0,2 point et les autres types delicenciements et démissions de 0,1 point.
 Le taux d’entrée dans le secteur de laconstruction augmente fortement de 0,8 point,alors qu’il était en baisse depuis 2000. Le tauxd’entrée par contrat à durée déterminée gagne0,6 point et le taux d’entrée par contrat à duréeindéterminé 0,4 point. Dans la construction, le taux de sortieprogresse très légèrement avec + 0,1 point de2003 à 2004. Le taux d’entrée dans le secteur tertiaireremonte de 1,2 point après avoir chuté depuis2000. Il se maintient à un niveau importantavec un taux de 51,4 %. Les entrées parcontrat à durée déterminée sont les principalesresponsables de cette progression puisqu’ellesgagnent 1,7 point alors que les entrées parcontrat à durée indéterminée perdent 0,3 point.Le taux de sortie augmente également de 1,2point. Les fins de contrat en durée déterminéeconnaissent une hausse importante avec + 2,2points et atteignent le niveau le plus élevéjamais constaté avec un taux de 33,5 %. Dans l’industrie, l’ensemble des sous-secteurs(en NES163) hormis l’énergie, les biensd’équipement et les biens intermédiaires estmoins favorable à l’emploi en 2004 qu’en2003. La chute du taux d’évolution la plusimportante se situe dans l’industrieagroalimentaire avec une perte de 3,2 points.L’évolution de + 2,9 points du sous-secteur del’énergie est influencée par l’évolution (enNES364) de la production de combustibles etde carburants avec + 2,2 points et de l’eau, dugaz et de l’électricité avec + 3,2 points.La baisse de 0,7 point de l’industrie des biensde consommations (en NES163) a étéentraînée par la perte de 2 points (en NES364)pour l’édition, l’imprimerie et la reproductionainsi que pour la pharmacie, la parfumerie etl’entretien.Le secteur de l’industrie des biensd’équipement (en NES163) a toujours un tauxd’évolution négatif avec - 1,4 %. Il bénéficiecependant d’une progression de 0,4 point,
                                                 3 NES16 : nomenclature française de diffusion de l’activité4économique en 16 postes. NES36 : nomenclature française de diffusion de l’activitééconomique en 36 postes.
4 Les mouvements de main d’œuvre dans les établissements de 50 salariés ou plus en 2004
influencée par l’évolution de + 1,4 point des transports (11,4 %), des services auxindustries des équipements électriques et entreprises (11 %) et de l’éducation, santé etélectroniques (en NES364). action sociale5 (5,5 %) expliquent leLes industries des biens intermédiaires (en pourcentage élevé de la Corse en 2004. LeNES163) ont un taux d’évolution de - 2,4 %, taux de 1,2 % de la région Midi-Pyrénéesfortement négatif mais stable par rapport à provient du fait que douze sous-secteurs (encelui constaté l’an dernier. C’est le fait, NES163) sur quinze de cette région présententnotamment, des industries du bois et du papier un taux d’évolution positif avec notamment(en NES364) qui perdent 1,9 point. A l’opposé, l’agriculture, sylviculture, pêche (10,1 %) et lesles industries des composants électriques et activités immobilières (5,6 %).électroniques (en NES364) gagnent 2,1 points. En revanche, neuf régions ont un tauxDans le tertiaire, les taux d’évolution des sous- d’évolution inférieur ou égal à - 1 % : lasecteurs des services aux entreprises, des Lorraine (- 2,2 %), la Haute-Normandie (- 2 %),services aux particuliers (en NES163) gagnent la Bourgogne (- 1,9 %), la Champagnerespectivement 1,2 point et 0,6 point entre (- 1,8 %), la Franche-Comté (- 1,6 %), le2003 et 2004. Avec les activités financières, ce Centre (- 1,4 %), le Nord - Pas-de-Calaissont les seuls secteurs à connaître une (- 1,3 %), la Basse-Normandie (- 1,3 %) et laévolution positive entre 2003 et 2004. A Picardie (- 1 %).l’opposé, le taux d’évolution des sous-secteursde l’administration, du commerce, des activités Entre 2003 et 2004, la Haute-Normandie est laimmobilières et de l’éducation, santé et action région qui présente la plus forte chute du tauxsociale5 chutent pour la troisième année d’évolution avec - 1,8 point. A l’opposé, le tauxconsécutive. Dans le dernier cas, l’évolution de la région Poitou-Charentes croît de 1,6provient des activités associatives et extra- point, en raison des forts taux de l’industrieterritoriales (en NES364) qui perdent 3 points. automobile (23,9 %) et des transports (11,2 %). Cette région retrouve ainsi un tauxEn 2004, seules deux régions ont eu un taux d’évolution positif avec 0,9 %. Elle fait partie,d’évolution au-dessus de 1 % : la Corse avec avec l’Île-de-France, des deux régions qui+ 2,8 % et les Midi-Pyrénées avec + 1,2 %. passent d’un taux d’évolution négatif à un tauxMalgré l’évolution fortement négative de positif de 2003 à 2004 : l’Île-de-France passel’industrie agroalimentaire de la Corse (- de - 0,7 % à 0,2 % et le Poitou-Charentes de 9,5 %), les taux d’évolution fortement positifs - 0,7 % à 0,9 %. des services aux particuliers (12,1 %), des 
                                                 5 A l’exclusion des établissements scolaires et desétablissements de santé à caractère public.
                                                  
Les mouvements de main d’œuvre dans les établissements de 50 salariés ou plus en 2004
5 
Graphiques Taux d'entrée et de sortie annuels, ensemble des régions, de 1994 à 2004,en % des salariés présents en début d'année
Ensemble des sorties
%454035Ensemble des ntrées e3025Entrées sur contrats à durée déterminée201510Entrées sur contrats à durée indéterminée5DémissionsLicenciements économiques01994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003AnnéeSource : Déclarations de mouvements de main d'œuvre, Insee
Fin de contrat à durée déterminée
Ensemble des sorties
Taux d'entrée de sortie mensuels pour l'année 2004, données corrigées des variationssaisonnières, en % des salariés présents en début de mois%654Ensemble des entrées32Entrées sur contrats à durée déterminéeFin de contrats à durée déterminée1Entrées sur contrats à durée indéterminéeDémissions0Licenciements économiquesJ F M A M J J A S O NMoisSource : Déclaration des mouvements de main d'œuvre, Insee
2004
D
6 Les mouvements de main d’œuvre dans les établissements de 50 salariés ou plus en 2004
 
Méthodologie 
 Organismes responsablesDe 1976 à 1980, le Service des Etudes et de laStatisti istère du travail a traité les que (SES) du minMinistère des affaires sociales, travail et solidarité effectifs et les flux globaux (nombre d'entrées et deet Institut national de la statistique et des études sorties au cours du mois) des établissements de 200économiques (Insee). salariés et plus. A partir de 1981, l'exploitation a étéétendue aux établissements de 50 à 200 salariés. ThèmesA partir de 1983, une nouvelle exploitation a étémise en place, associant les Directions régionales Rotation de la main dœuvre selon l'activité et la du m ininsotèurvee lldeu  Terxapvlaoiilt aetti ocne, llelsa  des al'iIsnise ee. deD anlsa  tCaailrlaec tdéersi séttiaqbuleiss sdeems esnatlsa. riés (sexe, âge, profession)cdeétctlearation est exhaustive. En plus des effectifs et  des flux, on dispose des caractéristiques des salariésentrant et sortant des établissements, nature des faisant l'objet d'un mouvement : sexe, âge,contrats signés, motif de leur résiliation. qualification, nationalité, nature du contrat Caractéristiques principalesd'embauche ou motif de la sortie.Cette nouvelle exploitation s'est étendue Le document de base est un formulaire admini tif progressivement à l'ensemble des régions. Lestra champ des 22 régions est couvert depuis 1987.sqeucet eluerss  éptaribvliésss eemt epntusb lid'ca us emmoi-icnso n5c0u rrsealnatirilés doenst  En 1989, le formulaire a été modifié pour introduire tenus de remplir mensuellemeLa déclear astion notamment la déclaration de la profession en retrace les niveaux des effectifs nt. e en déb nomenclature PCS. Il n'y a pas de passage entre par sex ut et cette nomenclature et celle précédemment utiliséefin de mois et pour chaque mouvement d'entrée ou pour la qualification (nomenclature en six postes :dnea tiosonratliiet é, aul a copruorfs esdsiuo n mo(inso, mleen csleatxuer, e l'âPgCe,S  làa  ouvrier non qualifié, ouvrier qualifié, employé non partir de 1989), le type de contrat (durée déterminé qualifié, employé qualifié, technicien et agent dee maîtrise, cadre).ou tiien dé(tfeirn midneé e,tcroanntsrfaet,r t) deénm iessnitorén,e , lliec enmcoiteifm ednet  En 2003, le codage dans les sources administratives sor relatives aux emplois salariés d'entreprise s’appuieéconomique, autre licenciement économique, sur la PCS-ESE 2003 et la nomenclature d’activitéretraite, fin de période d'essai, service national, économique 2003. Ce changement de nomenclaturetransfert en sortie, autre cas) du salarié concerné, n’a pas modifié les modalités des secteurs de laainsi que la date du mouvement.nes16 et de la nes36 mais cependant leur contenu peut avoir changé. 1984 - l'exploitation couvrait 17 régions. EtaientHistorique et évolution absentes : la Bourgogne, l'Alsace, l'Aquitaine, Midi-Pyrénées, l'Auvergne.Le dispositif a été mis en place en 1975 pour le1985 -l'exploitation couvrait 19 régions. Etaientcontrôle du respect de la législation sur l'emploi, absentes : la Bourgogne, Midi-Pyrénées,notamment en matière d'embauche après l'Auvergne.licenciement économique ou de renouvellement de1986 - l'exploitation couvrait 21 régions. Seulecontrat à durée déterminée. La loi du 3 juillet 1986, l'Auvergne était absente.qui a supprimé l'autorisation administrative de licenciement, a toutefois maintenu l'obligation deDéfinitionsdéclaration mensuelle des mouvements de main d’œuvre au titre de contrôle de l'emploi. Les taux d'entrée et de sortie peuvent être mensuels,L' ploitation statistique des déclarations a trimestriels ou annuels. Les exploitationsex mensuelles et trimestrielles portent sur des champscommencé dès 1976. Elle a connu plusieurs phases différents. Les résultats mensuels sont établis avecde développement. les déclarations de tous les établissementsrépondants. Les résultats trimestriels sont à champ
Les mouvements de main d’œuvre dans les établissements de 50 salariés ou plus en 2004 7 
constant, c'est à dire uniquement avec lesTaux de sortieétablissements ayant fourni trois déclarations Sor ou sortie : sortiesuccessives et cohérentes. Les résultats annuels sont Fin CDD ou FD : fin de contrat à durée déterminéeconstitués à partir des résultats trimestriels. Ces Démission ou DM : démissiontaux sont établis par activité économique, taille des Lic. Eco. ou LE : licenciement économiqueétablissements, sexe, nature du contrat d'entrée ou Lic. Aut. ou LA : autre licenciementmotif de sortie. On dispose également de la TS : transfert en sortierépartition des entrées et sorties par âge etqualification.  Publication - diffusion Les résultats de l'exploitation mise en oeuvre àLe taux d'entrée est égal au nombre des partir de 1983 sont stockées sous différentesrecrutements rapportés aux effectifs de début de formes:période. - des fichiers-détail pouvant faire l'objet d'exploitations spécifiques à la demande.Le taux de sortie est égal au nombre des départs - des listings de tableaux standard dont chaquerapportés aux effectifs de début de période. Direction régionale de l'Insee possède un exemplaire pour sa région.Le taux d'évolution est égal à la différence entre - des bases SAS de données agrégées, créées par leles taux d'entrée et de sortie. service gestionnaire de la Direction générale de l'Insee. En outre des publications sont faites :Légende des variables utilisées dans les- par le ministère de l'Emploi et de la Solidaritétableaux dans le bulletin mensuel de statistiques ou sous forme d'articles dans les dossiers statistiques duTaux d'entréetravail et de l'emploi ainsi que dans les revuesEnt ou entrée : entrée régionales.CDD ou RD : contrat à durée déterminée-par l'Insee dans les Informations Rapides ,InseeCDI ou RI : contrat à durée indéterminée Première, et Insee Résultats, ainsi que sous formeTE : transfert en entrée d'articles dans Economie et Statistique et dans les revues régionales.     
8 
Les mouvements de main d’œuvre dans les établissements de 50 salariés ou plus en 2004
Bibliographie  Insee Résultats : INSEE-Résultats n°679 de Décembre 1999De 1984 à 1990 : Les Mouvements de main-d’œuvre dans les1999 :établissements de 50 salariés ou plus Les Mouvements de main-d’œuvre dans lesCollection Emploi-Revenus n°24-26 établissements de 50 salariés ou plusINSEE-Résultats n°158-160 d’Octobre 1991 Collection Emploi-Revenus n°171 INSEE-Résultats n°734 de Décembre 20001991 : Les Mouvements de main-d’œuvre dans les2000 :établissements de 50 salariés ou plus Les Mouvements de main-d’œuvre dans lesCollection Emploi-Revenus n°37-38 établissements de 50 salariés ou plusINSEE-Résultats n°212-213 de Septembre 1992 Collection Société n°9 INSEE-Résultats d’Octobre 20021992 : Les Mouvements de main-d’œuvre dans lesDe 2001-2002 :établissements de 50 salariés ou plus Les Mouvements de main-d’œuvre dans lesCollection Emploi-Revenus n°50-51 établissements de 50 salariés ou plusINSEE-Résultats n°273-274 de Novembre 1993 Collection Société n°27 INSEE-Résultats d’Avril 20041993 : Les Mouvements de main-d’œuvre dans les2003 :établissements de 50 salariés ou plus Les Mouvements de main d’œuvre dans lesCollection Emploi-Revenus n°68 établissements de 50 salariés ou plusINSEE-Résultats n°347 de Novembre 1994 Collection Société n°37 INSEE-Résultats de Décembre 20041994 : Les Mouvements de main-d’œuvre dans lesInsee-Première :établissements de 50 salariés ou plus - Les mouvements de main-d’œuvre en 1988 dansCollection Emploi-Revenus n°94 les établissements de plus de 50 salariésINSEE-Résultats n°423 d’Octobre 1995 N°51 décembre 1989  1995 :- La mobilité de la main-d’œuvre en 1989 dans lesLes Mouvements de main-d’œuvre dans les établissements de plus de 50 salariésétablissements de 50 salariés ou plus N°115 décembre 1990Collection Emploi-Revenus n°114INSEE-Résultats n°515 de Janvier 1997 - Tassement des recrutements à durée déterminée en 1990 1996 :N°165 Septembre 1991Les Mouvements de main-d’œuvre dans les établissements de 50 salariés ou plus - Moins d’embauches en 1991Collection Emploi-Revenus n°131 N°228 Septembre 1992INSEE-Résultats n°583 de Décembre 1997  - Ralentissement des mouvements de main-1997 :d’œuvre en 1992Les Mouvements de main-d’œuvre dans les N°284 Octobre 1993établissements de 50 salariés ou plusCollection Emploi-Revenus n°143 - Les mouvements de main-d’œuvre en 1994 dansINSEE-Résultats n°628 de Décembre 1998 les établissements de 50 salariés et plus  N°407 Novembre 19941998 :Les Mouvements de main-d’œuvre dans lesétablissements de 50 salariés ou plusCollection Emploi-Revenus n°158
Les mouvements de main d’œuvre dans les établissements de 50 salariés ou plus en 2004 9 
Informations Rapides : Avant l’année 2000, les Informations rapidesDMMO sont de périodicité mensuelle.L’Information rapide comprend, avant l’année2000, des tableaux mensuels de taux d’entrée et detaux de sortie CJO-CVS selon le secteur d’activité,les principaux motifs, le sexe et l’âge, ainsi qu’ungraphique sur les taux d’entrée et de sortie selon lesprincipaux motifs. On y trouve aussi des tableauxtrimestriels bruts suivant le secteur d’activité, la
10 
taille des établissements, la nature des entrées et lemotif de sorties.A partir de l’année 2000, la publication se fait partrimestre.Elle reprend le graphique et tableaux d’avantauxquels sont ajoutés les taux de rotation. Ontrouve en plus un tableau global mensuel des tauxd’entrée, de sortie et de rotation. Il en est de mêmepour les résultats trimestriels. Un tableausupplémentaire par taille d’établissement estégalement établi.
Les mouvements de main d’œuvre dans les établissements de 50 salariés ou plus en 2004
Les données essentieles 
Liste des tableaux 
    Année 2004   Tableau 1 Résultats mensuels par région (toutes activités) Taux d’entrée et de sortie Tableau 2 Résultats mensuels en 4 secteurs -France métropolitaine  Taux d’entrée et de sortie Structure des entrées et des sorties pour les principaux motifs Tableau 3 Résultats trimestriels en 36 secteurs -France métropolitaine  Taux d’entrée et de sortie Nombre et effectifs des établissements répondants Tableau 4 Résultats annuels par sexe et taille d’établissement en 4 secteurs -Francemétropolitaine Taux d’entrée et de sortie Taux d’évolution des effectifs  Tableau 5 Résultats annuels par sexe en 16 secteurs -France métropolitaine  Taux d’entrée et de sortie Taux d’évolution des effectifs  Tableau 6 Résultats annuels en 36 secteurs -France métropolitaine  Taux d’entrée et de sortie Taux d’évolution des effectifs       
A noter que dans les tableaux annuels (tableaux 4,5 et 6) n’ont été prisen compte que les cases où les trimestres étaient renseignés.
Les mouvements de main d’œuvre dans les établissements de 50 salariés ou plus en 2004
11 
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.