Les mouvements de main d'oeuvre en Haute-Normandie en 2001 : Les femmes majoritaires dans les embauches... précaires

Publié par

En 2001, le nombre de femmes recrutées a dépassé celui des hommes qui diminue. Le niveau des contrats à durée indéterminée (CDI) est toujours très haut et les embauches précaires sont en forte baisse. Ces embauches restent cependant majoritaires et profitent davantage aux femmes. La baisse des contrats à durée déterminée (CDD) influe négativement sur l'emploi des jeunes.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 13
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

LES MOUVEMENTS DE MAIN-D’ŒUVRE EN HAUTE-NORMANDIE EN 2001
Les femmes majoritaires dans les embauches... précaires
Damien BARTHÉLÉMY - Direction régionale du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle (DRTEFP)
baisse des embauches sous CDD, déjà contre 4,3% en 2000. Les licenciementsEn 2001, le nombre de femmes
observée, se traduit aussi par une baisse dus à une rupture du contrat de travail
recrutées a dépassé celui des
des sorties dues à la fin de ce type de par l’employeur sont la cause de 6,5%
hommes qui diminue. Le niveau contrat. Les fins de CDD restent cepen des sorties. A l’opposé, les démissions-
dant majoritaires dans le total des sont trois fois plus nombreuses et repré-des contrats à durée
sorties. sentent 20% des sorties de janvier à sep-
indéterminée (CDI) est toujours Les licenciements économiques, tou tembre 2001. C’était déjà le cas l’année-
jours très minoritaires dans les sorties de précédente (19% en 2000, 15% entrès haut et les embauches
main-d’œuvre, sont à nouveau en recul 1999). Ces évolutions positives duprécaires sont en forte baisse.
jusqu’à la fin septembre. Les chiffres du nombre de démissions montrent que le
Ces embauches restent quatrième trimestre, non encore disponi marché du travail reste favorable aux sa- -
bles, devraient cependant montrer une lariés d’autant que le risque de licencie-cependant majoritaires et
inversion de tendance suite à quelques ment reste faible.
profitent davantage aux plans sociaux. Parmi les personnes qui Le nombre de départs en retraite di-
femmes. La baisse des contrats se sont inscrites à l’ANPE en 2001, minue entre 2000 et 2001 : -6%. Pour
seules 3,4% l’ont fait suite à un licencie mille salariés présents en début d’année,-à durée déterminée (CDD) influe
ment économique. un peu plus de dix partent en retraite
négativement sur l’emploi des Les licenciements pour autres motifs dans l’année. Parmi ceux-ci, les 60 ans
sont en très légère hausse. Leur part et plus sont majoritaires en 2001 (51%jeunes.
dans le total des sorties atteint 4,5% des départs). En 1998, seulement 37%
urant les trois premiers trimes-
LES EMBAUCHES EN HAUTE-NORMANDIE SELON L’ÂGE ET LE SEXEDtres de 2001, 87 200 embauches
Année 2000 D’octobre 2000 à septembre 2001et 81 650 départs ont eu lieu dans les
Nombre CDI (%) CDD (%) Nombre CDI (%) CDD (%)établissements de 10 salariés et plus.
Hommes 62 781 32,9 63,4 56 134 34,5 60,9Sur le champ étudié (voir encadré
dont moins de 25 ans 24 798 20,3 79,1 22 366 22,5 76,6
ci-contre), la création nette d’emplois a Femmes 56 393 18,4 79,0 56 795 20,0 77,8 24 004 12,6 86,0 23 396 13,7 85,8donc été de 5 550, soit une évolution de
Sexe non renseigné 446 13,9 48,7 529 2,5 40,61,7% de janvier à septembre 2001
dont moins de 25 ans 158 7,0 84,8 165 6,1 86,7
(contre +2,7% et +1,3% sur les mêmes
Ensemble 119 620 26,0 70,7 113 458 27,1 69,3 48 960 16,5 82,5 45 927 18,0 81,4périodes de 2000 et 1999). Le nombre
Sources : INSEE - DRTEFP/EMMO-DMMO Unités : nombre, %d’embauches est en baisse de 6,6% et
Champ : établissements du secteur privé de 10 salariés et plus.
celui des sorties diminue de 3,5% par
rapport à la même période de 2000. LES SORTIES EN HAUTE-NORMANDIE SELON L’ÂGE ET LE SEXE
Année 2000 D’octobre 2000 à septembre 2001
Licenciement Licenciement
Fin de CDD économique Fin de CDD économiqueLES EMPLOIS DURABLES
Nombre (%) (%) Nombre (%) (%)
TOUJOURS À UN NIVEAU ÉLEVÉ Hommes 57 416 49,1 2,5 53 010 48,0 2,2
dont moins de 25 ans 19 660 74,5 0,1 18 006 73,7 0,1
Femmes 52 328 68,9 2,2 53 216 69,1 1,8Les embauches sous CDI de l’année 20 243 82,6 0,2 20 665 81,4 0,2
2001 sont presque aussi nombreuses
Sexe non renseigné 682 33,4 0,0 974 28,4 0,0
que celles de l’année précédente : dont moins de 25 ans 179 80,4 0,0 183 88,5 0,0
Ensemble 110 426 58,4 2,3 107 200 58,3 2,022 800 contre 23 100 un an plus tôt. 40 082 78,6 0,1 38 854 77,9 0,2
C’est un très bon résultat dans la mesure
Sources : INSEE - DRTEFP/EMMO-DMMO Unités : nombre, %
où l’année 2000 marquait déjà une très Champ : établissements du secteur privé de 10 salariés et plus.
forte hausse par rapport à 1999 (+18%).
La part des embauches sous CDI ne
LES MOUVEMENTS DE MAIN-D’OEUVRE
cesse d’ailleurs de progresser. Elles re-
Les données sur les mouvements de main-d’œuvre dans les établissements de 10 salariés ou plusprésentent aujourd’hui plus de 27% des
sont issues de deux sources : la déclaration mensuelle de mouvements de main-d’œuvre établie
embauches contre 26% en 2000 et 23% chaque mois par les établissements de 50 salariés ou plus et l’enquête trimestrielle sur les mouve-
en 1999. Corollaire de cette évolution, le ments de main-d’œuvre interrogeant les établissements de 10 à 49 salariés par sondage. Les admi-
nistrations, les collectivités territoriales, les principaux établissements publics et les établissementstaux d’embauche en CDD (69%) n’a
de travail temporaire sont exclus de ces résultats. Il convient d’interpréter avec précaution les résul-jamais été aussi bas (cette proportion
tats obtenus dans les secteurs des services aux entreprises, des services aux particuliers, de l’édu-
était de 77% en 1998). Leur nombre est cation, de la santé et de l’action sociale, de l’administration et de l’agriculture. Ces secteurs comptant
pour 46% de l’emploi salarié, ne représentent que 22% du champ étudié.en diminution de -9% cette année. Cette
CAHIER D’AVAL n° 61 - Juillet 2002 11
EMPLOI
CHÔMAGEdes nouveaux retraités avaient au moins l’APEC, près du quart des postes de en CDI.
60 ans. cadres sont pourvus par promotion in Quel que soit l’âge et le type-
Enfin, pour être complet sur les terne. Or, celles-ci n’apparaissent pas d’embauche, le nombre d’hommes est
causes d’embauches et de sorties, les dans les mouvements de main-d’œuvre. en baisse de 10,5% sur un an, tandis que
transferts d’un établissement à un autre celui des femmes progresse de 0,7%. La
d’une même entreprise ou d’un même conséquence de cette évolution est une
groupe sont plus nombreux en 2001, ce LES FEMMES PLUS NOMBREUSES augmentation de la part des femmes
qui tend à augmenter leur part dans les dans les embauches (50% en 2001). IlDANS LES EMBAUCHES
embauches (3% en 2000, 3,4% en s’agit d’un changement important
2001). Parmi les sorties, les transferts re En 2001, les entreprises concluent puisque de 1996 à 2000, la part des-
présentent 4,5% du total en 2001 contre 40,5% de leurs embauches avec des femmes restait relativement stable,
5,4% en 2000. Ce type de flux de jeunes de moins de 25 ans, soit 20,5% autour de 46%.
main-d’œuvre est particulièrement im de femmes et 20% d’hommes. Les La principale différence reste le type-
portant dans les secteurs de la banque et jeunes subissent la baisse des embau- de contrat à l’embauche. En 2001, 34,5%
des assurances. Chez les cadres égale ches un peu plus que leurs aînés, surtout des hommes ont été recrutés en CDI-
ment où les transferts comptent pour pour les jeunes hommes. Parmi les tandis que pour les femmes, la
13% des embauches et 25% des sorties. jeunes femmes recrutées en 2001, proportion a été de 20%. L’écart constaté
Pour ces derniers, le nombre de sorties 13,7% ont bénéficié d’un CDI. Les jeunes est plus important qu’en 1999 où 26%
est toujours supérieur aux entrées. Cela hommes ont vu ce ratio progresser de des hommes et 16,5% des femmes ont
ne permet pas de conclure à une diminu 20,3% à 22,5% en un an. Les jeunes sont bénéficié d’un CDI à l’embauche.-
tion du personnel d’encadrement. Selon toujours peu nombreux à être recrutés
LES ASSURANCES RECRUTENT
LES MOUVEMENTS DE MAIN-D’OEUVRE EN HAUTE-NORMANDIE SELON LA CATÉGORIE SOCIOPROFESSIONNELLE
De janvier à septembre Le ralentissement des créations
Année 2000 2000 2001 nettes d’emplois n’a pas empêché cer-
Entrées Sorties Entrées Sorties Entrées Sorties
tains métiers de continuer à se dévelop-
Chefs d’entreprises et cadres 5 213 5 494 3 940 4 226 3 877 4 185
per. Concernant les ouvriers (qualifiés ou
Professions intermédiaires 15 014 15 203 11 642 11 706 10 696 10 542
non) des industries de process, laEmployés 42 007 37 738 32 251 29 524 29 650 27 991
hausse observée en 2000 continue enOuvriers qualifiés 24 038 21 535 19 157 16 007 16 210 14 220
2001. Ces métiers concernent les secOuvriers non qualifiés 31 148 28 197 24 555 21 366 23 106 21 139 -
PCS non renseignés 2 200 2 259 1 818 1 768 3 663 3 576 teurs de la chimie, de la pharmacie ou de
Total 119 620 110 426 93 363 84 597 87 202 81 653 l’agro-alimentaire.
Sources : INSEE - DRTEFP/EMMO-DMMO Unité : nombre Les banques, et surtout les assuran-
Champ : établissements du secteur privé de 10 salariés et plus. ces ont accru leurs effectifs en 2001. Plu-
sieurs hypothèses peuvent être
LES QUINZE FAMILLES PROFESSIONNELLES QUI GAGNENT LE PLUS D’EMPLOIS
évoquées : renforcement du pôle sur l’ag-Année 2000 De janvier à septembre 2001
glomération rouennaise, évolution desEntrées Sorties Solde Entrées Sorties Solde
Ouvriers non qualifiés des industries de process 8 634 7 716 718 5 838 4 731 1 107 métiers avec les nouvelles technologies
Ouvriers qualifiés des industries de process 4 770 4 237 533 3 678 2 953 725 de l’information et de la communication,
Employés et techniciens des assurances 484 442 42 954 343 611 anticipation des départs en retraite.
Conducteurs de véhicules 4 887 4 261 626 3 350 2 867 483
Les conducteurs de véhicules et, en
Employés administratifs d’entreprises 5 991 5 368 623 4 811 4 425 386
particulier, les chauffeurs routiers et lesOuvriers non qualifiés de la mécanique 1 573 1 130 443 1 409 1 039 370
Agents de gardiennage et de sécurité 4 245 3 388 857 2 823 2 465 conducteurs livreurs voient leurs effectifs358
Agents d’entretien, nettoyeurs 14 459 13 816 643 11 821 11 515 306 augmenter. Il s’agit de la continuation d’un
Techniciens, agents de maîtrise de la maintenance 1 089 1 061 28 858 581 277 mouvement qui existe depuis plusieurs
Agents administratifs et commerciaux du tourisme et des
années, mais qui est moins vigoureux entransports 1 121 949 172 707 491 216
2001. La bonne santé de l’économie avaitOuvriers qualifiés de la manutention 3 136 2 811 325 1 983 1 767 216
Ouvriers qualifiés de la mécanique 1 053 992 61 710 498 212 entraîné une hausse des emplois de servi-
Secrétaires 2 225 1 968 257 1 419 1 227 192 ces induits (gardiennage, nettoyage, ma-
Ouvriers qualifiés de la maintenance 1 509 1 317 192 929 754 175
nutention) ; le ralentissement de l’activité
Employés et techniciens de la banque 838 875 -37 508 362 146
s’est traduit par une augmentation plus
Sources : INSEE - DRTEFP/EMMO-DMMO Unité : nombre
faible de ces emplois.Champ : établissements du secteur privé de 10 salariés et plus
Cette hausse de l’emploi tertiaire se
traduit également par un nombre croissantLES CINQ FAMILLES PROFESSIONNELLES QUI PERDENT LE PLUS D’EMPLOIS
d’employés administratifs ou de secrétai-Année 2000 De janvier à septembre 2001
Entrées Sorties Solde Entrées Sorties Solde res. Les besoins de l’industrie se font sentir
Action sociale, culturelle et sportive 4 314 3 965 349 3 221 3 577 -356 dans les professions de la mécanique
Ouvriers non qualifiés de la manutention 5 088 4 498 590 2 911 3 124 -213 (construction automobile) et de la mainte-
Représentants 1 348 1 739 -391 463 668 -205
nance des équipements de production.
Techniciens, agents de maîtrise des industries de process 1 194 1 152 42 791 930 -139
Ces métiers demandent des formationsCaissiers, employés de libre-service 8 904 8 006 898 6 339 6 460 -121
spécifiques souvent de niveau bac, voire
Sources : INSEE - DRTEFP/EMMO-DMMO Unité : nombre
Champ : établissements du secteur privé de 10 salariés et plus. «bac +2»
12 CAHIER D’AVAL n° 61 - Juillet 2002

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.