Les mouvements de main d'uvre en Haute-Normandie en 2002 : Une année difficile pour l'industrie

De
Publié par

En 2002, les mouvements de main d'oeuvre sont le reflet d'une conjoncture plus difficile. Si les embauches sont en progression, les sorties sont également plus nombreuses. En particulier, les licenciements ont été plus fréquents surtout chez les ouvriers. Dans l'ensemble, les femmes restent majoritaires dans les embauches, mais une sur cinq seulement bénéficie d'un CDI contre un homme sur trois. Les opportunités d'embauches sont nombreuses dans les métiers des services, en particulier dans le gardiennage et dans les assurances.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 21
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins

LES MOUVEMENTS DE MAIN-D’ŒUVRE EN HAUTE-NORMANDIE EN 2002
Une année difficile pour l’industrie
Damien BARTHÉLÉMY
En 2002, les mouvements de les mouvements sont comptabilisés au bilise 81 départs pour fin de contrat.
niveau de l’établissement. Ainsi, quand Dans les années de bonne conjoncture,main-d’œuvre sont le reflet
un salarié quitte un établissement pour le rapport était de 75 départs pour 100
d’une conjoncture plus difficile.
un autre du même groupe ou de la même entrées, soit un taux de maintien appa-
Si les embauches sont en entreprise, ce mouvement est compté rent dans l’emploi plus élevé.
comme un transfert. Ce type de mouve- Les licenciements économiques aug-progression, les sorties sont
ments est fréquent chez les cadres et mentent d’environ 20% par rapport à la
également plus nombreuses. En
dans le secteur “banque-assurance”. période précédente, mais ils ne repré-
particulier, les licenciements ont sentent que 2,4% des sorties. Toutefois,
ce chiffre est certainement sous-évalué :été plus fréquents surtout chez
quand un établissement ferme définitive-DES LICENCIEMENTS PLUS FRÉQUENTSles ouvriers. Dans l’ensemble,
ment ses portes, les dernières déclara-
les femmes restent majoritaires En un an, le nombre de départs des tions ne sont pas toujours transmises à
établissements de 10 salariés et plus est l’Inspection du travail. Comparativement,dans les embauches, mais une
en hausse de 2 700. Le principal motif de parmi les personnes qui se sont inscritessur cinq seulement bénéficie
départ est la fin d’un CDD (59%). Le à l’ANPE en 2002, 4% l’ont fait suite à un
d’un CDI contre un homme sur solde entre les embauches en CDD et licenciement économique. Les licencie-
trois. Les opportunités les fins de CDD diminue. Pour 100 em- ments pour autres motifs sont, eux aussi,
bauches à durée déterminée, on compta- en nette augmentation. Leur part dansd’embauches sont nombreuses
dans les métiers des services, en
LES EMBAUCHES EN HAUTE-NORMANDIE SELON L’ÂGE ET LE SEXE
particulier dans le gardiennage D’octobre 2000 à septembre 2001 D’octobre 2001 à septembre 2002
Nombre CDI (%) CDD (%) Nombre CDI (%) CDD (%)et dans les assurances.
Hommes 56 134 34,5 60,9 56 332 34,4 60,0
dont moins de 25 ans 22 366 22,5 76,6 23 553 24,0 74,9
Femmes 56 795 20,0 77,8 58 540 19,4 78,2’octobre 2001 à septembre 2002, 23 396 13,7 85,6 25 052 14,3 84,6D115 300 embauches et 109 900 Sexe non renseigné 529 2,5 40,6 441 20,0 29,7
dont moins de 25 ans 165 6,1 86,7 69 24,6 63,8départs ont eu lieu dans les établisse-
Ensemble 113 458 27,1 69,3 115 313 26,7 69,1ments de 10 salariés et plus de la 45 927 18,0 81,4 48 674 19,0 79,9
Haute-Normandie. Sur le champ étudié
Sources : INSEE - DRTEFP/EMMO-DMMO Unités : nombre, %
Champ : établissements du secteur privé de 10 salariés et plus.(voir encadré), la création nette d’em-
plois a donc été de 5 400, soit moins que
LES SORTIES EN HAUTE-NORMANDIE SELON L’ÂGE ET LE SEXE
sur la même période un an plus tôt.
D’octobre 2000 à septembre 2001 D’octobre 2001 à septembre 2002
Si les embauches ont été plus nom- Licenciement Licenciement
Fin de CDD économique Fin de CDD économiquebreuses, en hausse de 1,6% sur un an,
Nombre (%) (%) Nombre (%) (%)
les sorties ont augmenté à un rythme un
Hommes 53 010 48,0 2,2 54 100 47,2 3,0
dont moins de 25 ans 18 006 73,7 0,1 19 104 70,0 0,3peu plus soutenu (+2,5%). Après un net
Femmes 53 216 69,1 1,8 55 109 20,6 1,8ralentissement en 2001, les mouvements 20 665 81,4 0,2 22 010 81,0 0,2
de main-d’œuvre sont plus nombreux en Sexe non renseigné 974 28,4 0,0 711 20,7 0,0
dont moins de 25 ans 183 88,5 0,0 68 38,2 0,02002, que ce soit pour les embauches
Ensemble 107 200 58,3 2,0 109 920 58,7 2,4mais plus encore pour les sorties. 38 854 77,9 0,2 41 182 75,8 0,3
La proportion d’embauches sous CDI Sources : INSEE - DRTEFP/EMMO-DMMO Unités : nombre, %
Champ : établissements du secteur privé de 10 salariés et plus.recule un peu (26,7% contre 27,1% un
an plus tôt) mais reste à un niveau élevé
comparativement à la fin des années 90. LES MOUVEMENTS DE MAIN-D’OEUVRE
Ainsi, en un an, 30 800 personnes ont Les données sur les mouvements de main-d’œuvre dans les établissements de 10 salariés ou plus
sont issues de deux sources : la déclaration mensuelle de mouvements de main-d’œuvre établieété embauchées sous contrat à durée in-
chaque mois par les établissements de 50 salariés ou plus et l’enquête trimestrielle sur les mouve-
déterminée. La proportion d’embauches ments de main-d’œuvre interrogeant les établissements de 10 à 49 salariés par sondage. Les admi-
en CDD reste stable à 69%, soit son plus nistrations, les collectivités territoriales, les principaux établissements publics et les établissements
de travail temporaire sont exclus de ces résultats. Il convient d’interpréter avec précaution les résul-bas niveau depuis plus de dix ans. Les
tats obtenus dans les secteurs des services aux entreprises, des services aux particuliers, de l’édu-
autres types d’embauches, qui atteignent cation, de la santé et de l’action sociale, de l’administration et de l’agriculture. Ces secteurs comptant
pour 46% de l’emploi salarié, ne représentent que 22% du champ étudié.4% du total, sont les transferts. En effet,
CAHIER D’AVAL n° 64 - Juillet 2003 9
EMPLOI
CHÔMAGEles sorties atteint 5,8% contre 4,5% en et de 6% chez les non qualifiés. Si chez La principale différence reste le type
2001. Au total, les licenciements, ruptu- les ouvriers qualifiés, une embauche sur de contrat à l’embauche, l’écart déjà im-
res du contrat de travail par l’employeur, trois se fait en CDI, cette proportion est portant entre hommes et femmes
sont la cause de 8,2% des départs de une sur huit pour les ouvriers non continue de se creuser. En 2002, comme
contre 6,5% en 2001. qualifiés. En ce qui concerne les départs, en 2001, 34,4% des hommes ont été re-
A l’opposé, les démissions, ruptures ils sont en hausse de 2% chez les ou- crutés en CDI, tandis que pour les
du contrat de travail par le salarié, sont vriers qualifiés et en léger repli (-2,7%) femmes, la proportion est de 19,4%, en
plus nombreuses et représentent 19% chez les non qualifiés. Les licenciements repli d’un demi-point.
des sorties, soit moins qu’en 2001 (20%) (économiques et autres) sont beaucoup
mais au même niveau qu’en 2000. Le plus fréquents chez les ouvriers quali-
nombre toujours élevé des démissions fiés : 14,5% des causes de sorties. Pour LE SECTEUR DE LA SÉCURITÉ RECRUTE
montre que dans un certain nombre de les non qualifiés, les fins de CDD sont de
secteurs ou de métiers, le marché du tra- loin le premier motif de sorties (75% des Malgré une conjoncture moins favo-
vail reste favorable aux salariés. cas). rable en 2002, la plupart des métiers ont
Le nombre de départs en retraite connu une croissance de leurs effectifs,
reste à un niveau faible ; ils représentent c’est-à-dire que le nombre d’entrées a
2% de l’ensemble des causes de sorties. LE CDI S’OUVRE AUX JEUNES été supérieur aux sorties. Ce sont géné-
Parmi ceux-ci, les 60 ans et plus sont MAIS PAS AUX FEMMES ralement des métiers de services.
nettement majoritaires en 2002 (67% Parmi ceux-ci, le métier d’agent de
des départs). En 2001, seulement 51% En 2002, les entreprises concluent gardiennage et de sécurité ressort nette-
des nouveaux retraités avait au moins 60 42% de leurs embauches avec des ment. En douze mois, environ 6 000 em-
ans. Ce sont donc les générations nées jeunes de moins de 25 ans, soit 21,5% bauches ont été enregistrées contre un
avant le baby-boom qui bénéficient de la de femmes et 20,5% d’hommes. Les peu plus de 4 000 pour les années 2000
retraite. Ces générations étant peu nom- jeunes connaissent une hausse de leurs et 2001. Ces embauches sont majoritai-
breuses, les départs en retraite restent embauches un peu plus forte que leurs rement en contrat à durée indéterminée.
limités. aînés. Parmi les jeunes femmes recru- Les métiers de l’action sociale, culturelle
tées en 2002, 14,3% ont bénéficié d’un et sportive sont de nouveau en hausse
CDI, soit à peine mieux qu’en 2001. Les après une année 2001 où leurs effectifs
jeunes hommes ont vu ce ratio progres- étaient en baisse. Ces emplois, qui sontPLUS D’EMBAUCHES
POUR LES EMPLOYÉS, ser de 22,5% à 24%. Les jeunes sont souvent en contrat emploi-jeune, ont
MOINS POUR LES OUVRIERS toujours peu nombreux à être recrutés connu un peu moins de départs et un
en CDI mais cette proportion augmente peu plus d’arrivées, de nombreux postes
Sur les neuf premiers mois de 2002, depuis deux ans. L’arrivée des Contrats d’emplois jeunes étant vacants à la fin
le nombre d’embauches augmente de Jeunes en Entreprises à l’été 2002 de- 2001. Les emplois de services divers se
3,4% mais les résultats sont contrastés vrait augmenter sensiblement les em- sont développés ; principalement dans le
suivant les catégories socioprofession- bauches en CDI. secteur de l’action sociale mais égale-
nelles. Chez les cadres, embauches et Quels que soient l’âge et le type ment parmi les bailleurs des logements
sorties sont en hausse de 10%. Ces der- d’embauche, le nombre d’hommes dans sociaux. Pour les métiers du nettoyage,
nières étant toujours supérieures aux en- les embauches progresse faiblement le volume des embauches, déjà très im-
trées, cela ne permet pas de conclure à (+0,3%), tandis que celui des femmes portant, continue de progresser mais
une diminution du personnel d’encadre- augmente sensiblement (+3,1%). La part avec un volant d’emplois précaires qui
ment. Selon l’APEC, près du quart des des femmes dans les embauches pro- reste élevé.
postes de cadres sont pourvus par pro- gresse et atteint 51% contre 50% un an Comme l’an dernier, les assurances
motion interne, or celles-ci n’apparais- plus tôt. Il s’agit d’une évolution impor- ont recruté de nombreux employés et
sent pas dans les mouvements de tante puisque entre 1996 et 2000, la part techniciens, et souvent sur des postes
main-d’œuvre. Chez les professions in- des femmes restait relativement stable pérennes. Le nombre de départs est
termédiaires, les embauches sont égale- autour de 46%. deux fois inférieur aux embauches. Dans
ment en hausse de 10%, mais pour les
sorties, la progression n’est que de 4% et LES MOUVEMENTS DE MAIN-D’OEUVRE EN HAUTE-NORMANDIE SELON LA CATÉGORIE SOCIOPROFESSIONNELLE
De janvier à septembrele solde est positif. Pour les employés, les
Année 2001 2001 2002mouvements ont fortement augmenté
Entrées Sorties Entrées Sorties Entrées Sorties
(+20%) que ce soit pour les embauches
Chefs d’entreprises et cadres 5 049 5 311 3 877 4 185 4 280 4 654
ou les sorties. Les CDD y sont impor- Professions intermédiaires 14 341 13 763 10 696 10 542 11 646 10 972
tants, 73% des entrées et 67% des dé- Employés 39 503 35 993 29 650 27 991 35 897 33 756
Ouvriers qualifiés 20 431 19 185 16 210 14 220 15 483 14 497parts pour cause de fin de contrat. En
Ouvriers non qualifiés 28 353 26 994 23 106 21 139 21 760 20 560contrepartie, les licenciements sont
PCS non renseignés 4 649 4 635 3 663 3 576 1 122 1 254moins nombreux. Les ouvriers ont connu
Total 112 326 105 881 87 202 81 653 90 188 85 693
une année plus difficile avec une baisse
Sources : INSEE - DRTEFP/EMMO-DMMO Unité : nombredes embauches de 5% chez les qualifiés
Champ : établissements du secteur privé de 10 salariés et plus.
10 CAHIER D’AVAL n° 64 - Juillet 2003le secteur bancaire, les mouvements res-LES QUINZE FAMILLES PROFESSIONNELLES QUI GAGNENT LE PLUS D’EMPLOIS
tent importants avec un solde positifD’octobre 2001 à septembre 2002
Entrées Sorties Solde mais il faut remarquer que deux fois sur
Dont Dont fin trois il s’agit d’un transfert.
Dont CDI démission de contrat
Nombre (%) Nombre (%) (%) Nombre Trois familles de métiers restent très
Agents de gardiennage et de sécurité 6 060 57 4 824 15 36 1 236 recherchées : secrétariat, conducteurs
Professionnels de l’action sociale, culturelle et sportive 4 592 23 4 000 16 78 592
de véhicules et personnel de l’hôtellerie.
Employés et techniciens des assurances 993 84 467 29 18 526
Si les embauches sont plus souvent enEmployés des services divers 1 584 37 1 132 12 75 452
Ouvriers qualifiés du gros oeuvre du bâtiment 1 098 42 727 32 32 371 CDI, le nombre de démissions est égale-
Vendeurs 3 257 24 2 914 25 56 343 ment plus fréquent, signe d’une certaine
Agents d’entretien, nettoyeurs 15 915 9 15 580 9 81 335
tension sur le marché du travail pour cesSecrétaires 1 998 28 1 715 20 57 283
professions.Conducteurs de véhicules 4 070 48 3 792 43 25 278
Ouvriers qualifiés des industries de process 4 628 18 4 367 10 65 261 Les métiers du commerce, vendeurs,
Caissiers, employés de libre-service 9 457 10 9 230 16 65 227 caissiers, employés de libre-service,
Ouvriers non qualifiés de la mécanique 1 049 28 825 17 64 224
connaissent un regain de leurs effectifsOuvriers non qualifiés des industries de process 6 011 14 5 791 12 73 220
Employés et agents de maîtrise de l’hôtellerie 5 103 51 4 891 39 37 212 mais toujours sur des emplois majoritai-
Employés et techniciens de la banque 989 8 787 4 55 202 rement précaires.
Sources : INSEE - DRTEFP/EMMO-DMMO Unité : nombre Enfin, les métiers du secondaire ont
Champ : établissements du secteur privé de 10 salariés et plus.
connu une année 2002 nettement moins
favorable. Dans le bâtiment, seul les mé-
LES CINQ FAMILLES PROFESSIONNELLES QUI PERDENT LE PLUS D’EMPLOIS tiers d’ouvriers qualifiés du gros œuvre
D’octobre 2001 à septembre 2002 restent bien orientés. Dans l’industrie, les
Entrées Sorties Solde
besoins de renouvellement de
Dont Dont fin
Dont CDI démission de contrat main-d’œuvre dans l’industrie automo-
Nombre (%) Nombre (%) (%) Nombre
bile permettent aux ouvriers non qualifiésOuvriers qualifiés de la manutention 2 547 30 2 811 16 53 -264
de la mécanique de maintenir leur niveauOuvriers qualifiés enlèvement de métal 456 55 575 25 39 -119
Ingénieurs et cadres de l’industrie 576 55 694 22 10 -118 d’embauche. Dans les industries de pro-
Représentants 705 63 823 40 8 -118 cess, le solde des emplois d’ouvriers,
Agriculteurs, éleveurs, sylviculteurs, bûcherons 128 20 239 13 74 -111
bien que restant positif, est en diminution
Sources : INSEE - DRTEFP/EMMO-DMMO Unité : nombre
par rapport aux années précédentesChamp : établissements du secteur privé de 10 salariés et plus.
Les Tableaux Economiques de Haute-Normandie
C’est l’indispensable document de base, pour tous ceux qui s’intéressent
à la vie économique et sociale de la région
5 grands domainesTEHN 2002
C’est aussi l’image en chiffres
Espace - Population,de la Haute-Normandie,
Société - Modes de vie,
avec les résultats Emploi - Revenus,
du dernier recensement Economie - Finances,
Système productifde la population
CAHIER D’AVAL n° 64 - Juillet 2003 11

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.