Les ouvriers intérimaires : entre précarité et insertion

De
Publié par

Jeunes et peu qualifiés, les ouvriers du secteur intérimaire sont dans une situation relativement précaire. Tous emplois confondus, leur temps de travail total reste modeste, de même que leurs rémunérations. Cependant, certains d'entre eux en ont fait un choix professionnel. Pour d'autres, le travail temporaire constitue un tremplin vers l'emploi.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 50
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

INSEE N°81-Mai2001BOURGOGNE
Les ouvriers intérimaires :
entre précarité et insertion
Jeunes et peu qualifiés, les ouvriers du secteur intérimaire
sont dans une situation relativement précaire.
Tous emplois confondus, leur temps de travail total reste modeste,
de même que leurs rémunérations.
Cependant, certains d’entre eux en ont fait un choix professionnel.
Pour d’autres, le travail temporaire constitue un tremplin vers l’emploi.
râce à un contexte économique Les revenus de leur travail salarié salaire horaire moyen s’élève ainsi àGfavorable, le travail temporaire a sont faibles : ils ont perçu 42 600 F en 44,60 F et la rémunération médiane à
connu une forte croissance ces derniè- moyenne pour l’année, toutes rémunéra- 42,90 F. Les périodes d’intérim sont
res années. Entre 1997 et 1998, tions confondues. Mais ce chiffre dissi- mieux rémunérées (45,30 F de l’heure
l’emploi a ainsi davantage progressé en mule une assez grande disparité : en en moyenne).
Bourgogne (31,6 %) qu’en France effet, la moitié de ces ouvriers intérimai-
(26 %). 16 000 ouvriers ont travaillé res ont gagné moins de 37 900 F et le Davantage de travail en
dans cette branche en 1997, soit 5 % quart seulement 63 800 F ou plus. Cette
1998 …de l’ensemble des ouvriers bourgui- dispersion est essentiellement due aux
gnons. variations de la durée du travail, l’éven-
Il s’agit essentiellement d’hommes tail des rémunérations horaires appa- Les contrats temporaires (CDD et
jeunes, peu qualifiés, travaillant dans raissant beaucoup plus restreint. Le intérim) sont couramment utilisés
l’industrie. On recense ainsi une femme
pour trois hommes. Âgés de 28 ans en Un secteur peu qualifié
moyenne, la moitié de ces travailleurs
temporaires ont moins de 26 ans. Une Répartition par catégorie socio-professionnelle des ouvriers intérimaires en 1997
bonne majorité (respectivement 64 %
en Bourgogne contre 61 % en France)
Autres ouvriers non qualifiés Autres ouvriers non qualifiéssont non qualifiés et une part encore
plus importante (plus de huit sur dix)
travaillent dans le secteur industriel.
Ouvriers qualifiés Ouvriers qualifiésUne situation précaire de l’industrie de l’industrie
La professionnelle des
Autres ouvriers Autres ouvriersouvriers intérimaires est plutôt précaire.
qualifiés qualifiésIls occupent généralement plusieurs
emplois dans l’année : seuls 28 % n’en
Ouvriers non qualifiés Ouvriers non qualifiésont occupé qu’un seul. La moitié d’entre
de l’industrie de l’industrie
eux ont connu au moins une période de
chômage rémunéré dans l’année. Un
sur deux a travaillé moins d’une
BOURGOGNE FRANCEdemi-année, tous emplois confondus,
et seuls 18 % d’entre eux ont cumulé
Source : INSEE - DADS 1997.l’équivalent d’un temps plein.INSEE N°81-Mai2001BOURGOGNE
préalablement à l’embauche pour sé- Plus de femmes parmi les précaires
lectionner le personnel. Est-ce le cas
pour les ouvriers du secteur temporaire Part des femmes en 1998 parmi les ouvriers intérimaires en 1997
bourguignon ? Quelle a été leur évolu-
%tion professionnelle sur un an ? Parmi 30
ceux ayant connu l’intérim en 1997,
une grande majorité (près de six sur 25
dix) sont toujours dans une situation
20difficile en 1998, alternant chômage et
emploi. Un sur dix est même en grande
15
précarité, n’ayant connu que du chô-
mage ou des emplois de très courte 10
durée. Une proportion équivalente a
changé de profession. Un sur deux a 5
connu le chômage. Ils ont travaillé da-
0vantage en 1998 qu’en 1997, ce qui a
Intérimaires Anciens intérimaires Précairesgénéré une augmentation de leur reve-
professionnels
nu global. Mais la croissance du salaire
horaire moyen reste très modérée Source : INSEE - DADS 1998.
(+ 0,4 %).
rim, n’occupent que des petits boulots, intérimaires professionnels (1 621
entrecoupés ou non de périodes de heures en moyenne, contre 1 435). La… et donc un revenu su-
chômage indemnisé. durée du travail de ces derniers et des
périeur précaires se situe dans un éventail plus
De la précarité … vaste. Le revenu salarial annuel total
Cependant, certains sont mieux dépend du temps de travail : ceux qui
insérés que les autres et l’on peut scin- Quelles sont les spécificités de sont sortis de l’intérim ont gagné plus
der la population de départ en trois chacun de ces groupes ? S’il y a plus de que les intérimaires, et leurs rémunéra-
groupes distincts : les intérimaires pro- femmes parmi ceux qui ont trouvé un tions s’insèrent dans une fourchette
fessionnels, les anciens et emploi classique que parmi ceux qui plus resserrée. Les revenus des pré-
les précaires. Les intérimaires profes- sont restés intérimaires, c’est parmi les caires sont à la fois faibles et dispara-
sionnels et les anciens intérimaires précaires qu’elles sont proportionnelle- tes. Du fait de la prime de précarité, le
peuvent être considérés comme sortis ment les plus nombreuses (un quart de travail est mieux rémunéré dans l’inté-
de la précarité : ils n’ont pas connu de l’effectif total). Ce sont les plus jeunes rim que dans les autres secteurs : on
période de chômage indemnisé et ont qui sont sortis de l’intérim, les précaires constate ainsi une différence de près
occupé un véritable emploi soit dans le étant les plus âgés. Ceci pourrait confir- de 10 % en faveur du travail temporaire
secteur intérimaire, soit dans un autre. mer le rôle de l’intérim dans l’insertion sur le salaire horaire.
Les précaires, dont une bonne partie des jeunes. Les anciens intérimaires
effectuent encore des missions d’inté- ont plus travaillé dans l’année que les … à l’insertion
Un revenu annuel faible pour les précaires C’est pourquoi le salaire horaire
moyen du groupe des intérimaires est
Revenu salarial annuel et salaire horaire en 1998 des ouvriers intérimaires en 1997 nettement supérieur à celui des
anciens ouvriers temporaires. En outre,
67 500 F 45,40 F 44,50 F 44,50 F cela contribue à expliquer que les
61 600 F
Modification de la législation
concernant l’indemnisation du47 000 F
chômage en 1998
Un nouveau dispositif, dénommé ARAC
(Activité Réduite et Allocation de
Chômage), a été mis en application le
er1 mars 1998. Dans le but de favoriser
le maintien en activité des travailleurs
privés d’une partie de leur emploi,
Revenu salarial annuel Salaire horaire différentes mesures ont été adoptées.
Intérimaires professionnels Précaires Cette loi a pu favoriser la multiplicationAnciens intérimaires
des périodes de travail de courte durée.
Source : INSEE - DADS 1998.
© INSEE Bourgogne - 2001 - Les ouvriers intérimaires : entre précarité et insertion 2INSEE N°81-Mai2001BOURGOGNE
précaires, dont la plupart effectuent en- Les jeunes s’insèrent plus facilement
core des missions en intérim, soient Critères déterminant les probabilités de sortie de la précarité et de l’intérim
aussi bien payés, en terme de gain ho- Sortie de la Sortie de
Caractéristiques en 1997raire, que ces derniers. précarité l’intérim
Les jeunes ouvriers intérimaires sor- Sexe
tent plus souvent de l’intérim que leurs Homme +
collègues plus âgés. Est-ce du simple fait Femme réf. réf.
de leur âge ou bien parce qu’ils sont plus Emploi
qualifiés que leurs aînés ? Quels sont les Très stable ns
critères favorisant la sortie de la précari- Stable +
Assez stable réf.té ou de l’intérim ?
Peu stable ns
Nombre de périodes de chômage indemniséSortis de la précarité …
Deux ou plus
Une
Pour sortir de la précarité, mieux
Aucune réf.
vaut être un homme, jeune de préfé- Âge
rence et bien inséré sur le marché du Nombre total d’heures salariées
travail. En effet, les hommes ont une Nombres d’heures salariées de la période principale
plus forte probabilité de sortir de l’em- Fin de rémunération de la période principale
ploi précaire pour aller vers l’emploi Nombre total de périodes rémunérées
stable que les femmes. Une bonne in- de périodes de chômage indemnisé
sertion (absence de chômage indemni- Part des allocations dans le revenu global
sé et nombre d’heures rémunérées
Source : INSEE - DADS
conséquent) sur le marché du travail en
réf. signale la situation de référence (en italique) ; ns indique que l’effet n’est pas statistiquement
1997 constitue également un facteur fa-
significatif ; + indique une probabilité supérieure à celle de la modalité de référence et une
vorable. A l’inverse, plus on est âgé, probabilité inférieure.
moins on a de chance d’effectuer ce indique une probabilité croissant avec la caractéristique et une probabilité décroissant quand
passage vers une stabilité d’emploi. Il la caractéristique étudiée croît.
en est de même pour les intérimaires Une case vide indique une absence d’effet de la caractéristique.
professionnels et pour les travailleurs
les plus précaires.
quitté l’intérim, d’autres non. Quels les hommes, ont, lorsqu’elles ont réussi
… mais pas de l’intérim sont, toutes choses égales par ailleurs, à le faire, plus de chance de sortir de
les critères favorisant cette sortie ? Les l’intérim. Deux autres facteurs favorisent
Parmi ceux qui ont acquis une cer- femmes, pour qui la probabilité de quit- cette sortie : le fait d’avoir effectué un
taine stabilité d’emploi, certains ont ter la précarité est plus faible que pour nombre élevé d’heures de travail ou
Forte croissance du travail temporaire entre 1997 et 1999
L'industrie emploie près des deux tiers des missions d'intérim
Répartition du volume de travail des missions effectuées en 1997
Bourgogne % France %
Agriculture, sylviculture, pêche 0,2 0,3
L’ensemble des missions d’intérim effectuées en 1997 sur le
Industrie 64,4 54,3
territoire bourguignon représente l’équivalent de 11 850
dont :emplois à temps plein. Ces emplois sont peu féminisés (un
sur quatre) et essentiellement occupés par des jeunes. Industries des biens intermédiaires 34,4 22,4
L’industrie est, de loin, le secteur le plus demandeur des biens d'équipement 11,3 11,5
d’intérimaires, les services arrivent en deuxième place et la
Industries des biens de consommation 8,2 6,8
construction ensuite. Cette distribution sectorielle diffère agricoles et alimentaires 6,8 8,1quelque peu de la répartition nationale.
Entre 1997 et 1998, le volume des missions a connu une très Construction 14,2 18,7
forte croissance, supérieure à la moyenne nationale (31,6 %
Services 26,617,9
en Bourgogne contre 26,6 % en France). La Bourgogne se
dont :classe ainsi huitième région française pour le recours à
l’intérim ; en taux de recours corrigé des effets sectoriels, elle Commerce 5,2 8,5
se classe même au sixième rang. Le volume des missions a
Services aux entreprises 5,9 8,5
continué à croître entre 1998 et 1999, mais à un taux
Transports 4,8 6,0beaucoup plus faible (3,5% contre 12,5 % pour la France).
Non renseigné 3,2
Ensemble 100,0 100,0
Source : Ministère de l’Emploi et de la Solidarité - DARES et DRTEFP.
© INSEE Bourgogne - 2001 - Les ouvriers intérimaires : entre précarité et insertion 3INSEE N°81-Mai2001BOURGOGNE
d’avoir connu plusieurs périodes de Les anciens intérimaires sont les plus jeunes
chômage indemnisé en 1997. Symétri-
Répartition par âge en 1998 des ouvriers intérimaires en 1997quement, plus on est âgé, moins on a
de chance de sortir de l’intérim. Il en est Âge
40de même pour ceux qui sont restés en
intérim tard dans l’année ou qui y ont
effectué un nombre d’heures élevé. 35
Si dans la plupart des cas, le tra-
vail temporaire emploie des ouvriers en
plus ou moins grande précarité, il 30
semble aussi être un choix profession-
nel pour d’autres qui cumulent suffi-
25samment de missions pour obtenir
l’équivalent d’un emploi à temps plein.
Pour une troisième catégorie cepen-
20
dant, particulièrement pour les jeunes
Intérimaires Anciens intérimaires Précaires
intérimaires, il constitue un tremplin professionnels
vers l’emploi.
Premier quartile Troisième quartile Âge médian Âge moyen
Chantal Berthier Source : INSEE - DADS 1998.
Thème du prochain numéro : Aires urbaines - Migrations domicile-travail
POUR COMPRENDRE CES RÉSULTATS
Les résultats présentés dans cet article sont issus du fichier des DADS (Déclaration Annuelle de Données Sociales). Cette déclaration est un document
administratif rempli par les employeurs. Elle comporte des informations sur le salarié (âge, sexe, qualification, salaire, adresse,...) et sur son employeur
(localisation, secteur d’activité, taille,...). Destinées notamment au calcul des cotisations sociales et au contrôle par l’administration fiscale des
rémunérations versées, les DADS sont en outre exploitées par l’INSEE à des fins statistiques. Le champ des DADS regroupe l’ensemble des salariés
des établissements de l’industrie, du commerce et des services dans les secteurs privé et semi-public ainsi que les agents des collectivités territoriales
et de la fonction publique hospitalière. Les agents de l’État, les salariés de l’agriculture et de la sylviculture ainsi que ceux des services domestiques et
des activités extra-territoriales en sont exclus.
L’étude présentée ici exploite les renseignements concernant les ouvriers (16 000 individus) ayant effectué le principal de leur activité salariée de 1997
dans le secteur intérimaire bourguignon. Nous ne pouvons retrouver que 15 000 de ces intérimaires en 1998 pour étudier leur devenir. Ils se
répartissent alors en trois groupes distincts. Parmi ceux qui sont sortis de la précarité (qui n’ont pas connu de période de chômage indemnisé en 1998
et ont occupé un véritable emploi), la plupart sont restés dans le secteur intérimaire : ce sont les intérimaires professionnels ; les autres travaillent
dans un autre secteur que celui du travail temporaire : ce sont les anciens intérimaires (ou insérés ou sortis). Le troisième groupe est constitué des
précaires qui n’ont connu que des emplois annexes, entrecoupés ou non de périodes de chômage indemnisé.
Une période de travail est considérée comme annexe si le volume de travail associé (mesuré en heures ou en rémunération) est trop faible. On appelle
véritable emploi toute période de travail non annexe. Le but de cette distinction est d’éliminer les emplois ne contribuant pas significativement à
l’appareil productif ; une partie d’entre eux correspond à des rémunérations supplémentaires (primes, etc...). Les salaires considérés sont les salaires
perçus dans l’année ; les retenues éventuelles pour absence ou maladie sont prises en compte. Ils sont nets de cotisations sociales.
INSEE - BOURGOGNEPOUR EN SAVOIR PLUS
2 bis, rue Hoche - 21000 Dijon
Tél:0380406767
Fax:0380406740- L’intérim : une voie d’accès à l’emploi - INSEE Données Sociales - janvier
Directeur de la publication : Alain Ravet1999.
Rédacteur en chef : Denis Quénelle
Maquette PAO : Catherine Naslot- Les services marchands en 1997 : l’intérim dopé par la reprise industrielle -
Abonnement :INSEE Première n° 594 - juin 1998.
11 numéros par an + Bilan économique
et social annuel : 22,87 euros -150 F- Le travail temporaire en 1999 - Ministère de l’emploi et de la solidarité - DARES
2,29 euros - 15 F le numéroPremières Informations et Premières Synthèses n°43.2 - octobre 2000.
Impression : Imprimerie 21 - Dijon
Dépôt légal : à parution- Les facteurs de recours aux contrats temporaires - Ministère de l’emploi et de la
ISSN 1246-483 Xsolidarité - DARES Premières informations et Premières Synthèses n° 25.3 - juin
Code Sage D0181162000.
 INSEE 2001
© INSEE Bourgogne - 2001 - Les ouvriers intérimaires : entre précarité et insertion 4

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.