Les prix des services publics modèrent l'inflation

De
Publié par

Depuis 1985, les augmentations des prix des services publics ont été nettement inférieures à celles de l'ensemble des prix. L'écart d'inflation est encore plus marqué avec les services privés qui ont augmenté deux fois plus rapidement. Cette modération des prix est générale. Dans les transports, les faibles hausses du train et de l'avion ont contrebalancé l'augmentation des transports urbains. La chute des prix du téléphone s'est accentuée avec l'ouverture du marché à la concurrence. La redevance télévision a augmenté moins vite que le cinéma et que les quotidiens et magazines de la presse écrite. Enfin les hausses des prix du gaz et de l'électricité ont été inférieures à l'inflation pendant la décennie quatre-vingt-dix.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 24
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N° 621 DÉCEMBRE 1998
Prix : 15 F
Les prix des services publics
modèrent l’inflation
Isabelle Léonard, division Prix à la consommation, Insee
depuis 1987 : entre 1987 et 1997, les prixepuis 1985, les augmentations
des services publics ont augmenté de 14 %
des prix des services publics ont contre 48 % pour les services privés.Dété nettement inférieures à celles
Transports : la concurrencede l’ensemble des prix. L’écart d’inflation
train avion modère les prixest encore plus marqué avec les services
privés qui ont augmenté deux fois plus Dans les années quatre vingt dix, la hausse
des prix des transports publics est demeu rapidement.
rée inférieure à celle des transports privés,
Cette modération des prix est générale. sauf en 1997. Entre 1990 et 1998, le diffé
Dans les transports, les faibles hausses rentiel d’inflation a atteint 11 points, dont
près de deux pour la seule année 1994 (gra du train et de l’avion ont contrebalancé
phique 2).
l’augmentation des transports urbains. Les prix des transports publics (hors trans
La chute des prix du téléphone s’est ac ports aériens, qui ne sont pris en compte
dans l’indice des prix à la consommationcentuée avec l’ouverture du marché à la
que depuis 1992) avaient suivi le rythme de
concurrence. La redevance télévision a l’inflation jusqu’au début des années quatre
augmenté moins vite que le cinéma et que vingt. Ensuite, ils ont fortement augmenté,
en raison surtout de la hausse des prix desles quotidiens et magazines de la presse
transports urbains : le prix du ticket de métro
écrite. Enfin les hausses des prix du gaza été multiplié par trois entre 1980 et 1998
et de l’électricité ont été inférieures à l’in tandis que l’indice du transport ferroviaire a
doublé. Dans les années quatre vingt dix,flation pendant la décennie quatre vingt
l’écart entre les transports urbains et le rail
dix. s’est accentué : en 1998, 25 points séparent
les deux indices base 100 en 1990.
Partout en Europe, les services publics Du côté des transports privés (services des
s’ouvrent progressivement à la concur taxis, compagnies de transport interurbain,
rence. Ainsi, en France, de nouveaux opé etc.) les fortes augmentations de prix n’ont
rateurs ont eu accès aux marchés des eu lieu qu’à partir de la fin des années qua
transports aériens et des télécommunica tre vingt. Puis, dans la première moitié de la
tions. Mais la concurrence se développe décennie quatre vingt dix, les augmenta
également à l’intérieur du secteur public : tions de prix des transports privés ont été de
dans les transports, c’est la SNCF qui riva
lise avec les compagnies aériennes.
Cette situation a favorisé une évolution mo
Une moindre hausse des prix dérée des prix des services publics (cf. Pour
des services publicscomprendre ces résultats ) au cours des dix
dernières années. En effet, depuis 1985,
ceux ci ont augmenté plus faiblement que
l’ensemble des prix hors énergie graphique(
1). Ils ont même baissé en 1988 et 1997
( 0,5 % et 0,2 %). Seule l’année 1993 fait
exception : la hausse des services publics a
été légèrement supérieure, de 0,4 point, à
celle de l’ensemble.
L’écart entre l’indice des prix des services
publics et celui des services privés est en
core plus net. Amorcé au début des années
quatre vingt, il s’est creusé plus fortement Source : Insee
?
INSEE
PREMIEREplus en plus modérées, comme celles coms » par rapport à l’inflation géné an pour le téléphone, moins d’une fois
des transports publics. rale est dû aux seuls services de télé pour les services postaux. Néan
Les prix des services de transport aé communications. moins, les variations de prix ont été
rien remontent progressivement de- L’indice de prix du téléphone a surtoutnombreuses pendant la décennie qua
puis deux ans, après s’être stabilisés baissé ces dernières années ( graphi tre vingt, dans les deux cas. Les haus
en 1993 et 1994 et avoir enregistré que 3). Au milieu des années quatre ses de prix des lettres et des colis ont
des baisses en 1995 et 1996. Celles civingt et au début des années été parfois brutales : jusqu’à 66 %
anticipaient l’ouverture totale du mar quatre vingt dix, il a été très stable, ce pour le timbre poste en 1974. Depuis
ché en avril 1997, de sorte qu’elles nequi correspond d’ailleurs à une baisse cette date, leur ampleur a décru, pour
se sont pas poursuivies en 1997. Plu en termes réels puisque l’indice géné ne dépasser qu’une seule fois 10 %,
tôt que par une révision des tarifs, ral des prix a continué d’augmenter. en 1993 pour le timbre.
cette concurrence s’est traduite par unUn appel téléphonique dont le prix Depuis 1970, les ménages ont consa
développement des services offerts était équivalent à celui d’un timbre cré une part de plus en plus importante
tels la création des navettes Air postal en 1997, soit 3 francs, coûtait de leur consommation aux télécom
France qui desservent les principales 1,70 franc en 1970 soit plus de quatremunications et de moins en moins im
villes de province plusieurs fois par fois le prix d’un timbre de l’époque. portante aux services postaux. Dès
jour. Elle a également incité la SNCF, Néanmoins, depuis 1970, le prix du té 1980, ils dépensaient quatre fois plus
opérateur public en situation de mono léphone a fortement augmenté à deux en télécommunications qu’en services
pole sur le réseau ferré mais concur reprises : de 15 % en 1973, soit pres postaux alors que dix ans plus tôt ce
rent des compagnies aériennes pour que deux fois la hausse générale des rapport était de 1,3. Les évolutions en
les vols intérieurs, à améliorer son of prix, et de 19,5 % en 1984, soit pres volume sont différentes, en raison des
fre de services (simplification tarifaire, que trois fois l’inflation. variations de prix de ces services. La
augmentation des fréquences de des Par anticipation à l’entrée d’un second part de la consommation des ménages
serte vers Lille et Lyon) et à modérer opérateur, Cégétel, sur le marché en en services téléphoniques a plus for
ses prix. Parmi les transports publics, 1998, France Télécom a réagi en bais tement augmenté en volume qu’en va
c’est le prix du train qui a le moins aug sant les tarifs de ses produits en con leur : aux prix de 1980, elle est passée
menté durant la décennie. currence dès octobre. de 0,3 % de leur budget en 1970 à
La généralisation du téléphone ainsi 2,5 % en 1997, alors qu’aux prix cou
que sa baisse relative de prix à partir rants elle est passée de 0,4 % à seu Le téléphone l’emporte
de la fin des années quatre vingt a en lement 1,4 %. A contrario, la part dusur le courrier
traîné la fin du service de télégraphie budget consacrée aux services pos-
Les postes et télécommunications qui sort de l’indice en 1993 après qua taux a stagné en valeur (0,3 %) et di
constituent le deuxième poste des ser tre années de stabilité de prix. minué en volume (0,2 % en 1997
vices publics dans l’indice des prix. Au sein des services postaux, le prix contre 0,4 % en 1970).
Depuis la fin des années quatre vingt,des colis a augmenté plus fortement
le prix des télécommunications a bais entre 1975 et 1990 que celui des let Redevance et télévision :
sé par paliers tandis que celui des ser tres : l’expédition d’un colis qui aurait baisse relative des prix
vices postaux a suivi l’inflation coûté, en 1990, six fois le prix d’une
générale jusqu’en 1993 avant de croî lettre n’aurait coûté que cinq fois cela Outre les moyens de transport et de
tre plus rapidement. Ainsi, au début en 1975. Les prix des services postaux communication, l’État intervient aussi
des années quatre vingt le décro- ont été révisés moins souvent que dans le domaine des média via la re
chage de l’ensemble « postes et télé ceux du téléphone ; plusieurs fois par devance de télévision. Cette taxe est
Les prix des services de transports Chute du prix des télécommunications
Source : Insee Source : Insee
´`considérée comme le prix d’achat d’unseulement trois depuis 1975. Elle fi Le ciseau de prix du milieu des années
service dans l’indice des prix. Si elle anançait 90 % de l’achat annuel d’un quatre-vingt entre ces deux sources
augmenté moins vite que l’inflation en quotidien (acheté au numéro) contre d’énergie a rendu le gaz plus attractif.
tre 1970 et 1990 (+ 242 % contre 40 % actuellement. En moyenne, sur la base d’une facture
364 % pour l’ensemble), ce n’est plus type (cf. Pour comprendre ces résul
le cas depuis, son prix ayant été mul tats), la consommation d’électricitéLe prix de l’électricité fluctue
tiplié par 1,27 entre 1990 et 1997 tan coûtait 2,3 fois plus cher en 1970 quemoins que celui du gaz
dis que les prix d’ensemble ne l’étaient celle de gaz (hors coût d’installation).
que par 1,16. Mais la télévision reste Le tiers de la consommation des mé Ce ratio a atteint 3,1 en 1985 et a re
tout de même l’un des moyens d’infor nages en produits énergétiques est trouvé son niveau d’origine à la fin des
mation et de distraction dont le prix aassurée par des entreprises publi années quatre-vingt dix. Néanmoins,
le moins augmenté (graphique 4). ques, EDF et GDF. Les prix du gaz etla consommation des ménages en gaz
La redevance (couleur) équivaut à 18 de l’électricité ont augmenté régulière a moins augmenté en volume que
places de cinéma en 1997 contre 28 ment et parallèlement jusqu’au début celle en électricité (+ 230 % pour le
en 1970. Cette baisse relative des prixdes années quatre vingt, suivant d’as gaz contre + 350 % pour l’électricité
a aussi bénéficié aux téléviseurs : sez près le rythme général de l’infla entre 1970 et 1997). Divers avantages
grâce aux progrès techniques, leur tion. Puis les évolutions ont divergé. peuvent amener à préférer l’électricité
prix a reculé de 22 % depuis 1970. En Le prix de l’électricité a augmenté un malgré son surcoût apparent : rende
affectant à l’appareil, une durée de viepeu plus fortement que celui de l’en ment thermique supérieur, faible coût
moyenne de 10 ans, un an de télévi semble des biens et services au débutet facilité de l’installation, souplesse
sion en couleur (redevance + appa des années quatre vingt avant de se d’utilisation... Alors que le prix du gaz a
reil) permettrait d’assister, en 1997, à stabiliser en milieu de période. La re fluctué au gré des évolutions du prix du
environ 28 séances de cinéma. En prise du début des années quatre baril de pétrole et du cours du dollar,
1970, la même comparaison condui vingt dix a été modérée, les hausses l’indépendance énergétique de la
sait à 120 séances. étant généralement moindres que l’in France en électricité a permis à EDF de
La télévision a progressivement pris laflation (graphique 5). moduler les évolutions de prix en fonc
place du cinéma dans le budget des Le prix du gaz a lui aussi augmenté tion de sa politique commerciale et no
ménages. Leur consommation de ser plus fortement que l’ensemble des prixtamment de différencier les évolutions
vices audiovisuels a été multipliée par durant la première moitié de la décen tarifaires entre ménages et entreprises.
cinq en prix constants entre 1970 et nie quatre vingt. Il a ensuite baissé à Ainsi, au cours des années quatre vingt,
1997, un quasi doublement ayant lieu l’occasion du contre choc pétrolier, la baisse des prix du gaz a été plus pro
tous les dix ans entre 1970 et 1990. puis s’est stabilisé jusqu’au milieu des noncée pour les entreprises alors que
Pour la décennie quatre vingt, ce dou années quatre vingt dix à un niveau cette tendance n’apparaît qu’au milieu
blement de la part budgétaire en vo inférieur à celui du début des années de la décennie suivante pour l’électricité.
lume s’explique également par le quatre-vingt. Depuis 1985, les haus
développement des services de télévi ses de prix du gaz sont restées infé Pour comprendre
sion payants (câble et satellite). rieures à l’inflation (exception faite desces résultats
L’évolution du prix de la redevance estannées 1990, 1991 et 1997), parfois
aussi inférieure à celle de la presse même très nettement comme en 1986
écrite : cette taxe permettait l’acquisi et 1987, années pour lesquelles les Les services publics hors énergie (au
tion sur une année d’environ quatre re différences ont été de l’ordre d’une sens de l’indice des prix à la consommation)
vues mensuelles en 1970 contre quinzaine de points. comprennent les services de télécommuni
Évolutions des prix de la redevance télévision, Évolutions des prix à la consommation de l’énergie
du cinéma et de la presse écrite
Source : Insee Souce : Insee
ˆ˜cations, les services postaux, la redevance peu, ou se trouvent encore pour certaines, Journal Officiel. Mais la publication d’un
audiovisuelle, les transports ferroviaires, en situation de monopole. La situation éco taux maximal d’augmentation n’implique
les transports urbains et suburbains de nomique a évolué rapidement depuis le dé pas une appartenance du produit au sec
voyageurs, les péages autoroutiers, les but des années quatre vingt dix et l’indice teur public. C’est le cas, par exemple, des
transports aériens, les transports maritimes des prix a tenté de suivre le mieux possibleservices de taxis dont la hausse maximale
(hors croisières) et les services financiers ces changements. Que les transports aé de prix est publiée au J.O. mais qui sont
de La Poste. On y a associé, dans cet riens, exemple le plus frappant avec les assurés par des entreprises privées.
article, deux produits du domaine de l’éner télécommunications, appartiennent au Les valeurs des indices de prix et les
gie, le gaz naturel et l’électricité ; la revalo jourd’hui encore à l’agrégat services pu pondérations des différents services étu
risation de leur grille tarifaire est soumise àblics ne signifie nullement que seuls les prix diés dans cet article sont résumées dans le
l’aval du gouvernement. pratiqués par Air France sont suivis dans tableau ci dessous.
Le critère qui permet de classer un service l’indice alors que de nombreuses compa Les comparaisons de prix ont été réali
dans les services publics est le degré d’in gnies, françaises et étrangères, ont investi sées en déflatant le prix actuel des produits
tervention de l’État (ou des collectivités lo le marché français. Seulement, il n’est pas par l’indice de prix correspondant. Pour
cales) dans la production et la formation envisageable de changer le contenu des l’énergie, une pseudo facture a été établie
des prix. France Télécom, La Poste, la agrégats au cours d’une base de l’indice (lesur la base du plein tarif, pour une consom
RATP, la SNCF, Air France, EDF et GDF changement de base se fait environ tous lesmation moyenne exprimée en kilowatt
sont encore des « grandes entreprises na dix ans). heure. La place de cinéma a été estimée à
tionales » contrôlées majoritairement par Une partie des variations de prix des pro 40 francs, le prix d’un quotidien à 6 francs
l’État. Ces entreprises se trouvaient, il y a duits des services publics sont publiés au et d’un mensuel à 21 francs en 1997, celui
du téléviseur à 4200 francs.
Indice des prix à laPoids dans l’indice Poids dans l’indice
consommation en des prix à des prix à
septembre 1998, la consommation la consommation
base 100 en 1990 en 1998 (en %) en 1990 (en %)
Pour en savoir plus
Services publics 111,6 4,6 3,7
dont : « Pour comprendre l’indice des prix »,
Insee Méthodes, à paraître.transports publics 122,3 1,9 1,4
dont ferroviaire 114,8 0,7 0,7 « Du blocage des prix à la déréglemen
tation », Insee première n° 483 (1996).aérien 116,7 0,6 (1)
télécommunications 90,1 1,6 1,5 « La consommation des ménages en
1997 », Insee Résultats , 1998.services postaux 128,5 0,3 0,3
redevances radio et télévision 133,2 0,4 nd « La privatisation des services publics
dans le monde », Problèmes économi Services privés 129,8 19,6 18,1
ques, n° 2.578, 1998.
Énergie (tarif public) 3,5 3,3
« Confort thermique et facture énergéti dont électricité 103,8 2,6 2,5
que », Économie et statistique, n° 288
gaz naturel 105,9 0,9 0,8 289, 1995
Énergie (ensemble) 109,3 10,1 9,6
Les indices des prix à la consommation
Ensemble des prix 116,8 100,0 100,0 sont publiés dans le Bulletin mensuel de
1. Les transports aériens ne sont pris en compte que depuis 1992 dans l’indice des prix à la consommation. statistique (BMS) de l’Insee.
Source : Insee
Direction Générale :
18, Bd Adolphe Pinard
A RETOURNER A : INSEE CNGP, B.P. 2718, 80027 AMIENS CEDEX 01 75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE Tarif 1998
Paul Champsaur 1 an, 60 numéros = 530 F (France) 663 F (Europe) 827 F (Reste du monde)
Rédacteur en chef :
Nom ou raison sociale : ____________________ Activité : __________________________ Baudouin Seys
Rédacteurs : J W Angel,Adresse : _______________________________________________________________
C. Dulon, A.C. Morin, S. Tagnani___________________________________ Tél : _____________________________
Maquette : S. Fosseries
Ci joint mon règlement en Francs par chèque à l’ordre de l’INSEE : ___________________________ F.
Code Sage IP98621
Date : _______________________________ Sgnaturei ISSN 0997 3192
© INSEE 1998
qqq

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.