Les projections de population active 2003-2050

De
Publié par

Au sein de la population en âge de travailler (ensemble des personnes âgées de 15 ans et plus), la population active regroupe les personnes ayant un emploi et les chômeurs, les autres personnes (étudiants à plein temps, femmes et hommes au foyer, retraités, préretraités, personnes en incapacité de travailler...) constituant la population inactive. Cette publication présente les nouvelles projections de population active élaborées à l'aide des dernières projections de population. Elles visent à appréhender l'évolution future des ressources en main-d'oeuvre disponibles pour contribuer à la production. Elles fournissent un cadrage utile pour les analyses prospectives sur la croissance, le chômage, le financement des retraites, les pénuries de main-d'oeuvre...
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 42
Nombre de pages : 25
Voir plus Voir moins

Insee Résultats
Société
n°13
Emmanuelle Nauze-Fichet
Frédéric Lerais
Stéphane Lhermitte
Les sources et méthodes d’estimation
De nouvelles projections de population active ...................3
Les grands choix méthodologiques....................................4
L’estimation des équations de taux d’activité .....................7
Les scénarios de projection................................................9
Les données essentielles
Synthèse des résultats .....................................................11
Liste des graphiques et tableaux......................................14
Graphiques et tableaux ....................................................15
Directeur
de la publication
Jean-Michel Charpin
Le cédérom
Institut national
Présentation du cédérom .................................................23de la statistique
et des études Liste des tableaux.............................................................24
économiques
Direction générale
18 boulevard
Adolphe Pinard
75675 Paris cedex 14 Où et comment commander ?
Téléphone : 01 41 17 50 50
Les produits de l’Insee......................................................25Fax : 01 41 17 66 66
www.insee.fr
Diffusion/abonnements
et ventes
voir en fin de volume
Impression
Jouve
© Insee 2003
Projections de population active 2003 - 2050 12 Projections de population active 2003 - 2050Au sein de la population en âge de travailler (ensemble des
personnes âgées de 15 ans et plus), la population active
regroupe les personnes ayant un emploi et les chômeurs ; les
autres personnes (étudiants à plein temps, hommes et femmes
au foyer, retraités, préretraités, personnes en incapacité de
travailler…) constituent la population inactive.
Les projections de population active visent à appréhender
l’évolution future des ressources en main-d’œuvre disponibles
pour contribuer à la production. Elles fournissent un cadrage
utile pour les analyses prospectives sur la croissance, le
chômage, le financement des retraites, les pénuries de main-
d’œuvre…
De nouvelles projections de population active
Les précédentes projections Insee-Dares, pour la envisagés, sont le fruit d’un travail collectif, mené
France métropolitaine, ont été publiées en 1997 dans le cadre d’un groupe de travail inter-
(Insee-Résultats n°516 de janvier 1997). Avec la administratif comprenant, outre l’Insee et la
disponibilité des résultats du recensement de Dares : le CAE (Conseil d’Analyse Économique),
population de 1999, de nouvelles projections ont le CGP (Commissariat Général du Plan), le COR
été réalisées. Elles s’appuient sur les nouvelles (Conseil d’Orientation des Retraites), la DP
projections de population en âge de travailler (Direction de la Prévision du Ministère de
réalisées par l’Insee et sur de nouvelles l’Économie, des Finances et de l’Industrie), la
projections des comportements d’activité, mises DPD (Direction de la Programmation et du
à jour pour prendre en compte les dernières Développement du Ministère de l’Éducation
années d’observation. Nationale) et la Drees (Direction de la
Ces nouvelles projections de population active, Recherche, des Études, de l’Évaluation et des
dont cette publication présente la méthodologie Statistiques du Ministère de l’Emploi et de la
d’élaboration et les types de scénarios Solidarité).
Les grands choix méthodologiques
Projections de population active 2003 - 2050 3Le concept d’activité ans et plus étant regroupés. Dans l’exercice de
1996, les âges avaient été détaillés pour les
Le concept d’activité retenu est celui au sens du moins de 25 ans et les 60-64 ans, pour gérer au
Bureau International du Travail (BIT). Selon ce mieux les effets de structure démographique au
concept, la population active regroupe à une date sein de ces tranches d’âge. Les effets de
donnée : structure sont traités ici d’une autre manière (cf.
- les « actifs occupés au sens du BIT » : ci-dessous), l’avantage de tranches d’âge
personnes qui ont travaillé au cours de la période regroupées étant la plus grande robustesse des
de référence, ne serait-ce qu’une heure (ou qui chiffres estimés par les enquêtes Emploi de
étaient en congés payés, en formation pour une l’Insee.
entreprise ou en arrêt maladie sous certaines
conditions de durée) ; La projection de population est celle élaborée par
- les « chômeurs au sens du BIT» : personnes l’Insee (plusieurs scénarios possibles : tendanciel
qui n’ont pas travaillé au cours de la période de ou variantes portant sur la fécondité, la mortalité
référence, qui sont disponibles pour travailler et ou le solde migratoire).
qui sont à la recherche d’un emploi (ou qui en ont
trouvé un qui commence ultérieurement).
La projection de taux d’activité
Ce choix de concept diffère de celui retenu pour
l’élaboration des précédentes projections. Ces Elle s’appuie sur la simulation d’équations de
dernières portaient en effet sur un concept plus taux d’activité faisant intervenir une tendance
large, incluant les actifs « au sens du temporelle, un effet de structure démographique
1
recensement » et les préretraités et dispensés et des facteurs explicatifs de type conjoncturel ou
de recherche d’emploi de moins de 60 ans. La institutionnel. La forme générale des équations
décision d’adopter désormais le critère du BIT de taux d’activité est ainsi :
vise à un souci d’harmonisation internationale.
L’impact de l’évolution des préretraites sur la TA = ( 1 + ∆)* [ trend( p , f , σ,t )i
population active est par ailleurs pris en compte + facteurs supplémentaires ]
explicitement dans la construction des nouvelles
projections ; les évolutions du nombre de TA est le taux d’activité pour la catégorie de
dispensés de recherche d’emploi sont abordées sexe et d’âge considérée.
de manière indirecte, dans le cadre de variantes
sur le contexte de chômage. ∆ est l’effet de structure démographique, lié
aux périodes de rajeunissement ou de
vieillissement de la population dans la tranche
La méthodologie de projection d’âge. Par exemple, la structure par âge des 55-
59 ans est actuellement sensiblement rajeunie
La méthode retenue pour projeter la population par l’arrivée de la génération nombreuse des
active consiste, comme dans l’exercice de 1996, personnes nées en 1947 et 1948 (qui ont 55 ans
à combiner, pour chaque catégorie de sexe et en 2002 et 2003). Cet effet démographique
d’âge, une projection de population et une affecte à la hausse le taux d’activité des 55-59
projection de taux d’activité (ratio « nombre ans (les personnes étant plus actives à 55 ans
d’actifs / nombre de personnes actives ou qu’aux âges supérieurs).
inactives »). Sur le passé, cet effet est observé : c’est l’écart
Les tranches d’âge retenues sont quinquennales relatif entre le taux d’activité (moyenne
de 15 à 69 ans (15-19 ans, 20-24 ans…), les 70 arithmétique des taux d’activité à chaque âge
pondérée par les populations à chaque âge) et
l’espérance de taux d’activité (moyenne simple
1 L’activité « au sens du recensement » est mesurée à partir
des taux d’activité). En projection, cet effet estdes déclarations spontanées des personnes interrogées dans
les enquêtes annuelles Emploi de l’Insee : est classée estimé en considérant que cet écart relatif est
« active au sens du recensement » toute personne qui proportionnel à l’écart entre l’âge moyen dans la
déclare « avoir travaillé » ou « être au chômage ».
4 Projections de population active 2003 - 20502
tranche d’âge et l’âge au centre de la tranche mesure aurait évolué parallèlement à celui des
(l’âge moyen étant par ailleurs simulé dans les autres femmes. En projection, on suppose que
projections démographiques). cet impact est stable, la mesure jouant
aujourd’hui à plein régime. L’impact simulé est
La variable ∆ n’intervient que pour les hommes donc celui estimé pour 2002, soit une baisse des
de moins de 30 ans, les femmes de moins de 25 taux d’activité féminins de : 1,8 point pour les 25-
ans et les hommes et femmes de 50 à 69 ans. 29 ans, 2,2 points pour les 30-34 ans, 1,0 point
pour les 35-39 ans et 0,3 point pour les 40-44
trend( p , f , σσσσ,t ) est une tendance ans, représentant au total 110 000 personnes eni
temporelle de forme logistique : moins sur le marché du travail.
Traitement de la catégorie des personnes dep + f ⋅exp(σ ⋅(t − t ))itrend(t,f,σ, t )(t) =i 60à64ans1+ exp(σ ⋅(t − t ))i
Pour cette catégorie de population, la méthode
avec t : le temps (0 en 1967), p : le taux limite
retenue est un peu plus compliquée. Il convient
passé, f : le taux limite futur, σ : la vitesse de
en effet de traiter explicitement l’effet attendu de
diffusion, t : la date d’inflexion.i l’élévation importante du niveau d’études des
nouveaux actifs, en particulier depuis le milieu
Le choix d’une forme logistique est
des années 1980, sur les taux d’activité des 60-
particulièrement adapté à la description des
64 ans. En effet, ce phénomène devrait
phénomènes se diffusant progressivement dans
contribuer, à dispositif sur les retraites donné, à
le temps, avec une étape d’émergence, de
un report de l’âge effectif de retrait d’activité, plus
développement et de saturation progressive. Ce
particulièrement sensible après 2025.
choix paraît pertinent pour la description des
évolutions de comportements d’activité.
La méthode retenue consiste donc, pour projeter
les taux d’activité des hommes et femmes de 60
facteurs supplémentaires :
à 64 ans, à décomposer ces derniers en trois
composantes :
Les facteurs supplémentaires sont de deux
- une composante « tendancielle »,
sortes. Ce sont soit des variables explicatives
- un effet de l’allongement de la durée des
introduites avec un coefficient à estimer, soit des
études,
variables de correction introduites directement
- un effet de la réforme du régime de retraite de
sans coefficient.
1993, à niveau d’études donné.
- Variables avec coefficient : taux de chômage
En pratique, la composante tendancielle est
(pour les hommes de 15-19 ans et les hommes
appréhendée à partir d’une équation du type de
et femmes de 20-24 ans) ; taux de préretraités
celle présentée ci-dessus, mais estimée sur une
par âge quinquennal (pour les hommes et
période plus courte (1968-1995), telle que le
femmesde55à64ans).
modèle converge mais que l’on puisse considérer
qu’il n’est pas biaisé par les effets de la réforme
- Variables sans coefficient : taux d’apprentis (en
du régime général de 1993.
espérance) par sexe et âge quinquennal (pour
les hommes et femmes de 15 à 24 ans) ; impact
L’effet de l’allongement des études après 2002
sur l’activité féminine par âge quinquennal de
est appréhendé en appliquant aux taux d’activité
l’allocation parentale d’éducation (APE) de rang 2
par diplôme observés en 2002 une projection du
(pour les femmes de 25 à 44 ans).
niveau de diplôme estimée pour les 60-64 ans
(sur la base des niveaux de diplôme observés
L’impact de l’APE de rang 2 (mise en place en
aujourd’hui chez les plus jeunes).
juillet 1994) sur l’activité des femmes est estimé
pour chaque tranche d’âge quinquennal.
L’hypothèse retenue est que, sur le passé, en
2
Femmes conjointes, mères de deux enfants célibataires del’absence de la mesure, le taux d’activité des
moins de 18 ans, le plus jeune ayant plus de trois mois et
femmes ayant le profil des bénéficiaires de la moins de trois ans à la date considérée.
Projections de population active 2003 - 2050 5A ces deux composantes est ajoutée une Comparaison avec la méthodologie retenue
troisième composante, qui est censée rendre en 1996
compte de deux phénomènes : d’une part, l’effet
de la réforme du régime général de retraite de Les précédentes projections s’appuyaient
1993, à niveau d’études donné, considéré entièrement sur l’estimation et la simulation de
comme pratiquement total dès aujourd’hui ; tendances logistiques, dont les taux limites
d’autre part, l’effet de l’allongement des études étaient choisis de manière raisonnée.
sur la période 1995-2002. Cette troisième Les nouvelles projections s’appuient sur des
composante est appréhendée simplement équations de taux d’activité intégrant, outre une
comme la différence en 2002 entre les taux tendance logistique rendant compte d’une
observés et la simulation tendancielle. de fond, des facteurs supplémentaires
de type conjoncturel ou institutionnel susceptibles
d’expliquer certaines inflexions dans les
évolutions passées des taux d’activité. Ces
projections sont toutefois à considérer à contexte
conjoncturel et institutionnel (celui de mars 2002)
inchangé. Par ailleurs, les taux limites des
tendances logistiques sont dans la majorité des
cas estimés sans contrainte par la modélisation
économétrique sur la base des évolutions
passées. Les contraintes introduites, dans les
cas où l’estimation libre du modèle ne converge
pas, sont explicitées dans la partie suivante..
6 Projections de population active 2003 - 2050L’estimation des équations de taux d’activité
Les équations de taux d’activité sont estimées pour retracer la très légère tendance à la baisse
sur la période 1968-2002 par la méthode des des taux d’activité masculins : à peu près
moindres carrés non linéaires. continue pour les moins de 35 ans et les 50-54
ans (en dehors, pour ces derniers, d’une
« TA » désigne le taux d’activité et « ∆ » désigne remontée au cours de la période 1991-1996),
l’effet de structure démographique. Lorsque ∆ sensible depuis le milieu voire la fin des années
intervient, cela signifie que l’équation porte sur quatre-vingt pour les 35-49 ans. Pour les plus
l’espérance de taux d’activité. jeunes, cette tendance est sans doute liée au
mouvement passé d’allongement des études.
Les quatre paramètres de la tendance logistique Pour les 30 ans et plus, cette tendance peut être
(fonction « trend ») sont respectivement : le taux interprétée de deux manières : soit une tendance
limite passé, le taux limite futur, la vitesse de sociale de fond (que l’on retrouve apparemment
diffusion et la date d’inflexion. dans de nombreux autres pays de l’OCDE), soit
une adaptation lente des comportements au
Les variables supplémentaires sont explicitées contexte persistant de chômage de masse
pour chaque tranche d’âge. (susceptible alors de s’inverser).
Pour les 25-29 ans, la courbe, particulièrement
chaotique, a été contrainte (le taux limite futur a
Les personnes de 15 à 24 ans été fixé par simplicité à 90, un chiffre rond
conduisant à une stabilisation rapide). Elle fait
Les équations des 15-24 ans rendent compte sur intervenir une indicatrice pour l’année 1999, qui
le passé d’une tendance à la baisse, liée à pourrait rendre compte d’un effet saisonnier
l’allongement de la durée de scolarité (tendance (l’enquête Emploi avait alors eu lieu en janvier au
temporelle logistique). Cette tendance s’est lieu de mars). Pour les 50-54 ans, la variable
stabilisée depuis 1996-1997 et on observe même « taux de dispenses d’activité dans le secteur
une inflexion à la hausse, attribuée dans les sidérurgique » vise à expliquer la période
équations au développement de l’apprentissage transitoire d’inflexion à la hausse, probablement
et à la forte reprise de l’emploi sur la période liée à la suppression du dispositif concerné en
1997-2001. Les équations intègrent ainsi en 1991, après son développement régulier depuis
variables supplémentaires : le taux de chômage la fin des années 1970.
et les espérances de taux d’apprentissage par
sexe et tranche d’âge. Ces équations sont L’estimation est par ailleurs un peu moins précise
estimées sur une période plus courte (1975-2002 pour les 45-49 ans, mais cette équation, comme
au lieu de 1968-2002), car elles font intervenir les autres, joue sur de faibles variations globales
une variable (taux d’apprentissage) qui n’est pas des taux d’activité.
disponible avant 1975. Les estimations des effets
de flexion restent ainsi à considérer avec
prudence, et ce d’autant plus qu’ils risquent Lesfemmesde25à54ans
d’être asymétriques selon les périodes de baisse
ou de hausse du chômage, avec des effets de L’introduction d’une tendance temporelle
seuil, d’inertie... logistique vise ici à retracer le mouvement de
développement de l’activité féminine au fil des
générations, mouvement qui semble s’essouffler
Leshommesde25à54ans pour les générations nées au milieu voire à la fin
des années 1960 (cf. note Insee n°147/F204 du
Dans l’ensemble, les taux d’activité des hommes 25/06/2001). L’effet estimé de la mise en place
de 25 à 54 ans ont plutôt peu évolué et la de l’APE de rang 2 est introduit comme une
modélisation tendancielle pourrait ici être variable exogène, cette variable n’intervenant
contrainte sans grande perte de qualité. que pour les femmes de 25 à 44 ans.
En cohérence avec la méthodologie générale, on
a introduit une tendance temporelle logistique
Projections de population active 2003 - 2050 7L’algorithme d’estimation converge pour les trois Les estimations des équations des 55-59 ans
équations relatives aux 35-49 ans. On obtient par sont délicates. Elles mettent en évidence l’impact
ailleurs spontanément une bonne cohérence de l’évolution du nombre de bénéficiaire de
intergénérationnelle entre ces courbes, au sens préretraites, mais ni celui du développement des
où les dates d’inflexion sont ordonnées dispenses de recherche d’emploi, ni celui du taux
logiquement et sont même exactement espacées de chômage. En particulier, la baisse du taux de
de cinq ans. De ce fait, on estime les autres chômage au cours de la période 1997-2001 n’a
courbes en contraignant leurs dates d’inflexion pas engendré d’inflexion sensible à la hausse
(plutôt qu’en les taux limites). Le des taux d’activité des 55-59 ans. Ceci peut
profil des taux d’activité limites est ainsi en signifier une asymétrie des comportements des
cloche, restant marqué par les transitions entre plus âgés face à un retournement à la hausse ou
activité et inactivité liées à la maternité. Il culmine à la baisse du taux de chômage, avec sans doute
pour les 45-49 ans. une plus grande inertie à la baisse.
Pour les femmes de 55 à 59 ans, le taux
Les personnes de 55 ans et plus d’activité futur a par ailleurs été contraint pour
assurer la cohérence des ratios hommes /
L’introduction d’une tendance temporelle femmes des taux d’activité futurs dans les
logistique vise cette fois à retracer une tendance tranches d’âge entre 50 et 64 ans. L’estimation
générale à la baisse de l’activité pour les 55 ans de l’impact des préretraites n’est pas sensible à
et plus. Les équations font intervenir des l’introduction de cette contrainte, laquelle permet
variables portant sur le nombre de bénéficiaires d’éviter la sous-estimation spontanée du
de mesures de préretraites totales dans les développement encore attendu à ces âges de
tranches d’âge 55-59 ans et 60-64 ans (hommes l’activité féminine.
et femmes confondus), rapporté à la population
totale de ces mêmes tranches d’âge.
Le scénario tendanciel à contexte de siècle) et l’âge moyen à la maternité (de 29,4
conjoncturel et institutionnel inchangé ans en 2000 contre 26,8 ans en 1980) est
supposé augmenter jusqu’à 30 ans d’ici 2005
Ce scénario combine le scénario central avant de se stabiliser. Selon ces hypothèses, la
démographique et un scénario tendanciel de taux descendance finale passerait progressivement
d’activité à contexte conjoncturel et institutionnel de 2,1 enfants en moyenne pour les femmes
inchangé. nées dans les années 1945 à 1955 à 1,8 enfant
en moyenne pour celles nées après 1985.
Le scénario central démographique :
En matière de mortalité, les tendances à la
Il est basé sur le maintien des tendances baisse des quotients de mortalité se
passées en matière de fécondité, de mortalité et poursuivraient au rythme observé au cours des
de solde migratoire (cf. Insee Première n° 762 de trente dernières années. Pour les hommes,
mars 2001) : l’espérance de vie à la naissance passerait de 75
ans en 2000 à 84 ans en 2050 ; pour les
En matière de fécondité, l’indice conjoncturel de femmes, elle s’élèverait de 83 ans à 91 ans.
3
fécondité est supposé stable à 1,8 enfant par
femme (niveau moyen observé depuis un quart En matière de solde migratoire, celui-ci est
supposé stable à + 50 000 personnes par an (qui
3
L’indice conjoncturel de fécondité correspond à la somme donnent environ 30 000 actifs par an,
des taux de fécondité par âge observés une année donnée directement ou par le biais des descendances),
(pour les femmes de toutes les générations contemporaines).
soit le niveau moyen observé au cours desIl donne le nombre théorique d’enfants qu’aurait une femme
en fin de vie féconde si les taux de fécondité observés dernières années. Les nouveaux migrants sont
l’année donnée à chaque âge demeuraient inchangés.
8 Projections de population active 2003 - 2050supposés suivre les même tendances en terme le taux de mortalité. Mais leur influence est
d’activité que la population déjà présente. vraiment minime sur la population active, car
Le scénario tendanciel de taux d’activité : l’âge effectif moyen de cessation d’activité est
bien inférieur à l’espérance de vie. Les résultats
Il s’appuie sur la simulation des équations obtenus avec ces hypothèses ne sont donc pas
estimées sur la période 1968-2002, c’est à dire, présentés.
hors facteurs supplémentaires, sur une poursuite
des tendances temporelles estimées. Les variantes envisagées sur les comportements
d’activité sont les suivantes :
Pour les facteurs supplémentaires, les
hypothèses de base retenues sont, dans le cadre La variante « chômage bas »
de ce scénario tendanciel :
L’hypothèse est une diminution progressive du
- la stabilité du taux de chômage à son niveau de taux de chômage jusqu’à 5 % en 2010, et une
mars 2002 (8,9 %), stabilisation ultérieure à ce niveau. Dans ce
cadre, les taux d’activité des jeunes sont un peu
- la stabilité du nombre de préretraités de 55-59 plus élevés, compte tenu de l’effet de flexion
ans au niveau de fin 2001 (130 000 personnes), estimé. Par ailleurs, on suppose un
redressement des taux d’activité des
- la stabilité des taux d’apprentis par sexe et âge quinquagénaires, du fait d’une diminution
quinquennal aux niveaux de mars 2002 (pour les parallèle du nombre de préretraites et du nombre
hommes : 7 % pour les 15-19 ans et 3 % pour les de dispensés de recherche d’emploi. On suppose
20-24 ans ; pour les femmes : respectivement ainsi que les ratios « nombre de préretraités /
4%et 2%). nombre de chômeurs » et « taux de dispenses de
recherche d’emploi / taux de chômage » restent
Il s’agit d’un scénario de base autour duquel constants, deux hypothèses sans doute
existent d’importantes marges d’incertitudes, approximatives mais qui peuvent fournir un ordre
notamment sur les évolutions futures des de grandeur raisonnable de ce que l’on peut
facteurs cités ci-dessus. On peut notamment considérer comme un « effet de flexion
considérer qu’il y a plus d’aléas à la hausse qu’à institutionnelle ».
la baisse par rapport à ce scénario de taux
d’activité (incertitudes sur le cumul emploi- La variante « activité féminine haute »
formation, sur les réactions aux perspectives de
pénuries…). Néanmoins, un tel scénario permet L’hypothèse est que, dans un cadre facilitant une
d’apprécier les évolutions susceptibles de se meilleure conciliation entre vie familiale et
produire « toutes choses égales par ailleurs ». professionnelle, les taux d’activité féminins
pourraient s’élever plus fortement que ne le
suggère la projection tendancielle. Le scénario
Les variantes suppose ainsi que les taux rejoindraient
progressivement, à l’horizon 2050, les taux
Les variantes envisagées portent sur les facteurs d’activité féminins observés en 2002 en Suède
démographiques ou sur les comportements entre 30 et 54 ans.
d’activité. Les variantes démographiques
combinent divers scénarios sur la fécondité ou le La variante « remontée de l’âge effectif de
solde migratoire au scénario tendanciel de taux cessation d’activité » :
d’activité : sont envisagées les hypothèses d’un
solde migratoire nul ou de +100000, et d’un Cette variante actualise celle réalisée à
indice de fécondité de 1,5 (niveau observé l’occasion des précédentes projections (cf.
aujourd’hui pour l’ensemble de l’Union Blanchet et Marioni, Économie et Statistique
Européenne et au Japon) ou de 2,1 enfants par n°300 d’octobre 1996). L’hypothèse est
femme (qui assure, dans une perspective de long que, quelle qu’en soit la manière, on parviendrait
terme, le renouvellement des générations). à décaler de cinq ans vers le haut les profils
D’autres hypothèses démographiques portent sur actuels de cessation effective d’activité. Le
Projections de population active 2003 - 2050 9décalage des profils de taux d’activité est projections démographiques intègrent bien sûr
supposé par ailleurs progressif sur une période une certaine analyse de l’évolution probable des
de vingt-cinq ans (2002-2027). modèles d’activité féminine, et de leur lien avec
les modèles familiaux, mais elles ne sont pas
reliées explicitement à des hypothèses
Remarques alternatives d’activité féminine. Et
réciproquement, on ne conditionne nullement ici
Lors de l’élaboration de ces variantes ou les hypothèses d’activité féminine à tel ou tel
lorsqu’on croise un scénario démographique scénario d’activité. Toutefois, cette relative
avec un scénario d’activité, les évolutions indépendance, dans certaines bornes
démographiques et les comportements d’activité « raisonnables » (on ne suppose ni de baisse de
sont traités de manière indépendante. Ainsi, les l’activité féminine, ni de remontée ou de baisse
hypothèses de fécondité retenues dans les fortes de la fécondité) peut se justifier.
10 Projections de population active 2003 - 2050

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.