Les revenus déclarés des Auvergnats

De
Publié par

La moitié des Auvergnats vit dans un ménage déclarant un revenu par unité de consommation inférieur à 12 980 €. Ce revenu médian est l'un des plus faibles des régions françaises. Comparée à la métropole, la région se caractérise par un éventail des revenus déclarés moins ouvert : les revenus auvergnats les plus élevés sont plus faibles ; en contrepartie les montants déclarés par les plus modestes sont supérieurs. Dans certaines périphéries urbaines où résident des cadres, le revenu déclaré est plus important ; à l'opposé les zones rurales se caractérisent par la faiblesse des revenus.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 24
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

Les revenus déclarés
des Auvergnats
La moitié des Auvergnats vit dans un ménage déclarant un
revenu par unité de consommation inférieur à 12 980 €.Ce médian est l’un des plus faibles des régions françaises.
Comparée à la métropole, la région se caractérise par un
éventail des revenus déclarés moins ouvert : les revenus
auvergnats les plus élevés sont plus faibles ; en contrepartie
les montants déclarés par les plus modestes sont supérieurs.
Dans certaines périphéries urbaines où résident des cadres, le
revenu déclaré est plus important ; à l’opposé les zones rurales
se caractérisent par la faiblesse des revenus.
Claudine CARLOT,
Vincent VALLÈS
L’intérêt du revenu
par unité de consommation
Le calcul en unités de consommation (uc)
prend en compte la composition des ména-
ges et les économies d’échelle qui en décou-
lent. Il permet de raisonner en termes
« d’équivalent adulte », en relativisant le reve- En 2000, la moitié des Auvergnats appar- par uc : 17 140 €). Le revenu déclaré
nu du ménage selon sa taille et sa structure tient à un ménage déclarant un revenu fis- médian par unité de consommation de la
par âge. Le premier adulte compte pour 1 uc, cal par unité de consommation (uc) province s’élève quant à lui à 13 430 €.La
le conjoint éventuel et les autres personnes inférieur à 12 980 € alors qu’en France différence entre l’Auvergne et la province
de 14 ans ou plus pour 0,5 uc et les enfants métropolitaine, la moitié des personnes se réduit ainsi à moins de 500 €. Néan-
de moins de 14 ans pour 0,3 uc. evit dans un ménage déclarant par uc moins, arrivant en 17 position, derrière le
Cette approche, plus économique que comp- moins de 13 950 €. Cet écart de 1 000 € Limousin et devant la Basse-Normandie,
table, est préconisée par l’Eurostat, pour ap- est surtout dû à l’Île-de-France, première la région se place parmi celles où le reve-
précier les écarts de revenu, notamment dans région française par les revenus de ses nu déclaré médian par uc est le plus
un cadre géographique. habitants (revenu médian des ménages faible.S’arrêter à la seule valeur du revenu mé- En Auvergne, 10 % de la population viventUn éventail des
dian déclaré par uc est insuffisant pour ap- dans un ménage déclarant plus de
préhender dans sa complexité les 25 520 € par uc. À l’inverse parmi la popu-revenus moins large
différences entre régions. On peut appor- lation auvergnate, les 10 % les plus mo-
ter des informations complémentaires en destes vivent dans des ménages déclarant
évaluant la dispersion, c’est-à-dire l’écart moins de 5 320 € par uc. Ainsi dans la ré-
entre le niveau des plus hauts et celui des gion, le seuil des revenus les plus élevés est
plus bas revenus déclarés. 4,8 fois plus important que celui des plus fai-
Pour décrire cette dispersion sur l’échelle bles. Cette dispersion des revenus déclarés
des revenus, deux barreaux spécifiques est nettement inférieure à celle observée en
sont à prendre en compte : le niveau des France métropolitaine où le niveau de reve-
revenus par uc des ménages les plus mo- nus des 10 % de la population les plus aisés
destes (seuls 10 % de la population vivent est 6,2 fois plus important que celui des
dans un ménage disposant d’un revenu 10 % les plus faibles. C’est dans la moitié
déclaré inférieur) et celui des plus hauts re- sud du pays, ainsi que dans les régions
venus (seuls 10 % de la population vivent Île-de-France et Nord-Pas-de-Calais que cet
dans des ménages disposant d’un revenu éventail des revenus est particulièrement
déclaré supérieur). ouvert.
Revenus fiscaux déclarés par les ménages au titre de l’année 2000
France
Province Auvergne Allier Cantal Haute-Loire Puy-de-Dôme
métropolitaine
Revenu fiscal par unité de consommation (uc)
Médiane : 50 % de la population vivent
12 983 €dans un ménage déclarant par uc moins de : 13 949 € 13 426 € 12 685 € 11 402 € 12 183 € 13 870 €
1er décile : 10 % de la population vivent
5 318 €dans un ménage déclarant par uc moins de : 5 152 € 5 122 € 5 154 € 4 705 € 5 227 € 5 649 €
e9 décile : 10 % de la population vivent
25 519 €dans un ménage déclarant par uc plus de : 28 657 € 26 498 € 24 675 € 23 616 € 23 367 € 27 018 €
e 5,6 5,2 4,8 4,8 5,0 4,5 4,8Rapport inter-déciles (9 décile/1er décile)
Structure du revenu fiscal
73,4 % 71,7 % 69,3 % 65,0 % 66,3 % 69,8 % 72,1 %Part des revenus d'activité *
22,7 % 24,4 % 26,9 % 31,1 % 28,9 % 26,2 % 24,4 %Part des retraites, pensions et rentes
* Revenus salariaux et revenus des professions non salariées.
Sources : INSEE - DGI - Revenus fiscaux localisés des ménages en 2000
La plus faible dispersion des revenus décla- blement plus élevés, l’écart de revenu parFaiblesse
rés s’explique par les niveaux atteints aux uc avec les 10 % de provinciaux apparte-
des revenus déclarés deux bouts de l’échelle des revenus. Au nant aux ménages ayant les plus hauts re-
sommet, le revenu par uc des ménages au- venus est de 1 000 € au détriment de notreles plus élevés vergnats est plus faible que celui déclaré en région. Sur ce critère l’Auvergne se trouve,
métropole et cette faiblesse est manifeste. comme pour les revenus médians, dans le
eEn revanche, au bas de l’échelle la situation bas du classement en 18 position. En ré-
est inverse. En effet 10 % de la population gions Lorraine, Poitou-Charentes, Pays de
métropolitaine vivant dans les ménages les la Loire et Basse-Normandie, seuls les
plus aisés ont déclaré par uc un revenu su- 10 % de la population vivant dans les mé-
périeur de 12 %, soit près de 3 000 € de nages les plus aisés disposent par uc
plus qu’en Auvergne. En ne tenant pas d’un revenu déclaré inférieur à celui de
compte de l’Île-de-France où les cadres l’Auvergne.
sont sur-représentés et les salaires sensi-
- 2 -vince et en métropole. Le montant de ce re-Pour les plus modestes le revenu
venu place l’Auvergne en milieu de pelotondéclaré est supérieur à celui de la
eau 12 rang des régions métropolitaines.métropole
Dans les régions de la façade méditerra-
En revanche, à l’autre extrémité du spectre néenne ainsi que dans le Nord-Pas-de-Ca-
des revenus déclarés, la situation est à lais où le chômage et la précarité sont
l’avantage de la région. Parmi les Auver- importants, se trouvent les revenus les plus
gnats, les 10 % les plus modestes déclarent faibles. Dans ces régions, un habitant sur
annuellement des revenus inférieurs à dix vit dans un ménage déclarant moins de
5 320 € par uc, soit respectivement 4 % 4 000 € par uc.
(196 €) et 3 % (166 €) de plus qu’en pro-
Revenu fiscal médian par uc
par canton et par département
MOULINS
MONTLUÇON
Vichy
Thiers
12 685 €CLERMONT-FERRAND
13 870 €
11 402 €
12 183 €
Ambert
Issoire
Brioude
Mauriac
Yssingeaux
LE PUY-EN-VELAYSt-Flour
Références :AURILLAC
Auvergne : 12 983 €15 600 € ou plus
Province : 13 426 €de 13 400€€à moins de 15 600
Métropole : 13 949 €de 12 400à moins de 13 400
Mini Haute-Corse : 11 061 €de 10 400à moins de 12 400
15 moins de 10 400 € Maxi Yvelines : 19 309 €
 IGN - Insee 2003 Source : Insee - DGI - Revenus fiscaux des ménages en 2000
Peu d’écart entre l’Auvergne et le Limousin Des revenus médians
Rapport inter-déciles * plus faibles dans
6,0
les départements rurauxAuvergne
Limousin
France métropolitaineet départements limitrophes
5,5
En Auvergne, comme sur le reste du terri-
Province toire, les revenus médians les plus élevés
Cantal Lot sont dans les espaces les plus urbanisés,
5,0 Haute-Vienne tandis que les plus bas sont dans les espa-
LimousinLozère AllierAuvergneLoire ces ruraux. Les centres urbains et leurs pé-Creuse
Puy-de-DômeCher riphéries concentrent en effet les emploisNièvreArdècheAveyron
les plus qualifiés et les rémunérations éle-
4,5 Corrèze
vées. Aussi, dans le Puy-de-Dôme, dépar-Haute-Loire
Saône-et-Loire tement le plus urbanisé de la région, la
moitié de la population présente un revenu
4,0 Médiane du revenu déclaré par uc (en euros) *
déclaré supérieur à 13 870 € par uc. Ce re-
11 000 11 500 12 000 12 500 13 000 13 500 14 000 venu médian équivalent à celui constaté au
* Définition tableau page 2 niveau métropolitain est supérieur respecti-
Source : INSEE - DGI - Revenus fiscaux localisés des ménages en 2000 vement de 10 %, 14 % et 17 % à celui de
- 3 -l’Allier, de la Haute-Loire et du Cantal. Avec ments auvergnats. Le Cantal détient la
Vientdeparaître
la moitié de ses habitants déclarant moins dispersion des revenus la plus étendue. Le
de 11 400 €, le Cantal est l’un des départe- revenu par uc des 10 % des habitants les
ments disposant du plus petit revenu mé- plus aisés est 5 fois supérieur au revenu
dian. Seule la Haute-Corse a un revenu par des 10 % les plus modestes. Dans la
uc plus faible. Si le revenu médian décroît Haute-Loire, département auvergnat pré-
selon le degré de ruralité, en revanche sentant la plus faible disparité, ce rapport
l’éventail des revenus déclarés est sensi- est de 4,5.
blement le même dans les quatre départe-
âgées et des retraités de l’agriculture dispo-Les plaines
sant de faibles retraites y est prédominant. Cédérom : plus favorisées Dans les zones de plaine de l’Allier le reve-« Revenus fiscaux des
nu médian est sensiblement supérieur. Deménages - Année 2000 » - que les massifs
plaine ou de montagne, les cantons rurauxINSEE 2003.
se caractérisent par le poids important desÀ l’écart des centres urbains et de leurs pé-
riphéries le revenu médian est plus faible pensions et retraites qui constituent plus du
tiers des revenus déclarés. Les revenus dé-dans le monde rural. De plus, il tend à dé-
croître au fur et à mesure que l’altitude clarés, à la fois des 10 % des habitants les
plus modestes et des 10 % les plus aisés,augmente. Au sud de la région sur une
large bande du Cantal et de la Haute-Loire sont plus faibles que dans l’espace urbain.
Dans ces campagnes, la dispersion des re-ainsi que dans les zones montagneuses
des Combrailles et du Livradois dans le venus est fortement corrélée avec les acti-
vités spécifiques présentes sur le pôle quiPuy-de-Dôme, la moitié de la population a
déclaré moins de 10 500 €. Ce revenu mé- les anime. Le revenu déclaré des 10 % de la
population la plus aisée y est bien plusdian est inférieur de 5 000 € à celui de la pé-
riphérie urbaine. Ces cantons montagneux faible que celui des zones plus urbanisées,
mais il peut représenter plus de 6 fois celuipour la plupart sont encore plus marqués
par l’activité agricole que le reste de l’es- des plus modestes, soit une dispersion équi-
pace rural. Surtout, le poids des personnes valente à celle enregistrée dans les villes.
Rapport inter-déciles du revenu déclaré par uc
par canton et par département
MOULINS
MONTLUÇON
Vichy
Thiers 4,8
CLERMONT-FERRAND
4,8
5,0 4,5
Ambert
Issoire
Brioude
Mauriac
Yssingeaux
LE PUY-EN-VELAYSt-Flour
AURILLAC
6,2 ou plus
Références :de 5,2 à moins de 6,2
Auvergne : 4,8de 4,4 à moins de 5,2
Province : 5,2de 3,8 à moins de 4,4
Métropole : 5,66.2 moins de 3,8
Mini Vendée : 3,8zones où le rapport
Maxi Paris : 10,4ne peut pas être calculé
 IGN - Insee 2003 Source : Insee - DGI - Revenus fiscaux des ménages en 2000
- 4 -La répartition des revenus déclarés au sein disposent d’un revenu médian par ucLa périphérie
des espaces urbanisés est loin d’être ho- avoisinant 15 000 €. C’est à l’ouest de l’ag-
mogène. Les cantons périurbains sont en glomération clermontoise que ces revenusclermontoise
général caractérisés par des revenus mé- médians sont les plus forts. Dans les can-
en avant dians plus élevés que dans les villes et par tons d’Aubière, Royat et Beaumont, il est
une dispersion plus faible. Dans ces espa- compris entre 17 000 € et 19 000 € . Les
ces à vocation résidentielle, les ménages trois communes auvergnates où sont décla-
les plus aisés déclarent des revenus com- rés les revenus médians les plus élevés font
parables à ceux mesurés dans les vil- partie de l’agglomération clermontoise (Péri-
les-centres. En revanche, on y compte peu gnat-lès-Sarliève : 19 500 €, Chamalières :
de revenus modestes. Ainsi, les 10 % les 19 840 € et Ceyrat : 20 300 €). Dans tous
moins favorisés disposent d’un revenu dé- ces territoires périurbains, l’éventail des som-
claré sensiblement plus élevé que celui dé- mes déclarées au fisc est restreint. Le mon-
claré dans le centre urbain. En Auvergne tant du revenu déclaré par uc des 10 % les
tous les cantons périurbains, y compris plus aisés est 3,5 à 4,5 fois plus élevé que le
ceux jouxtant la périphérie stéphanoise, montant des 10 % les plus modestes.
Retraites, pensions et rentes :
plus du quart des revenus
La faible dispersion du revenu déclaré auvergnat peut
MOULINS s'expliquer par le niveau des ressources et la constitution des
MONTLUÇON revenus.Dans une région possédant une spécificité agricole et
industrielle, les cadres et les professions libérales c'est-à-dire
les professions les plus rémunératrices y sont moins
VicVichhyy
représentées, 8,3 % des emplois contre une moyenne
nationale de 13,2 %.
En revanche le taux de chômage reste inférieur à la moyenne
Thiers métropolitaine et la précarité financière y est, elle aussi, moins
CLERMONT-FERRAND
marquée. La population auvergnate est plus âgée. Les
Auvergnats déclarent une part moins importante de revenus
d'activité que dans les autres régions : 69,3 % des revenus
AmbertAmbert déclarés proviennent des traitements ou salaires alors qu'ils
IssoireIssoire
atteignent 71,7 % en province et 73,4 % sur l'ensemble de la
métropole. Inversement la part des pensions et des retraites y
est plus importante 26,9 % contre respectivement 24,4 % etBrioude
Mauriac 22,7 % en province et métropole.Yssingeaux
St-Flour LE PUY-EN-VELAY
Part des retraites, pensions et rentesAURILLAC
dans le revenu déclaré par canton
35 % ou plus
de 30 % à moins de 35 %
de 25 % à moins de 30 %
de 20 % à moins de 25 %ou plus
moins de 20 %
 IGN - Insee 2003 Source : Insee - DGI - Revenus fiscaux des ménages en 2000
Sources
L’Insee diffuse à partir de 2003 de nouvelles statistiques locales sur les revenus, qu’il établit à partir
des fichiers des déclarations de revenus 2000 et de la taxe d’habitation, fournis par la Direction
Générale des Impôts (DGI). Les indicateurs diffusés permettent de décrire le niveau et les
disparités des revenus des ménages à travers leur médiane et les déciles, ainsi que la composition
du revenu. Cette source décrit plus finement les revenus que la source « IRCOM » (Impôt sur le
revenu des communes) disponible jusqu’à présent qui était basée sur le calcul d’une moyenne des
revenus fiscaux après abattement et par foyer fiscal et non par ménage.
Les données étudiées ici sont actuellement disponibles pour des regroupements de communes
correspondant à des découpages géographiques officiels et comptant au moins 2 000 habitants au
recensement de la population de 1999 (ce seuil est réduit à 50 ménages pour la médiane). Le
respect des règles de confidentialité limite donc la disponibilité des résultats à ces zones
géographiques.
- 5 -ouvert des revenus déclarés dans les villes-centresDans les villes-centres, l’éventail des revenus est
s’explique par de nombreux facteurs, notamment laplus ouvert
concentration des logements sociaux et des petits appar-
Les villes de Moulins, Vichy, Le Puy-en-Velay, Cler- tements accessibles aux jeunes actifs. Dans les villes
mont-Ferrand et Montluçon affichent un revenu déclaré d’Aurillac, Riom, Saint-Flour, Brioude et Cusset où la
médian certes élevé puisqu’il avoisine 13 000 € par uc, précarité sociale est moins marquée, les revenus décla-
mais qui reste moindre que celui des cantons les entou- rés par les 10 % des personnes les plus modestes (environ
rant. La dispersion des revenus y est aussi plus importante 5 000 € par uc) sont supérieurs de 1 000 € par rapport aux
que dans les périphéries. Les revenus déclarés des 10 % principales villes-centres. La dispersion des revenus dé-
les plus aisés sont proches de ceux déclarés en périphérie clarés par uc proche de la moyenne régionale est donc plus
(26 000 € par uc) mais ils sont6à7 fois plus élevés que réduite
ceux dont disposent les plus défavorisés. Cet éventail plus
Définitions
Un ménage est défini comme l’ensemble des occupants d’un même logement. Les « ménages fiscaux »
désignés ici sont constitués par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement.
Sont exclus de l’étude :
- les ménages de contribuables concernés par un événement de type mariage, décès ou séparation au
cours de l’année étudiée (2000) ;
www.insee.fr/auvergne
- les ménages constitués de personnes ne disposant pas de leur indépendance fiscale (essentiellement
3, place Charles de Gaulle - BP 120des étudiants, inclus dans le ménage de leurs parents) ;
63403 Chamalières Cedex
- les contribuables vivant en collectivité.
Tél. : 04 73 19 78 00
Les « ménages fiscaux » retenus représentent 95 % des ménages au sens du recensement en France métropo- Fax : 04 73 19 78 09
litaine.
Directeur de la publicationLe revenu déclaré aux services fiscaux, plus simplement appelé revenu déclaré, est la somme des res-
René JEAN
sources déclarées par les contribuables sur la « déclaration des revenus 2000 », avant abattement. Il com-
Directeur régional de l’INSEE
prend quatre catégories de revenus :
Rédaction en chef- les revenus salariaux (salaires, droits d’auteur, avantages en nature, indemnités de maladie, allocations
Nicole THOMASde chômage et de préretraite, revenus perçus à l’étranger) ;
Nicole MARCZAK
- les revenus des professions non salariées (revenus nets de déficits des indépendants comprenant les bé-
Composition et mise en pagenéfices agricoles, industriels, commerciaux et non commerciaux) ;
INSEE- les retraites (hors minimum vieillesse), pensions d’invalidité, pensions alimentaires (déduction faite des
pensions versées) et rentes viagères ; Vente et abonnement
- les autres revenus (essentiellement des revenus du patrimoine). Le revenu déclaré est un revenu avant Tél. : 04 73 19 78 73
redistribution. Il ne peut pas être assimilé à un revenu disponible, qui supposerait que l’on ajoute les reve- Prix du numéro : 2,2 €
Abonnement annuel :nus sociaux non déclarés (minima sociaux tels que RMI et minimum vieillesse, prestations familiales, aides
- France : 11 €au logement) et que l’on soustrait les impôts directs (impôt sur le revenu et taxe d’habitation).
- Étranger : 13 €Le revenu déclaré ne permet donc pas de tirer de conclusions complètes en termes de niveau de vie des mé-
nages. En complément, abonnez-vous à :
Pour étudier le niveau du revenu, on utilise la médiane du revenu déclaré par unité de consommation INSEE Auvergne « Les Dossiers »
Prix au numéro : variable(uc), qui partage les personnes en deux groupes : la moitié des personnes appartiennent à un ménage qui
Abonnement annuel :déclare un revenu par uc inférieur à cette valeur et l’autre moitié un revenu par uc supérieur.
- France : 35 €Pour mesurer la dispersion du revenu, on utilise le rapport inter-déciles du revenu déclaré par unité de
- Étranger : 43 €consommation (uc), qui établit le rapport entre les « hauts revenus » et les « bas revenus ».
À l’ordre du régisseurLe seuil des « bas revenus » correspond à la limite du 1er décile : 10 % des personnes appartiennent à un
des recettes de l’INSEE
ménage qui déclare un revenu par uc inférieur à cette valeur.
www.insee.fr/auvergneLe seuil des « hauts revenus » correspond à la limite du 9e décile : 10 % des personnes à un
Toute la conjoncture régionaleménage qui déclare un revenu par uc supérieur à cette valeur.
en ligne
Création maquette
CRÉATONEUne autre approche des revenus régionaux : les revenus disponibles bruts des régions
Impression
Imprimerie IMCL’INSEE calcule un revenu disponible brut des ménages conforme aux concepts de la comptabilité natio-
nale uniquement au niveau des régions. Il correspond au revenu primaire (revenu d’activité salariée ou Crédit photos
non, revenu de placements mobiliers ou immobiliers) augmenté des transferts reçus (prestations sociales INSEE Auvergne
autres que transferts sociaux en nature) et diminué des impôts et cotisations sociales versées. C’est la
ISSN : 1633-2768
part du revenu primaire qui reste à la disposition des ménages pour la consommation et l’épargne.
Dépôt légal :
Le revenu disponible brut des ménages auvergnats en 1998 s’élève à 18 108 millions d’€,cequicorres- 3ème trimestre 2003
pond à 13 829€ par habitant. Pour disposer de 100€ de revenu, l’ensemble des ménages a reçu 50,3€
© INSEE 2003
de salaires et traitements bruts, 26,8€ d’excédent brut et revenu mixte, 34,7€ de prestations en espè-
Code SAGE : LET031012
ces, 8,5€ d’autres revenus et a versé 9€ de cotisations sociales ainsi que 11,3€ d’impôts.
- 6 -

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.