Les revenus fiscaux des Bourguignons en 2002

De
Publié par

En 2002, la moitié de la population bourguignonne vit dans un ménage qui déclare un revenu par unité de consommation (uc) supérieur à 14 600 euros. Ce revenu médian est inférieur de 500 euros à celui de la France métropolitaine. Cet écart provient en grande partie des revenus élevés de la région parisienne où le revenu médian est supérieur de 26 % à celui de l'ensemble des régions de province (14 600 €).
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 31
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

Décembre 2005 1,50 euro
INSEE BOURGOGNE
Résultats statistiques 59
Les revenus fiscaux des Bourguignons en 2002
n 2002, la moitié de la population bourguignonne vit dans un ménage qui déclare un revenu par unité de consommation (uc)Esupérieur à 14 600 euros (voir encadré méthodologique page 4).
Ce revenu médian est inférieur de 500 euros à celui de la France métropolitaine. Cet écart provient en grande partie des
revenus élevés de la région parisienne où le revenu médian est supérieur de 26 % à celui de l’ensemble des régions de pro-
vince (14 600€). Après l’Ile-de-France, viennent l’Alsace, la région Rhône-Alpes et le Centre où le revenu médian dépasse
15 000 euros. La Bourgogne figure dans le second groupe de régions où le revenu médian est compris entre 14 500 euros et
15 000 euros, en compagnie de sa voisine la Franche-Comté et de cinq régions littorales (Bretagne, Aquitaine et
Haute-Normandie, Provence-Alpes-Côte d’Azur et Midi-Pyrénées). Le revenu médian bourguignon est très légèrement
supérieur à celui de la province. Les régions Nord-Pas-de-Calais, Languedoc-Roussillon et Corse ont les revenus médians
les plus faibles (entre 12 700 et 13 300 euros).
Les revenus fiscaux par région en 2002
Revenu fiscal par unité Part des pensions,
de consommation (uc) retraites et rentes
(1)Revenu médian Disparité (%)
(euros)
Île-de-France 18 388 7,0 17,0
Alsace 16 861 4,5 20,1
Rhône-Alpes 15 599 5,0 21,4
Centre 15 239 4,4 24,7
France métropolitaine 15 105 5,5 22,5
Franche-Comté 14 847 4,4 22,8
Bretagne 14 820 4,1 25,3
Aquitaine 14 797 4,8 26,1
Haute-Normandie 14 737 5,0 22,1
Bourgogne 14 629 4,4 26,5
Provence-Alpes-Côte d'Azur 14 615 7,0 26,8
Midi-Pyrénées 14 594 5,1 24,9
Province 14 569 5,1 24,2
Pays de la Loire 14 499 4,1 22,7
Picardie 14 403 5,1 21,1
Lorraine 14 381 4,8 23,7
Champagne-Ardenne 14 275 4,9 22,7
Limousin 14 263 4,6 29,8
Auvergne 14 062 4,7 26,9
Poitou-Charentes 13 985 4,5 26,9
Basse-Normandie 13 928 4,6 24,7
Languedoc-Roussillon 13 292 7,0 28,8
Nord-Pas-de-Calais 13 007 6,0 22,4
Corse 12 660 8,0 28,0
(1)
Rapport entre hauts et bas revenus (voir note de lecture page 2).
Source : Insee - DGI - Revenus fiscaux localisés des ménages en 2002.
L’éventail des revenus est peu ouvert en Bourgogne : les revenus les plus élevés représentent 4,4 fois les revenus les plus
faibles, contre 5,1 fois pour l’ensemble de la province. Seules les régions Bretagne et Pays de la Loire connaissent des écarts
de revenus moindres.
Les déclarés au fisc par les Bourguignons sont principalement constitués de traitements et salaires (61 %), mais
aussi de retraites ou de pensions (26,5 %). La part des retraites et pensions s’avère plus importante dans la région qu’en pro-
vince, tandis que celle des salaires y est plus faible.
Dans les principales unités urbaines de la région, celles de 5 000 habitants ou plus, la situation apparaît plus contrastée. Le
revenu médian varie de 11 600€ à Saint Florentin à 16 600€ dans l’agglomération dijonnaise. L’éventail des revenus est le
plus bas à Digoin (3,4) et atteint son maximum à Joigny (7,1) où le seuil des bas revenus se révèle particulièrement faible
puisqu’une personne sur dix y vit dans un ménage qui déclare moins de 3 600 euros par uc.Résultats pour la Bourgogne par département, catégorie de communes ou caractéristiques du ménage ;
comparaison avec la France
Revenus fiscaux déclarés par les ménages bourguignons au titre de l'année 2002
Unité : euros Unité : %
Revenu fiscal par unité de consommation (uc) Structure du revenu
fiscal
Seuil des Seuil des Pensions, Part desRevenu (1) Traitementsbas hauts Disparité retraites et ménages
médian et salairesrevenus revenus rentes imposés
France métropolitaine 5 641 15 105 30 807 5,5 66,3 22,5 60,4
Province 5 636 14 569 28 489 5,1 64,1 24,2 57,5
Bourgogne 6 275 14 629 27 674 4,4 61,3 26,5 58,4
Départements
Côte-d'Or 6 825 15 784 29 956 4,4 65,2 22,6 63,4
Nièvre 5 639 13 999 26 142 4,6 55,6 32,6 54,1
Saône-et-Loire 6 185 13 965 26 251 4,2 60,6 27,5 55,3
Yonne 6 092 14 582 27 424 4,5 60,0 27,3 59,1
Urbain, rural
Pôle urbain 5 613 14 999 28 899 5,1 63,8 26,6 60,7
Couronne périurbaine 7 745 15 876 28 963 3,7 66,9 20,6 64,9
Autre commune de l'espace urbain 6 824 14 494 26 440 3,9 61,7 25,6 58,3
Pôle d'emploi rural 5 781 13 708 25 510 4,4 59,2 29,3 53,7
Couronne de pôle d'emploi rural 6 954 14 296 25 419 3,7 61,9 24,6 57,6
Autre commune de l'espace rural 6 049 13 364 25 148 4,2 51,1 32,0 50,5
Tranche d'âge du référent fiscal
Moins de 30 ans 4 515 13 027 21 422 4,7 95,8 1,3 nd (*)
De 30 à 39 ans 5 308 13 368 24 118 4,5 88,7 0,9 nd (*)
De 40 à 49 ans 5 847 14 604 27 091 4,6 83,4 1,5 nd (*)
De 50 à 59 ans 6 639 17 601 34 341 5,2 76,5 7,1 nd (*)
De 60 à 74 ans 8 094 15 184 28 071 3,5 17,9 72,0 nd (*)
75 ans et plus 7 769 13 527 25 497 3,3 5,5 85,9 nd (*)
Taille du ménage
1 personne 5 690 13 316 25 071 4,4 45,7 46,1 nd (*)
2 personnes 8 433 16 453 30 659 3,6 45,6 43,7 nd (*)
3 7 553 16 409 28 984 3,8 76,2 11,2 nd (*)
4 personnes 6 965 14 736 26 223 3,8 81,7 3,2 nd (*)
5 et plus 4 007 10 271 22 491 5,6 77,5 4,2 nd (*)
(*)
non disponible.
(1)
Rapport entre seuil des hauts et seuil des bas revenus.
Lecture :en Bourgogne, la moitié de la population vit dans un ménage qui déclare un revenu fiscal inférieur à 14 629 euros par unité de
consommation (uc) (revenue médian). 10 % de la population vit dans un ménage qui déclare moins de 6 275 euros par uc (seuil des bas
revenus) et, a contrario, 10 % appartient à un ménage déclarant plus de 27 674 euros par uc (seuil des hauts revenus). Le rapport entre ces
deux seuils, ou rapport inter-déciles, donne une indication de la dispersion des revenus.
Source : Insee - DGI - Revenus fiscaux localisés des ménages en 2002.
Revenus plus élevés et plus dispersés à la cinquantaine
Revenus fiscaux déclarés par les ménages bourguignons selon le département et l'âge du référent fiscal
6,0
<30
5,5
50-5930-39
50-59
40-49 50-5940-49 50-595,0
<30 50-59
40-49
<30 <30 30-39
4,5
30-39
40-4930-39 <30 40-49
30-39
4,0
60-74
60-743,5 75 et +60-74
75 et + 60-7475 et + 75 et + 60-7475 et +
3,0
12 000 13 000 14 000 15 000 16 000 17 000 18 000 19 000 20 000
Revenu fiscal médian par uc en 2002.
Côte d'Or Nièvre Saône-et-Loire Yonne Bourgogne
Source : Insee - DGI - revenus fiscaux localisés des ménages en 2002.
Lecture : Dans chacun des départements, le revenu fiscal médian des ménages dont le référent est âgé de 50 à 59 ans dépasse 16 500€:il
varie de 16 550€ dans la Nièvre à 19 148€ en Côte-d'Or. Simultanément, le rapport inter-déciles atteint ou dépasse 5,0 : il varie de 5,0 en
Côte-d'Or et en Saône-et-Loire à 5,5 dans l'Yonne.
2 © Insee Bourgogne - Les revenus fiscaux des Bourguignons en 2002 - Résultats statistiques
Rapport
inter-décilesRésultats pour les unités urbaines (+ de 5 000 habitants)
Revenus fiscaux déclarés par les ménages bourguignons au titre de l'année 2002
Unité : euros Unité : %
Revenu fiscal par unité de consommation (uc) Structure du revenu
fiscal
Seuil des Seuil des Pensions, Part des
Revenu (1) Traitementsbas hauts Disparité retraites et ménagesmédian et salaires
revenus revenus rentes imposés
Côte-d'Or
Auxonne 6 366 13 429 23 968 3,8 68,4 22,2 54,3
Beaune 6 011 14 991 30 034 5,0 63,4 23,7 61,9
Châtillon-sur-Seine 5 627 13 932 28 573 5,1 55,6 28,7 52,4
Dijon 6 521 16 649 31 530 4,8 67,5 23,1 66,8
Genlis 6 495 14 303 24 370 3,8 71,0 22,3 59,5
Is-sur-Tille 7 105 14 561 26 177 3,7 65,0 25,5 59,9
Montbard 5 300 13 278 23 703 4,5 62,6 28,3 54,4
Nuits-Saint-Georges 6 578 15 623 31 458 4,8 59,1 23,0 62,9
Nièvre
Clamecy 4 074 12 744 25 236 6,2 54,7 34,6 47,3
Cosne-Cours-sur-Loire 5 333 14 377 27 154 5,1 53,6 35,1 54,7
Decize 6 223 14 349 24 876 4,0 57,4 34,2 57,3
Fourchambault 5 399 13 159 23 090 4,3 64,3 28,6 52,6
Imphy 6 359 14 549 24 537 3,9 61,7 32,4 58,3
La Charité-sur-Loire 5 514 14 937 27 140 4,9 51,7 38,3 56,2
Nevers 4 933 14 870 27 931 5,7 61,4 29,4 59,0
Saône-et-Loire
Autun 4 978 13 609 27 581 5,5 57,5 29,9 53,5
Bourbon-Lancy 6 577 14 565 25 075 3,8 57,2 33,6 58,7
Chagny 6 695 13 390 24 263 3,6 65,0 25,3 53,8
Chalon-sur-Saône 5 151 14 302 27 121 5,3 64,1 26,7 58,7
Crêches-sur-Saône 7 001 15 302 27 563 3,9 63,9 21,1 62,7
Digoin 5 423 12 400 22 320 4,1 61,1 29,3 46,0
Gueugnon 6 998 13 735 23 772 3,4 62,7 30,7 54,6
Le Creusot 5 422 13 592 25 416 4,7 59,5 33,0 54,8
Louhans 6 557 13 633 25 518 3,9 55,6 30,7 51,0
Mâcon 5 192 14 859 28 846 5,6 64,4 26,0 61,1
Montceau-les-Mines 5 724 13 314 23 727 4,1 58,0 35,0 50,7
Montchanin 6 027 12 886 22 074 3,7 63,8 29,2 51,4
Paray-le-Monial 6 456 14 064 27 267 4,2 55,1 32,0 52,3
Tournus 5 757 14 018 27 259 4,7 58,5 30,5 52,8
Yonne
Auxerre 5 197 14 977 29 897 5,8 63,3 26,3 61,0
Avallon 4 007 12 613 25 690 6,4 59,7 24,8 51,7
Joigny 3 631 12 605 25 813 7,1 56,1 31,4 52,5
Migennes 4 446 13 050 23 967 5,4 61,8 31,6 53,6
Saint-Florentin 4 121 11 606 21 929 5,3 61,5 27,9 48,4
Sens 5 459 14 606 28 163 5,2 62,8 26,3 60,5
Tonnerre 3 887 13 087 25 083 6,5 61,0 25,9 50,3
Villeneuve-sur-Yonne 5 369 14 243 25 904 4,8 57,8 32,2 56,0
(1)
Rapport entre seuil des hauts et seuil des bas revenus.
Lecture : dans l'unité urbaine d'Auxonne, la moitié de la population vit dans un ménage qui déclare un revenu fiscal inférieur à 13 429 euros
par unité de consommation (uc). 10 % de la population vit dans un ménage qui déclare moins de 6 366 euros par uc et, a contrario, 10 %
appartient à un ménage déclarant plus de 23 968 euros par uc. Le rapport entre ces deux seuils, ou rapport inter-déciles, donne une indica-
tion de la dispersion des revenus.
Source : Insee - DGI - Revenus fiscaux localisés des ménages en 2002.
Des données sur les autres unités urbaines sont disponibles
dans le Cédérom “Revenus fiscaux des ménages - Années 2000, 2001 et 2002”.
© Insee Bourgogne - Les revenus fiscaux des Bourguignons en 2002 - Résultats statistiques 3Définitions et méthode
Un ménage est défini comme l’ensemble des occupants d’un même logement. Les « ménages fiscaux » désignés ici sont constitués par le
regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Sont exclus de l’étude :
les ménages de contribuables concernés par un événement de type mariage, décès ou séparation au cours de l’année étudiée (2002)
les constitués de personnes ne disposant pas de leur indépendance fiscale (essentiellement des étudiants, inclus dans le
ménage de leurs parents)
les contribuables vivant en collectivité.
Les “ménages fiscaux” retenus représentent 95 % des ménages au sens du recensement en France métropolitaine.
Le référent fiscal est le contribuable identifié en tant que payeur de la Taxe d’Habitation au sein du ménage fiscal reconstitué.
Le revenu déclaré aux services fiscaux, plus simplement appelé revenu fiscal, est la somme des ressources déclarées par les
contribuables sur la “déclaration des revenus 2002”, avant abattement. Il comprend quatre catégories de revenus :
les revenus salariaux (salaires, droits d’auteur, avantages en nature, indemnités de maladie, allocations de chômage et de préretraite,
revenus perçus à l’étranger)
les revenus des professions non salariées (revenus nets de déficits des indépendants comprenant les bénéfices agricoles, industriels,
commerciaux et non-commerciaux)
les retraites (hors minimum vieillesse), pensions d’invalidité, pensions alimentaires (déduction faite des pensions versées) et rentes
viagères
les autres revenus (essentiellement des revenus du patrimoine).
Le revenu fiscal est un revenu avant redistribution. Il ne peut pas être assimilé à un revenu disponible (cf. Avertissement).
Le fiscal par unité de consommation (uc) permet de prendre en compte les économies d’échelle résultant de la vie en groupe.
Le revenu exprimé par uc devient un revenu par équivalent adulte, comparable d’un lieu à un autre et entre ménages de compositions
différentes. Le nombre d’uc d’un ménage est évalué selon la définition utilisée par l’Insee et par Eurostat :
le premier adulte du ménage compte pour 1 uc
les autres personnes de 14 ans ou plus comptent chacune pour 0,5 uc
les enfants de moins de 14 ans comptent chacun pour 0,3 uc.
Pour étudier le niveau du revenu, on utilise la médiane du revenu fiscal par unité de consommation (uc), qui partage les personnes en
deux groupes : la moitié des personnes appartiennent à un ménage qui déclare un revenu par uc inférieur à cette valeur et l’autre moitié un
revenu par uc supérieur.
Pour mesurer la dispersion du revenu, on utilise le rapport inter-déciles du revenu fiscal par unité de consommation (uc), qui établit le
rapport entre les “hauts revenus” et les “bas revenus”.
er
Le seuil des “bas revenus” correspond à la limite du 1 décile : 10 % des personnes appartiennent à un ménage qui déclare un revenu par
uc inférieur à cette valeur.
e
Le seuil des “hauts revenus” correspond à la limite du 9 décile : 10 % des personnes à un ménage qui déclare un revenu
par uc supérieur à cette valeur.
Avertissement
On s’intéresse ici aux seuls revenus déclarés au fisc. En effet, les revenus sociaux tels que le RMI ou les prestations familiales et sociales
ne sont pas soumis à déclaration, comme également, une part notable des revenus du patrimoine. C’est le cas notamment des revenus
défiscalisés, comme le livret A de la Caisse d’épargne, ou des revenus de valeurs mobilières soumis au prélèvement libératoire à la
source. La réintégration de ces revenus dans les ressources des ménages et la déduction des impôts directs, non encore réalisée
statistiquement à ce jour, modifierait l’image qu’on peut se faire des ressources réellement disponibles des ménages, ainsi que des
écarts de revenus.
Source
L’Insee diffuse depuis 2003 de nouvelles statistiques locales sur les revenus, établies à partir des fichiers des déclarations de revenus et
de la taxe d’habitation de la Direction Générale des Impôts (DGI). Les indicateurs diffusés permettent de décrire le niveau et les disparités
des revenus des ménages ainsi que la composition du revenu. Les données sont disponibles pour des découpages géographiques
(quartiers, communes, regroupements de communes) comptant au moins 2 000 habitants au recensement de 1999 (ce seuil est réduit à
50 ménages pour le revenu médian). Le respect des règles de confidentialité limite la disponibilité des résultats à ces zones
géographiques.
Pour en savoir plus
Revenus fiscaux 2002 des ménages bourguignons - Insee Bourgogne Dimensions - n° 126 - Novembre 2005. 2000 des : un peu au-dessus du niveau provincial - Insee Bourgogne Dimensions -
n° 107 - Décembre 2003.
Le revenu selon l’origine sociale - Insee - Économie et statistique n° 371 - Décembre 2004.
Des ménages modestes aux ménages aisés : des sources de revenus différentes - Insee Première - n° 916 - août 2003.
La carte de France des revenus déclarés - Insee Première - n° 900 - Mai 2003.
Revenus fiscaux des ménages, années 2000, 2001 et 2002 - Cédérom - Insee - Juin 2005.
Les Insee Première, les Insee Bourgogne Dimensions et les notes de conjoncture figurent dès parution sur le site internet de l’insee :
www.insee.fr
Document réalisé par : Chantal Berthier.
Insee Bourgogne - 2 rue Hoche - BP 1509 - 21035 Dijon Cedex - Tél. : 03.80.40.67.67 - Fax : 03.80.40.68.00
Directeur de la publication : JL. Coster - Chef du Service Études et Diffusion : C. Bonsacquet - Rédactrice en chef : C. Ricci -
Maquette PAO : P. Lallemand - Impression : Insee Bourgogne.
ISSN 1279 - 1008 - Code Sage RS055916 - Dépôt légal : à parution - Prix : 1,50 euro - © Insee 2005.
4 © Insee Bourgogne - Les revenus fiscaux des Bourguignons en 2002 - Résultats statistiques

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.