Les salaires dans les entreprises en 2002 Une année en demi-teinte

De
Publié par

En 2002, dans les entreprises du secteur privé et semi-public, le salaire mensuel moyen pour un travail à temps complet s'élevait à 2 321 euros en brut et à 1 779 euros nets de tous prélèvements à la source. Compte tenu de la hausse des prix à la consommation de 1,9% en moyenne en 2002, le pouvoir d'achat du salaire net moyen a augmenté de 0,6% entre 2001 et 2002, après une hausse de 1,1% entre 2000 et 2001. Le gain de pouvoir d'achat du SMIC mensuel net a parallèlement ralenti, avec une hausse de 1,4% en 2002, contre 2,1% l'année précédente. Du fait de la poursuite du processus de réduction du temps de travail, les salaires horaires nets ont plus augmenté que les salaires mensuels : la progression a été de 2,4% en euros constants pour les salariés à temps complet.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 26
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N° 980 - JUILLET 2004
PRIX : 2,20€
Les salaires dans les entreprises
en 2002
Une année en demi-teinte
Julien Pouget et Anne Skalitz,
département de l'Emploi et des revenus d'activité, Insee
n 2002, dans les entreprises du fourni (salaires de base, primes), la variation
du volume de l'activité du fait des fluctuationssecteur privé et semi-public, le
de la durée du travail (heures supplémentaires,Esalaire mensuel moyen pour un
chômage partiel), et les modifications de la
travail à temps complet s'élevait à 2 321
structure des qualifications sur le marché du
euros en brut et à 1 779 euros nets de tous travail. L'évolution des salaires nets dépend en
prélèvements à la source. Compte tenu de outre de celle des prélèvements à la source
la hausse des prix à la consommation de (cotisations sociales, CSG, CRDS).
1,9% en moyenne en 2002, le pouvoir
d'achat du salaire net moyen a augmenté En 2002, le salaire net moyen a
de 0,6% entre 2001 et 2002, après une augmenté de 0,6 % en euros constants
hausse de 1,1% entre 2000 et 2001. Le
En 2002, la hausse du salaire moyen des sala-
gain de pouvoir d'achat du SMIC mensuel riés à temps complet a été, en euros courants,
net a parallèlement ralenti, avec une de 2,8% en brut et de 2,5% en net. Les prélève-
hausse de 1,4% en 2002, contre 2,1% ments salariaux à la source, et en particulier les
taux de cotisation de retraite complémentaire,l'année précédente. Du fait de la pour-
se sont en effet légèrement accrus.suite du processus de réduction du
En euros constants, c'est-à-dire déduction faite
temps de travail, les salaires horaires
de la hausse des prix à la consommation, l'évo-
nets ont plus augmenté que les salaires lution du salaire brut moyen pour un travail à
mensuels : la progression a été de 2,4% temps complet a été de 0,9% entre 2001 et
en euros constants pour les salariés à 2002, et le pouvoir d'achat du salaire net
moyen a progressé de 0,6% (tableau 1). Entemps complet.
2001, le pouvoir d'achat du salaire net moyen
avait augmenté de 1,1%.
L'évolution du salaire net moyen dépend deLes salaires bruts évoluent sous l'effet de plu-
celle du salaire de base, des primes et dessieurs facteurs : l'évolution du prix du travail
Evolutions annuelles, en euros constants, des salaires moyens bruts et nets
pour les emplois à temps complet
En %
1997 1998 1999 2000 2001 2002
1
Salaire brut moyen 0,7 0,2 1,7 0,6 0,9 0,9
Salaire moyen net de prélèvements 0,9 0,9 1,6 0,5 1,1 0,6
2
Incidence des effets de structure 0,5 0,3 0,6 0,6 0,7 0,8
Salaire brut moyen à structure constante 0,2 -0,1 1,1 0,0 0,2 0,1
Salaire moyen net de prélèvements à structure constante 0,4 0,6 1,0 -0,1 0,4 -0,2
Incidence des primes -0,2 0,0 -0,1 -0,3 -0,1 0,0
Incidence des heures supplémentaires 0,0 -0,2 0,0 0,0 0,0 0,0
Incidence du chômage partiel 0,1 0,1 0,0 0,1 0,0 0,0
Pour mémoire : indice des prix à la consommation 1,2 0,7 0,5 1,7 1,7 1,9
1. Les variations des rémunérations non soumises à cotisations sociales (participation, intéressement) sont prises en compte dans les évolutions
du salaire brut moyen seulement à partir de l'évolution 2001- 2002. Voir «Sources».
2. Voir «Définitions».
Champ : salariés à temps complet du secteur privé et semi-public.
Sources : DADS, Insee ; enquêtes annuelles ACEMO, ministère de l'Emploi, du travail et de la cohésion sociale
INSEE
PREMIEREheures supplémentaires. En 2002, la été en 2002 de +2,1% en brut et +1,7% L'éventail des salaires se
part des primes dans le salaire annuel en net, après des augmentations res- resserre très légèrement
ainsi que celle des heures supplémen- pectives de +3,1% et +3,3% en 2001.
En 2002, un cadre à temps complet per-taires sont restées stables, et n'ont donc
cevait un salaire mensuel net moyen depas influencé l'évolution globale des
3 530 euros, et un ouvrier un salaire desalaires nets. Par ailleurs, le nombre de La croissance du SMIC est
1 300 euros, proche de celui d'unjournées autorisées de chômage partiel moindre en 2002
employé. Ainsi, en 2002, un cadrea augmenté de 11% entre 2001 et 2002,
gagnait en moyenne 2,7 fois plus qu'unen raison de la dégradation de la
En 2002, la hausse du taux de salaire ouvrier ou qu'un employé (tableau 2). Ceconjoncture. Néanmoins, cette augmen-
horaire ouvrier, conjuguée à celle des rapport est stable depuis plusieurstation n'a pas eu d'impact significatif sur
prix, a entraîné un relèvement du salaire années.l'évolution globale des salaires.
minimum de 2,4% au 1er juillet 2002 (les Le salaire moyen des femmes ne se rap-
garanties mensuelles de rémunération - proche que très lentement de celui des
qui concernent les salariés passés de hommes. En 2002, le salaire mensuelLa proportion d'ouvriers diminue
« 39 heures»à«35 heures » - ont quant net moyen d'un homme travaillant à
à elles été revalorisées de 1,8% à laEn 2002, les cadres représentent 16,3% temps complet s'élevait à 1 905 euros,
même date). Cette augmentation, com-des effectifs (contre 16,1% en 2001), tandis que celui d'une femme était de
binée à l'effet en année pleine de latandis que la proportion d'ouvriers passe 1 534 euros, soit un salaire inférieur en
revalorisation de juillet 2001 (+4,05%),de 38,1% à 37,2% (tableau 2). Ce chan- moyenne de 19,5%. Cet écart, qui était
s'est traduite par une hausse du SMICgement de structure contribue à hauteur de 19,6% en 2001, est dû pour partie à
brut de 3,3% entre 2001 et 2002.de 0,8 point à la hausse du salaire net des différences de structure des qualifi-
Compte tenu de l'accroissement des prixmoyen entre 2001 et 2002. Une fois cor- cations : ainsi, en 2002, 18,5% des hom-
de 1,9% en moyenne annuelle, le SMICrigée de l'effet de structure lié à l'évolu- mes salariés sont des cadres, contre
brut a donc progressé de 1,4% en eurostion des qualifications, l'évolution en seulement 12,1% des femmes.
constants entre 2001 et 2002, touteuros constants du salaire moyen « à En 2002, 10% des salariés à temps
comme le pouvoir d'achat du salairestructure constante » est de +0,1% pour complet ont gagné moins de 961 euros
minimum net. Cette croissance estle salaire brut et de -0,2% pour le salaire mensuels nets, tandis qu'à l'autre bout
moindre que celle observée entre 2000net. de l'échelle, 10% ont gagné plus de
et 2001 (+1,9% en brut et +2,1% en net),Pour les salariés à temps complet, l'évo- 2 851 euros. La médiane, qui partage la
mais elle reste supérieure à l'évolutionlution en euros constants du salaire des population des salariés à temps complet
du salaire moyen.permanents-permanents (définitions)a en deux groupes d'effectifs égaux,
1 Salaires annuels moyens et répartition des effectifs pour les emplois à temps complet
selon le sexe et la catégorie socioprofessionnelle
Salaires annuels moyens nets Répartition des effectifs
Salaires annuels moyens bruts
de tous prélèvements en années-travail
2001 2002 2001 2002 2001 2002Evolution Evolution
en euros en eurosEuros Euros Euros Euros
%%constants (%) constants (%)courants courants courants courants
Ensemble 27 088 27 852 0,9 20 831 21 342 0,6 100,0 100,0
2
Cadres 54 616 55 952 0,5 41 575 42 356 0,0 16,1 16,3
Professions intermédiaires 27 732 28 330 0,3 21 283 21 666 -0,1 24,2 24,4
Employés 19 126 19 561 0,4 14 855 15 179 0,3 21,5 22,1
Ouvriers 19 521 20 177 1,5 15 136 15 602 1,2 38,1 37,2
Hommes 28 948 29 791 1,0 22 301 22 860 0,6 100,0 100,0
2
Cadres 57 815 59 290 0,7 44 090 44 954 0,1 18,3 18,5
Professions intermédiaires 29 019 29 719 0,5 22 350 22 799 0,1 22,5 22,5
Employés 19 802 20 295 0,6 15 561 15 941 0,5 10,3 10,9
Ouvriers 20 021 20 673 1,4 15 532 15 990 1,1 48,9 48,2
Femmes 23 417 24 099 1,0 17 928 18 404 0,8 100,0 100,0
2
Cadres 44 811 46 073 0,9 33 868 34 669 0,5 11,8 12,1
Professions intermédiaires 25 670 26 178 0,1 19 574 19 911 -0,2 27,7 28,1
Employés 18 811 19 208 0,2 14 526 14 813 0,1 43,6 43,9
Ouvriers 16 662 17 285 1,8 12 876 13 337 1,7 16,9 16,0
SMIC (169h) 13 254 13 689 1,4 10 484 10 835 1,4 - -
Champ : salariés à temps complet du secteur privé et semi-public.
1. Les effectifs des salariés sont convertis en années-travail, au prorata de leur durée de présence.
Par exemple, un salarié ayant travaillé durant six mois et ayant perçu 10 000 euros compte pour 0,5 année-travail rémunérée 20 000 euros par an.
2. Y compris chefs d'entreprise salariés.
Source : DADS (fichier au 1/12ème), Insee
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
INSEE
PREMIEREs'établit à 1 429 euros nets par mois élevés ont pâti de la stabilité des primes « Aubry 2 ») : en conséquence, les salai-
(tableau 3). de performance, suite à la dégradation res horaires se sont davantage accrus,
Par rapport à 2001, la hiérarchie des de la conjoncture. Entre les deux, le pou- en moyenne, que les salaires mensuels
salaires s'est peu modifiée, avec un rap- voir d'achat du salaire médian a aug- (tableau 4). La mise en place de la
e
port inter-décile (rapport entre le 9 et le menté de 0,7%. réduction du temps de travail s'est en
er
1 décile) égal à 3,0. Les salaires des effet le plus souvent accompagnée
hommes restent davantage dispersés d'une compensation salariale assurant
Des salaires horaires toujoursque ceux des femmes, les rapports le maintien de la rémunération men-
inter-décile valant respectivement 3,1 et plus dynamiques que les suelle des salariés. Ainsi, pour les sala-
2,6. Cependant le pouvoir d'achat a aug- riés à temps complet, le salaire horairesalaires mensuels
menté plus sensiblement en bas de la net de prélèvements a augmenté de
hiérarchie salariale : +1,2% pour le pre- L'année 2002 a vu se poursuivre le pro- 2,4% en euros constants, davantage
e
mier décile, +0,3% pour le 9 . Les salai- cessus de réduction du temps de travail, pour les femmes (2,7%) que pour les
res les plus faibles ont bénéficié de la avec le passage aux « 35 heures » des hommes (2,4%).
hausse du SMIC, tandis que les plus entreprises de moins de 20 salariés (loi C'est dans le secteur de la construction
que les salaires horaires nets ont le plus
Distribution des salaires annuels nets de tous prélèvements augmenté entre 2001 et 2002 (+4,4% en
euros constants pour les salariés à
En euros courants temps complet). La hausse a également
Déciles Ensemble Hommes Femmes été importante dans les activités immo-
2001 2002 2001 2002 2001 2002 bilières, les services aux entreprises et
D1 11 175 11 527 11 595 11 974 10 606 10 907 aux particuliers (tableau 5).En
D2 12 532 12 894 13 052 13 451 11 760 12 098 revanche, l'énergie, les transports et les
D3 13 782 14 173 14 391 14 804 12 790 13 131 activités financières n'ont connu que de
D4 15 138 15 555 15 806 16 249 13 912 14 288
relativement faibles augmentations de
Médiane 16 710 17 142 17 464 17 932 15 292 15 695
salaires horaires : ces secteurs regrou-D6 18 629 19 098 19 532 20 054 16 985 17 410
D7 21 150 21 687 22 383 22 980 19 086 19 572 pent principalement des très grandes
D8 25 171 25 818 27 056 27 759 21 973 22 560 entreprises passées aux « 35 heures »
D9 33 454 34 206 36 716 37 448 27 550 28 275 bien avant 2002, et qui ont pu, dans cer-
D9/D1 3,0 3,0 3,2 3,1 2,6 2,6
tains cas, pratiquer des politiques de
Champ : salariés à temps complet du secteur privé et semi-public.
modération salariale.
Lecture : En 2002, 10% des salariés à temps complet du secteur privé et semi-public gagnent un salaire annuel net inférieur à
11 527 euros, 20% un salaire inférieur à 12 894 euros.
Source : DADS (fichier au 1/12ème), Insee
Salaires horaires et répartition des effectifs en nombre d'heures travaillées selon le sexe,
la catégorie socioprofessionnelle et la condition d'emploi
Répartition des effectifs en
Salaires horaires bruts Salaires horaires nets de tous prélèvements
nb d’heures travaillées
2001 2002 2001 2002 2001 2002Evolution Evolution
en euros en eurosEuros Euros Euros Euros
%%constants (%) constants (%)courants courants courants courants
Salariés à temps complet
Ensemble 14,47 15,14 2,8 11,12 11,60 2,4 100,0 100,0
1
Cadres 28,73 29,94 2,3 21,87 22,67 1,7 16,4 16,5
Professions intermédiaires 14,83 15,39 1,9 11,38 11,77 1,5 24,2 24,4
Employés 10,25 10,72 2,7 7,96 8,32 2,6 21,5 21,9
Ouvriers 10,46 11,00 3,2 8,11 8,50 2,9 38,0 37,1
Hommes 15,38 16,10 2,8 11,85 12,35 2,4 66,7 66,3
Femmes 12,64 13,26 3,0 9,68 10,12 2,7 33,3 33,7
SMIC 6,54 6,75 1,4 5,17 5,34 1,4 --
Salariés à temps non complet
Ensemble 12,05 12,28 -0,1 9,33 9,49 -0,2 100,0 100,0
1
Cadres 26,85 27,17 -0,7 20,54 20,72 -1,0 9,4 9,0
Professions intermédiaires 14,70 14,77 -1,4 11,33 11,41 -1,2 19,0 18,8
Employés 9,19 9,54 1,9 7,14 7,40 1,7 45,4 46,3
Ouvriers 9,81 10,18 1,9 7,67 7,94 1,6 26,3 25,9
Hommes 14,15 14,21 -1,4 10,99 11,05 -1,4 34,5 33,7
Femmes 10,95 11,30 1,2 8,46 8,70 1,0 65,5 66,3
Champ : salariés à temps complet et à temps non complet du secteur privé et semi-public.
1. Y compris chefs d'entreprise salariés.
Source : DADS (fichier au 1/12ème), Insee
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
INSEE
PREMIERE(y compris tabac) de l'ensemble des ména- Salaires horaires nets moyens pour les emplois à temps complet
ges, qui a augmenté, en moyenne annuelle,selon le secteur d'activité
de 1,9 % en 2002.
Salaires horaires nets de tous prélèvements
Définitions2001 2002 Evolution
en euros
Euros courants Euros courants
constants (%)
L'évolution du salaire moyen peut être dé-
Industries agricoles et alimentaires 9,37 9,79 2,6 composée en un effet de structure et une
Industries des biens de consommation 11,61 12,09 2,2 évolution à structure constante. L'évolu-
Industrie automobile 11,66 12,09 1,8 tion à structure constante est obtenue en
Industries des biens d'équipement 12,35 12,75 1,3 calculant l'évolution du salaire moyen sans
Industries des biens intermédiaires 10,74 11,13 1,7 modification des effectifs des groupes ho-
Energie 15,38 15,82 1,0 mogènes qui ont été distingués, selon les
Construction 9,84 10,46 4,4 variables suivantes : sexe, tranche d'âge,
Commerce 10,17 10,52 1,5 catégorie socioprofessionnelle et secteur
Transports 10,45 10,74 0,9 d'activité. L'effet de structure (ou GVT : glis-
Activités financières 16,20 16,66 0,9 sement-vieillesse-technicité) est ensuite
Activités immobilières 11,10 11,71 3,6 calculé par différence entre l'évolution du
Services aux entreprises 12,56 13,13 2,6 salaire moyen et l'évolution à structure
Services aux particuliers 9,00 9,53 4,0 constante. Il ne mesure cependant qu'im-
1
Ensemble du secteur privé et semi-public 11,12 11,60 2,4 parfaitement l'impact sur les salaires des
Champ : salariés à temps complet. modifications fines de la structure des qua-
1. L'ensemble du secteur privé et semi-public comprend, outre les secteurs détaillés dans ce tableau, la partie marchande du lifications de la population salariée.
secteur "Education, santé et action sociale". Cet effet est lui-même la résultante de deux
Source : DADS (fichier au 1/12ème), Insee facteurs : les changements de groupes des
personnes présentes les deux années (le plus
souvent suite à des promotions) et les mouve-
ments d'entrée et de sortie (embauches oudorénavant les sommes versées au titre deSources
départs). L'effet constaté de ces entrées etla participation ou de l'intéressement, som-
sorties est, la plupart du temps, négatif : en ef-mes non soumises à cotisations sociales.
fet les entrants sont en moyenne plus jeunesLes salaires annuels et les effectifs sont Le salaire net est calculé à partir du salaire
que les partants et leurs rémunérations sontconnus grâce aux DADS (Déclarations net fiscal disponible dans la DADS. Il est net
en général moins élevées.Annuelles de Données Sociales) que les en- de toutes cotisations sociales, y compris
Les personnes en place (ou pré-treprises adressent à l'administration. Tous CSG (contribution sociale généralisée) et
sents-présents) sont les salariés occu-les salariés, présents ou non toute l'année, CRDS au remboursement de
pant un même emploi deux annéessont concernés, à l'exception des personnels la dette sociale). Il ne comprend pas les par-
consécutives. Ils sont présents dans ledes services domestiques et des agents de la ticipations (qui ne sont pas imposables).
champ en début et en fin de période. ParmiFonction publique d'État. L'exploitation des Pour les salariés à temps complet, les ef-
eux, on distingue ceux qui ont travaillé 12DADS ayant permis de donner les informa- fectifs sont convertis en années-travail au
mois chacune des deux années (les per-tions présentées ici exclut cependant les sa- prorata de leur durée de présence. Les sa-
manents-permanents).lariés agricoles, les agents des collectivités laires sont rapportés à cette durée pour le
territoriales et des hôpitaux publics, ainsi que calcul des moyennes.
les apprentis, les stagiaires et les titulaires Les informations concernant la part des pri- Bibliographie
d'emplois aidés. Les résultats sont issus de mes et des heures supplémentaires dans la
e
l'exploitation du sondage au 12 des déclara- rémunération sont issues des enquêtes
tions de 2001 et 2002. ACEMO (enquêtes sur l'Activité et les Con- « Les salaires des agents de l'Etat en 2002 »,
Les chiffres de salaires bruts publiés ici ditions d'Emploi de la Main-d'Oeuvre) me- M. Dhune et D. Quarré, Insee-première,
pour les années 2001 et 2002 ne sont pas nées par le ministère de l'Emploi, du travail n°977, juillet 2004.
directement comparables à ceux qui appa- et de la cohésion sociale. Ces informations « Les salaires des ingénieurs diplômés »,
raissent dans les publications antérieures. portent sur les établissements de 10 sala- M. Koubi et M. Mazars, Insee-première,
En effet, afin de se rapprocher des riés ou plus des secteurs concurrentiels n°929, novembre 2003.
concepts de la comptabilité nationale, le (hors agriculture). On fait ici l'hypothèse « La rémunération des salariés des entre-
mode de calcul du salaire brut a été modifié. que les évolutions pour l'ensemble des éta- prises de 10 salariés ou plus en 2002 »,
Le salaire brut correspond à l'intégralité blissements sont peu différentes. Dares, à paraître en 2004.
des sommes perçues par le salarié au titre Les évolutions en euros constants sont « Les salaires dans l'industrie, le commerce
de son contrat de travail, avant toute déduc- calculées en tenant compte de la progres- et les services en 2001 », Insee-résultats,
tion de cotisations obligatoires. Il intègre sion de l'indice des prix à la consommation série Société, n°25, janvier 2004.
INSEE PREMIÈRE figure dès sa parution sur le site Internet de l'Insee : www.insee.fr (rubrique Publications)
Vous pouvez vous abonner gratuitement aux avis de parution dans http://www.insee.fr/fr/ppp/abonnement/abonnement.asp#formulaire
Direction Générale :BULLETIN D'ABONNEMENT A INSEE PREMIERE
18, Bd Adolphe-Pinard
75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :
Jean-Michel Charpin
OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE - Tarif 2004 Rédacteur en chef :
Daniel TemamAbonnement annuel = 70€ (France) 87€ (Étranger)
Rédacteurs : R. Baktavatsalou,
C. Benveniste, C. Dulon,Nom ou raison sociale : ________________________ Activité : ____________________________
A.-C. Morin
Adresse : ___________________________________________________________________
Maquette : RPV
______________________________________ Tél : _______________________________ Code Sage IP04980
ISSN 0997 - 3192Ci-joint mon règlement en Euros par chèque à l’ordre de l’INSEE : __________________________________€.
© INSEE 2004
Date : __________________________________ Signature
INSEE
PREMIERE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.