Les salaires des dirigeants de société de 1993 à 2000

De
Publié par

En 2000, un dirigeant de société perçoit en moyenne 40 470 euros nets par an. En sept ans, son pouvoir d'achat s'est accru de 0,7% par an en moyenne. La conjoncture économique a un impact plus fort sur l'évolution de la rémunération des dirigeants que sur celle de l'ensemble des salariés. Les fléchissements de pouvoir d'achat ont été nettement plus marqués dans leur cas entre 1993 et 1996 que pour l'ensemble des salariés (- 1,3 % en moyenne par an contre - 0,2 %). Inversement, les hausses qui ont suivi, entre 1996 et 2000, ont été beaucoup plus soutenues (2,2 % contre 0,7 %). En moyenne, leur salaire est légèrement supérieur à celui d'un cadre.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 35
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N° 884 - FÉVRIER 2003
PRIX : 2,20€
Les salaires des dirigeants de
société de 1993 à 2000
Frédéric Brouillet, division Salaires et revenus d’activité, Insee
n 2000, un dirigeant de société per- geants les moins rémunérés touchent moins
de 17 200 euros nets par an tandis que le quartçoit en moyenne 40 470 euros nets
des dirigeants les mieux rémunérés gagnentEpar an. En sept ans, son pouvoir
plus de 48 600€ nets par an soit trois fois plus.
d’achat s’est accru de 0,7% par an en
Les écarts de rémunération par secteur d’acti-
moyenne. La conjoncture économique a vité vont de un à quatre : le plus rémunérateur
un impact plus fort sur l’évolution de la ré- est le secteur des administrations d’entreprise
munération des dirigeants que sur celle (85 500 € en 2000) ainsi que celui des indus-
tries agroalimentaires, le moins rémunérateurde l’ensemble des salariés. Les fléchisse-
celui des services personnels (coiffure,ments de pouvoir d’achat ont été nette-
blanchisserie, …) et hôtels-cafés-restaurants
ment plus marqués dans leur cas entre
(21 000 € en 2000). Ces écarts recoupent
1993 et 1996 que pour l’ensemble des sa- ceux existant entre les entreprises de moins de
lariés (- 1,3 % en moyenne par an contre 10 salariés et les plus grandes. Ce phénomène
- 0,2 %). Inversement, les hausses qui ont se retrouve également au sein même des sec-
teurs d’activité. Les écarts de salaire entre diri-suivi, entre 1996 et 2000, ont été beau-
geants s’expliquent par les caractéristiquescoup plus soutenues (2,2 % contre 0,7 %).
des entreprises qu’ils dirigent (secteurs d’acti-
En moyenne, leur salaire est légèrement
vité, nombre d’employés, lieu de l’implantation
supérieur à celui d’un cadre. géographique, chiffre d’affaires, ...) ou encore
par des traits propres aux dirigeants (âge,
sexe, nationalité,…).
Environ 400 000 dirigeants de société sont
considérés comme des salariés au regard de la 1993-2000 : des hauts et des bas…
sécurité sociale. Il s’agit de dirigeants de socié-
tés anonymes, de gérants minoritaires de Entre 1993 et 2000, leurs salaires ont augmenté
sociétés à responsabilité limitée (SARL) et de dans tous les secteurs d’activité, toutefois si l’on
gérants non associés d’autres types de socié- prend en compte l’inflation, le pouvoir d’achat
tés. Dans le cas d’une société anonyme à n’évolue pas toujours positivement.
conseil d’administration, les dirigeants recou- Tous les secteurs d’activité n’ont pas été tou-
vrent le président directeur général (PDG) et chés avec la même intensité par les variations
éventuellement un ou deux directeurs géné- de la conjoncture économique.
raux (DG). Dans celui des sociétés anonymes Les dirigeants exerçant dans des domaines
à directoire, il s’agit des membres du directoire, d’activité dont la clientèle est essentiellement
soit cinq personnes maximum. Quant aux composée de particuliers ont généralement
gérants majoritaires de SARL et aux gérants vu leur pouvoir d’achat diminuer (entre -0,9%
associés des autres types de sociétés, bien et - 0,1% par an selon les secteurs). C’est en
que dirigeants, ils n’ont pas la qualité de sala- particulier le cas de la réparation et com-
riés au regard de la sécurité sociale. merce automobile, des services rendus aux
particuliers et du commerce de détail à
l’exception de l’habillement, secteur dont les
Salaires des dirigeants : de un dirigeants gagnent 1,3% de pouvoir d’achat
par an sur la période ce qui les place justeà quatre selon les secteurs
derrière l’immobilier. De plus, ces secteurs
En 2000, le salaire moyen d’un dirigeant est sont aussi les moins rémunérateurs pour
presque deux fois supérieur à celui de leurs dirigeants. Ce sont les salaires moyens
l’ensemble des salariés (respectivement des dirigeants à la tête d’entreprises dont la
40 470 et 20 440 euros nets par an - tableau). clientèle est elle-même composée principale-
La moitié des dirigeants perçoivent moins de ment d’entreprises qui ont connu la plus forte
28 580 euros nets par an. Le quart des diri- hausse à moyen terme. Le conseil et assis-
INSEE
PREMIEREtance aux entreprises, le commerce de sement et ils ont mieux profité de la 1993-1996 : la crise
gros et l’industrie hors artisanat com- période de retour de la croissance à
Entre 1993 et 1996, le salaire brut desmercial dont le pouvoir d’achat a pro- partir de 1997. Ainsi la hiérarchie qui
dirigeants de société a augmenté moinsgressé de 0,4à1%par an en sont les existait en 1993 entre les rémunéra-
vite que les prix : de 1 % par an enmeilleures illustrations. Cette liaison tions des différents secteurs d’activité
moyenne alors que l’inflation était derésulte du cumul de deux éléments : ils s’est perpétuée jusqu’en 2000 et elle
1,8 %. Le pouvoir d’achat de leur salaireont mieux absorbé la période de ralentis- s’est même souvent renforcée.
Évolution et répartition du salaire net annuel moyen des dirigeants de société salariés
Évolution annuelle du pouvoir d’achat (%) Situation en 2000
Salaire net
Répartition
1993-1996 1996-2000 1993-2000 annuel
en %
en milliers d’€
Effectif déclaré au 31/12/2000 (y c. le dirigeant)
Moins de 10 salariés -4,2 1,6 -0,9 64,2 29,2
10 à 49 salariés -0,1 1,2 0,6 28,1 51,3
50 salariés et plus -2,5 5,0 1,7 7,7 95,2
Secteur d’activité
Industrie hors artisanat commercial, énergie dont -1,8 2,1 0,4 17,7 49,1
Industrie des biens de consommation (hors agro-alimentaire) -2,1 2,0 0,3 4,8 46,4
Industrie des biens d’équipement -2,2 2,4 0,4 4,3 48,9
Industrie des biens intermédiaires -1,0 1,8 0,6 7,2 50,0
Industrie agro-alimentaire hors artisanat commercial -2,9 2,8 0,3 1,4 53,9
Commerce de détail (hors pharmacie, automobile) dont -2,6 1,6 -0,2 15,3 27,9
Artisanat commercial (boulangerie, charcuterie, ...) -3,0 -0,2 -1,4 1,4 22,1
Autre alimentaire spécialisé (boucherie, primeurs, ...) -4,3 0,7 -1,5 1,7 22,9
Grand commerce de détail (supermarché, ...) -3,1 1,9 -0,3 1,4 45,2
Équipement de la personne (habillement, cuir, ...) -1,7 3,6 1,3 2,3 26,0
Équipement du foyer et aménagement de l’habitat -3,0 1,1 -0,7 3,4 27,4
Hygiène, sport, loisirs (librairie, disques, ...) -2,1 0,9 -0,4 2,1 29,6
Autre non alimentaire divers (tabac, horlogerie, ...) -2,8 0,9 -0,7 2,2 28,4
Réparation et commerce automobile -2,3 0,8 -0,5 7,3 29,2
Commerce de gros et intermédiaire du commerce dont -1,4 1,8 0,4 12,2 46,4
Commerce de gros -1,5 1,9 0,4 11,2 46,2
Services rendus aux particuliers dont -3,1 1,4 -0,6 8,7 21,7
Hôtels, cafés, restaurants -3,2 1,6 -0,5 6,7 22,0
Services personnels (coiffure, blanchisserie, ...) -3,0 0,7 -0,9 2,0 20,5
Services opérationnels aux entreprises dont -0,7 1,7 0,6 2,9 41,7
Sécurité, nettoyage et services divers, assainissement -1,2 1,3 0,2 2,3 39,6
Conseil, assistance aux entreprises, dont -1,4 2,9 1,0 10,7 61,9
Services professionnels (juridiques, gestionnaires, ...) -2,2 2,1 0,3 2,5 63,6
Architecture, ingénierie, contrôle -2,9 2,0 -0,1 2,4 43,3
Administration d’entreprise (holding, ...) -2,1 2,2 0,3 2,6 85,5
Activité informatique -1,4 4,4 1,9 1,9 55,4
Promotion et gestion immobilières -1,0 2,0 0,7 3,0 42,4
Construction -2,4 1,1 -0,4 14,0 33,7
Transports dont -0,8 1,0 0,2 3,9 36,5
Transports routiers de marchandises -2,2 1,0 -0,4 2,6 31,8
Autre -1,0 4,2 1,9 4,3 60,7
Sexe
Homme -1,7 2,1 0,5 83,0 43,0
Femme 0,3 2,6 1,6 17,0 28,3
Région
Île-de-France -2,0 2,5 0,6 27,4 51,9
Province -1,9 1,9 0,3 72,6 36,2
Ensemble -1,3 2,2 0,7 100,0 40,5
Champ : Les dirigeants de société salariés (gérants minoritaires de SARL, PDG et DG de SA, gérants non associés des autres types de société) hors agriculture, services domestiques, activités
extra-territoriales, travaillant à temps complet.
Lecture : En 2000, 64,2% des dirigeants salariés faisaient partie d’une société employant moins de 10 salariés. Leur salaire net était en moyenne de 29,2 milliers d’euros par an. Son montant a di-
minué de 0,9% par an de 1993 à 2000.
Source : DADS 1993 à 2000
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
INSEE
PREMIERE Évolution entre 1993 et 2000 du pouvoir d’achat Évolution entre 1993 et 2000 du pouvoir d’achat
des dirigeants homme/femme et des cadres des différents types de dirigeants de société
En milliers d’euros En milliers d’euros
45 70
Dirigeants hommes PDG
Dirigeants
6040
Ensemble des cadres DG
35 50
30 40
Diigeantes femmes
25 30
Gérants
20 20
1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000
Champ : Les dirigeants de société salariés (gérants minoritaires de SARL, PDG et DG de SA, Champ : Les dirigeants de société salariés (gérants minoritaires de SARL, PDG et DG de
gérants non associés des autres types de société) hors agriculture, services domestiques, acti- SA, gérants non associés des autres types de société) hors agriculture, services domesti-
vités extra-territoriales, travaillant à temps complet. ques, activités extra-territoriales, travaillant à temps complet.
Lecture : En 2000, le salaire net d’un dirigeant de société homme était de 43,0 milliers d’euros par an. Lecture : En 2000, le salaire net d’un PDG était de 66,6 milliers d’euros par an.
Source : DADS 1993 à 2000 Source : DADS 1993 à 2000
brut a donc enregistré un léger fléchisse- moyenne) permet donc une amélioration fait qu’elles accèdent progressivement à
ment sur la période. Celui-ci a été de leur pouvoir d’achat de +2,2% par an. la direction d’entreprises plus importan-
accentué par un relèvement des prélè- A l’exception de l’artisanat commercial tes. Cela ne leur a toutefois pas permis
vements sociaux (notamment des régi- (boulangerie, charcuterie,…) tous les de rattraper leur retard sur leurs homolo-
mes de retraites complémentaires). Au secteurs d’activité en ont profité, en par- gues masculins mais seulement de le
final, leur salaire net a augmenté de ticulier les dirigeants de sociétés infor- réduire de quatre points (de 39% à 35%).
0,5% par an en moyenne et si l’on prend matiques qui enregistrent un gain de Les différences de salaire moyen entre
en compte l’évolution des prix, leur pou- pouvoir d’achat de 4,4% par an en l’Île-de-France et la province se sont
voir d’achat a accusé une baisse de moyenne. Sur la période 1996-2000, la encore accrues. En 2000, un dirigeant
1,3 % par an en moyenne. Cette diminu- hausse de la rémunération des diri- salarié francilien gagne 43% de plus que
tion a touché tous les secteurs d’activité geants était supérieure à celle de son homologue de province ; cet écart
sans exception, mais avec plus ou l’ensemble des salariés (+1,4% par an). était de 40% en 1993. L’Île-de-France
moins d’ampleur. Ainsi, le pouvoir Ainsi que ce soit à la hausse ou à la regroupe une très forte proportion
d’achat des dirigeants perd 0,7% par an baisse, l’amplitude des variations du d’entreprises exerçant dans les sec-
dans les services opérationnels aux pouvoir d’achat des dirigeants a été supé- teurs les plus lucratifs. Plus de 40% des
entreprises alors que dans le commerce rieure à celle des salariés. entreprises de services aux entreprises
d’alimentation spécialisée (boucherie, se trouvent dans la région de la capitale,
primeur,…) il perd 4,3% par an en et cette part est de près d’un tiers pour
Les écarts de salaires entremoyenne sur la période. Une conjonc- celle du commerce de gros ou de
ture défavorable se répercute aussitôt dirigeantes et dirigeants l’immobilier.
sur les salaires des dirigeants ce qui Les dirigeants d’entreprise de moins dese réduisent légèrement
n’est pas le cas pour les autres salariés 10 salariés sont ceux qui ont le moins
pour lesquels le pouvoir d’achat a aug- Les femmes ont été moins touchées que tiré avantage de la période 1993-2000.
menté de 0,2% en moyenne. En les hommes par la période de crise. Cela Leur salaire net moyen a fortement dimi-
revanche, lorsque la conjoncture se est d’autant plus remarquable qu’elles nué à partir de 1993 et ce jusqu’en 1997.
retourne, les dirigeants en tirent aussi sont proportionnellement plus souvent à Les hausses des années suivantes ont
rapidement profit. la direction d’entreprises parmi les plus été importantes mais se sont révélées
exposées (petites entreprises, secteurs insuffisantes pour compenser les pertes
d’activité touchés par la crise). De plus, antérieures de sorte qu’à moyen terme1997-2000 : la reprise
elles ont légèrement mieux profité de la (1993-2000), l’évolution de leur pouvoir
1997 marque le retour à la croissance et période d’expansion. À moyen terme, d’achat se révèle négative (-0,9% par an
entre 1996 et 2000, le salaire net des elles bénéficient d’une évolution de leur en moyenne). Ce phénomène touche
dirigeants augmente de 3,2% par an en pouvoir d’achat supérieure à celle des plus généralement les gérants minoritai-
moyenne. Cette hausse associée à une hommes (+1,6% par an contre 0,5%). res de SARL. Il semble que la moindre
inflation très mesurée (+1% en Cette situation peut être en partie liée au importance de leur société en terme de
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
INSEE
PREMIEREtions fiscales ou sociales que d’un réeltaille et de résultats financiers les expose qui sont les moins rémunératrices. Une
partage travail/capital.plus que les dirigeants de SA (PDG ou gérante de SARL (soit plus de 70%
Dans cet article, les dirigeants de sociétés
DG) en période de faible croissance. des dirigeantes) perçoit un salaire net
étudiés sont considérés comme des sala-
moyen très proche de celui d’une per- riés parce qu’ils ont cette qualité au regard
sonne exerçant une profession intermé- de la sécurité sociale : ils sont assujettis au
régime général. Cependant, le plus sou-Un salaire moyen du même diaire (21 800 et 21 190€ nets par an).
vent, du point de vue de la nomenclature
ordre que celui des cadres
des catégories socioprofessionnelles, ces
Source dirigeants relèvent de la catégorie des
Les cadres constituent la population non-salariés. Les non-salariés recouvrent
en effet dans cette nomenclature l’en-dont le niveau moyen du salaire est le
Les données utilisées proviennent des Dé- semble des personnes qui, au titre de leurplus proche de celui des dirigeants (gra-
clarations Annuelles de Données Sociales activité principale, sont établis à leur
phique 1). À moyen terme, leurs salaires
(DADS) 1993 à 2000. Ces déclarations, des- compte ou dirigent de droit une entreprise,
ont des taux de croissance presque tinées aux administrations sociales et fisca- ainsi que leur aides familiaux (ils étaient
similaires (2,2% et 2,1% par an en les, doivent être remplies par toutes les 2,86 millions selon le dernier recensement
entreprises employant des salariés. Les em- de la population).moyenne sur la période 1996-2000) et
ployeurs communiquent annuellement pour Dans les sociétés anonymes à conseil d’ad-leurs niveaux sont proches (39 360
chaque établissement la masse des traite- ministration, seul les trois dirigeants les
euros nets en 2000 pour les cadres et
ments qu’ils ont versés, les effectifs em- mieux rémunérés (selon le critère du sa-
40 470 pour les dirigeants). Comme ployés et une liste de leurs salariés laire en année travail) ont été retenus. En
l’évolution à court terme du salaire des indiquant pour chacun le montant des rému- effet, la direction générale de la société
nérations salariales perçues. La source des anonyme est assumée par le président dudirigeants est plus turbulente que celle
DADS couvre l’ensemble des salariés, à conseil d’administration, parfois dénommédes cadres, sur la période allant de 1994
l’exception des salariés de l’agriculture, de président directeur général, qui peut être
à 1998, le salaire net moyen perçu par
l’État, des services domestiques et des acti- assisté de directeurs généraux. Or, le
les dirigeants était inférieur à celui des vités extra-territoriales. Dans cet article, le nombre maximal des directeurs généraux
cadres. À partir de 1999 la situation s’est champ retenu est l’ensemble des dirigeants sa- est généralement porté à deux. Dans les
lariés travaillant dans une société. On s’est sociétés anonymes à directoire, au plusinversée en faveur des dirigeants. Cette
limité aux dirigeants travaillant à temps cinq salariés ont été considérés comme di-proximité des niveaux moyens de
complet. rigeants. C’est en effet le nombre maximum
salaire résulte d’un effet de structure :
Les salaires sont des salaires nets de tous de membres du directoire. Dans les socié-
beaucoup de dirigeants sont des prélèvements à la source (cotisations so- tés à responsabilité limitée, où le nombre
gérants de SARL et perçoivent des ciales, contribution sociale généralisée, de gérants n’est pas limité, tous les diri-
contribution pour le remboursement de la geants ont été retenus.salaires très inférieurs à ceux des
dette sociale). Ils incluent les avantages encadres. En revanche, les dirigeants de
nature, les primes et les congés payés. Il
SA (DG, PDG) ont des rémunérations
s’agit du salaire en année travail. Si un diri- Bibliographie
généralement très supérieures à celles geant n’a travaillé que pendant quelques
des cadres (graphique 2). mois, on ramène sa rémunération à un
équivalent annuel. « Les salaires dans les entreprises enEn 2000, les femmes cadres gagnaient
Le salaire ne constitue pas nécessairement 2000 » Rasolofoarison J., Séroussi G.,Inseeplus que les dirigeantes (res-
la seule source de revenus d’un dirigeant. première n° 833, 2002.
pectivement 31 690 et 28 300 € nets par
Si celui-ci est propriétaire d’une partie du Mémento pratique Francis Lefebvre, Socié-
an). Ceci traduit un écart salarial plus capital de l’entreprise, il peut recevoir des tés commerciales, droit des affaires, 1999.
faible entre hommes et femmes cadres parts de sociétés dans le cas d’une SARL, Lamy fiscal, 1999.
des dividendes dans le cas d’une SA ou en- « Les revenus d’activité des indépendantsqu’entre dirigeants de sexes différents.
core des stock-options. Ceux-ci sont consi- et des dirigeants jusqu’en 2000», Synthè-Cet écart plus élevé entre dirigeants et
dérés comme des revenus du capital et non ses, à paraître, Insee.
dirigeantes tient en partie à la surrepré-
comme des revenus d’activité. Cependant, « Séries longues sur les salaires, Édition
sentation de ces dernières à la tête de l’arbitrage entre revenus d’activité et divi- 2000 », Insee-Résultats, série Emploi-revenus
petites entreprises (surtout des SARL) dendes dépend parfois plus de considéra- n° 172, 2000.
INSEE PREMIÈRE figure dès sa parution sur le site Internet de l'Insee : www.insee.fr
Direction Générale :BULLETIN D'ABONNEMENT A INSEE PREMIERE
18, Bd Adolphe-Pinard
75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :
Jean-Michel Charpin
OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE - Tarif 2003 Rédacteur en chef :
Daniel TemamAbonnement annuel = 70€ (France) 87€ (Étranger)
Rédacteurs : R. Baktavatsalou,
C. Benveniste, C. Dulon,Nom ou raison sociale : ________________________ Activité : ____________________________
A.-C. Morin
Adresse : ___________________________________________________________________
Maquette : M. Brunet
______________________________________ Tél : _______________________________ Code Sage IP03884
ISSN 0997 - 3192Ci-joint mon règlement en Euros par chèque à l’ordre de l’INSEE : __________________________________€.
© INSEE 2003
Date : __________________________________ Signature
INSEE
PREMIERE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.