Les salariés des services publics locaux en Bretagne (Flash d'Octant n° 72)

De
Publié par

Les services publics locaux emploient en Bretagne 73 700 personnes fin 1999. En six ans, les effectifs ont progressé de 9 %. Le recours aux CES et emplois jeunes est moins fréquent qu'au plan national. L'emploi féminin et le temps partiel sont sur-représentés. Dans les quatre départements bretons, les effectifs ont augmenté de façon globalement cohérente avec les évolutions démographiques des années 90.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 33
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

LE FLASH
Octant
Emploi public Numéro 72 - Mai 2002
Les salariés des services publics
locaux en Bretagne
Les services publics locaux emploient en Bretagne 73 700 personnes fin 1999.
En six ans, les effectifs ont progressé de 9 %. Le recours aux CES et emplois
jeunes est moins fréquent qu'au plan national. L'emploi féminin et le temps
partiel sont sur-représentés. Dans les quatre départements bretons, les effectifs
ont augmenté de façon globalement cohérente avec les évolutions démographi-
ques des années 90.
u 31 décembre 1999, les salarié total. Depuis les lois sur la Bretagne, soit au total près de 9 %A collectivités locales, leurs décentralisation de 1982, ils sont en six ans, contre un peu moins
établissements publics et les en constante augmentation, en de 6 % pour les agents de l'État et
associations qu'elles financent Bretagne comme dans toutes les 6,5 % pour la fonction publique
ou contrôlent, emploient en régions françaises. Leur progres- hospitalière. Pour l'ensemble de
Bretagne 73 700 personnes. Ces sion est cependant moins la France, la progression atteint
marquée depuis le début deseffectifs représentent près du tiers 10 % sur la même période.
de l'emploi public non militaire années 90. Depuis 1993, elle est Quelques particularités breton-
régional et 8 % de l'emploi d'environ 1,4 % par an en nes se dégagent, tant dans la
structure du secteur que dans
l’évolutions de ses composantes.
Le secteur public de 1993 à 1999 en Bretagne
100 000 Plus d'associations,* 91 800Agents de l’État
90 000 mais moins de CES
80 000 et d'emplois-jeunes
** 73 700Agents des services publics locaux
70 000
La première spécificité réside
60 000 dans la forte présence du secteur
50 000 associatif dans les services
Agents de la Fonction Publique Hospitalière 38 500 publics locaux bretons. Il s'agit
40 000
des associations financées
30 000
** majoritairement sur des fonds21 500France Télécom - La Poste
publics locaux, dont le personnel20 000
est en quasi-totalité de droit privé,
10 000
mais qui rendent des services non1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999
marchands. Elles emploient en
* : hors Défense nationale et enseignement privé
Bretagne quelque 9 300 person-** : France Télécom et la Poste ont été isolés afin d’assurer la comparabilité des évolutions.
Source : INSEE - Enquête sur les personnels des Collectivités Territoriales, FIRESP nes. Leur part dans les effectifs des
ISSN 1276-972X - CODE SAGE : FLASH7264 - PRIX : 2,2€services publics est deux fois services publics locaux par le est passé de 6 400 à 4 500 et le derniers enregistrent une
plus importante que la dynamisme de l'emploi breton nombre des emplois jeunes progression de 30 % de leurs
moyenne nationale : au total un sur la période 1993-1999. Ces dépasse à peine les 1 200 fin effectifs sur la période, avec
emploi du secteur sur huit. emplois n'ont pas vocation à se 1999. notamment la création des
Deux domaines sont plus substituer aux fonctionnaires communautés de communes :
particulièrement développés, territoriaux : ce sont avant tout à elles seules ces dernières ontEmplois non aidés :
le social et la culture, qui des mesures de lutte contre le recruté plus de 1 000 person-plus des deux tiers
occupent respectivement chômage, et plus particulière- nes en six ans, dont le tiers est
des recrutements
5 600 et 3 000 personnes dans ment contre le chômage des issu de la transformation des
dans les communesla région. Ces associations jeunes. Il existe d'ailleurs une syndicats de communes à
assurent en relais des collectivi- forte corrélation entre les et leurs groupements vocation multiple (SIVOM). Les
tés locales, une partie du recrutements de CES, CEC et communes bretonnes ont
service public. Il en résulte emplois jeunes, la situation du Si l'on exclut les emplois aidés, néanmoins continué de créer
la progression de l'emploi dansmécaniquement une sous- marché du travail et le dyna- des emplois, même si cette
les services publics bretonsreprésentation des effectifs des misme démographique. Or il se augmentation est moins
organismes communaux au trouve que le taux de chômage devient plus forte que la spectaculaire en valeur
moyenne nationale entre 1993sens strict - communes elles- breton est passé sous la relative : + 8,3 %, soit 3 200
et 1999 : 10,7 % contre 9 %,mêmes, caisses des écoles et moyenne nationale au début emplois environ. Dans le
centres communaux d'action des années 90. L'évolution des soit 6 500 emplois pour la même temps les effectifs de
Bretagne, 127 000 poursociale - dans les effectifs de effectifs recrutés en CES et l'ensemble des communes
l'ensemble du secteur en emplois jeunes corroborent l'ensemble du pays. Dans la françaises ont augmenté d'à
Bretagne : 62,5 % contre cette interprétation : alors qu'ils région, plus des deux tiers de peine 6 %. La progression des
ces créations d'emplois sont67,8 % pour l'ensemble du ont augmenté de 24 % en effectifs des organismes
pays. Mais ce n'est pas la seule France entre 1993 et 1999, ils concentrées dans les commu- régionaux et départementaux,
explication à cet écart : la ont diminué de 10 % en nes, leurs établissements et conseil régional, conseils
leurs groupements. CesBretagne est en effet en avance Bretagne. Le nombre des CES généraux et centres départe-
dans le domaine de Les services publics locaux
l'intercommunalité. Les
L'enquête annuelle auprès des Collectivités Territoriales et des Services Publics Locaux a pour objectif deeffectifs des établissements
cerner l'emploi dans un ensemble d'organismes à compétence et financement locaux. Le champ est constitué :publics de coopération
- des collectivités territoriales, régions, départements, communes, et de leurs établissements : Centresintercommunale (EPCI), qui ont
Communaux d'Action Sociale et caisses des écoles des établissements sociaux ou médico-sociaux
vocation à se substituer aux
des conseils généraux, services départementaux d'incendie,…
communes pour - des groupements de collectivités territoriales
l'accomplissement d'une partie - de l'ensemble des autres établissements publics administratifs locaux, hormis les hôpitaux, maisons de
de leurs missions, représentent retraite, établissements d'enseignement, organismes consulaires : Offices Publics de HLM, Caisses de Crédit
7,9 % des effectifs totaux des Municipal, centres de gestion de la Fonction Publique Territoriale, associations syndicales autorisées…
- des groupements d'intérêt public (GIP) à compétence territoriale limitée, hors activités de recherche etservices publics locaux, contre
agences régionales d'hospitalisation : missions pour l'emploi, pour la mise en œuvre de la politique de la ville,7,2 % France entière. L'écart
pour l'aménagement de zones urbaines,…apparaît plus nettement si l'on
- des établissements publics locaux industriels et commerciaux : offices du tourisme, régies de transport, de
calcule ces proportions sur les
distribution d'eau, OPAC,…
seuls organismes publics, c'est - des organismes privés d'action locale : associations ou sociétés d'économie mixte, rendant des services non
à dire en excluant le secteur marchands, financées majoritairement par les collectivités locales.
associatif : elles deviennent - de quelques autres organismes : Centre National de la Fonction Publique Territoriale, Préfecture de Police de
respectivement 9,1 % et 7,8 %. Paris (personnels rémunérés sur le budget voté par la ville de Paris uniquement), brigade des Sapeurs-Pompiers
Une autre particularité de Paris, marins-pompiers de Marseille.
L'enquête est menée annuellement auprès de l'ensemble des collectivités locales et établissements de Franceconcerne le poids des emplois
métropolitaine et des départements d'outre-mer. Elle recense la totalité des effectifs rémunérés par cesaidés, CES, CEC et e
organismes, qu'ils soient à temps partiel ou à temps complet.jeunes. Malgré le poids des
associations, la part de ces Collectivités locales
emplois dans l'ensemble des dont emplois secondaires
ou moins de mi-tempseffectifs est plus faible en
dont CES, emplois jeunesBretagne que dans l'ensemble
du pays : 6,1 % de CES ou CEC
Offices Publics d’Habitation à Loyer
et 1,7 % d'emplois jeunes, Modéré, Caisses de Crédit Municipal,
Groupements d’Intérêt Public,contre respectivement 7,3 % et
Associations syndicales autorisées62 4002 % en moyenne nationale. Les
dont CES, emplois jeunes
associations locales bretonnes
emploient 6,4 % d'emplois
Établissements Publics Industriels etaidés, contre 9,7 % en
Commerciaux, Offices Publics
moyenne nationale. Dans les d’Aménagement et de Construction
EPCI par contre, on trouve une dont CES, emplois jeunes
légère sur-représentation des
emplois aidés. 1 200 Organismes privés
800 d’action localeOn peut expliquer la faible
9 300présence des CES, CEC et 
emplois jeunes dans les * : champ de l’article d’Octant n° 87 : “L’emploi public en Bretagne”
Source : INSEE - enquête sur les personnels de collectivités territoriales et des établissements publics locaux
2 INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 72 - Mai 2002
73 700
*
53 500
3 900
5 000Les effectifs des services publics locaux au 31 décembre 1999
Structure Part des emplois aidés
Effectif en % en %
Bretagne
Bretagne BretagneFrance France
Régions, Départements 11,5 10,6 3,8 6,68 447
0,0 0,3 0,1Préfecture de Police de Paris
Établissements publics départementaux administratifs 988 1,3 1,2 4,4 4,7
Services départementaux d’incendie 0,4 1,7 8,6 1,6280
Centres de gestion de la FPT 0,5 0,3766 1,0 1,8
Organismes régionaux et départementaux 14,2 14,5 7,3 3,710 481
52,7 61,8 9,3 10,7Communes 38 848
9,6 5,0 6,1 8,3Centres Communaux d'Action sociale 7 090
0,2 1,0 4,8 4,8126Caisses des Écoles
Organismes Communaux 46 064 62,5 67,8 8,8 10,4
1 114 1,5 1,4 5,8 3,8Communautés Urbaines
1,7 1,0 18,4 20,5Communautés de Communes 1 247
0,0 0,0 11,3Communautés de Villes
1,5 0,9 7,8 8,4Districts 1 082
Syndicats de Communes à vocation multiple 625 0,8 1,2 13,1 15,6
Syndicats de Communes à vocation unique 2,4 2,7 7,4 8,91 781
Organismes intercommunaux 7,9 7,2 10,1 10,65 849
Organismes privés d'aménagement rural, urbain ou économique 0,2 0,1 3,8 6,8162
Organismes privés : syndicats d'initiative ou comités du tourisme 0,6 0,5 13,6431
Organismes privés d'action sociale ou médico-sociale 7,6 3,4 2,5 11,25 627
Organismes privés d'action locale à vocation culturelle et loisirs 3 067 4,2 2,5 17,6 17,0
Organismes privés d'action locale 9 287 12,6 6,5 7,6 11,4
Groupements d'intérêt public 0,0 0,0 0,0 13,60
Associations Syndicales autorisées 0,1 0,3 0,0 1,466
Caisses de crédit municipal 0,0 0,1 0,0 2,3
Offices publics d'HLM 1,2 1,3 1,4 4,5897
Autres établissements publics locaux administratifs 0,3 3,8 6,8234 0,1
Offices Publics d'Aménagement et de construction 0,9 1,3 2,2 5,2675
0,9Autre établissements publics industriels et commerciaux 107 0,1 1,9 1,5
Autres organismes 2,7 4,0 2,2 4,01 979
100,0 100,0 7,8 9,3Ensemble 73 660
Source : INSEE - enquête sur les personnels de collectivités territoriales et des établissements publics locaux
mentaux de gestion de la marquant de l'évolution des Bretagne : 100 en moins dans emploient essentiellement du
Fonction Publique Territoriale, services publics locaux au les OPHLM, 200 en plus dans personnel à temps partiel, dans
est également très forte en cours de ces années est le début les OPAC. une proportion nettement plus
valeur relative:+60% de la transformation des Offices élevée que la moyenne
d'emplois supplémentaires Publics d'HLM (OPHLM) en nationale : 65 % des emploisEn Bretagne,
pour les derniers, + 14 % pour Offices Publics des CCAS, 85 % des
plus de temps partiel,
l'ensemble de ces organismes, d'Aménagement et de des associations à vocation
plus de femmessoit quelque 1 250 emplois. Construction (OPAC). sociale sont des emplois à
Elle reste cependant plus D'établissements publics temps partiel, contre respecti-
Si l’on ramène les effectifs desmodérée que dans l'ensemble administratifs et non mar- vement 47 % et 67 % en
services publics locaux endu pays : + 18 %. Le secteur chands, ces organismes moyenne nationale. A contra-
équivalents temps plein,associatif a quant à lui créé un deviennent progressivement rio, dans les organismes
toujours hors emplois aidés, lapeu moins de 700 emplois en des établissements publics intercommunaux, en plein
progression est moins forte :six ans, soit une augmentation industriels et commerciaux, à essor, le temps partiel est moins
+ 9,8 %. L’écart à la moyennedes effectifs de 8,6 %. En caractère marchand. Le répandu que France entière :
nationale (+ 8,9 %) est moinsmoyenne nationale, la personnel recruté dans les 32 % contre 40 %.
marqué. Le temps partiel a enprogression est presque OPAC relève désormais du La corrélation avec le taux de
effet davantage progressé endouble : + 15,2 %. Cet écart droit privé, mais les personnels féminisation est très nette : sur-
Bretagne, où il concerne enest surtout sensible dans le ont eu la possibilité de conser- représentation des femmes
domaine social : + 27,7 % ver leur statut de fonctionnaires 1999 près d'un salarié sur deux, dans le secteur social, par
contre un peu plus d'un surcontre + 5,7 % en Bretagne. En territoriaux. Globalement, le rapport à la moyenne des
trois en moyenne nationale.revanche, la région se distingue secteur du logement social a services publics locaux
par la forte augmentation des augmenté ses effectifs de 6,5 % C'est dans le domaine social bretons, comme par rapport à
que l'écart est le plus marqué :effectifs des associations à en Bretagne, contre 1,5 % la moyenne nationale du
les établissements sociaux desvocation culturelle : + 12,5 % France entière. En valeur secteur ; sous-représentation
communes, caisses des écolescontre + 1,4 % en moyenne absolue, cette progression ne dans les organismes intercom-
et CCAS, ainsi que les associa-nationale. représente néanmoins qu'une munaux. Il y a, en Bretagne,
tions à vocation socialeEnfin, le dernier phénomène centaine d'emplois en 63 % de femmes dans les
INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 72 - Mai 2002 3Les effectifs des services publics locaux Bretagne-départements
Effectif hors CES et emplois jeunesEffectif total
au 31.12.93 au 31.12.99 Variation au 31.12.93 au 31.12.99 Variation
Côtes-d’Armor
Organismes régionaux et départementaux 2 365 2 659 12,4 2 100 2 546 21,2
Organismes communaux et intercommunaux 9 754 10 363 6,2 8 704 9 436 8,4
Autres organismes 1 847 2 089 13,1 1 566 1 812 15,7
Ensemble 13 966 15 111 8,2 12 370 13 794 11,5
Finistère
Or 2 375 2 544 7,1 2 439 10,42 210
Organismes communaux et intercommunaux 7,2 10,013 531 14 502 12 043 13 247
Autres organismes 11,3 12,73 642 4 055 3 437 3 872
19 548 21 101 7,9 17 690 19 558 10,6Ensemble
Ille-et-Vilaine
Organismes régionaux et départementaux 11,9 13,72 914 3 262 2 742 3 118
Organismes communaux et intercommunaux 9,0 10,314 359 15 655 13 205 14 565
Autres organismes 3 523 9,5 3 005 9,63 218 3 311
9,5 10,8Ensemble 20 491 22 440 18 952 20 994
Morbihan
Or 10,6 10,71 822 2 016 1 809 2 002
Organismes communaux et intercommunaux 12,8 13,210 104 11 393 8 869 10 037
Autres organismes 1 783 1 599 - 10,3 1 657 1 525 - 8,0
9,5 10,0Ensemble 13 709 15 008 12 335 13 564
Bretagne
Organismes régionaux et départementaux 10,6 14,09 476 10 481 8 861 10 105
Organismes communaux et intercommunaux 8,7 10,447 748 51 913 42 821 47 285
Autres organismes 7,4 8,710 490 11 266 9 680 10 520
73 660 8,8 10,7Ensemble 67 714 61 347 67 910
Source : INSEE - enquête sur les personnels de collectivités territoriales et des établissements publics locaux
services publics locaux, contre augmentations d'effectifs sont organismes départemen- Finistère est aussi le départe-
60 % en France ; respective- en rapport avec les évolutions taux (+ 21 % contre + 14 %) et ment où le secteur associatif est
ment 91 % et 86 % de femmes départementales de population dans le secteur associatif le plus présent : il représente
dans les établissements sociaux entre 1993 et 1999. En (+ 17 % contre + 8,6 %). Dans 17 % des effectifs des services
des communes, 35 % et 47 % revanche, le recours aux le Morbihan, ce sont les publics locaux, avec 2 500
de femmes dans les organismes emplois aidés est très variable. communes et leurs groupe- emplois dans le domaine social
intercommunaux. Leur nombre a diminué de près ments qui concentrent la quasi- qui englobe notamment les
de 20 % dans le Finistère et les totalité des recrutements : associations d'aide à domicile.
Côtes-d'Armor, d'un peu moins respectivement 11,5 % et 34 %Des recrutements
de 10 % en Ille-et-Vilaine. Le de salariés en plus, contrequi reflètent
Morbihan en emploie 5 % de 8,3 % et 30 % en moyenne Pour en savoir plus
les évolutions plus qu'en 1993. Hors emplois régionale. A contrario, les
démographiques - “Les effectifs des collectivitésaidés, ce sont les effectifs des effectifs des associations y sont
territoriales” - INSEE-Résultatsdépartementales Côtes-d'Armor qui ont le plus en baisse.
série société n° 1 - Janvier 2002 ;
augmenté : 11,5 % ; et ceux du En Ille-et-Vilaine, les organis-
- “L'emploi public en Bretagne” -
Les quatre départements Morbihan le moins, avec 10 %. mes communaux et inter- Octant n° 87 - Octobre 2001;
bretons enregistrent une Les Côtes-d'Armor se distin- communaux sont à l'origine - “L'emploi dans les collectivités
locales” - INSEE-Première n° 773 -progression de l'emploi total guent également par une des deux tiers des effectifs
Mai 2001 ;dans leurs services publics répartition atypique des supplémentaires, avec une
- “Les effectifs des collectivités
locaux : dans le Morbihan et en effectifs supplémentaires : progression de 9 % pour les
territoriales” - INSEE-Résultats
Ille-et-Vilaine, la croissance est relativement moins que la communes et de 33 % pour série emploi-revenus n°161-162 -
de 9,5 %, dans le Finistère et les moyenne régionale dans les leurs groupements. Dans le Mai 2000 ;
- “L'emploi dans les collectivitésCôtes-d'Armor elle est organismes communaux Finistère, le développement de
locales” - INSEE-Première n° 637 -respectivement de 7,9 % et (+ 6,1 % contre + 8,3 %), ces organismes est plus
Mars 1999.8,2 %. Globalement les relativement plus dans les modéré : + 7 % et + 29 %. Le
INSEE Bretagne
36, place du Colombier CS 94439 35044 RENNES Cedex Directeur de la Publication : Jean-Jacques MALPOT
Tél. : 02 99 29 33 33 Fax : 02 99 29 33 90
Rédactrice en chef : Micheline TESSIER
Pour tout renseignement :
Composition : Gérard LECOMTEBureau d’information - Tél. : 02 99 29 33 66
è Cette note a été rédigée par :
© INSEE 2002 Dépôt légal : 2 trimestre 2002
Marie-Hélène KÉROUANTON
Imprimerie : Média Graphic - Rennes
4 INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 72 - Mai 2002

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.