Les seniors Franciliens : peu mobiles et souvent embauchés en CDD

De
Publié par

En 2005, les salariés âgés de 50 ans ou plus représentent 1 million de personnes en Ile-de-France. Trois sur dix de ces seniors occupent des postes de cadres et ils sont concentrés dans des secteurs d’activité où la mobilité professionnelle est la plus faible. Les seniors sont plus souvent recrutés en contrat à durée déterminée que leurs cadets quand ils sont embauchés après 50 ans. A partir de 55 ans, les seniors sont nombreux à quitter leur emploi. Ces départs se font fréquemment par licenciement et se traduisent souvent par un retrait du marché du travail dès 58 ans. Introduction Une personne sur quatre en âge de travailler est un senior Des effectifs vieillissants dans les secteurs à faible mobilité Des seniors moins mobiles que leurs cadets Une plus grande précarité des contrats d'embauche des seniors Une hausse des sorties de l'entreprise autour de 55 ans Des seniors plus fréquemment licenciés Les seniors chômeurs dispensés de recherche d'emploi
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 33
Tags :
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

ILE-DE-FRANCE à la page
N° 285 - Octobre 2007
Les seniors Franciliens :
peu mobiles et souvent embauchés
en CDD
En 2005, les salariés âgés de 50 ans ou plus représentent 1 million de personnes en
Ile-de-France. Trois sur dix de ces seniors occupent des postes de cadres et ils sont
concentrés dans des secteurs d’activité où la mobilité professionnelle est la plus faible.
Les seniors sont plus souvent recrutés en contrat à durée déterminée que leurs cadets
quand ils sont embauchés après 50 ans.
A partir de 55 ans, les seniors sont nombreux à quitter leur emploi. Ces départs se font
fréquemment par licenciement et se traduisent souvent par un retrait du marché du travail
dès 58 ans.
Aurélie FERRER et Jean-Philippe MARTIN, Insee
François RAGEAU et Christelle STEPIEN, DRTEFP
e Conseil Européen de Lisbonne lieu des années soixante-dix, favori- blique d’Etat. Enfin, 13 % des se-
de mars 2000 a fixé l’objectif de sent leur sortie précoce du marché du niors sont non salariés. Au 31 dé-L parvenir à ce que la moitié des travail. cembre 2005, un million de
personnes âgées de 55 à 64 ans soient en seniors sont employés dans les éta-
emploi d’ici 2010. L’Ile-de-France est blissements privés franciliens
Une personne sur quatre en âge
proche de cet objectif avec 47 % des (➩■ Méthodologie). Ils consti-
de travailler est un seniorpersonnes âgées de 55 à 64 ans qui tra- tuent 22 % des actifs en emploi,
vaillent ou recherchent un emploi. contre 20,1 % en 2001. L’arrivée à
l’âge de la cinquantaine des clas-En 2005, 1,9 million de personnes
ses nombreuses d’après-guerre ex-Pourtant, le retrait anticipé de l’acti- âgées de 50 à 64 ans - désignées ici par
plique cette hausse.vité des actifs les plus âgés a long- « seniors » - vivent en Ile-de-France.
temps été considéré comme un Elles représentent près d’un quart de la
instrument privilégié de la politique population en âge de travailler. Elles Les seniors sont mieux positionnés
de l’emploi pour désengorger le mar- sont 1,15 million à occuper un emploi dans la hiérarchie socioprofession-
ché du travail. et 100 000 à se déclarer à la recherche nelle que leurs cadets : 28 % sont ca-
d’un emploi. Ainsi, 8,5 % des seniors dres, contre 25 % de la population
sont au chômage, une part inférieure àCes politiques ont été mises en place active occupée. Les employés et pro-
celle de l’ensemble de la populationdans un contexte de forte augmenta- fessions intermédiaires sont, à l’in-
(10,1 %).tion de la population active, d’aggrava- verse, moins représentés chez les
tion des difficultés d’emploi et de fortes seniors, tandis que les ouvriers sont
restructurations. Ainsi, de nombreux Dans la région, 11 % des seniors aussi fréquents que dans le reste de la
dispositifs, mis en place à partir du mi- travaillent dans la fonction pu- population active occupée✎❶.
EmploiMéthodologie
Cette étude a été réalisée à partir de l’exploi- Les mouvements des salariés sont enregis- ment les DEFM des catégories 1, 2 et 3,
tation de différentes sources. Les données trés dans la déclaration de mouvements de c’est-à-dire les « personnes sans emploi,
de cadrage sont issues de l’enquête Emploi main-d’œuvre (DMMO). Cette déclaration disponibles immédiatement pour en occu-
en continu. Cette source permet de mesurer est obligatoire pour les établissements em- per un, qui on fait la démarche de s’inscrire
le chômage, l’emploi et le sous-emploi selon ployant au moins 50 salariés. Elle ne re- à l’ANPE ».
les concepts du Bureau International du Tra- couvre pas l’Etat, les établissements
vail (BIT). Cette enquête est réalisée tous les administratifs publics et les agences de tra-
L’enquête SUMER 2003 (Surveillance mé-
trimestres auprès d’un échantillon de person- vail temporaire. Pour les établissements de
dicale des risques professionnels) a été
nes âgées de 15 ans ou plus, interrogées 10 à 49 salariés, il existe une enquête trimes-
menée par les services du ministère de
pendant six trimestres consécutifs. trielle sur les mouvements de main-d’œuvre
l’Emploi et de la Cohésion sociale et du
(EMMO), qui est identique à la DMMO.
Logement entre juin 2002 et fin 2003. Elle
La Déclaration Annuelle de Données Socia- dresse un état des lieux des expositions
La Déclaration Unique d’Embauche (DUE)les (DADS) est une formalité administrative des salariés aux principaux risques profes-
recense les recrutements opérés par les éta-déclarative que doit accomplir toute entre- sionnels. Les résultats suivants concer-
blissements quelle que soit leur taille. Tousprise employant des salariés, et qui permet nent les salariés franciliens du secteur
les recrutements sont comptabilisés, quellel’analyse des salaires et des emplois dans privé. Les salariés ont été interrogés sur
que soit leur durée.l’ensemble des secteurs privé et semi-public, leurs expositions à 28 produits ou familles
des collectivités territoriales et des hôpitaux de produits chimiques identifiés comme
Le nombre de chômeurs est comptabilisé icipublics. La fonction publique, les services do- cancérogènes par le Centre International
mestiques et les activités extra-territoriales grâce aux demandes d’emploi en fin de de Recherche sur le Cancer et/ou par
sont exclus du champs DADS. mois (DEFM). L’ANPE comptabilise notam- l’Union européenne.
Davantage de cadres et de chefs d’entreprise chez les seniors
Part en %
Ensemble Plus de 50 ans
0,8 1,8
18,118,0
25,3
28,3
25,4
29,3
26,6
26,4
Artisans, OuvriersCadres et Professions Employés
commerçants, professions intermédiaires
chefs d'entreprise intellectuelles
supérieures
Source : Insee, DADS 2005✎❷ Les 5 secteurs les plus employeurs et les moins employeurs des seniorsLes femmes représentent 45 % des sala-
riés seniors, soit une proportion équiva-
Part des plus de 50 anslente que celles âgées de 25 à 49 ans. Effectif du secteur
(en %)
Elles sont plus souvent ouvrières ou em-
Activités immobilières 36,4 132 900
ployées et moins souvent cadres que
Construction navale, aéronautique et ferroviaire 32,2 24 900
leurs cadettes.
Métallurgie et transformation des métaux 30,7 31 300
Education 30,4 83 400
Des effectifs vieillissants Activités associatives et extra-territoriales 30,3 79 100
dans les secteurs
Commerce de détail, réparations 13,9 284 600à faible mobilité
Hôtels et restaurants 15,3 229 600
Conseils et assistance 16,3 580 000
La part des seniors est la plus élevée
Services personnels et domestiques 16,6 39 100
dans les activités immobilières et la
Activités récréatives, culturelles et sportives 18,1 136 000
construction navale aéronautique et fer-
Source : Insee, DADS 2005roviaire, respectivement 36 % et 32 %.
Dans ces secteurs d’activité, le per-
sonnel est peu mobile et vieillit au fil
nes pour la population active. Les se-Des seniors moins mobilesdu temps. Dans la construction na-
niors occupent plus souvent un emploi
vale, aéronautique et ferroviaire, et que leurs cadets
stable que leurs cadets et sont donc
dans la métallurgie - transformation
moins amenés à changer de poste. De
des métaux -, les effectifs déclinent ré-
En 2005, les seniors représentent 6 re- plus, à partir d’un certain âge, le change-
gulièrement depuis plusieurs années
crutements pour 100 personnes du ment de poste n’est pas synonyme d’une
et le renouvellement de main-d’œuvre
même âge en poste en début d’année, meilleure rémunération. A ces raisons
est faible. La population vieillit dans
contre 11 recrutements pour 100 person- s’en ajoutent d’autres liées à l’approche
d’autres secteurs, comme ceux de l’é-
ducation ou des activités associatives
et extra-territoriales. Cependant, les
Les conditions de travail des seniorseffectifs de ces activités ont augmenté
ces dernières années✎❷.
Trois seniors sur dix travaillent plus de 40 légèrement moins exposées, les salariés
heures par semaine âgés de 35 à 49 ans ne sont pas plus expo-
Dans certaines activités, les personnes sés que ceux de 50 ans ou plus.
Entre juin 2002 et fin 2003, 26 % des salariésâgées de 55 ans ou plus sont rares. En
franciliens du secteur privé déclarent avoir Trois ouvriers seniors sur quatre soumis à auparticulier, ces salariés ne représen-
travaillé plus de 40 heures. Les seniors sont moins une pénibilité physiquetent plus que 9 % des effectifs du sec-
plus fréquemment dans ce cas que leurs ca-teur « Eau, gaz, électricité ». Ils sont Plus de quatre salariés sur dix sont exposésdets (31 % contre 24 % des 35-49 ans). Cela
11 % dans l’ensemble des secteurs. à au moins une pénibilité. La pénibilité phy-s’explique principalement par les caractéristi-
Cette situation s’explique par les rè- sique regroupe ici les contraintes posturalesques du marché du travail francilien : il existe
gles de départ en retraite spécifiques pénibles (maintien de bras en l’air, position àdavantage de cadres parmi les personnes de
aux grandes entreprises nationales. En genoux, posture accroupie, en torsion), la
50 ans ou plus. Or, les cadres travaillent plus
revanche, les salariés âgés de 55 à 64 manutention manuelle de charge, l’utilisationsouvent que les autres catégories sociopro-
ans sont plus fréquents dans d’autres d’outils vibrants et la répétitivité de gestes.fessionnelles au-delà de 40 heures par se-
secteurs, comme la recherche et déve- Elle joue un rôle important dans la survenuemaine (53 %). La part des salariés travaillant
de troubles musculosquelettiques.loppement (19 % des individus âgés au-delà de 40 heures par semaine augmente
de 55 à 64 ans). après 50 ans parmi les employés. Ce n’est Seulement 8 % des cadres sont exposés à
pas le cas parmi les autres catégories au moins une pénibilité physique, mais 85 %
socioprofessionnelles.Les jeunes sont très présents dans le des ouvriers non qualifiés y sont exposés.
commerce de détail et réparations (45 % Les seniors sont autant exposés aux risques Au-delà de 50 ans, la proportion de salariés
de moins de 30 ans), les hôtels et restau- que les plus jeunes soumis à au moins une pénibilité physique
rants (39 %), ou les conseils et assistance
diminue légèrement (39 % pour les se-Parmi les salariés franciliens du secteur pri-(32 %). Dans ces secteurs, les seniors y
niors, 43 % chez les personnes de moinsvé, 8 % sont exposés à au moins un produitsont au contraire sous-représentés. En
de 50 ans). Cependant, les taux d’exposi-cancérogène dans le cadre professionnel,effet, les entreprises de ces secteurs pra- tion restent élevés, notamment pour les du-
soit 290 000 personnes. Les fréquencestiquent généralement un fort renouvel- rées d’exposition de plus de 20 heures.d’exposition sont les mêmes pour les sala-
lement de la main-d’œuvre, avec des Trois quarts des ouvriers seniors subissentriés, quel que soit leur âge.
postes, souvent précaires ou aux condi- au moins une pénibilité physique, même si
tions de travail difficiles, que les salariés Le risque biologique concerne 7 % de la po- la proportion des ouvriers exposés à au
quittent rapidement une fois qu’ils ont pulation salariée du secteur privé. Si les per- moins une pénibilité physique diminue lé-
acquis de l’expérience (➩■ Les condi- sonnes de moins de 35 ans y sont gèrement après 50 ans.
tions de travail des seniors).Les seniors de plus en plus recrutésde la retraite : à partir de 58 ans, les
Part des recrutements de seniors parmi les embauchesseniors sont moins souvent embauchés.
%
12
En 2006, les recrutements de seniors re-
présentent environ 10 % des recrute-
10
ments de l’année. Ces recrutements sont
de plus en plus nombreux à cause du
8vieillissement de la population active,
c’est-à-dire de l’augmentation du
nombre de seniors encore en activité 6
✎❸. Entre 2001 et 2006, le nombre de
recrutements de seniors a augmenté
4
dans la plupart des secteurs, à l’excep-
tion toutefois de la construction.
2
Une plus grande précarité 0
des contrats d’embauche 2000 200120022003 20042005 2006
des seniors Source : DRTEFP, DMMO
Lorsqu’ils sont recrutés, les seniors sont
Plus son niveau de qualification est éle- Une hausse des sorties
davantage embauchés en contrats pré-
vé, plus le salarié a de chances d’être re-
de l’entreprise autour de 55 anscaires que leurs cadets. cruté en CDI. Mais avec l’âge, la
précarité augmente. Ainsi, entre 2000 et
2006, 53 % des cadres seniors sont re- La fin de carrière des seniors est marquéeLes recrutements en contrats à durée dé-
terminée (CDD) représentent 67 % des crutés en CDD, contre 31 % pour les par les politiques menées précédem-
embauches de seniors entre 2001 et personnes âgées de 25 à 49 ans. ment : nombreuses sorties de l’emploi
2006, dans les établissements de 50 sa-
lariés ou plus. Cette proportion n’est que
de 58 % pour les personnes âgées de 25
Les entreprises des services aux particuliers embauchent les seniors en CDDà 49 ans. A partir de 60 ans, la part des
CDD représente même 77 % des em-
Part (en %) des CDD dans les recrutements
bauches, avec toutefois un volume de
de seniors des 25-49 ansrecrutement assez faible. Les femmes se-
niors, comme les femmes plus jeunes, Services aux particuliers, dont : 89,6 80,8
sont plus souvent recrutées en CDD que Hôtels et restaurants 81,2 59,2
les hommes. Activités récréatives, culturelles et sportives 94,7 92,0
Education, santé, action sociale 83,1 81,7
Industries des biens de consommation, dont : 78,1 59,6
Le secteur des activités financières em-
Edition, imprimerie, reproduction 80,6 74,2
bauche peu de personnes au-delà de 50 Administration 78,1 69,1
ans, mais ces entreprises proposent plus Activités immobilières 75,7 54,5
fréquemment des contrats à durée indé- Transports 65,1 53,9
terminée (CDI) aux seniors qu’aux plus Services aux entreprises, dont : 63,1 55,1
jeunes. Les entreprises des secteurs des Conseils et assistance 65,3 37,2
postes et télécommunications, des ser- Services opérationnels 62,7 68,5
Recherche et développement 63,4 60,5vices opérationnels et, dans une
Industries agricoles et alimentaires 59,2 51,3moindre mesure, de l’industrie automo-
Commerce, dont : 53,5 44,0bile recrutent également plus souvent
Commerce et réparation automobile 32,5 22,8les seniors en CDI.
Commerce de gros, intermédiaires 54,0 34,6
Commerce de détail, réparations 56,4 53,7
En revanche, les seniors en CDD sont Industries des biens intermédiaires 42,8 37,2
Industries des biens d'équipement 33,1 22,4plus fréquents dans les conseils et assis-
Activités financières 29,1 30,4tance, les activités immobilières, les hô-
Construction 19,2 20,7tels cafés et restaurants, le commerce de
Energie 10,5 17,8gros et les transports. Les politiques
Industrie automobile 8,8 13,3d’embauche dans ces secteurs sont très
Ensemble 66,9 57,7
différentes entre les individus âgés de 25
à 49 ans et les seniors✎❹. Source : Dares, EMMO/DMMO 2000-2006Des seniors surreprésentés dans les licenciements
Part de chaque âge dans les licenciements et dans l’emploi salarié total
%
3,5
3,0
2,5
2,0
1,5
1,0
0,5
0,0
15 17 19 21 23 25 27 29 31 33 35 37 39 41 43 45 47 49 51 53 55 57 59 61 63 65 67 69
Licenciements Salariés
Lecture : les personnes âgées de 55 ans représentent 2,3 % des licenciements, contre 2,1 % des salariés.
Sources : Dares, EMMO/DMMO 2001-2006 et Insee, DADS 2005
ont lieu avant 60 ans. Plusieurs mesures établissement au cours de celle-ci. Ils tent 10 % ou moins des départs dans les
successives ont conduit au retrait préma- sont 12 % à 55 ans, puis 15 % à partir de secteurs de l’éducation, de la santé et
turé des seniors du marché du travail. 57 ans. Ce chiffre continue de progres- l’action sociale, et des services aux parti-
ser jusqu’à 60 ans. culiers, en raison principalement du
nombre élevé de CDD conclus dans ces
Ainsi, la persistance de fortes difficultés
activités.
d’emploi pour les seniors a entraîné une Ces départs des entreprises se manifes-
multiplication du nombre de chômeurs tent par des départs anticipés en retraite
Dans la construction et le commerce, lesâgés « dispensés de recherche d’em- et en préretraite : entre 2000 et 2006, un
procédures de licenciement touchentploi » (DRE). Ils étaient 80 000 en 1986 tiers des départs en retraite a lieu avant
plus fréquemment les seniors que leurset ils sont 400 000 aujourd’hui au niveau 60 ans dans les établissements de 50 sa-
cadets. En revanche, dans les transportsnational. En effet, depuis 1984, certains lariés ou plus.
et l’industrie automobile, il n’existe paschômeurs âgés de 55 ans peuvent conti-
de différence sensible de comportementnuer à percevoir des indemnités de chô-
Des seniors vis-à-vis des seniors.mage tout en étant dispensés de
rechercher un emploi. Cette mesure plus fréquemment licenciés
s’applique également à tous les chô- En 2005, quatre seniors sur dix entrent à
meurs âgés de 57,5 ans ou plus. Entre début 2000 et le premier semestre l’ANPE après un licenciement, alors
2006, un senior quittant son établisse- qu’un individu sur quatre entre à l’ANPE
pour ce motif.ment sur cinq est licencié, contre un peuEnfin, en 2003, il devient possible de
plus d’un sur dix chez les personnespartir en retraite anticipée en cas de car-
âgées de 25 à 49 ans✎❺. Un départ surrière longue, c’est-à-dire si on a cotisé
Les seniors chômeurstrois seulement est lié à une fin de CDDquarante ans.
entre 55 et 59 ans, contre un sur deux dispensés
entre 50 et 54 ans. En revanche, entre 55 de recherche d’emploiLes sorties du marché du travail sont
et 59 ans, un départ sur cinq est dû à une
donc plus nombreuses à 55 ans et à 57
mise à la retraite ou en préretraite.
Fin 2005, qu’elles aient été licenciées ouans, alors que la mobilité des seniors di-
non, 83 600 personnes sont dispenséesminue progressivement jusqu’à 54 ans.
Ces deux seuils indiquent l’entrée en Les licenciements représentent plus de de recherche d’emploi en Ile-de-France.
application des mesures facilitant le re- 40 % des motifs de départs de seniors A la même date, il n’y a que 38 600 per-
sonnes âgées de 55 ans ou plus inscritestrait anticipé de l’activité. En 2005, dans l’industrie des biens d’équipement,
à l’ANPE en catégorie 1, 2 et 3✎❻.En10 % des personnes âgées de 54 ans en la construction et l’industrie des biens
intermédiaires. A l’inverse, ils représen- 2005, la moitié des seniors quittantemploi au début de l’année quittent leurLe nombre de demandeurs d’emploi chute à 58 ans
Nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégorie 1, 2 et 3
14 000
12 000
10 000
8 000
6 000
4 000
2 000
0
50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65
ans ans ans ans ans ans ans ans ans ans ans ans ans ans ans ans
Source : ANPE, DEFM au 31/12/2005
l’ANPE le font au motif d’une DRE. Cette Pour en savoir plus
part atteint même 69 % à 57 ans, âge à
« Emploi et travail des seniors : des connaissances à l’action - Synthèse des principales donnéespartir duquel tout salarié peut bénéficier
sur l’emploi des seniors », Colloque « Age et travail », document d’études, Dares, juin 2007.d’une DRE sans restriction. Parmi les sa-
lariés licenciés âgés de 57 ans ou plus, « Regards sur les mobilités professionnelles des Franciliens », Insee Ile-de-France - Oref
75 % passent en DRE. Ile-de-France, mars 2007.
« Retraite - Travailleurs âgés », Insee, Economie et Statistique, n° 397, février 2007 :Ces dispenses interviennent rapidement
après la date de l’inscription pour les se- Ananian S., Aubert P. : « Travailleurs âgés, nouvelles technologies et changements organisa-
niors âgés de 55 ans ou plus : moins de tionnels » ;
six mois dans près de la moitié des cas, et
Behaghel L. : « Emploi des seniors : des effets du changement technologique aux recommanda-
dans 80 % des cas à partir de 58 ans. La
tions » ;
dispense de recherche d’emploi ex-
Hairault J.-O., Langot F., Sopraseuth T. : « Les effets à rebours de l’âge de la retraite sur le tauxplique donc la chute du nombre de de-
d’emploi des seniors » ;mandeurs d’emploi âgés de 58 ans
parmi les inscrits à l’ANPE : ils sont trois Blanchet D. : « Age ou distance à la retraite : quel est le principal déterminant de l’emploi des se-
fois moins nombreux que les personnes niors ? ».
âgées de 57 ans. Ainsi, en cas de perte
Lainé F., Marioni P. : « Recrutements et départs des entreprises des salariés âgés de plus ded’emploi, la majorité des seniors se reti-
50 ans », Données sociales - la société française, Insee-Références, 2006.rent du marché du travail.
Directrice de la publication : Sylvie Marchand
Comité de rédaction : Brigitte BellocINSTITUT NATIONAL
Rédactrice en chef : Corinne Martinez Gestion des abonnements : Tél.:0130969070- Fax :0130969067
Secrétaire de rédaction : Françoise Beaufils Vente par correspondance : Tél. :0322437165- Fax :0322438575DE LA STATISTIQUE
Conception graphique : PAO Insee Ile-de-France Internet : www.insee.fr/ile-de-franceET DES ETUDES ECONOMIQUES Maquette : Nathalie Lebraud - Laure Omont Vente sur place : Insee Info Service - Tour Gamma A - 195, rue de Bercy - 75582 Paris cedex 12
Impression :S.N.Rafal Tél. : 01 53 17 89 39 - Fax : 01 53 17 88 09Direction régionale d’Ile-de-France ISSN 0984-4724
7, rue Stephenson - Montigny-le-Bretonneux Commission paritaire n° 2133 AD
e78188 Saint-Quentin-en-Yvelines cedex © Insee 2007 Publication téléchargeable à partir du site Internet Dépôt légal : 2 semestre 2007 Code Sage I0728552
Insee Ile-de-Fr@nce Infos : la Lettre d’information électronique vous informe tous les mois de l'activité de l'Insee Ile-de-France
www.insee.fr/ile-de-france

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.