Les sept premières années de vie active des jeunes non diplômés : la place des mesures publiques pour l'emploi

De
Publié par

En 1998, 116 000 jeunes ont quitté le système éducatif sans diplôme. Dans un contexte d'accroissement général des niveaux de formation, ces jeunes ont plus de difficulté que les autres à trouver un emploi. Un sur trois s'insère néanmoins rapidement et durablement dans un emploi. Pour les autres, le processus d'insertion s'avère plus long : il dépasse très largement les trois premières années sur le marché du travail. Souffrant d'un manque de qualification, confrontés à la concurrence des plus diplômés ou aux réticences des employeurs, ces jeunes ont alors souvent recours aux mesures de la politique de l'emploi qui leur sont destinées. Plus de quatre jeunes non diplômés sur dix ont ainsi bénéficié d'une formation, d'un contrat en alternance, d'un contrat emploi solidarité ou d'un emploi jeune durant leurs sept premières années de vie active et pour 16 % des non diplômés cette expérience est même fortement structurante de ces premières années sur le marché du travail. Plus que par le passé ces passages par les dispositifs publics peuvent intervenir plusieurs années après la sortie du système éducatif. Ils s'inscrivent dans des trajectoires extrêmement variées : en particulier, ils ne sont pas forcément associés à la précarité puisque plus d'un jeune non diplômé sur quatre qui en a bénéficié connaît un parcours professionnel relativement stable. Néanmoins quatre fois sur dix les mesures se combinent avec des contrats à durée déterminée ou du chômage et une fois sur dix elles apparaissent dans des trajectoires marquées par l'inactivité.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 77
Nombre de pages : 28
Voir plus Voir moins

èrèree- - 1 - - - - - 16 44 32 17 24 21 19 17 18 27 0 11 11 0 5 6 7 7 4 8 - - - - - - - - - - - - - Au 1 6 - - - - Île- - - Au - - - - IV - - - Au - - - IV - - - IV -
EMPLOI
Les sept pr emières années de vie active
des jeunes non diplômés :
la place des mesur es publiques
pour l’emploi
Céline Gasquet et Valérie Roux *
En 1998, 116 000 jeunes ont quitté le système éducatif sans diplôme. Dans un contexte
d’accroissement général des niveaux de formation, ces jeunes ont plus de diffi culté que
les autres à trouver un emploi. Un sur trois s’insère néanmoins rapidement et durable-
ment dans un emploi. Pour les autres, le processus d’insertion s’avère plus long : il
dépasse très largement les trois premières années sur le marché du travail.
Souf frant d’un manque de qualifi cation, confrontés à la concurrence des plus diplômés
ou aux réticences des employeurs, ces jeunes ont alors souvent recours aux mesures de
la politique de l’emploi qui leur sont destinées. Plus de quatre jeunes non diplômés sur
dix ont ainsi bénéfi cié d’une formation, d’un contrat en alternance, d’un contrat emploi
solidarité ou d’un emploi jeune durant leurs sept premières années de vie active et pour
16 % des non diplômés cette expérience est même fortement structurante de ces premiè-
res années sur le marché du travail.
Plus que par le passé ces passages par les dispositifs pub lics peuvent intervenir plusieurs
années après la sortie du système éducatif. Ils s’inscrivent dans des trajectoires extrê-
mement variées : en particulier, ils ne sont pas forcément associés à la précarité puisque
plus d’un jeune non diplômé sur quatre qui en a bénéfi cié connaît un parcours profes-
sionnel relativement stable. Néanmoins quatre fois sur dix les mesures se combinent
avec des contrats à durée déterminée ou du chômage et une fois sur dix elles apparaissent
dans des trajectoires marquées par l’inactivité.

* Céline Gasquet et Valérie Roux appartenaient au Céreq au moment de la rédaction de cet article.
Les auteurs remercient Alberto Lopez, Olivier Sautory et deux rapporteurs anonymes de la revue pour leurs remarques
et leurs conseils.
ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 400, 2006 17 ans un contexte de chômage structurel La politique pub lique de l’emploi en faveur des Dimportant, les jeunes qui arrivent sans jeunes non diplômés en France s’est donc princi-
diplôme sur le marché du travail sont large- palement attachée à développer de telles mesures
ment affectés par le chômage, la précarisation (Gasquet, 2001) mais également à maintenir les
des contrats de travail et les retournements jeunes dans un milieu de travail, afi n de réduire au
conjoncturels (Céreq, 2005). Si une insertion mieux les risques d’une baisse de leur employa-
professionnelle rapide était envisageable pour bilité ou d’un retrait du marché du travail. Sont
nombre d’entre eux dans les années 1960 et ainsi créés, entre autres, les contrats de qualifi -
1970, elle est aujourd’hui plus diffi cile. Pas ou cation, le crédit formation individualisé – CFI
peu employables, en tout cas perçus comme tels jeune, les contrats emploi solidarité – CES, etc.
par les entreprises, les jeunes non diplômés ont À la fi n des années 1990, les pouvoirs publics
beaucoup de mal à trouver un emploi et, a for- ont également orienté leur intervention vers
tiori, un emploi qualifi é. De fait, les disparités une action directe sur la demande de travail
entre diplômés et non diplômés sont importan- avec l’instauration du programme « Nouveaux
1tes (Gasquet, 2003) et se sont même accrues ces emplois – nouveaux services ».
dernières années (Givord, 2005). « Les destins
Initialement destinés à faciliter la transition de des jeunes qui poursuivent des études, même
l’école à l’emploi, ces dispositifs publics ont courtes, mais sanctionnées par un diplôme ou
eu tendance à s’échelonner sur une période de un titre professionnel, et ceux qui abandonnent
plus en plus longue. Dans le même temps, la leur scolarité le plus tôt n’ont rien en commun
part des jeunes de 16 à 25 ans qui en bénéfi -et sont de plus en plus divergents » (Galland,
cient s’est accrue, passant de 5 % au milieu des 2000, p. 223).
années 1970 à 40 % depuis le milieu des années
1990. La politique de l’emploi est ainsi devenue Ces jeunes constituent alors l’une des cibles pri-
une véritable composante structurelle du pro-vilégiées des pouvoirs publics qui développent,
cessus d’insertion tentant aussi bien d’atténuer depuis la fi n des années 1970, des dispositifs
les obstacles à l’entrée dans la vie active que conçus pour eux. En combinant allègement du
d’éviter l’exclusion durable de l’emploi stable. coût du travail et formation, ces dispositifs sont
Cette évolution invite à analyser la place prise censés faciliter leur accès au marché du travail
par ces dispositifs publics dans les trajectoires en luttant contre la sélectivité qui y existe. Dans
professionnelles des jeunes. Structurées par le le cadre de la théorie du capital humain (Becker,
comportement des employeurs, ces trajectoires 1964), les individus ont en effet des producti-
le seraient donc aussi par l’intervention publi-vités différentes liées aux investissements en
2que et les dispositifs mis en place. capital humain qu’ils ont effectués tout au long
de leur vie. Les personnes ayant les plus faibles Des tra vaux ont déjà été conduits dans ce sens, uti-
productivités apparentes risquent alors de ne lisant les trois panels téléphoniques du Céreq (2)
pouvoir être embauchées si le salaire minimum (Werquin, 1997 ; Giret et Lopez, 2005). Ils
imposé sur le marché est supérieur à cette pro- ont fourni des informations sur le poids de ces
ductivité. Une faible productivité peut provenir mesures pour l’emploi chez les jeunes sortis du
d’une faible formation et / ou d’une faible expé- secondaire, sur le profi l des bénéfi ciaires, la tem-
rience professionnelle. Les jeunes non diplômés
cumulent les deux : ils ont donc une producti-
1. Pourtant, la pertinence même de ces politiques peut être mise vité « supposée » très faible. Elle peut égale-
en doute. Les politiques de diminution du coût du travail sont
ment être « perçue » comme très faible par les remises en cause dans le cadre des derniers développements
des analyses du fonctionnement du marché du travail (Perrot, employeurs, du seul fait des signaux qu’ils émet-
1992). Les théories des contrats implicites ou du salaire d’effi -
tent, de l’image qu’ils diffusent : dans le cadre cience par exemple mettent en avant l’existence de rigidités
fonctionnelles du salaire inhérentes à la relation de travail. De de la théorie du signal et du modèle de Spence
même les actions de formations sont remises en cause par les
en particulier (Spence, 1973), la formation n’a théories de la segmentation du marché du travail. En particulier,
en mettant en évidence la nature endogène de l’éclatement du qu’une pure fonction de tri et de signalement
marché du travail primaire (Hanchane, 1998), ces théories mon-
et ne modifi e pas la productivité potentielle trent que même si les mesures de formation permettent d’ac-
croître le capital humain des individus, l’existence de barrières des individus. Dans ces approches, le chômage
à l’entrée du secteur primaire les empêchent d’accéder à des
des jeunes non diplômés est directement lié à emplois stables et bien rémunérés.
2. De 1986 à 2000 le Cér eq a procédé à trois enquêtes télépho-un problème de coût du travail. Les politiques
niques par observations répétées des mêmes personnes dans
publiques d’emploi sont alors justifi ées et cher- le champ des jeunes qui n’ont pas le baccalauréat général. Il
s’agit d’y prendre un échantillon représentatif des jeunes issus chent à égaliser la productivité des individus et
de formation initiale pour fournir des données de cadrage quant
leur salaire, en augmentant leur formation et / au recours aux mesures pour les jeunes. Une première cohorte,
sortie de formation initiale en 1986 a été suivie jusqu’en 1989 ; ou en diminuant leur coût d’embauche par les
une deuxième a été interrogée entre 1989 et 1995 et la dernière a
entreprises (1) . concerné les jeunes sortis en 1994 et suivis jusqu’en 2000.
18 ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 400, 2006poralité des mesures - très concentrées en tout ce domaine, jusqu’aux plus récents recourant à
début de vie active pour les cohortes de 1986 des méthodes économétriques adaptées tentant
et 1989 - les évolutions d’une période à l’autre de prendre en compte au mieux les différents
selon les orientations gouvernementales, etc. biais pouvant exister et notamment les biais de
sélection (Brodaty, 2002 ; Brodaty, Crépon et
Notre objectif est de poursui vre dans cette voie Fougère, 2006 ; Even et Klein, 2006).
en ciblant une population plus spécifi que :
celle des jeunes sortis du système éducatif sans Notre objectif consiste en re v anche à étudier
diplôme (cf. encadré 1). Il ne s’agit donc pas les trajectoires professionnelles des jeunes non
d’évaluer les politiques d’emploi : nous ne cher- diplômés en portant un regard particulier sur la
chons pas à mesurer les effets nets d’un passage place que les mesures publiques y occupent. La
par une mesure sur leurs conditions d’insertion. troisième interrogation de l’enquête Génération
D’importants travaux se sont développés dans 1998 (cf. encadré 2) nous permet pour la pre-
Encadré 1
LES JEUNES SORTIS DE FORMATION INITIALE SANS DIPLÔME
L’étude porte sur les jeunes sortis de formation initiale rappelons ici que la non qualifi cation d’un individu,
en 1998 sans diplôme (sauf peut-être le brevet des appréciée au travers de son niveau de formation ini-
collèges). On entend par là : tiale, se distingue de la non qualifi cation de l’emploi,
appréciée au travers du salaire perçu, et de la non - les jeunes dits « sans qualifi cation » d’après la
nomenclature des niveaux de formation de 1967 qualifi cation du travail, mesurée au travers de la clas-
(niveaux VI et V bis), sifi cation des professions et catégories sociales (Colin
et Rick, 2004). Les jeunes non diplômés, avec ou sans - mais aussi ceux sortis en seconde, en première ou
qualifi cation, peuvent néanmoins avoir un certain en dernière année de CAP-BEP sans avoir obtenu le
diplôme, nombre d’aptitudes non observées et non observables
par le statisticien mais susceptibles d’être détectées - et ceux sortis en classe de terminale mais sans avoir
et valorisées sur le marché du travail (compétences obtenu le baccalauréat.
gestionnaires, relationnelles, habileté, etc.).
Cette acceptation des jeunes sans diplôme, utilisée
dans les travaux de la Depp (Depp, 2006), se rappro- Cette défi nition des non diplômés est par ailleurs
che de celle retenue au niveau international, notam- cohérente avec les populations cibles des politiques
ment pour la défi nition des indicateurs de Lisbonne sur publiques pour l’emploi mises en œuvre en France.
le « développement du capital humain » et correspond En effet, si le manque de qualifi cation a toujours été
aux niveaux 0-2 de la Classifi cation Internationale des considéré comme une des raisons majeures des dif-
Types de l’Education (CITE) regroupant les élèves sor- fi cultés d’accès à l’emploi, la défi nition retenue pour
tis sans avoir achevé leurs études secondaires c’est- identifi er des personnes « peu qualifi ées » est quant à
à-dire, en France, sans CAP, ni BEP ni baccalauréat
elle considérablement variable, allant des jeunes sortis
(IGEN et IGEAN, 2005). sans qualifi cation jusqu’aux jeunes sortis en classe de
terminale sans avoir obtenu le baccalauréat (Sédillot, Les jeunes que nous étudions sont donc sans diplôme
mais pas forcément sans qualifi cation. Qui plus est, 2004).
Encadré 2
L’ENQUÊTE GÉNÉRATION 98 DU CÉREQ
L ’enquête Génération 98 réalisée par le Cér eq a pour - des données individuelles longitudinales sur les
objectif d’analyser les parcours sur le marché du tra- parcours professionnels décrivant les épisodes d’em-
ploi, de chômage, de formation, etc. rencontrés (sept vail des 742 000 jeunes sortis de formation initiale en
années reconstituées) ;1998 à tous les niveaux de formation. Un échantillon
de 56 000 jeunes a fait l’objet d’une première inter-
- des informations concernant les caractéristiques
rogation au printemps 2001, trois ans après la fi n de
sociodémographiques des jeunes (formation, origine
leurs études. Une deuxième interrogation a eu lieu au
socioculturelle, modes d’habitat, origines géographi-
printemps 2003 puis une troisième au printemps 2005 ques, etc.) ;
soit sept années après la sortie du système éducatif.
Ce dernier échantillon était de 16 000 individus. - des informations à caractèr e subjectif sur le par-
cours professionnel (éléments de satisfaction profes-
sionnelle, perspectives d’avenir, sentiment de discri- Cette enquête Génération 98 permet de rassem-
bler : mination, etc.).
ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 400, 2006 19mière fois d’avoir un recul de sept années, recul et tous les types d’emploi, mais débutent avec
indispensable lorsque l’on sait que trois ans un statut d’apprenti.
après la sortie du système éducatif 12 % des
jeunes sortis sans diplôme sont encore dans un Plus récemment, Couppié et Mansuy (2000,
dispositif pour l’emploi et qu’ils sont toujours 2004) ont pour leur part montré que les pays
8 % cinq ans après. Appréhender l’empreinte européens se distinguent les uns des autres par
laissée par ces mesures ne peut donc se faire la place qu’ils accordent respectivement à l’ex-
sans cette temporalité. périence et à la formation dans l’intégration des
débutants dans la vie active, mais aussi par des
formes d’organisation du marché du travail spé- Les jeunes sortis sans diplôme du système
cifi ques. Ainsi dans certains pays, comme au scolaire constituent une population spécifi que
Danemark, les débutants sont des travailleurs cumulant diffi cultés scolaires et sociales. Pour
comme les autres. La formation professionnelle certains, l’entrée sur le marché du travail est très
initiale est très développée, tout comme les rela-chaotique mais pour d’autres un accès rapide
tions entre les différents acteurs socioéconomi-à des emplois stables est possible. Sortir sans
ques et l’insertion des jeunes repose avant tout diplôme ne signifi e en effet pas forcément être
sur leur formation initiale. Dans d’autres pays dépourvu d’atouts, certaines de ces aptitudes
au contraire les débutants sont largement stig-pouvant être révélées et valorisées au contact
matisés. C’est notamment le cas en Italie où les du marché du travail. L’absence de diplôme ne
conditions d’insertion des jeunes restent pendant condamne donc pas à la précarité, comme nous
longtemps très différentes de celles des expé-le montrerons dans un premier temps. Malgré
rimentés, les jeunes étant cantonnés dans les tout ces jeunes ont plus que les autres recours
aux politiques publiques d’emploi. Partant de ce emplois les moins rémunérés et les moins quali-
constat, nous chercherons à savoir dans quelle fi és. Enfi n, dans une troisième catégorie de pays,
mesure le passage par un dispositif contribue dont la France et le Royaume-Uni font partie,
les jeunes débutants sont soumis à rude concur-à modeler leurs sept premières années de vie
rence : ils sont alors plus touchés par le chômage active. Enfi n, nous centrerons notre analyse sur
que les autres mais ces épisodes durent moins les 47 000 jeunes sortis de l’école sans diplôme
longtemps (Attal-Toubert et Lavergne, 2006).en 1998 et ayant effectivement bénéfi cié d’une
mesure pour l’emploi.
Au-delà des spécifi cités de chaque système natio-
nal de régulation de l’entrée des jeunes, nombreux
Un accès au marché du travail très sont les pays où la transition de l’école à l’emploi
dépendant du contexte national est délicate, en particulier pour les jeunes sortis
sans diplôme (Bowers, Sonnet et Bardone, 1999 ;
Il existe une insertion des jeunes « à la françai- Ryan et Buchtemann, 1996). Ils sont alors tout
se » (Verdier, 1995 et 1997). Les travaux sont aussi nombreux à avoir mis en place des inter-
en effet aujourd’hui nombreux à avoir mis en ventions publiques plus ou moins ciblées sur
évidence des fonctionnements différenciés des ces jeunes. Au-delà des diffi cultés que pose une
marchés du travail des jeunes dans les pays comparaison des politiques nationales – chaque
européens ou aux États-Unis. Une comparai- politique de l’emploi prenant « son sens unique-
son entre l’Allemagne, la Grande-Bretagne, ment dans l’interaction avec d’autres éléments du
la France et l’Italie a ainsi conduit Garonna et pays considéré » (Barbier, 1998, p. 394) – il est
Ryan (1989) à distinguer plusieurs « systèmes possible d’identifi er plusieurs grandes catégories
nationaux de régulation de l’entrée des jeunes », de politiques, dont on retrouve des combinaisons
reposant chacun sur des modes de relations par- particulières dans chaque pays. Ryan (2001) pro-
ticuliers entre les principaux acteurs concernés, pose ainsi de distinguer la politique éducative, la
à savoir les employeurs, les syndicats, l’État et politique de déréglementation et les interventions
les jeunes. À un extrême, on trouve la France sur le marché du travail. La politique éducative
et les États-Unis, marqués par une « exclusion intervient en amont : elle vise à limiter les sorties
sélective » des jeunes de certains segments de la sans diplôme, à développer la formation profes-
structure des emplois ; les jeunes doivent acqué- sionnelle notamment par apprentissage, à rappro-
rir une expérience professionnelle au cours cher l’école et l’entreprise, etc. La politique de
d’emplois secondaires avant de pouvoir accéder dérégulation passe par l’instauration de salaires
aux emplois primaires occupés par les adultes. minima plus faibles pour les jeunes travailleurs.
À l’opposé, il existe une « intégration régle- Celle-ci peut se faire via dif férents créneaux : par
mentée » des jeunes comme en Allemagne où une réduction des charges, par le versement de
les débutants peuvent intégrer tous les secteurs subventions pour les employeurs dans le cadre
20 ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 400, 2006de contrats de travail temporaires le plus souvent « jeunes en risque », la part de ceux qui bénéfi -
ou encore par l’assouplissement de certaines cient d’un dispositif public est également diffé-
règles de fonctionnement du marché du travail. renciée selon les pays : faible aux Pays-Bas et en
Enfi n, les gouvernements peuvent également agir Irlande, elle dépasse 60 % en Suède ou en Ecosse
directement sur le marché du travail en mettant et se situe aux alentours de 50 % en France.
en œuvre des mesures dites actives : aide à la
Quoi qu’il en soit, dans les pa ys qui recourent recherche d’emploi, reprises d’étude, formation
massivement à la politique de l’emploi, l’auteur en entreprise et acquisition d’expérience profes-
s’interroge sur la pertinence de substituer à cette sionnelle ou encore création directe d’emploi.
interventionnisme une réforme du système édu-
catif ou du marché du travail.Shröder (2004) montre en par ticulier que les
politiques d’emploi à mettre en œuvre diffè-
rent fortement selon le niveau de régulation du En 1998, 16 % des jeunes sont sortis
marché du travail et selon les liens qui existent de formation initiale sans diplôme
entre le monde des entreprises et le monde édu-
catif. Des mesures effi caces dans certains pays En F rance, 116 000 jeunes ont quitté le système
seraient ainsi vouées à l’échec dans d’autres. éducatif en 1998 sans aucun diplôme, à l’excep-
tion peut-être du BEPC. Ils représentent 16 % de
Trois groupes de pays se distinguent : la Génération 1998. P armi eux, 24 % sont sortis
d’une classe de collège ou d’une Section d’En-
- les États-Unis, l’Irlande ou l’Écosse qui com- seignement Général et Professionnel Adapté (3)
binent marchés du travail très fl exibles et fai- et près de 60 % sont entrés dans la vie active
bles liens entre entreprises et établissements de après avoir entamé un CAP ou un BEP, par voie
formation. Dans ce cas, la politique de l’emploi scolaire (36 %) ou par apprentissage (23 %).
doit être centrée sur des programmes de forma- Les jeunes ayant préparé ces diplômes ont pour
tion impliquant les entreprises afi n de contre- certains suivi la formation jusqu’en année ter-
carrer les carences de cette relation au niveau minale (32 %) mais ils sont presque aussi nom-
de l’enseignement initial. C’est effectivement le breux à avoir abandonné avant. Enfi n, 17 % des
cas en Écosse. jeunes non diplômés sont sortis d’une classe de
lycée, en seconde, première ou terminale. Ils ont
- l’Allemagne et les P ays-Bas sont dans une pour la plupart achevé leur formation entre 16
situation contraire avec des marchés du travail 3et 21 ans.
régulés mais une vraie collaboration entre ensei-
gnement et entreprises. Dans ce cas, la politique Ces sor ties prématurées du système éducatif pla-
de l’emploi la plus effi cace est une politique qui cent la France à un niveau proche de la moyenne
se concentre sur des programmes d’acquisition des pays de l’OCDE. Mais les disparités sont
d’expérience afi n d’affaiblir les barrières à l’en- encore fortes entre d’une part, les pays du nord
trée dans l’entreprise. de l’Europe (Suède, Norvège, Allemagne) et le
Royaume-Uni qui comptent peu de sorties pré-
- enfi n, la France et la Suède, se trouvent, selon maturées et, d’autre part, les pays d’Europe du
Shröder, dans le pire scenario pour les nouveaux Sud (Bowers, Sonnet et Bardone, 1999).
entrants car elles combinent des marchés du tra-
vail réglementés et des liens distendus entrepri- Les jeunes hommes représentent les deux-tiers
ses/école. Dans ce cas, les taux de chômage des des sortants non diplômés ; c’est logique lors-
jeunes sont élevés et la nécessité d’une politique que l’on sait que « les fi lles réussissent mieux
de l’emploi large, combinant formation et acqui- leurs études » et « mènent des études plus lon-
sition d’expérience, se fait pressante. La France gues » (Rosenwald, 2006). Ainsi seules 12 %
utilise de fait toute la gamme des politiques des fi lles ayant quitté l’école en 1998 sont sor-
d’emplois tandis que la Suède a centré davan- ties sans diplôme, tandis que c’est le cas de 19 %
tage son action sur l’acquisition d’expériences. des jeunes hommes. Par ailleurs, ces jeunes
non diplômés cumulent souvent les diffi cultés
De fait, la part des « jeunes en risque », c’est- (cf. graphique I). Diffi cultés sociales : ils sont
à-dire les jeunes au chômage ou concernés par
une mesure, varie fortement d’un pays à l’autre :
3. Les SEGP A dispensent une formation adaptée à des élèves elle n’est que de 5 % au Pays-Bas, tandis qu’elle présentant des diffi cultés scolaires graves et persistantes mais
aussi des perturbations et des diffi cultés sur le plan de l’effi -s’élève à 34 % en Ecosse et même à 39 % en
cience intellectuelle. Elles visent en priorité l’insertion profession-France, l’Irlande et la Suède étant dans une situa-
nelle et conjuguent pour ce faire des enseignements généraux,
tion intermédiaire. Au sein de cette population de technologiques et professionnels.
ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 400, 2006 21plus souvent issus de milieux populaires et de res années de vie active (moins de six mois en
l’immigration ; diffi cultés scolaires qui appa- emploi), ils sont quatre sur dix à avoir accédé
raissent souvent dès l’enseignement primaire rapidement à un emploi et à avoir acquis un sta-
et se traduisent par des retards en sixième plus tut stable et même un sur quatre à n’avoir jamais
importants ; et parfois diffi cultés géographiques connu le chômage. Entre les deux, de nombreux
induites par un lieu de résidence éloigné des jeunes non diplômés alternent périodes d’em-
établissements scolaires par exemple. ploi temporaire et périodes de chômage.
C’est pour ces jeunes sortis sans diplôme que Mais la majorité d’entre eux in voquent la « las-
les premières années de vie active sont les plus situde » comme raison offi cielle d’arrêt des étu-
diffi ciles : en mars 2001, trois ans après être des, cette lassitude pouvant renvoyer à d’autres
diffi cultés, familiales et sociales par exemple, sortis du système éducatif, ils sont plus de 20 %
plus diffi ciles à exprimer (IGEN et IGAEN, à être au chômage, soit deux fois plus que les
2005). D’ailleurs, ils sont aussi nombreux à évo- diplômés du secondaire et quatre fois plus que
les diplômés du supérieur (cf. graphique II). Par quer des raisons « autres » que celles proposées
ailleurs, seulement 34 % occupent un emploi à par l’enquête. Les jeunes sortis sans diplôme
durée indéterminée, contre la moitié des diplô-expliquent également leur sortie de l’école
més du secondaire et 71 % des diplômés du par l’obtention d’un emploi ou l’existence de
supérieur. contraintes fi nancières (respectivement 26 %
et 20 %), proportions identiques à celles obser-
Mais tout n’est pas encore joué. P our nombre vées chez les diplômés. En revanche les jeunes
de jeunes non diplômés le processus d’insertion sans diplôme sont deux fois plus nombreux que
les diplômés du supérieur à déclarer avoir arrêté professionnelle n’est pas terminé au bout de
trois ans (Couppié, Gasquet et Lopez, 2006). Ils leurs études en raison d’un refus dans une for-
sont encore nombreux au chômage et inverse-mation supérieure (11 %) et inversement, trois
ment peu nombreux en emploi à durée indéter-fois moins nombreux à avancer comme explica-
minée. Cible particulière de l’intervention des tion l’atteinte du niveau souhaité.
pouvoirs publics ils sont également nombreux
à être passés par une mesure pour l’emploi et
Un pr ocessus d’insertion non achevé notamment par un contrat en alternance, un
au bout de trois ans de vie active contrat aidé du secteur non marchand tel que
le contrat emploi solidarité (CES), le contrat
L ’entrée sur le marché du travail n’est pas la emploi consolidé (CEC) ou le contrat emploi
même pour tous les jeunes non diplômés. Si un jeune ou encore une formation en période de
jeune non diplômé sur cinq est resté très éloi- non emploi. Trois ans après leur sortie du sys-
gné de l’emploi au cours de ses trois premiè- tème éducatif, ils sont encore plus de 12 % dans
Graphique I
Caractéristiques familiales et scolair es des jeunes à la sortie du système éducatif
Réside dans un espace à dominante rurale
Au moins un parent cadre
Au moins un parent ouvrier
Au moins un parent né à l'étranger
e2 ans ou plus de retard à l'entrée en 6
Femmes
0 102030405060
En %
Non diplômésDiplômés du supérieur Diplômés du secondaire

Lectur e : 36 % des jeunes sortis de l’école en 1998 sans diplôme sont des femmes.
Champ : ensemble des jeunes non diplômés (116 000), des diplômés du secondair e (336 000) et des diplômés du supérieur (289 000).
Source : enquête Génération 1998 – Interrogation 2005, Céreq .
22 ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 400, 2006une telle situation. L’étude du processus d’inser- les suivants : Emploi à durée indéterminée (EDI,
tion professionnelle des jeunes non diplômés et qui incluent les contrats à durée indéterminée,
de la place qu’y occupent les politiques publi- les fonctionnaires, les indépendants), Emploi à
ques pour l’emploi exige alors de porter notre durée déterminée (EDD , qui incluent les contrats
regard un peu plus loin. à durée déterminée, les emplois d’intérim, les
emplois de saisonniers, etc.), Emploi en contrat
d’apprentissage ou de qualification , Emploi en
Plus de 40 % des jeunes non diplômés ont contrat emploi solidarité , contr at emploi conso-
eu accès à une mesure d’aide à l’emploi lidé ou contrat emploi jeune , Formation hors
au cours de leurs sept premières années emploi , Chôma ge , Inactivité (y compris reprise
de vie active d’études). Ces états ont été choisis afi n de mettre
en évidence la place des mesures pour l’emploi
dans les trajectoires professionnelles des jeunes La troisième inter rogation de l’enquête
non diplômés (4) . Ces mesures ont été séparées Génér ation 1998, réalisée en 2005, nous per met
en trois groupes regroupant la quasi totalité des de dépasser cette arrivée sur le marché du travail
dispositifs connus par les jeunes, hors emplois et de reconstruire les sept premières années de vie
aidés du secteur marchand (cf. encadré 3) : les active des jeunes ayant quitté l’école en 1998. Il
contrats en alternance, les emplois aidés dans le est aujourd’hui admis que l’insertion profession-
secteur non marchand et les formation suivies en nelle est un processus dynamique, plus ou moins
période de non emploi. À partir de ces informa-long selon les cas, plutôt plus pour les jeunes non
tions sur les situations mensuelles, il est possible diplômés. Cela explique que l’on préfère souvent
de réaliser un chronogramme montrant l’écou-le terme de parcours ou de trajectoire à celui d’in-
lement de la génération des non diplômés tout sertion (Rose, 1984 ; Vernières, 1997 ; Fondeur,
au long des sept premières années de vie active 1999). De plus dans certains cas le moyen terme
4(cf. graphique III). ne confi rme pas le court terme (Vergnies, 1994).
D’un point de vue pratique, le calendrier profes-
Si ce chronogramme gomme l’enchaînement sionnel de l’enquête permet de connaître la situa-
des situations individuelles (et leur diversité), il tion de chaque individu mois par mois et ainsi
donne une première idée de l’évolution de leurs d’appréhender les parcours des jeunes par un
ensemble de situations mensuelles codées selon
une nomenclature d’états exclusifs choisie en 4. Nous sommes donc conscients de l’importance de cette
étape, guidée par une représentation a priori du fonctionnement sept catégories. Ces états synthétisent la position
du marché du travail (Fénélon, Grelet et Houzel, 1997 ; Grelet,
des jeunes sur le marché du travail et le statut 2002).
de l’emploi éventuel. Les sept états retenus sont
Graphique III
Les sept premières années de vie active
Graphique II
des jeunes non diplômés
Évolution du taux de chômage au cours
des trois premières années de vie active
En %
100
En %
40
80
35
6030
25
40
20
20
15
10 0
1 6 11 16 21 26 31 36 41 46 51 56 61 66 71 76 81
5
Nombre de mois depuis la fin de la formation initiale
0
1999 2000 2001
EDI EDD Alternance
CES, CEC, EPLJ Formation ChômageNon diplômés
Diplômés du secondaire Inactivité
Diplômés du supérieur

Lectur e : 82 mois après la sortie du système éducatif 50 % des
Lecture : en mars 1999 le taux de chômage des jeunes non jeunes non diplômés sont en emploi à durée indéterminée (EDI)
diplômés est de 34 %. et 18 % en emploi à durée déterminée (EDD). L’axe des abscis-
Champ : ensemble des jeunes non diplômés (116 000), des ses représente le nombre de mois écoulés depuis la sortie de
diplômés du secondaire (336 000) et des diplômés du supérieur formation initiale.
(289 000). Champ : ensemble des jeunes non diplômés (116 000).
Source : enquête Génération 1998 – Interrogation 2005, Céreq. Source : enquête Génération 1998 – Interrogation 2005, Céreq.
ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 400, 2006 23poids au fi l des mois passés sur le marché du més sont en emploi à durée indéterminée, 18 %
travail. Il confi rme en premier lieu le fait que le sont en EDD et 5 % en contrats aidés. Au total,
5processus d’insertion des jeunes non diplômés 73 % des jeunes non diplômés ont un emploi.
est loin d’être achevé après trois années passées
Sur tout, le chronogramme met en évidence la sur le marché du travail : la part des jeunes en
présence des mesures pour l’emploi tout au long emploi à durée indéterminée augmente constam-
des sept premières années de vie active. Durant ment au cours de ces sept années. En revanche,
les quatre premières années, on compte entre 10 la part totale des jeunes en emploi n’augmente
et 12 % de jeunes qui sont chaque mois dans un que faiblement à partir de la troisième année
dispositif public ; cette proportion est encore de d’activité, passant de 66 % à 72 %. La crois-
8 % au cours de la cinquième année et de 6 % sance de l’emploi à durée indéterminée se fait
ensuite.donc en partie par une stabilisation progressive
d’anciens contrats temporaires, la proportion Au fi nal, 41 % des jeunes non diplômés décla-
de jeunes en EDD ou en emploi aidé diminuant rent être passés par une mesure de la politique
d’ailleurs dès la troisième année de vie active. de l’emploi (39 % des hommes et 44 % des fem-
Les mesures pour l’emploi peuvent alors appa- mes) : 22 % ont connu une séquence de forma-
raître comme un sas vers l’emploi ordinaire. tion (6) , 15 % ont signé un contrat en alternance
En revanche la part de jeunes non diplômés au et 11 % sont passés par un contrat aidé du sec-
chômage évolue peu, autour de 30 % les deux 6teur non marchand, CES-CEC ou emploi jeune.
premières années elle passe ensuite à 20 %
mais ne descendra plus : on retrouve ici l’idée
d’un chômage « contenu » grâce à l’existence
5. Exactement 82 mois après la sortie du système éducatif, c’est des mesures pour l’emploi en faveur des jeunes à dire six ans et dix mois. Pour simplifi er, on parlera le plus sou-
vent de six années et demi, voire de sept années.qui évitent le risque d’une exclusion durable du
6. Certaines de ces formations ayant pu être dispensées pour marché du travail. Plus de six ans après la fi n
des jeunes pris en charge par le programme TRACE (9 % des non
des études (5) la moitié des jeunes non diplô- diplômés au cours des trois premières années de vie active).
Encadré 3
LE REPÉRAGE DES MESURES POUR L ’EMPLOI DANS L’ENQUÊTE GÉNÉRA TION 1998
Pour repérer le passage par des mesures pour l’em- suivi une formation. Dans ce cas la formation n’est pas
ploi dans l’enquête Génération 1998 nous utilisons datée de façon précise, c’est la période de chômage
qui l’est. La construction des trajectoires profession-les déclarations des individus enquêtés. Plusieurs
nelles des jeunes reposant sur une connaissance mois éléments nous invitent alors à penser que l’enquête a
par mois de leur situation, cette deuxième informa-tendance à sous-estimer le poids de ces mesures :
tion sur les formations n’a pu être retenue (10 % des
- Ne sont prises en compte que les mesur es identi- jeunes).
fi ées par le jeune ; on peut donc supposer que cer-
- Enfi n, l’enquête peut également conduire à sous-tains dispositifs qui ne consistent qu’en exonérations
estimer les cumuls de mesure puisque si deux mesu-fi nancières pour l’employeur ne sont pas identifi és par
res identiques se suivent, sans interruption, nous ne le jeune et donc non déclarés lors de l’enquête (par
sommes pas capables de les discerner et considérons exemple les contrats jeune en entreprise).
qu’il n’y en a qu’une.
- Concernant les contrats d’apprentissage, tous les
contrats signés moins d’un an après la sortie du sys- Au fi nal, nous décidons de ne prendre en considération
tème éducatif sont assimilés à de la formation initiale, que certaines mesures, supposées parfaitement iden-
et le jeune n’est plus considéré comme un sortant tifi ées par le jeune. Sont ainsi retenus deux contrats en
de l’année. Une grande partie des contrats en alter- alternance (apprentissage et qualifi cation), trois mesu-
nance fait partie de la formation initiale : ainsi parmi res du secteur non marchand (les contrats emploi soli-
les 116 000 jeunes ayant quitté l’école sans diplôme darité, contrats emploi consolidé et contrats emplois
en 1998 près de 40 000 ont connu à un moment ou
jeunes) et les périodes de formation déclarées comme
un autre une formation en alternance (soit un tiers des
telles par l’enquêté dans son calendrier mensuel.
jeunes non diplômés), 63 % en cours de formation ini-
tiale et 37 % sur le marché du travail, au cours de leurs De ce fait, nous estimons que 41 % des jeunes ayant
sept premières années de vie active. quitté l’école en 1998 sans diplôme ont bénéfi cié
d’une mesure pour l’emploi au cours de leurs sept - Les formations suivies sont repérées de deux façons
premières années de vie active. Si l’on y ajoute les distinctes dans l’enquête. L’individu peut déclarer être
en formation à telle période, information retranscrite 10 % de jeunes ayant suivi une formation durant une
directement dans le calendrier professionnel. Mais période de chômage, on arrive à plus de la moitié des
l’individu peut également se déclarer en période de jeunes non diplômés qui ont bénéfi cié d’une mesure
chômage et, au cours de cette période, déclarer avoir pour l’emploi.
24 ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 400, 2006 Les jeunes sortis de l’école sans aucun diplôme des jeunes. Au-delà des différences de champ
sont ainsi les plus concernés par les politiques et de mesures des différentes sources (cf. en-
d’emploi, devant les bacheliers (36 % ont connu cadré 4), cette baisse est surtout le résultat de
une mesure pour l’emploi), les diplômés d’un l’évolution des orientations de la politique de
CAP ou d’un BEP (29 %), les seconds cycles l’emploi depuis la fi n des années 1980. « (Le
(23 %), les bac + 2 (20 %) et les troisièmes deuxième constat est) la moindre présence, au fi l
cycles (10 %). Pour ces jeunes la politique de du temps, des personnes de faible formation dans
l’emploi constitue donc une composante struc- les mesures ciblées de la politique de l’emploi.
turelle de leur processus d’insertion. Moindre présence relative, liée à l’élargissement
des mesures à d’autres publics que les jeunes
P ourtant, une comparaison avec des travaux pré- peu qualifi és ; moindre présence absolue du fait
cédents révèle la forte diminution du poids des de la contraction des volumes globaux d’entrées
mesures dans les trajectoires professionnelles en dispositif à partir de 1999. » (Sédillot, 2004,
Encadré 4
DE LA DIFFICULTE À ESTIMER LE POIDS DES MESURES POUR L’EMPLOI
DANS LES TRAJECTOIRES DES JEUNES
Les mesur es pour l’emploi dans l’enquête - Enfi n, les formations ont elles aussi élargi leur
Génération 98 public, consécutivement au transfert de la formation
professionnelle aux Régions : entre 1980 et 1986 les
jeunes sans qualifi cation représentent près de 80% L’enquête Génération 1998 ne permet pas de r epérer
des entrées en stages jeunes ; en 1998, date à laquelle l’ensemble des mesures pour l’emploi qui existent en
s’achève la décentralisation, ils ne représentent plus
France sur la période. En effet, sont pris en compte :
qu’un tiers des entrées. Le nombre de jeunes chô-
- tous les types de contrats en alternance (à condi- meurs sans qualifi cation en stage a ainsi été divisé par
tion, pour l’apprentissage, que le contrat soit signé au quatre (Bonaïti, Fleuret, Pommier et Zamora, 2006).
moins un an après la sortie du système éducatif),
Cette baisse du poids des mesur es pour l’emploi dans
- la plupart des mesures du secteur non marchand, les trajectoires des jeunes non diplômés s’observe
(sur la période 1998-2005 les jeunes en CES-CEC ou effectivement lorsque nous tentons de rapprocher nos
emploi jeune représentent 96 % des jeunes dans une travaux de ceux réalisés à partir des panels téléphoni-
mesure de ce type), ques du Céreq. Ces panels ont été créés pour mieux
- certaines mesures de formation, cerner la place des mesures pour l’emploi dans les
processus d’insertion. Ont ainsi été interrogés à plu-
- mais surtout aucune mesure du secteur marchand
sieurs reprises les jeunes sortis de formation initiale
(à savoir ni le contrat initiative emploi, ni le soutien à
aux niveaux VI à IV (hors bac général) en 1989 et ceux
l’emploi des jeunes en entreprise, ni les autres mesu-
sortis en 1994.
res marchandes comptant en moyenne sur la période
1998-2005 13 % des jeunes dans un emploi aidé).
Comparaison avec le panel de 1989
Dans ce panel les mesures prises en compte sont les Évolution de la politique de l’emploi
travaux d’utilité collective (TUC), les CES, les contrats
d’adaptation, les contrats de qualifi cation, les Stages
Selon Sédillot (2004), la tendance ces der nières années
d’initiation à la vie professionnelle (SIVP) et les stages
a été une diminution des mesures pour l’emploi desti-
de formation alternée. Avec cette source, la proportion
nées aux jeunes les moins diplômés (niveaux VI, Vbis
de jeunes passés par l’un de ces dispositifs est esti-
et V). En effet : mée à 42 % après dix-huit mois sur le marché du tra-
- Si l’apprentissage s’est développé, il s’est en réalité vail (Couppié, Dieudegard, Pouch et Zilberman, 1992)
réorienté vers les jeunes diplômés. et « plus de la moitié » après six ans (Werquin, 1997).
- Concernant les emplois aidés du secteur non mar- Avec l’enquête Génération 98 nous estimons ces pr o-
chand, on observe un moindre ciblage des dispositifs portions, sur cette même population de sortants du
à partir de 1990, compensé dans un premier temps secondaire, mais avec une méthode de collecte diffé-
par une hausse des effectifs mais aboutissant à par- rente et une prise en compte des mesures pour l’em-
tir de 1996, avec la forte réduction des enveloppes, à ploi plus restrictive, à 18 % après dix-huit mois de vie
une chute du nombre de jeunes les moins diplômés en active et à 31 % après six ans.
CES ou CEC (ainsi d’après la Dares on comptait près
de 50 000 jeunes sans qualifi cation en CES au début Comparaison avec le panel de 1994
des années 90 et moins de 10 000 dès 2003). Dans le
même temps la création des emplois jeunes bénéfi cie Dans ce panel les mesures pour l’emploi prises en
peu à ces jeunes. compte sont les contrats d’adaptation, les contrats

ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 400, 2006 25p. 365). De plus certaines études ont montré que faire nous tentons de mieux comprendre com-
s’opère en France, comme en Europe, une sélec- ment s’articulent recours aux mesures pour
tion à l’entrée des dispositifs au détriment des l’emploi et cheminements professionnels. Une
plus vulnérables (Nicaise, 1999). typologie des trajectoires professionnelles des
jeunes non diplômés au cours de leurs sept pre-
Notre objectif est maintenant d’anal yser la mières années de vie active a été réalisée à cet
façon dont ces mesures pour l’emploi peuvent effet (cf. encadré 5). À l’issue d’une classifi ca-
contribuer à structurer les trajectoires profes- tion ascendante hiérarchique, nous retenons une
sionnelles des jeunes sans diplôme. Pour ce partition en sept classes (cf. graphique IV).
Encadré 4 (suite)
de qualifi cation, les contrats d’apprentissage, les six premières années de vie active, soit un chiffre très
CES, l’aide au premier emploi des jeunes, le disposi- en deçà de celui estimé dans l’étude mentionnée ci-
tif d’insertion des jeunes de l’éducation nationale et le dessus.
programme Préparation active à la qualifi cation et à
Dans les deux cas, les écarts constatés s’expliquent l’emploi (PAQUE). Avec cette source, la proportion de
par d’importantes différences d’ordre méthodologique jeunes non diplômés passés par une mesure pour l’em-
(méthodes d’enquête, champ des politiques d’em-ploi au cours des six premières années de vie active se
ploi…) mais aussi par l’évolution des orientations de situe « entre 75 % et 80 % » (Giret et Lopez, 2005).
la politique de l’emploi (Sédillot, 2004). Il est cepen-
Dans l’enquête Génération 98 , 38 % de jeunes non dant diffi cile de mesurer la part respective de ces deux
diplômés ont eu recours à une mesure durant leurs effets.
Encadré 5
CONSTRUCTION D’UNE TYPOLOGIE DE PARCOURS PROFESSIONNELS
Deux typologies de parcours ont été réalisées selon Deuxième étape
la même méthodologie. Ces typologies portent sur la
situation des individus sur le marché du travail appré- Analyse des Corr espondances Multiples (ACM) à par-
hendée au travers d’un vecteur d’états mensuels. tir de ce tableau disjonctif complet : chaque individu
82 mois sont ainsi renseignés. est ainsi caractérisé par un vecteur de composantes
factorielles. Nous avons choisi de ne retenir qu’un
La pr emière typologie a été réalisée sur l’ensemble
sous-espace factoriel qui prenne en compte 90 % de
des jeunes sortis sans diplôme du système scolaire en
l’inertie. Cela présente l’avantage d’éliminer les fl uc-
1998, soit 2 113 individus dans l’enquête. Pour cette
tuations aléatoires qui constituent en général l’essen-
première typologie, 5 états exclusifs différents ont été
tiel de la variance prise en compte dans les derniers
choisis : emploi à durée indéterminée, emploi à durée
axes (Nakache et Confais, 2004). Ce lissage des don-
déterminée hors contrats aidés, mesures pour l’emploi
nées améliore la partition en produisant des classes
(alternance, contrats aidés non marchands, formation),
plus homogènes et réduit la table de données à ana-
chômage et inactivité. Contrairement à la typologie
lyser. En pratique, 46 axes (sur 410) ont été retenus suivante, le choix a été fait ici de regrouper l’ensemble
pour réaliser la première partition et 71 axes (sur 574) des mesures pour l’emploi en une seule catégorie afi n
pour la seconde. Il résulte de cette étape un tableau de de ne pas exacerber artifi ciellement le poids de ces
données quantitatives.
mesures dans les trajectoires.
La seconde typologie a été réalisée sur une population T roisième étape
plus réduite : celles des non diplômés bénéfi ciaires
de la politique de l’emploi, c‘est-à-dire ceux ayant eu Classifi cation Ascendante Hiérarchique (CAH) des
recours à au moins un dispositif (alternance, contrats
individus repérés par leurs composantes factorielles.
aidés non marchands ou formation) au cours de ces
La distance euclidienne usuelle est utilisée ainsi que
6 ans et dix mois (818 individus dans l’enquête). Le le critère de Ward.
vecteur d’états mensuels a dans ce cas été décliné
en sept états afi n de prendre en compte les différents
Quatrième étapetypes de mesures.
Dans les deux cas, la démar che de partitionnement a Partition en N classes à partir des résultats de cette
été faite en quatre étapes. classifi cation. Cette partition fi nale issue de la CAH
est ensuite consolidée par l’algorithme des « Centres
Pr emière étape mobiles » : partant des centres de gravité des classes
obtenues, un certain nombre de réaffectations des
observations dans les classes sont réalisées de façon Codage des données pour obtenir un tableau disjonc-
tif complet. à augmenter l’inertie interclasse de la partition.
26 ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 400, 2006

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.