Main-d'uvre horizon 2015 : des ressources en baisse

De
Publié par

La baisse de population va entraîner celle du nombre des actifs. À l'horizon 2015, ceux-ci pourraient être entre 5 % et 8 % de moins qu'actuellement. Du comportement avant 25 ans et après 55 ans et du niveau d'activité des femmes dépendra l'ampleur de cette baisse. Première région à entrer dans ce cycle particulier, l'Auvergne sera aussi l'une des plus affectées. Toutes les zones d'emploi seront touchées à des degrés divers par l'ampleur de la baisse et le vieillissement des populations : une exception, celle d'Yssingeaux.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 33
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

Main-d’œuvre horizon 2015 :
des ressources en baisse
La baisse de population va entraîner celle du nombre des
actifs. À l’horizon 2015, ceux-ci pourraient être entre 5 % et
8 % de moins qu’actuellement. Du comportement avant 25
ans et après 55 ans et du niveau d’activité des femmes
dépendra l’ampleur de cette baisse. Première région à entrer
dans ce cycle particulier, l’Auvergne sera aussi l’une des
plus affectées. Toutes les zones d’emploi seront touchées à
des degrés divers par l’ampleur de la baisse et le
vieillissement des populations : une exception, celle
d’Yssingeaux.
Michel MARÉCHAL
INSEE
De 579 000 actifs en 1999, la région donc pas à appréhender le nombre futur
des emplois mais à s’interroger sur le ni-pourrait ne plus en compter que
veau et la composition des ressources en533 000 en 2015.
main-d’œuvre dont disposera la région en
En prolongeant les dernières tendances fonction d’un jeu d’hypothèses explicite-
connues en matière de mortalité, de migra- ment formulées.
tions et de comportements d’activité, dans
l’hypothèse d’un contexte économique et insti- Cette étude a été réalisée dans le cadre de
tutionnel stable, l’Auvergne va devoir faire face l’Observatoire Régional des Qualifications et
à une diminution de sa population active dans des Formations au sein d’un groupe de pro-
les années à venir. jet associant les services de la Région Au-
Est « actif » une personne qui a ou cherche un
vergne, la DRTEFP et l’INSEE.
emploi. Projeter le nombre d’actifs ne revient« baby-boom » de l’après-guerre. Ce déficitLes perspectives d’évolution de la
est la cause principale de la diminution despopulation active restent fortement
actifs et ce non-remplacement génération-liées à celles de la pyramide des
nel est effectif depuis 2002.
âges.
Si l’Auvergne est la première région de mé-
Or, celle de l’Auvergne, en raison du déficit tropole à connaître un reflux de son offre de
migratoire de jeunes adultes et d’une faible travail, l’ensemble du territoire connaîtra
fécondité perdurant depuis la fin des an- également ce retournement à quelques an-
nées 1975, est marquée par une large nées d’écart : aux alentours de 2006-2008.
sous-représentation des 10-25 ans. D’ici Avant cette date la population active conti-
2015 ce sont ces générations qui vont pro- nuera à s’accroître, après cette date, elle di-
gressivement entrer sur le marché du tra- minuera de plus en plus sensiblement.
vail. En Auvergne ces entrées ne Cette précocité, liée à son passé démogra-Auvergne :
compensent pas le prochain départ à la re- phique, singularise l’Auvergne. D’ici 2015pyramide des âges
traite des générations nombreuses du sa population devrait, en prolongeant lesde la population active
dernières tendances connues, diminuer de
près de 8 % alors que les projections natio-
nales de population active tablent sur une
augmentation supérieure à 2 %. Parmi les
vingt-deux régions métropolitaines, neuf
devraient subir la même évolution négative
que l’Auvergne. Mais la contraction du ré-
servoir de main-d’œuvre auvergnat devrait
être le plus important, devant le Limousin, la
Lorraine et la Champagne-Ardenne dont
les réductions d’actifs dépasseraient 6 %.
Cinq régions connaîtront des diminutions
moins substantielles, la Bourgogne (- 5 %),
puis la Franche-Comté, le Poitou-Charen-
tes, la Basse-Normandie et le
Nord-Pas-de-Calais (- 0,9 %). À l’opposé,
les régions du sud de la France essentielle-
ment, et le Languedoc-Roussillon en parti-
culier, obtiendraient des gains d’actifs
conséquents.
La reconduction des quotients migratoires ques seront essentiels, notamment celui duL’influence
calculés entre les recensements de 1982 et remplacement des générations. La struc-
primordiale 1999, le maintien de la fécondité au taux de ture par âge de la population active va donc
1999 ainsi qu’un prolongement de la baisse bouger selon ces effets et vieillir. Les géné-des générations
de la mortalité et de l’évolution des taux rations qui vont entrer sur le marché du tra-
d’activité annoncent donc quelques 46 000 vail jusqu’en 2015 (les 15-25 ans en 1999
actifs auvergnats de moins à l’horizon sont nés entre 1974 et 1984 et les
2015. 15-25 ans de 2015 sont nés entre 1990 et
Parmi les composantes de l’évolution de la 2000) sont moins nombreuses. Au cours de
l’année 2000, 13 400 jeunes de 15-25 anspopulation active, les effets démographi-
entraient en activité ; ils ne seront plus que
10 400 en 2015. Dans le même temps, le
nombre d’actifs quittant le marché du travail
va croître. Les taux d’activité observés dé-
Entrées nettes
clinent dès 55 ans. Le nombre de sorties
des 15-24 ans
des actifs de 55 ans ou plus passera de
sur le marché
10 500 lors de l’année 2000 à 15 000 passé
du travail et
2006. De telle sorte que le solde arri-
sorties nettes
vées/sorties, positif en début de période
des 55 ans ou plus
(presque 3 000 en 2000) va devenir large-
ment négatif à l’horizon 2015 (- 4 600).
Comparés à ceux de la France, les actifs
auvergnats étaient plus âgés en 1999. En
2015, l’écart sera accentué (cf. tableau
page 3). Les actifs de moins de 40 ans sont
- 2 -sous-représentés dans la région, ils le se- tivité, c’est-à-dire la proportion de person-
ront encore plus dans quelques années, en nes actives.
particulier les moins de 30 ans dont le poids De 1999 à 2015, l’Auvergne devrait perdre
passerait de 23,5 % à 20,7 %. À l’opposé, en moyenne annuelle quelques 2 900 ac-Bibliographie :
les actifs de plus de 50 ans verront leur part tifs. Cette perte moyenne serait de 3 700
augmenter, de 19 % à plus de 25 %. annuellement si les effets démographiques
« Démographie et
Ces dernières années, l’Auvergne est de (effet génération et effet migratoire) jouaient
territoires : Auvergne
nouveau attractive puisqu’au cours des an- seuls. Les effets liés aux variations des taux
horizon 2030 »
nées 90 elle a enregistré un excédent mi- d’activité permettent à l’opposé d’en « ga-
Les Dossiers - n° 7, gner » 800 par an. Ce gain égale la diffé-gratoire (contrairement aux années 80).
mars 2003 Au regard du type d’activité des migrants, rence calculée entre des taux d’activité
reconduits à l’identique de 1999 à 2015 etl’excédent se compte néanmoins sur les re-
« Population et terri- traités et non sur les actifs. Les jeunes de 16 des taux qui évolueraient. Suivant une hy-
toires : horizon 2030 » pothèse tendancielle, ces taux d’activitéà 29 ans accusent des départs largement
La Lettre - n° 8, supérieurs aux arrivées. Les projections, ba- vont cependant vers une stabilisation. Pour
la population auvergnate de 20 à 59 ans, ilsfévrier 2003 sées sur la période 1982-1999, estiment ain-
si un taux de migration négatif pour les devraient rester de l’ordre de 81,3 %. La
montée de l’activité féminine compenseraactifs. Ces fortes tendances, observées de-« Projections de
puis 20 ans en Auvergne, ne permettent pas une légère baisse de l’activité masculine.population à l’horizon
Celle des moins de 20 ans devrait aussid’envisager un retournement de situation.2050 »
Cet effet migratoire renforcera la baisse des tendre à décroître. À taux constants, la po-Économie et statistique -
pulation active auvergnate en 2015 seraitactifs dans les années à venir.n° 355-356, décembre
L’évolution de la population active dépend d’environ 520 000 individus, avec évolution
2002 » tendancielle ce chiffre passe à 533 000. Leensuite des comportements de participa-
tion au marché du travail des hommes et bénéfice ainsi obtenu est dû aux femmes
exclusivement, leur part passant de 45,4 %des femmes à chaque âge. Ces comporte-
ments sont appréhendés par les taux d’ac- à 47 % de la population active.
Projection de la population active auvergnate à l’horizon 2015
Hypothèse tendancielle Auvergne : variation Métropole : variationPopulation
active en 1999 2006 2015 1999-2006 1999-2015 1999-2006 1999-2015
Moins de 30 ans 136 300 124 300 110 200 - 8,8 % - 19,1 % - 4,6 % - 5,5 %
dont moins de 25 ans 60 400 58 100 50 200 - 3,8 % - 16,9 % + 3,2 % - 1,7 %
30 à 49 ans 332 100 315 500 286 600 - 5,0 % - 13,7 % 0,0 % - 3,9 %
50 ans ou plus 110 900 138 600 136 100 + 25,0 % + 22,7 % + 26,2 % + 32,4 %
dont 55 ans ou plus 39 300 59 200 59 600 + 50,6 % + 51,7 % + 48,8 % + 56,7 %
60 ans ou plus 7 400 6 900 9 100 - 6,8 % + 23,0 % + 0,3 % + 32,6 %
Hommes 316 300 310 800 282 400 - 1,7 % - 10,7 % + 2,0 % - 0,4 %
Femmes 263 000 267 600 250 500 + 1,7 % - 4,8 % + 5,4 % + 5,4 %
Total 579 300 578 400 532 900 - 0,2 % - 8,0 % + 3,6 % + 2,3 %
Variante A (cf encadré p. 4) 587 200 551 600 + 1,4 % - 4,8 % + 4,8 % + 5,1 %
Variante B 579 300 580 600 537 000 + 0,2 % - 7,3 % + 4,1 % + 3,4 %
Variante C 581 400 538 700 + 0,4 % - 7,0 % + + 3,5 %
Part des moins de 30 ans 23,5 21,5 20,7 - 8,8 % - 19,1 % - 4,6 % - 5,5 %
Part des 50 ans ou plus 19,1 24 25,5 + 25,0 % + 22,7 % + 26,2 % + 32,4 %
Part des femmes 45,4 46,3 47,0 + 1,7 % - 4,8 % + 5,4 % + 5,4 %
Source : INSEE - Omphale - Recensements de la population
Au regard de la courbe des taux d’activité, pliquent ce phénomène, en grande partieÉvolution des
il est aisément observable une chute de lié au développement du chômage depuis
ceux-ci passé l’âge de 55 ans. Avant cet les années 70 et aux différentes politiquescomportements
âge, les taux d’activité (masculins et fémi- d’emploi gouvernementales. L’âge de la
d’activité : nins confondus) dépassent 81 % en 1999. retraite a été abaissé à 60 ans en 1983,
Entre 55 et 59 ans, ces même taux passent les sorties anticipées de la vie active ontdes variantes
aux environs de 50 % (52,6 % pour la donc suivi. Les mesures de lutte anti-chô-
aux effets bien France et 49,5 % pour la région Auvergne). mage ont favorisé les sorties précoces du
Pour la classe d’âge suivante, 60 à 64 ans, marché du travail des travailleurs les plusdifférents les taux passent au-dessous de 10 %. âgés. Le financement public et l’usage par
L’âge de cessation d’activité ou fin de car- les entreprises des mesures de prére-
rière, a peu à peu avancé aux cours des traite ont entrainé un rajeunissement des
dernières décennies. Plusieurs raisons ex- salariés.
- 3 -Évolution annuelle moyenne 1999 - 2015 l’Auvergne dont les taux d’activité des
par zones d’emploi 55-59 ans sont plus faibles qu’au niveau na-
tional. En 2015, la baisse ne serait plus que
de 4,8 % au lieu de 8 %.
Une deuxième piste est celle d’une hausse
de l’activité des femmes. Même si celles-ci
sont beaucoup plus actives que par le pas-
sé, les marges de progression dans l’avenir
sont plus limitées. Entre 1990 et 1999, les
taux d’activité féminins auvergnats de 25 à
49 ans sont passés de 75,3 % à 82,3 %
(ceux d’Île-de-France de 81,5 % en 1990 à
84,8 % en 1999). Si l’on prend comme
référence à l’horizon 2015 les taux d’activité
féminins franciliens de 1999, le gain es-
compté en Auvergne serait moindre que ce-
lui de la première hypothèse, permettant
seulement de réduire la baisse de 8 % à
7,3 %.
Troisième et dernière piste, une entrée plus
récente des jeunes sur le marché du travail.
L’allongement des études et la tentation de
rester dans le système scolaire plus long-
temps afin de reculer l’entrée dans la vie ac-
tive en période de chômage font que
Une hypothèse de cette étude est simple- l’arrivée sur le marché du travail s’est peu à
peu décalée. Si l’on observe actuellementment de faire remonter les taux d’activité de
la classe d’âge 55-59 ans au niveau de la une stabilisation de la durée des études et
donc de l’âge d’entrée sur le marché du tra-classe des 50-54 ans à l’horizon 2025 et
ainsi faire reculer l’âge de cessation d’acti- vail, un renversement de tendance reste
aléatoire (surtout si les difficultés d’insertionvité. Cette hypothèse tendrait à encourager
les entreprises à maintenir en activité leurs liées au chômage persistent). Remonter les
taux d’activité des jeunes de 20 à 24 ans ausalariés les plus âgés, permettant des gains
d’actifs appréciables, en particulier pour niveau de ceux de 21 à 25 ans (gain d’un
an) reste un exercice instructif. Les résul-
tats pour l’Auvergne permettent seulement
de réduire la baisse présumée des actifs de
Variantes envisagées sur
1%(-7%aulieude-8%àl’horizon 2015).
les comportements d’activité
C’est un peu mieux que la variante précé-
Variante A : remontée progressive des taux d’activité dente sur la montée de l’activité féminine,
des 55-59 ans à l’horizon 2025 (décalage de 5 ans des mais beaucoup moins concluant que la pre-
taux d’activité des 50-54 ans sur les 55-59 ans). mière variante évoquant la remontée des
Variante B : montée des taux d’activité féminins au taux d’activité des actifs de 55 ans ou plus.
niveau de ceux de l’Île-de-France à l’horizon 2015 (si Il faudrait que l’âge d’entrée dans la vie ac-
inférieur) pour les femmes âgées de 25 à 49 ans. tive se réduise beaucoup plus pour que l’hy-
pothèse devienne décisive et que celaVariante C : remontée de 1 an des taux d’activité des
s’applique sur des générations aux effectifs20-24 ans au niveau des 21-25 ans (entrée plus rapide
de jeunes plus volumineux qu’ils ne le sontsur le marché du travail).
ou le seront en Auvergne.
Parmi les seize zones d’emploi constituant démarque de façon fondamentale avec unZones d’emploi :
le territoire auvergnat, quinze d’entre elles accroissement attendu supérieur à 12 %.
auront à subir des baisses du nombre de Rappelons que le scénario de projectionsYssingeaux
leurs actifs d’ici 2015. Les plus fortes bais- est basé sur les événements survenus pen-
et les quinze ses annoncées atteignent 20 % (Mauriac, dant la période 1982-1999. Entre ces deux
Dompierre-sur-Besbre, Saint-Flour). Quel- dates, sa population active a gagné 20 %.autres
ques-unes connaissent des situations Cette partie de la Haute-Loire a bénéficié
moins défavorables, telles Saint-Pourçain d’un développement économique combiné
ou Clermont-Ferrand dont les diminutions à une arrivée de jeunes ménages liée au
ne seraient que de l’ordre de 3 % à 5 %. nord à la proximité de l’agglomération sté-
Seule la zone d’emploi d’Yssingeaux phanoise et son étalement. Cet afflux mi-
échappe aux perspectives négatives et se gratoire promet ainsi des perspectives
- 4 -Projection de population active par zones d’emploi à l’horizon 2015
dont composantes *Population Projection TauxÉvolution Évolution
Zone d’emploi active tendancielle d’évolution Effet taux Effet1999-2006 1999-2015en 1999 en 2015 annuel moyen d’activité démographique
Aurillac 37 000 33 300 - 0,5 % - 10,0 % - 0,66 % + 0,11 % - 0,76 %
Mauriac 13 300 10 400 - 6,0 % - 21,8 % - 1,53 % + 0,12 % - 1,65 %
Saint-Flour 15 900 13 000 - 4,4 % - 18,2 % - 1,25 % + 0,10 % - 1,35 %
Clermont-Ferrand 215 600 205 700 + 1,9 % - 4,6 % - 0,29 % + 0,13 % - 0,42 %
Gannat 5 800 5 300 0,0 % - 8,6 % - 0,56 % - 0,69 %
Issoire 22 800 19 900 - 2,6 % - 12,7 % - 0,85 % + 0,13 % - 0,97 %
Brioude 12 600 11 200 - 1,6 % - 11,1 % - 0,73 % + 0,11 % - 0,84 %
Montluçon 52 600 44 300 - 4,6 % - 15,8 % - 1,07 % + 0,13 % - 1,20 %
Moulins 35 200 30 400 - 2,6 % - 13,6 % - 0,91 % + 0,10 % - 1,01 %
Dompierre-sur-Besbre 9 200 7 400 - 4,3 % - 19,6 % - 1,35 % + 0,12 % - 1,47 %
Le Puy-en-Velay 43 400 40 000 - 0,5 % - 7,8 % - 0,51 % + 0,10 % - 0,61 %
Yssingeaux 31 800 35 800 + 8,2 % + 12,6 % + 0,74 % + 0,11 % + 0,63 %
Thiers 17 000 14 800 - 2,9 % - 12,9 % - 0,86 % - 0,97 %
Ambert 12 400 11 100 - 1,6 % - 10,5 % - 0,69 % + 0,11 % - 0,80 %
Vichy 46 000 41 800 - 0,9 % - 9,1 % - 0,60 % + 0,13 % - 0,73 %
St-Pourçain-sur-Sioule 8 800 8 500 + 1,1 % - 3,4 % - 0,22 % + 0,12 % - 0,33 %
* La variation de la population active peut se décomposer selon plusieurs effets : les effets liés à la variation des taux d’activité et les
effets démographiques (effets générations + effets migratoires).
Source : INSEE - Omphale - Recensements de la population
démographiques plus favorables à l’horizon plus jeunes en 2015 (même s’ils vieillissent
2015 et donc un potentiel d’actifs égale- également).
ment largement positif. L’effet des migrations résidentielles, pour
Le vieillissement de la population (effet de les actifs, jouera également en défaveur
génération) et les mouvements migratoires des zones d’emploi de l’Auvergne : il serait
(effet migratoire) constituent les facteurs négatif pour quatorze d’entre elles (Yssin-
essentiels de l’évolution de la population geaux, Saint-Pourçain dans une moindre
active de la plupart des zones. mesure). Les zones les plus touchées se-
Jusqu’en 2015, pour l’ensemble des zones ront Saint-Flour, Dompierre, Mauriac, ainsi
d’emploi, l’effet génération sera négatif. Il que Thiers, Montluçon et Moulins.
sera proche de l’équilibre pour Yssingeaux, La variante A (montée des taux d’activité des
plus négatif pour les zones cantaliennes actifs de 55 ans ou plus) reste la plus perfor-
ainsi que Dompierre-sur-Besbre ou mante incontestablement et permettrait à la
Ambert. Le vieillissement de la population plupart des zones d’emploi de gagner trois à
active peut se voir au travers du ratio « part quatre points dans les projections de leur po-
des 50 ans ou plus/part des moins de 30 pulation active. Les autres variantes ont des
ans » (cf. graphique ci-dessous). Une nou- effets plus modestes (de l’ordre de un point
velle fois, la zone d’Yssingeaux apparaît pour chacune d’entre elles). Les gains pour
atypique puisque ce sont ses actifs qui vieil- des taux d’activité féminins plus élevés res-
liront le moins en Auvergne. Par contre, les tent limités et un potentiel de jeunes entrant
actifs de Thiers, plutôt plus âgés en 1999 plus tôt sur le marché du travail l’est égale-
que ceux de l’Auvergne, deviennent plutôt ment.
Vieillissement de la population active :
ratio actifs de 50 ans ou plus
sur actifs de moins de 30 ans
- 5 -Seules trois zones d’emploi (non compté effectifs d’actifs restent faibles et les hypo-Dans le meilleur des
Yssingeaux qui améliore ses performan- thèses demeurent fragiles.cas : cumul des trois
ces à l’horizon 2015 de + 12 % sans va- Ces variantes cumulées permettraient àvariantes, les résultats
rianteà+18% avec) pourraient atteindre l’ensemble de la région de limiter le déclin
escomptés resteraient
l’équilibre ou le dépasser légère- à-3%au lieu de-8% projeté au départ.
de toute façon réduits
ment : Clermont-Ferrand, Saint-Pourçain Entre 1990 et 1999 la population active au-
et Gannat. Pour ces deux dernières, les vergnate avait progressé de plus de 1 %.
Il faudrait se garder de faire un rapprochement rapidePopulation
entre une baisse de la population active et une baisse du
active taux de chômage. Le nombre d’actifs pèse à la fois parmi
ceux qui ont un emploi et ceux qui en recherchent un. Leet marché marché du travail ne se réduit pas à une simple équation et
l’interprétation du taux de chômage devient un exercicedu travail
délicat dans un tel contexte.
Cependant une baisse du nombre d’actifs, induite par un
vieillissement de la population, ne peut être sans consé-
quence sur son fonctionnement. Les interrogations sont
multiples, elles constituent autant de pistes pour l’action. www.insee.fr/auvergne
Par exemple, les emplois plus nombreux libérés par les 3, place Charles de Gaulle - BP 120
personnes plus âgées peuvent ouvrir des opportunités fa- 63403 Chamalières Cedex
Tél. : 04 73 19 78 00vorisant l’entrée des jeunes dans la vie active. Cet éventail
Fax : 04 73 19 78 09d’offres plus riche peut les inciter à entrer plus jeunes sur
le marché de l’emploi, à rester sur la région, voire pour les Directeur de la publication
non-auvergnats à venir s’y installer. René JEAN
Directeur régional de l’INSEELe niveau et la qualité de la ressource en main-d’œuvre
que les entreprises peuvent trouver sur place constituent Rédaction en chef
des facteurs de l’implantation ou du maintien des activités Nicole THOMAS
économiques sur le territoire. Les services aux particuliers Nicole MARCZAK
qui sont proposés par des actifs dont il faut assurer la re-
Composition et mise en page
lève, sont un élément de la localisation des populations. INSEE
Les effets induits sur les autres activités, y compris l’im-
Vente et abonnementplantation des services publics, constituent évidemment
Tél. : 04 73 19 78 73
autant de facteurs de développement local.
Prix du numéro : 2,2€
L’adéquation à rechercher entre l’offre et la demande
Abonnement annuel :
d’emplois avec l’importance des choix à faire en matière - France : 11€
de dispositif de formation initiale et professionnelle cons- - Étranger : 13€
titue sans doute encore plus qu’avant, un des enjeux pour
En complément, abonnez-vous à :l’avenir
INSEE Auvergne « Les Dossiers »
Prix au numéro : variable
Abonnement annuel :
- France : 35€
- Étranger : 43€
* Le scénario d’activité s’appuie sur la série À l’ordre du régisseurMéthodologie
des recettes de l’INSEEdes taux d’activité par âge des hommes et des
La population active : actifs occupés et chô- femmes observés dans la zone au recense- www.insee.fr/auvergne
meurs (au lieu de résidence). ment de 1999 et de l’évolution tendancielle des Toute la conjoncture régionale
Scénario de projections d’actifs : taux d’activité par sexe et âge retenue pour la en ligne
se définit à partir d’un scénario de projection métropole au sens du BIT de 2000 à 2030.
Création maquette
de population totale et d’une hypothèse Autre scénario de projection de population to- CRÉATONE
d’évolution des taux d’activité. tale possible : même hypothèse de fécondité et
Impression* Le scénario de projection de population to- de mortalité, mais quotients migratoires de ré-
Imprimerie IMC
tale retenu est celui « central » à l’horizon férence calculés entre les recensements de
Crédit photos2030 (maintien de la fécondité au taux calculé 1990 et 1999 (au lieu de 1982-1999). De manière
INSEE Auvergnepour 1999, la mortalité baisse au même générale, les projections d’actifs pour l’Au-
rythme que la tendance métropolitaine, les vergne donnent les mêmes résultats à l’hori- ISSN : 1633-2768
quotients migratoires de référence calculés zon 2015 (- 7,4 % au lieu de - 8 %), de même son Dépôt légal :
entre les recensements de 1982 et 1999 sont 2ème trimestre 2003classement parmi les vingt-deux régions reste
maintenus sur la période de projection). identique. © INSEE 2003
Code SAGE : LET030912
- 6 -

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.