Maintenir les salariés dans l'emploi et accompagner les chômeurs

De
Publié par

Politique de l'emploi Maintenir les salariés dans l'emploi et accompagner les chômeurs Avec la poursuite de la crise en 2010, les orientations prioritaires des politiques de l'emploi, jusqu'au milieu de l'année, ont visé principalement à éviter les licenciements économiques et à renforcer l'accompagnement des chômeurs vers l'emploi. Avec les prémices de reprise de l'activité au second semestre, l'accent a aussi porté sur une anticipation des conséquences sur l'emploi et les qualifications des mutations économiques, démographiques et technologiques dans les entreprises. u premier semestre 2010 en Rhône-Alpes, l'action de chômeurs a aussi constitué une préoccupation centrale.A l'État s'est concentrée sur le maintien des salariés Une attention toute particulière du service public de l'emploi dans l'emploi. À cet effet, plusieurs mesures existantes (SPE) s'est portée sur les "publics" prioritaires (jeunes, ont été renforcées, comme les 10 millions d'euros chômeurs de longue durée, travailleurs handicapés, supplémentaires venus abonder le premier axe du Fonds allocataires du revenu de solidarité active). En particulier, Social Européen (portant son montant à 58,7 millions sur la forte mobilisation des principaux intervenants sur le 2007-2013) qui vise à l'adaptation des travailleurs et des champ de l'emploi (Direccte, Pôle emploi, Missions locales, 1 2 3entreprises aux mutations économiques .
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 44
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

Politique de l'emploi
Maintenir les salariés dans l'emploi
et accompagner les chômeurs
Avec la poursuite de la crise en 2010, les orientations prioritaires des politiques de l'emploi, jusqu'au
milieu de l'année, ont visé principalement à éviter les licenciements économiques et à renforcer
l'accompagnement des chômeurs vers l'emploi. Avec les prémices de reprise de l'activité au second
semestre, l'accent a aussi porté sur une anticipation des conséquences sur l'emploi et les
qualifications des mutations économiques, démographiques et technologiques dans les entreprises.
u premier semestre 2010 en Rhône-Alpes, l'action de chômeurs a aussi constitué une préoccupation centrale.A l'État s'est concentrée sur le maintien des salariés Une attention toute particulière du service public de l'emploi
dans l'emploi. À cet effet, plusieurs mesures existantes (SPE) s'est portée sur les "publics" prioritaires (jeunes,
ont été renforcées, comme les 10 millions d'euros chômeurs de longue durée, travailleurs handicapés,
supplémentaires venus abonder le premier axe du Fonds allocataires du revenu de solidarité active). En particulier,
Social Européen (portant son montant à 58,7 millions sur la forte mobilisation des principaux intervenants sur le
2007-2013) qui vise à l'adaptation des travailleurs et des champ de l'emploi (Direccte, Pôle emploi, Missions locales,
1 2 3entreprises aux mutations économiques . La formation des Cap Emploi , AGEFIPH , Conseil Régional) s'est traduite
salariés a été encouragée : ainsi, entre 2009 et 2010, le par un renforcement des partenariats, via la sous-traitance
Fonds national de l'emploi a vu son enveloppe financière et la co-traitance des dispositifs publics et par un
doubler (2,5 millions d'euros en 2009, 5 millions en 2010). développement de l'offre de services aux demandeurs
Ce dispositif, orienté notamment vers les compétences d'emploi ; d'autant que 2010 constitue la première année
clés des salariés a été ciblé vers les TPE-PME, plus de mise en place effective de Pôle emploi (fusion Unedic-
fragilisées par la crise, vers les secteurs industriels tels ANPE) comme guichet unique, c'est-à-dire seul
la plasturgie et la métallurgie et plus particulièrement sur interlocuteur des demandeurs d'emploi dans leurs
deux territoires fortement déstabilisés en 2009 (Oyonnax démarches d'indemnisation et de recherche d'emploi. Ainsi,
et la Vallée de l'Arve). Enfin, le recours au chômage partiel, l'enveloppe des contrats aidés -contrat unique d'insertion
pour éviter les licenciements économiques, a fortement (CUI)-, ex Contrat d'Accès à l'Emploi et ex Contrat Initiative
diminué au cours de l'année 2010, conséquence des Emploi a été supérieure en 2010 à celle de 2009, avec
4prémices d'une reprise d'activité. La région, très 40 800 contrats contre 39 900 . Les objectifs initiaux ont
industrielle, est toutefois restée l'une de celles qui même été dépassés en Rhône-Alpes. 31 % de ces contrats
recourent le plus à ce dispositif (9,7 millions d'euros pour ont concerné les moins de 26 ans, 41 % les demandeurs
la région, soit 14 % des heures consommées en France). d'emploi de longue durée (inscrits à Pôle emploi depuis
plus d'un an), 21 % les séniors, 20 % les bénéficiaires duSi limiter les licenciements a été une orientation majeure
revenu de solidarité active et environ 6 % les personnesde l'État au premier semestre, accompagner les
Le recours au chômage partiel a fortement diminué
Évolution
Évolution des principales mesures pour l'emploi 2009 2010
%
Conventions initiales et renouvellements secteur marchand (ex CIE-CIRMA) 11 988 10 883 -9,2
Contrat Unique d'Insertion
Conventions initiales et renouvellements secteur non marchand (ex CAV-CAE) 27 925 29 963 7,3
Contrats de professionnalisation 15 905 16 775 5,5
Contrats en alternance
Contrats d'apprentissage 27 749 25 837 -6,9
Accompagnement jeunes CIVIS (nombre d'entrées) 12 039 15 610 29,7
NACRE Nombre de bénéficiaires 2 109 2 336 10,8
Chômage partiel Effectif touché 350 999 108 595 -69,1
Source : Dares (Ministère de l'Emploi)
14 L’année économique et sociale 2010 - Dossier n° 156Politique de l'emploi
5handicapées . Certains de ces contrats (6 300) ont été compétences d'un secteur professionnel ou d'un territoire.
6mobilisés par les 420 structures régionales d'insertion Dans son volet opérationnel, il apporte un soutien aux
œuvrant pour les personnes jugées les plus éloignées de initiatives des branches qui visent à anticiper les effets
l'emploi. Un renforcement des financements de ces des mutations diverses sur l'emploi et les compétences,
et à financer de la formation professionnelle prioritairementstructures a également permis d'augmenter l'aide à leur
fonctionnement. Pour les jeunes, les missions locales ont pour certains salariés, comme les séniors, les bas niveaux
poursuivi la mise en œuvre du contrat d'insertion à la vie de qualification, les femmes. Ce type d'accord a été signé
sociale (CIVIS), avec 3 000 entrées supplémentaires en 2010 avec le secteur de l'Informatique, de l'Ingénierie,
de l'Étude et du conseil, le Textile, l'Habillement et les(15 600 entrées au total en 2010) : ce dispositif a pour but
d'organiser les actions nécessaires à la réalisation de Cuirs, le secteur des Matériaux pour la construction et
projet d'insertion dans un emploi durable. Par ailleurs, l'industrie, l'agriculture, l'agroalimentaire ainsi que le BTP.
environ 26 000 contrats d'apprentissage et 17 000 contrats L'État a aussi renforcé son appui-conseil auprès de
de professionnalisation ont été signés en 2010 (contre plusieurs entreprises rhônalpines, dans le cadre de leur
respectivement 28 000 et 16 000 en 2009), le moindre Gestion Prévisionnelle des Emplois et des
recours à l'apprentissage étant probablement dû à la crise, Compétences (GPEC) ; cet appui s'est notamment adossé
en particulier dans l'industrie et le bâtiment. Certains au plan de formation de leurs salariés. Les enjeux ont été
jeunes ont aussi intégré un établissement public d'insertion d'instaurer ou d'améliorer le dialogue social, d'articuler les
de la Défense (EPIDE) ou l'une des écoles rhônalpines de outils de la mobilité et de la formation et de prendre en
la deuxième chance, dont deux ont vu le jour l'an dernier, compte le vieillissement des salariés.
à Valence et à Vaulx-en-Velin. Enfin, la nouvelle aide à la Un autre outil déployé aussi bien dans le cadre des
création et à la reprise d'entreprise (Nacre), destinée aussi Engagements de Développement de l'Emploi et
à stimuler la création d'emplois, a vu son nombre de Compétences que dans le cadre des politiques dites de
bénéficiaires (2 300) augmenter d'environ 10 % entre 2009 "ressources humaines" des entreprises a été la Validation
7et 2010. Le poids de la région dans le total France (8,1 %) des Acquis de l'Expérience (VAE) . En 2010, la VAE a été
ela situe au 3 rang au niveau national. intégrée dans des projets collectifs portés soit par des
Si l'État avait mobilisé, au premier semestre 2010, une Organismes Paritaires Collecteurs Agréés (OPCA), soit
politique de l'emploi plutôt défensive compte tenu de la par des branches professionnelles pour les salariés les
brutalité de la crise, il a aussi cherché, au second plus fragilisés dans les secteurs, entre autres, de la
semestre, à anticiper les conséquences des mutations plasturgie, de la métallurgie, des matériaux de construction
économiques, démographiques et technologiques et du bâtiment. Une sensibilisation à la démarche a été
sur l'emploi, mais également à intervenir sur initiée à destination des TPE-PME, des territoires, mais
l'attractivité des métiers et la structuration des également à destination des saisonniers dans le cadre
politiques de branches dans les territoires de Rhône-Alpes. d'un projet régional spécifique VAE.
Deux principaux dispositifs ont porté ces objectifs. À En 2011, l'État poursuit son action en faveur de
l'échelle des branches professionnelles, " l'Engagement l'emploi, avec un accent mis tout particulièrement
de Développement de l'Emploi et des Compétences " est sur la Gestion Territoriale des Emplois et des
un accord partenarial entre l'État, un secteur professionnel Compétences, la sécurisation des parcours
et les organisations syndicales et patronales qui comprend professionnels, l'amélioration du dialogue social
deux volets. Dans son volet prospectif, il consiste à territorial, et l'encouragement à l'alternance.
conduire une étude sur l'évolution des métiers et des
Christine Jakse, Michèle Tavernet
Direccte Rhône-Alpes
Un plus grand nombre de contrats signés en 2010 1 Pour mémoire, le Fonds Social Européen (FSE) au niveau régional représente 9 % du
budget national soit près de 360 millions d'euros. Il se décline en 3 autres axes prioritaires :
Évolution des mesures pour l'emploi en Rhône-Alpes Axe 2 : améliorer l'accès à l'emploi des demandeurs d'emploi, Axe 3 : renforcer la cohésion
sociale, favoriser l'insertion et lutter contre les discriminations et Axe 4 : investir dans le150 000
capital humain et la mise en réseau, les innovations et les actions transnationales.
2 Cap Emploi : dans le cadre d'une compétence départementale, au sein d'un réseau125 000
national, Cap Emploi assure une mission de service public en complément de l'action de
Pôle emploi. L'objectif est de favoriser l'embauche des personnes handicapées dans les100 000
entreprises, privées ou publiques.
3 AGEFIPH : association de gestion du fonds pour l'insertion des personnes handicapées
75 000
4 Les chiffres présentés dans la présente édition peuvent être divergents de ceux livrés en
2010, dans l'AES 2009. Ceci tient au fait que les données traitées l'an passé n'étaient pas
50 000
définitives, au moment de la publication.
5 Le cumul des pourcentages ne donne pas 100 car une même personne peut appartenir
25 000
à plusieurs catégories.
6 Les structures d'insertion comprennent les Entreprises d'insertion (EI), les Entreprises de
0
Travail Temporaire d'Insertion (ETTI), les Ateliers et chantiers d'insertion (ACI) et les Asso-
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 ciations Intermédiaires (AI).
Emploi non marchand aidéEmploi marchand aidé Stage de formation 7 Dispositif permettant d'obtenir tout ou partie d'une certification (diplôme, titre profession-
Accompagnement des licenciements économiques Accompagnement des jeunes
nel ou certificat de qualification professionnelle) à partir d'une expérience salariée ou
Source : Dares (Ministère de l'Emploi) non, bénévole ou pas, volontaire ou pas d'une durée minimum de 3 ans.
L’année économique et sociale 2010 - Dossier n° 156 15

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.