Parité Femmes-Hommes : du chemin à faire sur le terrain professionnel

De
Publié par

Plus scolarisées et moins souvent en retard scolaire que les hommes, les femmes réussissent mieux sur les bancs de l'école et à l'université. Pourtant la parité n'est pas encore de mise sur le terrain professionnel. Si les femmes se portent plus souvent sur le marché du travail, le taux d'activité masculin est encore largement supérieur. Les hommes accèdent plus fréquemment que les femmes à des emplois stables et bien rémunérés: ces dernières années, à même conditions d'emploi, l'écart de salaire entre hommes et femmes demeure stable à 9% en faveur des hommes. La féminisation des secteurs traditionnellement masculins comme le BTP ou l'agriculture avance à pas comptés.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 30
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins

L’année économique et sociale 2004
PARITÉ FEMMES-HOMMES Groupement de la Statistique Publique en Languedoc-RRoussillon
Avantage aux femmesDu chemin à faire
sur le terrain de la formationsur le terrain professionnel
Plus scolariséesContribution collective du GSTAT
En Languedoc-Roussillon, jusqu'à l'âge de 16 ans, les
taux de scolarisation des garçons et des filles en cours
de formation sont proches. Il en est de même au niveauPlus scolarisées et moins souvent en retard scolaire
national. Au-delà de cet âge et principalement jusqu'àque les hommes, les femmes réussissent mieux sur
25 ans, les filles de l'académie de Montpellier, commeles bancs de l'école et à l'université. Pourtant la parité
celles de France métropolitaine, sont beaucoup plusn'est pas encore de mise sur le terrain professionnel.
scolarisées que les garçons.Si les femmes se portent plus souvent sur le marché
du travail, le taux d'activité masculin est encore large-
Toutefois l'écart entre les filles et les garçons est beau-
ment supérieur. Les hommes accèdent plus fréquem- coup plus marqué en Languedoc-Roussillon. A 21 ans,
ment que les femmes à des emplois stables et bien cet écart est proche de 12 points dans l'académie pour
rémunérés: ces dernières années, à même conditions seulement 8 en France métropolitaine.
d'emploi, l'écart de salaire entre hommes et femmes
demeure stable à 9 % en faveur des hommes. La fémi- Ecart des taux de scolarisation en 2003
entre les filles et les garçonsnisation des secteurs traditionnellement masculins
Unité: point de pourcentage
comme le BTP ou l'agriculture avance à pas comptés.
29 ans
28 ans
France
27 ans
26 ansPas de parité démographique
Académie25 ans
24 ans
Selon les dernières estimations, la région Languedoc- 23 ans
Roussillon compterait 2,458 millions d'habitants au 22 ans
er 21 ans1 janvier 2004. Les femmes représentent globalement
20 ans52 % de la population régionale. Cette proportion varie
19 anslégèrement selon les générations et augmente nettement
18 ans
à partir de 60 ans. La différence entre le nombre d'hom-
17 ans
mes et de femmes atteint son maximum à 70 ans, âge 16 ans
auquel on compte 1,8 femme pour 1 homme. L'écart se 15 ans
14 ansréduit par la suite, mais l'on compte cinq fois plus de fem-
13 ansmes que d'hommes centenaires (respectivement 690 et
12 ans140).
11 ans
-4 -2 02468 10 12A partir de 60 ans, la différence des proportions hommes/fem-
Lecture: A 18 ans, le taux de scolarisation des filles dans l'académie de Montpelliermes est plus marquée en Languedoc-Roussillon qu'au niveau
est supérieur de 7,3 points à celui des garçons. Au niveau national, l'écart au même âges
national. Ceci s'explique, en grande partie, par une surmortali- est de 4,8 points.
Source: Rectorat - Académie de Montpellierté masculine prématurée après 60 ans dans la région.
Moins souvent en retard scolaire
La part des femmes dans l'ensemble de la population
du Languedoc-Roussillon en 2003 Les filles connaissent beaucoup moins de situations deUnité: en % de la population totale
Age retard scolaire. La proportion de filles en avance ou à
95 et +
l'heure en classe de troisième générale croît régulière-90 à 94
85 à 89 ment, mais reste très légèrement en deçà de ce que l'on
80 à 84
75 à 79 observe au niveau national. Plus de 77 % des filles ne
70 à 74 connaissent pas de retard à l'entrée en sixième et elles65 à 69
60 à 64
55 à 59 èmeRépartition des élèves de 3 générale 50 à 54
45 à 49 en Languedoc-Roussillon selon l'avance
40 à 44
35 à 39 ou le retard dans leur scolarisation
Unité: %30 à 34
25 à 29
2002 2003 200420 à 24
15 à 19 Filles Garçons Filles Garçons Filles Garçons
10 à 14
A l'heure ou en avance 68,2 61,1 69,8 62,7 69,4 63,15 à 9
0 à 4
1 an de retard 25,6 31,7 24,8 31 25,8 30,7
45 50 55 60 65 70 75 80 85 2 ans ou plus 6,2 7,1 5,3 6,3 4,8 6,2
Source: INSEE
Source: Rectorat - Académie de Montpellier
© INSEE L’année économique et sociale 2004 en Languedoc-Roussillon 13PARITÉ FEMMES-HOMMES
sont encore presque 59 % dans ce cas en terminale Dans les spécialités de services, la part des filles est
générale et technologique, alors que seulement un gar- plus faible qu'au niveau national dans un secteur pour-
çon sur deux est à l'heure ou en avance en terminale. tant porteur d'emploi en Languedoc-Roussillon. C'est
l'inverse dans le domaine de la production. Dans ce der-
nier domaine, ce sont essentiellement les professions
liées à l'habillement qui attirent le plus les filles. En effet,Elles préfèrent les filières classiques
plus d'une sur deux choisit cette formation, alors que les
débouchés professionnels sont moins nombreux comp-Les meilleurs résultats scolaires des filles expliquent leur
te tenu de la perte de vitesse de la production textile etprésence proportionnellement beaucoup plus importan-
habillement dans la région, comme ailleurs en France.te que les garçons dans le second cycle général et tech-
nologique dans l'académie. Cette performance révèle
leur propension à poursuivre des études supérieures.
Elles choisissent peu souvent la formation
En terminale, les filles représentent près de 8 élèves sur en apprentissage
10 en filière littéraire et plus de 6 sur 10 en filière écono-
mique et sociale. De plus en plus présentes en termina- Quel que soit le niveau de formation, le choix de l'ap-
le S, les filles, depuis 2000, ont divisé par deux l'écart de prentissage est un parcours moins fréquenté par les
points qui les séparait des garçons dans cette filière. filles que par les garçons. Cependant des disparités
Ainsi, depuis deux ans, le taux de féminisation des termi- existent selon les niveaux. Les filles ne représentent
nales S de l’académie de Montpellier dépasse largement qu'un apprenti sur cinq dans les formations de niveau V,
celui de France métropolitaine et renforce ainsi la pré- à l’exception de trois formations : "Coiffure et esthétique",
sence majoritaire des filles dans l'enseignement général. "Commerce et vente" et "Accueil - hôtellerie - tourisme"
où elles représentent près de 80 % des effectifs.
Seules les filières de technologies industrielles attirent très
majoritairement les garçons. Cependant, les sciences du Pour l'accès au niveau IV, les filles sont légèrement moins
tertiaire, de laboratoire et celles conduisant aux profes- nombreuses que les garçons à choisir la voie de l'appren-
sions médico-sociales recueillent les suffrages les plus lar- tissage. Là encore, une exception: les entreprises ayant
ges de la part des filles et en font les filières technologiques pour activité "La santé" et "Les soins à la personne" comp-
les plus féminisées de l'académie depuis deux ans. tent près de 8 filles sur 10 parmi leurs apprentis.
Elles obtiennent de meilleurs résultats au bacProportion de filles selon les niveaux de scolarité
dans les établissements publics et privés
Le taux de réussite des filles aux épreuves du bacca-de l'académie de Montpellier
Unité : %
lauréat général est très largement supérieur à celui des
Académie France Métropole garçons, quelle que soit la série. Il s'accompagne éga-
de Montpellier lement de mentions bien plus fréquentes. Cette situa-
1er cycle 48,9 49,1
tion de réussite scolaire est régulière et l'écart entre gar-
2d cycle général et technologique 54,6 55,0
çons et filles observé chaque année est relativement2d cycle professionnel 46,7 45,5
2d degré spécialisé 37,9 38,7 stable. Bien qu'en deçà des résultats nationaux, la per-
Ensemble 2d degré 50,0 50,0 formance des filles de l'Académie s'améliore et l'écart
BTS et assimilés 52,0 51,4 avec la France métropolitaine s'est très sensiblement
Classes préparatoires 43,1 41,3
réduit. Ces bons résultats sont à mettre en parallèleGrandes écoles
avec les situations de retard beaucoup plus rares chezSource: Rectorat - Académie de Montpellier
les filles, et explique ainsi leur présence majoritaire
dans la plupart des filières de l'enseignement supérieur.Elles délaissent le cycle professionnel
Taux de réussite des candidats au bac généralDe façon générale, à l'issue de la troisième, les filles
dans l'académie de Montpellier Unité : %
sont moins orientées que les garçons vers le second 88
cycle professionnel. Cette tendance s'est accentuée
86dans l'académie depuis deux ans, et de façon plus
marquée qu'en France métropolitaine. 84
Filles
82
Près de 7 élèves sur 10 ayant choisi des spécialités ter-
80tiaires sont des filles. Elles sont très fortement repré-
sentées dans les formations conduisant aux métiers du 78
travail social, des soins à la personne et des activités Garçons
74sanitaires et sociales, mais également dans les prépa-
rations aux spécialités de secrétariat et bureautique. 72
1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003
Source: Rectorat - Académie de Montpellier
14 L’année économique et sociale 2004 en Languedoc-Roussillon © INSEEPARITÉ FEMMES-HOMMES
Peu attirées par les classes prépa Avantage aux hommes
sur le terrain professionnel
Peu de filles s'inscrivent dans les classes préparatoires
aux grandes écoles (CPGE), mais leur part y reste De plus en plus de femmes actives
cependant meilleure qu'au niveau national.
Le taux d'activité des femmes augmente depuis 50 ans etElles privilégient les Sections de Techniciens
se rapproche de celui des hommes qui, pour sa part, resteSupérieurs où elles sont majoritaires dans les services
stable. En 1999, en Languedoc-Roussillon, 80 % des fem-aux personnes, mais également dans les domaines
mes entre 25 ans et 45 ans sont actives; vingt ans aupa-des échanges et de la gestion ainsi que celui de la
ravant, cette proportion était en moyenne de 60 %.communication et de l'information. En revanche, très
peu de filles se dirigent vers les formations de la méca-
Ce phénomène de rattrapage du taux d’activité fémininnique, de l'électricité ou de l'électronique. Dans les
est particulièrement marqué en Languedoc-Roussillon.domaines de la production, elles sont également
L’évolution des comportements sur le marché du travailabsentes de la filière maintenance industrielle.
a démarré plus tard dans la région. Il s’est accéléré
avec les arrivées nombreuses de nouveaux résidents
arrivant d’autres régions de France.
Elles sont majoritaires sur les bancs
de l'université En résumé, le modèle de la femme au foyer se raréfie,
même si les taux d’activité féminins restent toujours en
Les filles sont majoritaires sur les bancs de l'université deçà de ceux des hommes.
de l'académie de Montpellier (hors IUT) dans une pro-
portion légèrement supérieure à celle de l’ensemble
La population active par catégorie socio-professionnelledes universités françaises.
en Languedoc-Roussillon
er èmeSi elles sont plus nombreuses dans les 1 et 2 250000
èmecycles, la parité est atteinte en 3 cycle. Les filles sont
très présentes dans les disciplines des Lettres, 200000
FemmesSciences humaines, Droit et Sciences Politiques, mais
150000aussi en Médecine et Pharmacie. Seules les filières à
forte dominante scientifique, ou destinées aux activités
100000physiques et sportives, attirent en majorité les garçons.
Hommes
50000En fin de parcours, sur plus de 25000 diplômes déli-
vrés en 2002 (hors DUT et pré-universitaires), 60 % ont
0été obtenues par des étudiantes.
Agriculteurs Artisans Cadres Professions Employés Ouvriers
exploitants commerçants professions intermédiaires
Chefs intellectuelles
d'entreprises supérieures
Source: INSEE - RP 1999Proportion de filles dans l'enseignement supé-
rieur en 2003 selon les cycles et les disciplines
Académie de Montpellier
Unité : % La féminisation des emplois se poursuit
er ème ème1 cycle 2 cycle 3 cycle Ensemble Entre 1990 et 1999, le nombre d'emplois occupés par
Sciences Politiques des femmes a augmenté de 17 % quand celui des
et droit 68,6 64,7 46,8 61,8
hommes augmentait seulement de 1 % au cours de la
Sciences Économiques même période. Ainsi, la part des femmes dans l'emploi
et gestion 47,1 53,5 49,4 50,9 total (salarié et non salarié) est passée de 40 % en
Administration économique 1990 à 44,5 % en 1999.
et sociale 55,5 54,0 58,5 54,9
Lettres Langues 71,5 76,4 66,3 72,8 Pour le seul emploi salarié, la féminisation se poursuit
lentement: le taux de féminisation atteint 47 % en 2003Sciences humaines
et sociales 71,2 69,0 59,0 68,7 avec plus de 347400 emplois occupés par des femmes,
contre 393900 pour les hommes. Ce phénomène ne
Sciences 43,9 42,0 39,2 42,1
touche pas de manière équivalente tous les secteurs.
STAPS 28,3 31,8 35,3 30,1
Médecine Odontologie 67,6 54,9 48,5 56,5 Les secteurs où le taux de féminisation des emplois
salariés est nettement plus élevé restent ceux des ser-Pharmacie 65,7 65,0 61,7 63,8
vices aux personnes, de la santé et de l’action sociale.
Ensemble 62,0 58,8 49,9 58,6
Viennent ensuite ceux de l’éducation, du commerce de
Source: Rectorat - Académie de Montpellier
© INSEE L’année économique et sociale 2004 en Languedoc-Roussillon 15PARITÉ FEMMES-HOMMES
détail, des activités financières et immobilières. Plus C’est le cas de l’agriculture et de la pêche (+ 4,5
d’un emploi salarié sur deux y est occupé par une points), des transports (+ 2 points) et de la construction
femme en 2003. (+ 1,2 point). Le taux de féminisation progresse égale-
ment dans la recherche et les services opérationnels
Entre 1993 et 2003, certains secteurs historiquement avec, respectivement, des taux de féminisation de l’or-
peu féminisés se sont peu à peu ouverts aux femmes. dre de 46 % et 38 % en 2003.
Les 15 secteurs où la féminisation a le plus progressé en 10 ans en Languedoc-Roussillon
Unité: évolution en % de la part des femmes dans l'emploi salarié
Pharmacie, parfumerie et entretien
Métallurgie et transformation des métaux
Commerce et réparation automobile
Production de combustibles et carburants
Activités associatives et extra-territoriales
Transports
Recherche et développement
Services opérationnels
Chimie, caoutchouc, plastiques
Activités financières
Construction
Industries équipements mécaniques
Eau gaz électricité
Agriculture sylviculture pêche
Industrie automobile
0 1020304050607080
Source: INSEE - Estimations d'emploi salarié
Lecture: Dans l'industrie automobile, la part des femmes est passée de 10,5 % à 18,5 % entre 1993 et 2003, ce qui représente une progression de presque 80 % du taux de féminisation dans ce secteur.
L'emploi féminin est concentré Taux de chômage moyen en 2003
sur certains métiers Unité: % de la population active
Hommes Femmes ÉcartL’emploi féminin reste concentré sur certains métiers en points
encore peu occupés par les hommes. Une femme en Languedoc-Roussillon 12,3 15,9 3,6
activité sur deux exerce l’un des 8 métiers suivants:
France métropolitaine 8,75 10,75 2,0
agent d’entretien, employé administratif de la fonction
Source: INSEEpublique (catégorie C), enseignant, secrétaire, ven-
deur, assistant maternel, infirmier, sage-femme, aide-
Elles ont moins profité que les hommessoignant. Pour bon nombre de ces métiers administra-
tifs (secrétaires, employés des services comptables ou de l’embellie sur le chômage de longue durée
financiers) ou d’assistants de vie (assistants maternels,
infirmiers, aides-soignants…), les taux de féminisation En 2004, le Languedoc-Roussillon a connu, après
demeurent élevés. Rhône-Alpes, la plus forte baisse de la demande d’em-
ploi à temps plein et à durée indéterminée. La baisse a
été de même ampleur pour les femmes que pour les
Plus souvent concernées par le chômage hommes (- 2,4 %). Cependant, les femmes restent
moins nombreuses que les hommes à rechercher ce
type d’emploi avec, respectivement, 58300 femmes etEn Languedoc-Roussillon, le taux de chômage des
65400 hommes en Languedoc-Roussillon. A l’inverse,femmes reste largement plus élevé que celui des hom-
elles sont majoritaires parmi les chômeurs à la recher-mes (respectivement 15,9 % et 12,3 % en 2003 -
che d’un emploi à temps partiel (84 % des quelquemoyenne annuelle). Une des raisons vient du nombre
31000 demandeurs d’emploi à temps partiel).plus faible de femmes actives que d’hommes actifs qui,
venant en dénominateur dans le calcul du taux de chô-
Le chômage de longue durée a longtemps été trèsmage, fait augmenter le rapport "nombre de chômeu-
élevé en Languedoc-Roussillon. Depuis le milieu deses/nombre de femmes actives".
l’année 2004, la situation est devenue plus favorable
pour les femmes dans la région qu’au niveau national,L’écart constaté entre femmes et hommes en
mais la tendance à l’amélioration a été encore plusLanguedoc-Roussillon (3,6 points) est plus important
marquée pour les hommes.qu’au niveau national (2 points).
16 L’année économique et sociale 2004 en Languedoc-Roussillon © INSEEPARITÉ FEMMES-HOMMES
En 2004, au niveau national, le chômage de longue des métiers féminisés et peu qualifiés (employés de
durée des femmes a augmenté de 4,7 %. Le maison, assistants maternels). L’écart entre les hom-
Languedoc-Roussillon s’est distingué en réalisant le mes et les femmes en terme d’emploi précaire est plus
meilleur résultat des régions métropolitaines avec une faible dans les métiers les plus qualifiés. Dans les
baisse de - 2,2 % du nombre de femmes inscrites au métiers récemment investis par les femmes, les écarts
chômage depuis un an ou plus. sont importants: par exemple chez les personnels d’é-
tude et de recherche, 20 % des femmes sont sous
Fin 2004, 28 % des hommes au chômage dans la contrats à durée limitée, contre seulement 10 % des
région l’étaient depuis un an ou plus. Cette proportion hommes.
est d’un peu plus de 30 % pour les femmes et elle a
peu évolué en un an.
Elles restent moins bien rémunérées
Comparaison du chômage en 2004
En matière de salaires, les inégalités entre hommes etLanguedoc-Roussillon/France
femmes restent importantes dans la région. Le constat
Unité: % de la population active
fait à la fin des années 90 est toujours d’actualité en
Languedoc- France 2003. En Languedoc-Roussillon, le salaire moyen des
Roussillon métropolitaine
hommes est supérieur de 9 % à celui des femmes.Évolution du chômage Hommes Femmes Hommes Femmes
Ceci est mesuré à diplôme, âge, catégorie sociopro-Catégorie 1 - 2,4 % - 2,4 % - 0,9 % + 0,8 %
fessionnelle et ancienneté équivalentes, pour un mêmeCatégorie 1+2+3 - 0,3 % - 0,3 % - 0,4 % + 1,1 %
Ancienneté au 31 décembre type d’emploi et dans une entreprise de même taille.
Ancienneté moyenne 10 mois. 23 j 11 mois 17 j nc nc
Part de chômage Si on analyse l’écart de salaire par catégorie sociopro-
de longue durée 28,0 % 30,3 % 30,0 % 30,7 % fessionnelle, il est encore plus fort chez les cadres où
Source: DRTEFP il atteint 28 % à ancienneté et niveau de diplôme équi-
Catégorie 1: demandes d'emploi à temps plein et à durée indéterminée valents et dans des entreprises de taille équivalente.
Catégorie 2+3: demandes à temps partiel ou à durée déterminée - hors activité réduite
Chômage de longue durée: depuis un an ou plus - (part dans catégorie 1)
Cet écart est plus faible dans les catégories où les
L’ancienneté moyenne au chômage des demandeurs femmes sont fortement représentées. C’est le cas des
d'emploi à temps plein et à durée indéterminée baisse employés par exemple. Mais, même s’il est moins fort
régulièrement depuis quelques années. En (7,5 % contre 9 %), l’écart existe toujours entre le salai-
décembre 2004, elle est de 11 mois et 4 jours (11 mois re d’un employé et celui d’une employée, ceci même si
et 13 jours en 2003, 12 mois en 2002, et plus de 14 toutes les autres caractéristiques des personnes et de
mois en 2000), mais l'amélioration a surtout profité aux leurs postes sont identiques.
hommes.
Écarts de salaire observés entre les hommes et les femmes
en Languedoc-Roussillon
Les métiers les plus exposés au chômage selon les catégories socio-professionnelles Unité : %
30sont plutôt féminins
25
Les 15 métiers les plus exposés au chômage repré-
20
sentent entre 2400 et 6400 demandeurs d’emploi de
15catégorie 1, 2 ou 3, c’est à dire à la recherche d’un
emploi à temps plein et immédiatement disponibles.
10
5Ces métiers sont majoritairement occupés par des fem-
mes: secrétaire, vendeur en équipement de la person- 0
ne et certains métiers de services aux personnes Cadres Professions Employés Ouvriers Ouvriers
et chefs intermédiaires qualifiés non qualifiéscomme ceux d’agent de service de collectivités, inter- d'entreprises
venant auprès d'enfants, intervenant à domicile, agent Source: Insee - DADS
d'accueil.
Le temps partiel n'est pas forcémentPlus souvent embauchées pour des contrats
l'apanage des femmesà durée déterminée
Les femmes sont plus souvent embauchées pour des Globalement, le travail à temps partiel concerne 37 %
durées limitées: 18 % des emplois féminins contre des femmes et 8 % des hommes. Ces proportions ont
13 % chez les hommes. Ces derniers sont plus concer- beaucoup augmenté depuis 1990.
nés par des emplois à durée limitée lorsqu’ils sont dans
© INSEE L’année économique et sociale 2004 en Languedoc-Roussillon 17PARITÉ FEMMES-HOMMES
Le temps partiel est particulièrement significatif pour chez les hommes. Plus le métier est qualifié, moins le
des métiers traditionnellement féminins comme travail à temps partiel est développé, toutefois, il reste
employée de maison, caissière, assistante maternelle. toujours plus développé chez les femmes.
Mais sur ces mêmes métiers, les proportions d’hom-
mes à temps partiel sont aussi les plus fortes. Elles res- Aujourd’hui, en Languedoc-Roussillon, comme au
tent cependant en deçà des proportions féminines, à niveau national, parmi les personnes qui sont à temps
l’exception de celui de secrétaire. partiel et souhaiteraient travailler plus: trois sur quatre
sont des femmes. (Source enquête sur l’emploi 2004).
Pour certains métiers moins féminisés, comme
conducteurs de véhicules, le temps partiel est forte-
ment présent chez les femmes, alors qu'il l'est moins
Les principales professions à temps partiel en Languedoc-Roussillon
Unité: taux de temps partiel en %
Employés de maison
Caissiers, employés libre service
Assistants maternels
Employés et agents de maîtrise hôtel
Agents d'entretien
Conducteurs de véhicule
Formateurs recruteurs
Hommes FemmesProfessionnels des arts et spectacles
Professionnels action socio cult. et sport.
Vendeurs
Employés catégorie C fonction publique
Secrétaires
Cuisiniers
Employés services compt et financiers
Employés administratifs d'entreprise
Ensemble
Source: INSEE - RP 1999 40 20 0 20406080
L’année économique et sociale 2004 en Languedoc-Roussillon
18
© INSEEPARITÉ FEMMES-HOMMES
Zoom sur les évolutions récentes dans quelques secteurs
BTP: l'entreprise se féminise, mais pas le chantier
Encore faible, la place des femmes dans le BTP du Languedoc-Roussillon tend globalement à se renforcer. Avec 3800
emplois salariés en 2003, la population féminine représente 8,3 % du total des salariés du secteur de la construction. La
région rattrape son retard par rapport à la situation nationale. Le rythme de progression des emplois féminins, plus rapide
en Languedoc-Roussillon, s’accélère depuis 1997. Au cours de l’année 2003, la progression des emplois féminins s'établit
à 4,6 % (170 personnes) dans la région, alors qu'elle se limite à 2,2 % au plan national.
Aujourd'hui, moins d'ouvrières
Évolution de l'emploi salarié dans le secteur du BTP
et plus de cadres en Languedoc-Roussillon
Unité: indice base 100 en 1987La part des effectifs salariés féminins
200est cependant loin d’être homogène.
Elle varie selon la nature des emplois
180occupés. Trois types d’emplois sont
Femmes
définis par des conventions collecti-
160ves: les ouvriers, les employés tech-
niciens et agents de maîtrise (ETAM)
140et les ingénieurs assimilés cadres
(IAC).
120
La croissance des effectifs féminins
Hommes
se produit hors du chantier sur lequel 100
leur présence relève encore de l'ex-
ception. Pour la troisième année 80
1987 1989 1991 1993 1995 1997 1999 2001 2003consécutive, on dénombre moins
Source: DREd'ouvrières que pour l'exercice précé-
dent.
A l'inverse, l'effectif des ETAM poursuit sa progression améliorant ainsi la performance de 2002 où pour la première fois la
barre des 3000 personnes avait été franchie. En un an, la féminisation des effectifs d’ETAM progresse plus vite en région
qu'au plan national (4,7 % contre 1,3 %). Le taux de féminisation des emplois d'ETAM du Languedoc-Roussillon est à pré-
sent aligné sur celui observé en France (41 %).
L'exercice 2003 enregistre également une croissance sensible des emplois d'IAC, mais l’importance des IAC au sein de la
population féminine du BTP demeure, dans la région, plus faible qu’au plan national (11,6 % des emplois). Les femmes ingé-
nieurs sont davantage présentes au sein des entreprises d’aménagement où elles représentent 19 % des IAC. A l’inverse,
elles sont moins présentes dans la métallerie, l'électricité, le gros œuvre et la peinture, où elles constituent à peine plus de
10 % des effectifs d’ingénieurs.
Éducation Nationale: un secteur très féminisé ...
Les personnes rémunérées par l'Académie de Montpellier sont très majoritairement des femmes (63 %). Relativement élevé,
ce taux est cependant inférieur à la moyenne nationale (65,4 %) et fait partie des trois plus faibles enregistrés en France.
... mais pas dans l'enseignement supérieur ni les postes de direction
Du fait de la spécificité des personnels de l'Éducation Nationale (administratifs et enseignants) ce taux cache de grandes
disparités. Dans les établissements du premier degré public, 76 % des enseignants sont des femmes, alors que dans l’en-
seignement supérieur cette
proportion est de 35 %. Hors
Évolution de la répartition des fonctionsenseignement supérieur, la pré-
parmi les femmes salariées du BTP en Languedoc-Roussillonsence des femmes est égale-
Unité: indice base 100 en 1987ment très minoritaire sur les
15,0 85,0
postes d'inspection ou de direc-
Techniciennes ettion des établissements. Ouvrières
agents de maîtrise
Les corps de métiers les plus 12,5 82,5
féminisés de l’Éducation
Nationale sont ceux d’assistan- Ingénieurs
tes sociales (93 %), d’agents et 10,0 77,5Assimilés cadres
adjoints administratifs (94 %) et
de secrétaires d'administration
(83 %). 7,5 75,0
Les femmes sont également
très présentes dans les catégo-
72,55,0
ries B et C des personnels 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003
ATOSS (respectivement 77 % Source :
et 62 %).
19© INSEE L’année économique et sociale 2004 en Languedoc-RoussillonPARITÉ FEMMES-HOMMES
Zoom sur les évolutions récentes dans quelques secteurs
Industrie: les femmes très majoritaires dans l'habillement
En 2003, 20000 femmes travaillent dans l'industrie manufacturière, soit près de 29 % du total des salariés de ce secteur en
Languedoc-Roussillon. Ce taux est légèrement supérieur à celui observé au niveau national. En Languedoc-Roussillon,
comme dans le reste de la France, la présence féminine est très majoritaire dans le secteur de l'habillement cuir où elle
représente plus des deux tiers de la population salariée. Elle est également forte dans le textile, la parfumerie - pharmacie,
l'industrie des composants électriques et électroniques, les Industries Agro Alimentaires (IAA) et l'édition imprimerie.
Dans l'industrie, les femmes
Taux de féminisation des emplois salariés en 2003sont le plus souvent ouvrières
selon les secteurs industrielsqualifiées. Les fonctions qu’el-
Unité: % de femmesles exercent sont très concen-
habillement et cuirtrées sur les tâches de produc-
Industrie textiletion - exploitation dans lesquel-
Pharmacie, parfum et entretienles elles représentent plus de
80 % des effectifs. Les autres Composants électriques
grandes catégories profession- Industrie agroalimentaire
nelles sont peu féminisées.
Édition, imprimerie et reproduction
France
Equip. du foyer
Des pertes d'emploi en partie
Languedoc-RoussillonEquip. Électriquecompensées par une crois-
Chimie, caoutchouc et plastiquessance dans les IAA
Industrie bois et papier
Le taux de présence féminine
Industrie automobiledans l'industrie régionale a
Métallurgie transformation métauxreculé d'environ 1 % en dix ans
Equip mécanique(- 2 % au niveau national). Ce
recul s'explique en grande par- Const. navale aéronautique ferroviaire
tie par d’importantes réduc- Produits minéraux
tions d’effectifs dans des sec- 0 20,0 40,0 60,0 80,0
Source: INSEE
teurs fortement féminisés tels
l'habillement - cuir et le textile.
En effet, sur les dix dernières années, les effectifs ont baissé de près de moitié dans ces activités en Languedoc-Roussillon.
Les emplois féminins ont perdu plus de 2000 postes, soit plus de 10 % du nombre de femmes salariées dans l'industrie. Il
n'est pas impossible que la tendance perdure dans les années à venir du fait de nouvelles réductions d’effectifs dans des
activités où les femmes sont très présentes. Jusqu'à présent, la baisse a en grande partie été compensée par la croissan-
ce des effectifs dans les IAA qui ont embauché, en dix ans, plus de femmes que d'hommes. En 2003, ce secteur totalise
près de 40 % des emplois industriels féminins de la région (30 % en 1993).
Agriculture: la parité se met en place
Un exploitant agricole sur quatre est une femme
La féminisation des exploitants est un phénomène national qui touche toutes les régions. En Languedoc-Roussillon, le nom-
bre de femmes exploitantes a augmenté de 28 % entre 1988 et 2000, tandis que le nombre d’exploitations agricoles chutait
de 36 %. Différentes mesures ont permis aux hommes de plus de 55 ans de prendre leur retraite. Souvent, ils ont laissé l’ex-
ploitation sous la direction de leur conjointe.
En 2000, plus de 11 000 femmes étaient chefs d’exploitations agricoles en Languedoc-Roussillon, soit un exploitant sur qua-
tre, contre un sur huit en 1988. La féminisation des exploitants a été plus rapide dans la région qu’ailleurs; la proportion de
femmes exploitantes y est désormais la même qu’au niveau national.
Les nouvelles exploitantes sont plus jeunes en 2000 qu’en 1988 (40 % ont moins de 50 ans, contre 30 % douze ans aupa-
ravant). Mais le rajeunissement est encore plus sensible pour les hommes. Au cours de la même période, la proportion
d’hommes exploitants agricoles de moins de 50 ans
est passée de 38 % à 50 %. Les femmes dans les exploitations agricoles
du Languedoc-Roussillon en 2000
43 % des femmes sont chefs d'exploitation, Unités : nombre et %
mais très souvent à temps partiel
Effectifs Part en % Taux de
En 2000, parmi les 26000 femmes actives perma- féminisation en %
nentes dans les exploitations agricoles du Chefs d’exploitation 11284 42,8 24,2
Languedoc-Roussillon, près de 43 % sont chefs Conjointes actives 10958 41,5 65,3
d’exploitation. La part des conjointes actives co- Autres actives familiales 2706 10,3 31
exploitantes est un peu inférieure (41,5 %).
Salariées permanentes 1435 5,4 12,9
Total actives permanentes 26383 100 31,7Seules 12 % de femmes déclarent travailler à plein
temps sur les exploitations agricoles. Parmi les
dont activités à plein temps 4417 16,7 15,5exploitantes et co-exploitantes, elles ne sont que
dont exploitantes à plein temps 2292 8,7 12,49 %, contre près de 46 % parmi les hommes.
Total activités permanentes (UTA) 11032 /// 24,1
Source: Scees - Recensement Agricole 2000
20 L’année économique et sociale 2004 en Languedoc-Roussillon © INSEE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.