Pauvreté d'existence, monétaire ou subjective sont distinctes

De
Publié par

Sont pauvres ceux qui n'ont pas assez d'argent pour vivre décemment, ou ceux qui sont privés de biens d'usage ordinaire et de consommations de base, ou encore ceux qui témoignent de difficultés pour atteindre ce qui leur semble être un degré minimum d'aisance. Les ménages pauvres selon ces trois éclairages sont-ils les mêmes ? Trois échelles sont construites, permettant de classer les ménages selon les trois aspects, subjectifs, monétaires et de conditions d'existence. La construction du score de conditions d'existence par le cumul des privations nécessite que l'on détermine la palette des consommations et biens adéquats, habituellement utilisés et jugés nécessaires par la majorité de la population. Ces choix ne peuvent être faits qu'à partir de données d'enquêtes portant sur la disposition ou la privation de ces biens. Si l'on isole au bas des trois échelles la même proportion (environ 10 %) de ménages « pauvres », on obtient trois populations dont le recouvrement n'est que partiel : alors que le quart de la population présente au moins l'une ou l'autre marque de la pauvreté, seulement 6 % en présentent deux et 2 % les trois simultanément.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 21
Nombre de pages : 30
Voir plus Voir moins