Poids croissant de la sphère publique dans l'économie rurale

De
Publié par

Compris dans son sens le plus large, le service public représente un quart des emplois régionaux, avec une prépondérance dans les grandes agglomérations. Suite aux lois de décentralisation, le poids des collectivités locales s'est affermi. Depuis 20 ans, l'emploi public a le plus progressé dans les espaces ruraux touchés par ailleurs par la baisse continue des emplois agricoles. Le secteur public se révèle dans ces territoires ruraux comme un des soutiens à l'économie locale.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 25
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

Poids croissant de la sphère
publique dans l'économie rurale
Compris dans son sens le plus large, le service public
représente un quart des emplois régionaux, avec une
prépondérance dans les grandes agglomérations.
Suite aux lois de décentralisation, le poids des collectivités
locales s'est affermi. Depuis 20 ans, l’emploi public a le plus
progressé dans les espaces ruraux touchés par ailleurs par
la baisse continue des emplois agricoles.
Le secteur public se révèle dans ces territoires ruraux
comme un des soutiens à l'économie locale.
Michel MARÉCHAL
INSEE
Pour connaître le nombre d’emplois En 1999, lors du recensement de la popula-
tion, 136 000 Auvergnats ont déclaré ap-publics les concepts utilisés sont
partenir à ce vaste champ. Cependant,multiples.
seuls 82 600 disent être titulaires de la
Par les données du recensement il est pos- fonction publique (61 %), 32 400 ont un
sible d’appréhender une version élargie de contrat ou exercent un emploi à durée indé-
cette sphère d’activité particulière (cf. défini- terminée (24 %), 11 000 travaillent sous
tions) en englobant les salariés civils et mili- contrats à durée déterminée (8 %). L’em-
taires de l’État, ceux des collectivités locales, ploi aidé compte quelque 8 000 postes et
des hôpitaux publics, des offices HLM, ceux 1 500 stagiaires. Dans ces conditions, cer-
de la Sécurité sociale (organisme de droit pri- ner précisément l’emploi dans une sphère
vé) et ceux des entreprises publiques ou na- publique au périmètre variable se révèle un
tionales. exercice difficile.La sphère publique regroupe, en 1999, En effet, bien que participant au Service Pu-Un emploi
27 % des emplois totaux, soit plus d’un em- blic Hospitalier, le Centre Hospitalier
sur quatre ploi sur quatre. L’Auvergne compte dix em- Sainte-Marie du Puy-en-Velay possède un
plois publics pour cent habitants. Ces deux statut d’association et ses effectifs (plus de
ratios, identiques à ceux de la moyenne na- 900 emplois) ont été comptabilisés comme
tionale, ne distinguent pas l’Auvergne des salariés du secteur privé. Au recensement
autres régions métropolitaines. de 1982, ces mêmes salariés avaient été
Au niveau départemental, la part de l’emploi comptés comme appartenant aux hôpitaux
public est un peu plus faible en Haute-Loire publics, donc au secteur public.
(22 % des emplois). De même, on y dénombre
huit emplois publics pour cent habitants soit
deux à trois points de moins que dans les au- Deux indicateurs complémentaires permettent
de mesurer le rôle de l’emploi public. La parttres départements auvergnats. Cependant, en
des emplois publics dans l’emploi total montreHaute-Loire cette sous-représentation de la
l’importance de cette sphère d’activité dans
sphère publique doit être relativisée. Elle l’économie locale. L’étendue des services ren-
reste fortement liée aux règles de dénom- dus à la population est évaluée en rapportant
l’emploi public au nombre d’habitants.brement et montre la difficulté de comptabi-
liser avec précision ce champ particulier.
L'emploi public dont bassins de vie de bourgs
Ensemble
et petites villesen Auvergne Statut
selon le statut 1999 1982 Évolution 1999 1982 Évolution
Salariés :
- de l'État 58 511 72 612 - 19,4 % 17 940 23 804 - 24,6 %
- d'une collectivité locale, 62 559 33 100 + 89,0 % 23 724 9 288 + 155,4 %
d'un hôpital public,Entre 1982 et 1999,
d'un office HLMl'emploi public
- de la sécurité sociale 4 330 5 376 - 19,5 % 301 560 - 46,3 %a augmenté de 5,8 %
- d'une entreprise publique 10 650 17 532 - 39,3 % 2 454 4 948 - 50,4 %
ou nationale
Ensemble 136 050 128 620 + 5,8 % 44 419 38 600 + 15,1 %
Source : INSEE - Recensements de la population 1982 et 1999
Entre 1982 et 1999, l’emploi public a pro- même temps, le nombre de salariés dépen-Un poids
gressé en Auvergne de quasiment 6 %. dant directement de l’État accuse une
croissant Cette augmentation est de même ampleur baisse sensible. Il en est de même pour ce-
que celle enregistrée au niveau national lui des entreprises publiques ou nationales.depuis (6,7 %). Sur cette période, la croissance Cette baisse reste difficile à évaluer. Au
globale de l’emploi public est uniquement cours de cette période les régimes et le sta-20 ans
due à la montée en puissance des collecti- tut des salariés de certaines activités telles
vités locales et du nombre de leurs salariés, La Poste ou bien France Telecom se sont
liée aux transferts de compétences issus modifiés, passant, pour partie, de l’État aux
des lois de décentralisation de 1982. Paral- entreprises nationales.
lèlement, sur cette période, les statuts des Parallèlement à cette progression de l’em-
différentes fonctions publiques ont égale- ploi public, l’emploi total auvergnat accuse
ment évolué. une diminution de 3,6 %. Le poids de la
Le poids des collectivités locales s’est ainsi sphère publique par rapport au nombre
fortement renforcé à la fois par transfert d’emploi s’est donc renforcé. De 1982 à
d’une partie des activités de la fonction pu- 1999, il a augmenté de plus de deux points.
blique d’État (administration locale, ensei- En France métropolitaine, le nombre d’em-
gnement…) mais aussi en développant plois a progressé au même rythme que ce-
certaines activités telles que les services lui du secteur public dont le poids est resté
communaux ou intercommunaux, les syndi- stable. Si le ratio auvergnat emploi pu-
cats urbains… Avec 62 600 salariés en blic/emploi total se rapproche de celui de la
1999, les effectifs des collectivités locales France, cela est donc explicitement dû à la
ont quasiment doublé en 20 ans. Dans le baisse de l’emploi total auvergnat.
- 2 -Plus d'emploi public dans Le bassin de vie est un des échelons géogra-
phiques les mieux adaptés pour étudier la lo-les grandes agglomérationsPour en savoir calisation des services auprès des
plus particuliers. En effet, il constitue la plus petite
maille territoriale sur laquelle s’organise la vieEn Auvergne comme sur le reste du terri-www.fonction-
quotidienne des habitants.publique.gouv.fr/oep toire national, la répartition et l’évolution des
Dans chacun de ces bassins de vie, à l’auto-services publics opposent les bassins de(Observatoire de
nomie plus ou moins marquée, les habitantsl'emploi public) vie des grandes agglomérations à ceux des
accèdent à l’essentiel des services, les actifsbourgs et petites villes. Les emplois publics
trouvent leur emploi et les élèves leur établis-✓ « Bassins de vie : sont plus représentés dans les grandes ag-
sement scolaire.glomérations. C’est également là que seau centre de la vie
concentrent les équipements lourds et lesquotidienne » - INSEE
services qui rayonnent sur l’ensemble du bains dépendent du secteur public, taux si-auvergne La Lettre
département ou de la région (CHU, facul- milaire à la moyenne nationale.n° 14 - Janvier 2004
tés, services de l’État…). En Auvergne, les Entre 1982 et 1999, l’emploi public et l’em-✓ « Les bassins de
six bassins de vie animés par une agglomé- ploi total de l’ensemble des six bassins ur-vie, au cœur de la vie
ration de 30 000 habitants ou plus regrou- bains auvergnats sont restés à peu prèsdes bourgs et petites
pent 60 % de l’emploi total et les deux tiers stables (respectivement + 1,7 % et - 1 %).villes » - INSEE Pre-
des 136 000 emplois publics auvergnats. Cependant, observés un à un, leurs situa-mière n° 953 - Avril
Ces six bassins (Montluçon, Moulins, Vi- tions divergent. Dans le bassin d’Aurillac,2004
chy, Aurillac, Le Puy-en-Velay et Cler- l’emploi public croît de 13 % et représente✓ « Les bassins de vie
mont-Ferrand) regroupent 54 % de la 31 % de l’emploi total, niveau équivalent àdes bourgs et petites
population régionale. Ce milieu urbain ca- celui de Clermont-Ferrand. C’est dans levilles : une économie
nalise un peu plus l’emploi public que le bassin de Moulins que ce ratio est le plusrésidentielle et souvent
reste du territoire : 30 % des emplois ur- important : 38 %.
industrielle » - INSEE
Première n° 954 - Avril
2004
rôle d’élément structurant majeur. L’éco-Augmentation du poids
nomie résidentielle regroupe les secteurs
destinés à satisfaire les besoins des popula-de la sphère publique
tions locales. Elle est devenue la sphère
dans les bassins de vie ruraux d’activité dominante dans les bassins de vie
des bourgs ou petites villes. Au sein de
En Auvergne comme en France, dans les celles-ci, les services publics occupent un
bassins de vie constitués autour des bourgs rôle central. À l’image des hôpitaux ou des
et petites villes, les services publics regrou- mairies, dans les agglomérations, les ly-
pent 22 % des emplois totaux, soit plus d’un cées, les collèges, les maisons de retraite
emploi sur cinq. sont souvent les plus gros établissements
Au début des années quatre-vingt cette part employeurs dans les zones rurales. Le poids
était de 17 % en Auvergne. De 1982 à 1999, de l’emploi public dans le rural reste toujours
alors que l’emploi total diminuait de 7 % moins marqué que dans les bassins des
l’emploi public augmentait de 16 %. Cette grandes agglomérations. Toutefois, l’écart
progression est essentiellement due au tend à se réduire.
poids de l’emploi des collectivités locales. En revanche, rapporté à la population, des
Les emplois offerts par les organismes disparités persistent. On comptabilise sept
communaux et intercommunaux en repré- emplois dans le secteur public pour cent ha-
sentent une part importante. bitants dans les bassins de vie des bourgs
Dans le monde rural, les activités agricoles et petites villes, deux fois moins que dans
et agroalimentaires perdent peu à peu leur les bassins les plus urbains.
population et du nombre d’emplois. L’emploiEn Auvergne, 68 bassins sontSoutien de public a suivi cette évolution. Il a fortement crû,indépendants des six grands
en particulier dans les collectivités locales.l'économie locale bassins urbains et peuvent se
Dans ces bassins, le ratio de l'emploi publicclasser en trois groupes : banlieueen milieu rural rapporté au nombre d'habitants s'est raffer-
clermontoise (périurbain), pôles
mi. Mais, avec 5,3 emplois publics pour 100
ruraux et rural isolé. habitants, il reste en net retrait par rapport à
Depuis le début des années quatre-vingt, les la moyenne régionale (10 pour 100 habi-
bassins gagnés par la péri-urbanisation cler- tants), mais aussi par rapport à la moyenne
montoise ou stéphanoise au nord-est de la des bassins constitués par les bourgs et pe-
Haute-Loire ont connu des augmentations de tites villes (7 pour 100 habitants).
- 3 -Emploi Emplois Évolution 1982 - 1999L'emploi
public pour publics pourpublic
Emploi100 emplois 100 hab. Emploi total Population
publicen 1999 en 1999
France métropolitaine 27 10 + 7,0 % + 6,7 % + 7,7 %
Bassins centrés sur agglo de + 30 000 hab 29 12 + 4,0 % + 8,9 % + 8,0 %
Bassins bourgs et petites villes 22 7 + 17,4 % + 1,9 % + 7,2 %
En 1999, dix Auvergne 27 10 + 5,8 % - 3,6 % - 1,8 % 31 13 + 1,8 % - 1,1 % - 0,8 %emplois publics
Montluçon 26 10 + 0,7 % - 10,9 % - 8,8 %pour cent
Moulins 38 16 + 7,5 % - 5,3 % - 6,0 %
Auvergnats Vichy 24 9 + 10,0 % - 4,6 % - 2,8 %
Aurillac 31 13 + 12,9 % + 6,5 % - 0,4 %
Le Puy-en-Velay 29 11 - 7,1 % - 1,5 % + 0,9 %
Clermont-Ferrand 32 16 - 0,6 % + 1,8 % + 3,3 %
Bassins bourgs et petites villes 22 7 + 16,2 % - 7,0 % - 3,0 %
dont pôle urbain 25 10 + 11,3 % + 6,0 % + 4,0 %
périphérie urbaine 23 5 + 21,0 % + + 15,0 %
pôle emploi rural 21 7 + 19,1 % - 9,1 % - 6,2 %
rural isolé 21 7 + 13,4 % - 17,2 % - 11,9 %
Source : INSEE - Recensements de la population 1982 et 1999
Dans l’espace rural, les bassins de vie ani- et des emplois est moins flagrante dans les
més par un pôle d’emploi ont vu leur popu- bassins d’Yssingeaux, Sainte-Sigolène et
lation chuter en moyenne de 6 % et leur Monistrol-sur-Loire où l’économie et la dé-
emploi de 9 %. L’emploi public s’y est pour- mographie restent dynamiques.
tant accru de 19 % en moyenne. Les deux Quelques pôles ruraux (La Mon-
ratios (nombre d'emplois publics pour 100 nerie-le-Montel, St-Georges-de-Mons,
emplois et nombre d'emplois publics pour Courpière) connaissent une moindre pro-
100 habitants) se sont renforcés, dans ce portion d’emploi public comparée à l’emploi
type d’espace on comptabilise maintenant total ou à la population. Dans ces lieux, éga-
sept emplois publics pour cent habitants lement pôles d’emploi, la part du secteur
contre six en 1982. Désormais, la sphère privé maintient encore une prédominance
publique représente 21 % des emplois, cinq large sur celle du public, même si l'emploi
Position des bassins de vie
points de plus qu’en 1982. Cette augmenta- total a baissé et l'emploi public a fortementdes bourgs et petites villes
tion due en partie aux baisses de population progressé.auvergnats
Nombre d’emplois publics pour 100 emplois
40
Ainay-le-Château
35
Varennes-sur-Allier
Châtelguyon Aigueperse Condat
30 Billom Saint-Gervais-d'Auvergne
MuratLezoux Riom MauriacPont-du-Château Gannat Bourboule
Bourbon-l'ArchambaultCosne-d'AllierMaringues Vic-le-Comte Ambert Chaudes-Aigues Thiers25 La Tour-d'Auvergne
Saint-FlourLapalisse BlesleSaint-Germain-des-FossésVeyre-Monton IssoireMontmarault Yssingeaux Rochefort-MontagneBrassac-les-Mines Brioude Mont-DoreCombronde Le Mayet-de-Montagne Chambon-sur-Lignon
Saint-Éloy-les-Mines PontaumurSaint-Germain-Lembron Langeac20 Saint-Pourçain-sur-Sioule La Chaise-Dieu
Ardes
Saint-Amant-Tallende Monistrol-sur-Loire Craponne-sur-Arzon
Catégories d espaceMaurs Riom-ès-MontagnesPuy-Guillaume
Massiac Besse-et-Saint-AnastaiseSauguesLurcy-Lévis15 Giat Dompierre-sur-Besbre Pôle urbainAurec-sur-Loire CommentryPontgibaud Courpière TenceDunières
Périphérie urbaineLe Monastier-sur-Gazeille EnnezatYdes
10
Pôle d'emploi rural
Saint-Georges-de-Mons
Monnerie-le-Montel
Rural
5 Sainte-Sigolène
Nombre d’emplois publics pour 100 habitants
0
0 12 3 4 56 7 89 10 11 12 13 14 15
Note de lecture : Dans le bassin de Ste-Sigolène, pôle d'emploi rural, l'emploi public représente 4,3 % de l'emploi total et pour cent habitants, on trouve à peine plus de deux
emplois (2,1).
Source : INSEE - Recensement de la population 1999
- 4 -Le poids et la croissance de l'emploi public même temps que le développement des
sont d'autre part restreints par l'absence collectivités locales.
dans ces bassins d'un pôle administratif de Dans l’espace à dominante rurale, l’emploi pu-
type sous-préfecture. blic joue un rôle important, même si, comparé
Hors des pôles d’emploi, dans le rural isolé, aux centres urbains, sa part dans l’emploi total
la part de la population âgée est importante reste inférieure. Le constat est identique si on
et la baisse de l’emploi agricole a été lour- calcule le rapport emplois publics/nombre
dement ressentie. Ainsi, en 20 ans, le rural d’habitants. Cependant, au cours des deux
isolé a perdu 12 % de sa population et 17 % dernières décennies, l’appui à l’économie lo-
de son emploi total. Néanmoins, là aussi, cale représenté par l’emploi public s’est renfor-
l’emploi public a progressé de 13 %, en cé dans les territoires ruraux.
Part de l'emploi public
dans l'emploi total
Emplois publics pour 100 emplois :
en 1999
Moyenne nationale : 21,8 emplois
Auvergne : 22 emplois
Pour 100 emplois
28 - 75,6 (258)
23 - 28 (296)
20 - 23 (275)
16 - 20 (372)
4,2 - 16 (544)
Bassins de vie des agglomérations
de 30 000 hab. ou plus
En termes d'emploi public rapporté
à l'emploi total, l'Auvergne se situe
dans une position médiane, avec
le Massif central.
Entre un Ouest où l'agroalimentaire/"agrialimentaire"
trouve une place importante dans l'économie, un Sud-Est (Pyrénées, Alpes)
bénéficiant d'une économie résidentielle et touristique et enfin le Nord-Est en
phase de déprise industrielle.
Source : INSEE - Recensement de la population 1999
Champ, définitions :
Lors du recensement de la population, le bulletin individuel est déclaratif. La variable retenue a trait au type d’emploi de la per-
sonne active occupée :
- salarié de l’État,
- salarié d’une collectivité locale, d’un hôpital public, d’un office HLM,
- salarié de la Sécurité Sociale,
- salarié d’une entreprise publique ou nationale.
Ne sont donc pas comptés, les salariés d’une entreprise de secteur privé ainsi que les non-salariés.
Il faut rappeler que la Sécurité Sociale est un organisme de droit privé.
Sources : - INSEE : recensements de la population 1982, 1999, fichier des agents payés par l’État, enquête sur les personnels
des collectivités territoriales et des établissements publics locaux - année 2000
- DRASS SAE 2001.
- 5 -En référence au statut général des fonctionnaires,L’emploi départemental fin 2000 dans les trois fonctions publiques :
la Fonction publique se décompose en :État - Territoriale - Hospitalière
- Fonction publique d’État : agents des
ministères, civils et défense (militaires non retenusFin 2000, en Auvergne, les trois fonctions publiques regroupent près de 112 000 salariés (hors militaires).
pour cette étude), rémunérés sur le budget deAvec 60 000 salariés, l’État compte pour plus de la moitié des effectifs. Le plus gros employeur est
l’État ; enseignement privé sous contrat, personnelsl’Éducation nationale : 42 % de la fonction publique d’État à elle seule. Dans le champ ministériel, vient
enseignants payés par l’État ; établissementsensuite le ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie qui emploie quelque 5 500 agents.
publics nationaux hors entreprises publiques ; La
La Poste, seul exploitant public depuis la transformation de France Télécom en société anonyme en
Poste, exploitant public.
1998, est également comptée parmi l’État. En Auvergne, elle emploie plus de 7 000 personnes.
- Fonction publique territoriale : agents travaillant
La moitié des agents de l’État sont des femmes (56 %). Le temps partiel y est un usage pour 19 %
à titre principal dans les collectivités territoriales
(10 % des hommes et 26 % des femmes). Rapporté à la population auvergnate, le nombre d’agents de
(régions, départements, communes), leurs
l’État par habitant est de 45 ‰, comme au niveau métropolitain.
établissements publics administratifs, industriels ou
À la même date, les collectivités locales dénombraient un peu plus de 34 300 agents, soit 30 % des ef-
commerciaux, ainsi que des organismes privés ou
fectifs de la fonction publique. À eux seuls, les organismes communaux et intercommunaux em- semi-publics financés par des fonds publics.
ploient presque 28 000 agents, soit huit emplois sur dix. Les femmes y sont également majoritaires
- Fonction publique hospitalière : effectifs
(59 %). Sur l’ensemble des effectifs (emplois principaux, secondaires, aidés), 60 % des agents sont salariés des hôpitaux publics.
déclarés être à temps complet (77 % des hommes et 48 % des femmes). Rapporté en équivalent
temps plein, le nombre d’emplois des collectivités territoriales est ainsi ramené à 28 000 au lieu des
34 300 de départ. Rapporté au nombre d’habitants, le taux d’administration locale est de 26 agents
pour 1 000 Auvergnats (semblable à la métropole).
En Auvergne, la fonction publique hospitalière compte 18 000 salariés (enquête sur les vingt-neuf établis-
sements publics).
Rapportée à la population, la somme des emplois publics ne distingue pas particulièrement l’Auvergne de
la métropole mais des disparités départementales existent. De même, dans l’emploi salarié total, si la part
publique régionale dépasse un peu celle du niveau national, l’intérêt est de mesurer les disparités départe-
mentales. La Haute-Loire se distingue dans les deux ratios les plus bas et le Cantal obtient les ratios les 3, place Charles de Gaulle - BP 120
plus élevés. En dehors de La Poste, quelques entreprises remplissent également ce qu’il est convenu d’ap- 63403 Chamalières Cedex
peler une mission de service public : SNCF, France Télécom et EDF-GDF. À elles trois, ce sont 8 000 em- Tél. : 04 73 19 78 00
plois auvergnats qu’il faut ajouter au périmètre de la Fonction Publique Fax : 04 73 19 78 09
Directeur de la publication
Haute- Puy-de-
René JEANAllier Cantal Auvergne
Loire Dôme
Directeur régional de l’INSEE
A - Les agents de l'État en Auvergne au 31.12.2000
Rédaction en chef
Répartition par ministères et services (y compris emplois à moins de mi-temps, non compris Nicole THOMAS
emplois secondaires) hors militaires Nicole MARCZAK
État - Ensemble tous ministères 9 817 4 618 5 092 23 040 42 567 Composition et mise en page
dont INSEE
Éducation nationale, Universités,
6 098 2 682 2 925 13 455 25 160 Vente et abonnement
Jeunesse et Sports, Recherche
Tél. : 04 73 19 78 73
Économie, Finances et Industrie 915 448 583 3 600 5 546
Prix du numéro : 2,2€
Intérieur, DOM-TOM 588 241 243 1 856 2 928
Abonnement annuel :
Équipement et logement, Transports - France : 11€803 717 714 1 562 3 796
et Mer
- Étranger : 13€
Enseignement privé sous contrat 557 449 1 371 1 454 3 831
En complément, abonnez-vous à :Établissements publics nationaux ou 913 521 559 3 772 5 765
INSEE Auvergne « Les Dossiers »locaux d'enseignement
Prix au numéro : variableExploitant public : La Poste 1 616 786 984 3 929 7 315
Abonnement annuel :
Total général 12 903 6 374 8 006 32 195 59 478
- France : 35€
B - Effectifs des collectivités locales et de leurs établissements au 31.12.2000 - Étranger : 43€
Effectif total champ total enquête 9 089 4 071 4 572 16 533 34 265 À l’ordre du régisseur
des recettes de l’INSEEdont
Organismes régionaux et www.insee.fr/auvergne1 540 591 733 2 573 5 437
départementaux Toutes les publications accessibles en ligne
Organismes communaux et
7 239 3 396 3 689 13 397 27 721 Création maquetteintercommunaux
CRÉATONE
dont organismes communaux 6 243 2 862 2 965 11 331 23 401
Autres organismes (OPAC, HLM, 310 84 150 563 1 107 Impression
ASA, EPIC…) Imprimerie IMC
C - Emplois dans les hôpitaux publics au 1.01.2001 Crédit photos
INSEE Auvergne(y compris les centres Hospitaliers Spécialisés en Psychiatrie, 29 établissements publics en
Auvergne) ISSN : 1633-2768
Effectifs salariés (personnels 5 697 2 281 1 819 8 180 17 977 Dépôt légal :
médicaux, non médicaux, internes) 3ème trimestre 2004
Sources : INSEE - Fichiers de paie des agents de l'État - Enquête sur les personnels des
© INSEE 2004
Collectivités Territoriales et des Établissements Publics Locaux - DRASS - SAE
Code SAGE : LET041912
- 6 -

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.