Première hausse du nombre de demandeurs d'emploi depuis quatre ans

De
Publié par

Selon les estimations provisoires de Pôle emploi services, 4,2 millions de salariés franciliens étaient employés dans le secteur concurrentiel non agricole fin 2008. L'emploi salarié a continué à augmenter en Ile-de-France en 2008, mais à un rythme très ralenti (0,3 %). Dans le même temps, la France métropolitaine a connu une baisse de 0,4 %. Les destructions d'emploi se sont accélérées en 2008 dans l'industrie, mais ont été plus que compensées par les créations d'emplois dans la construction et surtout dans les activités tertiaires. Pour la première fois depuis quatre ans, le nombre de demandeurs d'emploi augmente à nouveau (1,1 %) en 2008. Le taux de chômage régional s'est stabilisé : il s'élève à 6,8 % de la population active. Introduction Fortes pertes d'emploi dans l'industrie Hausse sensible du nombre de demandeurs d'emploi Stabilité du taux de chômage francilien
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 27
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

20 Emploi-chômage
Première hausse du nombre de demandeurs
d’emploi depuis quatre ans
’emploi salarié a continué à aug- de l’activité intérimaire : le nombre et dans le Val-de-Marne. Elle atteint 6 %
menter en Ile-de-France en 2008, moyen d’intérimaires (en équivalent dans l’Essonne pour les catégories A,
eL mais à un rythme très ralenti. Se- temps plein) en emploi au 4 trimestre B, C, soit davantage qu’en France
lon les chiffres provisoires de Pôle emploi 2008 a chuté de 14,2 % par rapport à métropolitaine (4,9 %).
e
services, 4,2 millions de salariés étaient celui du 4 trimestre 2007. De nom-
Stabilité du taux
employés dans le secteur concurrentiel breux intérimaires, qui effectuaient des
de chômage franciliennon agricole en Ile-de-France fin 2008, missions de courte durée tout en restant
soit une hausse de 0,3 % en un an. Dans inscrits à Pôle emploi (en catégorie B Après avoir reculé de deux points entre
le même temps, la France métropolitaine ou C) se sont ainsi retrouvés sans activi- 2004 et 2007, le taux de chômage lo-
a connu une baisse de 0,4 %. La région té (catégorie A). Ce sont les hommes, calisé en Ile-de-France est resté prati-
bénéficie notamment d’une économie es- les jeunes et les ouvriers qui ont été les quement stable en 2008, s’établissant à
sentiellement tertiaire et moins indus- plus affectés par la crise économique. 6,8 % de la population active. Si le
trielle que celle de la province. La Le nombre de demandeurs d’emploi a chômage a continué de diminuer en
croissance de l’emploi en Ile-de-France recommencé à augmenter d’abord en Seine-Saint-Denis et à Paris (- 0,3 point
est due à un premier semestre dyna- grande couronne, notamment en en un an), il a augmenté en Seine-
mique, la tendance s’étant retournée au Seine-et-Marne et en Essonne. Cette et-Marne (+ 0,2 point) et est resté
quatrième trimestre. La région a été hausse s’est généralisée à tous les dé- stable dans les autres départements.
affectée plus tardivement que la France partements franciliens en fin d’année.
métropolitaine par la dégradation de la Toutefois, la progression annuelle reste ■■■■ François Rageau
conjoncture. modérée à Paris, en Seine-Saint-Denis DRTEFP d’Ile-de-France
Fortes pertes d’emploi
Les nouvelles catégories de demandeurs d’emploi inscritsdans l’industrie
à Pôle emploi
Les destructions d’emplois se sont accé-
Depuis mars 2009, les données relatives aux demandeurs d’emploi sont présentées selon de
lérées en 2008 dans l’industrie (- 3,2 %
nouveaux regroupements statistiques : les catégories A, B, C, D et E.
selon les estimations provisoires de Pôle
La plupart des demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi sont tenus de faire des actes posi-emploi services). Grâce à un bon début
tifs de recherche d’emploi. Parmi eux, certains sont sans emploi (catégorie A), d’autres exer-d’année, le secteur de la construction a
cent une activité réduite courte, d’au plus 78 heures au cours du mois (catégorie B), ou unecontinué à créer des emplois (plus de
activité réduite longue, de plus de 78 heures au cours du mois (catégorie C).
3 000, soit + 1,4 %). Les activités tertiai-
Par ailleurs, certaines personnes inscrites à Pôle emploi ne sont pas tenues de rechercher ac-res ont généré, quant à elles, plus de
tivement un emploi. Elles sont soit sans emploi, mais non immédiatement disponibles (caté-22 000 emplois dans la région
gorie D), soit déjà pourvues d’un emploi (catégorie E).(+ 0,7 %). Cette augmentation est toute-
Les analyses étaient jusqu’à maintenant essentiellement centrées sur les demandeurs d’em-fois la plus faible observée depuis 2004.
ploi inscrits en catégorie 1 (personnes inscrites à Pôle emploi déclarant être à la recherche
Hausse sensible du nombre
d’un emploi à temps plein et à durée indéterminée, ayant éventuellement exercé une activité
de demandeurs d’emploi occasionnelle ou réduite, d’au plus 78 heures par mois). La référence à ces seuls demandeurs
d’emploi offrait une analyse partielle, ne permettant pas d’apprécier la diversité des situations
A la fin de l’année, 582 900 deman-
de l’ensemble des demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi.
deurs d’emploi immédiatement dispo-
Les demandeurs d’emploi immédiatement disponibles (catégories A, B, C) sont dorénavant lanibles étaient inscrits à Pôle emploi
nouvelle catégorie de référence. Parmi ceux-ci, les demandeurs d’emploi immédiatement dis-(catégories A, B, C), dont 409 400 n’a-
ponibles, n’ayant pas travaillé, sont plus particulièrement suivis (catégorie A).vaient exercé aucune activité au cours
du mois de référence (catégorie A). Nouvelles catégories Anciennes catégories
Pour la première fois depuis 2004,
Catégorie A Catégories 1, 2, 3 hors activité réduite
l’année se termine sur une hausse an-
Catégorie B Catégories 1, 2, 3 en activité réduite (de 1 à 78 heures)
nuelle du nombre d’inscrits (+ 1,1 % en Catégorie C Catégories 6, 7, 8 (activité réduite de plus de 78 heures)
catégorie A, B, C dont + 3,7 % en caté- Catégorie D Catégorie 4
Catégorie E Catégorie 5gorie A). L’augmentation plus rapide du
Catégories A, B, C Catégories 1, 2 ,3, 6, 7, 8nombre de demandeurs d’emploi sans
Catégories A, B, C, D, E Catégories 1, 2 ,3, 4, 5, 6, 7, 8
activité est, pour partie, liée à la chute
Insee Ile-de-France 2009 Regards sur... l’année économique et sociale 2008Première hausse du nombre de demandeurs d’emploi depuis quatre ans 21
Evolution de l'emploi salarié du secteur concurrentiel non agricole
Industrie Construction Tertiaire Ensemble
Effectifs Evolution Effectifs Evolution Effectifs Evolution Effectifs Evolution
2008 2008/2007 2008 2008/2007 2008 2008/2007 2008 2008/2007
(milliers) (%) (milliers) (%) (milliers) (%) (milliers) (%)
Paris 61 156 -1,3 31 506 -0,7 1 150 290 -0,6 1 242 952 -0,6
Hauts-de-Seine 93 957 -4,9 38 395 -0,9 694 381 1,4 826 733 0,5
Seine-Saint-Denis 45 687 -3,5 40 058 2,9 308 355 1,7 394 100 1,2
Val-de-Marne 34 529 -1,7 37 332 3,9 281 023 1,3 352 884 1,3
Seine-et-Marne 52 970 1,0 30 017 0,5 239 229 1,2 322 216 1,1
Yvelines 87 230 -6,9 37 083 2,2 273 156 1,7 397 469 -0,3
Essonne 44 721 -2,1 30 314 0,9 240 120 0,8 315 155 0,4
Val-d'Oise 42 080 -1,1 25 770 2,4 231 876 0,8 299 726 0,7
Ile-de-France 462 330 -3,2 270 475 1,4 3 418 430 0,7 4 151 235 0,3
France métropolitaine 3 281 594 -2,2 1 535 391 1,7 11 820 526 -0,1 16 637 511 -0,4
Chiffres provisoires au 31 décembre de l'année, CVS.
Données établies selon la nouvelle nomenclature d’activités NAF2.
Source : Pôle emploi services - Pôle emploi
Evolution du chômage entre 2007 et 2008
Demandeurs d'emploi en fin de mois (catégories A, B et C) en 2008 et évolution en un an
Taux de chômage (1) (données CVS-CJO)
(en % de la population active)
Ensemble Femmes De longue durée De moins de 25 ans
dont sans
Part (%) Part (%) Part (%)activité (A)
e dans la dans la dans la4 trimestre Evolution Evolution Evolution Evolution Evolution Evolution
DEFM DEFM DEFM2008 (en point) (%) (%) (%) (%) (%)
Paris 7,6 -0,3 -0,4 2,4 48,8 -1,1 42,8 -3,0 5,5 5,7
Hauts-de-Seine 6,2 0,0 2,1 5,3 49,3 0,3 32,7 -7,2 8,5 9,9
Seine-Saint-Denis 9,5 -0,3 -1,0 0,5 47,8 -3,3 33,2 -7,6 11,8 7,0
Val-de-Marne 6,6 -0,2 -1,0 0,0 48,8 -3,7 31,8 -10,9 11,0 6,5
Seine-et-Marne 5,8 0,2 4,6 8,0 50,3 1,5 28,1 0,0 16,5 10,4
Yvelines 5,3 -0,1 1,5 5,5 48,7 -1,0 30,8 -6,5 12,9 9,7
Essonne 5,3 0,1 6,0 9,0 49,3 3,6 26,1 0,6 14,1 17,5
Val-d'Oise 7,4 0,0 1,8 4,4 49,0 -0,8 31,7 -5,5 14,0 9,5
Ile-de-France 6,8 -0,1 1,1 3,7 48,9 -0,9 33,9 -5,2 10,7 9,2
France métropolitaine 7,8 0,3 4,9 9,6 52,0 1,3 30,8 -2,1 16,4 13,1
(1) Taux de chômage localisés, sauf France métropolitaine : taux de chômage au sens du BIT.
Sources : Insee, enquête Emploi en continu - Dares - Pôle emploi - DRTEFP Ile-de-France
Taux de chômage au sens du BIT pour la France métropolitaine
Taux de chômage localisé pour l'Ile-de-France
en % de la population active
11
10
Pour en savoir plus
« Bulletin trimestriel d’information sur le 9
marché du travail », DRTEFP Ile-de-
France, Bref Ile-de-France, n° 46, mai 2009.
8
Roy J. : « Point conjoncturel au printemps
2009 : une économie francilienne en repli »,
7
Insee Ile-de-France faits et chiffres, n° 203,
mars 2009.
6
Drigny-Mériel C. : « Taux de chômage trimes- 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008
e
triel au 4 trimestre 2008 », Insee Ile-de-France Ile-de-FranceFrance métropolitaine
Données en moyenne trimestrielle et corrigées des variations saisonnières (CVS).faits et chiffres, n° 202, mars 2009.
Source : Insee, taux de chômage localisés
Insee Ile-de-France 2009 Regards sur... l’année économique et sociale 2008

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.