Profil des salariés faiblement rémunérés en Alsace

De
Publié par

Percevoir un bas salaire est plus fréquent pour les salariés les plus jeunes ou les moins qualifiés. Néanmoins, d'autres facteurs renforcent le risque d'une faible rémunération : être une femme, travailler dans une entreprise de taille réduite ou encore relever de certains secteurs d'activité, tertiaires notamment.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 42
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins

REVENUS
Cet article fait suite à une étude menée dans le
cadre d'un partenariat avec le SGARE-Alsace,
portant sur la "territorialisation de la pauvreté et
de la précarité en Alsace".
Profil des salariés
faiblement rémunérés en Alsace
12 % en Languedoc-Roussillon. En notamment par le temps partiel : prèsPercevoir un bas salaire
moyenne, 8 % des salariés ayant de la moitié des salariés faiblementest plus fréquent
exercé une activité en France mé- payés occupent un poste de travail à
pour les salariés
tropolitaine sont peu payés. temps partiel, les trois quarts d'entre
les plus jeunes eux étant des femmes.
ou les moins qualifiés. Jeunes et femmes
sont les plus Peu de bas salairesNéanmoins, d’autres facteurs
concernés dans l’industrie...renforcent le risque
d’une faible rémunération : Les jeunes, en raison de leur Le commerce et les services of-
être une femme, courte expérience professionnelle frent plus fréquemment des bas
et de leur peu d’ancienneté dans salaires que l’industrie et la cons-travailler dans une entreprise
l’entreprise, sont les plus concer- truction. La part des salariés fai-de taille réduite
nés par un bas salaire. Parmi les blement payés en Alsace est en
ou encore relever
salariés faiblement rémunérés en moyenne de 3 % dans l’industrie
de certains secteurs d’activité, Alsace, la moitié ont moins de 30 et de 6 % dans la construction,
tertiaires notamment. ans. Seulement 5 % des salariés contre 8 % dans les services et
de 30 ans et plus perçoivent un bas 10 % dans le commerce.
salaire, contre 11 % de ceux de Les emplois peu rémunérés sont
moinsde30ans.En Alsace, 7 % des salariés qui trois fois plus fréquents dans les
ont exercé une activité en 2004 Les femmes sont aussi davantage établissements de moins de 10
perçoivent un bas salaire, soit au concernées : 10 % d'entre elles per- salariés où ils concernent 11 %
plus 1,1 Smic horaire brut. À titre çoivent un salaire modique contre des effectifs, que dans les établis-
de comparaison, dans la région 4 % des hommes. Cela s’explique sements de 200 salariés et plus.
Île-de-France, 6 % des salariés
ont perçu un salaire horaire égal ou Plus de jeunes et de femmes faiblement rémunérés
inférieur à 1,1 Smic, contre 9 % en Âge
65Lorraine ou en Franche-Comté et
60
Hommes Femmes
55
En 2004, 45 500 personnes per-
çoivent un bas salaire en Alsace. 50
En Alsace, 10 % des femmes sa-
45
lariées perçoivent un salaire mo-
40dique, contre 4 % des hommes.
Les emplois peu rémunérés sont 35
trois fois plus fréquents dans les
30établissements de moins de 10 sa-
lariés. 25
20
Effectifs15
1 500 1 000 500 0 0 500 1 000 1 500
Salariés à bas salaires Temps partiel
7Chiffres pour l'Alsace · revue n° 36 ·décembre 2006
Source : Insee, DADS 2004Méthodologie :
Les données statistiques utilisées pour cette étude proviennent des Déclarations annuelles de don-
nées sociales (DADS) en 2004 et couvrent l’ensemble des salariés à l’exception de la Fonction Pu-
blique d’État et des emplois domestique.REVENUS
Pour appréhender les bas salaires, ont été exclus de cette étude, les apprentis, les stagiaires et
les emplois aidés.
Salaire brut : il s’agit du salaire avant déduction de la part salariale, des cotisations obligatoires de sé-
curité sociale, des régimes de retraite et de prévoyance complémentaire, des contributions d’assu-
rance chômage, de la contribution sociale généralisée (CSG) et de la contribution au remboursement
de la dette sociale (CRDS).
Smic : salaire minimum interprofessionnel de croissance.Il s'élève à 7,61 euros de l'heure en juillet 2004.
Salaire médian : la moitié des salariés touchent plus que le salaire horaire brut médian et l'autre moitié
touchent moins.
modique.Moins de femmes y travail-
Peu de bas salaires dans l'industrie en Alsace
lent et le temps partiel y est moins
fréquent. En revanche, 15 % des sa-Services aux particuliers
Agriculture lariés du commerce de détail sont
Commerce faiblement rémunérés ; il s’agit majo-
Services aux entreprises ritairement de femmes de moins de
Activités immobilières
30 ans travaillant à temps partiel.
Éducation, santé, action sociale
Dans les services, la proportion
Industries agricoles et alimentaires
des salariés faiblement payésConstruction
varie fortement selon les secteursAdministration
Transports d’activité. Cette part est deux fois
Industries des biens de consommations plus élevée dans les services aux
Industries des biens intermédiaires particuliers que dans les services
Industries des biens d'équipement
aux entreprises : 16 % contre 8 %.
Énergie
Elle est nettement inférieure dans
Activités financières
des secteurs tels que Santé, ac-Industrie automobile En %
tion sociale (6,6 %) ou Administra-0 6 8 10 12 16 182 4 14
tion publique des collectivités terri-Salariés à bas salaire dont Femmes
toriales (4,6 %).
qualifiées. Leur part est aussi Un salarié sur cinq touche une
faible paye dans la coiffure, lesélevée dans les petites entreprises...mais d’importantes
artisanales de moins de 10 salariés soins de beauté et la blanchis-disparités
serie, un sur six dans l’hôtellerie etoù un salarié sur dix perçoit un bas
La proportion de salariés faible- salaire. la restauration, contre un sur
ment payés dans l’industrie dé- vingt-cinq dans les activités de
pend du secteur d’activité et de la conseils et d’assistance.Le tertiaire
taille de l’entreprise. Les faibles ré- très inégalement
munérations sont plus fréquentes Les emplois peuconcerné
dans les secteurs en déclin que qualifiés propices
À un niveau plus détaillé, le com-dans les industries innovantes. À au bas salaire
titre de comparaison, dans l’in- merce révèle de fortes disparités.
Dans les unités de petite taille, la Le niveau de rémunération va évi-dustrie automobile, la pharmacie,
seulement 1 % des salariés sont part des bas salaires est de 14 %, demment de pair avec la qualifica-
contre 9 % dans celles de 200 sa- tion du poste de travail occupé.faiblement rémunérés. Ils repré-
sentent 11 % dans l’habillement et lariés et plus. Sur 45 500 salariés faiblement ré-
Seuls 4 % des salariés du com- tribués, 52 % sont des employés,le cuir, et ce sont souvent des fem-
mes affectées à des tâches peu merce de gros touchent un salaire 25 % des ouvriers non qualifiés et
Définition du bas salaire : pour un territoire donné, le montant d’un bas salaire horaire se définit comme étant égal ou inférieur aux
deux tiers du salaire horaire médian brut offert.
Pour l’Alsace, il s'élève à 8,12 euros de l’heure en 2004, soit 1,1 Smic. C’est cette référence qui est utilisée dans l’article.
Pour un mois de travail à temps complet, soit 152 heures mensuelles, sur la base de 35 heures de travail hebdomadaire, ces appointe-
ments correspondent à 1 234 euros brut.
Pour la France entière, comme pour une autre région, on pourrait de même définir un niveau de bas salaire, selon la même formule.
Ce "bas salaire régional" variera sensiblement selon les régions, en raison de leur structure économique spécifique, mais aussi en rai-
son des caractéristiques du salarié (âge, sexe et catégorie socioprofessionnelle).
Par exemple, dans la région Île-de-France, à forte concentration de sièges sociaux, de têtes de groupes d’entreprises employant plu-
tôt des cadres, le bas salaire horaire brut s’élève à 9,37 euros, soit 1,2 Smic.
En 2004, dans les autres régions de la France métropolitaine ce salaire se situait aux alentours du Smic.
8 Chiffres pour l'Alsace · revue n° 36 · décembre 2006
Source : Insee, DADS 2004REVENUSZones d'emploi : des situations contrastées
Salariés faiblement qualifiés (en %)
(part des ouvriers non qualifiés et employés des services directs aux particuliers)
26
Molsheim - Schirmeck
24
22 Haguenau - Niederbronn Mulhouse
Saverne - Sarre-Union
Sélestat
Ste-Marie-aux-Mines20 Thann - Cernay d’emploi à l’autre en fonction des
Altkirch
structures sectorielles et sociopro-
AlsaceWissembourg18,4
fessionnelles locales.18 Guebwiller
Saint-Louis Dans la zone d’emploi d’Altkirch,
Colmar - Neuf-Brisach qui ne comporte pas d’établisse-
16
ments industriels de très grandeStrasbourg
taille, avec un tissu économique
Salariés à bas salaires (en %)
14 de petites entreprises artisanales
5 6 7 8 9 10 11
6,8 et de petits commerces, 10 % des
salariés sont concernés.
16 % des ouvriers qualifiés. À l’in- gorie. Il s’agit notamment de com- Cette part n’est que de 5,5 % dans
verse, les chefs d’entreprises sa- mis de restaurant, d’aides de cui- les zones d’emploi frontalières de
lariés et les cadres ne sont pas sine, de concierges et d’aides à Wissembourg et de Saint-Louis,
concernés par les bas salaires. domicile. concurrencées par les rétributions
Une très faible proportion de sala- Les appointements modiques élevées pratiquées en Allemagne
riés des professions intermédiai- et en Suisse. En outre, dans cesconcernent 2 employés de com-
res est peu payée. Il s’agit de jeu- merce sur 10. La plupart sont ven- zones d’emploi, la part des em-
plois peu qualifiés est plutôt faible.nes actifs en début de carrière. deurs dans le commerce de détail
ou caissiers de grands magasins. Les zones d’emploi de StrasbourgParmi les ouvriers non qualifiés de
et de Colmar-Neuf-Brisach, qui bé-type artisanal, 3 sur 10 perçoivent
néficient d’activités du tertiaire su-un salaire horaire brut égal ou in- Une répartition
périeur et d'une part importanteférieur à 8,12 euros. Les faibles ré- très inégale
d’emplois très qualifiés, comptentmunérations sont aussi fréquen- selon les zones
également une proportion moindretes chez le personnel des services
de bas salaires.directs aux particuliers. Elles re- La fréquence des bas salaires
présentent 23 % dans cette caté- varie sensiblement d’une zone Il en est de même dans la zone d’em-
ploi de Molsheim-Schir-
Caractéristiques des salariés à bas salaire meck. Pourtant, le quart de
la main-d’œuvre locale estNombre de salariés Indice de spécificité
peu qualifiée. L’implanta-
Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes tion dans cette zone d’é-
Ensemble des salariés à bas salaire 16 567 28 919 45 486 100,0 100,0 tablissements industriels
dont :
de grande taille, à forte
ont moins de 30 ans 8 979 12 065 21 044 117,1 90,2
valeur ajoutée et plus ré-occupent un emploi non qualifié 10 040 25 184 35 224 78,3 112,5
travaillent à temps partiel 5 010 15 113 20 123 68,4 118,1 munérateurs, explique en
travaillent dans une entreprise 6 209 10 308 16 517 103,2 98,2 partie ce contraste.
de moins de 10 salariés
travaillent dans une activité de services 8 612 17 963 26 575 89,0 106,3
Indicateur de spécificité : le calcul s'effectue sur la seule population à bas salaire
Monique SCHMITTnombre d’hommes de moins de 30 ans/ensemble des salariés de moins de 30 ans x 100 = 117,1exemple : d’hommes/ensemble des salariés
Cette référence au bas salaire ainsi déterminé constitue simplement un indicateur de la faiblesse des revenus tirés du travail sa-
larié, et est en aucun cas un indicateur de pauvreté ou de précarité financière. En effet, en raison des limites de la source, l’en-
semble des revenus autres que salariaux n’ont pas été pris en compte. En outre chaque salarié a été considéré de manière
isolée, indépendamment de sa situation familiale.
Cette étude a pour seul objectif la description des salariés et des emplois faiblement payés et de cerner leur profil. Elle ne per-
met pas de mesurer le salaire mensuel brut des salariés, étant donné que le nombre d’heures travaillées et la durée de la pé-
riode rémunérée sont variables.
9Chiffres pour l'Alsace · revue n° 36 ·décembre 2006
Source : Insee, DADS 2004
Source : Insee, DADS 2004

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.