Quelle carrière professionnelle pour les salariés non qualifiés ?

De
Publié par

Les voies pour construire une carrière professionnelle sont loin d'être toutes tracées pour ceux qui occupent un emploi non qualifié. Les promotions, plutôt rares, passent de plus en plus par un changement d'employeur et les épisodes de chômage sont fréquents. Ce manque de visibilité professionnelle conforte les travaux sociologiques récents qui soulignent le manque de perspectives ressenties par ces salariés malgré des opportunités réelles d'évolution pour les jeunes diplômés et pour les hommes. Les salariés qui restent dans leur entreprise demeurent de plus en plus souvent sur leur poste non qualifié. Les femmes peu diplômées et les salariés âgés sont plus exposés à ce maintien durable sur des emplois relativement stables, mais offrant très peu de perspectives. C'est notamment le cas des assistantes maternelles, des agents de services ou des ouvriers de l'entretien.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 46
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins

Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite 150 lpp 45 degrØs
Emploi 3
Quelle carrière professionnelle
pour les salariés non qualifiés ?
Philippe Alonzo, Olivier Chardon*
Les voies pour construire une carrière professionnelle sont loin
d’être toutes tracées pour ceux qui occupent un emploi non qualifié.
Les promotions, plutôt rares, passent de plus en plus par un changement
d’employeur et les épisodes de chômage sont fréquents. Ce manque
de visibilité professionnelle conforte les travaux sociologiques récents
qui soulignent le manque de perspectives ressenties par ces salariés
malgré des opportunités réelles d’évolution pour les jeunes
diplômés et pour les hommes.
Les salariés qui restent dans leur entreprise demeurent de plus en plus
souvent sur leur poste non qualifié. Les femmes peu diplômées
et les salariés âgés sont plus exposés à ce maintien durable
sur des emplois relativement stables, mais offrant très peu
de perspectives. C’est notamment le cas des assistantes maternelles,
des agents de services ou des ouvriers de l’entretien.
près avoir fortement chu- non qualifié s’est transformé Depuis le milieu des années
té, la part des emplois (Chardon, 2001). Il s’est dévelop- quatre-vingt-dix, la politique deA non qualifiés dans le sa- pé dans le commerce, les services lutte contre le chômage a encou-
lariat s’est stabilisée depuis le mi- aux particuliers et les services ragé le développement des em-
lieu des années quatre-vingt-dix. aux entreprises, secteurs en plois non qualifiés en réduisant
Aujourd’hui, un emploi salarié plein essor, tandis qu’il a forte- le coût relatif du travail des bas
sur quatre est dit « non qualifié » ment diminué dans les postes de salaires, et en offrant des déduc-
(encadré 1). En vingt ans, l’emploi production. tions d’impôt pour les particu-
* Philippe Alonzo est maître de conférences en sociologie à l’université de Nantes et Olivier Chardon est chargé d’études à la Dares
ministère de l’Emploi, de la Cohésion sociale et du Logement.
Données sociales - La société française 265 édition 2006
053.ps
N:\H256\STE\K3WCPB\_DONNEES\DS2006\053\053.vp
jeudi 9 mars 2006 10:24:06Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite 150 lpp 45 degrØs
3 Emploi
Encadré 1
Les emplois non qualifiés
et l’enquête Formation et Qualification professionnelle (FQP)
Les emplois non qualifiés sont der unespécialitédeformation comme une promotion : il n’y a pas
considérés comme des emplois exi- spécifique. Cette propriété est aussi toujours une frontière nette entre
geant peu de temps d’adaptation et vérifiée par les professions d’ou- un emploi qualifié et un emploi
sur lesquels l’employeur peut faci- vriers non qualifiés. non qualifié. Mais statistiquement,
lement substituer un autre salarié. ces promotions professionnelles
Dans les analyses quantitatives, ils L’enquête FQP 2003 est la sixième s’accompagnent le plus souvent
sont composés, à partir de la no- version d’une enquête déjà réalisée d’une amélioration des conditions
menclature des PCS, des profes- en 1964, 1970, 1977, 1985 et 1993. d’emploi et de salaire.
sions d’ouvriers non qualifiés et 40 000 personnes âgées de 18 à
d’une partie des professions d’em- 65 ans ont été interrogées entre avril Les principales professions non
ployés qui varie selon les auteurs. et juillet 2003. Le questionnaire per- qualifiées ont été regroupées en
met de suivre les trajectoires profes- 13 grandes figures afin d’étudier
La délimitation des emplois d’ou- sionnelles des individus sur de manière assez fine et robuste,
vriers non qualifiés repose large- cinq ans. L’enquête FQP 2003 per- les trajectoires professionnelles se-
ment sur les conventions met donc d’étudier le devenir profes- lon la nature des emplois (fi-
collectives. Elle est reconnue et lé- sionnel des personnes en emploi gure 1). Ces regroupements sont
gitime aux yeux des partenaires so- non qualifié en 1998. assez naturels : ils correspondent à
ciaux et des pouvoirs publics. Pour des similitudes fortes en terme de
les employés, nous avons adapté Nous avons considéré que toute secteur employeur, de statut d’em-
une proposition faite à partir de la sortie de l’emploi non qualifié pour ploi ou de conditions de travail.
version antérieure de la PCS occuper en 2003 un emploi qualifié, Pour certaines figures, la part des
(Chardon, 2001). Une profession ou se mettre à son compte, est une personnes promues, qui sont res-
d’employé est définie comme « non promotion professionnelle. Dans la tées dans la filière de l’emploi non
qualifiée » si son accès en début de réalité, ces transitions ne sont pas qualifié occupé en 1998, a été es-
carrière ne nécessite pas de possé- forcément vécues par les individus timée.
Figure 1 - Les principaux emplois non qualifiés en 1998
Part Part de ceux ayant Part des moins Part
Effectif
des femmes au plus le BEPC de 30 ans des immigrés
en milliers
(en %) (en %) (en %) (en %)
Salariés de particuliers 974 96 64 12 14
Agents de service 764 76 60 18 2
Employés de commerce 530 79 42 47 4
Ouvriers non qualifiés (ONQ) des transports 334 35 58 43 8
Employés hôtel, café, restauration 293 63 47 52 12
Ouvriers non qualifiés des industries de process 276 37 61 35 7
Ouvriers non qualifiés du BTP 269 5 62 35 17
Ouvriers non qualifiés de la mécanique 231 23 58 41 9
Ouvriers non qualifiés de l’entretien 219 51 67 25 18
Ouvriers non qualifiés agricoles 210 21 58 31 17
Ouvriers non qualifiés des industries légères 144 54 66 27 14
Agents de surveillance 105 8 49 38 12
Ouvriers non qualifiés de l’électronique , électricité 58 65 59 33 4
Ensemble (97 % de l’emploi non qualifié) 4 406 61 58 30 10
Champ : personnes en emploi salarié en 1998, non retraitées et ayant moins de 65 ans en 2003.
Lecture : 974 000 personnes occupent un emploi non qualifié de salarié de particulier en 1998 (96 % sont des femmes, 64 % ont au plus le BEPC, 12 % ont
moins de 30 ans et 14 % sont immigrés).
Source : Insee, enquête FQP 2003.
Données sociales - La société française 266 édition 2006
053.ps
N:\H256\STE\K3WCPB\_DONNEES\DS2006\053\053.vp
jeudi 9 mars 2006 10:24:06Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite 150 lpp 45 degrØs
Emploi 3
liers employeurs. En effet, les entre la période 1980-1985 et laFaibles perspectives
populations les moins diplômées période 1988-1993 et s’est stabili-d’évolution dans
ou sans expérience profession- sé depuis (figure 3). L’ancienneté
l’entreprise et risque
nelle, particulièrement touchées dans l’entreprise ou l’expérience
de chômage élevépar le chômage, ne peuvent le sur un poste non qualifié influent
plus souvent prétendre qu’à ces d’ailleurs moins que par le passé
postes. Selon l’enquête Formation Quali- sur les chances de promotion ou
fication professionnelle,prèsdela la fixation du salaire (Lemistre,
Mais, envers de la médaille, ces moitié (45 %) des salariés en em- 2004). Le passage par un emploi
emplois cumulent souvent des ploi non qualifié en 1998 a quitté non qualifié offre donc peu de
désavantages : mauvaises condi- son entreprise en 2003 contre perspectives d’évolution au sein
tions de travail, temps partiel 34 % pour les ouvriers et les em- de l’entreprise.
subi, horaires décalés et frag- ployés qualifiés et 29 % pour les
mentés, faibles salaires, mis- cadres et les professions intermé- Un emploi est d’autant plus bé-
sions d’intérim et contrats à diaires (figure 2). Souvent peu di- néfique qu’il améliore les compé-
durée déterminée. La question plômées et possédant une tences professionnelles, crée un
du devenir des personnes qui expérience professionnelle peu re- réseau de relations ou signale
occupent à un moment de leur connue, ces personnes se retrou- aux employeurs une bonne apti-
vie professionnelle un emploi vent en difficulté sur le marché tude pour le travail. Tous ces élé-
non qualifié est donc impor- du travail. Au sein de l’entreprise, ments doivent permettre aux
tante. ces salariés ont peu de perspecti- individus d’évoluer dans leur en-
ves professionnelles : 16 % ont treprise ou de saisir de meilleu-
Actuellement, les emplois non changé de poste dans leur entre- res opportunités d’emploi
qualifiés se scindent en deux prise entre 1998 et 2003, soit ailleurs. Mais de fait, les trajec-
groupes opposés : d’un côté, des deux fois moins que les profes- toires des salariés non qualifiés
métiers à forte rotation de sions intermédiaires et les ca- sont très marquées par le chô-
main-d’œuvre offrent de réelles dres. Depuis les années quatre- mage : entre 1998 et 2003, seuls
chances de promotion et, de vingt, les possibilités de mobilité 27 % des ouvriers ou employés
l’autre, des métiers où le risque interne ont fortement diminué non qualifiés ont changé de
de chômage est moins impor- pour les non-qualifiés : leur taux poste sans passer par le chômage
tant, présentent des perspectives de promotion en interne sur (16 % en restant dans l’entreprise
de carrière faibles. 5 ans a chuté de 12 % à 7 % d’origine et 11 % en changeant
Figure 2 - Les trajectoires professionnelles des salariés selon la qualification de leur emploi
en %
Au cours de la période 1998-2003
Part au sein
A changé d'emploi
Emploi en 1998 des salariés
N'a pas changé Sans emploi
de 1998 Total
d'emploi en 2003Dans la même Sans période Avec période
entreprise de chômage de chômage
Cadres, professions intermédiaires 40 37 34 14 8 (9)* 7 100
Employés, ouvriers qualifiés 37 42 24 13 11 (10)* 10 100 ouvriers non qualifiés 23 39 16 11 17 (13)* 17 100
Total 100
* Durée médiane de chômage en mois.
Champ : personnes occupant un emploi salarié en 1998, non retraitées et ayant moins de 65 ans en 2003.
Lecture : sur la période 1998-2003, 34 % des cadres et professions intermédiaires ont changé de poste en restant dans la même entreprise et 8 % ont connu une
mobilité s'accompagnant d'une période de chômage dont la durée médiane a été de 9 mois.
Source : Insee, enquête FQP 2003.
Données sociales - La société française 267 édition 2006
053.ps
N:\H256\STE\K3WCPB\_DONNEES\DS2006\053\053.vp
jeudi 9 mars 2006 10:24:07Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite 150 lpp 45 degrØs
3 Emploi
d’entreprise) contre 48 % pour plôme, diminuent avec l’âge et un emploi plus conforme à leurs
lescadresetlesprofessionsin- sont nettement plus faibles pour aspirations. Ils accèdent à ces
termédiaires. Les salariés non les femmes. Celles qui possèdent emploistrèsviteàla sortie des
qualifiés sont ainsi confrontés à au moins le baccalauréat ne sont études et n’y restent que quel-
deux risques : le maintien du- pas davantage promues que les ques mois (Béduwé, 2004). Les
rable sur un poste non qualifié hommes ayant au plus le BEPC moins diplômés sont à l’inverse
ou le changement d’employeur et âgés de moins de 30 ans (fi- peu concernés par cette sortie ra-
qui comporte des chances de gure 4). pide de l’emploi non qualifié qui
promotion mais aussi des risques repose sur la valorisation de la
de chômage. L’avantage d’être jeune et diplô- formation initiale.
mé tient au rôle particulier que
jouent les emplois non qualifiés À âge et niveau de diplôme égal,
L’accès dans l’insertion sur le marché du les femmes ont plus de mal que
travail des débutants. En effet, les hommes à sortir des emploisà l’emploi qualifié :
un jeune sur deux connaît un non qualifiés du fait d’un doubleles jeunes, les hommes
épisode d’emploi non qualifié en mécanisme : d’une part, les for-
et les diplômés d’abord
début de carrière (Béduwé, mations suivies par les femmes
2004). S’il est vrai que les em- les amènent fréquemment vers
Les trajectoires fortement diffé- plois non qualifiés sont occupés des emplois dont les caractéristi-
renciées des salariés non qualifiés en majorité par des personnes ques sont proches du travail do-
sont liées à la nature des emplois peu diplômées possédant au plus mestique ou en conformité avec
et renvoient à des profils indivi- le BEPC (59 % des non quali- les stéréotypes qui associent cer-
duelsdifférents:ellesopposent fiés), les titulaires d’un baccalau- taines « qualités féminines » à
l’industrie aux emplois de servi- réat ou d’un diplôme du certains métiers ; d’autre part,
ces, les hommes aux femmes, les supérieur occupent 11 % des em- ces emplois demeurent peu valo-
diplômés à ceux qui ne le sont plois non qualifiés. Pour ces der- risésetbiensouventconsidérés
pas, les jeunes aux plus âgés, les niers, le passage par un tel comme des emplois d’appoint.
immigrés aux français d’origine. emploi s’apparente à un temps Au final, les femmes qui occu-
d’attente avant de bénéficier d’un pent un emploi non qualifié en
Ainsi, les chances de promotion « reclassement » promis par 1998 se retrouvent plus souvent
augmentent avec le niveau de di- l’employeur ou avant de trouver sans emploi en 2003 que dans un
Figure 3 - L'évolution des carrières des salariés en emploi non qualifié
en %
Salariés en emploi non qualifié
En 1980 En 1988 En 1998
Évolution des salariés non qualifiés sur cinq ans
Est sans emploi cinq ans plus tard 12 17 17
Occupe le même emploi non qualifié dans la même entreprise cinq ans plus tard 31 44 39
Occupe un autre emploi non qualifié dans la même entreprise, cinq ans plus tard 15 5 9
Occupe un autre emploi non qualifié dans une autre entreprise, cinq ans plus tard 20 16 16
A connu une promotion en changeant d’entreprise 10 11 12
A connu une au sein de son entreprise 12 7 7
Ensemble 100 100 100
Proportion des non qualifiés dans l'emploi salarié 29 22 24
Champ : personnes en emploi salarié en 1980 (1988 ou 1998) non retraitées et ayant moins de 65 ans cinq ans plus tard.
Lecture : 31 % des salariés non qualifiés en 1980 occupaient le même emploi dans la même entreprise cinq ans plus tard. Cette proportion s'élève à 39 % pourla
période 1998-2003.
Sources : Insee, enquêtes FQP 1985, 1993 et 2003.
Données sociales - La société française 268 édition 2006
053.ps
N:\H256\STE\K3WCPB\_DONNEES\DS2006\053\053.vp
jeudi 9 mars 2006 10:24:08Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite 150 lpp 45 degrØs
Emploi 3
poste qualifié, sauf si elles ont le complément de revenus aux res-Hôtellerie, restauration :
baccalauréat (figure 4). sources familiales. En effet, dansdes emplois d’attente
la restauration comme dans l’hô-
pour des destins
Les perspectives professionnelles tellerie, les horaires sont irrégu-
très contrastésdépendent à la fois des caracté- liers ou décalés, le travail le
ristiques des individus et de la week-end et les jours fériés fré-
nature des emplois non qualifiés. Lesdeuxtiersdespersonnesqui quents, le niveau des salaires peu
Lesjeunes,leshommesetlesdi- accèdent à des postes non quali- élevé et le temps partiel monnaie
plômés sont les plus nombreux à fiés dans l’hôtellerie-restauration courante (Angeloff, 2000 ; Car-
occuper des emplois non quali- changeront d’employeur avant tron, 2003). Ces emplois attirent
fiés qui débouchent le plus sur cinq ans (figure 5). cependant les plus diplômés no-
une promotion. Inversement, les tamment dans la restauration ra-
salariés plus âgés, les femmes, Serveurs de bistrot, équipiers pide. L’emploi d’équipier y est
les personnes faiblement diplô- dans un fast-food ou aides de considéré comme éphémère et
mées, mais aussi les immigrés, cuisine dans un grand restau- purement alimentaire (Cartron,
occupent en premier lieu les pos- rant, femmes de ménage dans un 2003). Il permet de financer des
tes non qualifiés qui offrent le petit hôtel ou réceptionnistes études pour un avenir qui, même
moins de perspectives. Ce double d’une chaîne hôtelière, les mé- incertain, est l’avenir souhaité.
constat est en premier lieu le re- tiers sont très divers. Leurs Refusant quecetravail entre
flet des critères de recrutement contenus et les perspectives qu’ils dans la définition d’eux-mêmes,
des employeurs. Mais, s’ils ont offrent varient également selon la ces salariés de la restauration
conscience d’avoir peu d’attributs gamme, le prestige et la taille de rapide sont peu demandeurs d’a-
pour obtenir un emploi qualifié, l’hôtel ou du restaurant. méliorations ou d’évolutions des
les salariés non qualifiés, peuvent conditions de travail.
aussi s’orienter vers les métiers Nombre d’employeurs présentent
non qualifiés offrant le plus de ces emplois comme des petits Sur les postes non qualifiés de
garantie de conserver un emploi. boulots qui conviennent à des l’hôtellerie-restauration, deux
Au fil du temps, la possibilité de étudiants ou à des mères de fa- trajectoires professionnelles dia-
sortir de la non-qualification mille souhaitant apporter un métralement opposées se dessi-
pourrait ainsi diminuer, tandis
qu’en cas de perte d’emploi, la
Figure 4 - Évolution professionnelle des salariés en emploi nonprobabilité d’être exclu du mar-
qualifié selon le niveau de diplôme et le sexe
ché du travail augmenterait. en %
Pour les plus fragilisés sur le
Évolution professionnellemarché du travail, le risque d’oc-
Caractéristiques Part danscuper un emploi non qualifié
des salariés en emploi non qualifié Promotion les emploispeut donc se doubler du risque Sans emploi
en 1998 entre 1998 non qualifiésd’y rester enfermé. en 2003
et 2003
L’emploi non qualifié peut ainsi Au plus BEPC et + de 30 ans hommes 20 13 16
se décomposer en plusieurs figu-
femmes 6 16 31
res. D’un côté, des métiers occu-
pés temporairement par des Au plus BEPC et – de 30 ans hommes 35 19 7
jeunes ayant au moins un femmes 12 37 5
CAP-BEP comportent des risques
CAP/BEP hommes 35 10 11de perte d’emploi mais aussi des
femmes 121818chances de promotion (ouvriers
non qualifiés de la mécanique
Bac ou plus hommes 55 12 4
ou du transport). À l’opposé,
femmes 34 20 7d’autres métiers offrent une cer-
taine stabilité de l’emploi mais Champ : personnes en emploi salarié en 1998 ayant moins de 65 ans, et non retraitées en 2003.
peu de chances de sortir de la Lecture : 55 % des hommes occupant un emploi non qualifié, titulaires d'un baccalauréat ou plus, ont
connu une promotion entre 1998 et 2003. 12 % d'entre eux se sont retrouvés en situation de non emploi.non-qualification (salariés de
Cette population représente 4 % de l'ensemble.particuliers, agents de services ou
Source : Insee, enquête FQP 2003.
ouvriers de l’entretien) (figure 5).
Données sociales - La société française 269 édition 2006
053.ps
N:\H256\STE\K3WCPB\_DONNEES\DS2006\053\053.vp
jeudi 9 mars 2006 10:24:09Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite 150 lpp 45 degrØs
3 Emploi
nent. La première distingue les fessionnel qui se rétrécit au fil du BTP, les risques importants de
salariés qui accèdent à l’emploi temps. Recrutés plutôt parmi les pertes d’emploi s’accompagnent
qualifié (27 % ont eu une pro- femmes et les moins diplômés, ils de réelles possibilités de pro-
motion entre 1998 et 2003) (fi- «sortentverslebas »ducôtédu gression professionnelle. Entre
gure 5). Plus diplômés que les chômage et de l’inactivité (26 % 28 % et 32 % des salariés béné-
autres, ils « sortent vers le des non qualifiés de l’hôtellerie ficient d’une promotion entre
haut » en accédant à des em- restauration seront sans emploi 1998 et 2003, le plus souvent au
ploisqui,leplussouvent,relè- cinq ans plus tard). Face à l’im- sein de leur filière profession-
vent d’un autre secteur. Moins possibilité de construire ou de nelle (figure 5). Dans ce secteur,
d’un tiers des promus remonte la mener de front un projet person- se retrouvent des figures mascu-
filière professionnelle de l’hôtel- nel et professionnel, les femmes lines traditionnelles du monde
lerie-restauration en prenant le sont lesplusnombreusesàre- ouvrier : manœuvres dans le
risque de se mettre à son noncer à exercer un emploi. BTP, ouvriers non qualifiés de la
compte, en devenant cuisinier ou mécanique, du travail des mé-
en accédant à la maîtrise de res- taux ou des transports de mar-
tauration. Mécanique, transport, chandises. Ces emplois exigent
souvent un travail physique im-BTP : de l’instabilité,
À l’opposé se trouvent ceux qui portant,àlachaîneousur desmais des opportunités
ont le moins d’atouts. Ils se main- chantiers. Ils permettent à de
de promotion
tiennent sur des emplois peu va- nombreux jeunes hommes peu
lorisés avec des perspectives formés d’entrer sur le marché
faibles d’amélioration des condi- Dans certains métiers de la mé- du travail.
tions de travail et un horizon pro- canique, du transport et du
Les métiers d’OS de la méca-
nique et du travail des métaux
s’exercent souvent dans des sec-
teurs traditionnels de l’industrie.
Figure 5 - Corrélation entre chances de promotion et risques de Les conventions collectives
1perte d'emploi dans les emplois non qualifiés étaient encore très structurantes
il y a quelques années et les pas-
pourcentage ayant eu une promotion sages vers des postes d’ouvriers
35
qualifiés se faisaient en partie
Mécanique
Transports après quelques années d’expé-
30 rience. Même si la nature ou lesBTP Hôtellerie, restauration
Surveillance conditions de travail des promus
25 n’étaient pas améliorées, ces pra-Commerce
Électronique, électricité tiques constituaient pour les sala-Industries de process
Industries légères20 riés une reconnaissance de leurs
Agriculture compétences et leur donnaient le
Agents de service15 sentiment qu’ils pouvaient cons-
Entretien
truire une carrière dans leur en-
treprise. Aujourd’hui, les deux10
Salariés de particuliers tiers des promus de ces filières
ont changé d’entreprise. Les5
nombreuses restructurations, no-
tamment dans la métallurgie et
0
l’industrie automobile, condui-010 20 30 40 50 60 70 80
pourcentage ayant perdu leur emploi sent à une raréfaction des possi-
bilités de promotion en interne,1. En général, ce ne sont pas les libellés souvent trop longs des emplois non qualifiés qui figurent dans le
graphique, mais les filières correspondantes. Par « mécanique » par exemple, il faut entendre « ouvriers non encourageant ainsi des stratégies
qualifiés de la mécanique ». Les libellés complets sont décrits dans l'encadré 1. plus individuelles que collectives.
Champ :personnes en emploi non qualifié en 1998 non retraitées et ayant moins de 65 ans en 2003.
Ces trajectoires promotionnelles,Lecture : les agents de service ont 13 % de chances de connaître une promotion entre 1998 et 2003 et
seulement 30 % de risques de quitter leur emploi actuel. Les points sont proportionnels aux effectifs en emploi plus incertaines et plus com-
en 1998 (encadré 1). plexes que par le passé, ne per-
Source :Insee, enquête FQP 2003.
mettent pas à ces ouvriers de
Données sociales - La société française 270 édition 2006
053.ps
N:\H256\STE\K3WCPB\_DONNEES\DS2006\053\053.vp
jeudi 9 mars 2006 10:24:10Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite 150 lpp 45 degrØs
Emploi 3
vivre avec sérénité ces périodes féminine est ainsi très faible se traduit par un isolement
d’emploi non qualifié même si, parmi les ouvriers qualifiés de la important : les salariées de parti-
au final, une part importante ac- manutention (11 %), les conduc- culiers n’ont pas de contact avec
cède à l’emploi qualifié. Des tra- teurs d’engins (1 %) ou les un collectif de travail (collègue,
vaux sociologiques insistent sur conducteurs de véhicules (7 %). syndicat ou représentant du per-
le mal-être au travail de beau- sonnel) ; de même, les person-
coup d’ouvriers et sur leur senti- nels de l’entretien et du ménage
ment de ne pas maîtriser les interviennent seuls lorsque les lo-Personnels de services :
nouveaux codes qui permettent caux sont vides, tôt le matin ouune trappe à emploi
d’accumuler, même en quantité tard le soir.
non qualifié
réduite, le capital professionnel
nécessaire à la promotion (Beaud
et Pialoux, 2002). Les salariés de particuliers, les
ouvriers de l’entretien et les Encadré 2
Dans le bâtiment, la petite taille agents de services de la Fonc-
Un manque de perspectives
des entreprises et la forte saison- tion publique ont tous de très
d’évolution professionnelle
nalité de l’activité limitent les faibles possibilités de promo-
pas forcément mal vécu :
perspectives de carrière stable tion, mais cela s’accompagne
le cas des assistantes
dans une même entreprise. Liée d’une relative stabilité de l’em-
maternelles
aux conditions de travail diffici- ploi. Ces trois figures représen-
les, la fuite des ouvriers qualifiés tent 40 % des emplois non
Les assistantes maternelles consti-
vers d’autres secteurs ouvre des qualifiés et regroupent les per- tuent un exemple éclairant de
possibilités de promotion aux ou- sonnes les moins favorisées sur maintien durable dans un emploi
peu qualifié. L’agrément qu’ellesvriers non qualifiés qui ont ap- le marché du travail : les fem-
obtiennent du ministère des Affai-pris leur métier sur le tas. En mes, les plus âgées, les peu di-
res sociales, pour pouvoir garder
revanche, très peu se mettent à plômées et les immigrés. des enfants à leur domicile, n’est
leur compte. Les promotions en pas une certification de compé-
tence : il garantit seulement le res-internesefontessentiellement Ce sont des activités de type do-
pect desnormessanitairesetdans les grandes entreprises des mestique : garde d’enfants, aide
sociales en matière d’accueil des
travaux publics. aux personnes âgées, travaux de
enfants. Quant au programme de
ménage chez des particuliers, formation, obligatoire depuis
Du fait de l’augmentation des dans des écoles, des hôpitaux, 1992, il reste limité : 60 heures en
tout et pour tout. Ces emploiséchanges de marchandises, le des locaux industriels ou des bu-
continuent à légitimer l’idée quetransport est un des seuls sec- reaux. La demande pour ces em-
les femmes détiennent les qualités
teursoùlenombred’ouvriers plois est très forte sous l’effet du naturelles nécessaires à leur exécu-
non qualifiés progresse forte- développement de l’activité fémi- tion.
ment.Iloffre,lui aussi,des op- nine, du vieillissement de la po-
En revanche,lemanquedepers-portunités d’emplois pour des pulation et de l’externalisation
pectives d’évolution profession-
jeunes peu diplômés, mais con- des tâches de nettoyage. Ce dy-
nelle n’est pas toujours mal vécue
trairement au BTP et à la méca- namismedelademande offreà par les assistantes maternelles. Se-
nique, la mobilité interne ces emplois une certaine protec- lon une enquête monographique
(Alonzo, 2000), si une majoritél’emporte sur les promotions ex- tion contre le chômage. Pour les
des assistantes maternelles consi-ternes. C’est également un sec- ouvriers de l’entretien la stabilité
dèrent que leur travail est peu va-
teur où la présence des femmes professionnelle est même orga- lorisé et surtout peu visible, toutes
n’est pas négligeable : elles repré- nisée : lors des changements de ne portent pas un regard sombre
sur leur profession. Celles qui ontsentent un tiers des effectifs, prestataires, les personnels en
le moins de chances de trouver unprincipalement dans les activités place doivent être repris par
autre emploi parlent de vocation
de tris, d’emballage et d’expédi- l’entreprise qui a remporté le
et « d’amour des enfants ». Être
tion. Plus diplômées que les marché. chez soi à s’en occuper, se rendre
hommes, les femmes accèdent utile en bénéficiant d’un salaire,
constituent les motifs qui soutien-cependant nettement moins aux Mais les conditions de travail et
nent un rapport au travail positifpostes qualifiés et, le plus sou- d’emploi de ces professions ten-
et l’assurance d’avoir réussi à
vent, quittent la filière du trans- dent à maintenir les salariés sur concilier vie familiale et vie pro-
port lorsqu’elles sortent de des emplois non qualifiés. Tout fessionnelle.
l’emploi non qualifié. La présence d’abord, l’exercice de ces emplois
Données sociales - La société française 271 édition 2006
053.ps
N:\H256\STE\K3WCPB\_DONNEES\DS2006\053\053.vp
jeudi 9 mars 2006 10:24:11Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite 150 lpp 45 degrØs
3 Emploi
Ensuite, les employeurs offrent CAP petite enfance pour l’exercice Cependant, l’absence de perspec-
peu d’opportunités pour évoluer de l’emploi d’auxiliaire de puéri- tives professionnelles n’est pas
professionnellement. C’est évidem- culture ou le certificat d’aptitude forcément toujours mal vécue
ment le cas pour les particuliers aux fonctions d’aide-soignant). Or, (encadré 2). Mais elle confine les
employeurs. Mais, même dans les cette voie est peu adaptée pour salariés sur des emplois pour les-
grandes structures d’accueil des des femmes faiblement diplômées quels la satisfaction au travail
enfants, des personnes malades ou ayant quitté depuis longtemps le – « le bonheur au travail » (Baude-
dépendantes, les perspectives de système scolaire. Dans la Fonction lot, Gollac, 2003) – s’est globale-
promotion sont réduites. En l’ab- publique elle-même, les chances ment dégradée sous l’effet de
sencedevalorisationdel’expé- d’évoluer offertes aux agents de l’intensification du travail et des
rience professionnelle, l’obtention services par concours ou examen exigences croissantes des em-
d’un diplôme est obligatoire (le interne sont réduites. ployeurs.
Pour en savoir plus
Alonzo P., « Femmes et salariat », Béduwé C., « L’emploi non quali- Chardon O., « Les transformations
L’Harmattan, Logiques sociales,Pa- fié dans les trajectoires profes- de l’emploi non qualifié depuis
ris, 2000. sionnelles de jeunes débutants », 20 ans, Insee Première, n° 796,
in Méda D., Vennat F. (dir.), « Le 2001.
Angeloff T., « Le temps partiel, un travail non qualifié, permanences
marché de dupes ? », Syros, Paris, et paradoxes », La Découverte, Chardon O., « La qualification des
2000. « Recherches », p. 269-284, Paris, employés », Document de travail,
2004, n° F 0202, Insee, 2001.
Baudelot C., Gollac M., « Travail-
ler pour être heureux ? Le bonheur Lemistre P., « Emplois non quali-
et le travail en France », Fayard, Cartron D., « Le sociologue pris en fiés et carrières salariales : une
Paris, 2003. sandwich ! Retour sur une observa- mise en perspective à travers sept
tion participante au McDonald’s », ENQ », in Méda D., Vennat F.
Communication aux journées (dir.), « Le travail non qualifié, per-
Beaud S., Pialoux M., «Retour Ergonomie et Sociologie, manences et paradoxes », La Dé-
sur la condition ouvrière », Fayard, 25-26 mars 2002 ; Dares, Travail et couverte, « Recherches »,
Paris, 2002. Emploi, n° 94, 2003. p. 285-295, Paris, 2004.
Données sociales - La société française 272 édition 2006
053.ps
N:\H256\STE\K3WCPB\_DONNEES\DS2006\053\053.vp
jeudi 9 mars 2006 10:24:11

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.