Recul de 15 % du nombre de demandeurs d'emploi (Octant n° 81)

De
Publié par

Fin décembre 1999, la Bretagne comptait 110 424 demandeurs d'emploi de catégorie 1 inscrits à l'ANPE (données brutes). Ce nombre est en diminution de 14,7 % par rapport à décembre 1998 (soit − 19 000 personnes), en particulier du fait de la baisse des inscriptions à l'ANPE (− 4,7 % sur les douze derniers mois).
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 39
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins

Recul de 15 % du nombre de
demandeurs d’emploi
a baisse du nombre de de Le repli est plus fort en-Lmandeurs d’emploi est sen Bretagne qu’au niveau France-Fin décembre 1999, la
sible en Bretagne depuis entière (- 11,7 % en un an),Bretagne comptait
septembre 1997. Le point haut l’amélioration ayant été plus
110 424 demandeurs avait été atteint à cette date importante dans la région au
avec 131 070 demandeurs cours de la deuxième moitié ded’emploi de catégorie
d’emploi (données CVS). Au l’année 1999.1 inscrits à l’ANPE
cours de l’année 1998, le
(données brutes). Ce nombre de demandeurs d’em Les quatre départements-
ploi a diminué de 3,8 %. Sur les bretons ont enregistré unenombre est en
six premiers mois de l’année baisse du nombre de deman-diminution de 14,7 %
1999, ce recul s’est poursuivi deurs d’emploi en 1999.
par rapport à au même rythme. A la fin juin Celle-ci atteint 16,4 % en
1999, leur nombre en données Ille-et-Vilaine, 15,6 % dans ledécembre 1998 (soit
CVS était passé sous le seuil des Morbihan et les Côtes-d’Armor,- 19 000 personnes),
120 000 personnes pour la pre mais se limite à 11,9 % dans le-
en particulier du fait mière fois depuis janvier 1993. Finistère. Dans ce dernier dé-
Puis, pendant le deuxième se partement, contrairement aux-de la baisse des
mestre, le rythme de baisse s’est autres, le chômage a continué àinscriptions à l’ANPE
accéléré : - 11,3 % entre juin et augmenter jusqu’en mars 1999,
(- 4,7 % sur les douze décembre 1999 (en données avant de reculer par la suite. Par
CVS). comparaison, l’Ille-et-Vilainederniers mois).
Comparaison des demandeurs dans les quatre départements bretons au 31-12-1999
Nombre de Part des
demandeurs Evolution Part des jeunes Part des femmes chômeurs de
d’emploi sur un an (en %) (en %) (en %) longue durée
(données brutes) (en %)
20 059 -15,6 18,4 53,6 35,6Côtes-d’Armor
Finistère 33 838 -11,9 18,2 53,0 38,8
Ille-et-Vilaine 30 108 -16,4 19,7 54,2 34,2
Morbihan 26 419 -15,6 19,7 54,7 35,4
Bretagne 110 424 -14,7 19,0 53,9 36,2
France 2 637 349 -11,7 18,6 50,8 36,6
Source : DRTEFP - INSEE
28 Octant n°81 - Mars 2000 Bilan économique 1999Chômage
comptait à peine plus de de-
Répartition en % des jeunes demandeurs d’emploi par niveau de formationmandeurs d’emploi que le Fi-
(fin 1997 et fin 1999)
nistère début 1996, mais en
avait 4 000 de moins à la fin Bretagne Bretagne France France
1999. 12/97 12/99 12/97 12/99
Bac + 4, + 3, + 2 22,0 20,2 14,2 13,0
Bac 25,9 26,1 21,6 21,7
Les jeunes profitent de BEP et CAP 43,3 43,3 47,3 47,9
l’amélioration CEP 8,8 10,3 16,9 17,4
Total 100,0 100,0 100,0 100,0
Sur un an, le nombre de
Source : DRTEFP Bretagnedemandeurs d’emploi de moins
de 25 ans a diminué de 22,5 %
en Bretagne (- 16,8 % sur le ter-
ritoire national). Le chômage
des jeunes est en baisse
continue depuis le début de
l’année 1997.
l’ensemble. La part des femmes deuses en équipement de la
21 000 jeunes de moins dans le chômage reste forte personne.
de 25 ans étaient inscrits à (53,9 %) et plus élevée qu’au ni-
l’ANPE fin décembre 1999, soit veau national (50,8 %). Pour les hommes, la de-
19 % de l’ensemble des deman- mande d’emploi est plus diver-
deurs. Ils étaient 27 000 fin dé- Cette prépondérance sifiée. La moitié recherche un
cembre 1998, 33 000 fin dé- des femmes parmi les deman emploi dans 34 métiers et les 5- 1997, soit alors 23 % de deurs d’emploi peut s’expliquer métiers les plus demandés (jar-
la demande d’emploi. Cette en partie par la forte concentra diniers, cuisiniers, caristes, ma- -
baisse est comparable à celle de tion des métiers qu’elles recher gasiniers et peintres en bâti- -
la France entière. chent. Ainsi, la moitié des fem ment) ne représentent qu’un-
mes inscrites à l’ANPE chômeur sur six.
Les jeunes les plus en recherchent un emploi parmi
difficulté profitent aussi de la 12 métiers sur les 450 postes de
décrue du chômage. Ainsi, le la nomenclature. Les 5 métiers La baisse récente du
nombre de jeunes chômeurs de les plus demandés par les fem- chômage de longue durée
longue durée a diminué de mes concernent près d’une chô-
21 % sur un an : 3 300 jeunes se meuse sur trois et se trouvent
trouvaient dans cette situation dans le secteur tertiaire : agents La baisse du chômage de
fin décembre 1999 contre de service en collectivité, secré longue durée est plus récente-
4 200 fin 1998. taires polyvalentes ou spéciali- que la baisse générale du chô-
sées, aides-maternelles, ven mage. Elle s’est amorcée en juil- -
En revanche, la part des
diplômés parmi les jeunes chô-
meurs reste bien supérieure en
Bretagne à celle de l’ensemble
de la France. Les jeunes de ni- Principaux indicateurs sur les demandes d’emploi en fin de mois (DEFM)
veau baccalauréat et plus repré-
Évolutionsentent 46,3 % des jeunes chô- Bretagne déc-98 déc-99
en %meurs bretons contre 34,7 % en
DEFM de catégorie 1 129 510 110 424 -14,7moyenne France entière. Sur les
deux dernières années, cet écart dont jeunes 27 093 20 988 -22,5
ne diminue que très légère- femmes 68 586 59 470 -13,3
ment. Les plus diplômés sem- 50 ans et plus 15 378 14 284 -7,1
blent mieux profiter de la baisse
du chômage en Bretagne
Chômeurs de longue durée 46 238 39 952 -13,6
puisque le nombre des jeunes
dont jeunes 4 211 3 325 -21,0
demandeurs d’emploi titulaires
50 ans et plus 8 728 8 031 -8,0du bac + 2, 3 ou 4 passe de
femmes 24 858 21 882 -12,06 400 en 1997 à 4 100 en 1999.
chômeurs de très longue durée
(depuis plus de 2 ans) 22 108 19 063 -13,8
DEFM de catégorie 6 30 869 34 381 11,3La part des femmes
dont jeunes 9 787 10 206 4,3reste élevée
femmes 17 571 20 266 14,2
50 ans et plus 1 589 1 996 25,6Le nombre des femmes
chômeurs de longue durée 13 049 14 793 13,4demandeurs d’emploi a reculé
de 13,3 % en un an en Bre-
Source : DRTEFP Bretagnetagne, soit un peu moins que
Bilan économique 1999 Octant n°81 - Mars 2000 29Chômage
let 1998 en Bretagne, et s’est ac donc un moins grand nombre Les jeunes femmes re- -
centuée fortement au cours de de personnes à rester inscrites présentent 55,9 % de la popula-
l’année 1999 pour atteindre un pendant 12 mois et ainsi à bas tion jeune au chômage. Elles-
rythme proche de celui du chô culer en chômage de longue ont plus de difficultés à sortir du-
mage global soit - 13,6 % sur un durée. La proportion du chô chômage puisqu’elles sont-
an (- 6 300 personnes). Ce recul mage de longue durée se main 63,3 % parmi les jeunes chô- -
concerne tous les demandeurs y tient à 36,2 % (contre 36,6 % au meurs de longue durée.
compris les « très longue niveau national). Les femmes
durée ». représentent 54,8 % des chô-
meurs de longue durée soit une
En fait, moins de person proportion légèrement supé- -
nes s’inscrivent à l’ANPE et cel rieure à leur part dans le chô- -
les qui sont déjà inscrites sor mage en Bretagne. Patrick GRISELLE-
tent plus vite du chômage. Il y a DRTEFP
Dans cette étude, conformément à l’arrêté du 7 mai 1995, les statistiques du marché du travail re-
posent sur l’analyse des demandeurs d’emploi de catégorie 1.
En prenant en compte les demandeurs classés en catégorie 6, ayant exercé une activité mensuelle
supérieure à 78 heures, la baisse du chômage en Bretagne est de 9,7 % sur un an et de 9,4 % en
France.
L’activité réduite reste forte en Bretagne. Elle représente 24 % de l’ensemble des demandeurs de
catégories 1 et 6 contre une moyenne de 16,8 % au niveau national.
Au total, toutes catégories de demandeurs d’emploi confondues, 177 406 personnes étaient
inscrites à l’ANPE fin décembre 1999, soit une baisse de 3,9 % en un an. Parmi elles, 82 %
recherchaient un travail à durée indéterminée à temps plein, contre 87%àlafin 1998. Les
demandeurs d’emploi s’orientent donc plus en 1999 vers la recherche d’un travail à temps partiel
(catégorie 2) ou à durée déterminée (catégorie 3).
Le taux de chômage
sous la barre des 10 %
Signe d’une amélioration sur le marché
de l’emploi, le taux de chômage breton
est repassé fin décembre sous la barre
des 10 % pour la première fois depuis
1992. Sur les quatre dernières années,
l’écart avec l’ensemble de la France est
resté favorable à la région même s’il s’est
très légèrement resserré.
Le taux de chômage de l’Ille-et-Vilaine
est le plus faible des quatre départements
bretons (8,9 %).
Source : INSEE
30 Octant n°81 - Mars 2000 Bilan économique 1999

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.