Revenus fiscaux 2000 des ménages bourguignons : un peu au dessus du niveau provincial

De
Publié par

En 2000, les Bourguignons déclarent un revenu légèrement supérieur à celui de la province. Ce résultat provient en grande partie du niveau de revenu enregistré en Côte-d'Or. L'éventail des revenus bourguignons s'avère moins ouvert que celui de la majorité des autres régions. Au-delà de cette homogénéité apparente, les revenus sont plus élevés dans l'espace urbain que dans le rural qui abrite beaucoup de retraités. Dans les zones périurbaines, le revenu est supérieur et plus homogène que dans les villes-centres. Quoique rurales, certaines zones viticoles enregistrent des revenus particulièrement élevés.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 28
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
BOURGOGNE INSEE
N° 107 Décembre 2003  2,20 euros
Revenus fiscaux 2000 des ménages bourguignons : un peu au dessus du niveau provincial
En 2000, les Bourguignons déclarent un revenu légèrement supérieur à celui de la province. Ce résultat provient en grande partie du niveau de revenu enregistré en Côted’Or. L’éventail des revenus bourguignons s’avère moins ouvert que celui de la majorité des autres régions. Audelà de cette homogénéité apparente, les revenus sont plus élevés dans l’espace urbain que dans le rural qui abrite beaucoup de retraités. Dans les zones périurbaines, le revenu est supérieur et plus homogène que dans les villescentres. Quoique rurales, certaines zones viticoles enregistrent des revenus particulièrement élevés.
n 2000, la moitié de la population E bourguignonne vit dans un mé nage qui déclare un revenu par unité de consommation inférieur à 13 560 eu ros (voir encadré méthodologique pour la définition du revenu par unité de consommation qui sera utilisé tout au long de cet article). Ce revenu médian est inférieur de près de 400 euros à celui de la France métropolitaine. Cet écart provient en grande partie des revenus élevés de la région parisienne où le revenu médian est supérieur de 27 % à celui de l’en semble des régions de province. Après l’IledeFrance, viennent l’Alsace, la région RhôneAlpes et le Centre où le revenu médian dépasse 14 000 euros. La Bourgogne figure dans le second groupe de régions où le revenu médian est compris entre 13550 euros et 13 620 euros, en compagnie de sa voisine la FrancheComté et de trois régions littorales(Bretagne, Aquitaine et HauteNormandie). Le revenu mé dian bourguignon est supérieur de 100 euros au revenu médian de la pro vince. Les régions NordPasdeCalais, LanguedocRoussillon et Corse ont les revenus médians les plus faibles.
Revenu fiscal médian par unité de consommation : la Bourgogne en position intermédiaire
En euros 15 600 ou plus de 13 400àmoins de 15 600 de 12 400àmoins de 13 400 moins de 12 400
Source : INSEE  DGI  Revenus fiscaux des ménages en 2000.
© IGN - INSEE 2003
Note de lecture : lerevenu fiscalest le revenu déclaréaux services fiscaux. Ce revenuétabli par ménage est traduit en revenu parunité de consommationpour tenir compte de la taille des ménages (voir note méthodologique page 4). Le revenu fiscalmédianpar unitéde consommation dun département est la valeur qui partage les personnes en deux groupes : la moitiédes personnes appartiennentàun ménage qui déclare un revenu parunitéde consommation inférieuràcette valeur et lautre moitiéun revenu par unité de consommation supérieuràcette valeur.
Côted’Or, la bien nommée
BOURGOGNE INSEE
Cette performance régionale pro vient en grande partie du département de la Côte d’Or dont le revenu fiscal médian est supérieur à celui de la France. Un Côted’Orien sur deux vit en effet dans un ménage dont le reve nu par unité de consommation est su périeur à 14600 euros, ce qui place ce département dans un groupe de départements, dont le revenu médian est compris entre 14500 et15 500 euros et où figurent entre autres, le Rhône, l’Ain, l’Isère, le Loiret et l’Oise. L’Yonne, avec un revenu médian de 13 600 euros, se classe aux alen e tours du 40rang des départements en compagnie du Jura, du Cher et de l’Aube. La Nièvre et la SaôneetLoire ont des revenus assez proches (13 000 euros environ) et se placent en tête de la seconde moitié du classement avecla Loire, la HauteSaône, l’Allier et la HauteMarne.
Un éventail de revenu assez serré
L’éventail des revenus est peu ou vert en Bourgogne : les revenus les plus élevés représentent 4,5 fois les
N° 107 Décembre 2003  2,20 euros
Des revenus moins dispersés en Bourgogne qu'en province Revenu fiscal par unité de consommation (uc) (unité : euros par unité de consommation) Seuil Seuil Disparité des Revenu des bas revenusmédian hauts (2)/(1) (1) revenus(2) Cô240 14te-d'Or 6023 4,5586 28 Niè153 13vre 5489 4,8025 24 Saô598 4,4926 24630 12ne-et-Loire 5 Yonne 5612 13589 25806 4,6 Bourgogne 5736 13558 25940 4,5 Province 5122 13426 26498 5,2 France mé152 13tropolitaine 5657 5,6949 28
Source : INSEE  DGI  Revenus fiscaux localisés des ménages en 2000.
Note de lecture : en Bourgogne, 10 % de la population vit dans un ménage qui déclare moins de 5 736 euros par unitéde consommation (uc) et a contrario, 10 % appartientàun ménage déclarant plus de 25 940 euros par uc. Le rapport entre ces deux seuils, ou rapport inter-décile, donne une indication sur la dispersion des revenus. La moitiéde la population bourguignonne vit dans un ménage qui déclare un revenu fiscal inférieur à13 558 euros par uc.
revenus les plus faibles, contre 5,2 fois sur l'ensemble de la province. Le seuil des bas revenus, défini ici par le reve nu en dessous duquel se situe 10% de lapopulation, est de 5700 euros. Ce seuil des bas revenus est supérieur à celui de l’ensemble de la province (5 100 euros). A l’opposé, 10 % de la population bourguignonne vit dans un ménage déclarant un revenu supérieur
Disparités plus importantes dans les centres urbains Revenu fiscal par unité de consommation (uc) unité : eurosar unité de consommation Seuil Seuil Disparité des Revenu des bas revenusmédian hauts (2)/(1) (1) revenus(2) Espace à dominanteurbaine Pô13 9425 127le urbain5,327 085 Couronne pé687 26968 3,8047 14riurbaine 7 Autres communes de l'espace 13 470 6 36325 0073,9 àdominante urbaine Espace à dominante rurale Pô4,512 80024 1095 378le d'emploi 6 21313 24223 8863,8 Couronne de pôle d'emploi Autres communes de l'espace 12 304 5 56123 6764,3 àdominante rurale Source : INSEE  DGI  Revenus fiscaux localisés des ménages en 2000.
à 25 900 euros,alors que ce seuil des hauts revenus s’élève à 26 500 euros pour la province. La Bourgogne ne se e situe qu’en 12position pour cette tranche supérieure de revenus. Ces disparités de revenu consta tées dans la région sont parmi les plus faibles des régions françaises, comme d’ailleurs en Alsace, FrancheComté ou dans le Centre. Deux régions seulement enregistrent des disparités inférieures : les Pays de la Loire et la Bretagne.L’éventail des revenus déclarés au fisc est moins important dans le Grand Ouest, le Centre et l’Est de la France que dans les autres régions, en particulier les régions du nord de la France, le pourtour méditer ranéen et l’IledeFrance. En Ilede France, les revenus les plus élevés représentent 7 fois les plus faibles ; ce rapport est encore plus élevé en Pro venceAlpes Côted’Azur, Languedoc Roussillon et Corse.
Des revenus plus élevés dans les cantons périurbains
Le niveau des revenus par canton diffère selon leur degré d’urbanisation.
©INSEE Bourgogne  2003  Revenus fiscaux 2000 des ménages Bourguignons : un peu au dessus du niveau provincial
2
BOURGOGNE INSEE
C’est dans l’espace à dominante rurale que se trouvent la plupart des cantons aux revenus les moins élevés, notam ment du fait de la présence de nom breux retraités. A l’inverse les cantons les plus riches se situent pour l’essen tiel dans l’espace à dominante urbaine et notamment dans les cantons périur bains résidentiels. Ainsi la ville de Dijon affiche un revenu fiscal médian certes élevé (15500 euros), mais moins que bien des cantons qui l’entourent (18 300 euros dans celui de Fontaine lèsDijon, par exemple). Dans les autres villes les plus peuplées de la région,le schéma est similaire : les villes de ChalonsurSaône, Nevers, Mâcon, MontceaulesMines, Auxerre, Sens, Le Creusot et Beaune présentent des revenus médians moins élevés que la plupart des cantons qui les entourent.
Davantage de disparités en ville
Les revenus sont aussi davantage dispersés dans les villescentres. Les six cantons qui présentent les éventails de revenus les plus ouverts sont des villescentres où le rapport entre les seuils de hauts et de bas revenus varie entre 6,1 et 7,5 (Auxerre, Sens, Mâcon, Chenôve, ChalonsurSaône et Nevers). Par son parc de logement social plus développé, un marché du travail plus porteur, un meilleur maillage de ser vices publics, la ville abrite en effet davantage de personnes démunies. Dans les villes de ChalonsurSaône, Nevers ou Chenôve, les seuils de bas revenus s’avèrent particulièrement faibles : ils se situent entre 3400 et 3 600euros par unité de consom mation.
Les cantons viticoles
Par ailleurs, les revenus sont éle vés dans quelques cantons et commu nes particuliers. Le seuil de hauts revenus dépasse 33 000 euros par uni té de consommation dans les cantons de Givry, Nolay, Chablis, AuxerreSud Ouest, FontainelèsDijon, et Beaune Nord.
N° 107 Décembre 2003  2,20 euros
Davantage de cantons "riches" en Côted'Or
Yonne
Nièvre
Côted'Or
SaôneetLoire
Source : INSEE  DGI  Revenus fiscaux des ménages en 2000.
© IGN - INSEE 2003
Revenu fiscal médian par unité de consommatio
En euros 15 462 13 855 12 837 12 097
En Bourgogne, pensions et retraites représentent plus du 1/4 des revenus
Les revenus déclarés au fisc par les Bourguignons sont principalement constitués de revenus d’activité (70 %), mais aussi de retraites ou de pensions (26 %) et de revenus du patrimoine ou autres (4%). La part des retraites et pensions s’avère légèrement plus importante dans la région qu’en province, au détriment de celle des revenus d’activité. A l’intérieur de la région, la part des revenus d’activité est plus élevée en Côted’Or (73,5 %) tandis que celle des pensions et retraites est plus forte dans la Nièvre (32,7 %). La part des salaires dépasse 73% des revenus déclarés dans le canton de Genlis. Elle est généralement élevée dans les zones urbaines et périurbaines. La part des pen sionsretraites varie géographiquement en fonction inverse de celle des salaires. Elle s’avère plus élevée dans les zones rurales où la proportion de ménages âgés est forte. Elle dépasse 40% dans une dizaine de cantons ruraux de la Nièvre, trois de l’Yonne ainsi qu’à MontceaulesMines et atteint même 49 % dans celui de MontsauchelesSettons. La part des bénéfices, quant à elle, s’avère particulièrement élevée dans certains cantons viticoles oùelle représente plus du quart des revenus déclarés au fisc (BeauneNord, Chablis et Nolay). C’est à Chenôve qu’elle est la plus faible (3,4 %).
Structure du revenu fiscal Part Part (1) des revenus d'activitédes retraites, (en %)pensions et rentes (en %) Cô22,5te-d'Or 73,5 Nièvre 63,932,7 Saô27,3ne-et-Loire 69,1 Yonne 68,727,4 Bourgogne 69,826,5 Province 71,724,4 France métropolitaine 73,422,7 (1) revenus salariaux et revenus des professions non salariées. Source : INSEE  DGI  Revenus fiscaux localisés des ménages en 2000.
©INSEE Bourgogne  2003  Revenus fiscaux 2000 des ménages Bourguignons : un peu au dessus du niveau provincial
3
BOURGOGNE INSEE
En 2000, parmi les dix communes les plus riches en terme de revenu médian déclaré par unité de consom mation, huit sont situées en Côted’Or. Il s’agitpour la plupart decommunes périurbaines des banlieues résiden tielles dijonnaises : Daix, Corcellesles Monts, FontainelèsDijon. Les autres appartiennent à des régionsviticoles, tout comme les deux communes de SaôneetLoire et de l’Yonne qui figu rent à ce palmarès. Dans ces commu nes, le revenu médian varie de 20 500 à 23 900 euros. Les dix communes les moins riches sont toutes descommu nes rurales de moins de 200 habitants. Le revenu médian y oscille entre 7 700 et 9000 euros par unité de consom mation. Sept d’entre elles se situent en SaôneetLoire et trois dans la Nièvre. La régionAutunoisMorvan y est sur représentée.
Chantal Berthier
N° 107 Décembre 2003  2,20 euros
Méthodologie : une nouvelle source d’information LInsee diffuseàpartir de 2003 de nouvelles statistiques locales sur les revenusétabliesà partir des fichiers des dérevenus 2000 et de la taxe dclarations dehabitation, fournis par la Direction Générale des Impôts (DGI). Unménageest défini comme lensemble des occupants dun même logement. Les "ménages fiscaux" désignés ici sont constitués par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Sont exclus de l’étude : - les ménages de contribuables concernés par unévénement de type mariage, décès ou séparation au cours de lannéeétudiée (2000) ; - les ménages constitués de personnes ne disposant pas de leur indépendance fiscale (essentiellement desétudiants, inclus dans le ménage de leurs parents) ; - les contribuables vivant en collectivité. La Bourgogne compte 649 290 ménages fiscaux. Lerevenu déclaré aux services fiscauxest la somme des ressources déclarées par les contribuables sur la "déclaration des revenus 2000", avant abattement. Il comprend quatre catégories de revenus : - les revenus salariaux ; - les revenus des professions non salariées ; - les retraites, pensions dinvalidité, pensions alimentaires et rentes viagères ; - les autres revenus (essentiellement des revenus du patrimoine). Le revenu déclaréest un revenu avant redistribution. Il ne peut pasêtre assimilé àun revenu disponible. Le revenu déclaréparunité de consommation (uc)est un revenu paréquivalent adulte, comparable entre ménages de compositions différentes. Le nombre duc dun ménage estévalué selon la définition utilisée par lInsee et par Eurostat : - le premier adulte du ménage compte pour 1 uc ; - les autres personnes de 14 ans ou plus comptent chacune pour 0,5 uc ; - les enfants de moins de 14 ans comptent chacun pour 0,3 uc. En Bourgogne, on comptabilise 1052 700unités de consommation dans les 649290 ménages fiscaux.
POUR EN SAVOIR PLUS  Des ménages modestes aux ménages aisés : des sources de revenus différentes INSEE Première n°916  août 2003.  La carte de France des revenus déclarés INSEE Première n°900  mai 2003.  Revenus fiscaux des ménages : année 2000 INSEE  DGI Paris  INSEE 2003 base de données  Cédérom.  Salaires bourguignons : juste en dessous de la moyenne provinciale  INSEE Bourgogne Dimensions n°96  décembre 2002.  Le niveau de vie des ménages de 1970 à 1999 INSEE Données sociales  Édition 20022003  novembre 2002.  Les revenus fiscaux des FrancsComtois : plutôt élevés, peu dispersés mais spatialement différenciés INSEE FrancheComté  l'Essentiel n°64  septembre 2003.  Revenus des ménages : une nouvelle source statistique  INSEE RhôneAlpes la lettre Analyse n°5  juin 2003. Les INSEE Première, les INSEE Bourgogne Dimensions et les notes de conjoncture figurent dès parution sur le site internet de l’INSEE :www.insee.fr.
INSEE  BOURGOGNE 2, rue Hoche  BP 1509 21035 Dijon Cedex Tél : 03 80 40 67 67 Fax : 03 80 40 68 00 Directrice de la publication: Véronique Moyne Chef du Service Études et Diffusion: Christian Bonsacquet Rédactrice en chef: Christine Ricci Maquette PAO: Sylvie Renaud Abonnement: 8 numéros par an + Bilan économique et social annuel : 22 euros abonnement France 27 euros abonnement étranger 2,20 euros le numéro Impression: AZ Média  Chenôve Dépôt légal : à parution ISSN 1246483 X Code Sage D0310716 INSEE 2003
©INSEE Bourgogne  2003  Revenus fiscaux 2000 des ménages Bourguignons : un peu au dessus du niveau provincial
4
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.