Rhône-Alpes : 2,4 millions d'emplois en 2000

De
Publié par

Au 31 décembre 2000, la région Rhône-Alpes comptait 2,4 millions d'emplois,soit une augmentation de 2,6 % (comme en France) au cours de l'année 2000. La création d'emplois en Rhône-Alpes représente 10 % des emplois créés en France. Deux emplois sur trois sont créés dans les activités de services. Le secteur de la construction confirme son retour à la croissance. Le tertiaire poursuit son développement, mais Rhône-Alpes reste l'une des régions les plus industrialisées : le poids de l'industrie dans l'emploi total est de 22 % (18 % en France).(Voir annexes)
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 33
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

Insee Rhône-Alpes
Résultats
Numéro 101
Octobre 2002
Rhône-Alpes :
2,4 millions d'emplois en 2000
Au 31 décembre 2000, la région Rhône-Alpes comptait 2,4 millions d’emplois,
soit une augmentation de 2,6 % (comme en France) au cours de l’année 2000.
La création d’emplois en Rhône-Alpes représente 10 % des emplois créés en
France.
Deux emplois sur trois sont créés dans les activités de services. Le secteur de
la construction confirme son retour à la croissance. Le tertiaire poursuit son
développement, mais Rhône-Alpes reste l’une des régions les plus industriali-
sées : le poids de l’industrie dans l’emploi total est de 22 % (18 % en France).
Christine Jeanpierre
Emploi en Rhône-Alpes
Bourgogne
Franche-Comté
Suisse
Ain
Haute-Savoie
Rhône
Savoie
Loire
IsèreAuvergne
Italie
Ardèche Effectifs en 2000
Drôme
(en milliers)
Evolution 1999-2000 (en %)
750
plus de 3 de 1,5 à 2,5
450
moins de 1,5de 2,6 à 3
100
Languedoc-Roussillon Provence-Alpes-Côte-Azur
Source : INSEE, estimations d'emploi
Ce numéro d’INSEE Rhône-Alpes Résultats est téléchargeable à partir du site Internet
www.Insee.fr/rhone-alpes, à la rubrique «Publications».
A la même rubrique, se trouve une annexe au document,
constituée de quelques tableaux statistiques.
© I.N.S.E.E. 2002 - I.G.N 1999Au 31 décembre 2000, Rhône-Alpes 2,4 % en Rhône-Alpes comme enCréations d’emploi
comptait près de 2,4 millions d’em- France. L’emploi progresse au-delà de1998-2000 1plois . Le redémarrage de l’emploi la moyenne régionale dans quatre
en Rhône-Alpes : +2,4 % amorcé mi-1996 s’est poursuivi, et le départements : l’Ain bénéficie d’une
rythme de croissance s’est accéléré cha- croissance soutenue (2,7 % en moyenne
que année : de 1,7 % en 1997 à 2,6 % annuelle et même 3,5 % en 2000) ; la
en 2000. Après avoir connu en 1999 une progression de l’emploi est bien
croissance légèrement inférieure à celle orientée dans le Rhône et la Savoie
de la France, la région retrouve en 2000 (2,5 % en moyenne annuelle mais l’évo-
le niveau national. lution est moins forte en 2000 qu’en
Comme en France (+612 800 emplois 1999) et en Haute Savoie.
créés), la région connaît entre 1999 et L’Isère (2,4 % en moyenne annuelle)
2000 un record en terme de créations bénéficie d’une croissance dynamique
2d’emplois : l’accroissement est de en 2000. La Drôme est stable (2,3 %).
60 960 postes de travail, supérieur de L’Ardèche reste pénalisée par une
8 000 à l’accroissement de l’année pré- croissance modérée en 1998 (1,8 % en
cédente. Les créations d’emplois en moyenne annuelle) alors qu’elle
Rhône-Alpes représentent 9,9 % de cel- enregistre un des taux les plus élevés
les de la France, contre 9,2 % l’année en 2000. La Loire est depuis deux
précédente. années le département le moins
Au cours de la période 1998-2000, le dynamique de la région.
taux de croissance annuel moyen est de
3 Emploi total* de 1998 à 2000 et évolution annuelle moyenne
Emploi total Evolution annuelle
1998 1999 2000 moyenne (%)
Ain 189 307 194 135 200 994 2,7
Isère 420 342 429 115 441 918 2,4
Ardèche 95 585 97 755 100 623 1,8
Haute-Savoie 250 322 254 820 262 020 2,5
Rhône 704 450 724 548 744 285 2,5
Savoie 155 607 160 190 164 104 2,5
Drôme 173 878 177 889 181 948 2,3
Loire 271 363 275 306 278 824 1,6
Rhône-Alpes 2 260 854 2 313 758 2 374 716 2,4
France 23 028 710 23 606 423 24 219 279 2,4
* Au 31 décembre ; les données de 2000 sont provisoires Source : INSEE, estimations d'emploi
Au cours de l’année 2000, l’emploi pro- industriels sont créés en 2000, dontIndustrie : retour à la
gresse dans tous les départements de la 43 % dans les seuls départements decroissance
région. l’Ain et de l’Isère.
Hormis dans l’Ain et la Drôme, le sec-
teur de l’agriculture perd des effectifs. Le secteur de la construction est créa-
Après avoir connu une diminution des teur d’emplois depuis l’année 1997, à
effectifs en 1999, le secteur industriel des rythmes records de 3,5 % en 1999
retrouve un solde positif ; tous les dé- et 3,2 % en 2000 ; soit plus de 4 500
partements bénéficient de la reprise de postes en 2000. Les effectifs sont à la
l’emploi, la Drôme et l’Ardèche enregis- hausse dans tous les départements : la
trant des taux supérieurs à 4 %. Comme croissance varie ainsi de 1,4 % dans la
au niveau national, la part de l’indus- Drôme à 4,6 % en Haute-Savoie. Le sec-
trie dans l’emploi régional diminue lé- teur est mieux représenté en Rhône-
gèrement (-0,1 point), mais Rhône-Alpes Alpes (6,1 % des emplois) qu’en France
reste l’une des régions les plus indus- (5,9 %).
trialisées (22 % des emplois contre En Rhône-Alpes comme en France, la
17,9 % en France). 11 350 emplois tertiarisation de l’emploi se poursuit
1 Les données présentées ici ne sont pas comparables avec celles des éditions précédentes. Voir méthodologie page 4.
2 Le terme création d’emplois recouvre en réalité le solde ‘emplois créés - emplois disparus’.
3 Tout au long du document, les départements sont classés par taux d'évolution 1999-2000 décroissant.
2
Insee Rhône-Alpes Résultats n° 101 octobre 2002depuis plusieurs années : dans la Evolution de l'emploi total
en %région, le tertiaire représente 69,1 % des 1999-2000
emplois en 2000, soit 0,2 point de plus
Agriculture
que l’année précédente ; il reste toutefois
Industrieen dessous du taux national qui atteint
72,4 % des emplois. Seuls deux Construction
départements sont fortement tertiarisés
Commerceen Rhône-Alpes : le Rhône (74,9 %) et
la Savoie (74,2 %), ils sont à l’inverse Services
parmi les moins industrialisés. Les
Ensembleservices représentent une large part de
l’emploi régional (55,9 %) ; on y trouve
-3 -2 -1 0 1 2 3 4la majeure partie des créations (36 050
en 2000). Le poids du commerce Rhône-Alpes France
se stabilise à 13,2 % ; plus de 9 500
Source : INSEE , estimations d'emploi
emplois y sont créés.
Emploi total* en 2000 et évolution 1999-2000 par activité économique
Evolution en %
Activité (NES 5) Agriculture Industrie Construction Commerce Services Ensemble
Ain Effectifs 7 647 57 110 13 662 24 532 98 043 200 994
Evolution 0,2 3,7 2,7 3,3 3,9 3,5
Isère Effectifs 8 696 105 149 26 412 54 565 247 096 441 918
Evolution -3,6 2,8 4,2 3,8 3,0 3,0
Ardèche Effectifs 6 327 25 053 7 247 11 509 50 487 100 623
Evolution -1,6 4,2 3,4 2,9 2,9 2,9
Haute-Savoie Effectifs 5 567 63 348 18 026 38 407 136 672 262 020
Evolution -4,3 3,1 4,6 2,0 3,0 2,8
Rhône Effectifs 11 993 135 545 39 451 101 102 456 194 744 285
Evolution -2,8 0,8 2,8 2,8 3,4 2,7
Savoie Effectifs 3 861 26 481 11 982 21 981 99 799 164 104
Evolution -5,3 2,9 2,1 4,1 2,3 2,4
Drôme Effectifs 11 697 39 528 11 692 26 011 93 020 181 948
Evolution 3,6 4,0 1,4 4,4 0,9 2,3
Loire Effectifs 8 654 71 170 17 092 36 016 145 892 278 824
Evolution -2,2 0,2 3,7 2,9 1,3 1,3
Rhône-Alpes Effectifs 64 442 523 384 145 564 314 123 1 327 203 2 374 716
Evolution -1,5 2,2 3,2 3,1 2,8 2,6
* Au 31 décembre ; les données de 2000 sont provisoires Source : INSEE , estimations d'emploi
La hausse de 2,6 % de l’emploi total progressé au cours de l’année 1999,Emploi non salarié : baisse
provient essentiellement de la sont de nouveau déficitaires.en particulier dans les
progression des effectifs salariés Poursuivant une croissance continue
services et l’agriculture (3,1 %), alors que l’emploi non depuis 1994, l’emploi salarié progresse
salarié régresse (-1,9 %). en 2000 à un rythme nettement plus
L’emploi non salarié perd des effectifs soutenu (+3,1 %), le plus fort de la dé-
depuis une dizaine d’années, excepté en cennie. Tous les secteurs sont créateurs
1999 qui avait connu une hausse sen- d’emplois, le moteur de l’emploi étant
sible d’environ 1 830 postes. En 10 ans, le secteur tertiaire : 49 240 créations
la perte se chiffre à plus de 56 700 em- d’emplois dont 39 550 dans les servi-
plois (-21 %). La décroissance se pour- ces. L’agriculture contribue dans une
suit dans l’agriculture (-2,6 %) ; depuis moindre mesure à la hausse de l’em-
le début des années 90, le secteur a ploi, malgré un ralentissement dans
perdu près du tiers de ses effectifs non quelques départements. L ’industrie, qui
salariés, les baisses les plus importan- avait connu une année 1999 en demi-
tes ayant eu lieu au cours des premiè- teinte, renoue avec l’expansion
res années. Seule l’industrie crée quel- (+11 100 emplois). Le taux de crois-
ques emplois (environ 175) ; les autres sance le plus élevé s’observe dans le
secteurs qui avaient exceptionnellement secteur de la construction (3,9 %).
3
Insee Rhône-Alpes Résultats n° 101 octobre 2002Source d'informationMéthode d'estimation
Pour les années 1999 et 2000, les esti-Les données publiées ne sont pas le
mations d’emploi ont été actualisées,simple cumul des informations fournies
sur la base du 31.12.98, à partir depar les différentes sources d’actualisa-
diverses sources statistiques.tion : à partir de celles-ci, on calcule
La principale source d’information an-des indices d’évolution qui sont appli-
nuelle dont dispose l’INSEE est, pourqués la première année aux données
le secteur privé, la source ASSEDICdu recensement puis chaque année aux
(Association pour l’Emploi dans l’In-estimations annuelles de l’année pré-
dustrie et le Commerce). L‘affiliationcédente.
aux ASSEDIC est obligatoire pourLes estimations publiées ici diffèrent
« tout établissement du secteur privédonc des séries brutes fournies par cha-
industriel et commercial ».que source.
Ce champ d’application ne couvre doncL ’utilisation d’indices d’évolution, et non
pas l’ensemble des salariés. Des sour-des données issues des sources elles-
ces complémentaires sont alors utili-mêmes, est rendue nécessaire par le fait
sées pour couvrir les secteurs ou lesque, selon les secteurs, la « couver-
catégories d’actifs qui ne figurent pasture » par les sources d’actualisation
dans les statistiques des ASSEDIC :est inégale. De plus, des rectifications
. Pour les salariés, on utilise soit desde localisation ou de code activité sont
enquêtes soit des sources administra-parfois nécessaires.
tives. Cela concerne essentiellement laAvec référence au 31.12 de l’année N-
SNCF, Banque de France, Crédit Agri-1, des estimations d’emploi provisoires
cole, GIAT, EDF-GDF, La Poste etsont calculées l’année N. Elles devien-
France Télécom, les administrationsnent définitives l’année N+1, après cor-Référence de calcul
d’Etat, les collectivités territoriales, lesrections apportées sur les données
Les estimations d’emploi sont calculées établissements publics nationaux, ré-complémentaires ou en fonction de la
en référence au recensement de la po- gionaux ou locaux et la Fonction Publi-disponibilité des sources d’information.
pulation. Se fondant sur celui de mars que hospitalière. Les effectifs de l’agri-Les données au 31.12.2000 sont pro-
1999, l’INSEE a calculé des estimations culture sont fournis par la Mutualitévisoires.
d’emploi au 31 décembre 1998. Ces Sociale Agricole.Les estimations d’emploi sont calculées
données ont ensuite été rétropolées Certaines données n’étant pas dispo-aux niveaux régional et départemental.
pour la période 1990-1998. nibles pour l’année N, on applique auxElles sont diffusées en nomenclature
La prise en compte de cette nouvelle effectifs de l’année N-1 un taux d’évo-économique de synthèse (NES 36) en
référence (recensement de 1999), a con- lution national issu d’enquêtes sur l’em-ce qui concerne l’emploi salarié. Les
duit à corriger les données existantes, ploi.données de l’emploi non salarié ne sont
précédemment calculées en référence . Pour les non salariés, les donnéesdisponibles qu’en NES 5, l’emploi total
au recensement de 1990. Ainsi, l’em- proviennent des différents organismesne peut donc être diffusé qu’en nomen-
ploi total au 31 décembre 1998 a été assurant leur couverture sociale.clature NES 5.
révisé à la hausse d’environ 14 000 per- L ’ACOSS (Agence Centrale des Organis-Sont également disponibles des estima-
sonnes en Rhône-Alpes et 183 000 per- mes de Sécurité Sociale) fournit destions d’emploi par zone d’emploi en
sonnes pour la France entière. statistiques globales qui sont ensuiteNES 16 pour l’emploi salarié. Pour
Les données présentées ici ne réparties entre l’industrie, la construc-l’emploi total et l’emploi non salarié,
peuvent donc pas être rapprochées tion et le tertiaire grâce aux statistiquesseul un total « toutes activités confon-
de celles des éditions précédentes. régionales de la CANCAVA (Caisse Auto-dues » est disponible.
nome Nationale de Compensation de
l’Assurance Vieillesse Artisanale) et de
la CANAM (Caisse Nationale d’Assu-
Nomenclature rance Maladie et Maternité). L ’évolution
Les différents niveaux de la nomenclature économique de synthèse (NES) départementale des effectifs non sala-
s’articulent ainsi : riés agricoles est estimée à partir des
statistiques des assurances sociales
agricoles fournies par l’AMEXA (Assu-
Agriculture EA - Agriculture, sylviculture et pêche A0 rance Maladie des Exploitants Agrico-
les) et PFA (Prestations Familiales
Industrie EB - Industrie agroalimentaire B0 Agricoles).
EC - Industrie des biens de consommation C1, ...,C4
ED - Industrie automobile D0
EE - Industrie des biens d'équipement E1, ...,E3
EF - Industrie des biens intermédiaires F1, ...,F6
EG - Energie G1,G2 Pour tout renseignement :
INSEE - Rhône-Alpes - Diffusion
Construction EH - Construction H0 165 rue Garibaldi - 69401 Lyon
Tél 04 78 63 22 02
Tertiaire Fax 04 78 63 25 25
Commerce EJ - Commerce J1, ...,J3
Directeur de publication : E. TraynardServices EK - Transports K0
Rédacteur en chef : P. ReydetEL - Activités financières L0
Prix :EM - Activités immobilières M0
- au numéro, 2,2 €EN - Services aux entreprises N1, ...,N4
- sur abonnement, 19 €EP - Services aux particuliers P1, ...,P3
EQ - Education, santé, action sociale Q1, Q2
N°ISSN 1254-7093ER - Administration R1, R2
4
Insee Rhône-Alpes Résultats n° 101 octobre 2002Emploi* non salarié et salarié en 2000 et évolution 1999-2000
en Rhône-Alpes par activité économique Evolution en %
Emploi non salarié Emploi salarié Emploi total
Activité
Effectifs Evolution Effectifs Evolution Effectifs Evolution(NES5)
Agriculture 43 593 -2,6 20 849 0,9 64 442 -1,5
Industrie 19 121 0,9 504 263 2,3 523 384 2,2
Construction 23 406 -0,2 122 158 3,9 145 564 3,2
Commerce 39 125 -0,4 274 998 3,7 314 123 3,1
Services 88 996 -3,3 1 238 207 3,3 1 327 203 2,8
Ensemble 214 241 -1,9 2 160 475 3,1 2 374 716 2,6
* Au 31 décembre ; les données de 2000 sont provisoires Source : INSEE, estimations d'emploi
Alors que 1999 n’avait vu une encore des pertes d’effectifs dans laL’Ain en tête pour la
diminution que dans trois majorité des départements. Danscroissance
départements, les effectifs non salariés l’industrie, la croissance s’accélère
diminuent en 2000 dans tous les dé- fortement et dépasse 3 % dans la
partements. Le Rhône perd le plus d’em- moitié des départements. La
plois (-871) et la Drôme et la construction progresse à un rythme
Haute-Savoie subissent des pertes record (3,9 %) ; deux départements,
supérieures à 700 non salariés ; le l’Isère et la Haute-Savoie, où le secteur
secteur agricole et les services, qui y est très dynamique, ont une croissance
tiennent une place importante, sont les supérieure à 5 %. Le tertiaire contribue
plus touchés. Les effectifs non salariés fortement à l’augmentation de l’emploi
industriels se maintiennent, grâce à des salarié, principalement le tertiaire
hausses significatives dans la Drôme et marchand. Le commerce connaît une
la Savoie. Dans la Loire ils sont progression de 3,7 % dans la région, la
pratiquement stables (-84 non salariés), variation s’échelonnant de 2,6 % en
le secteur des services et dans une moin- Haute-Savoie à 5,1 % dans la Drôme.
dre mesure l’industrie compensant les La croissance des services augmente à
pertes des autres secteurs. un rythme nettement moins soutenu
qu’en 1999 dans la Loire et la Drôme ;
Les effectifs salariés évoluent dans les autres départements, la créa-
favorablement dans tous les tion d’emplois se situe au-delà des 3 %.
départements. Seule l’agriculture subit
Emploi* non salarié et salarié en 2000 et évolution 1999-2000
Evolution en %
Emploi non salarié Emploi salarié Emploi total
Effectifs Evolution Effectifs Evolution Effectifs Evolution
Ain 18 436 -1,4 182 558 4,1 200 994 3,5
Isère 37 416 -1,7 404 502 3,4 441 918 3,0
Ardèche 14 184 -1,4 86 439 3,7 100 623 2,9
Haute-Savoie 26 132 -2,7 235 888 3,5 262 020 2,8
Rhône 52 591 -1,6 691 694 3,1 744 285 2,7
Savoie 18 137 -3,6 145 967 3,3 164 104 2,4
Drôme 19 683 -3,7 162 265 3,1 181 948 2,3
Loire 27 662 -0,3 251 162 1,5 278 824 1,3
Rhône-Alpes 214 241 -1,9 2 160 475 3,1 2 374 716 2,6
* Au 31 décembre ; les données de 2000 sont provisoires Source : INSEE, estimations d'emploi
La hausse de 2,3 % des effectifs indus- électriques et électroniques restent bienIndustrie automobile et
triels se répartit sur les six grands sec- implantées dans la Haute-Savoie etservices aux entreprises : teurs, avec une pointe pour l'industrie l'Isère. Dans l'industrie des biens de
les plus forts taux automobile. consommation, le secteur de l'habille-
Dans l'industrie manufacturière, ment cuir poursuit son déclin dans le de croissance
l'emploiprogressevivement (10 500 Rhône et surtout dans la Loire. L'auto-
créations). L'industrie des biens inter- mobile progresse fortement dans le dé-
médiaires crée 4 400 postes, malgré les partement de l'Ardèche (+310 postes).
difficultés du textile dans la Loire et le Le secteur de la construction est bien
Rhône et de l'industrie du bois et du orienté ; parmi les départements qui
papier dans l'Isère, le Rhône et la Sa- gagnent le plus d'emplois, la Haute-Sa-
voie. L'industrie des biens d'équipement voie et l'Isère enregistrent les évolutions
se redresse et retrouve un bon niveau les plus importantes depuis plusieurs
en 2000 ; les industries des équipe- années (supérieures à 5,6 %), tout
ments mécaniques et des équipements comme le Rhône (3,4 %).
5
Insee Rhône-Alpes Résultats n° 101 octobre 2002Les effectifs du commerce sont en aug- quelques salariés). L'activité est tou-
mentation depuis plusieurs années. Le jours soutenue dans les services aux
commerce de détail renforce sa pré- particuliers qui sont étroitement liés à
sence régionale avec une évolution de l'activité touristique saisonnière, hôtel-
3,6 % ; c'est surtout celui de la Drôme lerie-restauration ou activités sportives.
(+7,1 %) et de l'Ain (+6,9 %) qui pro- Les transports, bien implantés dans la
fite de la consommation des ménages. région, participent également à la bonne
Le commerce de gros est, lui aussi, en tenue du secteur ; la hausse se répartit
constante progression ; le département sur tous les départements, et concerne
de l'Isère à lui seul a créé plus de 1 300 le transport de marchandises dans l'Ain
emplois. ou la Drôme, les téléphériques et re-
Les services connaissent une forte montées mécaniques en Savoie. Le sec-
croissance : 39 550 emplois créés, dont teur de la santé-action sociale crée des
plus de la moitié dans les services aux emplois, en général dans les structures
entreprises. La hausse concerne prin- d'accueil d'aides diverses. Le milieu as-
cipalement les services opérationnels sociatif continue de progresser, les ac-
(activités de nettoyage, surveillance, in- tivités associatives diverses progressent
térim) et dans une moindre mesure les de 5,7 %, soit plus de 1 600 nouveaux
activités de conseil et assistance (la emplois.
Drôme est le seul département qui perd
Emploi salarié* en Rhône-Alpes par activité économique en 2000
et évolution 1999-2000
Activité (NES 16) Effectifs 2000 Evolution (%) % femmes
en 2000
EA - Agriculture, sylviculture, pêche 20 849 0,9 23,4
EB - Industrie agroalimentaire 47 076 0,6 42,0
EC - Industrie des biens de consommation 73 327 1,8 49,2
ED - Industrie automobile 26 123 9,8 14,2
EE - Industrie des biens d’équipement 104 574 2,4 21,0
EF - Industrie des biens intermédiaires 222 675 2,0 27,6
EG - Energie 30 488 1,0 18,3
EH - Construction 122 158 3,9 9,4
EJ - Commerce 274 998 3,7 46,3
EK - Transports 104 613 3,9 21,4
EL - Activités financières 52 537 2,2 57,4
EM - Activités immobilières 23 968 -2,1 62,2
EN - Services aux entreprises 289 705 7,9 43,8
EP - Services aux particuliers 168 984 2,4 66,5
EQ - Education, santé, action sociale 380 537 1,5 74,0
ER - Administration 217 863 1,8 54,6
Ensemble 2 160 475 3,1 46,3
* Au 31 décembre ; les données de 2000 sont provisoires Source : INSEE, estimations d'emploi
6
Insee Rhône-Alpes Résultats n° 101 octobre 2002

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.