Six portraits-types de cadres franciliens

Publié par

Au début des années 2000, les cadres, jusque là principaux bénéficiaires de la croissance de l'emploi, ont vu leur situation se dégrader sur le marché du travail francilien. En mars 2002, ils représentent 22 % des demandeurs d'emploi inscrits à l'ANPE. Toutefois, les risques de chômage et les profils des cadres sont très différents selon leur domaine d'activité. Ainsi, ceux de l'administration privée sont particulièrement diplômés et les femmes sont plus présentes dans la communication.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 34
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

INSEE
ILEDEFRANCE
n raison de la présence sur son territoire de nombreux sièges
sociaux et d’activités à fort potentiel intellectuel, l’Ile-de-FranceE concentre, à elle seule, près de 40 % des emplois de cadres mé-
tropolitains. Début 2002, 1,38 million de cadres travaillent dans la région,
alors qu’en province, ils composent seulement 11 % des effectifs ayant
un emploi (Figure 1). A cette date, 119 000 cadres franciliens se déclarentAu début des années
au chômage, soit 22 % des inscrits à l’ANPE (voir Sources). Près de la2000, les cadres,
moitié d’entre eux sont des femmes, alors que celles-ci n’occupent quejusque là principaux
38 % des postes de cadres offerts.bénéficiaires de la
croissance de l’emploi,
e nombre de cadres chômeursont vu leur situation se L
progresse de 29 %dégrader sur le
marché du travail
Après avoir bénéficié de la forte croissance de l’emploi entre 1998 etfrancilien. En mars
2000, les cadres franciliens ont été touchés par le ralentissement écono-
2002, ils représentent
mique dès juin 2001. Selon l’enquête Emploi, leur taux de chômage est
22 % des demandeurs
ainsi passé de 3,3 % à 4,6 % entre mars 2001 et mars 2002 (Figure 2).
d’emploi inscrits Dans le même temps, le nombre de cadres inscrits à l’ANPE progressait
à l’ANPE. de 29 %, alors que la croissance d’inscrits dans l’ensemble des qualifica-
Toutefois, les risques tions était de 11 % (voir Définitions).
de chômage et les
Les cadres ont été touchés par la dégradation de l’emploi dans le secteurprofils des cadres sont
informatique, particulièrement vive en Ile-de-France. Ainsi, entre 2001très différents selon
et 2002, le nombre de cadres à la recherche d’un poste dans les métiers deleur domaine d’activité.
l’informatique doublait. L’évolution de leur situation dans les do-Ainsi, ceux de
maines de la communication, du commerce ou des arts et des specta-
l’administration privée
cles semble moins favorable que celle des cadres du privé dans le
sont particulièrement
domaine administratif ou du secteur public.
diplômés et les
femmes sont plus Ces contrastes entre cadres franciliens se retrouvent tant dans le domaine
présentes dans la de l’emploi que celui du chômage. En combinant à cette première ap-
communication. proche par secteur d’activité d’autres dimensions telles que l’âge, le sexe
MENSUEL N° 248 - MARS 2005 - 2,2€
àlapage
EmploiFigure 1 - Forte progression des emplois de cadres franciliens jusqu'en 2001
Ile-de-France Province
Catégorie socioprofessionnelle Emplois Evolution des emplois Emplois
(en milliers) (en %) (en milliers)
2002 1999-2001 2001-2002 2002
Artisans, commerçants et chefs d'entreprise 234,3 2,8 -11,3 1 188,5
Cadres et professions intellectuelles supérieures 1 375,3 11,9 2,5 2 141,4
Professions intermédiaires 1 249,4 -0,2 1,3 3 900,7
Employés 1 508,4 5,9 -0,4 5 502,2
Ouvriers 827,8 4,5 -7,7 5 374,3
Ensemble 5 195,2 5,4 -1,1 18 107,1
Source : Insee, enquêtes Emploi de janvier 1999, mars 2000, mars 2001 et mars 2002, emploi au lieu de travail
ou bien encore le niveau de diplôme, on peut repérer plusieurs Ce domaine « administratif-secteur privé » représente 19 %
groupes de cadres. Ces différents portraits illustrent la diversité des emplois de cadres en Ile-de-France (Figure 3). Entre 1999
des situations des cadres franciliens vis-à-vis de l’emploi et du et 2002, ces effectifs ont augmenté de 8 %, notamment parmi
chômage (voir Deux typologies). ceux âgés de 36 à 49 ans. Ce groupe est le moins touché par le
chômage. En effet, leur part dans les demandes d’emploi de
cadres (13 %) est inférieure à celle qu’ils occupent dans les
es cadres de l’administratif du secteur privé postes de cadres (19 %). Parmi ceux qui recherchent un em-L
moins touchés par le chômage ploi, 26 % sont dans cette situation depuis plus d’un an
(Figure 4).
Un premier groupe est constitué essentiellement de cadres tra-
vaillant dans l’administratif-gestion et les banques-assurances.
Figure 2 - Dégradation du chômage plus importante
pour les hommes en 2002
Taux de chômage en %Définitions
Cadres 1999 2000 2001 2002Les définitions retenues sont celles du Bureau International du Travail
(BIT) selon lesquelles « toute personne ayant effectué un travail rémunéré
d’au moins une heure pendant la semaine précédent l’enquête ou qui garde Ile-de-France
un lien formel avec l’emploi est classée en situation d’emploi, même si elle Hommes 4,2 4,3 3,2 5,1
poursuit parallèlement des études ». Femmes 6,1 3,9 3,6 4,0
Ensemble 5,0 4,1 3,3 4,6Population active : personnes qui occupent un emploi, salariés ou non, mi-
litaires du contingent ou chômeurs. Province
Hommes 3,9 3,0 2,8 3,4
Population active occupée : personnes qui occupent un emploi, y compris
Femmes 4,8 4,2 3,3 3,2les apprentis et les stagiaires.
Ensemble 4,2 3,4 3,0 3,3
Chômeurs : personnes en âge de travailler (15 ans ou plus) remplissant
Avertissement : ce taux de chômage, issu de l'enquête Emploi et calculé au sens du BITtrois conditions :
pour les cadres travaillant en Ile-de-France, diffère du nombre de demandeurs d'emploi à1. ne pas avoir travaillé au cours de la semaine de référence ;
l'ANPE.
2. être disponible immédiatement ; Source : Insee, enquêtes Emploi de janvier 1999, mars 2000, mars 2001 et mars 2002
3. avoir entrepris des démarches de recherche d’emploi.
Taux de chômage : nombre de chômeurs rapporté à la population active totale.
ourcesSDemandeurs d’emploi de catégorie 1, 2 et 3 : personnes inscrites à
l’ANPE disponibles immédiatement n’ayant pas exercé une activité de plus L’étude s’appuie, d’une part, sur les enquêtes Emploi de janvier 1999 à mars
de 78 heures dans le mois et déclarant être à la recherche d’un emploi, à 2002 et d’autre part, sur les données de l’Agence Nationale Pour l’Emploi
temps plein et à durée indéterminée (catégorie 1), ou à temps partiel et à
(ANPE).
durée indéterminée (catégorie 2), ou à durée déterminée, temporaire ou sai-
sonnier (catégorie 3). Jusqu’en 2002, l’Enquête Emploi était réalisée en mars de chaque année
(sauf en 1999, où elle a eu lieu en janvier en raison du recensement de la po-
Cadres : catégorie socioprofessionnelle et famille professionnelle pulation). Elle est effectuée par l’Insee auprès d’un échantillon national de
La population étudiée est celle des « cadres et professions intellectuelles su- 150 000 personnes âgées de 15 ans ou plus, dont 22 000 en Ile-de-France.
périeures » de la nomenclature des Professions et Catégories Socioprofes- Elle permet de recueillir des informations sur la population active, le chô-
sionnelles (PCS) de l’Insee. mage et les ménages selon les définitions du BIT.
La nomenclature des métiers recherchés par les demandeurs d’emplois est
celle des Familles Professionnelles (FAP). Elle donne de manière synthé- En 2002, 1 284 000 cadres franciliens et 91 000 cadres provinciaux travaillent
tique des indications à la fois sur la qualification des individus et sur leur do- en Ile-de-France. L’étude s’intéresse à ces 1 375 000 cadres ayant un emploi
maine d’activité. Elle est construite à partir d’un rapprochement entre deux dans la région. Les 48 000 cadres franciliens travaillant en dehors de la ré-
grandes nomenclatures d’emploi : celles des PCS et celle du Répertoire gion en sont exclus.
opérationnel des métiers et de l’emploi (ROME) de l’ANPE. En effet, toute
comparaison directe entre ces deux sources est impossible. La nomencla- L’ANPE comptabilise chaque mois les Demandeurs d’Emploi en Fin de Mois
ture intermédiaire des familles professionnelles représente une passerelle (DEFM) répartis en huit catégories. Les demandes de catégories 1, 2 et 3 re-
entre les deux sources. Elle a été construite dans le but de rapprocher les groupent les demandeurs d’emploi qui se rapprochent le plus de la définition
données sur l’emploi et celles sur le chômage. Les familles professionnelles du chômage au sens du BIT. Ces demandes sont enregistrées au lieu de ré-
comprennent 124 postes. sidence des individus.Figure 3 - Progression des effectifs de cadres occupés dans leeux typologies au regard de l’emploiD commerce et l'informatique
et du chômage
Postes occupés
500 000
L’étude réalisée ici a pour but de mettre en regard deux typologies : la première
+3%450 000porte sur l’emploi en Ile-de-France et la deuxième sur les demandeurs d’em-
400 000ploi. Ces typologies ont été construites en deux étapes. Tout d’abord, a été
350 000effectuée une analyse des correspondances multiples sur plusieurs indica-
teurs, puis une classification ascendante hiérarchique (catégorie sociopro- 300 000
+8%
fessionnelle, sexe, âge, niveau du dernier diplôme obtenu, métier et secteur 250 000
+27% +33%d’activité).
200 000 +27%
150 000Seuls les métiers recherchés par au moins 5 000 demandeurs d’emplois ont
100 000 +28%été retenus. Il s’agit des cadres administratifs, comptables et financiers, des
50 000 - 0,3 %informaticiens, des cadres commerciaux et technico-commerciaux, des pro-
fessionnels de la communication et de la documentation, et des profession- 0
Communication Administration- Commerce Informatique Arts et Public - Libéral** Autresnels des arts et des spectacles.
secteur privé* spectacles
Ce sont les groupes communs aux deux typologies qui sont détaillés dans 1999 2002
l’étude au regard de la situation de l’emploi et du chômage (voir Figure). Ils
*Administration-secteur privé : secteurs de l'administration-gestion et banques-assurances.sont présentés suivant leur importance en termes d’emploi.
**Public-Libéral : fonction publique, professions libérales et recherche.
Avertissement : l'emploi est mesuré au lieu de travail.
Typologies : comparaison des groupes (en %) Lecture : entre 1999 et 2002, les effectifs du groupe communication, comme ceux du
groupe commerce, ont fortement progressé (+ 28 % et + 27 %).
35 Source : Insee, enquêtes Emploi de janvier 1999 et mars 2002
Public-Libéral
30
25
d’un cadre francilien sur dix appartient à cette catégorie. Les
Administration
20 jeunes ont le plus profité du développement de ce secteur etCommerceAutres
15 plus de la moitié de ces cadres ont moins de 36 ans. Ces postes
Informatique
10 sont très majoritairement masculins : quatre sur cinq sont oc-
Communication
cupés par un homme. Par ailleurs, bien que touchés par la crise5
Arts-Spectacles des nouvelles technologies, ils connaissent peu le chômage ;0
0 5 10 15 20 25 7 % des cadres demandeurs d’emploi recherchent un emploi
Cadres demandeurs d'emploi dans l’informatique. Le plus souvent très diplômés, ils restent
Lecture : les cadres du groupe commerce représentent 15 % des cadres occupés, moins d’un an au chômage.
mais 22 % des cadres demandeurs d'emploi.
Sources : Dares/ANPE (31 mars 2002) et Insee, enquête Emploi de mars 2002
es femmes majoritairesL
dans la communicationD’une manière générale, ces métiers requièrent un haut niveau
de qualification. Ils sont ainsi plus de 60 % à être titulaires d’un
diplôme de niveau bac+4. Ces activités attirent également les Les postes de cadres de la communication, c’est-à-dire dans
femmes qui occupent 44 % des postes et constituent 48 % des l’édition, les agences de publicité ou encore dans l’audiovisuel,
demandeurs d’emploi (Figure 5). sont majoritairement occupés par des femmes (57 %). Ils se
sont fortement développés en trois ans (+ 28 %), notamment
dans la publicité, mais représentent seulement 5 % des emploises métiers commerciaux se développentL
de cadres. En revanche, leur poids dans le chômage est quatre
Les cadres exerçant une activité dans le commerce composent fois plus important (19 % des demandes d’emploi de cadres).
un deuxième groupe, de 15 % des emplois de cadres. Ces em- Les cadres qui cherchent un poste dans ce domaine ne restent
plois se sont fortement développés en trois ans (+ 27 %) : les pourtant pas plus longtemps que les autres au chômage : 28 %
jeunes et les personnes de plus de 50 ans en sont les principaux
bénéficiaires. Dans ces professions, les cadres sont essentielle-
Cadres au chômage de longue duréement titulaires d’un BTS ou d’un DUT et peu nombreux
(32 %) à posséder un diplôme plus élevé. Bien que ces métiers Chômage de longue durée
En 2002, 31 % des cadres franciliens en attente d’un emploi l’était depuissoient majoritairement masculins, la part des femmes s’avère
plus d’un an. Cette part est comparable à celle des chômeurs de longueen nette progression depuis 1999 (+ 6 points).
durée dans l’ensemble des qualifications (32 %). Deux groupes de la typo-
logie se caractérisent uniquement par leur durée au chômage.
Dans ces métiers, les emplois offerts sont insuffisants face à la
Les chômeurs de longue durée : fin mars 2002, les chômeurs à lademande. Ce groupe enregistre la plus forte proportion de
recherche d’un emploi de cadre depuis plus d’un an, mais de moins de deux
chômeurs (22 %). ans sont majoritairement âgés de moins de 50 ans. Ils possèdent unique-
ment le baccalauréat.Les métiers qu’ils recherchent se situent dans le com-
merce, la communication ou l’administratif. Leur profil rend difficile
rincipalement des jeunes et des hommes l’acquisition d’un emploi stable.P
dans l’informatique
Les chômeurs de très longue durée : selon l’ANPE, ces chômeurs sont à
la recherche d’un emploi de cadre en attente d’un poste depuis plus de
Le groupe suivant, essentiellement des cadres de l’informa- deux ans. Leur longue inactivité, leur faible qualification et leur moyenne
d‘âge élevée réduisent sensiblement leur chance de trouver un emploitique, a connu un véritable essor : le nombre de postes occu-
d’encadrement.
pés a progressé de 27 % entre 1999 et 2002. Aujourd’hui, plus
Cadres occupésFigure 4 - Un cadre chômeur sur cinq est dans le groupe « commerce » (en %)
Parmi les demandeurs d'emploiDemandes
Groupes de cadres d'emploi
Les 50 ans Les femmes Les diplômés Les chômeursde cadres (1)
ou plus du supérieur long de longue durée
Communication 18,9 12,1 56,4 48,7 28,3
Administration-secteur privé* 12,8 28,7 48,0 64,2 25,7
Commerce 21,8 25,5 36,9 42,6 28,1
Informatique 6,8 15,5 17,7 53,9 16,9
Arts et spectacles 15,7 12,0 42,5 25,0 55,6
Public - Libéral** 13,8 17,2 52,6 77,3 28,1
Autres groupes 10,0 30,5 26,9 46,3 28,3
Ensemble 100,0 19,9 42,8 49,7 31,4
(1) DEFM : demandeurs d'emploi en fin de mois.
*Administration-secteur privé : administration-gestion et banques-assurances.
**Public-Libéral : fonction publique, professions libérales et recherche.
Source : Dares/ANPE (31 mars 2002)
recherchent un emploi depuis plus d’un an, contre 31 % pour Figure 5 - Les emplois de la communication
majoritairement féminins (en %)l’ensemble des chômeurs.
Cadres Parmi les cadresParticulièrement présents en Ile-de-France, les professionnels
occupésGroupesdes arts et spectacles forment un groupe atypique de 31 700 per- en Les diplômésde cadres Les 50 ans Les
Ile-de- du supérieursonnes. Alternant fréquemment des périodes de chômage et de ou plus femmes
France long
travail, ils ne représentent que 2 % de l’emploi, mais constituent
16 % des chômeurs cadres. Parmi les inscrits à l’ANPE, plus Communication 5,3 22,0 56,9 58,9
Administration-secteur privé* 19,1 29,3 44,0 62,6de la moitié recherchent un emploi depuis plus d’un an.
Commerce 15,3 23,8 36,5 32,1
Informatique 12,2 10,7 19,8 71,6es enseignants : 15 % des cadres franciliensL Arts et spectacles 2,3 27,0 38,6 53,3
Public - Libéral ** 31,2 35,6 43,7 79,9
Le dernier groupe « Public-Libéral », composé de cadres de la
Autres groupes 14,6 33,8 30,1 58,8
fonction publique, de la recherche, et des professions libérales,
Ensemble 100,0 28,4 38,3 63,5
est de loin le plus important. Il concentre 31 % des emplois de
*Administration-secteur privé :secteurs de l'administration-gestion et banques-assurances.cadres et seulement 14 % des chômeurs. Leur situation
**Public-Libéral : fonction publique, professions libérales et recherche.
vis-à-vis du chômage les met à part des autres groupes : par Source : Insee, enquête Emploi de mars 2002
définition, les membres de la fonction publique ont peu de
Dans le reste de la fonction publique, 102 400 personnes, lesrisque d’être au chômage.
effectifs sont en légère régression entre 1999 et 2002 (- 1,7 %).
Dans ces emplois d’ingénieur d’Etat, de cadre administratifL’enseignement, 166 900 personnes, constitue, à lui seul,
ou d’officier de l’armée…, les femmes sont de plus en plus15 % des postes de cadres de la région. Entre 1999 et 2002,
nombreuses à occuper un poste. Elles demeurent malgré toutces effectifs ont augmenté de 6 %. Ce sont des postes le plus
minoritaires (41 %) ; leur nombre a progressé de 6 % entresouvent occupés par des femmes (60 %). Des conditions de
2001 et 2002.diplôme étant exigées pour exercer ces professions, ils sont
près de 89 % à posséder un diplôme de l’enseignement supé-
Entre 1999 et 2002, les professions de la santé ont connu unerieur long. Ils sont aussi plus âgés : 38 % ont plus de 50 ans.
évolution inverse (- 4,7 %), alors que plus de la moitié des ef-
fectifs sont âgés de plus de 50 ans.
Pour en savoir plus
Frédéric PELLET
Direction régionale du travail, de l’emploiGuilbert Y : « Les hommes et les jeunes plus touchés par la dégradation du
marché du travail », Insee Ile-de-France à la page, n° 244, décembre 2004. et de la formation professionnelle d’Ile-de-France,
Claire RIBIERE
Robine B. : « La situation de l’emploi et de la conjoncture économique en
Stagiaire au Service études et diffusionèmerégion Ile-de-France - 2 semestre 2002 », Conseil Economique et social
Insee Ile-de-FranceRégion Ile-de-France, avril 2003.
« Cette étude a été réalisée en partenariat avec la DRTEFP d’Ile-de-France, conventionAerts A. T., Bigot J. F. : « Chômage et emploi en hausse - Enquête sur l’em-
ploi de mars 2002 », Insee première, n° 857, juillet 2002. n° 40/04 ».
Directeur de la publication : Alain Charraud - Comité de rédaction : Brigitte BellocINSTITUTNATIONAL
Rédactrice en chef : Corinne Martinez - Secrétaire de rédaction : Françoise Beaufils
DELASTATISTIQUE
Conception graphique : PAO Insee Ile-de-France - Maquette : Vincent Bocquet - Laure Omont - Impression : Comelli
ETDESETUDESECONOMIQUES Tarif : Le numéro : 2,2€€- Abonnement : - France : 30 - Etranger : 36€
Gestion des abonnements : Agnès Vavasseur - Tél. : 01 30 96 90 75 - Fax : 01 30 96 90 67
Direction régionale d’Ile-de-France Vente par correspondance : Tél. : 01 30 96 90 56 - Fax : 01 30 96 90 27 - Internet : www.insee.fr/ile-de-france
7, rue Stephenson - Montigny-le-Bretonneux Vente sur place : Insee Info Service - Tour Gamma A - 195, rue de Bercy - 75582 Paris cedex 12 - Tél. : 01 53 17 89 39 - Fax : 01 53 17 88 09
er© Insee 200578188 Saint-Quentin-en-Yvelines cedex ISSN 0984-4724 - Dépôt légal : 1 semestre 2005 - Commission paritaire n° 2133 AD - Code Sage I0524852
Insee Ile-de-Fr@nce Infos : la Lettre d’information électronique vous informe tous les 2 mois de l'activité de l'Insee Ile-de-France
www.insee.fr/ile-de-france

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.